Partagez | 
 

 « I'm a medicines junkie ♪ - Mina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

« Tough times don't last, and tough people do. »





Messages : 1378

Points : 0
Avatar : David Tennant
Crédits : Kachilight

Age RPG : 39 ans
Sang : Mêlé
Camp : Ordre du Phénix

Vie du personnage : « Hakuna Matata !
« Une ptite lettre ?
♥️ En couple ? Oui avec Grace, et attention on ne mate pas èOé

Truc en plus : Animagus Buse
Doubles-Comptes : Malcolm Gray



MessageSujet: « I'm a medicines junkie ♪ - Mina   Jeu 4 Aoû - 2:46


« I'm a medicines junkie ♪ »


La rentrée. Un mot qui veut dire beaucoup pour les élèves de Poudlard, mais pour les adultes du monde magique aussi. Du côté des jeunes, il s’agit du moment où l’on va faire ses courses au Chemin de Traverse, du retour aux études et à la vie de l’école de sorcellerie. L’occasion de revoir ses amis si on n’a pas eue le temps de les voir pendant les vacances. Certains seront heureux de revenir, d’autres inquiets et la dernière catégorie râlera à mort à l’idée de retrouver les bancs du travail. Du côté des adultes, c’est le moment où la vie active se vide de toute présence de jeunesse, où l’on accompagne celle-ci faire ses courses scolaires, ou encore de celui où l’on se dit que l’on va enfin pouvoir arrêter de veiller sur eux et reprendre un rythme de vie normal, avec ses sorties, ses boites de nuit, ses bars et ses soirées au lit, sans pour autant oublier le travail et ses engagements. Vous avez tout de suite compris où se classe Logan Cooper. Bon, par contre, cette introduction est un peu retard, car nous sommes maintenant à un peu plus de la moitié du mois de septembre. Mois de septembre qui s’avérait être on ne peut plus ensoleillé, malgré que la fin de l’été soit maintenant très très proche. Et ce, alors que, ne l’oublions pas, nous sommes en Angleterre ! Vive le réchauffement climatique, les amis !

Monsieur Logan Cooper se leva donc assez tôt ce matin-là. A neuf heures, il prenait sa douche pour ensuite se vêtir du traditionnel jeans, suivi d’un débardeur blanc. Tout ce qu’il y a de plus classique, mais sacrément sexy sur lui 8D. (Kachi’ elle est folle des types en débardeur). Il faisait sacrément beau et même si c’était un peu tard pour la bronzette, il avait bien envie de prendre des couleurs sur les bras et les épaules. Même si ça signifiait laisser sa cicatrice – pas très jolie à voir - à l’air et visible, quoi que honnêtement, il était habitué et n’en avait strictement rien à faire. En sortant de chez lui et en fermant la porte à clé, l’idée de se rendre à Pré-au-Lard – car telle était sa destination aujourd’hui – sous sa forme de buse lui traversa l’esprit, mais voilà, c’était un peu beaucoup loin et surtout, il ne pourrait jamais voler longtemps avec son épaule. Déjà qu’il n’était pas très soigneux et donc, avait tendance à la malmener, s’il l’usait sur une distance aussi longue, autant se faire directement amputé XD. En parlant d’épaule, il devait d’abord aller à la pharmacie moldue du coin, histoire d’aller acheter ses médicaments qui étaient en rupture de stock chez lui depuis une semaine. Autant dire qu’il en avait marre de souffrir et s’était donc décidé à enfin aller en rechercher. Dehors, l’air était frais mais le soleil présent, le climat était donc ce qu’il trouvait être parfait. Le magasin n’étant pas très loin, il s’y rendit à pieds et dû attendre dix minutes devant la porte, l’endroit n’ouvrant pas avant neuf heures et demie. Eh, il aurait fait quoi s’il avait été mourant, hein ? Bah, il aurait crevé bêtement sur le trottoir =O Tiens, aujourd’hui c’était un type qui gérait la pharmacie. Un petit nouveau peut-être. Ca faisait quand même plus de trois mois qu’il n’était plus venu. L’ornithologue entra donc et alla se servir dans les antis-douleur avant de se diriger vers le comptoir et d’y déposer les douze paquets de quinze comprimés chacun. Juste assez pour trois mois, en en prenant deux par jour. Le pharmacien haussa un sourcil et ne put s’empêcher d’ouvrir de grands yeux, ceux-ci passant de l’épaule de son client au tas. Oui, oui, on a compris, tu n’as jamais vu ça et tu ne sais pas si tu peux accepter pareil achat. Logan avait envie de rire devant cet air complètement paumé, mais il se retint de justesse. Ne rendons pas ce jeune homme encore plus gêné qu’il ne l’est déjà, voulez-vous ?

« J’ai une autorisation, si ça vous perturbe tant que ça. Vous n’avez pas affaire à un junkie drogué aux médocs, rassurez-vous. »

Il lui sourit gentiment. C’est bon, déstresse l’ami, t’es mignon !

« Heu. Non, ça va, merci. Ca vous fera ... 144 pounds. S’il-vous-plait. »

L’Animagus fouilla dans son porte-feuille à la recherche de sa carte de banque moldue et paya sans ciller. Ce que la vie des Moldus était chère, bon sang ! Mais bon, au moins ça, c’était fait. Il remercia le vendeur et sortit, son sac plastique blanc coloré d’une croix verte à la main, direction la ruelle la plus proche, but : transplaner jusqu’à Pré-au-Lard. Il devait y faire quelques achats pour ses oiseaux et en profiter pour se faire plaisir en se payant des bonbons au fameux magasin du petit village. Ils lui manquaient, ces délicieuses sucreries. Un vrai gamin dans l’âme, ce Logan. Il comptait prendre son temps dans le village et qui sait, peut-être y croiser des amis ou des élèves de Poudlard, comme ses nièces ou sa fille. Bref, il entra dans la ruelle et transplana en deux temps, trois mouvements, pour atterrir en plein milieu de la Grande Rue. Parfait. Et il n’y a pas grand monde du tout, en fait. Bon, les oiseaux d’abord. Log’ commença à s’avancer, avant de s’arrêter net. Euh, je crois qu’on va d’abord aller chez Farces et Attrapes, non ? Gros chien en vue. Petit rappel, il s’agit de l’épouvantard de l’ornithologue. Les grands et gros toutous lui avaient toujours fait peur et il ne s’était jamais sentit rassuré en leur présence. Tous ces crocs, cette langue pendante et cet air intelligent, berk. Il fit donc rapidement demi-tour, en jetant des coups d’œil fréquents vers l’animal. M’approche pas, m’approche pas, tu me fais peur ! Sauf que tout le monde le sait, ne pas regarder devant soi, ce n’est pas une bonne chose. Parce que oui, Log’ se prit de plein fouet quelqu’un dans la gueule. Ouille. Si lui réussit à garder l’équilibre, la personne, elle, plus petite et légère, tomba les fesses au sol. Sur le coup, il avait fait tomber son sac dont le contenu s’étala sur le trottoir. Roh, putain de chiottes de merde. Encore surpris, il tendit sa main gauche à la jeune fille pour l’aider à se relever.

« Désolé, désolé, vraiment ! Je suis stupide, j’aurais dû faire attention. Ca va ? » Hop, et une blonde relevée, une ! « Quoi que si on s’est rentrés dedans, c’est que vous n’étiez pas très attentive non plus, mademoiselle. »

Roh ptain Log’, t’étais obligé de rajouter une note de ta franchise habituelle ?! Que voulez-vous, dire ce qu’on pense, ce n’est pas toujours des compliments. Le regard de l’Animagus descendit vers ses boites de comprimés antis-douleur, étalés sur les pavés. Ah, ça. C’est vrai. Merde. Il sa baissa précipitamment et commença à remettre les médicaments dans le sac. En même temps, il murmura pour lui-même, mais assez fort pour se faire entendre. :

« Tsss, c’est qui qui va passer pour un drogué aux médocs maintenant, hein ?! »

S’il achetait autant de médicaments d’un coup, ce n’était pas pour son plaisir, hum. Et au vu de sa large cicatrice, ça n’était pas bien difficile à comprendre. A moins d’être vraiment stupide.

✄-------------------------------------------------------------------





Dernière édition par Logan Cooper le Jeu 4 Aoû - 19:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité







MessageSujet: Re: « I'm a medicines junkie ♪ - Mina   Jeu 4 Aoû - 12:07

Ce matin-là, Mina s'était réveillée de bonne humeur. Elle se sentait de cette sérénité plaisante qui vous saisit lorsque vous êtes en terrain conquis. Et le dortoir de Serdaigle était définitivement un terrain conquis pour elle. Cela faisait à peine deux semaines que les cours avaient repris dans la grande école de Poudlard, et cette septième année, qui était aussi la dernière, s'annonçait surtout être la meilleure. En effet, son changement de camp en milieu d'année précédente avait quelque peu bouleversé son train-train étudiant, et elle goûtait de ce fait aux charmes du pouvoir et de l'importance. Oui, désormais la demoiselle avait intégré les Basilics, alors que tout – ou presque – l'avait prédestinée à rejoindre l'autre côté des choses, l'Armée de Dumbledore. Mais le sort en avait décidé autrement, et elle avait brillamment déjoué toutes les prévisions que l'on pouvait faire à son égard. La petite punk insoumise et – il fallait bien l'avouer – sans aucun avenir était enterrée. À l'orée de cette dernière année de cours, Wilhelmina O'Malley était devenue préfète de sa maison et mangemorte en devenir. Et pourtant, elle ne se sentait absolument pas plus soumise qu'autrefois, bien au contraire ! Elle se sentait respectée, considérée. Ce qu'elle appelait autrefois soumission s'était mué en responsabilité. Elle était fière d'être ce qu'elle était devenue. Elle avait s'était détournée des soi-disant ''gentils'' de l'histoire, desquels les causes étaient juste mais dont les méthodes guerrières retiraient toute crédibilité. Elle s'était adonnée à la magie noire, par laquelle elle avait toujours été secrètement attirée, et en prime, elle rejoignait les puissants. Pourquoi rechigner cela ? Être du côté des brutes utopistes ne l'intéressait pas. Il fallait grandir à un moment, redescendre sur Terre. Devenir adulte, c'est faire des compromis. Abandonner certains de ses rêves de gosses, privilégier les réalisables aux impossibles. Oui, voilà ce qu'elle pensait de tous ces anciens amis : des enfants, qui voulaient réaliser des rêves d'enfants, tout en se battant contre des adultes, et donc, comme des adultes. Une incohérence qui l'avait définitivement faite basculer. Quoi que « basculer » n'est pas le mot adéquat, c'est un mot trop radical, qui exprime un changement trop immédiat. La jeune fille avait plutôt effectué comme une lente traversée du rêve à la réalité. La réalité. C'était bien cela, les Basilics, la responsabilité, respecter les puissants et dénigrer les faibles. C'était la réalité.

Mina prit bien le temps de s'étirer. Elle était seulement la deuxième de sa chambre à se lever – loin derrière Moïra, qui s'était sûrement réveillée aux aurores. Elle fit un crochet par la salle de bain – déserte en cette heure fort matinale pour un weekend – et prit une longue douche. D'un coup de baguette, elle sécha et démêla son extraordinaire masse de cheveux blonds, puis les rassembla du mieux qu'elle le put en une queue de cheval improvisée. Ensuite, comme c'était samedi et que le samedi est synonyme de relâchement vestimentaire, Mina eut le plaisir de revêtir son magnifique teeshirt des Cramps ainsi qu'un... – mais oui mais c'est fantastiiiiique ! – un jean les amis ! Ah ces bons vieux pantalons trop grands et troués, comme ils lui avaient manqué. Après cinq jours d'uniforme bien tout propre et tout rangé, s'habiller normalement était une véritable consécration. Elle avait tout de même retiré son piercing à la narine au tout début des vacances – lorsqu'elle était chez les River – et ne comptait finalement pas le remettre. Non, aujourd'hui, elle comptait profiter de son weekend pour... se faire percer ailleurs ! Et oui, son amour des piercings – ni même du rock moldu d'ailleurs – n'avait en aucun cas changé et c'était bien loin d'arriver. Après moult réflexions, elle avait opté pour un endroit pas trop voyant : le tragus. Nom obscur pour vous ? J'explique donc : le tragus, c'est ce petit bout de cartilage juste à l'avant intérieur de l'oreille, sur lequel on appuie, entre autre, quand on ne veut rien entendre (essayez ça marche super bien). Mina avait donc très envie de se faire percer là, elle y voyait très bien un fer à cheval aux embouts colorés. Alors elle s'était finalement décidée, elle était majeure après tout. Et le monde magique offrait d'excellentes possibilités de perçage, généralement améliorée par un joli petit sortilège de cicatrisation. C'est génial la magie.

La demoiselle, enfin prête, transplana donc jusqu'aux portes de Poudlard – sa majorité en poche, elle était libre de se déplacer ainsi, et c'était quatre mille fois plus pratique qu'autre chose. Arrivée là, elle croisa le gardien qui la regarda d'un œil mauvais en lui demandant son autorisation de sortie. Autorisation que Mina lui pointa sous le nez, après quoi elle fut libre de transplaner à nouveau. La seconde suivante, elle était au beau milieu de Pré-au-Lard. Les rues étaient plutôt désertes, après tout il n'était même pas dix heures du matin. Sous le coup d'une montée d'excitation probablement due au stress qui surplombait toujours un perçage, elle retrouva facilement la boutique qu'elle avait repéré durant les vacances. Mais la boutique en question était... fermée. Et oui, elle n'ouvrait qu'en début d'après-midi. Mina avait plusieurs heures à tuer – tout retour à Poudlard était définitif jusqu'au prochain weekend. Déçue, la jeune fille redescendit vers l'allée principale. Merde ! Pourquoi personne ne se levait tôt dans ce monde ? Elle était en train de trimbaler cette question qui, de plus, était en train de la pousser à remettre en cause sa décision de se faire faire un tragus. Elle avait passé toute la semaine à se motiver et elle devait maintenant poireauté pendant cinq heures ! C'était assez contrariant. Tellement contrariant que Mina cessa de regarder où elle allait... et rentra littéralement dans quelqu'un. La personne qu'elle venait de cogner de plein fouet était apparemment plus robuste qu'elle, et le choc de la collision fut tel que la demoiselle en tomba à la renverse. Une main amicale l'aida à se relever. La blondinette leva le regard sur celui qui l'avait renversé, et déjà il se confondait en excuses. C'était un homme assez grand, plutôt maigre, d'une petite quarantaine d'année. Mina ne l'avait jamais vu – normal, c'est grand Londres – mais il lui évoqua une image familière. Elle songea brièvement que cet homme devait avoir l'instinct paternel, puis rechigna cette pensée décidément ridicule. Il s'excusait tout en se délestant d'une part de ses responsabilités sur la demoiselle, indiquant qu'elle non plus ne devait pas être très concentrée sur sa direction. Cette excès de franchise fit franchement rire la miss O'Malley, qui répondit joyeusement :

« Non en effet, je n'étais pas très attentive ! Je n'ai rien, ne culpabilisez pas. »

La culpabilité était en effet un sentiment qu'elle n'appréciait guère. En fait, elle le trouvait ridicule. Soit on fait quelque chose et on l'assume, soit on ne le fait pas. Il fallait bien faire un choix, et faire en sorte de ne pas le regretter plus tard. Culpabilité, ou, « se sentir coupable ». Hors, quelqu'un qui se revendiquait coupable n'éprouvait aucune sensation de culpabilité. Cette notion était teintée de remords larmoyants qui rebutaient sévèrement la jeune fille. Est-ce qu'elle en ressentait, elle, de la culpabilité ? Après tout, elle avait failli tué son meilleur ami d'enfance. Oui, certes, mais elle avait choisi de le faire, elle avait ses raisons, et de toute façon il était en vie. Alors non, elle ne culpabilisait pas. Elle se savait importante, mais savait aussi que quelqu'un d'autre se serait chargé d'éliminer Malcolm Gray si elle ne s'en était pas chargée. Après tout, qu'elle le fasse ou pas, ça ne changeait rien. Il aurait été égocentrique de songer que l'équilibre entre le bien et le mal dépendait d'elle. Elle n'était qu'un minuscule grain de poussière, et si elle avait envie de préférer le mal puissant à la faiblesse juste, c'était son problème et son problème uniquement. Point. L'inconnu fit descendre ses yeux sur les pavés, pavés sur lesquels s'étaient éparpillées de nombreuses boîtes d'antis-douleur. Aussitôt, il se baissa pour les ramasser, et Mina, qui était tout de même également responsable de la chute des médicaments, fit de même. Alors qu'elle tâchait de réunir un maximum de paquets dans une pile transportable, elle entendit l'homme rouspéter qu'il allait passer pour un drogué de médicaments. Ce à quoi la blondinette répondit gentiment, sans aucune moquerie dans la voix ou, tout au plus, un brin de taquinerie.

