Partagez | 
 

 Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

« Democraty is always an abuse of statistics. »





Messages : 317

Points : 0
Avatar : Inconnu.
Crédits : Lethal Angel

Age RPG : Inconnu.
Sang : Inconnu.
Camp : Neutre

Vie du personnage : Compte PNJ.

Doubles-Comptes : Compte PNJ.



MessageSujet: Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.   Mer 23 Mai - 3:29


L'appétit est le commandement de la faim.



Poudlard respire. Après un mois passé dans l’incertitude la plus totale, les élèves et les professeurs, tous bords confondus, ont fini par se faire entendre, en faveur ou en défaveur des elfes de maison. Et les parents d’élèves, eux, ont fait un véritable chambard au ministère de la magie, pour protester contre les mauvais traitements infligés à leurs enfants, ceux envoyés à Sainte-Mangouste comme ceux obligés de voler ou se faisant voler. La ministre de la magie fut bien obligée de leur donner raison, et quelques jours plus tard, Dolores Ombrage était enfin renvoyée, malgré ses plaintes et ses menaces. Après un temps de flottement que les élèves utilisèrent pour faire la fête, histoire de fêter le départ de la truie, comme ils l’appelaient, une nouvelle directrice a été choisie. Directrice au nom inconnu, mais qui a déjà subi des pressions de la part du ministère de la magie. Ainsi, la nouvelle directrice a été forcée d’accepter que, le jour de son investiture, Poudlard soit ouvert aux adultes souhaitant s’y rendre pour la saluer et participer à la fête. Cependant les mangemorts ont eu tort de la sous-estimer, car la femme semble bien décidée à s’approprier Poudlard et la disputer aux mangemorts … L’investiture de la nouvelle directrice tournera-t-elle au bain de sang ? Ceux qui pensent que oui peuvent prendre les paris auprès d’Aleera Bielova, qui argue avec sarcasme qu’il y aura un mort ou plus. Ceux qui sont plus sceptiques peuvent se tourner vers Lily Potter, qui dit avec assurance et un contentement bien mystérieux qu’avec la nouvelle directrice, cela ne risque pas de tourner au massacre. Alors, qui parie ?



La mission se déroulera à Poudlard, dans la grande salle du château. Elle est cependant ouverte à tout le monde, élèves comme adultes, aussi ne vous gênez pas pour inscrire vos adultes quelconques ! Elle se déroulera comme habituellement, un tour par semaine, j'invite les nouveaux à aller voir nos anciennes missions dans la corbeille rp pour se faire d'eux-même une petite idée de notre fonctionnement. Vous pouvez vous y inscrire à tout moment, les inscriptions ne seront closes qu'une semaine avant la fin de la mission. Vous pouvez poster plusieurs fois durant ce tour et inscrire vos personnages que vous n'avez pas inscrits.


✄-------------------------------------------------------------------



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsmordre.forums-actifs.com/

avatar

« The world is a mess and I just need to rule it. »





Messages : 121

Points : 0
Avatar : Ewan McGregor
Crédits : Jackspirit

Age RPG : 41 ans.
Sang : Pur.
Camp : Mangemort

Truc en plus : Legilimens.
Doubles-Comptes : Logan Cooper & Malcolm Gray



MessageSujet: Re: Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.   Mer 23 Mai - 7:54

Ombrage. Ah, Ombrage ! Finie, partie, renvoyée ! Merveilleux. Cette grosse truie ne méritait que ça. Oui il se devait d'être publiquement neutre, mais il se faisait un plaisir à ce sujet : (presque) tout le monde, mangemort ou phénix, élève ou de l'extérieur était ravi de la voir jetée dehors. Qui pouvait bien apprécier cette espèce de stupide et trop ambitieuse femme rose ? Bien peu de personnes, et c'était on ne peut plus légitime, après ce qu'elle avait fait subir aux élèves de Poudlard et par la même occasion, d'une certaine manière, à leurs parents. Si Aaron avait été trois-quatre ans plus jeune et qu'il n'avait pas eu une fille dans l'école, il n'en aurait probablement eu rien à foutre. Mais non, il avait passé sa première année avec elle comme inquisitrice, et s'il s'était montré discret, il n'aurait pas eu de problèmes avec elle. Mais elle l'irritait tellement, avec ses stupides décrets, ses tenues roses et ses chatons, que alors qu'il avait l'habitude d'être un élève relativement calme, il s'était mis à faire ce qu'elle n'aimait pas, comme ça, pour la faire chier. Bon, c'était puéril mais voilà, c'était sa première année, il n'avait qu'onze ans à l'époque, on lui pardonne et il avait été solidement puni, blessant sa fierté. Le journaliste était donc vraiment satisfait qu'elle ait été envoyée paître ailleurs. Par contre, sa troisième année fut probablement une de ses préférées. En tout cas avant la bataille, dont il ne gardait pas spécialement un bon souvenir, vu que trop jeune pour rejoindre une cause, il n'avait fait que sauver sa peau. Le reste de l'année, malgré l'ambiance morose façon enterrement alors qu'il aimait celles de fêtes ou le calme paisible, il avait été bien traité grâce à son sang. Et puis bon, les professeurs de cette année-là étaient cruels, surtout les deux surveillants, et bien qu'il n'en montra rien, il appréciait que les sales gamins soient punis aussi durement qu'il le fallait.

Parce que ouais, Aaron c'est un dur, un pro. Certes, qui n'apprécie pas la torture par pur plaisir, mais un Doloris pour faire payer, il est le premier à sortir sa baguette, le regard dur et le visage impassible. Pas de remords, pas de pitié, fier et cruel. Il est ce genre de gars. Bref, ce soir était spécial. La Ministre avait enfin prit la décision de se débarrasser de l'autre porc – que de tendresse dans ses pensées, n'est-ce-pas ? - et à l'occasion de l'introduction de la nouvelle directrice, une soirée avait été organisée. Soirée à laquelle tout le monde avait été invité. Quiconque souhaitait s'y rendre en avait le droit. Enfin, invité n'était pas le bon mot, disons que cette nouvelle directrice avait été forcée d'accepter que toute personne du monde extérieur pouvait pénétrer dans le château aujourd'hui, si tel était son désir. Et Aaron ne s'était pas fait prier. Il avait trois raisons de venir : la première, il avait entendu que le prof de sortilèges était vachement sexy il pourrait réaliser un article avec les réactions d'élèves, voire de professeurs ou de la directrice qu'il entendrait, la deuxième raison était tout simplement qu'il était un Mangemort et que c'était un moment rêvé pour s'infiltrer, dénicher des informations utiles à sa cause le temps d'une soirée, et la troisième était sa fille. Il espérait la voir. Au moins ça, ou en tout cas prendre discrètement de ses nouvelles. Sa mère n'en avait pas beaucoup à fournir lorsque leur enfant se trouvait à Poudlard. L'occasion était donc parfaite.

Il s'était donc préparé soigneusement. Pas habillé trop classe mais pas trop détendu non plus, il s'était armé de sa plume et de son carnet qu'il avait rangés dans un léger sac à bandoulière, sans oublier sa baguette après avoir camouflé sa Marque. À ce qu'il en savait, à part certains professeurs, il serait le seul Mangemort. Le seul à venir de l'extérieur. Il pouvait arriver n'importe quoi – tous les derniers événements à Poudlard ou ses environs ayant finis en catastrophes – et il ignorait s'il recevrait des ordres. De toute façon, il ne s'en séparait jamais. Là bas, il prendrait soin de se montrer le plus neutre possible. Il avait toujours merveilleusement bien caché son addiction pour le côté sombre, ses articles étant parfois pour son Maître, parfois contre. Il choisissait et maniait ses sujets de telle façon que l'on ne pouvait pas se douter du côté vers lequel il penchait. Non, il passait pour un neutre endurci, faisant du bon travail sans prendre de parti définitif, et il ne comptait pas que cette couverture soit brisée ce soir. Sauf si la situation l'y obligeait, ce qu'il regretterait amèrement. Il perdrait du soutien et des lecteurs si ceux-ci venait à apprendre qu'il était un Mangemort. Et ça, il ne l'accepterait pas.

Après être sorti de chez lui, il transplana directement le plus près possible de l'entrée de l'école, juste avant la limite empêchant le transplanage. Il marcha le reste du chemin menant au château, laissant les souvenirs de ses années à Poudlard venir à lui. Il atteignit rapidement l'imposante école, perdu dans ses pensées mais attentif à tout en même temps. Aaron était toujours prudent. Il retrouva sans peine le chemin vers la Grande Salle, l'ayant emprunté maintes et maintes fois lorsqu'il était lui-même élève. Il croisa certains d'entre eux qui le regardèrent avec curiosité, se demandant pourquoi cet inconnu venait participer à l'investiture de la nouvelle directrice. Si son nom était assez connu, son visage ne l'était pas. Était-il un parent d'élève ? Un futur professeur ? Un membre du Ministère ? Sérieux mais le regard satisfait, il pénétra dans la vaste salle. Fou comme rien n'avait changé. Personne n'était encore présent. L'homme s'approcha du bar et se servit un verre d'alcool pas trop fort. Bah quoi, c'était là pour ça, non ? Il le sirota, détendu. Bon, restait à voir comment les choses se passeraient, qui à part ses connaissances Basilics oserait approcher l'illustre étranger qu'il était tant qu'il ne prononçait pas son nom, et se demander ce que cette nouvelle directrice leur réservait. En attendant, on observe. Toute information sur quoi ou qui que ce soit est bonne à prendre, dommage qu'il ne puisse pas se risquer à user de ses talents de Legilimens... Mais restons soit disant neutre.

✄-------------------------------------------------------------------



To kill or not to kill, that is the question.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Only two synonyms ? I'm losing my perspicacity ! »





Messages : 97

Points : 0
Avatar : Logan Lerman
Crédits : Money Honey & Tumblr

Age RPG : 15 ans
Sang : Mêlé
Camp : Armée de Dumbledore

Doubles-Comptes : Thomas River, Dominique Weasley



MessageSujet: Re: Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.   Mer 23 Mai - 8:14

Hugo avait enfin retrouvé le sourire. Non pas que la mort de son oncle, la disparition de Xia ou le fait que Lily ait mordu Malcolm l’aient soudain rendu euphorique. Au contraire, ces événements continuaient à lui miner le moral. Mais, aujourd’hui, il avait décidé de faire un effort pour retrouver sa légendaire bonne humeur. Fallait faire honneur à ce magnifique événement. Le départ de la Grosse Truie Rose, comme la surnommaient allègrement Fred et Hugo, était assez jouissif pour que les malheurs du mois passé s’effacent peu à peu. Et puis, il n’est pas né celui qui rendra Hugo ronchon et agressif pendant plus de deux semaines. Même Lily n’y avait pas réussit avec sa petite fugue de merde. Faut dire que le simple fait de revoir sa princesse avait rendu le sourire à Hugo qui avait aussitôt passé l’éponge. Oui, il est furieux. Et oui, il pardonne. C’est plus fort que lui d’être gentil. En tout cas avec sa famille et ses amies. ENFIN BREF. Le départ d’Ombrage était trop cool. Enfin quelque chose de positif. La seule chose qui l’inquiétait, c’est que tous les journaux affirmaient que le ministère appuyait sur la nouvelle directrice pour qu’elle suive ses instructions. Ils avaient d’ailleurs obligés la directrice d’accepter des adultes à Poudlard pour sa nomination. Aucun doute qu’il y aurait des Mangemorts dans les rangs. Ca risquait de déraper, encore une fois. Il fallait espérer que la nouvelle directrice, qui que ce soit, réussisse à rapporter l’ordre et la paix au château. Hugo avait tellement besoin d’un peu de paix. Il en avait marre de devoir arpenter les couloirs sous la cape d’invisibilité de Lily pour peindre des messages de propagandes sur les murs. Il aimerait pouvoir dormir une nuit complète au moins une fois par semaine. Ca l’aiderait à garder la tête froide.
L’aiglon s’étira et se leva de son siège. Il était en plein milieu de la Salle Commune des Serdaigles. Autour de lui, les élèves pillaient en se demandant qui serait la nouvelle directrice. Certains allaient même jusqu'à affirmer que ce serait la Première Ministre elle-même qui serait nommée. Hugo avait du mal à se retenir de leur lancer un sortilège de mutisme. Déjà que leur Première Ministre était russe et pas britannique, si en plus la directrice de l’école de sorcellerie britannique devait être une russe sortant de Durmstrang… Il en mourait. Et Poudlard avec lui, parce qu’Poudlard géré comme Durmstrang, ce serait la fin des haricots. Bon, et en vrai, l’origine de la Ministre n’était pas spécialement l’origine des envies de meurtres d’Hugo à son sujet. En réalité, et étonnement, il détestait son côté Mangemoresque. Si c’était chasser le Grosse Truie Rose pour la remplacer par une Mangemort, Hugo se promettait de ne plus dormir du tout de ses nuits. De les passer à remplir les murs de mots injurieux à son égard. Enfin quoiqu’il en soit, il savait que ce ne serait pas la ministre. A part si elle savait voyager dans le temps, ce n’était techniquement pas possible d’occuper ces deux postes. Mais la possibilité que ce soit un Mangemort qui monte à la tête de Poudlard faisait frémir Hugo d’angoisse. Ces dernières semaines, il avait du mal à croire que le Phénix ne s’était pas laissé étouffer par ses cendres.

    « Bien sur que ce sera une sorte de pro-Mangemort psychopathe ! »
Oh, quelqu’un lisait dans ses pensées ! Hugo se retourna, angoissé. Mais en réalité, c’étaient deux Serdaigles qui parlaient à voix basse dans un fauteuil juste à côté. Hugo jeta un regard autour de lui afin de vérifier que Préfète-River de mes deux, n’était pas là. Non. Ouf, l’autre ne se ferait pas tuer pour avoir traité les Mangemorts de psychopathes. Quoique même River devait bien se rendre compte que les gens de son espèce n’étaient pas très nets, non ?
Les deux autres aiglons continuèrent à parler de la future nomination.

    « Réfléchis deux secondes, si le ministère l’a laissé monter au pouvoir c’est qu’elle est de leur côté. Et tout le monde sait de quel côté est le ministère…»
    « Ou alors, il ne l’a pas laissé monter au pouvoir et c’est l’Ordre qui l’a imposée. Ou alors, le ministère lui fait confiance. Ne sois pas si défaitiste ! »
    « Je ne suis pas défaitiste, je suis réaliste. Ca ne servait à rien de renvoyer Ombrage, de toute façon que pouvait-elle contre la grève des elfes de maison ? Elle n’est pas plus responsable de ça que le gouvernement de la grève des gobbelins. Les vrais responsables ce sont les Mangemorts et leur haine envers les autres êtres magiques. »
    « N’importe quoi ! Elle n’a simplement pas su gérer la crise ! »
    « Que voulais-tu qu’elle fasse ? L’arrivée d’un autre directeur n’arrivera pas à empêcher les elfes de continuer à demander des droits. Si le ministère a enlevé la Truie, c’est pour mettre quelqu’un à sa solde à la place ! »
    « Les parents ont râlés, le ministère à agit ! C’est aussi simple que ça. »
    « Pas du tout. Moi je dis, tout ça va mal tourner… »
Agrippant son sac, l’aiglon se dirigea tranquillement vers ses camarades de Maison. S’il devait réfléchir rationnellement, Hugo se serait allié avec celui qui parlait de l’apocalypse. Lui aussi ne comprenait pas en quoi le départ d’Ombrage aiderait à stopper la grève. Mais il était trop content de voir son faciès de porc dégager pour trop s’en faire. Et puis, Hugo était de nature optimiste. Et il y avait un autre point. Le ministère avait forcé la nouvelle directrice à accepter des adultes pour sa nomination. C’est qu’il voulait la surveiller lors de son premier discours. Et s’ils veulent la surveiller, c’est qu’ils la craignent.
Arrivé devant ses camarades de maisons, Hugo leur sourit.

    « Cinq Gallions que tout va très bien se passer. »

Les deux autres le regardèrent bizarrement.

    « T’es en train de me parier que tout Poudlard, plus des adultes, vont se rassembler dans un même endroit en un même moment ...et que tout va bien se passer ? »
    « Ta vivacité d’esprit n’a d’égale que la laideur de feu notre directrice. »
    « … »

    « Bon, tu me les paries ces cinq Gallions ? »
    « Ok. »

Hugo sourit. Parfait. Maintenant, il n’y avait plus qu’à se débrouiller pour qu’il n’y ait pas de grabuge. Mais la simple idée du départ d’Ombrage suffirait à rassembler tous les élèves sous la même joie. Selon l’aiglon rien de grave ne se passerait.
Et puis, ça faisait tellement longtemps que plus aucun événement ne s’était bien passé que, calculant les probabilités, il y avait toutes les chances pour que celui-ci se déroule calmement. Après avoir réglé deux trois dernières choses avec ses camardes aiglons – quand je dis que ça va bien se passer, c’est pas parce qu’un couillons de serpent tape un blaireau, que ça veut dire que j’ai perdu. J’ai perdu si tout le monde se tape dessus-, Hugo se mit en route pour la Grande Salle. Il voulait être l’un des premiers, histoire de trouver une bonne place dans la foule pour voir la sainte apparition qui remplacerait la Grosse Truie Rose.

Une fois arrivé dans la Grande Salle, l’aiglon s’arrêta en plein milieu de la salle. Les poings sur les hanches, il regarda autour de lui. Pratiquement personne. Quelques adultes qui bavardaient entre eux, quelques élèves qu’il ne connaissait pas. Zut. Il n’aurait pas du venir si tôt, il détestait être le premier. Il aurait du attendre Malcolm ou Lysander. Enfin, il lui suffisait d’attendre que ses cousins arrivent. Ou Max. Tiens, il n’avait pas demandé à Max s’il viendrait. Enfin, de toute façon, pourquoi ne viendrait-il pas ?
Ce qui était trop bien, c’est que Rosie aussi venait. Ca faisait super longtemps qu’il ne l’avait pas vue. Il avait préparé un sachet de poil à gratter spécialement pour elle, en tant que gentil frère qu’il était. Oh, ne vous inquiétez pas. Il lui offre le sachet pour qu’elle s’en serve contre un ennemi, il n’en usera pas contre sa sœur, hein ! C’est pas son genre… 8D
Enfin soit. Faudrait qu’ils arrivent tous.

✄-------------------------------------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité







MessageSujet: Re: Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.   Mer 23 Mai - 18:37

Ce matin-là, c'est dans un certain état de fébrilité que se réveilla Albus. Il ouvrit les yeux et aperçut le dessus d'ébène de son lit a baldaquin. Il devait bien être 4h du matin puisqu'il n'y avait qu'une très faible lumière qui pénétrait à travers les rideaux verts de sa chambre. L'aube n'était même pas encore arrivée. Al avait l'habitude de flâner deux ou trois minutes dans son lit, chose qu'il ne fit pas cette journée-là. Repoussant d'une main ses couvertures, il sauta littéralement du lit. Comme à chaque fois il remarquait la laideur de la tapisserie (il vivait dans l'ancienne chambre de Regulus Black au 12 Square Grimmaurd et la décoration, dite "serpentardesque", y était indécollable) avant d'attraper sa baguette située sur sa table de nuit.

Quelle journée! Oui, bien sûr, c'était l'intronisation de la nouvelle directrice de Poudlard. Oui, bien sûr, Albus allait pouvoir voir sa petite soeur et ses cousins qu'il n'avaient pas vu depuis longtemps. Mais au-delà de cela (ce qui était tout de même beaucoup), cette journée marquait une étape importante dans sa formation d'Auror. Et oui, pour la première fois, Albus Severus Potter serait responsable de la sécurité dans un événement de masse. C'était, pour lui, une chance de prouver sa valeur devant la direction du Bureau de Aurors qui avait décidé de lui offrir cet honneur en raison de ses excellents résultats aux tests formels. Albus allait avoir cinq professionnels confirmés à diriger afin que tout se passe pour le mieux. Il avait lui-même choisi les membres de son équipe et son plan était prêt depuis une semaine. Il travaillait sous les ordres du directeur du Bureau qui assisterait à la cérémonie entant qu'invité d'honneur et qui agirait entant que filet de secoure en cas de problème du côté de la recrue qu'était le jeune Potter.