« Ce n'est rien. Vous pourriez être un grave drogué même à autre chose qu'aux médicaments légaux que je ne changerai pas de première impression sur vous. »

Mina sourit derechef. L'humour et le petit côté grognon de ce type lui plaisait, ou du moins, la détendait et lui permettait de penser à autre chose qu'aux cinq heures d'attente à venir. Les boîtes ramassées, elle les remit comme elle le put dans le sac plastique que l'homme avait à la main. Et là, le logo bien connu des pharmacies frappa l'esprit de Mina. DES MEDOCS MOLDUS ! Ouh, ça ça sent la nostalgique. Quelqu'un qui revient du monde moldu, c'était peu communs, aussi elle saisit cette occasion inattendue. Elle espérait bien découvrir quelqu'un avec qui elle pourrait discuter de molduseries sans que ça paraisse étrange ou déplacé.

« Oh mais ce sont des médicaments moldus non ? Vous êtes d'origine moldue ? Ou alors vous avez un parent qui l'est ? »

Elle demandait ça par simple curiosité, sans aucune arrière-pensée. Tout ce qu'elle voulait, c'était discuter un peu. Si il y avait bien une chose pour laquelle elle n'avait pas rallié les Basilics, c'était cette idée étrange comme quoi ceux qui n'avaient aucune goutte de sang moldu dans les veines seraient meilleurs que les autres. Elle pensait au contraire que connaître le monde moldu permettait d'élargir ses connaissances et donc de gagner en culture, en ouverture d'esprit, en intelligence, en ruse, bref, en tout. Mais elle se gardait bien de le dire auprès de ses nouveaux compagnons... Alors si elle pouvait, ne serait-ce que quelques minutes, parler moldu avec quelqu'un, elle en serait vraiment ravie.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Tough times don't last, and tough people do. »





Messages : 1378

Points : 0
Avatar : David Tennant
Crédits : Kachilight

Age RPG : 39 ans
Sang : Mêlé
Camp : Ordre du Phénix

Vie du personnage : « Hakuna Matata !
« Une ptite lettre ?
♥️ En couple ? Oui avec Grace, et attention on ne mate pas èOé

Truc en plus : Animagus Buse
Doubles-Comptes : Malcolm Gray



MessageSujet: Re: « I'm a medicines junkie ♪ - Mina   Jeu 4 Aoû - 20:50

Ah, au moins, elle n’avait pas mal pris sa remarque. Non mais sérieux, vous savez, quand vous êtes toujours aussi franc, ça arrive souvent de se faire taper. Si à la place de la jeune inconnue, il y avait eut un gros macho excité ou un quelqu’un qui se vexe facilement, il aurait très bien pu se prendre un coup de poing dans la gueule. Ou si c’est une fille, un coup de genoux ... autre part. Nan c’est vrai, des gens comme ça, ça existe et c’est fort dommage. Parce qu’au fond, il a fait quoi de mal Logan, hein ? Il a juste dit la stricte vérité. Et pour ça, il y a des gens qui deviennent violent. C’est pitoyable. C’est débile. Ce n’est tout simplement pas juste. Mais bref, en tout cas, cette jeune fille avait l’air plutôt sympathique. Elle ne prenait pas les choses au sérieux et restait polie. C’était déjà une bonne chose, mais ayant un passé pas toujours très joyeux et faisant partie de l’Ordre du Phénix, l’ornithologue avait appris à se méfier des apparences et à ne jamais accorder sa complète confiance après deux minutes de discussion, donc il évitait de directement se créer une première impression d’elle. Il essayait de rester neutre. Cependant, étant du genre profiteur de la vie et joyeux, ça ne l’empêchait pas de se montrer gentil et de sympathiser. Après tout, on peut se faire une opinion de quelqu’un sans qu’il y ait une aura de ‘toi je te connais pas donc je te parle pas et je ne te fais pas confiance, na’.

Log’ sourit au fait qu’elle s’abaisse pour l’aider, encore un signe de politesse. Elle était plutôt bien élevée, cette gamine. Continue comme ça et à la fin de l’après-midi, tu te seras fait un ami, très chère ! Celle-ci ajouta que même s’il avait été drogué à autre chose, elle aurait gardé la même opinion de lui. Oh, parce que tu as déjà une première impression de moi ? J’espère qu’elle est bonne. Après même pas cinq minutes, c’est sacrément rapide. Je suis si charismatique et sympathique que ça ? 8D Tous deux se relevèrent et la jeune fille mis les boites dans le sac tendu, et il en profita pour se faire un portrait de l’adolescente. Bien plus petite que lui – normal avec son mètre quatre-vingt cinq – et fine, visage rond et tignasse indomptable regroupée en une queue de cheval, blonde et aux yeux bruns. Assez jolie en gros. Pas la bombe du coin, mais jolie, avec son style bien à elle – au vu de l’entretien des cheveux, du jeans abîmé et du t-shirt de rock. Ca lui rappelait sa jeunesse, quand lui coiffait ses cheveux mais les ébouriffait ensuite – quoi que ça, ça n’a pas vraiment changé – et qu’avec Grace, il se promenait avec des vêtements tout ce qui est contre le règlement. Sauf que lui évitait de les porter en semaine, et Grace ne se gênait pas, en plus d’être pire que lui. Alalah, à partir de la troisième année, l’année qui suivit la bataille de Poudlard, c’était le bon temps.

« Merci. »

Réponse simple mais sourire qui veut tout dire. Rah ce qu’il est beau ce sourire, et il n’a aucune sous-intention en plus ! C’est naturel chez lui, voilà tout. Le fait d’observer son visage lui permit de remarquer que ses yeux s’étaient posés sur son sac en plastique. Et plus précisément, le logo. Vert, et clair pour quiconque connait un tant soit peu la vie moldue. Il put également constater qu’une lueur d’intérêt étrange s’allumait dans les yeux de l’inconnue. Il devrait songer à lui demander son nom, d’ailleurs. Alors elle parla. Et lui, il prit une expression étonnée. L’Animagus s’attendait à tout, sauf à ça. Il haussa un sourcil surpris. C’était bien la première fois que ça lui arrivait ça, tiens. D’habitude, les sorciers, lorsqu’ils voyaient quelque chose de moldu dans un endroit magique, ignoraient la chose ou la regardaient avec un air supérieur et hautain. Jamais il n’avait entendu autant de curiosité et d’intérêt venant d’une personne dotée de la magie concernant ... un sac plastique et son contenu. M’enfin bon, c’était clair qu’il ne s’agissait pas de questions à double tranchant qui pourraient se retourner contre lui, et patati et patata. Les deux dernières questions étaient un peu déplacées et personnelles dans le cas où elle ne connaissait son interlocuteur que depuis dix minutes à peine, mais ça ne le dérangeait pas du tout. Social, je vous dis. Et il ne répondit pas directement à la question, car une chose bien précise le dérangeait.

« On peut se tutoyer ? Non parce que bon, le vouvoiement ... ça fait trop sérieux. »

Voilà, ça c’est dit, maintenant répondons aux questions de mademoiselle je-ne-sais-pas-comment. Trois en même temps, c’est partit. C’est là qu’on reconnait bien le côté ultra ouvert et social de Logan, mmh. Médicaments, origine et parents. Moldus. Super comme sujet ! Mais bon, si ça lui fait plaisir ... Répondons dans le désordre, tiens. Plus une main passée dans la tignasse châtain, une !

« Je ne suis pas né Moldu. Par contre, mon père l’est. Sang-mêlé quoi. Mais je vis entouré de Moldus, comme pas mal de sorciers. J’ai un métier moldu, aussi. Même si j’ai étudié une filière du côté magique. Je m’appelle Logan, au passage. Logan Cooper. Tant que j’en suis à expliquer mon mode de vie - puisque ça a l’air de t’intéresser - autant se présenter. »

Pause et nouveau sourire, regard genre ‘tu me dis quel est ton nom quand tu veux, hein’, plus un coup d’œil alentours pour vérifier que le chien s’est bien cassé. Ne le voyant pas, il en conclut qu’il devait être déjà probablement loin. Bref. Continuons.

« Et les antis-douleur moldus, c’est pour moi et parce que les soins magiques ne fonctionnent pas. Blessure par magie noire. Une vraie plaie. »

Quand il en venait à parler - même une seconde - de magie noire, s’il restait de la même humeur, son air devenait automatiquement beaucoup plus sombre. Ca lui rappelait la bataille plus de vingt ans plus tôt et les derniers événements, tout aussi noirs. Il suffisait de le voir pour comprendre qu’après ce qu’il avait vécu, quoi que ce soit, il nourrissait une haine visible pour tout ce qui touchait aux Mangemorts et leurs pratiques. Et dire qu’il ne savait même pas qu’il avait devant lui une personne capable d’infliger des blessures comme la sienne – qui honnêtement, était le plus lourd fardeau physique qu’il avait à porter - à n’importe qui, sans remords. Ou de tuer son meilleur ami, par exemple.

Comme pour souligner ses paroles - même si ce n’était pas son intention - il ouvrit une de ses boites et avala sans ciller un des petits comprimés. La douleur à vie était bien une des principales choses qu’il ne souhaitait à absolument personne.

✄-------------------------------------------------------------------



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité







MessageSujet: Re: « I'm a medicines junkie ♪ - Mina   Dim 7 Aoû - 5:26

À peine venait-elle de rencontrer quelqu'un, qui plus est, dans une situation incongrue et peu à même à déboucher sur d'exceptionnelles relations, que Mina démarrait de but en blanc ou presque avec des questions d'ordre privé. Et oui que voulez-vous, aller droit au but, c'est tout elle, et on ne change pas les mauvaises habitudes comme cela. En réalité, après des jours et des jours à se tenir bien, parler correctement, ne pas péter de travers et filer droit, l'ex punkette avait comme un vagalame des jours où elle rotait, hurlait, frappait comme bon lui semblait et au mépris de toutes les règles – de bienséances ou non – sans jamais se soucier des conséquences. Évidemment tout ça, c'était du passé, et désormais elle se préoccupait de son avenir et tâchait de tout faire pour qu'il soit le meilleur possible dans ce monde difficile. Elle était un peu plus ''adulte'' ou du moins, elle devait l'être, car son poste de préfète était rude. Elle devait se montrer exemplaire si elle ne voulait pas le perdre et si une chose était bien certaine, c'était bel et bien ça : elle ne voulait pas le perdre. Donc elle se montrait exemplaire toute la sainte semaine de cours, marchant la tête haute, l'uniforme ajusté et la sacro-sainte insigne trônant fièrement sur sa poitrine. Perdre ce poste lui aurait été fatal : maintenant qu'elle avait changé de camp une fois, aucun revirement ne lui serait pardonné. Malgré leurs beaux discours, elle savait bien que ses anciens amis n'accordaient pas plus de seconde chance que les autres. Tandis que ses nouveaux amis, eux, n'étaient pas du genre à traîner avec n'importe qui, et n'acceptaient que l'excellence dans leurs rangs. Être suspendue de son poste de préfète aurait signifié que ses professeurs étaient mécontents d'elle, et par extrapolation, qu'elle n'incarnait plus cette même excellence qui lui valait ses nouveaux camarades. Oh, et puis, définitivement, les avantages de son rang lui étaient devenus divins : elle n'imaginait plus son quotidien sans la délicieuse salle de bain des préfets et les batailles de mousse qu’entraînaient ce privilège doublé de la coopération Serdaigle-Serpentard – traduisez : elle adorait éclabousser Mikhaïl Bielova, avec qui elle s'était toujours entendu copine comme cochon. Donc elle restée très porpre-sur-elle, et ce le lundi, le mardi, le mercredi, et ainsi de suite jusqu'au vendredi. Mais le weekend – oh doux weekend ! – elle pouvait enfin se détendre et relâcher la pression, enfin, si elle faisait une petite escapade en ville. Ce qui était actuellement le cas. Elle n'avait ni uniforme ni insigne, aucun ami Basilic dans les parages, alors elle pouvait bien se permettre une petite impolitesse qui en était à peine une. D'ailleurs la réaction de l'inconnu la rassura pleinement, puisqu'il éloignait encore un peu la despotique politesse en lui demandant d'arrêter de le vouvoyer. Ah, en effet, en quelques mois à peine, elle avait gagné des habitudes dignes des hautes sphères – desquelles elle comptait bien faire partie – et lançait des « vous » à tout va. Voilà, aujourd'hui, elle était autorisée au « tu », et même pour un homme qu'elle venait à peine de rencontrer et qui avait le double de son âge, si ce n'était pas plus. Aussi elle répondit, bien contente :

« Oh, oui, pardon. Mais bon, comme on nous rabâche du sérieux à longueur de temps... ça finit par rentrer. »

Elle associa sa réplique d'un sourire, histoire de montrer qu'elle aussi elle visait la détente. Oui, elle venait d'avouer qu'elle était pareille au commun des mortels et que le lavage de cerveau – oups, pardon, l'éducation – fonctionnait sur elle comme sur tous les autres. Elle n'était pas fautive d'être entrée dans le rang, après tout, c'était de gré ou de force, alors autant que ça se soit fait sans accroche. L'inconnu répondit ensuite à ses – nombreuses – questions. Pas vraiment dans l'ordre mais tant pis, ça n'avait pas d'importance. Alors comme ça, il était de sang mêlé et vivait beaucoup avec les moldus, il avait même un métier de moldu – mais qu'est-ce qu'il foutait chez les sorciers alors ? Hum, bon, reprenons. Apparemment, il aimait donc beaucoup l'univers moldu. Choueeette. Mina était évidemment très contente d'être tombée sur lui. Elle était légèrement nostalgique de son petit Dublin moldu, qu'elle n'avait vu qu'un tout petit mois ces vacances-ci. Et pourtant c'était les dernières vacances, et elle allait probablement de moins en moins voir sa famille de sans pouvoirs. Alors elle profitait de chaque instant passé avec des gens connaissant un peu les moldus. Il s'appelait Logan Cooper, et Mina nota l'information dans un recoin de sa tête. L'inconnu termina ses réponses en lançant à Mina un regard – et une phrase – qui voulait probablement lui faire remarquer qu'il en avait beaucoup dit sur lui et elle, rien du tout. Aussitôt, elle se reprit :

« Oui, en effet. Donc moi, c'est Mina O'Malley, de Sang Mêlé, ma mère est moldue et j'ai grandi avec elle jusqu'à ce que je sois envoyée à Poudlard, donc je m'y connais de ce côté-là. D'ailleurs j'ai choisi pour mon avenir un métier qui existe – à ses prémices – aussi chez les moldus : astrologue. »

Voilà, petite présentation terminée. On se serait presque cru aux alcooliques anonymes ou un autre regroupement obscur du genre, et s'attendait presque à voir son monologue salué d'un « bonjouuur Mina » caricatural. Mais bien entendu il n'en fut rien, et au lieu de ça ledit Logan Cooper enchaîna sur le pourquoi de ses médicaments non-sorciers. En effet le sujet avait piqué la curiosité de Mina même si elle s'était bien gardée de le montrer. Pourquoi un sorcier apaiserait-il sa douleur avec des médicaments moldus ? Ayant toujours pensé que la médecine magique était cent fois plus efficace, elle avait beaucoup de mal à trouver une raison plausible. Mais Logan lui donna la réponse à cette question sans même qu'elle ait à le formuler. Il avait été touché par un sort de magie noire contre lequel la médecine sorcière ne pouvait strictement rien faire, et il devait donc s'en remettre aux anti-douleurs moldus pour soigner son mal. À ses mots, Mina jeta un coup d’œil à l'épaule dénudée par un débardeur de Logan. Elle portait une longue cicatrice qui en effet semblait difficile et douloureuse. Mais cette révélation qui passait pour anodine dans la conversation apportait en réalité de précieuses informations à la petite mangemorte en devenir qu'elle était. Malgré toute la sympathie que cet homme lui inspirait, le fait qu'il apprécie les moldus doublé du fait qu'il ait été attaqué par quelqu'un utilisant la magie – donc sûrement un mangemort – en faisait potentiellement un partisan de la « résistance » exercée à l'encontre, par exemple, de la direction de Poudlard ou du Ministère. Et donc, potentiellement, cet homme se plaçait du côté de ses ennemis. Bon, tant pis, elle n'était pas encore mangemorte et avait bien le droit de discuter tranquillement avec quelqu'un, quels que soient ses idéaux, du moment qu'elle ne laissait rien filtrer de confidentiel sur le groupe d'apprentis sadiques qui était formé à Poudlard. En passant, elle trouvait plutôt ironique qu'une personne supposément mangemorte et donc très à fond sur des idéaux de sang pur pour tous les sorciers ait infligé à quelqu'un une blessure que seule la médecine moldue pouvait apaiser. Que d'ironie dans ce fait. Trouvant ce Logan Cooper sympathique mais n'ayant pas particulièrement envie de rester debout au beau milieu de la rue encore longtemps, Mina proposa, tout sourire – qui n'était en aucun cas factice :

« Dis, ça ne te dirait pas d'aller aux Trois Balais ou quelque part ? Je n'ai absolument rien contre discuter un peu mais... pas au milieu de la rue, enfin, je préférerais ne plus entrer en collision avec personne aujourd'hui ! »

Le ton était potache voire bon enfant, et Mina se sentait tout à fait revigorée par cette rencontre. Elle atteignait son objectif détente et tout allait pour le mieux, même si elle n'ignorait pas que Logan et elle avaient des peut-être bien places opposées dans le monde magique.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Tough times don't last, and tough people do. »