Le caractère honorifique de la récompense qui lui était accordé rendait Albus très fébrile pour ne pas dire nerveux. Certes, tout était prêt. Plus que prêt même. Cependant, dans ce genre de rassemblements, on ne sait jamais ce qui peut arriver. Il espérait vraiment être à la hauteur. Aussi, il ne faut pas négliger un facteur très important que je n'ais que mentionner plus haut. Toute la famille sera présente! Albus était partagé entre l'idée réjouissante de les revoir et le désir de bien paraitre à leurs yeux comme le digne successeur de Harry. C'était décidément une journée cruciale pour le jeune Auror.

Il descendit dans la cuisine sans faire de bruit. Sa mère devait toujours dormir à une heure aussi matinale. Comme à son habitude, il donna un coup nonchalant de baguette dans le vide et se fit apparaitre une tasse de café. Les Moldus avaient vraiment le tour pour les boissons. Jetant un coup d'oeil par la fenêtre, il vit que le soleil commençait bel et bien à se lever. L'heure approchait. Il retourna donc dans sa chambre afin de se préparer. Pour l'occasion, Albus avait acheté une belle chemise blanche à col rigide qu'il avait sertie d'une cravate noire. Le veston, les chaussures, le pantalon ainsi que le gilet assortis étaient aussi de mise.

Au fur et à mesure qu'il se préparait, il vit la journée qui allait suivre sous un angle qu'il n'avait jamais vu encore. Cet évènement marquait définitivement la fin du règne terrible d'Ombrage! Il avait lui-même tant souhaité ce jour lorsqu'il était étudiant qu'il en avait oublié le soulagement que ça devait être pour les élèves actuels de la voir partir. Il se surpris à rire, seul dans sa chambre, au souvenir des nombreuses vacheries qu'il lui avait faites endurer avec Hugo, ou Malcolm...

Debout devant son miroir, il bomba le torse en pensant à la tête que ferait sa mère lorsqu'elle le verrait plus tard. Elle qui n'arrêtait pas de se plaindre qu'Albus s'habillait comme un voyou moldu des années 50, elle serait bien contente de le voir ainsi vêtu. Il mit une main sur sa poche intérieure pour vérifier que sa baguette y était bien rangée avant de redescendre en bas tout en faisant toujours bien attention de ne pas réveiller Ginny ni le portrait de Mrs Black qui, même s'il s'était adoucit, demeurait toujours assez capricieux. Il se dirigea vers la porte de la maison et mit la main sur la poignée. À ce moment, il eut un flash. Cette intuition irrésistible l'entraîna à tourner sa tête brusquement à gauche ou il vit un chapeau noir de style Borsalino accroché sur une patère. Il appartenait à son père. Il eut alors une irrépressible envie de l'essayer. Albus le mit alors sur sa tête et se regarda dans le miroir de l'entrée. Il pouffa de rire, mais ce rire avait un petit quelque chose d'ironique. Il ressemblait vraiment à Harry à ce moment-là. Al ne sut trop pourquoi, mais il sut qu'il devait le garder. Sans plus y penser, il l'enfonça bien sur sa tête avant de sortir de la maison et de transplaner.

Albus fit parler de lui à son arrivée au ministère. Ses collègues cadets n'eurent de cesse de le taquiner à cause de son costume alors que les plus vieux lui firent constamment remarquer à quel point il ressemblait à son père avec ce chapeau. Ala toujours aimé qu'on lui dise qu'il ressemblait à Harry, car ce dernier était pour lui un modèle à suivre. Cependant, ce jour-là, tout était différent dans sa tête. Il n'était plus le fils d'Harry Potter, il était Albus Severus Potter, Auror. C'est étonnant le pouvoir que peut avoir une coiffe n'est-ce pas?

Son passage au ministère fut bref. Il briefa son équipe qui était déjà arrivée. Je vous l'avais dis ; de vrais pros! Les membres qui composaient ce contingent, comme je l'ai déjà dis, avaient été choisis par Albus. Ce dernier les connaissait donc déjà tous. Le premier se nommait Kane. C'était un vieux briscard qui avait combattu un tas de mages noirs. C'était l'homme le plus compétent qu'Albus connaissait. Son principal défaut était qu'il était excessivement grincheux. Il avait toute de même beaucoup de respect pour le jeune Potter et pour la mémoire de son père qu'il avait bien connu. Il avait la soixantaine et avait la moitié de son crâne dégarnis. L'autre moitié était occupée par des cheveux gris mal coupés. Son visage sévère inspirait le respect. On pouvait lire une histoire dans chaque ride de son large front.

Le second était Ivander. Il était la définition du mot "stoïc". Jamais une émotion. Lorsqu'il parlait, ce qui arrivait rarement, sa voix était monotone et très peux articulée. On aurait pu croire qu'il était une Langue de Plomb du département des Mystères. Il n'en demeurait pas moins quelqu'un sur qui Albus savait qu'il pouvait compter. En effet, son absence d'émotion n'était pas seulement extérieur, mais aussi intérieur. Il exécutait donc les ordres sans poser de questions ce qui faisait de lui un Auror très efficace. Il avait le cheveux d'un noir de jais et ils étaient coiffés d'une façon on ne peut plus austère. Son nez proéminent pouvait porter à la rigolade, mais son regard glacial remettait n'importe qui à sa place. Il devait avoir autour de quarante ans.

Venait ensuite Lyam, une sorte de chien fou incontrôlable. Pourquoi Albus l'avait-il prit dans son équipe? Parce que personne n'a jamais douté de son efficacité. Jeune, beau et athlétique, il avait beaucoup de charisme et s'exprimait avec aise. Ce qui le rendait utile, c'est qu'il n'avait peur de rien. Je n'appellerais pas cela du courage, mais bien de l'inconscience dans ce cas-ci. Véritable aventurier des temps modernes, il se prenait souvent pour un type qu'il appelait Indiana Jones. C'était un truc de Moldu semble-t-il... Quoi qu'il en soit, Lyam avait jadis été l'élève de Harry. Il voue maintenant à Albus le respect qu'il vouait à son père. Le jeune Potter ne l'aimait pas plus qui faut, mais ses capacités étaient indéniables.

Le quatrième avait pour nom Ed. En fait, c'était plus un surnom d'autre chose... La meilleure manière de vous le décrire serait surement d'évoquer l'image des hommes-forts dans les fêtes foraines moldues. Vous savez, les types gigantesques avec une superbe moustache noire? Certes légèrement plus petit que l'était Hagride, Ed était un vrai colosse. Ses bras, de la taille d'une cuisse, auraient découragé n'importe quel fauteur de trouble. Chauve, il arborait fièrement une moustache bien fournie et minutieusement taillée. Loin d'être stupide comme on pourrait le croire à son apparence de brute épaisse, il était cependant très bienveillant et paternel à l'endroit d'Albus.

Le dernier, mais non le moindre était Lars. C'était un suédois immigré en Grande-Bretagne et il possédait un terrible accent. Il venait tout juste de graduer au Bureau de Auror. Il avait donc à peu près le même âge qu'Albus. C'était un vrai génieen magie noire. Les normes suédoises n'étant pas les mêmes que les normes anglaises, les jeunes de ce pays étaient mis en contact beaucoup plus tôt avec ce type de magie. Cette pratique était dangereuse, certes, mais elle produisait degrands experts. Le grand défaut de Lars était sa timidité. Il n'en restait pas moins un type bien sympathique, mais ne lui demander pas de faire d'allocations publiques...

Donc, comme je le disais, tout ce beau monde transplana devant le portail de Poudlard. Le concierge vint leur ouvrir le passage après qu'ils se furent tous identifiés. Il devait être 8h et les élèves étaient déjà bien réveillés au château. L'entrée de six Aurors par la grande porte fit d'ailleurs pas mal jaser. Marchant d'un pas assuré, Albus mit le cap sur la Grande Salle ou devaient se dérouler les festivités. Ed, d'une main, poussa les grandes portes et l'équipe s'engagea dans la salle décorée.

Aussitôt, les Aurors, connaissant leurs tâches respectives, se dispersèrent. Albus remarqua alors, qu'il y avait déjà quelques personnes d'arrivées. Il scruta certains visages, mais n'en reconnu aucuns. Sauf peut-être...

Albus - Hugo!

À l'autre bout de la salle, Albus avait aperçu son cousin. Il se dirigea vers lui, l'air radieux. Puis, il se rappela qu'il ne devait pas se laisser déconcentrer de son travail important. Bof, de toute façon, c'était trop tard, le mal était fait! Il vint à son cousin.

Albus - Alors cousin, comment ça va?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »





Messages : 1981

Points : 22
Avatar : Willa Holland.
Crédits : Alles & Tumblr.

Age RPG : 17 ans.
Sang : Mêlé.
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : Liens ◈ Ici.
Rôleplay ◈ Ici.
Hivoux ◈ Ici.

Truc en plus : Lycanthrope.
Doubles-Comptes : Moïra ◈ Serdaigle.
Roxanne ◈ Serpentard.
Grace ◈ Professeur phénix.
Svetlana ◈ Mangemort.



MessageSujet: Re: Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.   Mer 23 Mai - 20:06

Sensation nouvelle, sensation étrange, mais sensation pour le moins satisfaisante … Elle avait le ventre plein. La nouvelle directrice avait signé un papier officiel pour stipuler aux elfes qu’elle répondrait à toutes leurs exigences de manière positive, et ces derniers, s’estimant satisfaits, avaient repris leur travail. Lily avait donc cessé ses excursions à la cuisine du château pour manger tout son content dans la grande salle, enfin débarrassée de sa poussière et de son sentiment de salle complètement inutile. Elle se sentait repue. Elle était sortie de table sans avoir envie de retourner s’asseoir pour manger, et ça, c’était génial, parce que le loup-garou en elle lui ficherait la paix pour un petit moment, maintenant qu’il en avait plein la panse. D’excellente humeur, Lily se tassa mieux dans son siège au coin du feu, une clope au bec, un bouquin sur les genoux. Elle travaillait. Ah si je vous jure. Elle potassait les cours qu’on lui avait passés pour rattraper sa fugue et ses cours séchés. Elle en avait recopié une grosse partie et terminait de se mettre à jour. Oh, elle ne flippait pas trop pour les examens. En vraie petite Potter, elle était naturellement douée pour les sortilèges. Tournant imprudemment sa clope entre ses doigts, elle manqua de se brûler la peau mais ne broncha pas, pas du tout effrayée ni quoi que ce soit. Ca va, ce n’est que du feu, une toute petite douleur de rien de tout, que dalle comparé à une morsure de loup-garou, pas de quoi en faire un flan quoi ! Méfiante, elle leva ses yeux gris quand une troupe de Serpentard passa tout près d’elle en pépiant avec entrain. C’est ça d’avoir l’estomac rempli, on oublie tout ce qu’on a pu faire de mal pour survivre. On oubliait tellement les vieilles rancunes, après un bon repas, qu’elle avait même zappé, un court instant, qu’elle n’était plus amie avec Aleera, et l’avait complimentée sur son pendentif en pierre de lune. Et après un court échange de regards, son aînée lui avait retourné le compliment, en fixant le bracelet de Lily. Grimpant et discret, en or blanc métallique. Tout à fait son genre, en ce moment elle est dans sa période gris, Lily. Trop de rouge, trop de vert, trop de noir … Le gris, c’est bien. D’ailleurs, aujourd’hui, vestimentaire sombre et sobre. Ses Doc noires, comme d’habitude, avec un jean bleu foncé délavé et un tee-shirt noir avec la tête de loup de la famille Stark.

Dolores Ombrage avait enfin déguerpi. Et ça, c’était bon. Toutes ces nuits à fureter dans Poudlard avec la cape pour écrire des insanités sur les murs avaient fini par payer. Dolores Jane Ombrage, directrice et grande inquisitrice de Poudlard, avait été poliment remerciée pour ses bons et loyaux services, puis renvoyée. Honnêtement, quand Lily avait déboulé dans la salle commune des Serpentard en gueulant que la truie avait été virée, elle s’attendait à ce qu’on la fusille du regard. Mais, étrangement, les Serpentard l’avaient regardé fixement, et avaient commencé à hurler de joie. Puis ils avaient fait la fête. Lily était vite partie, toujours aussi amatrice de solitude, mais beaucoup moins intolérante qu’avant vis-à-vis de la présence humaine. Quelques instants plus tard, Dominique l’avait rejointe dans le dortoir, et chacune avait commencé à bouquiner, appréciant la silencieuse compagnie de l’autre. Maintenant, les Serpentard se demandaient qui remplacerait la truie à Poudlard. Quelqu’un avait évoqué à demi-mot la ministre de la magie, Lily lui avait collé un grand coup de livre derrière le crâne pour qu’il arrête de dire des conneries. Mais l’idée trottait. Ami, ennemi ? Les verts et argents étaient contents, pompeux, de dire que ce serait certainement quelqu’un de bien. Bah ouais, après tout il a accepté les pressions ministérielles d’ouvrir le château à tous, de fait les mangemorts pourraient fouiner encore un peu plus pour quelques instants. Mais Lily, dont l’instinct animal était maintenant poussé à son paroxysme, exacerbé par tout ce qu’il se passait, avait vu le sourire satisfait de Neville, l’étrange bonne humeur de Ted, le maintien guilleret de Logan. Et même Grace, pourtant durement touchée par la mort de sa petite sœur, n’avait pu retenir un sourire carnassier quand la directrice-adjointe, cette traînée de roskove, avait déclamé avec hypocrisie qu’il était triste pour Poudlard qu’Ombrage parte et qu’elle espérait que le nouveau directeur saurait arranger la situation de l’école – et faire ami-ami avec le ministère et les mangemorts. Bien, il semblerait que tous les petits pro-mangemorts arguant que la directrice serait quelqu’un de bien selon leurs critères aient tort, finalement.

Elle referma son livre, et jeta sa cigarette au feu. Puis elle se leva souplement, sans bruit, pour attraper son sac et retourner à son dortoir poser ses affaires, et en prendre d’autres. Si elle posa ses feuilles de cours sur son lit parfaitement bien fait, elle attrapa sa batte de Quidditch, en plus de quelques farces et attrapes pour le cas où quelqu’un voudrait l’emmerder. On lui cherche des problèmes ? Une pastille de gerbe et c’est réglé. Les problèmes se font plus insistants ? Certes, elle n’aurait nul besoin de sa batte de batteuse, mais elle aimait ce poids dans sa main gauche. Et dire qu’elle allait laisser tomber son rêve pour devenir Auror … Rêveuse, elle fixa sa batte de Quidditch en se demandant ce qu’elle voulait faire plus tard. Batteuse ? C’était le rêve qu’elle avait toujours poursuivi, la raison pour laquelle elle passait ses vacances entières juchées sur un balai dans les championnats jeunes, pour se qualifier et être repérée. Mais maintenant elle doutait. Une carrière d’Auror serait plus utile à la communauté, et elle pourrait traquer les assassins de son père pour le leur faire payer. Sa mère, qui courait le monde après les championnats, se sentait bien inutile, surtout en voyant ses deux fils travailler efficacement pour coincer des mangemorts. Que voulait-elle faire ? Batteuse, et regarder les mangemorts droits dans les yeux en grinçant des dents ? Auror, et regarder le ciel avec la mélancolie des oiseaux cloués au sol ? Elle n’avait pas de réponses. Vivement, elle fendit l’air avec sa batte, puis la reposa sur son lit. Elle attrapa sa cape noire et verte de Serpentard pour l’enfiler et l’attacher avec les attaches en argent poli, puis enroula son écharpe verte autour de son cou. Saisissant l’élastique à ses cheveux, elle tira dessus, faisant dégringoler sa masse de cheveux brun-roux. Quelques mèches se placèrent astucieusement devant ses yeux, lui tirant un pâle sourire. Puis, après une demi-seconde d’hésitation, Lily porta la main à sa batte et l’attacha professionnellement dans son dos. Qu’on vienne lui demander de l’enlever, tiens ! Suivant un groupe de Serpentard, elle rentra dans la grande salle qui commençait à se remplir, jetant un coup d’œil négligent et insondable à la décoration des lieux. Pas de pièges, cette fois-ci ?

« C’est qui lui ? » Lily tourna vaguement la tête vers le groupe qui parlait, en fixant un adulte du regard. « Il est trop sexyyyyy ! » Curieuse, elle tourna la tête vers l’adulte et croisa son regard, avant que l’un et l’autre ne tournent la tête. « C’est un journaliste. » Les deux filles tournèrent la tête vers lui. « Comment tu le sais ? » Elle haussa les épaules, pragmatique. « C’est Aaron Stark. Vous ne le reconnaissez pas ? J'ai bien envie d'aller lui demander si l'hiver vient ... »

Léger silence, et d’un coup elles se remirent à glousser qu’en plus d’être beau il est célèbre. Lily leva un sourcil, méprisante de voir à quel point les gens célèbres devenaient subitement beaux. Parce que personnellement le journaliste elle ne le trouvait pas si beau gosse que ça … Lui, par exemple, était beau. L’auror nonchalamment appuyé contre un pilier qui … Wait a minute. L’auror ? Elle plissa des yeux en le fixant. Le type croisa son regard, lui sourit, et lui fit un signe de tête vers le buffet. Suivant machinalement son regard, Lily vit Hugo. Oh Hugo, et dire qu’elle n’avait même pas vu son cousin ! Sauf qu’avec Hugo il y avait … Son père ?! Non, Harry Potter est mort. Oh mince c’est Albus ! D’un coup rayonnante, Lily oublia les bonnes manières – c’est quoi les bonnes manières ? – pour traverser la grande salle en courant. Bon d’un côté, pas tant que ça à traverser.

« BUBUUUUUUUS ♥ » Et vlarch, elle lui sauta au cou en piaillant. « J’suis trooop contente de te voir, on dirait trop papa avec ce chapeau en plus ! Tu veux donner des sueurs froides aux mangemorts ou quoi ? » Va-y Lily, provoque-les, lève la voix ! « Coucou Hugo, toi aussi je t’aime, et puis tu m’as manqué, tu sais. » Et c’est parti pour l’engueulade, après tout, un mois à sécher les cours et une semaine à fuguer, ça avait un peu précipité la chute d’Ombrage que de ne pas savoir protéger les élèves.