Messages : 1378

Points : 0
Avatar : David Tennant
Crédits : Kachilight

Age RPG : 39 ans
Sang : Mêlé
Camp : Ordre du Phénix

Vie du personnage : « Hakuna Matata !
« Une ptite lettre ?
♥️ En couple ? Oui avec Grace, et attention on ne mate pas èOé

Truc en plus : Animagus Buse
Doubles-Comptes : Malcolm Gray



MessageSujet: Re: « I'm a medicines junkie ♪ - Mina   Lun 8 Aoû - 0:14

Mina O’Malley. Voilà sous quel nom elle se présenta. Mina était comme lui Sang-Mêlée et elle avait vécu avec sa mère Moldue dans sa jeunesse avant de rejoindre Poudlard. Mina voulait devenir astrologue. Astrologue ? Ce n’était pas ce métier moldu qui consistait à dire des conneries aux gens ? Bon, quand on est sorcier, on sait qu’il est possible de prédire l’avenir, tout ça, mais les Moldus, eux, faisaient souvent semblant de le faire. Dans l’école de sorcellerie, on apprenait cet art entre autre par le cours de Divination, mais tout le monde savait que peu de personnes réussissaient dans cette matière. Il avait toujours cru que l’on ne pouvait être très bon dans ce cours que si on en avait le don. Cette idée lui était venue à force de voir les meilleurs élèves de l’école – Hermione Weasley par exemple – échouer lamentablement en Divination, alors que cette matière semblait tellement facile. Mais ça, ce n’était que son humble avis. Mina O’Malley avait-elle un talent particulier ? Bah, peu importe, de toute manière, qu’est-ce que ça pouvait bien lui faire ? Tant mieux pour elle si c’était le cas, lui, ça lui était complètement égal, comme ça serait probablement le cas pour elle de savoir que son interlocuteur avait de grandes capacités en Métamorphoses puisqu’il était un Animagus. Sérieux, il avait beau en être fier, on s’en fiche quoi. ‘Oh t’as vu, lui c’est un loup-garou !’ ‘Oh t’as vu, elle voit l’avenir !’ ‘Oh t’as vu, il est Animagus !’ ‘Oh t’as vu, elle est Occlumens !’ Oui ben et alors ? Ca ne nous rend pas différent. Juste un peu spéciaux. Et dire que des gens collaient des étiquettes aux autres pour dire s’ils sont dans la classe ‘correcte’ ou ‘à rejeter’. Complètement ridicule, et pourtant ça existe. Logan lui n’en avait rien à faire. Il voyait à peine la différence entre un loup-garou et un sorcier, et en avoir un en face de lui ne l’avait jamais perturbé. Le rejet des autres pour leurs capacités ou leurs différences l’avait toujours placé dans l’incompréhension. Comme le fait de dire que les Moldus étaient inférieurs aux personnes dotées de pouvoirs magiques. Complètement faux.

Lorsqu’il en vint au pourquoi de sa possession de médicaments moldus, il l’observa attentivement. Et sa réaction le perturba un peu. Elle semblait ... étrangement intriguée. La plupart des gens, lorsqu’il laissait sa blessure à découvert, avait tendance à l’ignorer, être curieux ou lui jeter un regard dégoûté. Mais là, c’était différent. Il y avait un intérêt dans ce regard qu’il n’arrivait pas à cerner. Etrange. Cette fille lui semblait gentille, mais elle avait ce côté bizarrement curieux et intéressé qui le perturbait. Il n’y avait rien de mal à ça, cependant quelque chose était différent, dans ce cas-ci. Log’ hésitait à se montrer méfiant ou baisser sa garde. S’il se montrait ouvert et gentil – ce qu’il était vraiment, hein, il ne laissait pas entrevoir la méfiance qu’il ne pouvait pas s’empêcher de ressentir. Il n’avait jamais vécu ça avant. Enfin, il avait toujours fait attention avec les personnes qu’il venait tout juste de rencontrer, mais pas à ce degré-là. Peut-être était-ce dû à son nouveau statut d’Animagus rapace, qui rendait son instinct plus puissant. Et là, son instinct ne savait pas vraiment où donner de la tête. Mais bon, il décida de l’ignorer, de toute manière, elle n’allait pas le tuer ou je ne sais quoi de louche alors qu’elle n’en avait aucune raison et que leur discussion était tout ce qu’il y a de plus innocent et sympathique. Il n’y avait pas de menace.

C’est là qu’elle proposa d’aller s’asseoir dans un bar, histoire de passer le temps dans un contexte un peu plus agréable. Ce n’était pas une mauvaise idée. Honnêtement, s’ils devaient continuer à parler, autant se poser quelque part au lieu de s’épuiser les pieds en restant bêtement debout. De plus il ne voulait pas de nouveau croiser un gros chien de la journée. Et elle faisait un peu d’humour. Mina O’Malley semblait être tout ce qu’il y a de plus adorable. La question était : l’était-elle vraiment ? Ou l’était-elle tout le temps ?

« Bonne idée. J’ai le temps et il est encore tôt, alors pourquoi pas ? C’est moi qui offre. »

Un nouveau sourire. Sincère. Son côté sympa faisait le pas sur la méfiance qu’il n’arrivait pas à atténuer. La jeune fille dégageait une aura plus sombre que ce qu’elle laissait voir d’elle, mais lui ne pouvait qu’apprécier qu’elle soit si gentille et sympathiquement curieuse. Il l’entraine donc aux Trois-Balais, comme elle l’avait proposé, et ils s’assirent à une table près de la porte et de la fenêtre de l’établissement. En attendant que le serveur arrive, Logan relança la conversation. L’ornithologue avait envie de mieux la connaitre et de s’en faire, pourquoi pas, une amie. Il ignorait du mieux qu’il le pouvait son instinct qui lui disait de se méfier d’elle. Mais au fond, ce n’était qu’une gamine, et quelles que soient ses opinions, à cet âge-là, elle pouvait encore changer sa façon de penser. Il voulait faire abstraction de ce qu’il ressentait et de simplement passer un bon moment avec quelqu’un qu’il commençait à vraiment apprécier.

« Tu es à Poudlard je suppose ? J’y étais à Gryffondor, il y a longtemps maintenant. J’y suis entré en 1996. »

Ca date tout ça. Et tant qu’il en était à parler de Poudlard ...

« D’ailleurs, tu connais peut-être Nusicaa et Arizona Sladen ? Elles ont quitté le château l’année dernière. Ce sont mes nièces. »

Il en parlait avec une affection visible. Ses nièces comptaient énormément pour lui, comme il comptait beaucoup pour elles. Oups, la gourde 8D

✄-------------------------------------------------------------------



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité







MessageSujet: Re: « I'm a medicines junkie ♪ - Mina   Mer 10 Aoû - 21:51

Logan sembla tout aussi enthousiasmé que Mina par l'idée d'aller se poser l'arrière train dans un quelconque bar histoire de discuter un peu plus confortablement. Il proposa même que ce soit lui qui offre le petit coup à boire, ce qui ne manqua pas de ravir Mina : un piercing – car elle ne l'avait pas abandonné, non mais – coûtait assez cher, même dans le monde magique, et elle ne comptait pas commencer à dilapider ses économies en offrant à boire au premier inconnu sympathique qui lui rentrait dedans à Pré-au-Lard. Ce n'est pas qu'elle n'était pas généreuse, c'est qu'elle essayait de se montrer économe. Telle une fourmi face aux cigales, elle était devenue du genre à condamner ceux qui ne se préoccupaient en rien de leurs dépenses pour aller en quémander lâchement aux autres dès que le besoin pointait le bout de son nez. Certes, dans la fable, la fourmi laissait méchamment mourir la pauvre cigale, mais bon, elle n'avait qu'à arrêter de chantonner comme un idiote et bosser un peu. Cette pensée la traversant, Mina songea que ce monsieur de la Fontaine, s'il avait été un sorcier de Poudlard dans les années 2020, il aurait certainement pris parti pour les Basilics plutôt que pour les petits révolutionnaires stupides. Oui, Mina ne tarissait pas d'éloge à leur sujet. Mais regardons les choses en face : dans leur petit groupe d'étudiants rebelles, combien travaillaient ? Combien réussissaient en cours, combien avaient un avenir digne de ce nom ? Si peu en réalité. La trop grande majorité de ces gentils et inconscients petiots ne se préoccupait que du devenir de la politique sans même songer à leur propre futur. Comme si c'était de minuscules étudiants qui pouvaient renverser le système ! Leurs révolutions, si elles devaient avoir lieu, ne seraient que factices, poudre aux yeux déversée par un gouvernement omnipotent. Un tout petit changement pour calmer la masse, c'était arrivé tant de fois, et ça n'était pas près de s'arrêter. Le pire, c'est que ça marchait à tous les coups, à chaque fois, les étudiants en colère tombaient dans le panneau pourtant bien visible des autorités et se calmaient immédiatement... puis reprenaient de plus belle une fois l'information de la mascarade arrivée à leurs petits cerveaux. Ridicule. Mina elle, elle avait un avenir en béton armé et qu'importe si c'était grâce à des méthodes sans états-d'âme. L'année passée, elle avait protégés des meurtriers et avait manqué – de peu – d'en devenir un elle-même. Elle se sentait prête à recommencer, après tout, c'était le prix à payer pour s'adonner à la magie noire, son amour, sa passion, et ces techniques n'avaient d'ailleurs qu'amélioré ses capacités déjà plutôt exceptionnelles, telle la Voyance. Elle se sentait épanouie et savait être chez les forts. Hibibip, hourra.

Ils allèrent donc aux Trois-Balais comme elle l'avait suggéré, et tous deux s'installèrent à la fois près de la porte et près de la fenêtre. Craindraient-ils une attaque, un braquage, et auraient-ils de ce fait pris une place à laquelle la sortie s'avérait aisée ? Hum, non, peut-être pas. Peut-être qu'ils s'étaient juste installés là où il y avait de la place, oui, c'était probablement ça. Logan entama la conversation en attendant la venue du serveur qui prendrait leurs commandes. Ainsi, il décida de parler de Poudlard – pourquoi pas. Lui avait été à Gryffondor, ce qui n'étonnait pas vraiment la petite O'Malley au vu du caractère apparemment volcanique de l'homme. Il était entré à Poudlard en 1996... Ah tiens. Deux ans avant la grande bataille de Poudlard... Ainsi il y avait été ? Sur, ça devait forger des opinions. Voir des mangemorts tuer de sang froids nombre d'écoliers impuissants ne devait pas vraiment pousser de ce côté de la balance... Il enchaîna en demandant à Mina si elle connaissait les sœurs Sladen, qui étaient ses nièces – il avait évoqué leurs noms avec ce relent d'émotion propres à ceux qui aiment. Bons, il fallait croire qu'il aimait beaucoup ses nièces. Mina croyait vaguement se souvenir, en effet, de fausses jumelles d'un an ses aînées, une en Serpentard et l'autre en Gryffondor, si elle se souvenait bien. Mais elle ne les avait jamais plus connu que cela aussi elle eut un soulèvement d'épaules comme une excuse :

« Non, enfin, je les ai déjà croisées, mais je ne leur ai jamais vraiment parlé. J'ai juste un an qu'elle est je suis en Serdaigle, donc on n'a jamais trop eu l'occasion de discuter. »

Elle en avait profité pour rendre à Logan les informations qu'il lui avait donné, à savoir sa maison et son année. De toute façon, avec ça, il n'allait pas faire un dossier très complet. Et puis pour faire ce dossier il aurait suffit d'interviewé quelqu'un qui l'avait connue... Mais elle doutait fortement qu'on se donne tant de mal pour sa petite personne. Peut-être feraient-ils cela plus tard, quand elle serait devenue renommée et puissante. Hum, je m'égare, cessons donc de parler des fantasmes de pouvoir de cette jeune femme. À peine quelques secondes après que Mina ait répondu à son interlocuteur, le serveur arriva près de leur table, et leur demanda de sa voix monocorde mais s'efforçant d'être sympathique ce qu'ils souhaitaient boire.

« Pour moi, ce sera un jus de framboise s'il vous plait. »

Elle avait dit ça avec l'absence d'hésitation digne des habitués. En effet cela faisait de nombreuses années maintenant qu'elle commandait systématiquement un jus de framboise, même si désormais elle était majeure et qu'elle aurait pu choisir une boisson un soupçon plus alcoolisée. Mais boire à cette heure matinale n'était pas très sain, et faisait carrément négligé face à quelqu'un qu'on vient de rencontrer. Puis ce qu'il y avait de chouette avec le jus de framboise, c'est que moldus ou sorciers, tout le monde en avait, donc elle pouvait en boire autant dans un monde que dans l'autre. Elle lança un regard à Logan, regard qui demandait évidemment ce qu'il comptait boire. Elle s'apprêtait à analyser la boisson qu'il commanderait, comme elle l'avait lu dans un livre moldu tout à fait marrant et optimiste, que sa mère lui avait prêté un été. Même si la psychologie par la boisson n'avait rien d'une science très fiable, Mina sourit d'elle-même à l'utiliser. Il était toujours drôle de faire des suppositions.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Tough times don't last, and tough people do. »





Messages : 1378

Points : 0
Avatar : David Tennant
Crédits : Kachilight

Age RPG : 39 ans
Sang : Mêlé
Camp : Ordre du Phénix

Vie du personnage : « Hakuna Matata !
« Une ptite lettre ?
♥️ En couple ? Oui avec Grace, et attention on ne mate pas èOé

Truc en plus : Animagus Buse
Doubles-Comptes : Malcolm Gray



MessageSujet: Re: « I'm a medicines junkie ♪ - Mina   Jeu 11 Aoû - 4:11

Okay, on note les informations dont tout le monde n’en a rien à battre, autrement dit : elle était en septième année à Serdaigle. Il n’avait pas vraiment fait de spéculations sur sa maison et son année, donc le savoir ne lui fit ni chaud ni froid. Par contre, il l’aurait plutôt vue en sixième, mais bon, peu importe, honnêtement, on s’en fiche. N’empêche, le fait qu’elle faisait partie des Serdaigle lui disait qu’elle était probablement quelqu’un de patient et intelligent. Lui avait été envoyé à Gryffondor pour sa vivacité, sa loyauté et son courage. Il se souvenait très clairement du jour où le Choixpeau magique avait été posé sur sa tête. Celui avait à peine hésité avant de prononcer son verdict, et il avait rejoint fièrement la table où était assis le célèbre Harry Potter, ainsi que sa future meilleure amie, Grace Waldstein. C’était marrant d’y repenser. Il était tellement innocent à l’époque. Loin de se douter de quel serait son avenir, et à quel point certains moments de sa vie seraient mitigés. On ne se doute jamais de rien quand on est jeune. On se contente d’avancer en se plaignant de la lenteur que ça prend, et quand on devient adulte, on regrette de ne pas avoir un peu plus profité. Cependant, lui avait profité. Il avait vécu sa jeunesse à fond, comme si au plus profond de lui il avait su que la paix ne serait pas bien longue. Le fait d’avoir assisté à la bataille de Poudlard, y avoir participé et y avoir été blessé - même si cela l’avait choqué pour son jeune âge - ne l’avait pas perturbé suffisamment longtemps pour lui faire perdre le plaisir de vivre qu’il avait toujours ressentit. Certes il en gardait de mauvais souvenirs et ne souhaitait revivre ça pour rien au monde tout autant qu’il espérait que personne ne devrait supporter ce genre d’événement un jour, il ne s’était pas laissé abattre. Des gens étaient morts, c’était fort triste, mais il avait survécu, la plupart de ses amis aussi, et c’était le principal. Peu importe les cicatrices que cette période avait laissées.

Le serveur arriva alors pour prendre leur commande. Mina fut la première à exposer son choix, suffisamment rapidement pour montrer qu’elle était une habituée. Lui réfléchit quelques secondes avant d’opter pour une boisson que sa défunte fiancée lui avait fait découvrir lors de leur premier rendez-vous. Boisson qu’il avait adorée et aimait boire lorsqu’il ne pouvait pas choisir de bière à cause de l’heure peu appropriée pour ce genre de breuvage. De la bière en matinée n’était pas vraiment conseillé. Il sourit au serveur avant de passer sa commande d’une voix détendue :

« Un Canada Dry s’il-vous-plait. Avec de la grenadine. »

Le type haussa un sourcil surpris. En général, c’étaient les filles qui commandaient ça. Le Canada Dry étant une boisson déjà sucrée, il n’y avait que les filles pour rajouter de la grenadine en plus. Les hommes étaient trop virils 8D Ils préféraient les boissons alcoolisées ou les trucs simples, sans rajout. Mais bon, il haussa les épaules, se disant sûrement que son client devait être gay, avant de noter et s’éloigner à la table suivante. Logan profita de l’attente pour se reconcentrer à nouveau sur sa compagne du jour. Bon. On parle de quoi ? Quelque chose d’intéressant de préférence, quelque chose qui lui permettrait d’en apprendre plus sur elle. Qui lui permettrait de se faire une idée sur son camp. Bon, elle était encore jeune, donc pas vraiment une menace pour lui. Il avait quand même bien plus d’expérience et de capacités qu’elle. Pas qu’il la sous-estime, mais bon. Il fallait être réaliste. Sauf que trouver un sujet de conversation lui semblait tout à coup difficile. L’Animagus n’avait pas la moindre idée de par quoi continuer. Aussi décida-t-il de laisser tomber sa recherche de questions dont les réponses pouvaient lui être utile pour retourner en terrain moldu. Ou en tout cas en partie.