✄-------------------------------------------------------------------



« A dog cannot make this journey alone. But, maybe, a wolf can. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsmordre.forums-actifs.com
Invité


Invité







MessageSujet: Re: Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.   Jeu 24 Mai - 5:56

Alice se leva avec un beau sourire sur les lèvres. Aujourd’hui était une journée spéciale et pour elle c’était une des meilleures bonnes nouvelles qu’elle n’avait jamais entendu, la Grande Inquisitrice avait été virée de Poudlard après maintes plaintes des parents d’élèves, elfes de maisons et professeurs. Ils avaient enfin réussis, la direction de l’école allait être confiée à quelqu’un d’autre. C’était grâce à son père qu’Alice avait appris la nouvelle. Bien sûr, comme tout le monde elle recevait la Gazette du Sorcier mais elle ne lisait que rarement ce journal trouvant les nouvelles assez déprimantes et puis il devait y avoir beaucoup de mangemorts à la rédaction alors les véritables nouvelles, Alice les avait par Rose qui faisait partis de l’Ordre et qui lui en confiait quand elles n’étaient pas trop importantes mais on la laissait en dehors des affaires de l’Ordre ce qui lui convenait très bien, Alice vivait dans son monde à part et elle en était bien heureuse. Il y avait donc une espèce de fête organisée à Poudlard ce jour là conviant les adultes comme les étudiants dans la Grande Salle pour pouvoir rencontrer cette nouvelle directrice. Alice ne la connaissait pas comme la totalité du monde magique apparemment. Une véritable inconnue qui faisait couler beaucoup d’encre depuis quelques temps et aujourd’hui elle prenait ses fonctions et pour cela l’école avait invité des personnes extérieures aux étudiants. Son père l’avait invitée mais Alice avait longtemps pensé à décliner l’invitation. Elle voyait son père assez souvent et qu’allait-elle faire au château au milieu de tous ces gens ? Ce n’était pas comme si elle avait un petit frère ou une petite sœur à aller voir comme Albus ou Rose mais après de nombreux efforts de la part de sa meilleure amie, elle finit par accepter d’y aller. C’est au milieu de son déjeuner qu’Alice se demanda ce que ferait cette directrice. Suivrait-elle les pas d’Ombrage ? C’était peu probable, après le chaos qu’elle avait causé on avait dû lui donner des ordres différents mais elle allait devoir certainement faire tomber quelques règles, ce n’était pas comme si le monde était en paix désormais. Alice pensait réellement qu’elle ne pouvait pas être pire. Peut-être ne serait-elle pas ce que tout le monde attendait mais elle ne pouvait pas être pire qu’Ombrage, c’était impossible, en tout cas aux yeux d’Alice qui était heureuse de voir celle qui avait rendu sa vie à Poudlard misérable disparaître de l’école pour que les nouveaux étudiants puissent vivre dans un climat plus calme et plus doux.

La jeune Londubat avait réussis à avoir sa journée de libre mais on lui avait tout de même demandé de passer quelques minutes au bureau pour qu’on lui donne les dernières images et qu’elle essaye de les examiner chez elle dès qu’elle le pourrait. Oui, c’était la contrepartie de sa journée de libre mais Alice savait parfaitement qu’elle serait toute excitée en rentrant de pouvoir se mettre à ce travail qui lui plaisait tant. Aujourd’hui il était rare que les jeunes sorciers se tournent vers ce genre de métiers, il fallait être différent, avoir la tête dans les étoiles comme elle certainement pour se lancer dans une carrière de ce genre et elle devait avouer que pas mal de personnes avec qui elle travaillait ces derniers temps étaient spéciales mais c’était dans le bon sens, Alice était une des dernières personnes sur cette Terre qui jugerait quelqu’un sur son étrangeté. Une fois les photographies déposées chez elle, la jeune blonde vit qu’il était temps de se rendre au château. Sa mère travaillait et ne pouvait donc pas se rendre à l’événement mais Alice lui avait promis et passer le bonjour à son père qui rentrerait bientôt pour un week-end à la maison, il n’avait pas à surveiller les couloirs le week-end prochain. Alice transplana devant les grilles du château qui étaient grandes ouvertes avant d’avancer vers l’entrée. Ombrage était peut-être passée par là mais les bâtiments eux ne changeaient pas d’un poil. Avançant tranquillement, Alice put voir le terrain de Quidditch ce qui lui rappela les nombreux matchs auxquels elle assistait mais après sa première leçon de vol, le professeur ne l’avait plus jamais fait monter sur un balais, elle l’aidait pendant son cours ou alors elle lisait son livre tranquillement dans un coin. La jeune femme avait déjà du mal à garder les deux pieds sur terre sans tomber alors pas la peine de la faire monter sur un balai. Détournant son regard, elle finit par entrer dans le hall et se dirigea vers la Grande Salle. De savoir qu’Ombrage n’était pas dans les parages lui permettait d’apprécier les lieux comme elle ne l’avait pas fait depuis longtemps.

En entrant dans la Grande Salle, elle vit qu’il y avait déjà pas mal de monde et elle put voir Albus, Lily et Hugo discuter tranquillement. C’était l’occasion de revoir leur famille pour les élèves et Alice décida de ne pas les interrompre. A la place, elle chercha son père du regard et finit par le trouver en pleine discussion avec un autre professeur. Elle s’approcha et gentiment salua le professeur qui se trouvait être celui de vol avant de faire la bise à son père. On les laissa tous les deux et son père lui dit : « Je suis content que tu sois venu ma petit Alice. » Elle leva les yeux au ciel, son père ne pourrait jamais l’appeler autre chose que petite ? « Je ne suis pas petite papa. » Il rit un petit peu avant de lui répondre : « Tu le seras toujours à mes yeux. » Malheureusement d’ailleurs … Et elle risquait de rester la fragile petite Alice à ses yeux aussi … « Au fait, maman m’a dis de te passer le bonjour, elle voulait tellement être là mais ils avaient besoin d’elle au travail, il lui tarde que tu rentres. » Ce n’était pas toujours facile pour Hannah d’avoir son mari à Poudlard pour la majeure partie de l’année. « Je dois te laisse Alice, je dois faire mon travail. J’ai vu les Potter, tu peux aller les voir. » Lui dit-il en souriant et en montrant la direction d’Albus et Lily. Il déposa un baiser sur sa joue avant de disparaître elle ne savait où. Non, elle ne voulait pas aller interrompre le moment familial qui se déroulait à quelques pas d’elle alors elle décida d’aller chercher un jus de citrouille et d’attendre que Rose arrive parce qu’elle comptait un peu sur sa compagnie tout de même. En chemin, elle croisa des têtes qu’elle n’avait jamais vu mais Alice ne faisait pas attention à grand chose alors ça devait être ça …
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« You have ten fingers ? Oh, me too ! Let's be friends ! »



...

Messages : 570

Points : 2
Avatar : Zooey Deschanel.
Crédits : Obsession27.

Age RPG : 16 ans
Sang : Pur
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : - Un petit lien?
- Vivent les SMS
- Cause with me?
- Qui suis-je, au fait?

Truc en plus : Dessine carrément bien...
Doubles-Comptes : Nada.



MessageSujet: Re: Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.   Jeu 24 Mai - 8:10

Lucy serra Hoshi contre elle en souriant, et la chatte blanche se laissa faire, frottant sa tête douce et menue sous le menton de son humaine, en ronronnant à pleine gorge. Ah, Hoshi, boule de poils! Lucy avait reposé son dessin et passait la main sur le dos arqué de sa confidente à poils longs, qui se cambrait, se voûtait, et revenait avec un miaulement heureux vers la main qui la caressait. L'une aimait sentir l'épaisseur et la douceur de la fourrure blanche, et l'autre aimait sentir une main délicate lui ébouriffer et aplanir le poil, y enfoncer ses doigts. Entente parfaite...l'harmonie serait-elle la même avec la nouvelle directrice? Poudlard avait bien souffert ces derniers temps, et le château était tout sauf convivial, mais la tension retombait doucement. Le retour de la nourriture avait déjà supprimé un grave problème, tant au niveau logistique qu'au niveau de l'ambiance, et les salles, les chambres étaient de nouveau nettoyés. De nouveau, le jour du changement des draps, Lucy pouvait se lover dans un lit refait, frais et aux draps changés, tous changés à l'exception de son plaid, teint par ses soins et d'un grand coup de baguette magique, à l'image d'un de ses dessins. Un dessin qu'elle avait réalisé après avoir dévoré, littéralement dévoré, une série de romans prêtée par son adorable Lily. A Song of Ice and Fire, ça s'appelait (eh oui, nous sommes en Angleterre et Lucy lit en VO). En tous cas, l'image, le tableau qui lui avait pris des jours, représentait Jon Snow, son loup Fantôme et Tyrion Lannister au sommet du Mur, devant l'immensité des terres du nord. Elle l'adorait! Quoi de mieux que de s'endormir au chaud, en rêvant à ses lectures, Hoshi lovée contre elle, le soir?

Lucy eut un moment de vide devant son armoire, puis elle tendit le bras, fouilla, et finit par se décider, après moult hésitations, pour un chemisier bleu et blanc, à carreaux entrecroisés. Un motif classique, mais élégant, et dont la coupe lui allait bien. Comme il faisait beau, et presque chaud, elle s'était également offert le luxe d'un pantacourt, assez près du corps et de couleur jaune. Bleu et jaune, sur des sandalettes brunes, Lucy était colorée, aujourd'hui! C'est ainsi vêtue qu'elle descendit dans la Grande Salle pour assister, comme tout un chacun, à l'investiture de la nouvelle directrice de Poudlard. La nouvelle directrice...Ombrage était partie, enfin! Et Lucy, pas plus que Lily, pas plus qu'Hugo, ne regrettait les heures passées à taguer les murs du château, à arpenter les couloirs de nuit, frémissant au moindre bruit, coeur bondissant dans sa poitrine. Les heures passées à élaborer des plans, pour éviter à Lily ou à tous les autres de devoir "foncer au jugé" en cas de rencontre intempestive...aujourd'hui, la directrice avait accepté les conditions des elfes de maison, Poudlard respirait à nouveau, et mieux encore, le nuage noir, orageux, de l'Inquisitrice s'éloignait.

L'Inquisitrice! Si elle ne traquait pas à proprement parler les hérétiques, cela avait fini par ressembler à l'évènement historique qu'évoquait le surnom du gros porc rose, j'ai nommé Ombrage. Personne n'avait fini sur le bûcher, encore heureux, et les opinions religieuses des élèves importaient bien peu à l'Inquisitrice! Mais les opinions politiques...le moindre petit mot sur l'actualité ou autres...pourraient-ils enfin, aujourd'hui qu'Ombrage reculait dans l'ombre, respirer, eux, en pleine lumière? Que serait la nouvelle directrice? Elle semblait déterminée, pour ce qu'on en disait, pour ce qu'on en entendait, prête à disputer Poudlard aux serpents, aux Mangemorts, à tout ce qui représentait le Mal et surtout, à tous ceux dont les suivants se pavanaient au château.
Quelle fête cela avait été chez les Poufsouffles! Plus sages que les Gryffondors, les blaireaux avaient néanmoins le goût de la fête et sitôt la nouvelle annoncée, les dernières provisions, les réserves avaient été utilisées pour préparer un véritable banquet, un des élèves avait branché de la musique sur un vieux tourne-disque, récupéré on ne savait où mais qui était un meuble légitime de la salle commune. Tout le monde s'était plus moins rassemblé dans ce nid troglodyte qu'était la salle, et tout le monde avait grignoté, bu un peu aussi, grâce à des élèves débrouillards, dansé et chanté. Une fête tranquille, un simple moment de paix. Et la soirée s'était achevée au-delà de quatre heures, quand les derniers levés avaient commencé à refaire le monde, à coups de mots, de grandes idées, d'idéalisme et de "il faut" aggravés par la fatigue. Et sur le coups de cinq heures, le monde était redevenu magnifique à force de le refaire. Et surtout, il leur appartenait.

Lucy avisa sa cousine qui se jetait au cou d'Albus, du cousin Albus, qui ressemblait quand même beaucoup à son père, avec sa tenue très classe, très chic et sobre. Beau gosse, le cousin! Lucy se dirigea vers eux en notant aussi la présence de Hugo, et arriva par derrière. Elle attrapa le bras d'Hugo avec un grand sourire, le temps de lui claquer un grand baiser sur la joue, cousin d'amouuur! Et sourit, rayonnante, à Albus, mais laissa à Lily le soin d'embrasser le grand cousin: c'était son frère alors, sur ce terrain là, Lucy était plus que battue! Donc finalement, ça se résuma à quelques mots...

"Hugo, cousin, bonjour! Et Albus, ca faisait longtemps. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wildhorses.fr-bb.com

avatar

« When has justice ever been as simple as a rulebook ? »



Be happy !

Messages : 55

Points : 0
Avatar : Karen Gillan
Crédits : Jane ; Tumblr

Age RPG : 19 ans
Sang : Mêlé
Camp : Ordre du Phénix

Vie du personnage : Time can't be rewritten
My rules
I'll be your sky

Truc en plus : Être une Weasley
Doubles-Comptes : Aucuns



MessageSujet: Re: Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.   Jeu 24 Mai - 10:19

Dernière nouvelle officielle Dolores Ombrage est renvoyée de son poste de Directrice de Poudlard. Pour fêter l'arrivée de la nouvelle Directrice l'école de Magie Poudlard ouvre ses portes à ceux voulant participer à la petite soirée.

Rose sautait sur place telle une puce shootée à l'adrénaline. Enfin ce crapaud rose bonbon allait quitter Poudlard. Adieu tous ces règlements insensés qui pourrissaient la vie des élèves. Re bienvenue Quidditch et autres évènements joyeux qu'ils aimaient tant à l'école. Rosie se souvenait des années qu'elle avait vécu avec cette enquiquineuse d'Inquisitrice. Ce crapaud prenait vraiment plaisir à foutre des retenues pour un rien aux Weasley-Potter. Elle se vengeait de ce que leurs parents lui avaient fait subir en maltraitant les enfants. Ha ce que Rose pouvait détester ce batracien rose, elle lui a même fait comprendre qu'elle allait lui faire payer. Oh oui la rouquine veillerait personnellement à ce que qu'elle paye pour tout ce que Rosie et sa famille ont endurés. A commencer par le manque de nourriture qui rendait les élèves fous et affamés. Même si Rose, comme sa mère, milite pour la cause des elfes elle trouve que délaisser les cuisines alors qu'un nombre important de personnes dépendent d'eux c'est du grand n'importe quoi. Inquiète la jeune Weasley se débrouillait pour envoyer de quoi remplir un minimum l'estomac des membres de sa famille encore à l'école. C'était surtout Lily pour qui elle se faisait le plus de soucis maintenant que celle-ci était une louve-garoute. Mais bon la situation semblait s'être calmée avec le départ de la Douleur (Dolores = Douleurs xD). Après avoir appris cette magnifique nouvelle Rose avait envoyé une lettre à son frère lui annonçant sa participation à la fête. Bah oui la rouquine voulait connaitre l'identité de la nouvelle Directrice quand même. Tout ce qu'elle souhaitait c'est qu'elle soit bien mieux qu'Ombrage et qu'elle ne soit pas une Mangemort. Ha non c'est clair si elle était du côté des Mangemorts la jeune femme allait faire un putain de scandale et emmener son frère et ses cousins/cousines le plus loin possible de Poudlard. Mais bon elle espère que le ministère n'était pas fou au point de se mette les parents d'élèves à dos en mettant une Mangemort comme Directrice.
Mais bref il faut se focaliser sur les bons côtés de la chose et laisser les mauvais dans un coin.

Après avoir pris une douche bien chaude Rose descendit à la cuisine en peignoir et turban sur la tête. Son père venait juste de partir au travail et sa mère prenait son café. Ca faisait longtemps qu'ils ne s'étaient pas tous retrouvés à prendre un petit-déjeuner tous les quatre. Ces moments-là manque à notre rouquine.

ROSE ▬ B'jour ma !

Les deux femmes se firent la bise avant que la jeune Weasley se serve un bol de céréales qu'elle mangea tranquillement en parlant avec sa mère avant que celle-ci ne parte au boulot à son tour.

HERMIONE ▬ Tu embrasseras tout le monde pour moi Rosie chérie !

ROSE ▬ Oui maman t'inquiète.

Elle attendit que sa mère parte pour faire apparaitre tous les vernis qu'elle possédait, autant dire beaucoup, sur la table du salon pour les essayer un par un. Après une bonne demi-heure à mettre et enlever plusieurs vernis Rose opta pour une couleur prune allant bien avec l'ensemble qu'elle avait choisi. En attendant que ses ongles sèchent la jeune femme se posta devant son miroir pour essayer plusieurs coiffures et maquillages. Elle se contenta de donner à un peu de volume à ses cheveux roux et d'épaissir son trait de crayon en s'ajoutant un rouge à lèvre orangé. Prenant un petit sac couleur prune foncé également, la jeune femme lui lança le sortilège d'extension que sa mère avait utilisé pendant leur recherches des Horcruxes et qu'elle avait appris à sa fille. Rangeant sa baguette, son porte-monnaie et des mouchoirs Rose le posa sur son lit pendant qu'elle prenait son ensemble et qu'elle s'habillait.
Sa robe couleur pêche lui arrivait à mi-cuisse, avait un petit décolletée et laissait voir une partie de son dos. Tout ça se fermait derrière la nuque par un petit bouton. Très sexy tout ça, mais attention pas vulgaire ! Rose pouvait porter des habits courts avec classe. Elle attacha ses bottine, aussi, de couleur prune à petits talons et se saisit de sa jaquette en cuir noir. Son petit "R" en or comme pendentif, sa montre et le tour était joué Rose transplana devant le portail de Poudlard.

Elle marcha jusqu'à l'entrée se rappelant de sa première année, c'était il y a bien longtemps pour elle. Arrivant près de la grande salle Rose s'arrêta pour enlever sa jaquette et la fourrer dans son sac, merci maman pour lui avoir appris des sorts utiles. Arrangeant un peu sa chevelure de feu Rosie entra dans la salle submergée par toutes ces émotions, tous ses souvenirs qui revenaient. Il n'y avait pas encore beaucoup de personnes présentent, il était encore assez tôt. Essayant de repérer quelqu'un de familier son regard vert-noisette se posa sur un homme près du buffet. Encore lui ? C'est pas vrai ils se poursuivaient ou quoi ?! Avant que notre rouquine ait eu le temps de faire quoi que ce soit une chevelure blonde apparut dans son champ de vision. La jeune Weasley lui fit un signe de la main prête à courir vers elle et lui sauter dans les bras quand des voix trop familières résonnèrent à ses oreilles. Poussant toutes les personnes lui barrant la route Rose fonça directement vers un petit groupe près d'Alice et sauta au cou de son frère même si celui-ci semblait déjà occupé par Lucy. Tant pis Rosie n'avait pas vu son frère depuis une éternité elle avait bien le droit de le prendre pour elle toute seule.

ROSE ▬ HUUUGOOO, tu m'as manqué petit diable ! Dis donc t'aurais pas grandis toi ? Oh tu deviens un vrai homme !

Le serrant fort dans ses bras Rosie lui fit un gros bisous baveux sur la joue en signe de vengeance à ce qu'il allait lui faire subir plus tard. Ceux qui osent se moquer de lui après ça, vont souffrir ! Rose va les éclater s'ils rient d'Hugo après ce câlin affectif. Toujours dans les bras de son frère la rouquine sourit à ses cousins.

ROSE ▬ Lily ça va ? Toujours avec ta répartie à en faire frémir plus d'un ? Et Lucy jolie, tu pètes la forme aussi ? Tout ce passe bien pour toi ? Et pis toi Albus...Oh vraiment très classes tes vêtements on dirait... Enfin bref je crois qu'il y en a qui ne vont pas être insensibles à ton charme cousin.

Rose faisait surtout référence à sa meilleure amie qui regardait la scène non loin de là. Lui souriant aussi Rosie lui fit signe. Après tout Alice est considérée comme de la famille pour elle, alors pourquoi resterait-elle seule dans un coin ?! Allez un membre de plus, à ce rythme-là les Weasley-Potter pourront créer plusieurs équipes de Quidditch à eux seuls. Et puis si les autres sont pas contents qu'Alice s'incruste ils n'ont qu'à râler un peu si ça leur fait du bien et pouet !


Dernière édition par Rose Weasley le Dim 27 Mai - 14:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Tough times don't last, and tough people do. »





Messages : 1378

Points : 0
Avatar : David Tennant
Crédits : Kachilight

Age RPG : 39 ans
Sang : Mêlé
Camp : Ordre du Phénix

Vie du personnage : « Hakuna Matata !
« Une ptite lettre ?
♥️ En couple ? Oui avec Grace, et attention on ne mate pas èOé

Truc en plus : Animagus Buse
Doubles-Comptes : Malcolm Gray



MessageSujet: Re: Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.   Ven 25 Mai - 10:00

Logan avait poussé une exclamation de joie lorsqu'on lui avait annoncé la nouvelle. Certes ça aurait été déplacé, seulement dans le cas du départ d'une autre directrice que celle-là. Ici, personne ne pouvait l'en blâmer, vu que tout le monde avait réagi avec autant d'enthousiasme que lui. Enfin, ils étaient débarassés d'elle. Enfin, ils pourraient manger à leur faim. Gringotts continuait sa grève, mais au moins leurs ventres seraient enfin remplis, après un mois complet en mangeant à peine. Logan était déjà maigre, mais il craignait d'avoir perdu trop de poids, que son aspect soit bien plus mince qu'avant. Il avait toujours fait passer les élèves plus jeunes avant lui, ils avaient plus besoin de se remplir la panse. Alors évidemment, il était heureux comme tout d'avoir finalement la merveilleuse possibilité de se goinfrer. Ce soir serait un festin. Bon, Victoire l'avait bien prévenu de ne pas trop avaler non plus, après tout ce temps sous-alimenté, il ne fallait pas qu'il se remplisse stupidement le ventre avec tout ce qui lui tombait sous la main. Il ferait donc attention, mais ne se priverait pas dans les jours à venir. Bref, lorsque l'annonce était tombée et après avoir exprimé son bonheur, il avait prit Grace par la taille pour l'embrasser fougueusement. Mesdames et messieurs, cela s'appelle du soulagement qui ne cherche qu'à être partagé. Surtout que bon, ils avaient bien besoin d'une bonne nouvelle. Ils ne se faisaient plus d'illusions : Alexia était morte. Son corps était introuvable. Or, Logan l'appréciait énormément et Grace était sa soeur. C'était donc pire pour elle. Il l'avait longuement serrée dans ses bras, lui apportant ainsi son soutien, sachant que sa présence auprès d'elle apporterait bien plus que des mots. Sa colère à l'encontre des Mangemorts n'en avait été qu'augmentée. Ils leur prenaient tout, petit à petit. Jusqu'à la décision de se détendre pour cette soirée, Logan s'était montré farouchement protecteur envers sa petite amie. Il craignait qu'elle ne lui soit enlevée elle aussi. Alors qu'ils étaient à Poudlard ? Oui, ce genre de peur n'est pas repoussée par l'enceinte d'une école de magie. Il savait que Grace était tout à fait capable de se débrouiller seule, mais c'était plus fort que lui. Il se sentait méfiant, et bien qu'il ne le montre pas, son regard ne pouvait pas cacher sa tension. Tout pouvait arriver, ces jours.

La deuxième raison de son soulagement était le retour de Lily. Après une absence d'une semaine, sans la moindre nouvelle, elle était revenue. Vivante. L'Animagus avait souvent survolé le château et ses environs en espérant l'apercevoir, afin de pouvoir rassurer sa famille, mais il n'avait pas pu la repérer. Il savait très bien pourquoi elle était partie. Pour la même raison que la source de sa tristesse intérieure. Alexia n'était plus. Elle, elle ne reviendrait pas. Ils avaient été stupides de le lui cacher. Mais sa réaction aurait-elle été différente si elle était sortie de leurs bouches ? Si elle n'avait pas compris par elle-même ? Il n'en savait rien. Elle avait été suffisamment remuée par sa transformation en loup-garou. Une bonne partie de l'Ordre était au courant. Cette affaire cherchait à atteindre les Phénixs presque autant que les Potter. À les briser plus qu'ils ne l'étaient déjà, avec leurs menaces et la douleur qu'ils lui avaient infligée. Cependant désormais, avec la nouvelle directrice, Lily ne risquait plus le renvoi si sa lycanthropie venait à être révélée au grand jour. Un sourire lui étira un instant les lèvres alors qu'il s'habillait de manière décontractée. Il avait autant hâte de voir la tête des membres de l'Armée de Dumbledore que celle des pro-Mangemorts. Juste pour s'amuser de la différence d'expression. Rien qu'avec cet événement, il pourrait repérer de potentiels élèves du côté du Seigneur des Ténèbres, à condition d'être attentif.

« Arh, putain ! »

Logan se crispa, la mâchoire serrée, lâchant soudainement ce juron. Mouvement trop brusque vers l'extérieur en enfilant sa chemise blanche. Ai-je oublié de mentionner qu'il n'a définitivement plus de médicaments ? Ceux qu'il avait obtenus après sa rencontre avec la Ministre avaient tenu une semaine, presque deux, avant qu'il n'en ait plus un seul. Et cette fois-ci, il n'avait plus de moyens de s'en reprocurer. Résultat, il avait dû revivre pour la première fois depuis une vingtaine d'années la douleur complète. Depuis qu'il avait été blessé, ses anti-douleurs l'avaient toujours empêché de la ressentir à son summum, allant même jusqu'à l'annuler pour son plus grand soulagement. Ça avait été tellement insupportable qu'il ne s'était pas rendu en cours pendant quatre jours, sa souffrance étant trop intense, le moindre de ses mouvements reliés à son épaule provoquant une douleur aiguë qui se répandait dans tout son torse, voire jusqu'à sa tête, causant des maux de crâne épouvantables en plus de la douleur physique qui le cloua au lit, en tout cas qui le confina dans sa chambre, gémissant comme une bête blessée, même pleurant. Faut arrêter de croire que les hommes ne pleurent pas les amis. Maintenant, il allait mieux. Enfin, mieux était moyen comme mot. Disons qu'il maîtrisait mieux ses élancements et malgré que les choses ne s'amélioraient pas, il avait fait l'effort de sortir et de retourner en cours, serrant son bras contre lui pour éviter tout mouvement qui pourrait augmenter ses désagréables sensations. Pas facile, sachant qu'il était droitier. Bosser avec la main gauche et en passant son temps à serrer les dents pour se retenir de gémir, presque haleter, était frustrant au plus au point. Donc, voilà deux semaines qu'il vivait difficilement sans ses précieux médicaments, mais qu'il faisait son possible. D'ailleurs, il avait rit bêtement car en serrant Grace pour l'embrasser le jour où ils avaient appris le renvoi d'Ombrage, il n'avait pas vraiment fait attention. Ça avait été bizarre de faire cela en se retenant de laisser éclater sa souffrance. Drôle de combinaison. Vous comprenez donc que Logan s'impatientait gravement. Il fallait que cette putain de banque rouvre, car il n'était pas sûr de réussir à tenir ce rythme encore très longtemps. La douleur l'épuisait, était difficilement supportable, l'empêchant de dormir correctement – bonjour les cernes et l'air crevé -, mais il tachait de rester de bonne humeur, malgré les temps difficiles autant mentalement que physiquement. Il ne se plaignait pas, mais ses difficultés se voyaient. Ce n'était pas le genre de choses qui se cachent, ça crevait les yeux. N'empêche que son ego en prenait un coup, il n'appréciait pas que les élèves le sachent si... faible. Tout ça à cause d'une putain de grève, et de ces Mangemorts par la même occasion. Il ne risquait pas de pardonner les gobelins de sitôt.

Le professeur sortit, le bras serré contre sa poitrine se répétant comme chaque jour de ne pas céder à des réflexes et bien le laisser à sa place, se dirigeant à grands pas vers la Grande Salle. Cette soirée lui permettrait de se détendre un bon coup, de rire et sourire malgré la souffrance qui ne le quittait pas, car l'heure était à la fête et pas à s'apitoyer sur son sort, qui finirait bien par s'arranger, si le Ministère daignait bouger ses fesses. Lorsqu'il pénétra à l'intérieur, quelques personnes étaient déjà présentes, à commencer par Lily - il était heureux de la voir sourire et de la voir tout court -, Hugo, ainsi que Albus et Rose, ses collègues de l'Ordre, sans oublier Alice. C'était sympa de voir des gens de l'extérieur. Il y avait également un type inconnu, un peu plus petit que lui, mais il ne s'attarda pas trop sur lui, ayant autre chose à faire. La première chose qu'il fit fut de se diriger à côté de l'homme pour également se servir un verre d'alcool. Ceux-ci avaient un effet d'anti-douleur, à condition d'en boire beaucoup, mais il ne voulait pas passer pour un alcoolo, alors ici c'était plutôt parce qu'il en avait tout simplement envie. Ça ne fait jamais de mal, un ptit verre ! Ensuite il se dirigea vers un mur de la salle contre lequel il s'adossa. Il préférait laisser Lily avec ses proches que de s'incruster. L'Animagus se contenta donc d'observer, un léger sourire flottant sur ses lèvres, impatient que l'ambiance se réchauffe et que l'investiture commence dans la bonne humeur. Avec un peu de chance, tout se passerait bien et ils profiteraient d'une soirée agréable, à l'abri des soucis pour le temps que devait durer celle-ci.

✄-------------------------------------------------------------------



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« The world is a mess and I just need to rule it. »



Messages : 10

Points : 0
Avatar : John Simm.
Crédits : White Rabbit.

Age RPG : 42 ans.
Sang : Mêlé.
Camp : Mangemort

Doubles-Comptes : Compte PNJ, fréquemment utilisé par Champi.



MessageSujet: Re: Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.   Sam 26 Mai - 2:56

Le renvoi de Dolores Ombrage faisait des émules et, infiltré chez les mangemorts, Harold se rendait compte que cela ne plaisait guère à la ministre de la magie ainsi qu’à ses pairs. Ombrage était une excellente marionnette, en effet. Pendant qu’elle moulinait dans le vent, Irina Baranovski avait pleine mesure pour passer des décrets pour les mangemorts et affermir leur position sur l’école. Mais maintenant que la vindicte populaire avait forcé la ministre de la magie à renvoyer la directrice de l’école, rien n’allait plus. Mademoiselle Bielova se trouvait fort enragée devant le choix qu’on lui avait imposé, bien que lui-même ne sache pas de qui il s’agissait. Il n’arrivait même pas à s’en douter, en fait. Pour le moment, il était devant un miroir, à se regarder fixement. Lui, normal, avec la cicatrice et cet éternel air négligent qui avait fait craquer sa femme. Malheureusement, il ne pouvait pas rester comme ça. Avec un soupir, il attrapa sa fiole de Polynectar et l’avala cul sec. Harry Potter, chef des Aurors et meneur de l’Ordre du Phénix, redevint très vite Harold Saxon, avocat consultant et mangemort lambda. Il se faisait du mal en retournant à Poudlard. Il y verrait ses fils et sa fille, et ses amis, et sa famille. Et il ne pourrait même pas aller leur parler. Quoique … Lentement, son regard se posa sur le collier de cristal rouge de sa fille. Un collier qu’Hermione lui avait donné, et que Lily lui avait passé pour le faire réparer. Si Harry s’arrangeait pour le lui faire parvenir, Lily comprendrait qu’il n’était pas mort. Mais bel et bien vivant, quelque part, à agir dans l’ombre pour l’Ordre du Phénix. Et qu’il pensait très fort à sa famille. D’un geste, il attrapa le collier, parfaitement réparé, par ailleurs, et le mit dans la poche de son manteau de cuir. Il enfila ledit manteau avec habilité, et après un dernier regard au miroir pour être sûr que rien ne manquait, il transplana vers Poudlard.

L’école plusieurs fois millénaire n’avait pas changé d’un pouce depuis sa scolarité. Avec un sourire mélancolique, il s’engagea dans le parc, s’attendant presque à voir Ron et Hermione venir vers lui en se disputant au sujet de quelque chose de pas vraiment important. Mais non, il était seul. Quand il pénétra dans Poudlard, quelques élèves tournèrent la tête vers lui, comme pour chaque adulte, en se demandant qui il était pour venir. Un parent d’élève ? Un mangemort qui veut profiter du spectacle ? Ou troisième solution ? Lui penchait plus pour la troisième solution. Trouver un type de l’Ordre et prendre contact, et vite. Quand il rentra dans la grande salle, il eut un coup au cœur. Certes il s’y était attendu, mais il ne pensait pas que ce serait si … Violent, de voir son fils lui ressembler autant, et sa fille piailler dans ses bras. Et lui qui n’avait pas le droit de s’approcher sous peine de faire voler sa couverture. Il y avait Hugo et Rose, aussi, et Alice qui lorgnait fort peu discrètement sur Albus. Cela le fit sourire. Ah, cette Alice, elle bavait sur son fils depuis très longtemps et n’avait pas le courage d’aller lui parler, alors qu’Albus aussi l’aimait comme un fou. Ces jeunes alors. En voyant la batte de Quidditch accrochée au dos de sa fille, il plissa un peu les yeux. Maintenant qu’il n’était plus son père – façon de parler – il pouvait regarder Lily comme un mangemort. Et elle avait l’air infiniment et redoutablement dangereuse. Tirant d’un coup sec sur le col de son manteau de cuir, il tourna la tête, et vit Logan en train de boire pour endormir son bras.

Il avait mal au bras depuis longtemps, Logan, depuis la guerre de Poudlard, en fait. Avec la grève des gobelins, il devait avoir un mal fou à récupérer de la monnaie pour acheter ses médicaments, et la souffrance devait être intolérable. Machinalement, Harold porta la main à sa poche, caressa du bout des doigts le collier de sa fille, et buta sur une cartouche de médicaments. Par le plus grand des hasards, il prenait les mêmes que Logan pour atténuer le feu de sa blessure à l’abdomen, seul souvenir de sa mort factice contre les mangemorts. Peut-être que son camarade phénix en avait plus besoin que lui. Il survola la salle de son regard sombre, salua discrètement Aaron d’un signe de tête, et se dirigea vers Logan. Prendre contact avec l’Ordre, leur donner des infos. Logan était un membre de l’Ordre, un des plus surveillés certes, mais bien moins que sa femme ou ses fils, ou encore Ron et Hermione. Souplement, il se mit en mouvement pour prendre un verre, et en profita pour passer tout près d’Aaron.

« Ce type là-bas fait partie de l’Ordre du Phénix, il s’appelle Logan Cooper. » Il se servit un verre, toujours aussi calme. « Je vais aller lui tirer des infos. »

Il tourna les talons avec son verre, et l’air de rien, il se rapprocha de Logan, qui regardait l’attroupement de sa famille avec un air mélancolique. Harold s’interdit de tourner la tête vers eux, et salua Logan d’un signe de tête. Bon … Comment lui faire comprendre Qu’il était un ami ? Bah, il allait bien trouver, c’est Harry Potter, nom de nom !

« Logan ? Hm, je sais que ça va être difficile à croire mais … Je suis Harry Potter. » Pitié, ne pars pas en hurlant qu’il est fou, ou tu crames sa couverture. « Tout le monde me croit mort, alors je profite de l’occasion pour espionner les mangemorts pour le compte de l’Ordre. » Il se tut une nouvelle fois, et plissa les yeux à la façon Potter. « Où était ma fille ? Elle a disparu pendant une semaine et est revenue comme une fleur. Ca m’inquiète. En plus de ça elle a mordu un de ses camarades … Malcolm Gray, il s’appelle, le cousin de Derek, le hasard est bien ironique. » Il mit la main à sa poche. Il allait lui expliquer bien vite comment il le savait pour que Logan le croie et croie en son identité d’Harry Potter. « Victoire a envoyé un hibou à Ron pour le lui dire, et Ron me l’a fait parvenir. Il l’aurait suivie une nuit de pleine lune pour savoir où elle disparaissait, elle l’a entendu et l’a attaqué avant d’aller chercher Victoire. »

Il serra le poing dans sa poche. Arg, et dire qu’il ne pouvait même pas protéger sa fille ! Son doigt heurta la cartouche de médicaments et frôla le collier en cristal rouge. Il allait lui donner. Maintenant. Il sortit le poing de sa poche et se décala de telle manière que personne ne voit qu’il lui donnait quelque chose.

« Tiens, ce sont des médicaments. J’en prends aussi, pour mon torse. Mais tu en as plus besoin que moi. Et le collier … Il est à Lily. Tu peux lui rendre ? Pour qu’elle comprenne que … Eh bien, que je ne suis pas mort. » Il sourit, ironique. « Ron et Hermione sont surveillés, contacter mes fils ou ma femme serait bien trop dangereux, et je dois changer de contact, pour que l’Ordre continue à être au courant des magouilles des mangemorts. Je te fais assez confiance pour savoir que tu sauras tenir ta langue face aux autres et ne pas leur dire qui je suis. »

✄-------------------------------------------------------------------

« Dans chaque ami, il y a la moitié d'un traître. »



Dernière édition par Harold W. Saxon le Sam 26 Mai - 5:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Tough times don't last, and tough people do. »





Messages : 1378

Points : 0
Avatar : David Tennant
Crédits : Kachilight

Age RPG : 39 ans
Sang : Mêlé
Camp : Ordre du Phénix

Vie du personnage : « Hakuna Matata !
« Une ptite lettre ?
♥️ En couple ? Oui avec Grace, et attention on ne mate pas èOé

Truc en plus : Animagus Buse
Doubles-Comptes : Malcolm Gray



MessageSujet: Re: Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.   Sam 26 Mai - 5:37

Logan observait les élèves silencieusement, se concentrant sur les gens qui entraient dans la salle, essayant de mettre un nom sur leur visage. Pour l'instant, il n'y en avait que un qui était un parfait inconnu et qui n'avait pas l'air dangereux. Il se contentait d'observer en buvant un verre, comme lui. Bon, il était bien placé pour savoir qu'il ne faut pas se fier aux apparences, donc méfiance malgré tout. Il termina sa boisson, alla déposer le verre sur une table pour le réutiliser ensuite avant de retourner à sa place, toujours attentif. Une nouvelle personne encore inconnue entra alors dans la salle. Plus petit. Il ne lui était pas familier. Comme l'Animagus précédemment, il se dirigea vers le bar et le professeur reporta son attention sur les jeunes. Il tenait particulièrement Lily à l'oeil, avec sa batte dans le dos. Avec un machin pareil, il s'assurerait qu'elle ne boive pas un centilitre d'alcool fort. Vu son état, elle en était capable, il en était sûr. Il regardait également Albus, collègue de l'Ordre, qui ressemblait follement à son père. Quant à Rose, il s'amusait encore de la fois où il était tombé sur elle en petite tenue et en pleine épilation. Il aurait pu profiter du spectacle, mais au contraire il s'était senti profondément gêné, la jeune fille étant la fille de Ron. Ça aurait été déplacé. Mais il souriait à les voir ainsi de bonne humeur. Ça lui faisait plaisir de voir qu'ils laissaient leurs soucis de côté pour ce soir. Alors qu'il était ainsi, tranquille, l'inconnu qui était entré dans la Grande Salle deux minutes plus tôt venait d'apparaître à côté de lui. Pas de bonsoir, pas de salutation. Juste... juste... pardon ?!

« Vous savez, je ne suis vraiment pas d'humeur à ce que l'on se foute de ma gueule. »

Bah quoi, vous croyiez vraiment qu'il allait lui sauter dessus en hurlant "HARRY T'ES PAS MORT, DANS MES BRAS" ? Il n'est pas aussi naïf, merci bien. L'homme se mit automatiquement sur la défensive. Certes il comptait passer une bonne soirée, mais il avait assez de soucis à se faire, autant concernant les autres et leur situation que lui-même. Donc non, il n'était pas d'humeur à ce qu'on lui fasse ce genre de blague vraiment dégoûtante. Il était déjà suffisamment triste. Adam, Alexia, Harry, il n'avait pas besoin qu'un con vienne faire le malin en lui sortant un mensonge pareil, qui ne faisait que raviver sa douleur, en ajoutant à cela une colère naissante. C'était quoi, le but ? Le pousser à bout ? Il n'avait que ça à faire, lui sortir brusquement qu'il était Harry Potter, en infiltration chez les Mangemorts ? Laissez-le rire. Cependant... ce plissement des yeux le fit tiquer. Logan le connaissait, et il douta. Cet homme était sérieux. Il n'avait pas l'air de faire ça pour s'amuser. L'Animagus se mit à hésiter, le regard pourtant toujours méfiant, voire dur. Et si c'était... vrai ? Non impossible. Quoi que... il n'avait pas retrouvé son corps. Et l'information qui suivit lui fit ouvrir de grands yeux. Lily ? Elle avait mordu Gray ? Comment pouvait-il savoir ça ? Et qu'elle était loup-garou ? Ses propos s'expliquaient : maintenant qu'il y pensait, le jeune Serdaigle avait eu l'air épuisé ces derniers jours. Et la pleine lune arrivait petit à petit. Il avait entendu certains élèves discuter de ses soudaines réactions brusques et puissantes, de sa nouvelle proximité envers Lily. Pas étonnant qu'il ne soit pas là ce soir, il se reposait pour la nuit à venir. C'était possible. C'était à ne pas oublier. Logan suivit du regard la main qui s'était glissée dans la poche, attentif. Ça résolvait le puzzle. L'inconnu disait avoir été informé par Ron qui le savait de Victoire. Non non, il n'y croyait pas. C'était inimaginable. Harry était mort. Ça ne suffisait pas, il ne pouvait pas se laisser avoir. Il avait très bien pu obtenir ces informations d'une manière ou d'une autre. Il ne voulait pas chercher comment, il ne croyait juste pas que l'homme en face de lui était Harry Potter, son ami et chef. Le professeur était crispé, il hésitait entre ce que son cerveau lui disait et ce que son instinct lui indiquait.