« Je suis ornithologue, au fait. J’ai d’abord fait les études moldues, puis j’ai travaillé à celles magiques. J’ai toujours adoré ça. Et puis, c’est plutôt tranquille comme métier. »

Sa voix était nonchalante et détendue. Il parlait de ça tout à fait normalement, sans se prendre la tête. L’homme se passa la main dans les cheveux juste au moment où le serveur arrivait avec leurs verres. Il le remercia et fit remarquer qu’il payerait en partant, au cas où ils demanderaient autre chose. Il sourit de nouveau à la jeune fille tout en portant son verre à ses lèvres. Miam, c’est bon ! \o/ Il était loin de se douter que mademoiselle O’Malley comptait essayer de l’analyser selon la boisson qu’il venait de choisir. Qui aurait pu deviner que telle était son intention, sérieux ? Personne.

« Tu penses quoi d’Ombrage et de ses décrets ? Sérieux, je n’aurais jamais imaginé qu’elle reviendrait à l’école après ce qu’il lui est arrivé en 1995. Dommage que je n’étais pas là, j’aurais adoré voir ça. Et puis, elle n’est plus toute jeune. »

C’était vrai, n’empêche. Il avait quel âge, le cochon rose ? Environ 65 ans ?

✄-------------------------------------------------------------------



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité







MessageSujet: Re: « I'm a medicines junkie ♪ - Mina   Ven 12 Aoû - 9:03

Alors pour le coup, la commande de Logan scia complètement la Mina. Un Canada Dry ? Elle n'avait à ce jour jamais été avec quelqu'un commandant cette boisson. Une boisson moldue, américaine, et très, très, très sucrée. Elle en avait bu une fois, lors d'une fête spécial sans alcool – si si je vous jure, elle en avait fait... une, bon, c'est déjà ça – et elle avait trouvé cette boisson purement dégueulasse. Bon, chacun ses goûts mais... avec de la grenadine ?! Là, elle était littéralement sur le cul – enfin, sur sa chaise. Elle ne s'attendait pas à ça, mais n'abandonna pas son expertise liquide pour autant. Le Canada Dry avait été longtemps connu pour son slogan « ça a la couleur de l’alcool, le goût de l’alcool (ça c'était un pur mensonge selon miss O'Malley, mais passons)… mais ce n’est pas de l’alcool », sa mère lui en avait parlé. Cette prétendue ressemblance aurait-elle motivé le choix de monsieur Logan Cooper ? Peut-être bien. Si tel était le cas, alors cela aurait pu signifier qu'il aurait pu opter pour de l'alcool, du vrai, à un autre moment de la journée ou en compagnie de quelqu'un d'autre. Aimer ça était aux yeux de Mina loin d'être une tare, après tout elle aussi avait hésité à en prendre. Elle poursuivit son analyse. Vue la réaction du serveur à l'annonce de la grenadine, on pouvait facilement deviner ce que lui en avait déduit : il devait avoir affaire à un homosexuel efféminé, voilà tout. Mais Mina allait bien se garder de ce genre de supposition hâtive. Non, selon elle, cette grenadine portait bien l'empreinte d'une certaine féminité, mais peut-être pas celle que l'on pouvait croire au premier abord. Après tout, qu'était la grenadine ? Un sirop bien connu, au parfum tendre et coloré d'une enfance insouciante. Aurait-on affaire à un nostalgique ? C'était fort possible. Mais la grenadine, c'était quand même autre chose que la menthe à l'eau, ne serait-ce que par la couleur : le vert était toujours plus 'viril' que le rouge. Rouge, grenadine, féminité. Trois mots résultait de cette réflexion. Conclusion ? Le rouge de l'amour cumulé à la grenadine des souvenirs et à la féminité... Okay, Mina croyait pouvoir affirmer que ce Canada Dry doublé de sirop écarlate était commandé en mémoire de quelqu'un, probablement d'une femme, qu'il avait aimé ou qu'il aimait encore. Et oui, elle a sorti tout ça grâce à une boisson ! Bon c'est pas forcément concret et ça ne l'avance à rien du tout comme informations, mais tant pis, elle faisait avant tout ça pour s'exercer et se distraire. On ne sous-estime pas une Basilic, aussi blonde soit-elle.

Bon, en attendant que les boisson arrivent, ce fut à Logan d'engager la conversation – apparemment il n'était pas homme à apprécier le vide ou le silence. Quel sujet choisit-il ? Oh, ses études et son métier de moldu. Il avait du voir que cela intéressait Mina, et avait certainement pensé que c'était propre à meubler leurs phrases. Il ne s'était pas trompé, mais son métier se révéla moins... croustillant que prévu. L'ornithologie, l'étude des oiseaux, bon, c'était sympathique mais ça ne plaisait pas plus que ça à la petite blonde. Il avait suivi des études supérieures moldues, puis des études supérieures magiques – dans cet ordre, c'était peu courant et ça en disait long – et avait toujours adoré... les oiseaux. À la bonne heure. Oh, et c'était un travail très calme – tiens donc ! Mina sourit, feignant d'être intéressée par ce sujet et répondit, apparemment enthousiaste :

« Oui, c'est vrai que ça doit être enrichissant comme expérience ! »

Bon, enfin, les boissons arrivèrent, et Mina empoigna joyeusement son bon gros verre de jus de framboise. Velouté, acidulé, pourpre, il était parfait. Elle n'attendit pas bien longtemps pour y tremper les lèvres, pendant que son accompagnateur précisait qu'il paierait au comptoir. Puis il embraya sur autre chose, et quelle chose ! Oui, il avait bel et bien choisi la politique pour continuer la discussion. Quelle idée ! Pourtant, ne disait-on pas couramment que c'était l'un des sujets à éviter lorsque l'on rencontrait quelqu'un ? (À moins d'être certain que la personne rencontrée soit d'accord avec nos propos, ce qui n'était absolument pas le cas avec une personne que l'on a croisé dans la rue.) Non, il avait tout de même décidé d'en parler. Ainsi le choix d'un sujet sensé lui plaire en premier lieu aurait servi à préparer le terrain, à la mettre en confiance pour qu'elle lui livre toutes ces convictions politiques ? Oh-oh. Mina était du genre méfiante maintenant, et on ne l'endormait pas comme ça. Elle dissimula tout de même cette impression et décidé d'abonder dans le sens de ce cher monsieur Cooper. S'il avait choisi de parler politique, il avait tout de même emprunté un sentier plutôt facile : celui de critiquer Ombrage. Globalement, à moins d'être le plus lèche-cul de tous et d'avoir un discernement de balais de cabinets, aucun étudiant n'allait en dire du bien en dehors de l'école, et surtout pas à un homme au métier de moldu. Et de toute manière, Mina n'eut pas grand besoin de se forcer pour avoir l'air excédée par le chamallow ambulant. Oh que oui, elle la haïssait vraiment celle-là. Elle leva les yeux au ciel et s'exclama :

« Han, mais quelle cruche alors ! Je ne peux pas la supporter. Et t'as bien raison, elle doit être au seuil de la retraite... J'espère qu'elle la prendra vite, mais apparemment je ne serai plus là quand ce sera le cas, à moins qu'elle abandonne tout en milieu d'année. »

Oui, en réalité elle pouvait la supporter, elle était quand même un peu forcée. Elle se garda bien de dire qu'elle était préfète de sa maison, cela aurait prouvé à Logan son allégeance, ce qu'elle ne souhaitait pas. Bien sûr, s'il lui demandait elle répondrait la vérité, si elle niait et qu'il le découvrait par la suite cela n'aurait qu'encore plus attisé sa méfiance. Elle prit d'ailleurs un pari un peu risqué, et brandit sa main droite – puisqu'elle était gauchère – au nez de son interlocuteur. Le dos en était strié de cicatrices de toutes sortes.

« Ses décrets... Ah, j'ai plus qu'à lire sur ma main pour voir à quel point ils sont chiants ses décrets ! Je les ai copiés des bonnes dizaines de fois pendant mes premières années... »

Non mais sérieusement, qui pourrait soupçonner cette fille rock'n'roll, en passe de se faire faire un piercing à l'oreille, pestant contre la soi-disant plus haute autorité de son école et collectionnant les punitions de soutenir le régime tyrannique qui était en train de se mettre en place ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Tough times don't last, and tough people do. »





Messages : 1378

Points : 0
Avatar : David Tennant
Crédits : Kachilight

Age RPG : 39 ans
Sang : Mêlé
Camp : Ordre du Phénix

Vie du personnage : « Hakuna Matata !
« Une ptite lettre ?
♥️ En couple ? Oui avec Grace, et attention on ne mate pas èOé

Truc en plus : Animagus Buse
Doubles-Comptes : Malcolm Gray



MessageSujet: Re: « I'm a medicines junkie ♪ - Mina   Dim 14 Aoû - 22:58

Ouep. A première vue, Mina O’Malley était la parfaite rebelle et membre de l’Armée de Dumbledore. N’importe qui, à la place de Logan, l’aurait crû. Déjà, son style vestimentaire indiquait qu’elle était du genre à ne pas respecter le règlement et à se promener dans les couloirs sans uniforme. Ensuite, simplement son t-shirt disait qu’elle écoutait du rock, donc à fond malgré l’interdiction de musique. Ce qu’elle pensait d’Ombrage fut clair quand elle s’exprima sur le sujet. Tout lui disait qu’il avait affaire à une rebelle de premier ordre. Qu’elle lui tende une main couverte de cicatrices, qu’il inspecta rapidement, ne fit que confirmer ses pensées. Il pouvait l’apprécier pour tout cela. On aurait dit lui dans sa jeunesse, à quelques détails près. Par contre il n’avait pas manqué de remarquer le faux intérêt qu’elle exprima à l’égard de son métier. Bon, c’était le cas de beaucoup de monde, n’empêche que ça ne faisait jamais plaisir. Surtout qu’il aimait qu’on lui dise les choses en face. Et là, elle avait littéralement fait semblant. Ce qui l’amenait à penser que la jeune fille essayait ... de s’attirer la confiance de son interlocuteur, genre ‘tu as vu, je trouve ce que tu fais intéressant’. Mon cul ouais. En temps que non-menteur endurci, il savait reconnaître un mensonge, non mais ! Raaah, c’est chiant quoi, n’importe qui aurait directement crû cette fille, et lui n’y arrivait pas. Il l’appréciait, mais sans plus, son éternelle méfiance restant bien ancrée. Il devait la connaître quasi parfaitement avant de lui accorder sa pleine confiance. Aussi décida-t-il de jouer le jeu, faire comme si tout allait bien. Et il n’avait même pas à mentir pour ça, au final, vu qu’il ne disait que la stricte vérité de son habituel ton détaché. Il ne devait juste pas laisser voir qu’il se méfiait d’elle.

« J’ai de la chance : je suis arrivé l’année juste après son départ. Je suis sûr que j’aurais fini par devoir apprendre à écrire de la main gauche tellement j’étais perturbateur en classe ! »

Oui, dans sa jeunesse, Logan Cooper avait tendance à se faire renvoyer des cours ennuyants pour bavardage. Il ne mettait pas toujours l’uniforme mais écoutait sa musique en silence. Quoi que parfois il se mettait à chanter et à faire le con pour amuser ses amis, se faisant ainsi réprimander. La musique, chantée ou écoutée, ça reste de la musique. Il avait toujours été un garçon plein de vie et infatigable. Bon, il s’était un peu apaisé aujourd’hui, mais il restait capable de danser toute la nuit si on le lui proposait, tout comme il pouvait se comporter comme un vrai gamin en pleine rue si l’envie lui prenait. Cependant, avec les temps qui courent, il n’en avait pas vraiment l’occasion. Mieux valait ne pas se faire remarquer. Ce fut au moment où il pensait à tout ça qu’un élève entra dans le bar, et en les voyants, se dirigea droit sur eux. C’est qui ? Et il veut quoi, celui-là ? Log’ eut un sourire sympathique, comme d’habitude très ouvert, mais visiblement, lui ne l’était pas puisqu’il jeta un coup d’œil au sac aux pieds de l’Animagus, eut un regard moqueur et en passant à côté d’elle, se tourna vers Mina ...

« Salut Mina. Bravo pour ton poste de préfète, au passage. »

... avant de continuer son chemin vers le bar où il commanda on ne sait quoi, probablement une boisson, comme tout le monde. Il ne faisait que la saluer, mais Logan, lui, avait écouté la petite remarque en plus avec beaucoup d’attention. Préfète de Serdaigle, hein ? Voilà qui était suspect. Très suspect, même, en sachant que Moïra River était la précédente et que celle-ci avait dû trouver une remplaçante car elle avait monté de ‘rang’ dans la hiérarchie de Poudlard. Et quand on fait partie de l’Ordre, on sait que la famille River est loin d’être fréquentable. La plupart d’entre eux étaient des Mangemorts. Son ami Adam avait même tué le fils aîné de la famille lors d’une mission. L’ornithologue se passa la main dans les cheveux, les ébouriffant au passage encore plus qu’ils ne l’étaient déjà, avant d’avoir un sourire qui se voulait curieux.

« Préfète, hein ? Ca en fait des responsabilités. Et il ne faut surtout pas manquer de respect à Ombrage et sa clique. »

Il but une gorgée de son Canada Dry. Son ton était parfaitement innocent et avait à peine changé de quelques minutes plus tôt. Moi, commencer sérieusement à croire que tu es du côté des méchants ? Jamais voyons ! Il remerciait vraiment l’impoli de son passage, au moins il pouvait maintenant y voir un peu plus clair. Sauf que comme certaines personnes le disent, la chance ne nous sourit pas deux fois de suite. Ce fut son tour de ne pas en avoir. Parce que oui, il fallait bien qu’il soit au Trois-Balais juste le jour où le type à la table à côté s’y trouvait. Type qui le fixait en se posant des questions depuis cinq minutes. Type qui se leva pour se planter devant lui. Type qu’il venait tout juste de reconnaître. Type qui n’est rien d’autre qu’un gros con voulant se faire remarquer. Pourquoi avait-il fallu qu’il la connaisse et ait donc été mis au courant quand c’était arrivé ? Hein ? Pourquoi fallait-il qu’il soit juste là et qu’ils se revoient après plus de dix ans, maintenant ? Fait chier quoi. Connard.

« Cooper ? Logan Cooper ? Wah, ça fait un bail dis-moi ! »
« Tu m’as terriblement manqué Nick. »
« T’as pas changé, toujours aussi sarcastique. »
« Ravi de t’avoir revu, je suis un peu occupé là, tu m’excuseras. »

Nick sembla remarquer la jeune Serdaigle puisqu’il daigna enfin la regarder. Oui, c’est avec elle que je suis occupé, tu ne te trompes pas. Maintenant, casses-toi, Nick, ancien Serpentard de ma génération. Vas te saouler la gueule ailleurs. Il ne s’était jamais entendu avec l’Animagus. Jamais. Il avait toujours pris un malin plaisir à se moquer de lui pour sa maigreur et du sang moldu de Grace quand ils étaient jeune, et à essayer de l’énerver les rares fois où il était invité à la maison à l’occasion d’une fête ou d’un anniversaire, quand il avait la vingtaine. Sûrement aurait-il préféré que ce soit lui que la jeune femme avec qui Log’ vivait choisisse pour vivre une vie commune. En tout cas, il savait et n’hésiterait pas à lui rappeler ce qu’il s’était passé, en bon débile qu’il était. Mais bon, il faut toujours des imbéciles dans une vie. L’homme haussa les épaules, avant de faire mine de retourner à sa place, pas plus intéressé que ça. Sauf qu’il sembla changer d’avis et se tourna de nouveau vers eux tandis que Logan le fixait avec un air menaçant. Qu’il ignora complètement.

« Ah, m’moiselle, un conseil : faut pas rester avec ce type, il drague les jolies filles, se fiance et puis les laisse crever aux mains des Mangemorts. Vous pourriez peut-être être sa prochaine vict... ! »

Il eut un léger rire moqueur avant de se taire et de faire un pas en arrière en voyant Cooper se lever, les poings serrés et le regard assassin. L’ornithologue se bagarrait parfois, mais il laissait toujours au moins trois chances avant laisser éclater sa colère et de frapper solidement. Mais s’il y avait bien une chose qui ne le faisait même pas réfléchir, qui le poussait à s’énerver, c’était qu’on le provoque et raconte des mensonges à son égard en lien avec son ex-fiancée. Il ne réfléchissait même plus à avec qui il se trouvait, à qui le regardait. Quoi que là, il regarda autour de lui et pu voir les jeunes se tourner vers eux, le regard curieux ou effrayer. Si bien, qu’il attrapa le type par le col et le fixa dans les yeux. Désolé mon pote, mais contrairement à quand j’avais douze ans, je suis peut-être maigre et fin, mais j’ai de solides muscles et je sais m’en servir. Remarque aussi que je fais un mètre quatre-vingt cinq. Et n’oublie pas qu’un homme en colère est encore plus dangereux.