« Laissez-moi. »

Et il détourna ses yeux marrons de son interlocuteur pour se remettre à fixer les Potter, les mâchoires serrées sur la douleur qui ne cessait de se faire ressentir de sa blessure. Son cerveau lui disait que ce n'était pas possible, que n'importe quel Mangemort – car oui ça ne pouvait pas être quelqu'un d'autre - suffisamment futé aurait pu trouver ces informations, être un bon acteur pour s'exprimer avec tellement d'assurance et le faire douter pour lui soutirer il ne savait quoi. Ou tout simplement pour jouer avec ses nerfs et se montrer cruel. Son cerveau croyait en cette option. Tandis que son instinct et - aussi cliché cela puisse-t-il être – son coeur se donnaient un peu d'espoir. Le bénéfice du doute. Ils espéraient. Alors l'homme sortit la main de sa poche et en sortit... un collier. Il l'avait déjà vu quelque part. Mais ce n'était pas ça qui l'intéressait. C'était l'autre chose. Une petite cartouche. Des médicaments. SES médicaments. Ceux qu'il utilisait, ceux qu'il ne s'était plus procuré depuis ce qui lui semblait être une éternité. En tout cas, ils avaient l'air d'être les mêmes. Son regard passa de l'homme à la cartouche. Il tendit rapidement le mauvais bras, de manière trop précipitée, trop violente, pour s'emparer de ce qui lui était offert, lui arrachant un gémissement alors qu'il ramenait celui-ci contre lui en s'adossant un peu plus contre le mur, n'écoutant qu'à moitié ce que l'inconnu lui disait sur Ron et Hermione, sa poitrine secouée d'un tremblement qui ne dura pas plus d'une seconde. Suffisamment pour lui rappeler qu'il devait maîtriser ses réflexes au risque d'effectuer un geste plus important qui lui causerait encore plus de mal. Il ferma un instant les yeux alors que le sang lui montait à la tête. Après quoi il les rouvrit, régulant sa respiration pour calmer l'élancement de douleur, et vérifia ce qui était écrit sur l'étiquette. C'étaient bien ses médicaments. Logan se décida finalement à fixer l'autre homme. Pourquoi les lui avoir donné ? Pourquoi faire ça pour lui ? Quelqu'un cherchant à être cruel ou à se jouer de lui aurait fait mine d'ignorer son état en lui donnant une tape sur l'épaule. Sa blessure n'était pas un secret, mais à part ceux l'ayant vu ces derniers jours – donc presque tous les élèves – et ses proches, personne ne le savait. Pratiquement. Le Mangemort la lui ayant infligée était mort peu après lors de la bataille. Et même s'il l'avait appris de quelqu'un, à sa place jamais il ne lui aurait transmis ce dont il avait désespérément besoin, il aurait plutôt exploité cette faiblesse. Ou alors, peut-être était-ce un moyen de gagner sa confiance. Non, seuls ses amis savaient quels anti-douleurs il utilisait. Et ce collier. Il savait l'avoir déjà vu. Il se rappelait. Bien sûr. En plus il fallait être réaliste : à part sa version, il n'y avait aucun moyen de savoir pour Malcolm. C'est à cet instant que ce que lui disait son instinct prit le dessus. Il se permit d'y croire. Logan se tourna vers l'homme, serrant les deux objets dans sa main comme une bouée de sauvetage, et le regarda dans les yeux. Ils ne mentaient pas. L'Animagus baissa la tête, perturbé, ouvrit à demi la bouche, incapable de trouver les mots, les yeux pleins d'espoir.

« Mais comment as-tu...? »

Il prendrait le risque de croire. Il avait trouvé ce qu'il fallait pour qu'il baisse sa garde. Logan n'était pas un menteur et il savait repérer ceux-ci. Or cet inconnu – ou pas – n'était pas de ceux-là. Son regard dériva vers les Potter et les Weasley, pour revenir vers son interlocuteur. Pas mort. Vivant. Juste là, sous l'effet du polynectar. Il n'en croyait pas ses yeux. Il voulait pleurer, le serrer dans ses bras, mais il n'en fit rien. Infiltrer. Il casserait tout en faisant ça. Cependant l'angle était parfait, et il ne fit rien d'autre que lui effleurer la main, puis de la prendre et de la serrer comme pour s'assurer que tout ça était bien réel.

« Je lui donnerai. Et tu peux compter sur moi. Il baissa à nouveau les yeux, le ton de sa voix profondément reconnaissant, soulagé, et il serra un peu plus fort. Et merci, merci énormément. »

Il lui avait fallu un peu de temps pour croire à ses mots, mais c'était fait. Il s'était méfié mais le professeur s'était finalement laissé convaincre. Pour le mieux. Logan finit par le lâcher, rangea le collier dans sa poche et il ouvrit la cartouche avant de faire tomber trois comprimés dans sa paume. D'habitude c'était un, mais cette fois, il était trop mal pour faire dans le raisonnable. Grace le tuerait si elle savait qu'il s'apprêtait à prendre trois de ces médicaments puissants. Mais il en avait besoin, tout de suite. Aussi les avala-t-il d'un coup après avoir replacé son bras contre son poitrine. Dans quinze minutes, la douleur serait partie, enfin. Mais évitons les mouvements brusques malgré tout, il ne faudrait pas la raviver, les anti-douleurs ne sont pas sans limite. Avec ce qu'il avait là, il tiendrait au moins une semaine et demi, il pourrait dormir tranquillement sans se serrer contre la Harpie en tremblant, transpirant. C'était toujours ça de prix. Sa reconnaissance et son soulagement étaient grands : il ne savait pas quoi dire. Pendant tout ce temps, il l'avait cru mort. Il avait cru ne jamais le revoir. Et voilà qu'il était en face de lui, respirant, le coeur battant. C'était fou. Une multitude d'émotions secouaient son esprit. Que dire ?

« Tu as été blessé, alors ? Ça ne te fait pas trop mal ? Ne me dis pas que c'est de la magie noire. »

Bravo Logan, le genre discussion "normale", c'est bien, huhu. T'aurais pu trouver mieux quand même. Mais c'était sincère. S'il devait prendre les mêmes médocs que lui, c'est que ce n'était pas rien. Il s'en inquiétait vraiment, il connaissait ça et ça se voyait, ce n'était pas seulement pour meubler le silence qui risquait de se faire ressentir. L'Animagus prenait désormais l'expression la plus neutre possible, afin que personne ne se doute qu'il se passait quelque chose. Harry vivant. Il ne cessait de le répéter dans sa tête. Il fallait que sa famille le sache. Ou qu'il revienne vite. Ils étaient brisés, bien plus encore que l'Ordre. Le professeur essayait de rester professionnel, de ne pas se laisser aller à des remarques du genre "je suis tellement heureux de te revoiiiir ♥" bien que c'était tout à fait le cas. Harry n'avait pas besoin qu'il le dise pour le savoir, ses yeux disaient tout. Ils sont le miroir de l'âme, il paraît. Donc des sentiments par la même occasion.

« C'est une bonne chose de le faire savoir à Lily. Elle va mal, tu sais. Une bonne nouvelle ne lui fera que du bien.  Il fit une pause, jeta un regard discret à la jeune fille. Je crois qu'elle me déteste. Pour ne lui avoir rien dit. Elle me regarde différemment. »

Il soupira, avant de sourire, seule chose qu'il pouvait faire pour exprimer à Harry le bonheur qu'il ressentait à le savoir vivant. Avec un peu de chance, la nouvelle qu'il lui apporterait en lui donnant le collier la détendrait à son égard.

✄-------------------------------------------------------------------



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »



.

Messages : 605

Points : 0
Avatar : Ian Somerhalder
Crédits : Blondie & tumblr & Liloo_59

Age RPG : 17 ans
Sang : Pur
Camp : Basilic

Truc en plus : Animagus (Panthère des neiges)
Doubles-Comptes : Dominique Weasley, Hugo H. Weasley, Cephei C. Kyros



MessageSujet: Re: Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.   Dim 27 Mai - 8:54

Thomas venait de faire sa première patrouille de la journée. Il avait du se lever à six heures du matin… Se lever si tôt un jour de week-end, c’était un crime. Au moins avait-il eu toute la matinée pour réfléchir à la venue d’une nouvelle directrice. Le départ d’Ombrage l’enchantait comme il réjouissait d’ailleurs tout élève de Poudlard normalement constitué. Qui aurait râlé de voir enfin ce visage porcin disparaitre du paysage quotidien ? Surtout que maintenant que les exigences des Elfes de Maisons avaient étés signées, ils mangeraient à nouveau à leur faim. Sauf qu’une question se posait aux yeux du Préfet en Chef. Qui signerait une charte donnant des droits aux Elfes de Maisons !? Quelqu’un qui acceptait que ce ne soient plus des esclaves mais des employés. Quelqu’un qui acceptait de perdre de son pouvoir pour en céder un peu aux elfes. Et ce quelqu’un n’était surement pas un ami de Tom ou du Lord. Oh, bien sur, il fallait pouvoir faire des compromis. Mais Thomas aurait plutôt en faveur d’engager des sorciers dans les cuisines et de chasser ces êtres immondes qu’étaient les elfes. Et là, sans logement et sans travail, ces bestioles auraient regrettées leur arrogance et compris une bonne fois pour toute que l’on nait dans un statut social et qu’il nous faut nous en accommoder.
Mais qu’importe, après tout, Tom n’était pas totalement contre le fait de donner des droits à ces êtres inférieurs. C’était un geste charitable et nécessaire en cette période de crise. Si ça se trouve, tout était calculé par le Seigneur des Ténèbres. Avec un peu de chance, ce serait même un Mangemort qui viendrait à la tête de Poudlard. Mais le serpent n’osait l’espérer avec trop d’intensité. Il savait que le ministère avait subit beaucoup de pression de la part de parents furieux et que la nomination risquait d’être trop précipitée pour être correcte. Restait plus qu’a espérer que la nouvelle directrice, à défaut d’être Mangemorte, serait au moins neutre.

Avant de rejoindre la Grande Salle pour la nomination de la nouvelle directrice, le Préfet en Chef se dirigea vers les salles de bains des Préfets. Un énorme bain chaud lui ferait beaucoup de bien et comme il n’avait pas prévu de se rendre à la nomination avec un ami, il ne ferait attendre personne. Une fois apaisé, dans son bain moussant, Tom sourit. Qui que ce soit il n’aurait pas à supporter la nouvelle directrice pour longtemps vu qu’il partirait de Poudlard dans quelques mois. Il faudrait encore qu’il en discute avec Neph et Moïra mais le serpent avait pour projet de s’acheter un appartement à Londres et de s’y installer. Comme il voulait entrer à la Brigade des Accidents et Catastrophes Magiques, au ministère, ce serait plus facile s’il habitait tout près. Il avait déjà réussit à obtenir la confirmation de la part d’un employé qu’il pourrait y être accueillit en tant que stagiaire. Mais il savait bien qu’avec son nom et ses compétences, il ne resterait pas stagiaire bien longtemps. Un peu de menaces et d’argent et on grimpe vite les échelons. Surtout quand on connait des gens comme Canaan Blackward…
En plus, un appartement ça lui permettrait d’éviter ses parents. D’ailleurs, à propos de maison et de parents… il venait de constater qu’il hériterait probablement du manoir River. Et Moïra probablement pas. Fallait que le manoir continue à appartenir aux River. Et donc qu’il revienne à l’héritier de sexe masculin. Même s’il l’avait toujours su d’une certaine manière, Thomas en était indigné. Bien sur, il comprenait la logique. Mais bordel, c’était injuste… Il faudrait en parler à sa jumelle, histoire qu’ils aient un coup d’avance sur leurs parents.

Une fois propre comme un sou neuf (8D) , Tom se rhabilla et descendit vers la Grande Salle. Dans les couloirs, il croisa deux blaireaux en train de manger une barre de chocolat. Il leva sa baguette et pensa au sort de disparition. Le chocolat disparu. Les deux blaireaux restèrent un instant interdit, puis regardèrent autour d’eux. Et virent le Préfet en Chef et son léger sourire innocent. Ils ne dirent rien mais sur leurs yeux se reflétèrent une lueur de haine. Les yeux de Thomas répondirent par une lueur de mépris. Oui, il abusait complètement. Mais l’air surpris des Poufsouffle était tellement drôle, tellement satisfaisant !
Continuant son chemin, le Serpentard arriva enfin à destination. Lançant un regard à la ronde, Tom eu un très très mauvais pressentiment. Une analyse plus profonde de son entourage lui confirma son impression. Il n’y avait pratiquement que des pro-Ordre. Et la majorité était de la pire espèce qu’il soit, des Potter/Weasley. Il y avait tout un attroupement, là-bas, qui se sautaient dans les bras en piaillant. Sans aucune dignité. Reniflant avec mépris, Tom tenta de trouver quelqu’un d’agréable dans cette assemblée. Il repéra quelques connaissances, mais rien de bien réjouissant. Il aurait cru que Lee ou Hermès viendraient plus vite… Se renfrognant, Tom aperçut soudain Aaron. Aaron et Thomas s’étaient rencontrés à l’une des nombreuses réceptions organisées par madame River. Au début, apprenant que c’était un Mangemort, Tom avait été sympathiser avec lui pour tenter d’obtenir des privilèges pour plus tard. Mais il avait vite laissé tomber son masque hypocrite lorsqu’il s’était rendu compte qu’il n’en aurait pas besoin pour faire semblant d’apprécier le Mangemort. Aaron était vraiment quelqu’un de bien. Il faisait ce qui devait être fait quand il fallait le faire. Efficace et sans chichi. Pour Tom qui avait vécu avec un père indigne dont le comportement était l’exact opposé – rien faire avec beaucoup de faste- Aaron s’était révélé quelqu’un de très intéressant.
Se dirigeant donc vers lui à grands pas, le serpent sourit, satisfait de constater qu’il n’y avait pas que des Weasley/Potter dans le coin.

    « Bonjour, Aaron. Comment allez-vous ? »

Oui, il le vouvoie. Question de respect vis-à-vis de l’adulte et du Mangemort qu’était Aaron. Et puis, ce n’est pas parce qu’ils s’entendaient bien et qu’ils avaient plusieurs rit ensemble qu’ il fallait se permettre ce genre d’affinité.

    « Vous allez pouvoir écrire un bon article avec tout ça. J’espère seulement que la nouvelle directrice sera à la hauteur de nos espérances… Vous avez une idée de qui ça peut-être ?»

Thomas jeta un regard aux alentours en se demandant si l’un de ces Aurors savaient déjà qui serait nommée. Il vit le Professeur Cooper en train de parler avec un inconnu. Le Professeur avait eu l’air plutôt enjoué pendant toute la semaine. C’était mauvais signe pour les Mangemorts. Mais l’espoir fait vivre, dit-on.

✄-------------------------------------------------------------------


« When you strike a playboy pose,If you wanna go far, if you wanna be a star, Then you gotta bring it,Cha-ching »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Only two synonyms ? I'm losing my perspicacity ! »





Messages : 97

Points : 0
Avatar : Logan Lerman
Crédits : Money Honey & Tumblr

Age RPG : 15 ans
Sang : Mêlé
Camp : Armée de Dumbledore

Doubles-Comptes : Thomas River, Dominique Weasley



MessageSujet: Re: Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.   Dim 27 Mai - 10:13

Hugo alla se chercher un verre de Bièreaubeurre et se mit à le siroter tranquillement, perdu dans ses pensées. Il se demanda s’il avait bien fait de parier cinq Gallions sur un calme hypothétique de l’assemblé ci-présente. Il avait réagit par réflexe de parieur, voyant quelqu’un formuler un avis, il avait formué le contraire pour tenter un pari. Réflexe de merde, surtout quand on y pense par après. Sérieusement, même si la personne était quelqu’un du camp de l’Ordre, les pro-Mangemorts se fâcheront. Si, au contraire, la personne est du camp adverse, ce sont les Phénix qui ne seront pas content. Pour que tout aille bien, il faudrait un neutre. Et selon Hugo, il y avait peu de neutre ces derniers temps. Parce qu’être neutre, avec tout le respect qu’il a pour Alice, c’était un manque de courage des plus désolants. Enfin soit. Il y avait toutes les chances pour que cela se termine en bagarre générale et l’autre couillon qu’il était avait parié le contraire. Super Einstein.
Alors qu’il regardait le fond de son verre, vide, Hugo entendit une voix l’appeler. Il redressa la tête, posa sa chope de Bière vide et parcouru la salle du regard à la recherche de celui qui venait de l’appeler. Son regard tomba sur Harry. Son cœur se brisa en mille morceaux à la vue de son oncle… qui n’était autre que son cousin. L’aiglon ouvrit la bouche, stupéfait. Albus. OH PUTAIN ALBUS MAIS ON SE DEGUISE PAS EN UN MORT ! >.< Hugo s’avança à pas rapide vers son cousin et le regarda un instant en silence, les poings callés sur les hanches. Bubus demanda comment il allait.

    « J’ai cru que Harry avait ressuscité et que tu étais son incarnation… C’était vraiment flippant. Et saches aussi que ta sœur est une imbécile qui tiens plus de l’autruche que du loup. Mais à part ça, tout va bien. »

GRAAAND SOURIRE. Faux sourire. Crispé. Oui, Hugo avait très mal pris la fugue de Lily. Et comme je le disais précédemment à une de mes chères amies –Kachi de son surnom- Hugo avait franchement de sérieuses appréhensions à ce qui s’était passé dans cette forêt. Malcolm lui avait expliqué que les loups-garous aimaient trouver refuges dans la forêt. Pendant une semaine, sérieux ? Et pour faire quoi ? Se cacher ? Seulement se cacher ? Ou pire… Hugo avait vu Lily depuis son retour à Poudlard, mais il n’avait encore fait aucun commentaire. Il ne voulait pas qu’elle retourne avec une corde dans la forêt. Mais dès qu’il la voyait aujourd’hui…

    « Et toi Bubus, comment ça se passe ? Ca va ta mère ? »

Hugo se demandait comment Ginny réagissait à la mort de son mari. Sa tante était quelqu’un de fort et décidé mais la mort d’un proche démunit même les plus forts d’entre nous. De la part de ses parents, Ron et Hermione, l’aiglon n’avait reçut que des lettres plutôt pessimistes.
Soudain, apparut La Fugueuse. Elle sauta au cou d’Albus. A cette vision, Hugo eut soudain envie de sauter dans les bras de sa sœur et de lui faire un énorme câlin. Lily pouvait bien être aussi proche de lui qu’elle voudrait, elle avait quand même eu pour ambition des tous les quitter. En tout cas pendant une semaine. Rosie ne le quitterai jamais lui, pas même une semaine. La princesse portait une batte de Quiddich sur son dos. Et elle s’exprimait d’un ton guilleret. L’aiglon eut du mal à contenir ses larmes. Se rendait-elle seulement compte de la peur qu’elle lui avait faite ? Se rendait-elle compte que son chevalier servant n’avait pas mangé pendant une semaine, avait vomis tous les jours –sans rien avoir mangé, oui…- , était partit à sa recherche sans rien trouver. Et qu’il avait du affronter le retour de Lily avec un inconnu, Milo, alors que lui-même avait échoué à la retrouver ? Soudain, Hugo se sentit rejeté. Lily était-elle réellement égoïste au point de se foutre de la peine qu’elle pouvait faire aux autres ? Comme si les Potter/Weasley n’avaient pas déjà assez de mal avec la disparition d’Harry et Xia. Mais non, Lily devait se la jouer mélodramatique !
Elle dit à Hugo qu’il lui avait manqué. Comment pouvait-elle s’exprimer avec si peu de…tact ? C’était un sensible le petit Hugo ! Si elle continuait il allait vraiment pleurer. Jetant un regard énervé à sa cousine il haussa des épaules.