« Habituellement, je t’aurais fait ta fête et tu te serais enfui en appelant ta mère, mais il y a des gosses ici, et je ne compte pas les éclabousser de ton sang de sale con. Alors voilà ce que je te propose : tu te casses sans discuter et tu ne m’approches plus jamais ou je te fais regretter tes paroles. »

Dans sa voix calme perçait malgré tout une pointe de colère intense non dissimulée. Celle-ci était claire et nette dans ses yeux. Nick avala difficilement sa salive, l’air soudain effrayé. Il savait très bien comment était Logan énervé, mais il avait pris le risque. Peut-être s’était-il sentit en sécurité dans un lieu public, mais il s’était trompé. Il y a des choses avec lesquelles on ne joue pas. Désolé. Il hocha vivement la tête et l’Animagus le lâcha, ne le quittant pas des yeux. Celui-ci fit un pas en arrière, faisant mine de retourner à sa place, avant de se raviser. Et puis merde, hein, il n’aura que ce qu’il mérite. Le Phénix se retourna soudainement et envoya valser son poing dans la gueule du perturbateur, ce qui sembla réveiller celui-ci et avec un air désespéré et rebuté, il sortit rapidement, mais sans courir – il tient trop à son honneur, le pauvre – le visage baissé, essayant de cacher le sang qui lui coulait du nez. Wah, ça fait du bien. Logan le regarda partir, satisfait, et porta à nouveau son attention, sur les alentours. Visiblement, le serveur avait voulu intervenir juste au moment où tout s’était terminé, et il semblait bien content de ne pas avoir à la faire, alors que les adultes présents murmuraient avant de retourner à leur boisson comme si rien ne s’était passé. Les jeunes, eux, semblaient avoir du mal à détacher leur regard soit choqué pour les pacifistes, soit amusé pour les petites brutes. Heureusement pour lui, personne d’autre que Mina ne devait avoir entendu les paroles qui avaient provoqué ce grabuge. La voix du grand brun résonna dans le bar :

« A ne pas reproduire chez vous, les jeunes ! »

Et un sourire rassurant. Ca c’est Logan cool, vous voyez. Il se rassit ensuite, bien content de s’être débarrassé de cet imbécile doublé d’un lâche. Heureusement, il ne comptait pas laisser les souvenirs et la culpabilité le submerger aujourd’hui. Aujourd’hui, il voulait oublier ce qu’il venait de se passer et profiter de sa journée.

« Désolé, ça m’arrive rarement de m’emporter comme ça. Ca ne fait pas de moi un gars violent, hein ! Mais tu peux partir, si ça te gêne de rester avec moi. Je comprendrai. Provoquer la fuite d'un imbécile, ce n’est pas toujours super pour se faire une bonne réputation. »

N’empêche que maintenant, il était dans une situation un peu ... embarrassante. Faut croire qu’on est quitte, ma jolie.


✄-------------------------------------------------------------------



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité







MessageSujet: Re: « I'm a medicines junkie ♪ - Mina   Mar 16 Aoû - 10:42

Tout se passait parfaitement bien. Ils étaient là, assis tranquillement à discuter de choses et d'autres, sans réel fond, sans réel problème. C'était parfaitement banal et distrayant. Mais très vite, la conversation prit un tournant totalement inattendu. La faute à qui ? Et bien, à une fille Poudlard qui, évidemment, débarqua pile après que Mina ait exhibé sa main pleines des cicatrices de la vieille truie. Cette fille de Poudlard était une sixième année de la même maison qu'elle, appartenant depuis toujours aux les Basilics, issue d'une famille de Sang Pur et pour laquelle la vie était vraiment pré-mâchée. Pas vraiment le genre de personnes que Mina aimait, même après son changement de camp. Mais la justice de ce monde faisait tout de même que c'était elle, la Sang Mêlée fidèle et exceptionnelle, qui avait obtenu le poste haut placé de préfète de Serdaigle... et pas celle qui aurait pu, peut-être, bénéficié d'un peu de piston de la part de la famille. Bref, cette fille, Mina ne se la sentait pas vraiment, mais elle était bien obligée de la supporter : on appelait ça politesse, elle avait découvert cette vertu de la société peu de temps auparavant. Et cette fille de sixième année, évidemment, ne pu s'empêcher d'aller voir Mina pour lui glisser une petite félicitation. Pff, lèche-cul va. La blondinette la savait bien folle de jalousie, comme pas mal de personnes d'ailleurs. Bon. Cette conne ne pouvait certes pas deviner que Mina était en train de faire croire à quelqu'un qu'elle était restée la rebelle qu'elle était autrefois. Ce que la ''félicitation'' de l'imbécile faisait basculer. En disant à haute voix qu'elle était préfète, elle signifiait du même temps à Logan que Mina n'était pas tout à fait qui elle semblait être, voire même pas du tout. Mais elle avait prévu cette éventualité, ne serait-ce qu'en ajoutant l'indicateur ''durant mes premières années'' en montrant sa main. Aussi elle ne se montra ni surprise ni ennuyée et offrit un joli sourire à sa camarade de Serdaigle :

« Salut ! Merci, c'est très gentil. »

Évidemment elle n'ajouta pas le et désolée qu'il t'ait échappé, pétasse qui lui brûlait les lèvres. Mais ce n'était rien. Même si cela faisait d'elle une potentielle pro-mangemorte aux yeux de Logan, elle savait comment elle pourrait vite évincer cette idée de son esprit. Certes, il n'avait pas eu l'air très convaincu par sa fausse démonstration d'enthousiasme de tout à l'heure. Mais Mina avait appris que le meilleur des mensonges restait celui qui se tenait au plus proche de la vérité. Et si Logan lui donnait l'occasion de semer le doute en lui, elle ne se priverait pas, et exposerait des faits si proches de la réalité qu'il serait même délicat de les nommer ''mensonge''. D'ailleurs, il ne manqua pas d'appuyer le trait que la fille qui venait de passer lui avait fait remarquer. Il n'avait pas vraiment changé de ton depuis tout à l'heure mais dans sa phrase se décelait comme une pointe d'ironie. Mina réagit par un simple sourire et s'apprêtait à répliquer lorsque... Et non, un événement inattendu n'arrive jamais seul. Un événement, ou plutôt une personne inattendue. Cette fois-ci, la personne qui se fit remarquer semblait en avoir après Logan et non après elle... Il avait l'air d'être un peu du même genre de personnes que la demoiselle de tout à l'heure, et apparemment, il n'était pas trop apprécié du monsieur Cooper. Voire même pas du tout. Il avait tout l'air quelqu'un que l'on ne revoit pas pendant de nombreuses années ou duquel on a jamais été très proche mais qui se pointe quand même pile poil au moment ou il ne faut pas – même si, en théorie, se serait aussi bien qu'ils aient totalement disparu de la circulation et qu'ils ne se repointe jamais, nulle part. Bref après avoir signifié sa présence rien que pour emmerder Logan il sembla vouloir revenir à sa place, mais malheureusement quand on est con, on est con, et on ne rate jamais une occasion de le prouver. Il fit donc demi tour et revint vers la table, s'intéressant cette fois à Mina. Et merde... Mais ce qu'il évoqua fut des informations les plus intéressantes de la matinée. D'après ce qu'elle pouvait comprendre du soit-disant conseil du dénommé Nick, Logan avait été fiancé à une fille soit assassinée par les Mangemorts soit devenue Mangemorte et peut-être morte avec eux – mais Mina penchait plus pour la première option. En tout cas il y avait désormais de fortes chances pour que les déductions faites grâce au Canada Dry s'avèrent vraies. Elle pouvait être satisfaite d'elle, mais les révélations soudaines auraient presque pu être désarçonnantes. Voire même totalement désaçonnantes.

Puis Logan Cooper, cet homme charmant qui devait à ses heures prôner la paix, la non-violence et tout le blabla habituel, se leva, perdit son sang froid, prévint le type des problèmes qu'il encourrait, et colla finalement son point dans la gueule de l'indésirable Nick. Bon, ça c'est fait. Finalement, le Nick sortit du bar et Logan lança à la petite troupe de spectateurs curieux une blague qui se voulait de clore l'affaire. Puis il se rassit, l'air de rien, mais un peu embarrassé quand même. L'avis de Mina sur cette situation ? Surprenante. Mais fort amusante en fin de compte. Rien ne la surprenait vraiment, mais elle pouvait saisir désormais l'entité du personnage de Logan Cooper, ou en tout cas une bonne partie de sa vie. Elle reconstituait la chronologie dans sa tête, et pouvait plus ou moins comprendre qu'il avait probablement participé à la Bataille de Poudlard quand il était tout jeune, c'était potentiellement là qu'il avait été blessé à son épaule, puis il avait fait des études moldues, était devenu ornithologue avant de regagner le monde magique. Là, ou plus tard, il avait été fiancé et il avait perdu sa promise de quelque manière que se soit à cause des Mangemorts. Le tout prouvait qu'il était définitivement anti-Mangemorts. Lui de son côté devait penser avoir saisi quelque chose d'elle – au contraire il n'avait rien saisi. Toutes les informations qu'il avait à sa disposition se contredisaient : elles la disaient à la fois amoureuse du monde moldu et peut-être acoquinée à des pro-Sang Pur, haïssant Ombrage tout en ayant été promue préfète... Finalement, que savait-il, de quoi était-il sur ? Qu'elle était préfète, oui. Mais pourtant elle avait été sincère dans son attrait pour les sacs plastiques moldus. Elle n'avait pas menti en disant avoir une mère moldue non plus. Finalement tout était flou et, comme tout le monde, Logan Cooper ne savait pas tout d'elle et ne le saurait jamais. Elle était trop complexe pour qu'on la cerne ainsi, elle en était persuadée.

Cependant elle ne comptait pas arrêter là sa conversation avec Logan pour autant. Elle songea qu'il serait peut-être intéressant de discuter politique avec elle, elle se savait désormais totalement hermétique à la propagande mais aurait aimé voir comment il allait s'y prendre pour lui retourner le cerveau. Elle était curieuse d'avoir ses arguments, elle en saurait plus sur « l'autre coté » et allait ainsi pouvoir peaufiner sa propre propagande. Non, elle ne comptait pas lâcher le petit Logan – quoi qu'il était grand quand même – comme ça. Il débita donc qu'il n'était pas un mec violent – qu'est-ce qu'elle disait, tous ces mecs fouteurs de pains se disaient pacifistes... – et qu'il comprendrait que Mina ne veuille plus discuter avec lui. Oh que non, Mina elle comptait plutôt le tenir pour en tirer un maximum. C'était toujours intéressant et enrichissant de se confronter à d'autres manière de raisonner. Mina eut un geste évasif de la main pour montrer qu'il n'y avait aucun problème, puis elle baissa légèrement le ton de sa voix et dit :

« Non, au contraire je trouverais très intéressant de continuer à discuter. Par contre, on pourrait peut-être changer d'endroit ? Il faut croire que ce bar est un peu trop fréquenter pour que l'on soit tranquilles. »

Oui, elle en avait un peu marre de voir tous ces gens autour d'eux et les derniers événements la rendaient presque paranos. Elle avait sa dose de dérangements pour la journée, et comptait plutôt s'isoler pour pouvoir débattre en paix, sans interruptions inopportunes. Puis elle décida d'ajouter, pour éviter tout malentendus – enfin, pour commencer à dissiper un peu la méfiance de Logan. Et comme prévu, elle ne dit que la stricte vérité :

« Et pour répondre à ta question, oui, je ne dois pas médire sur Ombrage et sa bande. Mais je suppose que tu sais que personne n'est tout blanc ni que personne n'est tout noir... C'est comme ça, il faut faire des compromis dans la vie. »

Et voilà, le débat politique est annoncé. Et on se frotte les mains d'avance n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Tough times don't last, and tough people do. »





Messages : 1378

Points : 0
Avatar : David Tennant
Crédits : Kachilight

Age RPG : 39 ans
Sang : Mêlé
Camp : Ordre du Phénix

Vie du personnage : « Hakuna Matata !
« Une ptite lettre ?
♥️ En couple ? Oui avec Grace, et attention on ne mate pas èOé

Truc en plus : Animagus Buse
Doubles-Comptes : Malcolm Gray



MessageSujet: Re: « I'm a medicines junkie ♪ - Mina   Jeu 18 Aoû - 20:30

Okay. Il était ... mal barré. Mademoiselle O’Malley pouvait maintenant facilement se créer son profil. C’était une Serdaigle, elle devait donc être intelligente et suffisamment pour en conclure qu’il était de toute évidence du côté de gentils. Question de logique. Elle avait eut sous les yeux la preuve qu’il devait très certainement haïr les Mangemorts. Ce qui était bien sur le cas. Comme s’il avait pu leur pardonner la perte qu’ils lui avaient faite subir. Comme s’il pouvait oublier, ne serait-ce qu’une seule seconde, que ces gens n’étaient que des salauds devant être punis. Lui qui détestait tellement que les gens sachent pour son passé, voilà que celui-ci était révélé à une illustre inconnue qu’il avait du mal à cerner, tout ça à cause d’une vieille connaissance complètement débile. Ce n’était vraiment pas de chance. Pas du tout. Surtout si elle n’était pas de son côté, quoi que à part le fait qu’elle soit préfète, rien n’indiquait qu’elle n’était pas de l’Armée de Dumbledore. Il ne savait plus trop quoi penser. D’autant plus qu’elle sembla d’abord surprise face à sa réaction quasi-violente, mais ça ne dura pas bien longtemps. Elle garda son calme et ne bougea. Même que lorsqu’il se rassit, elle ne fit aucune allusion à ce qu’il venait de se passer. Elle ne dit d’abord rien, le laissant parler en premier – d’un côté, elle n’en aurait probablement pas eue le temps, vu la vitesse à laquelle il s’excusa – avec un regard qu’il n’arrivait pas à comprendre. Ce regard, il ne l’aimait pas. Il y avait quelque chose d’étrange. De mitigé. Il n’arrivait pas à mettre un nom dessus.

Quand elle lui répondit, ce fut pour lui dire qu’elle trouverait très intéressant de continuer à discuter. Très intéressant, vraiment ? Il la savait intéressée par les choses moldues, mais à part ça, que trouvait-elle intéressant ? Même très intéressant. Il haussa un sourcil. Mouais. Bizarre comme formulation. Elle proposa également de sortir pour aller parler autre part. Ca par contre, ça l’arrangeait. Il n’avait pas non plus très envie de rester ici. Il aimait être remarqué, mais pas comme ça. Pas parce qu’il avait frappé quelqu’un. D’ailleurs, il ne tarderait pas à le regretter, même s’il avait pris un anti-douleur stabilisant la douleur trente minutes plus tôt environ. Quand on est droitier, et blessé à l’épaule, on devrait éviter de faire des gestes puissants et brusques. Mais bon, tant pis, son coup de poing valait le coup de souffrir un peu plus. Nick l’Imbécile – avec une majuscule s’il-vous-plait ! – l’avait bien mérité. Seul problème, il ne pourrait pas reprendre un de ses médicaments. Mauvais pour la santé de forcer dessus. Et il ne comptait pas être content de constater que ça marchait, risquant ainsi d’exagérer dans ses doses par la suite. Il endurerait, et puis tant pis.

« D’accord, ça me va. On trouvera bien un banc, il ne fait pas froid dehors. »

Logan but quelques gorgées de sa boisson : s’ils devaient partir, mieux valait finir son verre et ne pas payer pour rien. Mina reprit directement la parole pour répondre à la phrase qu’il avait prononcée avant qu’ils ne soient dérangés une deuxième fois. En voilà des paroles à la fois matures et louches. Enfin, il n’était pas tout à fait d’accord. Des gens tout blancs n’existent pas. Mais des tout noirs, si. Le mal absolu existe, mais pas le bien, étrange, non ? Osez dire que Voldemort n’était pas tout noir, on vous regardera avec un haussement de sourcil, Logan en premier. Ces Mangemorts qui avaient tué et blessé à vie des gosses lors de la Bataille de Poudlard, étaient-ils vraiment dotés d’un peu ‘de blanc’ ? Lui n’en était pas convaincu. Il n’était pas d’accord. Les gens tout noirs existent. Et ce sont la plupart des Mangemorts. Peut-être pas tous mais la plupart. Des compromis. Accepter le mal pour monter plus haut, était-ce ça qu’elle voulait dire ? Pour être préfète, elle se devait de respecter Ombrage malgré les horreurs qu’elle avait commises et commettait encore aujourd’hui. Ce n’était pas vraiment une vision des choses qu’il acceptait. De son point de vue, il préférait être en bas de la société plutôt que d’accepter, ne serait-ce qu’une seule seconde, ce qu’il se passe à Poudlard sous la tutelle d’Ombrage.

« Les Mangemorts sont tout noirs. Ils ne font pas de compromis pour rester un peu ‘blancs’. Ils restent ‘noirs’, c’est tout. Ceux qui font voir du ‘blanc’ ne sont qu’un tissu de mensonges. C’est un jeu. Voldemort n’accepte pas les ‘noir et blanc’. »

Il baissa les yeux pour fixer son verre. Une habitude. Dire ça le classait directement dans les ‘gentils’, mais au fond il s’en fichait, puisqu’il était certain que Mina savait déjà à quel genre de personne elle avait affaire. Pas la peine de le cacher, c’était clair pour la Serdaigle. Sans lui laisser le temps de répondre, il se leva ...

« Je vais payer. »

... et se dirigea vers le bar où il donna sa monnaie au serveur. Celui-ci le fixait avec hésitation, pas très rassuré après ce qu’il s’était passé cinq minutes plus tôt, mais il ne dit rien et se contenta de retourner à son travail en le remerciant pour le pourboire qu’il lui laissait. Il revint directement, constatant que Mina s’était levée pour partir. Bien, ils pouvaient y aller. Il lui dit qu’il la laissait choisir l’endroit, que ça lui était égal et la suivit dehors. Le temps était toujours beau. Tant mieux, il ne savait pas ce qu’il aurait fait en débardeur sous une pluie battante. Attraper froid n’était vraiment pas ce dont il avait besoin. Les rayons du soleil eurent donc pour effet de le faire sourire, ce qu’il n’avait plus fait sincèrement depuis l’intervention de l’Imbécile. Dingue comme l’astre solaire peut remonter le moral. Il se tourna vers la jeune fille. L’Animagus ne savait toujours pas où la placer. Elle était difficilement cernable, et ça le perturbait un peu. Il savait juste qu’il ne devait pas lâcher une information ou une autre pouvant la mener à la conclusion qu’il faisait partie de l’Ordre du Phénix. La préfète avait toutes les preuves qu’il était contre les Mangemorts, mais rien ne lui prouvait qu’il était encore plus engagé qu’elle ne pouvait l’imaginer.

« J’ai été préfet aussi. C’était sympa. »

Nouveau sourire. Voyons comment les choses vont tourner, et où tu vas m’emmener.

✄-------------------------------------------------------------------



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité







MessageSujet: Re: « I'm a medicines junkie ♪ - Mina   Mer 31 Aoû - 9:32

Bon bon bon. Après la séance révélations, les choses tendaient à se tasser. Sentant qu'ils n'allaient pas tarder à quitter les Trois Brasseurs – qui s'étaient illustré comme un endroit moyennement fiable –, Mina sirota plus vivement et hâtivement son jus de framboise. Elle aimait beaucoup cette boisson fruitée et n'en aurait laissé dans son verre pour rien au monde, même si le verre en question était offert. Logan Cooper s'était révélé – quoi que ç'avait été assez prévisible finalement – être un potentiel partisan des révolutionnaires qu'elle avait cessé de côtoyer. Peut-être même plus encore qu'elle avait pu le soupçonner dès le départ. Une fois qu'elle eut exposé sa théorie selon laquelle chacun était « gris » (et pas saoul, ne vous méprenez pas), elle fut surprise comme pas deux par la réaction de Logan. Quoi, qu'est-ce qu'il me sort ? Ah oui. Selon lui, les mangemorts étaient le mal incarné, bouh, les vilains pas beaux, tout noirs et tout méchants. Mina dû se retenir de lever les yeux au ciel et, dans ce but, se remit à siroter son jus de framboise les yeux rivés sur son verre. Elle ne répondit rien, occupée à boire, mais préparait déjà sa réplique. Très vite, Logan se releva afin d'aller payer les deux boissons commandées, et lorsqu'il eut fini, Mina avait choisi et sa destination et sa réplique. Ils sortirent ensemble du café, la demoiselle n'avait pas encore réouvert la bouche. Son accompagnateur lui signifia qu'elle pouvait choisir le prochain endroit, cela lui était égal. Elle réfléchit quelques instants, puis empoigna son bras, et l’entraîna ainsi avec elle lorsqu'ils transplanèrent.

L'endroit était calme, le genre de quartier résidentiel tranquille et sans histoire. Les petites maisons identiques – à quelques infimes détails près – s'alignaient les unes à côté des autres derrières les haies vertes et bien taillées. C'était un petit endroit pavillon aire charmant situé tout juste en périphérie de Londres, que Mina avait découvert peu avant sa rentrée en première année, alors qu'elle vivait chez son père. Lassée de l'un des seuls moments où elle s'était retrouvée seule avec lui dans son grand appartement richement décoré, incapable de rester plus longtemps cloîtrée si près de cette personne qu'elle haïssait tant, ulcérée par sa simple présence, Wilhelmina O'Malley avait, du haut de ses frais onze ans, décidé de s'en aller. Elle avait pris le double des clefs et elle était partie. Elle avait marché longtemps jusqu'à, enfin, trouver ce petit endroit bien moins chic mais bien plus calme, où les arbres fleuris laissaient entendre le chant des oiseaux et où les bancs se faisaient moins rares. Banc sur lequel, aujourd'hui, elle s’essayait, cette fois en compagnie d'un quasi inconnu... mais c'était déjà mieux que toute seule. Une fois installée, elle se perdit à écouter le chant des oiseaux plutôt qu'à songer à enfin répondre à son interlocuteur. Son esprit se faisait de plus en plus vagabond en ces temps-ci, et elle s'était surprise à développer une sorte de mode veille qu'elle espérait lui permettre, plus tard, de contrôler son troisième œil. Le fait est qu'elle fut tirée de sa rêverie momentanée par Logan, qui, probablement gêné par le silence, avait pris la parole. Ah tiens, il avait été préfet ? Mina reporta son attention sur lui. Elle lui sourit d'un sourire doux, apaisé par l'ambiance calme. Toutes ses envies de lever des yeux courroucés au ciel l'avaient quittée, et elle se sentait prête à tout prendre d'une manière ''peace and love'' digne d'un bon pétard. Elle sourit donc, et répondit :

« C'est vrai que c'est sympa. D'ailleurs c'est plutôt chouette puisque je m'entends assez bien avec les autres préfets – pas tous bien sûr, ce serait impossible. Mais on se comprend assez bien avec mon collègue de Serdaigle. Oh, et j'ai toujours bien rigolé avec les préfets de Serpentard... On ne s'accorde pas tout le temps niveau politique, mais tant pis. »

Bon, petit recadrage. Mina avait délibérément donné de manière implicite des noms à Logan, pour lui fournir des ''repères'' face à son choix de camp... Mais les repères étaient un peu faussés. En effet, elle avait évoqué sa relation avec Lysander sans préciser qu'elle avait retourné sa veste et ne l'en avait pas averti. Quant à ses différents politiques avec les Bielova – qu'elle avait apprécié même quand elle se croyait anarchiste – ils n'étaient plus vraiment d'actualité. Mais pas la peine de parler en détail. Tout ce qu'elle disait était vrai – pas exact mais vrai. Elle laissa un temps de silence puis ajouta, comme quelqu'un qui se rend compte soudainement d'un oubli :

« Oh, et quant aux mangemorts qui seraient tout noirs... A mon avis c'est comme le blanc, ça se cultive et ça se montre – ou pas. Je n'en dit pas plus et je n'en pense pas moins, mais souvent, à Poudlard, ceux qui se disent anti-mangemorts sont aussi violents que ceux qui se disent pro-mangemorts. Alors tant qu'à avoir des comportements « noirs », je trouverais presque ça plus logique d'avoir les idéaux qui vont avec, n'est-ce pas ? »

Elle avait volontairement mis les pieds dans le plat – et les deux. Mais les nuances qu'elle avait inséré dans ses phrases la disaient plus neutre que pro-mangemorte, plus blasée qu'autre chose. Elle ne faisait que notifier ce qu'elle avait remarqué, au fil des affrontements dans l'école : ceux qui se disaient blancs manquaient cruellement de cohérence.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Tough times don't last, and tough people do. »





Messages : 1378

Points : 0
Avatar : David Tennant
Crédits : Kachilight

Age RPG : 39 ans
Sang : Mêlé
Camp : Ordre du Phénix

Vie du personnage : « Hakuna Matata !
« Une ptite lettre ?
♥️ En couple ? Oui avec Grace, et attention on ne mate pas èOé

Truc en plus : Animagus Buse
Doubles-Comptes : Malcolm Gray



MessageSujet: Re: « I'm a medicines junkie ♪ - Mina   Mer 31 Aoû - 20:48

Mina ne répondit pas tout de suite. Non, du moment où il alla payer jusqu’à ce qu’ils sortent, elle resta silencieuse. Ce fut lui qui brisa le silence en lui proposant de choisir l’endroit où elle voulait se rendre pour continuer à discuter : l’aiglonne prit quelques secondes pour réfléchir avant de s’emparer soudainement du bras de son compagnon de la journée, pour transplaner ... dans une rue. Une rue comme on en voyait souvent dans Londres, au début de la banlieue. Une rue banale, dont toutes les petites maisons étaient quasi-identiques. C’était un endroit d’une grande simplicité, mais calme et plutôt joli, selon ses propres goûts. La jeune fille l’entraina vers un banc, sur lequel ils s’assirent, sans rien dire. Si elle préféra écouter le chant des oiseaux – ce qu’il lui arrivait souvent de faire, en bon ornithologue – lui n’était pas très à l’aise, bien qu’il évita de le montrer. Il avait laissé une parfaite inconnue qu’il n’arrivait pas à cerner l’entrainer dans un coin tout aussi inconnu, quoi qu’il était assez intelligent pour savoir qu’il s’agissait de la capitale, étant lui-même Londonien. N’empêche que ce n’était pas très prudent. Bah de toute façon, qu’est-ce qu’elle pourrait lui faire ? Il ne doutait pas de ses capacités, mais il était quand même bien plus expérimenté que Mina. De toute façon, il pouvait se tirer sous sa forme de buse sans avoir à risquer quoi que ce soit, étant déclaré depuis peu. Pas de quoi s’inquiéter, donc.

Le silence et Logan, quand il ne déprime pas, ne sont pas vraiment amis. S’ils pouvaient s’apprécier quand le besoin s’en ressentait, l’Animagus n’aimait pas être de cette compagnie quand il était possible d’ouvrir la bouche. Et Mina ne semblait pas prête de s’exprimer, puisqu’elle continuait de fixer le vide, très certainement dans ses plus profondes pensées. Il décida donc de briser le silence avec quelque chose de neutre, histoire de détendre l’atmosphère après les événements de dix minutes plus tôt. Et sa réponse au sujet du noir qui avait semblé faire quelque chose à la jeune fille. Il dit simplement qu’être préfet lui avait plu, sur un ton calme et un peu nostalgique, avant de sourire. Enfin, Mina sembla se rappeler qu’il était là et reporta son attention sur lui avec un sourire doux. Rah, comment pouvait-il douter d’une fille comme elle ? Elle puait le neutre à plein nez, et pourtant il n’arrivait pas à croire que c’était aussi simple que ça. Mais bref. Son collègue de Serdaigle ? Ah, Lysander. Un marrant ce gosse. Leur relation était assez comique, mais il n’en dirait pas un mot. Tout comme du fait qu’il connaissait également les préfets de Serpentard pour leur mauvaise réputation. S’il lui sortait qu’il connaissait un peu trop des élèves de Poudlard, elle pourrait en venir à certaines conclusions. Un simple sorcier vivant auprès des Moldus n’avait pas à être au courant de tout ça. Mais quand on fait partie de l’Ordre, on connaît les Dragonneaux, les Weasley, les Potter et on surveille les élèves de Poudlard se faisant trop remarqué, dont les River et les Bielova. Il lui fallait pourtant répondre à ce sujet semblant être tellement anodin, s’il ne voulait pas que ça fasse bizarre.

« Ma meilleure amie était préfète avec moi, je ne pouvais donc que bien m’entendre avec elle. Les autres préfets étaient sympas, mais on ne les croisait pas souvent, sauf quand il le fallait. Enfin bon, on faisait bien notre boulot, mais on en profitait aussi ! »

Il eut un rire léger face à ces doux souvenirs et ainsi ne put s’empêcher de lâcher un doux sourire. Alalah, sûr qu’ils avaient bien travaillé, mais qu’est-ce qu’ils n’avaient pas désobéis grâce à leur statut ! Leur cinquième, sixième et septième années avaient été vraiment calmes et plutôt funs. Le bon vieux temps. Log’ devint plus sérieux quand elle revint sur le fameux sujet du ‘noir’ et du ‘blanc’ qui l’avait rendue silencieuse. Il haussa une fois de plus un sourcil en écoutant ce qu’elle avait dire. Mmmh. Intelligente cette petite. Et ses paroles renforçaient l’idée qu’elle devait être neutre. Mais ça, il n’y croyait toujours pas. Pas complètement en tout cas. Peut-être que ça viendrait, ou peut-être pas. Les paroles de la jeune fille amenaient à réfléchir. Les mangemorts sont tout noir, voilà quelle était sa propre pensée. Mais au fond, n’était-il pas un peu trop influencé par son passé ? Y avait-il peut-être, malgré tout, des Mangemorts qui puissent avoir une parcelle de bien en eux ? Reid Turner, qu’il avait lui-même coincé avec des collègues et jeté à Askaban, avait été son ami pendant de nombreuses années durant lesquelles il n’aurait jamais pu croire côtoyer quelqu’un du camp opposé. Et pourtant il l’était. Reid s’était-il toujours joué de lui ou son amitié avait été sincère ? Il n’en savait rien. Et si tous les Mangemorts n’étaient pas comme il les imaginait ? Il était loin de changer complètement d’avis et de se dire que ceux-ci étaient en fait de gentilles personnes dans le fond, mais ça laissait à réfléchir. Mina exprima aussi qu’au fond, les anti-mangemorts étaient tout autant violents que les pro. Elle n’avait pas tord. Mais n’y avait-il pas une différence ? Une petite ? Ou pas ?

« Je me suis emporté et n’ait pas vraiment réfléchi avant de parler, j’avoue. C’est juste que j’ai du mal à concevoir que des gens ayant blessé, torturé et tué des gamins n’ayant rien demandé pour la plupart puissent avoir une parcelle de bonté en eux. Je penserais peut-être différemment si je n’avais pas été là. Si je n’avais pas vu tout ça. Les supplications les motivaient, c’était parfois à peine s’ils regardaient leurs victimes. Ou ils le faisaient, mais avec de la cruauté dans les yeux. Je pourrais même dire que certains y prenaient plaisir. Alors oui, je ne peux pas me faire à l’idée qu’ils puissent être un peu blancs. Enfin, je dois bien admettre que certains d’entre eux méritent le bénéfice du doute. J’ai peut-être ou certainement tord, mais c’est mon avis. Comme tu as le tien. »

Il aurait également pu ajouter : ‘s’ils ne m’avaient pas enlevé ma fiancée sans raison’, mais il ne voulait pas revenir là-dessus. Si Mina le souhaitait, elle n’avait qu’à demander, mais ce n’était pas lui qui ferait le premier pas dans ce terrain-là. Au moins il avait maintenant mis au clair ses pensées, avouant au passage avoir connu des Mangemorts en lesquels il avait ou accordait toujours une partie de sa confiance. Il imaginait aisément la colère que devait ressentir Reid à son égard, pourtant le jeune homme n’était toujours pas venu lui régler son compte. Peut-être parce qu’au fond, une part de leur amitié n’avait pas coulée ? Enfin bon. Avec ce qu’il avait dit, si Mina n’avait pas compris d’où il tirait sa blessure, c’est qu’elle était vraiment stupide. Celle-ci commença d’ailleurs à le démanger salement, résultat de sa petite altercation avec monsieur l’Imbécile de service. Les antis-douleur stoppent les souffrances déjà présentes, ce ne sont pas des anesthésiants : la douleur allait revenir et il devrait la supporter. Shit. Connard de Nick, je n’avais vraiment pas besoin de ça !

« Tu as raison. Pour la violence. Maintenant on ne peut pas savoir qui a quoi dans la tête. Je ne suis pas violent – comme tout à l’heure – parce que ça m’amuse - d’ailleurs je vais bientôt regretter mon geste - je le suis quand je suis poussé à bout par des sujets qui me blessent ou si on ne me lâche pas. Je ne frappe pas pour le plaisir, je ne trouve pas ça marrant. Ce qui est le cas d’un peu trop de Mangemorts et pro-mangemorts. Je pense que les résistants le sont quand c’est nécessaire. Les résistants adultes en tout cas, de ce que j’en ai vu, c’est-à-dire pas grand-chose, je l’avoue. »

L’Animagus s’arrêta un instant pour respirer un coup, avant de reprendre :

« Toi, ta vision des choses est basée sur des jeunes avec des caractères bien différents, mais tous sont instables. Ils ne savent pas toujours ce qu’ils font, contrairement à ce qu’ils disent. Ils pensent agir pour le mieux en protégeant les leurs par la violence, mais au fond, parce que la parole n’est tout simplement pas possible ou qu’ils sont trop en colère pour y penser. Deux jeunes impulsifs de camps différents sont trop obstinés pour admettre que l’autre à raison, et ils le savent, alors ils utilisent le seul moyen de régler les choses, même si ce n’est pas le meilleur : hausser le ton, insulter, avant de frapper. »

Parce que oui c’est comme ça que ça marche. Le plus pacifiste des hommes, jeune ou non, peut finir par se montrer violent si ses barrières psychologiques ou ses convictions sont brisées. Logan se leva soudainement, détournant la tête pour cacher la grimace de douleur qui se créait sur son visage. Génial, il en avait pour plus d’une heure avant que ça ne passe. Connard, connard, connard de Nick. Et stupide Logan qui aurait du se retenir. Enfin il la regarda et lui sourit.