    « Heureux de t'avoir manqué, princesse. En fait, je ne savais même pas que tu avais pensé à moi. Toi aussi, tu m'as quelque peu manqué. Va falloir qu’on ait une discussion parce que toi et tes conneries, je commence à en avoir ras la patate. »

Il détourna le regard, furieux. Furieux contre Lily mais surtout qu’on lui-même. Il était trop sensible, se laissait trop aller. Avant, quand il avait envie de pleurer, Xia le rejoignait toujours pour lui demander ce qu’il se passait. Alors il lui racontait et ils pleuraient à deux. Et réciproquement. Ils pleuraient sans cesse dans les bras l’un de l’autre. Mais maintenant qu’aurait-il dit à Xia ? Ta copine a probablement essayé de se tuer au beau milieu d’une forêt impénétrable parce que tu es probablement morte. Sur que Xia se serait foutu de sa gueule et qu’il se serait retrouvé à pleurer tout seul.
Avant même de s’en rendre compte, Hugo fut happé par quelqu’un. Lulu. Elle lui colla deux gros bisous sur la joue. Ce qui fit légèrement retrouver le sourire à l’aiglon. Après tout, il fallait profiter du fait que la famille soit à nouveau réunie pour être de bonne humeur. N’était-ce pas ce qu’il s’était fixé comme but ce matin ? Si. Mais la simple vue de Lily et de son humeur même pas coupable avait réussit à le miner. M’enfin soit. Allez, Hugo, regarde le beau Albus en mode Harry. Il est beau ton cousin, hein ? Et l’autre blaireaute là ? Elle est belle aussi, hein. Et la vipère, avec cette énorme massue dans le dos, hein qu’elle est sexy ? Maintenant, souriiiir.

    « Yop, cousine ♥ »

Oui, il répond un peu tard à Lucy et alors ? Le premier qui fait une remarque il le tue. Ou presque. Apparemment la simple idée de tuer quelqu’un était extrèmement mauvaise pour Hugo car il se mit à étouffer. Ah, tiens, non, il étouffe juste parce qu’on s’est jeté sur lui. L’odeur lui parut familière… ça sentait la maison. ROSIIIIIE ♥ Hugo referma ses bras sur sa sœur en souriant comme un gosse. Ok, c’est bon, il est heureux pour toute la journée maintenant.
Après quelques secondes de câlin, Hugo tenta de se dégager. Par principe. On ne fait pas de trop gros câlin avec sa grande sœur, quand même. Ca risquerait de lui faire plaisir. X) Sauf qu’il n’arriva pas à se dégager, pire, Rose lui fit un gros bisou sur la joue. Awwwi, on le provoque ouvertement ? Hugo posa un petit bisou sur les cheveux de Rosie et la regarda de haut.

    « Eh oui, petite sœur, je te dépasse maintenant ♥ Et je connais même certaines personnes qui voudraient me voir attraper des cheveux blancs…. Maman et papa vont bien ? »

Non, Lily, il n’arrêtera pas ces insinuations. Et puis, il visait aussi les profs qui le bourraient de travail malgré cette période impossible émotionnellement parlant.
Après avoir demandé au reste de la famille comment ils allaient, Rose fit un signe à quelqu’un. Alice. Hugo regretta de ne pas l’avoir vue avant, sinon il aurait été la chercher et lui aurait mit du poil à gratter dans le dos pour la punir de ne pas l’avoir rejoint. OH puisqu’on parle de poil à gratter et qu’on est collé contre Rosie –oui, ils ne veulent plus se lâcher, et alors ? è_é

    « Oh, tiens Rosie, j’ai pensé à toi hier soir et je t’ai préparé un petit pack de survie. Du poil à gratter c’est toujours bon contre les emmerdeurs. »

Il lui tendit le petit sachet soigneusement fermé dans le quel était enfermé une bonne dose de poudre. Généralement, il préférait utiliser la poudre en question contre l’emmerdeuse que pouvait être sa sœur. Mais là, ça faisait trop longtemps qu’il ne l’avait plus vue et il voulait lui faire un cadeau. Et quel plus beau cadeau que de ne pas utiliser le poil à gratter contre elle ? Il savait toujours comment faire plaisir à sa sœur. 8D

✄-------------------------------------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »





Messages : 1981

Points : 22
Avatar : Willa Holland.
Crédits : Alles & Tumblr.

Age RPG : 17 ans.
Sang : Mêlé.
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : Liens ◈ Ici.
Rôleplay ◈ Ici.
Hivoux ◈ Ici.

Truc en plus : Lycanthrope.
Doubles-Comptes : Moïra ◈ Serdaigle.
Roxanne ◈ Serpentard.
Grace ◈ Professeur phénix.
Svetlana ◈ Mangemort.



MessageSujet: Re: Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.   Dim 27 Mai - 12:43

Aïe. Hugo semblait loin de lui pardonner. Il la fixa avec une agressivité peu commune, et répondit à son salut par un salut assez froid, selon quoi il doutait qu’elle ait pensé à lui pendant cette semaine où elle avait fugué. Et qu’ils allaient discuter parce qu’il en avait ras la patate de ses conneries. Doucement, Lily se laissa glisser au sol pour se tourner vers Hugo, menaçante. Cependant, Lucy avait sauté au cou d’Hugo pour lui faire deux gros bisous, épargnant heureusement le même traitement à Lily, qui évitait le contact depuis quelques temps. Se fichant parfaitement que toute la famille se réunisse autour d’elle, comme d’habitude, Lily attrapa l’épaule d’Hugo pour le forcer à se tourner vers elle, vu qu’il fuyait son regard. Elle le fixa, froide et agressive. Parce qu’il croyait qu’elle avait besoin de ça pour aller mieux, peut-être ? Non, c’était maintenant qu’elle voulait de son humour glauque et de sa désinvolture négligente. Ses yeux se plissèrent. Et elle lâcha son cousin.

« Heureuse de t’avoir quelque peu manqué, cher cousin. Etrangement, je pensais que tu serais plus ravi que ça de me revoir en un seul morceau. » Un éclair passa dans ses yeux gris. « Quant à cette discussion quant à mes conneries, compte là-dessus et bois de l’eau. Tu n’es pas mon père, et je n’ai aucun compte à te rendre. »

Lily Luna Potter, ou comment plomber une conversation et y faire régner un froid polaire. Merci Lily. Non, vraiment, merci. Elle ne se dérida qu’à peine quand Rose débarqua comme une furie, un peu comme elle précédemment quoi, pour faire des papouilles à son frère et lui dire à quel point il avait grandi. Et demander à Lily si elle mettait toujours tout le monde au pas avec sa répartie. Une once d’amusement éclaira le visage de la Serpentard, qui sourit à sa cousine pour lui signifier son approbation. En effet, elle mettait toujours tout le monde au pas, surtout depuis qu’elle était revenue. Elle avait éclaté la tête de trois ou quatre Serpentard, avait menacé un Gryffondor qui embêtait sa cousine Lucy, avait aidé à la remise en état de la cuisine, s’attirant ainsi les faveurs des elfes de maison qui lui donnaient toute la viande qu’elle voulait sans rechigner … Et Hugo reprit la parole, la crispant à nouveau. Il connaissait certaines personnes qui s’échinaient à lui donner des cheveux blancs. Et Lily sentait que, s’il avait eu des yeux dans le dos, il les aurait pointés vers elle. Elle ferma les yeux, inspirant et expirant calmement pour ne pas envoyer son poing dans la tête d’Hugo. Elle le regretterait. Elle aime Hugo, c’est son cousin, il ne faut pas le frapper parce qu’il est irritant. Mais là il cherchait vraiment les emmerdes. Elle rouvrit les yeux et décida d’entrer dans son jeu, aussi perfide qu’un cobra. Il voulait jouer avec une Serpentard ? Très bien, jouons, et qu’il n’aille pas chialer quand il se ferait rétamer.

« Faudrait que tu commences à m’en lancer dessus, alors, il semblerait que je t’ai beaucoup emmerdé ces dernières semaines. Je m’en excuse platement, d’ailleurs. » Elle sourit, suavement perfide. « Mon père est mort, ma petite amie a été assassinée, mais tu as raison, je ne suis qu’un monstre d’égoïsme. Excuse-moi de ne pas être aussi parfaite que toi, ô brillant Serdaigle, et d’avoir eu besoin d’une semaine de tranquillité pour réfléchir calmement à ce que je voulais faire de ma vie. »

Le sous-entendu était très clair. Continuer ou arrêter ? Vivre ou mourir ? Elle avait choisi mourir, et Milo l’avait forcé à choisir vivre. En cet instant, elle détestait violemment Hugo, et si elle avait eu le pouvoir de le foudroyer sur place, elle l’aurait fait. Que lui dire ? Qu’elle avait passé une semaine à pleurer et à mourir de faim, tout ça pour rien, au final ? Qu’il crève. Comme les autres. Il ne comprenait rien à rien, il s’estimait proche d’elle et finalement il lui plantait un couteau dans le dos, comme les autres, comme Aleera avait fait, et comme Meghan allait bientôt le faire, elle le savait. Il y avait trop de monde. Lucy, Hugo, Rose. Lysander qui approchait, loin dans son champ de vision. Maxime qui n’allait pas tarder à venir squatter. Trop de monde, trop de gens, trop de certitudes. Elle avait besoin de sa solitude. Son ton suave devint carrément accusateur pendant qu’elle continuait sur sa lancée.

« Je m’excuse sincèrement de t’avoir déçue. Ca doit être ma tare, de décevoir les gens. » Ses dents grincèrent en couinant. « J’ose espérer que tes cheveux ne blanchiront pas trop vite si je décide de repartir. Toute cette hypocrisie, ça me donne presque envie de vomir, il serait malséant que tes vêtements prennent tout. Déjà que ta pauvre petite patience semble déjà être à bout … »

Elle claqua la langue, méprisante, et lâcha la main de son frère pour tourner les talons. Elle quittait le groupe. Hugo avait tout gâché. Se faufilant dans la foule grandissante, elle s’approcha du buffet, ignorant superbement River qui parlait avec Stark. Soit c’est un hasard, soit c’est un mangemort. Et comme le hasard n’existe pas, c’est probablement un mangemort. Ou un sympathisant. Puis Lily n’en avait rien à foutre, tant qu’il ne la forçait pas à servir de descente de lit à ce mort-vivant presque séculaire. Elle attrapa une part de quelque chose, et une bouteille de quelque chose, et quitta le buffet, peu désireuse d’entendre l’obséquité de River couler comme du miel. Et se retint de lâcher un miaulement en passant près de lui. Dès que la situation de Gringotts s’améliore, je te fais raquer sévère, fils de pute. Elle leva le regard, mais ce fut pour croiser celui de Logan qui, étrangement, semblait la regarder avec espoir. Elle soutint son regard, et ne put empêcher une lueur de mépris s’allumer dans ses yeux gris. De suite après, le type avec qui Logan parlait tourna la tête vers elle, et Lily leva un sourcil. Elle le connaissait. Et même très bien. Il fait parti de la meute. Lui ? Quelle idée, elle ne l’avait jamais vu, mais alors … Pourquoi il lui rappelait quelqu’un, à la regarder avec tant de douceur ? Mal à l’aise, Lily préféra battre prudemment en retraite pour trouver un coin à peu près au calme et s’y laisser tomber. Elle en avait déjà marre. Elle attendrait la nomination de la nouvelle directrice, et viderait les lieux. A moins qu’un suicidaire ne s’avise de venir lui parler …

✄-------------------------------------------------------------------



« A dog cannot make this journey alone. But, maybe, a wolf can. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsmordre.forums-actifs.com

avatar

« You have ten fingers ? Oh, me too ! Let's be friends ! »



...

Messages : 420

Points : 3
Avatar : William Moseley
Crédits : Stainless Night

Age RPG : 16 ans
Sang : Mêlé
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : ~ Fiche de présentation
~ Un lien?



Doubles-Comptes : Ted Lupin ~ Eliott H. Hudson ~ Scorpius H. Malefoy



MessageSujet: Re: Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.   Dim 27 Mai - 12:56

« Putain mais t’es con ! Achète-toi des mains sérieusement mec ! »

Max, énervé, se leva du fauteuil dans lequel il était assis. Un Poufsouffle de quatrième année avant renversé son verre de jus de citrouille sur son pantalon noir. Le fautif marmonna un ‘désolé’ en baissant les yeux, un peu intimidé par le préfet toujours calme qui s’emportait. Il en fallait pour énerver Maxime mais là, il était prêt pour la soirée et il n’avait plus qu’à se changer. Super. Il alla dans son dortoir et se chercha un nouveau pantalon. Il finit par trouver un jean bleu foncé. Bon ça irait bien assez hein, pas besoin d’être sur son trente-et-un, Domi ne serait normalement pas là et c’était plus pour fêter le départ du vieux crapaud. Et à tous les coups, ça allait mal tourner, comme d’habitude, autant être à l’aise hein. Allez, un peu d’optimisme comme n’arrêtait pas de le répéter Hugo. Mais à vrai dire, il ne savait même pas pourquoi il allait à cette soirée. A part pour voir de ces propres yeux le successeur d’Ombrage et… C’était tout en fait.

Soulevant une pile de vêtements, Max tomba sur plusieurs paquets de farces et attrapes qu’il avait achetés au début de l’année au Chemin de Traverse ou à Pré-au-Lard et qu’il avait stockés là, au cas ou, mais les avait oubliés, il fallait bien l’avouer. Avec un sourire, le préfet les attrapa et les fourra dans sa poche, ça pouvait toujours être utile, pour rendre cette soirée un peu plus drôle. Bon tout seul ce ne serait pas drôle mais il avait bien sa petite idée de qui pourrait l’accompagner dans cette tâche. Max referma son placard et retourna dans la salle commune. Il jeta un coup d’œil à sa montre et vit qu’il était temps d’y aller. Le sixième année se dirigea donc vers la sortie sans oublier de jeter un regard au Poufsouffle qui avait renversé son jus sur lui. Ce-dernier baissa les yeux, penaud. Tu fais bien gamin. Le préfet s’amusa de la réaction du Poufsouffle. Il n’était pas non plus un monstre et ils avaient tous été bien content de l’avoir quand la famine faisait rage. C’était toujours lui avec Constance, sa collègue préfète, qui prenaient le plus de risques ! Et Lucy répartissait le tout en part égale. Le maitre mot, cohésion. Au moins, peu voire pas d’élèves de Poufsouffle n’étaient tombés malade alors que chez les Serpentard, par exemple, les cas de famine avaient été nombreux. Maxime n’était pas peu fier de son œuvre ! Et sa plus belle récompense fut de remanger à sa faim. Comme tout le monde, certes, mais pour lui, la nourriture en abondance avait un autre goût. Il s’était parfois privé de manger pour que les plus petits puissent pouvoir avoir quelque chose dans l’estomac. Inutile de dire que parfois, lorsqu’il trouvait un met particulièrement alléchant dans les cuisines, il le mettait directement dans sa poche mais qui n’aurait pas fait ça ? Il était sûr que la River avait fait pareil, en pire. Max reprenait donc peu à peu du poids mais avait toujours l’air maigre et affaiblit, ce qu’il était à vrai dire mais peu importe, il n’avait pas faim. Et cette sensation valait bien tous les sacrifices du monde !

Le Poufsouffle entra discrètement dans la Grande Salle et vit qu’elle était déjà un peu remplie. Bon, maintenant, simple tour de vérification. Confirmation, Domi n’était pas venue… La petite once d’espoir qui lui restait s’envola d’un coup. Pourtant, elle aurait été contente, toute sa famille était là. A commencer par Albus en passant par James, Rose jusqu’à Lucy ou Lily. Maxime haussa les épaules et continua de passer en revue les personnes qui se trouvaient déjà là. Il y avait Logan et quelques personnes qu’il ne connaissait ni d’Eve, ni d’Adam. Le préfet se dirigea vers le buffet et se servit un verre de Bièreaubeurre, première boisson qui lui passa sous la main, puis en prit une gorgée. Et maintenant ? Il n’allait pas s’incruster dans le troupeau Weasley/Potter, cela aurait été indécent et mal approprié. Pourtant, il ne voyait pas vers qui il pouvait aller. Il y avait Hugo évidemment, mais il était en pleine discussion avec sa sœur et Max se voyait mal aller les interrompre alors qu’ils ne se voyaient que rarement. Bon, bah autant attendre un peu pour le moment, il ne voyait que ça.

Il mit la main dans sa poche et joua quelques secondes avec les emballages de ses farces et attrapes. Si ça continuait, son plan tomberait à l’eau, il ne pourrait même pas foutre un peu le bazar. Oh pas longtemps, juste quelques minutes, histoire de mettre un peu d’ambiance. Mais pour la énième fois, le jeune sorcier se demanda ce qu’il faisait ici. Il n’y avait pas Domi, les Potter/Weasley allaient se serrer dans les bras toute la soirée, et lui, il était là, planté comme un piquet, à moitié appuyé sur le mur, ayant pour seule activité l’observation. Et pour l’instant, entre un River – qu’il ne supportait pas au passage – qui papotait avec un inconnu, Logan qui faisait la même chose que le Serpentard et les retrouvailles – fort émouvantes - de la famille Weasley/Potter, il n’avait pas grand-chose à faire. A part attendre ? Mouais… Ne voyant pas mieux, Maxime resta là, attendant quelqu’un ou quelque chose qui le ferait sortir de son ennui et de son humeur qui n’était pas au beau fixe. Mais quelle idée d’être venu ici aussi…

Se décidant soudain à aller voir Hugo et lui proposer son idée, Maxime se dirigea vers son meilleur ami. EN s’approchant un peu, il surprit la conversation qu’il avait avec Lily. Enfin, conversation… Plutôt engueulade qu’autre chose mais passons. Toujours est-il que le moment était mal choisi pour lui exposer son idée. Tant pis, il laisserait ses sachets au fond de sa poche et il en ferait usage si le besoin s’en faisait ressentir mais là, c’était très mal choisi. Lily s’en alla, de rage probablement, comment savoir et Max était bien trop près pour faire semblant de n’avoir rien vu ni rien entendu. Il était au pied du mur.

Ne sachant sur quel pied danser, le Poufsouffle s’avança légèrement, fit un sourire gêné à Rose, Albus et Hugo qui se trouvaient là et les salua poliment, toujours aussi gêné, ayant l’impression de ne pas être DU TOUT à sa place.

« Hmm… Bonsoir… »

Puis il se tourna vers son meilleur ami.

« Salut Hugo.»

Son sourire disparut et Maxime regarda le sol. Oui c’est passionnant le sol, c’est très beau ! Que dire ? Rien ! Il n’avait rien à faire ici !