« Tu es exaspérée parce que tu vois que d’une certaine manière, les deux camps sont pareils. Violents. Et hélas ça ne changera pas. Ces jeunes sont intelligents et matures pour beaucoup, mais ils restent dans une situation qui les dépasse, quoi qu’ils en pensent. Ils sont surs de tout comprendre, or non. »

Enfin bon, encore une fois, tout ça n’était que son humble avis. Tous les jeunes sont violents, certains le resteront en grandissant, d’autres pas. Mina O’Malley devra s’habituer à ça. Il ne croyait pas les élèves pro-mangemorts définitevement mauvais. Ce sont des gamins avec chacun un passé différent, influencés et ne sachant pas toujours dans quelle merde ils se foutent. Le pouvoir les intéresse, il les fascine. Mais ils sont tous trop jeunes pour savoir ce qui est bien ou mal pour eux. Parce qu’ils sont trop obstinés pour s’admettre leurs erreurs, ils sont surs d’avoir raison. Et rien ne peut les faire changer d’avis. Les pro-Ordre sont de le même cas, mais du bon côté de la barrière. Car au fond, qui sait, peut-être que certains d’entre eux, en grandissant, finiront mal. Quand on est jeune, notre avenir n’est jamais définitif. On change d’avis, de passions, de caractère. Les méchants peuvent devenir des gentils avec le temps, et inversement. Voilà tout. Mina en faisait partie. Peu importait son camp, qu’il soit bon, neutre ou mauvais, elle pouvait toujours changer. Même si dans sa tête, c’était hors de question. Parce qu’au fond, elle n’est pas si différente des autres. Elle a juste remarqué dans le comportement des gens ce que les autres ne voient pas.

« On marche ? Il faut que je me distraie. »

Oui parce que si on reste là, tu vas pouvoir admirer mes grimaces, alors que si on marche, j’aurai plus facile à ne pas te les montrer. L’aiglonne pouvait au moins être satisfaite que cet homme proche de la quarantaine s’adresse à elle comme à une adulte, preuve qu’il la prenait au sérieux, même s’ils ne pensaient pas la même chose. Elle pouvait être sur qu’il était un résistant, mais il restait prudent, évitant de donner la preuve qu’il faisait partie de l’Ordre. Pas qu’il ait peur d’elle ou quoi que ce soit, mais on ne sait jamais sur qui on tombe. S’il se méfiait d’elle, il ne pourrait jamais considérer une jeune comme foncièrement mauvaise, car comme dit plus haut, les jeunes changent avec le temps. Logan ne pourrait jamais rejeter quelqu’un de cet âge pour ses convictions. Alors s’il resterait prudent pour cacher ses implications, il accepterait l’autre en se disant que rien n’est perdu. Il attendit qu’elle se lève avec un sourire vraiment gentil, avant de lancer, dans un registre complètement différent, sur un ton enjoué :

« Je suis Animagus, au fait ! Je te montre si tu veux. »

Grand sourire. Ou comment faire genre ‘je t’accorde ma confiance en t’avouant ça !’. Il ne précisait pas s’il était déclaré ou non, ce qui lui permettait de réfléchir à sa réponse à l’avance si elle le lui demandait. On peut faire croire n’importe quoi avec un sujet qui semble aussi simple. Mais là, ses intentions étaient on ne peut plus amicales.



Spoiler:
 

✄-------------------------------------------------------------------



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité







MessageSujet: Re: « I'm a medicines junkie ♪ - Mina   Ven 2 Sep - 11:53

Elle en avait lancée une, de boîte. Ou plutôt, d'os. Un os énorme, que son compagnon du jour allait pouvoir ronger longtemps. Ce qu'il ne manqua pas de faire. Au milieu des chants d'oiseaux, il réfléchit un instant assez long, puis se décida à répondre. À sa petite phrase sur les préfets, bon, certes, mais à dire vrai Mina s'en foutait un peu. Il avait sa meilleure amie avec lui, grand bien lui fasse... Non, le vif du sujet, la raison de leur éloignement des lieux surpeuplés, autrement dit, la politique du monde sorcier actuel, fut abordé ensuite. Il parla alors d'un événement que Mina le savait déjà avoir vécu : la Bataille de Poudlard. Mais la manière dont il l'aborda de nouveau, évoquant les tueries, les tortures, et toutes les autres horreurs infligées à des gosses – gosses dont il avait fait partie. La provenance de sa cicatrice ne faisait plus l'ombre d'un doute. La bataille avait vraiment dû être traumatisante, après tout c'était la guerre. La cruauté sans faille de certains mangemorts, leur plaisir à faire du mal, leur joie à chaque supplique des malheureux. Mina réprima un sourire mauvais. De toute évidence, Logan n'avait jamais goûté au plaisir de la douleur d'autrui. Plaisir que Mina connaissait depuis des lustres, même lorsqu'elle se disait dégoûtée par la méchanceté, dégoûtée par la noirceur de Voldemort. Hypocrisie comme elle l'avait tenue. Maintenant elle était en paix avec ce qu'elle aimait. Et la magie noire, la puissance, la jouissance d'être au-dessus, tout cela en faisait bel et bien partie.

« Bien sûr, nos opinions à tous sont façonnées par ce que nous avons vécu. Mais j'étais pas là, j'essaie d'être objective. Il y a eu des morts des deux côtés. Et les Mangemorts étaient bien les enfants de quelqu'un, ou avaient eux-mêmes des enfants, des amis, des gens pour les aimer, exactement comme les enfants dont tu parles. Enfin, je veux dire... l'amour, ça doit être cette part de blanc je crois. Mais comme ça peut faire mal, ça peut être considéré comme une faiblesse. C'est peut-être ce que tu évoquais en disant que ''Voldemort n'accepte pas le blanc''. »

Neutre, encore. Elle ne veut pas l'aiguiller. Elle veut juste discuter. La journée est tranquille, les oiseaux chantent. Elle est en train de prouver à un homme du triple de son âge qu'elle avait déjà un avis assez bien ancré et une réfection tout sauf superficielle. Logan repartit sur le thème de la violence tant utilisée dans l'un que dans l'autre camp. Il disait ne jamais être violent par plaisir – bah voilà, c'est bien ce que Mina pensait ! Parce que pourtant, le plaisir de la violence était un mal si délicieux qu'il devenait vite addictif. Dure réalité humaine. Il expliqua aussi qu'être violent, il le regrettait vite. Est-ce que ça aurait un rapport avec sa blessure ? Probablement. Mina nota dans sa tête qu'un certain Logan Cooper, anti-mangemort il fallait le croire, blessé à l'épaule lors de la Bataille de Poudlard, ne pouvait être violent physiquement sans en souffrir ensuite lui-même. Traduction ? Si on voulait l'affaiblir, à côté de lui supprimer ses foutus médocs moldus, il suffisait de le pousser à utiliser son épaule blessée dans un mouvement assez vif. Fastoche. Ça peut toujours servir ce genre d'information. Il ajouta aussi que les révolutionnaires étaient violents par nécessité. Ce à quoi Mina se redressa, traversée par la vision d'un vieux monsieur indien portant des lunettes sur son nez maigre.

« ''Je m'oppose à la violence parce que lorsqu'elle semble produire le bien, le bien qui en résulte n'est que transitoire, tandis que le mal produit est permanent.'' C'est un moldu qui a dit ça. Peut-être qu'il était un peu sorcier. »

Elle ne dit rien de plus. Cette phrase vieille de presque un siècle résumait tout. Elle laissa Logan finir d'expliquer sa vision des choses. Il disait que le dialogue n'était pas possible. D'expérience, le dialogue n'avait jamais tenté d'être instauré que par le côté "obscur" des choses. À se demander si ce côté-là n'était pas plutôt le plus civilisé des deux – du moins à Poudlard. Il semblait presque s'excuser pour la bêtise des autres, et la plaçait presque au-dessus de ces autres-là en disant "eux" et non "vous". Hum. Évidemment c'était flatteur. Puis Logan, apparemment en proie à une certaine incapacité à rester statique – chose qu'elle nota également – proposa d'aller marcher. Oui, marcher, comme cette journée de ses onze ans où elle avait erré. Mais cette fois elle n'était pas seule. Elle se leva donc, et suivit Logan sur la petite route pavillonnaire. Et puis, d'un coup, il annonça comme ça qu'il était animagus.

Elle savait qu'animagus était une particularité qui pouvait se choisir. À force d'exercice d'une magie pointue et développée, on pouvait réussir à se transformer en un animal, le plus proche de notre personalité, donc souvent le même que notre patronus. Elle n'avait jamais rencontré de personnes ayant développé ce don, et comme Logan lui proposait sur un plateau de lui montrer comment cela fonctionnait. Une lueur alluma les yeux de Mina.

« Ah ça, c'est pas de refus ! »

Non, pas de refus en effet. Peut-être qu'elle aurait aimé être animagus. Se transformer en animal, passer inaperçu sous cette forme... Mais après tout elle était déjà voyante, c'était un "fardot" suffisant, et il faisait entièrement partie d'elle. Plus encore, elle avait appris – récemment – à s'en montrer fière. Alors non, elle n'aurait troqué son troisième oeil contre aucune fourure ou plumage au monde. Elle se demanda soudain si elle ne devrait pas dire quelque chose à Logan à propos de son don. Il voulait bien lui montrer le sien, c'était peut-être un signe de confiance... ou peut-être pas. Essayait-il de l'avoir par les sentiments pour qu'elle aussi lui livre ses secrets ? Elle n'avait aucune envie de tomber bêtement dans le panneau. Mais pourquoi ne pas lui faire croire qu'elle aussi lui accordait sa confiance ? Sans vraiment se dévoiler bien sûr.

« En fait... tu as de la chance. D'après ce que j'ai entendu c'est très dur de devenir animagus... » Elle laissa échapper un petit rire cristallin. « Enfin, pour moi la vie en a décidé autrement ! Je me verrais mal combine... »

Des révélations apparemment innocentes et fortuites, puisque Mina s'interrompit soudainement avec l'air interloqué de celle qui se rend compte qu'elle en a trop dit. Bonne actrice n'est-ce pas ? Et oui, elle a eu des cours intensifs. "Ou comment décrocher un award en cinq mois chrono" par les supers River et Bielova ! Special thanks, comme on dit...
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Tough times don't last, and tough people do. »





Messages : 1378

Points : 0
Avatar : David Tennant
Crédits : Kachilight

Age RPG : 39 ans
Sang : Mêlé
Camp : Ordre du Phénix

Vie du personnage : « Hakuna Matata !
« Une ptite lettre ?
♥️ En couple ? Oui avec Grace, et attention on ne mate pas èOé

Truc en plus : Animagus Buse
Doubles-Comptes : Malcolm Gray



MessageSujet: Re: « I'm a medicines junkie ♪ - Mina   Dim 11 Sep - 0:26

Mina O’Malley était vraiment une jeune fille mystérieuse. Enfin, peut-être n’était-ce pas la bon mot. Elle était juste difficilement cernable. Une fois il la trouvait de son côté, une fois neutre et une fois pro-Mangemorts. L’Animagus n’arrivait vraiment pas à se décider sur son camp et ça le perturbait. Elle avait l’air très intelligente pour son âge, avait sa propre vision des choses mais avait un véritable talent pour semer le trouble en lui. Et il n’aimait pas ça. La jeune fille lui était sympathique, mais il refusait de se séparer de sa méfiance, même s’il avait envie de lui parler comme si de rien n’était, en laissant son opinion politique dans un coin. Mais il ne se le permettrait pas. Il y avait cette aura malsaine qui rôdait, comme mélangée à une pure innocence. C’était trop étrange. Terrain dangereux et pourtant il devait se la jouer ‘en confiance’ et lâcher des détails qui pourraient le placer dans une mauvaise situation pour laisser croire à la jeune fille qu’elle avait le dessus. Moi, me douter que quelque chose cloche ? Mais pas du tout. Moi, prendre des risques dans ce que je dis, risquant ainsi de la mener à la conclusion que je suis de l’Ordre ? Jamais.

Après qu’il se soit exprimé en confirmant par la même occasion qu’il était loin d’être pro-Mangemorts, la préfète lui répondit de façon neutre. Tsss, ça ne l’aidait pas ça. Qu’est-ce qu’elle cachait, bon sang ? Qui était-elle vraiment, au fond ? Où était le vrai et où était le faux ? Encore une fois lui n’était pas tout à fait d’accord avec ses propos. Si les Mangemorts ne voulaient pas perdre leurs enfants, leurs familles et d’autres, ils n’avaient qu’à ne pas se lancer dans cette tuerie. Ils avaient le choix. Les élèves innocents, non. Et oui tu n’étais pas là jeune fille, alors même si tu restes neutre – quoi que ça pousse un peu vers la protection des agissements des mauvais – évites de trop t’exprimer librement sur le sujet avec moi. Ne plonge pas dedans. Il y avait un sujet dont il ne parlait pas : la mort de sa fiancée, et deux à propos desquels il faisait attention à ce que les gens en disent : le même, et la première guerre. Ce massacre était le deuxième sujet pour lequel il s’énervait assez facilement et haussait le ton s’il estimait que les propos utilisés ne convenaient pas. Il valait mieux qu’ils ne restent pas là-dessus. Mina risquait de dire quelque chose qui le toucherait un peu trop profondément.

Aussi haussa-t-il les épaules et ne répondit pas. Il ne préférait pas s’enfoncer dans cette histoire là, il enchaina donc avec la violence des élèves peu importe leur camp. Il médita un peu sur la phrase de Gandhi que la Serdaigle lui sortit en réponse. Il n’avait pas tout à fait tord. Il avait même plutôt raison, enfin bon. Une fois de plus il ne s’enfonça pas plus dans le sujet et éclaircit un peu plus sa vision de la violence chez les jeunes. Il croyait vraiment ses paroles. Ce n’était pas sur ce genre de choses qu’il mentait. En fait il ne mentait jamais, sauf si ça compromettait son boulot pour l’Ordre et les Phénixs eux-mêmes.

Ce fut là, après s’être levé pour commencer doucement à marcher afin de se distraire et de ne pas se concentrer sur la douleur qui commençait à refaire surface, qu’il changea complètement de sujet, pris d’une soudaine envie d’entrer dans quelque chose de plus détendu. Aussi prit-il le risque de parler de ... son statut d’Animagus, récemment obtenu et récemment déclaré. Mais ce détail-là, il ne le précisa pas. Il préférait la laisser réfléchir sur ‘désobéit-il à la loi en ne se déclarant pas ?’ ou ‘s’est-il déclaré, en homme honnête et respectable’ ... ou pas. Mina sembla enchantée par sa proposition puisqu’elle accepta fort volontiers. Tu en as de la chance très chère, tu seras la première à me voir transformé, à part le type du Ministère ! Même Grace n’a pas eut cette occasion. Elle ajouta ensuite que ... la vie en avait décidé autrement pour elle. Et qu’elle se verrait ‘mal combine’. Euuuh, c’est français (ou anglais plutôt) de dire ça ? M’enfin bref, c’était de nouveau bizarre. Essayait-elle de jouer un jeu ? Son air ‘je ne voulais pas dire ça’ était-il sincère ou était-ce de la comédie. Je vous l’ai dit, Cooper savait reconnaître un mensonge ou de la comédie quand il en entendait, mais là si c’était le cas, la supercherie était vraiment bien jouée. La preuve, il se trouvait une nouvelle fois dans le doute. Ca semblait être tellement vrai ! Et pourtant il ne pouvait pas se résoudre à lui accorder complètement sa confiance. Il y avait quelque chose de faux chez elle, Logan en était sur. L’ornithologue haussa un sourcil curieux avant de se re-concentrer : il y réfléchirait plus tard.

« Bon, je n’ai jamais fait ça devant quelqu’un, c’est un peu bizarre ... »

Légère concentration après avoir vérifié que personne ne regardait – ça devenait de plus en plus inné ces derniers temps – et pouf, ce ne fut plus un homme de un mètre quatre-vingt cinq que la jeune fille avait devant elle, mais une buse de cinquante-cinq bons centimètres qui déploya ses ailes comme pour s’étirer. Au niveau de l’épaule les plumes et le léger duvet n’existaient pas, remplacé par la cicatrice, évidement adaptée à la taille du rapace : un Animagus garde toujours quelque chose de son lui humain quand il se transforme. Il leva sa tête plumeuse vers son interlocutrice, la fixant de son regard brun perçant, avant de s’envoler sur trois-quatre mètres pour atterrir et se retransformer. Ca va hein, il ne va pas rester comme ça une heure, on n’est pas au zoo ! Logan se tourna vers Mina et lui sourit.

« Dommage que je ne puisse pas parler ... ce serait beaucoup plus amusant ! »

Oui c’est dommage. Parler en étant transformé, ça aurait été bien. Mais pas possible, donc tant pis. L’Animagus n’avait cependant pas oublié ce qu’elle avait dit un peu plus tôt. Qu’elle l’ait fait exprès ou qu’elle soit sincère, l’information pouvait toujours être utile. Log’ attendit qu’elle le rejoigne pour prendre la parole gentiment.

« Alors comme ça, la vie en a décidé autrement pour toi ? »

Et un inoffensif air curieux. Allez, c’est reparti.