« Je crois que je ferai peut-être mieux de m’en aller en fait… »

Il recula de trois pas et, après un signe de tête se détourna, ayant l’intention de reprendre possession du bout de mur à côté du buffet, il serait très bien là ! Ensuite, il attendrait de voir qui serait le successeur d’Ombrage et s’en irait. Voilà, c’était parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité







MessageSujet: Re: Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.   Dim 27 Mai - 21:50

La vie ces derniers temps était loin d’être facile. Dans la famille d’Alice tout allait bien mais il n’y avait pas trop de mal à cela, ils n’étaient que trois. Chez les Potter et les Weasley par contre, les choses étaient différentes. La mort d’Harry avait fait changer les choses et tout le monde s’inquiétait pour Lily, plus que pour Albus ou James. La jeune Londubat de son côté s’inquiétait pour les trois enfants Potter parce qu’elle savait que même si les aînés ne le montraient pas comme leur cadette, cela ne voulait pas dire qu’ils n’en souffraient pas de la même manière. Mais ils avaient hérité de leur mère, ils savaient qu’ils devaient être forts, montrer l’exemple et continuer à se battre alors c’était ce qu’ils faisaient. Si elle perdait son père, Alice s’effondrerait complètement, elle en était persuadée. Il était tellement important dans sa vie qu’elle se voyait assez mal le perdre. Cette investiture à Poudlard était donc l’occasion pour la blondinette de revoir son père et pour Rose de revoir son petit frère et ses cousines. C’était toujours comme ça chez les Potter/Weasley, il y en avait tellement et ils étaient tous proches alors n’importe quelle occasion était bonne pour se voir surtout depuis qu’ils étaient nombreux à avoir quitté les murs de l’école. La plupart des sorciers venus assister à cette cérémonie étaient là pour voir leurs enfants, vérifier qu’on leur donnait désormais à manger. Alice pouvait le voir dans les yeux de tous les parents en les observant depuis le buffet. C’était assez étrange d’ailleurs mais elle trouvait cela normal, c’était normal de s’inquiéter pour ses enfants. Son père aurait fait de même si elle avait toujours été dans les murs de l’école. Heureuse d’avoir vue son père, Alice ne savait désormais pas où aller. Bien sûr elle aurait pu rejoindre Albus, Hugo et Lily mais elle ne se sentait pas à sa place, ils devaient se retrouver en famille, c’était le plus important. Prenant une boisson, elle vit arriver Lucy et puis Rose pour les rejoindre. Un sourire apparut sur les lèvres de la jeune femme, au moins Rose était là, à un moment ou à un autre elles pourraient aller la voir et discuter avec elle. Regardant autour d’elle, Alice remarqua Logan Cooper, un de ses anciens professeurs mais il était en pleine discussion avec un autre homme qui ne lui inspirait pas confiance. Pendant quelques minutes, Alice avait oublié que des mangemorts pouvaient se trouver dans la salle mais maintenant elle devait faire attention. La jeune fille savait très bien où elle avait mis sa baguette mais franchement, même en s’entraînant chez elle grâce à son livre de débutant, elle n’était pas certaine de pouvoir réellement se défendre pour l’instant, pour cela il lui faudrait encore quelques mois d’entraînement. En effet, Alice qui avait arrêté la Défense contre les Forces du Mal en cinquième année après ses BUSES à cause de ses résultats et de son projet professionnel, s’était dis qu’elle risquait d’avoir besoin de ces sortilèges dans les mois à venir et mieux valait les connaître plutôt que d’être un ignorant. Du coup elle avait acheté le premier volume d’une série de livres et elle s’exerçait après le travail. Après tout, pourquoi n’y arriverait-elle pas ?

Alors qu’elle buvait une gorgée de sa boisson, elle vit Rose lui faire signe d’approcher. Toujours pas vraiment sûre d’elle-même, Alice préféra attendre un peu avant d’approcher car vu le visage de Lily, elle allait arriver au milieu d’un conflit familial et elle détestait ça. Alice détestait les conflits depuis toujours alors elle préférait attendre que l’orage passe. En attendant, elle laissa son regard discrètement se poser sur Albus. Comme tous les autres jours il était magnifique mais aujourd’hui un peu plus et elle ne put s’empêcher de penser qu’il était la copie conforme de son père, comme tout le monde le lui avait toujours dis depuis qu’il avait passé les murs de Poudlard. Mais plus il grandissait, plus cela était clair et certain. Même James lui ressemblait moins. Lily était la copie conforme de Ginny et James le parfait mélange. D’être toujours sur le côté, cela aidait énormément à observer les gens et c’était ce qu’Alice faisait très souvent. Elle posa son verre et décida de rejoindre Rose quand elle vit Lily pleine de colère et de rage quitter le groupe et aller chercher quelque chose sur le buffet avant d’aller s’isoler dans un coin de la pièce. Alice et Lily étaient deux personnes complètement opposées mais elles s’étaient toujours plutôt bien entendues. Bien sûr la timidité d’Alice n’avait jamais aidé leurs relations mais elles se respectaient toutes les deux grandement. Et puis elles avaient toutes les deux ce côté solitaire et indépendant qui ressortait, Lily beaucoup plus que la blondinette mais ce n’était pas négligeable. Le groupe semblait maintenant silencieux après la sortie de Lily. Alice ignorait le sujet du désaccord mais cela devait être important parce que même si la jeune Potter aimait la solitude, elle aimait son frère et sa famille et elle serait restée discuter avec eux. Au lieu de rejoindre Rose, Alice décida d’aller voir Lily. Du courage ? Oui, c’était certainement ce que la jeune Londubat était en train de montrer parce qu’il était clair qu’elle n’allait pas être bien accueillie. Mais elle n’avait rien à reprocher à Lily, elle ne savait rien des actions de la jeune fille à l’école et elle ne voulait pas savoir, ce n’était pas ses affaires. Non, elle n’allait rien lui reprocher, juste aller la voir. Maintenant qu’elle y pensait, cela faisait bien longtemps qu’elles ne s’étaient pas vues mais cela ne changerait rien au fait qu’elle allait certainement se faire jeter, quand le regard de Lily avait cette flamme dans les yeux, ce n’était pas très bon. Cependant, Alice avait le sentiment que ce n’était pas une occasion où il fallait rester tout seul. Elle ne verrait plus son frère pendant un moment après alors il fallait qu’elle en profite et Albus se faisait du souci, elle le voyait dans les regards furtifs qu’il posait sur Lily de temps à autre. S’avançant tranquillement, Alice se retrouva rapidement près de Lily et lui demanda : « Bonjour Lily, tu vas bien ? » La jeune blonde avait l’habitude de se faire jeter, cela lui arrivait constamment quand elle était à Poudlard et cela ne la blesserait pas que Lily le fasse, elle savait que pour une jeune fille de son âge, elle avait beaucoup trop de choses qui se passaient dans sa vie. « Je peux ? » Demanda-t-elle en montrant un espace où elle pouvait s’asseoir en face de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Only two synonyms ? I'm losing my perspicacity ! »





Messages : 97

Points : 0
Avatar : Logan Lerman
Crédits : Money Honey & Tumblr

Age RPG : 15 ans
Sang : Mêlé
Camp : Armée de Dumbledore

Doubles-Comptes : Thomas River, Dominique Weasley



MessageSujet: Re: Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.   Lun 28 Mai - 1:42

Hugo se rendit vite compte que tout ça allait rapidement tourner au massacre. Il suffisait de voir le regard haineux de Lily. L’aiglon détourna le regard. Elle risquait de s’énerver encore plus si elle voyait la fureur de son regard. Mais franchement, il lui prenait quoi à la vipère ? Elle croyait qu’elle pouvait se ramener comme ça, comme une fleur, recevoir un câlin, un petit « Salut, choupette, tu m’as manqué ? C’était cool la forêt ? ». C’est ça qu’elle voulait plutôt que la preuve que son cousin s’était inquiété pour elle ? Putain, la perte de son père et de Xia l’avaient complètement détraquée. Elle empoigna Hugo par les bras et l’aiglon lui jeta un regard perdu. Si ça continuait, il allait pleurer…

    « Ravi de te revoir en vie ? Je suis mort de soulagement ! J’ai cru que…. Tu sais très bien ce que j’ai cru ! Et je ne veux pas qu’on parle de tes conneries, tu es libre de faire tout ce que tu veux. Je veux qu’on parle simplement entre cousins de ce qui nous fait mal. Se consoler mutuellement… »
Il partait en couille. Il bafouillait, ne savait plus trop ce qu’il disait. Il aurait sérieusement adoré s’asseoir à côté de Lily et se remémorer les conneries qu’ils avaient fait avec Xia, pleurer à dans les bras l’un de l’autre et promettre une vengeance. Mais Lily n’avait jamais voulu parler de ça avec Hugo. Et maitneant son agressivité le décontenançait trop. Il était totalement contre ce qu’elle disait mais il n’arrivait pas à assembler des arguments convaincants. Il savait que ça ne ferait que renforcer sa rage. Il décida de laisser tomber. Il ne voulait pas régler leurs comptes devant Albus. Bubus devait s’occuper lui-même de la santé de sa sœur et le prince qu’était Hugo irait voir sa princesse pour une discussion plus paisible par après. Mais la mauvaise humeur de Lily semblait être arrivée pour de bon et décidée de rester. Persuadée, une nouvelle fois, d’être l’unique personne au monde à souffrir.
Lucy arriva, rapidement suivie de Rose. L’aiglon profita de l’arrivée de sa cousine pour ne plus penser à Lily et puis, de l’arrivée de sa sœur pour complètement la nier. La douleur lui gonflait la poitrine malgré tout et il était heureux de trouver les bras réconfortant de Rosie. Il aurait aimé lui dire à quel point Lily était blessante. Elle partait pour se tuer et puis revenait comme si de rien était, croyant que sa famille se moquait de ce qui avait pu se passer. Hugo ne savait pas comment avait réagit la famille qui n’était pas à Poudlard mais il avait très bien vu la réaction des cousins présents. Lucy, Fred, Louis, Domi, Victoire et lui étaient devenu complètement dingues. Alors peut-être que Lucy et Domi arrivaient à retrouver Lily avec le sourire, sans rien dire, mais Hugo il avait envie de pleurer et de gueuler. Et si la vipère ne comprenait pas ça, c’est qu’elle était devenue insensible.
ENFIN SOIT ! Il avait dit qu’il ne pensait plus à sa cousine… Il plaisanta donc avec Rosie et lui offrit le poil à gratter qu’il avait prévu pour elle. Sauf que Lily sauta évidemment directement sur l’insinuation qu’il venait de lancer. Ok, elle lui était destinée, il faut bien l’avouer. MAIS OU EST LA MECHANCETEE ? Il est en train de dire qu’il s’est inquiété pour Lily et l’autre le prend mal ? Il fallait essayer de faire croire à Lily que durant son absence tout c’était bien passé, qu’Hugo avait continué à faire le petit rigolo ? Devant les paroles blessantes de Lily les larmes montèrent finalement aux yeux de l’aiglon. Mais ne coulèrent pas. La princesse venait de prononcer les mots qu’il ne fallait pas. Mon père est mort, ma petite amie a été assassinée, mais tu as raison, je ne suis qu’un monstre d’égoïsme. Et voilà, elle recommençait. Persuadée qu’elle était la seule à souffrir. Comme si personne au monde ne pouvait comprendre sa douleur de petite fille abandonnée. Oui, c’était de l’égoïsme de croire qu’elle était la seule à souffrir et qu’à ce titre elle avait le droit de faire souffrir les autres. Xia… Lily savait très bien qu’elle était sa meilleure amie, son ex. Croyait-elle qu’Hugo n’en avait rien à foutre de sa mort ? Dégouté, Hugo détourna le regard sans rien dire. Il fallait qu’il se calme. Il essuya les dernières paroles de sa cousine sans un mot, collé contre sa sœur. Rose, protège le T___T
Lily partit. Il soupira. Et vit que Max venait d’arriver. Oh, génial, il se tapait la honte devant ses cousins, sa sœur et son meilleur ami. Un instant il se demanda si les autres étaient de son côté. Est-ce qu’il était le seul à trouver anormal d’avoir envie de se suicider et puis de reprocher aux autres de s’être inquiété ?

    « Non, Max, part pas. Je crois que j’aurai besoin de rire avec toi après m’être fait engueulé… Attends deux secondes… »


Il prit une grande inspiration, se dégagea de l’étreinte de Rose et se lança à la suite de Lily. Il voulait lui parler calmement, avoir quelques secondes pour mettre de l’ordre dans ses pensées. C’est pour ça qu’il n’avait pas répondu tout de suite, sinon il l’aurait surement giflée elle et son arrogance pourrie. Seulement, quand il arriva, Alice était déjà là. Il lui sourit légèrement, un sourire d’excuse.

    « Lily, attends avant de gueuler. Je te demande pardon. Je ne sais pas ce que tu as compris mais je ne voulais pas dire que tu m’avais emmerdé. Tu m’as rendu fou d’inquiétude parce que tu es ma cousine préférée et que je ne savais pas quoi faire pour t’aider. C’est tout. Ne le prends pas mal. Moi, je l’ai pris très mal que tu veuilles me quitter, mais… mais si tu voulais le faire, c’était ton droit. »
Il respira un grand coup. Persuadé qu’il allait se faire buter dans moins de deux secondes. Il avait déjà vu mini-Bielova se faire tabasser par Lily, ici même. Et Lily semblait tellement le haïr que ça ne semblait pas impossible qu’elle recommence avec lui.

    « Tu as le droit de vouloir partir. C’est ton choix. Sauf que chaque choix implique une action et donc une certaine responsabilité. Et ça, tu dois l’assumer. Je ne suis pas ton père, Albus non plus, ni personne ici. Mais on t’aime. Et tu as des comptes à rendre aux personnes que tu aimes quand tu les blesses. Tu n’es pas la seule à souffrir, même si c’est surement toi qui souffre le plus. Mais ça ne te donne pas le droit de nous faire peur sans rien recevoir en retour. Tu…tu comprends ce que je veux dire ? Je veux pas t’engueuler, je veux te faire comprendre qu’on s’est inquiété.»

Il haussa les épaules. Se demandant si Lily comprendrait ne serait-ce qu’un mot de ce qu’il essayait de lui faire comprendre. Il espérait que oui, qu’elle avait bien la maturité pour comprendre que notre liberté c’est à la fois des droits et des devoirs. Et que dans ces devoirs, il y avait aussi celui d’être respectueux envers les sentiments de sa famille. Sans tenter des les écraser avant même de les avoir écoutés.
Hugo lança un regard triste à sa cousine. Elle avait tout gâché, elle et ses coups de gueule. Il fit un petit signe de la main à Alice et les laissa à nouveau seules. Rejoignant enfin Maxime, l’aiglon lui sourit d’un air contrit.

    « Pardon, Max. Mais je crois que ma cousine me déteste parce que je me suis inquiété pour elle. Et … enfin voilà, fallait que je lui parle. »

Il passa nerveusement sa main dans ses cheveux, regardant le sol, penaud. Il ne savait plus quoi faire.



[HRP : Hugo est un héros, il a réussit à ne pas étrangler Lily \o/ Au contraire, il lui a même parlé calmement ! Ce mec est parfait 8D *cours avant de se faire attraper par Champi*]
Champi - Je suis bien d'accord avec toi XD

✄-------------------------------------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« When has justice ever been as simple as a rulebook ? »



Be happy !

Messages : 55

Points : 0
Avatar : Karen Gillan
Crédits : Jane ; Tumblr

Age RPG : 19 ans
Sang : Mêlé
Camp : Ordre du Phénix

Vie du personnage : Time can't be rewritten
My rules
I'll be your sky

Truc en plus : Être une Weasley
Doubles-Comptes : Aucuns



MessageSujet: Re: Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.   Lun 28 Mai - 3:43

Apparemment Rose venait d'arriver à un mauvais moment, un très mauvais moment. Lily et Hugo semblaient être en froid, dans un froid glacial et tranchant. Même si Rose s'était également beaucoup inquiété pour Lily pendant sa fugue, pensant qu'elle allait faire toutes les conneries possibles inimaginables qu'une personne blessée pouvait faire, elle ne fit aucune allusion sur ça. Sa cousine ne pourrait pas oublier, mais si tout le monde se taisait ça pourrait peut-être l'aider. Oui il est conseillé d'extérioriser sa tristesse, mais connaissant sa cousine Rose savait qu'elle allait se braquer et répondre froidement sans penser au mal qu'elle pouvait faire aux autres. Même si Rosie se disait que Lily plus tard regretterait ses paroles, elle ne voulait pas la mettre en colère maintenant. Pas pour cette journée ou ils pouvaient enfin se réunirent et passer du bon temps ensemble. Enfin bon temps c'est plutôt sans grandes engueulades qui feraient trembler tout Poudlard et qui gâcheraient leur retrouvailles.

ROSE ▬ Bien sûr qu'ils vont bien. Tu crois quoi, maman et papa sont invincibles !

Rosie ne voulait pas que son frère se fasse du mourons pour eux. Entant que membres et piliers de l'Ordre Ron et Hermione font partit des personnes les plus surveillés. Tous les Weasley-Potter couraient des risques chaque jours, à l'école ou en dehors. Les jours heureux manquaient beaucoup à Rosie, les jours ou ils pouvaient tous se retrouver et partager des moments tous ensembles. Les jours ou les Mangemorts étaient en infime minorité et Harry encore en vie.
Elle sourit à son frère essayant de paraitre calme et essayant de lui transmettre une sentiments de sécurité. C'était sa grande soeur et elle se devait de le protéger, elle s'était promit de le défendre contre tous ceux voulant lui faire du mal. Qu'ils soient des ennemis ou des proches Rosie ne les laisserait pas blesser son frère. Son petit, grand maintenant faut croire --', démon qui lui offrait du poil à gratter. HA Rosie le savait, il avait prévu de lui en foutre dans sa robe ! Espèce de diable, vraiment il voulait que Rose se fâche contre lui, le tire méchamment, avec une pointe de douceur quand même, par un joue et PAF elle lui claque un gros baiser crapaud devant tout le monde pour se venger. Heureusement c'était juste un cadeau qu'elle accepta avec un petit sourire espiègle, oh oui si tout se passait bien elle utiliserait cette poudre contre les emmerdeurs. Elle mit précautionneusement le sachet dans son sac qui tomba un moment. Sort d'extension peut parfois nous jouer des tours.

ROSE ▬ T'en fais pas, j'en prendrais bien soin et l'utiliserais à bon escient.

C'est pas vrai elle la dispersera sur tout ceux voulant faire chier le monde, mais bref. Puis l'inévitable arriva, le fight familial qui survenait à toutes leurs rencontres. Parfois la dispute s'oubliait vite parfois on y repensait des jours et un froid s'installait. Lily commença à engueuler Hugo sans se retenir, déversant tout ce qu'elle avait au fond d'elle. Si sa cousine s'en était prit à Rose celle-ci l'aurait laissé déverser son venin. Dire tout ce qu'elle voulait, essayer de la blesser Rosie l'aurait laissé faire parce qu'elle n'était pas sensible au point de se mettre à chialer parce qu'on lui gueule dessus alors qu'elle sait que ce n'est pas sa faute. Mais Hugo... Rosie ne voulait pas que Lily s'en prenne à lui comme ça.

ROSE ▬ Hey Lily...

Rien sa cousine continuait sur sa lancée s'acharnant sur Hugo, pourquoi ? Surement parce qu'il avait dit tout haut ce que les autres pensent tout bas.
Le serrant fort elle essayait de le protéger des paroles de Lily avec ce simple geste, Rosie ne pouvait faire plus. Imaginez si elle s'emballe et qu'elle se met à gueuler elle aussi ? Ca partirait en dispute et c'est tout ce qu'elle voulait éviter même si l'envie de remonter les bretelles de sa cousine se faisait de plus en plus grandes. Rose aime Lily, vraiment beaucoup c'est sa cousine qu'elle adore et jamais elle ne lui fera du mal. Mais la Serpentarde devait ouvrir les yeux, se rendre compte qu'elle n'était pas seule dans ce monde, pas la seule à avoir perdue quelqu'un de cher et c'est ça que Rosie voulait lui dire. Certes la rouquine aurait haussé la voix, mais c'était pour le bien de sa cousine. Oui dit comme ça on voit pas où est le bien, mais ayez confiance en Rose.