✄-------------------------------------------------------------------



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité







MessageSujet: Re: « I'm a medicines junkie ♪ - Mina   Ven 16 Sep - 7:52

Logan, comme il l'avait dit, se transforma en buse. Il avait d'abord avoué n'avoir jamais fait cela devant quelqu'un. Ah bon, jamais de chez jamais ? Même pas devant un employé du ministère ? Ainsi il ne serait pas un animagus déclaré... À moins qu'il n'ai pas voulu dire ça, après tout tout le monde ne pesait pas ses mots. Quoi que, dans le monde actuel ? Okay, je corrige : tout le monde pesaient ses mots, à partir du moment où ils ont l'intention de survivre. Donc Logan avait pesé ses mots. Alors pourquoi ce ''jamais'' ? Cherchait-il à embrouiller Mina ? Peut-être : à la guerre comme à la guerre. Elle décida donc de ne pas accorder trop d'importance à cette phrase. Au pire, il n'était pas déclaré, et alors ? Elle n'allait pas le dénoncer au ministère, ce serait trop peu original pour être méritant. Beaucoup trop Swesson, pas assez O'Malley. On vise haut, on a pas besoin de petites délations de gamine pour grimper les échelons. Si parfois elle prenait des airs de parvenue auprès des autres personnes de son (nouveau) camp, elle savait y avoir sa place. Elle savait qu'elle était faite pour tuer, elle était parfaitement bien avec cela, donc tout allait pour le mieux. Enfin, ce n'est pas le présent sujet. Pour l'heure, elle était l'heureuse témoin d'une transformation. Elle n'en avait jamais vu, aussi ce fut une vraie source de curiosité et de nouvelles informations. Logan devint une véritable buse, assez imposante, avec pour seul défaut la même cicatrice qui occupait la même place que sous sa forme humaine. Il vola quelques instants puis se reposa et se retransforma. Face à ce spectacle, Mina se régalait les yeux. Elle se demandait ce que l'on pouvait ressentir lorsque l'on avait pris l'apparence d'un oiseau, et ce que ressentaient les animagus en général. Mais bon, ce n'était pas vraiment pour elle. Logan se retourna vers elle et sourit. Il était un peu déçu de ne pas pouvoir s'exprimer – bon, la magie c'est génial mais tout de même, une buse qui parle... Voilà quoi.

« Exact ! Mais c'est déjà assez... wahou ! … comme ça. »

Elle avait répondu avec une admiration qui était – pour une fois – tout ce qu'il y avait de plus sincère. Elle trouvait vraiment doué d'avoir atteint un niveau de magie assez puissant pour réussir à se métamorphoser en animal, et même swinguer entre les deux formes. Quelle classe ! Mais Logan n'avait pas laissé échapper la petite (fausse) fuite que lui avait servi Mina. Sa question, comme celle aux Trois Balais, comme toutes devinait-elle, était détournée et un peu ironique. Il devait sentir qu'elle avait quelque chose à cacher. Que jouer maintenant ? Le tout pour le tout. Mina fit une moue gênée. Elle hésitait un peu tout de même. Les seules personnes étant au courant pour son don étaient au nombre restreint de quatre, dont un qui était tout sauf intentionnel – vous le reconnaîtrez : le premier était Nathan, l'un de ses (anciens, très très anciens) meilleurs amis ; ensuite Derek, son (ancien aussi, quoi que ?) bon pote loup-garou, ils s'étaient trouvés unis dans leur différence ; Moïra, qu'elle avait averti de l'imminente délation de Malcolm Gray ; et enfin, Maxime Duncan, qui avait été témoin d'une de ses visions. Logan serait le cinquième, seulement. Ce serait un privilège que de faire partie de cette dream team. Tout comme ç'avait été un privilège pour Mina d'assister à l'utilisation de son pouvoir d'animagus. Alors elle finit par se lancer :

« Oui enfin... voilà, j'ai déjà un ''don'', et donc, je me verrais mal combiner... En fait je... je suis Voyante. »

Bon. C'était dit. Il ne restait qu'à voir sa réaction – Mina la pariait aimable, enthousiasmée et tolérante. Ces Phénix, tous les mêmes... en apparence. Car qui est assez naïf pour croire qu'il aurait réagi de la même manière en sâchant que Mina était dans le camp adverse ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Tough times don't last, and tough people do. »





Messages : 1378

Points : 0
Avatar : David Tennant
Crédits : Kachilight

Age RPG : 39 ans
Sang : Mêlé
Camp : Ordre du Phénix

Vie du personnage : « Hakuna Matata !
« Une ptite lettre ?
♥️ En couple ? Oui avec Grace, et attention on ne mate pas èOé

Truc en plus : Animagus Buse
Doubles-Comptes : Malcolm Gray



MessageSujet: Re: « I'm a medicines junkie ♪ - Mina   Sam 1 Oct - 22:05

C’était vraiment étrange comme cette jeune fille changeait du tout ou tout en deux temps trois mouvements. Une seconde il doutait de sa sincérité – bien qu’honnêtement elle soit vraiment très douée pour cacher ses véritables pensées – l’autre ses expressions étaient tellement claires qu’il était sûr et certain qu’elle ne se foutait pas de lui. Vraiment étrange. Car ici, après qu’il se soit transformé et qu’il vole un peu plus loin, il avait pu voir un réel intérêt inoffensif dans les yeux de la jeune fille, ainsi qu’une vraie admiration. Ca fait plaisir ça, je vous jure. Donc, il se retransforma après quelques battements d’elle histoire de ne pas rester sur place, ne comptant pas passer toute sa journée sous sa forme de rapace. Pas que ça l’ennuyait mais bon, pour la discussion et la vie sociale, ce n’est pas vraiment génial ! Cela en ne manquant pas d’ajouter que parler, ça aurait été fun aussi. Oui bon, c’est vrai qu’une buse qui parle, ça ferait sacrément bizarre et il ne faut pas trop rêver non plus, mais n’empêche que lui il aurait trouvé ça vraiment marrant. Il se serait bien imaginer faire la blague – oui très puérile mais bon, quand on s’appelle Logan Cooper, c’est dur de rester un adulte en permanence – à un Weasley par exemple, n’étant pas encore au courant de son nouveau statut, ou Lysander, encore mieux, en se ramenant sous sa forme d’oiseau, faire genre j’en suis un vrai et puis lâché une phrase bien débile. Oui, que voulez-vous, Log’ il s’imagine toujours des trucs impossibles et stupides, mais bon, faut le laisser espérer, hein, tant que ça ne le tue pas ...

Mina lui répondit avec un réel enjouement qui eut pour effet de lui faire vraiment plaisir, bien qu’il ne montra pas qu’il était plutôt fier – ce n’était pas le moment de se vanter, car quelque chose lui trottinait dans la tête depuis quelques petites minutes. C’était une phrase que la jeune fille avait dite, une phrase qui l’avait intrigué. Concernant la vie. La vie qui ... qui en décide autrement pour elle ? Oui voilà, c’est ça. Aussi lui fit-t-il part de sa curiosité en demande innocemment des explications pour ses paroles assez sous-entendant qu’elle cachait un petit secret. Oui bon, lui avait la conviction qu’il y avait plus que ça, mais bon, il ferait avec. L’ornithologue n’eut pas trop de mal à constater qu’elle hésitait un peu. Visiblement, il s’agissait de quelque chose qu’elle n’avait pas dit à beaucoup de gens, et elle se demandait si révéler la chose à un quasi-parfait – parce que bon, elle avait appris pas mal de choses sur lui en moins d’une heure – inconnu était une bonne idée ou si elle ferait peut-être mieux d’éviter et de changer de sujet en déclinant gentiment l’invitation de s’ouvrir à lui. Allez, moi je t’ai bien avoué et montré mon don !

Après quelques secondes qui passèrent bien vite, elle finit par se lancer ... et lui dire qu’elle était ... qu’elle était quoi ? Voyante ? Wahou.

« Voyante ? Sérieux ? Mais c’est trop cool ça ! »

Et il était sincère en plus. Ca devait être assez cool, d’être voyant. Bon ça avait ses défauts, très certainement, mais n’empêche ... Il ne savait pas grand-chose sur ce don, sinon qu’il avait eut un prof le possédant, quand il était à Poudlard. Trelawney ? Oui, voilà, elle. Sauf que la professeure, elle, ne maitrisait pas du tout son don. Il ne savait même pas si c’était possible ou si ça allait et venait comme ça, sans prévenir. Autant de demander.

« Et tu le maitrises, ce don ? Ca peut être utile. Parfois j’aimerais bien en savoir un peu plus sur mon avenir. »

Oui, comme savoir si je vais crever à l’étrange fête d’Halloween organisée par un groupe de soi-disant indépendants. Les Mangemorts quoi. Oui, il aurait bien aimé avoir un don de Voyance pour savoir ce qui se préparait précisément et s’il en réchapperait. Chose qui n’était pas sûre du tout. A ce jour, tous les Phénixs et pro-Phénixs étaient bons pour la morgue. Bref, ce don était bien intéressant, mais ça dépendait aussi des mains dans lesquelles il se trouvait. Celles de Mina O’Malley étaient-ils vraiment correctes ? Au moins il était sûr qu’elle ne l’avait pas vu se rendre au ministère et espionner, c’était toujours ça. Mais que se passerait-il si elle avait une vision de l’Ordre se préparant à se défendre ? Dans le cas où elle était du camp des mauvais, ce dont il n’était pas sur mais ce dont il doutait également. Ca ne sentirait pas bon pour l’Ordre en tout cas. Il vaut toujours mieux avoir une Voyante dans son camp que dans l’autre.

« Hum, tu avais quelque chose de prévu ? Le temps passe et personnellement j’ai encore des choses à faire. Pas que ta compagnie me dérange, bien sûr. »

Non, au contraire je la trouve très intéressante, mais étrangement pas tout à fait saine.

✄-------------------------------------------------------------------



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité







MessageSujet: Re: « I'm a medicines junkie ♪ - Mina   Lun 17 Oct - 8:57

La réaction de Logan face à la révélation de Mina ne se fit pas attendre – pas du tout. Comme cinquante pour cents de la population mondiale, Logan Cooper préféra voir le vide à moitié plein, la partie douce et apparente de l'iceberg. Oui, être voyante, c'est fantastique, c'est génial, c'est trop cool. Outre les voyants eux-mêmes, cinquante pour cents des gens vous le diront. Car oui, deviner l'avenir, ça fait rêver, c'est avoir accès à cet inaccessible et fascinant futur, comme si tout était prévu. Pour ces personnes-là, l'idée que tout soit prévu d'avance était le plus souvent rassurante : car si tout était prévu, rien ne pouvait arriver – par ailleurs, et l'expérience l'avait montré, c'était parfaitement faux. On pouvait bien contourner une vision, ou agir de telle sorte qu'elle ne se réalise jamais. Ce qu'avait fait Mina avec Malcolm Gray. Ce qu'elle ferait à nouveau si elle y était amenée. Sans aucune hésitation. Car il n'y a d'utilité à connaître le futur que si l'on peut le modifier à sa guise, évidemment. En ce sens, n'importe qui peut agir pour changer l'avenir, mais n'importe qui ne s'en rendra pas compte.

Enfin, les ignorants de la voyance avaient deux manières d'envisager les choses : la première, à l'instar de celle utilisée par le grand homme, était optimiste et joyeuse, s'imaginant que le troisième œil s'ouvrait et se fermait aussi aisément que les deux autres, que l'on s'amusait comme des fous à faire des prophéties et que, justement, on ne passait jamais pour des fous. La deuxième manière de voir les choses était en réponse directe à la première, c'était une peur en général panique : mon dieu, un être supérieur ! Un fou ! Un danger ! Et autres exclamations tourbillonnantes derrière leurs yeux vides reflétant l'esprit qui ne voie que le présent et ne peut se figurer l'au-delà. Ceux-là, comme les précédents du fait, avaient souvent un cruel effroi de la mort, et l'idée que quelqu'un puisse voir des fragments de futur se rapportait souvent à des fragments de morts prochaines ; à ce moment-là, on le craignait en même temps que, tacitement, on l'enviait un peu aussi : s'il pouvait prédire la mort, pouvait-il la contourner ? (Ce genre de personnes a souvent une franche tendance à la paranoïa, de même que les optimistes type Logan Cooper sont souvent à imaginer le monde divisé en deux camps séparés par une ligne droite et destinés à se taper éternellement dessus jusqu'à, peut-être, l’extinction de l'un des deux camps, et forcément celui des méchants, bien sûr.)

Mina se contenta de sourires aux joyeusetés de Logan. La vérité était bien loin de ses deux points de vues erronés. La vérité, c'était qu'être voyant était tout simplement inimaginable pour quiconque ne l'étant pas. C'était d'une puissance incomparable, comme une tornade, un cyclone dont on se retrouve brusquement à être l’œil. Personne ne pouvait se l'imaginer sans l'avoir vécu, à moins d'une description particulièrement détaillée et d'une dizaine de séances de relaxations, ou alors un mélange de psychotropes avec délires guidés à la clef. Voir l'avenir, c'était entrer en cohésion avec l'univers pendant quelques secondes à peine, une révélation qu'un petit corps d'humaine pathétique avait souvent bien du mal à supporter. Un choc cosmique. Une escalade démente, avec, en apothéose, quelques instants d'avenir grignotés à l'Histoire, avec un grand H. Une telle chose constituait en effet un avantage grandiose dans la vie... si on arrivait à le porter. Car voilà, le troisième œil était avant tout autre chose un poids énorme au milieu du crâne, avec des phases de folie apparentes, ces phases de vision qui, si elles étaient vues par un tiers, passaient aisément pour des crises psychotiques. Il fallait l'assumer. Il fallait survivre aussi, au-dessus des culpabilités, au-dessus des regards apeurés, au-dessus de la différence, au-dessus de ce feu ardent prêt à embraser tout un être, sans prévenir. Mina s'était toujours demandée si tous les autres voyants avaient, eux aussi, cet espèce de double personnalité incontrôlable. Elle songea à l'occasion qu'elle aimerait en rencontrer d'autres, leur parler, échanger, enfin, cesser de se sentir seule saine d'esprit dans un monde d'inconscients.

Logan demanda naïvement si elle maîtrisait ce don. Quelle question banale. Si elle était survenue quelques mois avant, une année à peine, Mina aurait répondu en toute innocence que non, elle ne contrôlait rien, que ça la rendait folle, qu'elle n'en pouvait plus de ces visions, aussi rares soient-elles. Mais maintenant c'était différent. Maintenant elle s'était sentie fière et utile grâce à tout ça, elle avait réussi à apprivoiser cet intérieur d'elle, du moins, elle sentait qu'elle commencer à le faire. Parfois, il lui semblait toucher du doigt la porte de l'univers, de courts instants où elle était dans un état de transe et de paix complet, il lui semblait qu'elle n'avait alors plus qu'à pousser cette lourde porte pour accéder à tous les secrets des minutes à venir. Mais bien sûr, pousser la porte était le plus difficile, et elle n'en était jamais qu'à a phase d'expérimentation première. Que dire donc à Logan ? Si elle avait été d'une totale franchise en lui livrant ce secret on ne peut plus précieux, elle ne pouvait se risquer à laisser passer cette chance offerte d'atténuer sa possession de don. Comment l'atténuer ? Très simple :

« Je ne sais pas, en général, je ne me souviens même pas de mes visions. Je veux dire, ce sont des flash, très rapides, je ne peux pas du tout savoir quand ça va m'arriver. Et quand ça arrive, je m'en rappelle dans l'immédiat, mais quelques heures ensuite, plus rien. C'est un peu comme quand on se réveille d'un rêve tu vois ? Il y a quelques secondes il était très net, très clair, et d'un coup c'est le noir. »

Voilà. Elle n'avait pas menti, elle était juste revenue quelques temps en arrière, quand elle avait encore peur de tout ça. Maintenant ça allait mieux, mais elle ne pouvait toujours pas provoquer les flashs, enfin, ça allait peut-être venir. Elle supposait que cette réponse satisferait Logan dans sa curiosité, après tout l'allégorie du rêve et du réveil était certainement ce qui approchait le plus ce que pouvait ressentir Mina avant et après une vision. Elle sourit intérieurement lorsqu'il dit qu'il aimerait parfois connaître l'avenir. Mouais, ben va avoir des spasmes de tarés et bégayer pire qu'avec la plus grosse gueule du bois du monde après, hein.

Ensuite, et Mina commençait à songer la même chose aussi, il lui demanda si elle n'avait pas autre chose à faire de sa matinée... euh, de son début d'après-midi, vue l'heure à laquelle elle venait de jeter un œil. En gros, il demandait poliment de clore ce petit rendez-vous, ce qui convenait parfaitement à la demoiselle qui s'exclama :

« Ah, en effet, le temps file ! Et bien, ça va être l'heure de l'ouverture du perceur... Oui je vais aller me faire percer une oreille, là ! ajouta-elle en désignant son tragus. En tout cas c'était un plaisir de discuter, à une prochaine fois peut-être ! »

Et, sans plus attendre que sa réponse toujours aussi aimable et polie, elle transplana vers le centre de Pré-au-Lard. À une prochaine fois... si tant est que la prochaine fois, je n'aie pas à te tuer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: « I'm a medicines junkie ♪ - Mina   

Revenir en haut Aller en bas
 

« I'm a medicines junkie ♪ - Mina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Morsmordre :: « DEPARTEMENT DES MYSTERES. » :: Pensine. :: Corbeille RP.-