ROSE ▬ Ca suffit, arrête ! Je ne te dirais pas que je sais ce que tu peux ressentir parce que c'est pas vrai. Je serais une sale égoïste de te demander de refouler ce que tu ressens et de tout oublier pour nous faire plaisir. Si tu veux te défouler pour aller mieux, très bien. Mais fais le contre une personne pouvant encaisser tout ça sans vaciller. Je ne réconforterais pas non plus en te disant que tout ira bien parce que ce n'est pas vrai, tout se passera comme ça devra se passer mais nous ne devons pas nous chamailler entre nous !

Ouh Rosie était plutôt fière de son discours que Lily n'avait sûrement même pas écouté, ou à moitié vu comment elle était partie. Le silence s'installa entre les trois qui restaient là, se demandant comment réagir face à ça. Comment voulez-vous qu'ils réagissent après ce que Lily venait de sortir ?
Max s'approcha d'eux et Rosie ne réussit qu'à lui faire un petit sourire avant que son frère s'extirpe de ses bras et aille rejoindre leur cousine. Le regardant d'un oeil inquiet se dirigeait vers la louve en présence de... D'Alice ? Oh non est-ce que son amie venait de parler à Lily ? Rosie espérait que sa cousine n'ait pas amoché le mentale d'Alice parce que sinon ça allait vraiment chauffer entre elles.
Regardant Lucy et Albus Rose soupira et se laissa clisser contre un mur s'asseyant sur le sol. Super, ça commençait super bien tout ça. Dispute familial et ensuite, attaque de Mangemorts ? Tient en parlant d'eux, qui étais cet homme avec Logan ? Voyant son ancien professeur Rose lui sourit sans rougir, après la rencontre qu'ils avaient vécut la jeune Weasley avait tendance à devenir une tomate. Mais pas aujourd'hui, son morale était tombée et elle se demandait bien ce qui pourrait la faire rire maintenant.


Dernière édition par Rose Weasley le Lun 6 Aoû - 17:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité







MessageSujet: Re: Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.   Lun 28 Mai - 4:37

    Albus et son cousin Hugo discutaient tranquillement en attendant l'arrivée des autres.

    Albus - Une autruche, vraiment? Hahaha...

    Le jeune Auror ne comprit rien du tout à cette allusion, mais donna l'impression que oui. Effectivement, il n'était pas du tout au courant de toute l'affaire et pensa que ce n'était qu'une blague qu'il n'avait pas saisie. La conversation se dirigea ensuite vers Ginny.

    Albus - Elle va bien... enfin mieux. Tu la connais, elle reste fort, mais ce n'est pas toujours facile. Sinon, de mon côté, je vais bien. J'essaye de me concentrer sur mon travail au lieu de toujours ruminer les évènements.

    Bientôt, Al vit celle qu'il voulait le plus voir arriver par la grande porte. La petite Potter courut vers lui et l'Auror l'attrapa au vol. Voilà bien longtemps qu'il n'avait pas vu sa petite soeur adorée. Ils c'étaient écris beaucoup certes, mais ce n'était pas pareil. Al remarqua que sa soeur semblait en pleine forme. En effet, il appréhendait beaucoup que les récents évènement n'aient influencés sa santé. Elle lui fit une remarque au sujet de son chapeau ce qui le réjouit. Après tout, n'avait-il pas lui-même noté la ressemblance avec son père?

    Albus - Lily! Ça fait longtemps!

    Il la fit tournoyer deux ou trois tours avant de la reposer au sol. Cette petite ne pesaient absolument rien... comme lorsqu'ils étaient enfants. Du coin de l'oeil il vit que d'autres personnes entraient. Un bon Auror n'oubliait pas son travail, même en de telles circonstances. Il remarqua la belle Alice qui venait sûrement de parler à son père. Ce fut ensuite le tour de sa cousine Lucy qui vint se joindre au groupe. Al la salua aimablement. Finalement, Rose arriva avec un charmant commentaire sur son habillement.

    Albus - Et bien tu sais Rose, je suis en devoir aujourd'hui et je ne peux pas m'habiller comme d'habitude.

    Il sourit largement à sa cousine. Le fait de revoir toute sa famille qu'il n'avait pas vue depuis longtemps était pour lui un véritable plaisir. Cependant, le nombre de personnes qui entraient dans la salle était maintenant considérable et Albus savait que le moment de quitter ceux qu'il aimait tant approchait. Il vit le professeur Cooper entrer dans la salle et discuter avec un type qu'il ne connaissait pas. Aussitôt, il s'excusa aux gens qui l'entourait avant de les laisser au beau milieu d'une conversation qu'il n'avait pas suivie. Il était trop occupé à s'assurer que tout se déroule correctement. Il vit notamment entrer Thomas River, l'une des personnes que le jeune Potter détestait le plus. Il le savait pro-mangemort et sa présence ne le réjouissait guère. Il se dirigea vers Lyam qui était assigné à la patrouille. Il devait faire des rondes aléatoires à travers les gens et se mêler à la foule.

    Albus - Lyam, surveille moi ce type la-bas.

    Lyam - Avec plaisir.

    Il prit bien soin de le pointer pour qu'il sache qui était surveillé. Parfois, les gens préfèrent se calmer quand ils savent qu'ils ont un Auror sur le dos. L'attention d'Albus se reporta sur le professeur et celui avec qu'il discutait. D'un pas assuré, il marcha vers les deux hommes, n'ayant rien entendu de toute leur conversation.

    Albus - Bonjour professeur Cooper.

    Le jeune Potter connaissait Logan pour avoir été son élève et son collègue dans l'Ordre du Phénix. Il lui tendit donc une main franche et lui offrit un sourire respectueux. Ce n'était pas le professeur qui inquiétait Albus, mais son interlocuteur inconnu... Il porta son attention sur lui :

    Albus - Bonjour, je ne crois pas que nous ayons été présenté. Je suis Albus Potter, Auror en charge de la sécurité pour cette soirée. Et vous êtes...

    Cet homme l'intriguait. Bien qu'il y ait maintenant plusieurs personnes qu'il ne connaissait pas dans la salle, celui-ci, pour une raison inconnue, ne lui inspirait pas confiance. Un instant, Al remarqua que le petit groupe dans lequel il était quelques minutes auparavant c'était dispersé. Apparemment, des chicanes de familles de Poudlard. Cette pensée fit sourire Albus intérieurement. Il avait été familier avec ce genre de disputes tout au long de sa scolarité. Il n'était pas conscient de l'importance de celle-ci...
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« The world is a mess and I just need to rule it. »



Messages : 10

Points : 0
Avatar : John Simm.
Crédits : White Rabbit.

Age RPG : 42 ans.
Sang : Mêlé.
Camp : Mangemort

Doubles-Comptes : Compte PNJ, fréquemment utilisé par Champi.



MessageSujet: Re: Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.   Lun 28 Mai - 6:44

Comme il s’y attendait, Logan ne le croyait pas. Il n’était pas d’humeur à ce qu’on se foute de sa gueule. Logique. Le regard du faux mangemort tomba sur l’épaule du phénix. Oui, il comprenait parfaitement que Logan ne soit pas d’humeur à croire ce qu’un parfait inconnu lui racontait. En fait s’il l’avait pu, il lui aurait plutôt balancé un coup de poing pour lui apprendre qu’on ne se moque pas des morts. Loin de se démonter, Harry préféra lui prouver par a+b qu’il était vraiment le Survivant qui espionnait les mangemorts. Il ne bougea pas d’un poil quand Logan lui demanda de partir, préférant mettre sa main à sa poche pour en sortir des comprimés et un collier qu’il lui tendit. Subitement, le regard de Logan changea, et il le fixa avec suspicion, non sans se saisir de la marchandise d’un geste trop rapide qui lui causa une intense douleur. Mais il le croyait enfin. Il lui serra la main avec force, comme pour s’accrocher au fait qu’il était vraiment vivant, et d’une voix enrouée, lui demanda comment il avait bien pu faire. Le faux mangemort se contenta de sourire. Logan connaissait la réponse tout seul. On n’avait jamais retrouvé son corps, et Ron était mis au courant des nouveautés de chez les mangemorts. Il jouait à la taupe infiltré. Le professeur lui assura qu’il donnerait le collier à Lily, et il hocha la tête, soulagé de savoir que, le sachant vivant, elle arrêterait certainement ses conneries. Il ne savait rien, ce qui le hérissait, mais en savait assez pour en être malade de rage. Quand Logan ouvrit le tube pour prendre trois comprimés d’un coup, il préféra tourner la tête pour voir sa fille … Qui avait disparu. Non, qui était juste derrière lui. Il se tourna pour la fixer d’un regard doux, et elle battit en retraite, sans doute troublée par la ressemblance de regards. Ah, si seulement il pouvait la serrer dans ses bras ! Logan reprit la parole, lui demandant où il avait été blessé.

« Si, j’ai été blessé. Au ventre. C’est discret mais ça a mis un mois à cicatriser. Et si, c’était de la magie noire. Un bon vieux sortilège russe lancé par notre charmante et agréable ministre de la magie. »

Il esquissa un demi-sourire ironique et porta négligemment la main à son ventre. Bienvenue dans le fabuleux monde des shootés, mon cher Harry Potter. Il faisait très Napoléon comme ça tiens, quelle classe ! Logan reprit la parole pour lui dire que ce serait une bonne chose que de le dire à Lily, elle avait besoin. Il se tut, et avec un soupir, reprit en disant qu’il pensait que Lily la détestait pour ne lui avoir rien dit. Harry ne put qu’approuver, pensif. Oui, Lily avait changé, cela ne lui plaisait guère. Elle lui faisait de plus en plus penser à un loup solitaire et méfiant. Certes, après une morsure de loup-garou, normal, mais à ce point ? Il soupira. C’est fou comme il pouvait s’inquiéter pour sa fille, encore plus maintenant qu’il se faisait passer pour mort et qu’il jouait au parfait petit mangemort pour récupérer des informations. Sortant de ses songes, il s’avisa de réconforter un peu son cadet, histoire qu’il ne perde pas totalement confiance en lui. Il devait être chamboulé avec cette histoire. Sa pseudo-mort, puis la mort d’Alexia … Il enquêtait d’ailleurs pour savoir qui avait tué la petite amie de sa fille, mais bizarrement, il ne trouvait rien. Les preuves étaient trop bien cachées. C’était rageant, mais ça prouvait que ça venait de très haut.

« Ne t’inquiètes pas, ça va lui passer, elle fait toujours comme ça. C’est une Serpentard après tout, tu ne peux pas lui demander d’être aussi extravertie que les Gryffondor que tu as côtoyés toute ta vie. » Il sourit pour le rassurer, avant de redevenir sérieux. « Bon. Les Bielova sont des mangemorts, et le père River aussi. Et il existe bien un groupe de pro-mangemorts à Poudlard, ils se font appeler les Basilics. »

Harry allait continuer sur sa lancée, mais il sentit qu’on l’observait, alors il se tut. Grand bien lui en prit, car Albus se dirigeait vers eux. L’infiltré eut un coup au cœur en observant son fils, qui lui ressemblait énormément, grands dieux, beaucoup trop même. Même dégaine, et en plus il lui avait volé son chapeau, sale gosse va. En entendant Albus se présenter très poliment, il eut un nouveau coup de cœur, une forte déception. Evidemment que son fils ne le reconnaissait pas, et heureusement d’ailleurs, mais entendre un membre de sa propre famille lui parler ainsi lui faisait bizarre. Il se reprit vite, ne montrant pas sa tristesse mâtinée de curiosité. Albus avait été nommé Auror en chef le temps de la soirée ? Mais Ron avait fumé quoi ? Albus était beaucoup trop jeune pour ça, il n’était pas en formation depuis plus d’un an quoi, et déjà on le propulsait à la tête de la sécurité, et à Poudlard ? Il faudrait qu’il demande des explications à Ron. Via Logan. Parce qu’il ne pouvait plus s’adresser directement à Ron, son courrier était surveillé par les mangemorts. Ah quelle galère.

« Bonsoir monsieur Potter. » Bizarrement, ce n’était pas à lui qu’on donnait du monsieur Potter, pour une fois. Il serra la main de son fils, imperturbable. « Je suis Harold Saxon. Photographe journalistique. Je travaille avec Aaron Stark. Lui. »

D’un mouvement de tête, il désigna Aaron, qui discutait avec River. Mine de rien, il reporta son regard sur son dernier fils, qui le regardait avec une certaine méfiance. Il ne lui faisait pas confiance … Et il avait bien raison de ne pas se fier à un inconnu, même si pour le coup il n’était pas un inconnu. D’un ton badin, il reprit la conversation, grapillant un minimum d’informations pour les mangemorts. Comme le nom du responsable de la sécurité, qu’il allait divulguer, tout en s’assurant qu’il n’arrive rien à son fils pendant ce rassemblement-ci.

« Alors comme ça, vous êtes responsable de la sécurité ? Félicitations. La valeur n’attend pas le nombre des années, on dirait. » Il sourit d’un ton affable. « La tâche doit être difficile, en ces temps troublés, vos supérieurs ont du vous trouver fort talentueux pour vous la confier. »

✄-------------------------------------------------------------------

« Dans chaque ami, il y a la moitié d'un traître. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Tough times don't last, and tough people do. »





Messages : 1378

Points : 0
Avatar : David Tennant
Crédits : Kachilight

Age RPG : 39 ans
Sang : Mêlé
Camp : Ordre du Phénix

Vie du personnage : « Hakuna Matata !
« Une ptite lettre ?
♥️ En couple ? Oui avec Grace, et attention on ne mate pas èOé

Truc en plus : Animagus Buse
Doubles-Comptes : Malcolm Gray



MessageSujet: Re: Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.   Lun 28 Mai - 8:26

Harry vivant. Putain ça c'était de la super bonne nouvelle. Inattendu, inespéré, absolument génial. Bon, en attendant sa famille et ses amis souffraient de sa soi-disante mort, mais c'était le genre de révélation qu'il aurait bien voulu entendre tous les jours. Il enviait presque ses proches. Après l'avoir cru mort, il reviendrait un jour parmi eux bien vivant après, il en était sûr, s'être pris une gifle monumentale de Ginny dans la gueule. C'était une batteuse, donc Logan le plaignait à l'avance. Le professeur les enviait parce qu'ils allaient retrouver quelqu'un de cher qu'ils avaient perdus, et Log' aurait aimé que le décès de ses proches soit également du faux. Qu'ils ne soient pas vraiment morts et qu'ils lui reviennent. Il chassa cette pensée de sa tête. C'était impossible, ça ne valait pas la peine de se faire souffrir pour des rêves qui se seraient réaliser il y a bien longtemps s'ils avaient été vrais. Et puis, il était heureux que son boss soit là, devant lui. Il l'avait toujours considéré comme un modèle et un chef, mais aussi comme un ami et une personne de confiance. Logan lui devait beaucoup. Il l'avait accepté dans l'Ordre alors qu'il était encore dans un état déplorable, qu'il venait d'essuyer sa seconde tentative de suicide et sortait donc de l'hôpital, et ce boulot l'avait aidé à remonter la pente. Ça n'aurait pas été possible sans le Phénix. Et d'autres choses, certes, mais travailler pour l'Ordre lui avait permis de trouver un but. Et de ça, il lui en serait à jamais reconnaissant.

Le choc de la nouvelle passé, l'Animagus s'était inquiété de la présence de médicaments en la possession de l'homme. Il ne les avait pas pour rien et le questionna donc à ce sujet. S'il avait des anti-douleurs moldus sur lui, ce n'était pas spécialement une bonne nouvelle, au contraire. Apparemment, il avait raison de le croire car Potter confirma ses pensées. La buse grimaça. Magie noire, quel fléau. Il devrait vivre avec sa douleur jusqu'à la fin de ses jours, dépendant de médocs moldus. Comme lui. S'il n'avait pas été censé parler à un inconnu, il aurait déposé sa main sur son épaule pour accompagner ses paroles.

« Fais un stock selon la date de péremption, crois-moi, tu ne veux pas en manquer. Il se désigna de la main, grimaçant. Ni finir comme moi, tu vois bien que ce n'est pas beau à voir, ni agréable à ressentir. »

C'est vrai qu'il faisait presque peur. La douleur doublée par la faim lui avait donné un teint presque cadavérique. Bon d'accord c'est un peu exagéré, mais on n'était pas si loin. Il était déjà relativement fin, mais la sous-alimentation lui avait fait perdre quelques kilos et du ventre par la même occasion. Comme beaucoup, il avait pâli à cause de ce mauvais soin de son corps, mais quand la douleur s'était ajoutée au tout, c'était devenu pire. En fait, il avait vraiment la gueule d'un type malade à en crever. Heureusement, il reprendrait bientôt du poil de la bête et retrouverait sa sexitude d'antan 8D. /boulet de canon/ Il en vint ensuite à Lily, et son père ne manqua pas de le rassurer. Il espérait que c'était bien vrai, car il se savait insuffisamment fort pour résister émotionnellement à une "attaque" de sa part.

« J'espère que tu as raison. »

Il soupira avant d'écouter la suite de ses paroles. Argh. Les Bielova et les River ? Ils en avaient toujours été presque sûrs, mais maintenant ils en avaient la confirmation. Quand au groupe de pro-Mangemorts, c'était une bonne chose que de désormais savoir son nom. Personnellement, il n'avait jamais eu aucun doute concernant les Bielova, en tout cas le père. Entre eux, c'était une affaire personnelle. Ahah, le pauvre n'en savait rien, mais Logan l'avait en ligne de mire, et bien que le professeur ne sache pas ce qu'il se passerait, dès le jour où il mettrait sa baguette contre sa gorge, il ne serrait pas tendre. Il lui ferait payer. Affaire personnelle, vous dis-je. Grace n'apprécierait pas, mais c'était ce qu'il voulait.

« Ivan Bielova, c'est moi qui le coffrerai. J'en fais mon affaire, si tu veux bien. »

Certes il lui demandait en quelque sorte une autorisation, mais quoi qu'il arrive, il désobéirait aux ordres sur ce coup-là. Pas besoin qu'Harry sache pourquoi, ça ne le regardait pas. De toute façon, avec un peu de réflexion, il pouvait s'en douter et se rappeler que Logan ne lâcherait pas cette prise. Il n'en parlerait qu'à Grace le moment venu, il aurait préféré garder le silence, mais s'il faisait quoi que ce soit sans qu'elle ne soit au courant de pourquoi, elle le prendrait encore plus mal. Car quoi qu'il se produise, elle n'aimerait pas ce qu'il avait en tête. Il la comprenait, mais c'était le seul moyen pour lui de se soulager tout à fait. Il craignait de regretter, mais là, il savait ce qu'il voulait. Quand il se retrouverait avec la possibilité d'accomplir sa volonté, qui sait, peut-être changerait-il d'avis. Albus arriva trente secondes plus tard, poli. Non pitié, pas professeur !

« Albus, je t'en prie, pas de "professeur Cooper" avec moi, tu sais bien ! »

C'est qu'il avait horreur que ses amis et ses proches , même ses élèves, l'appellent autrement que par son prénom. Il jeta un coup d'oeil à Harry. Le pauvre, ça devait être difficile de parler à son fils comme à un inconnu. Il n'aurait jamais pu faire de même s'il avait eu des enfants et se serait retrouvé dans la même situation. Enfin bref. Alors comme ça, il se faisait appeler Harold Saxon ? Bizarrre comme nom, mais accrocheur. S'il s'était présenté pour des élections de ministre, il aurait eu envie de voter pour lui juste parce que son nom lui faisait un drôle d'effet. Ouais, franchement bizarre. Hum, photographe journaliste ? Il s'amusait de ça alors que Harold félicitait Albus de son poste fort haut-placé pour son âge. Huhu, il n'avait jamais imaginé Harry avec un appareil photo, mais il ne devait pas être trop nul pour bosser avec... il réalisa soudainement qui était l'homme que Harry avait désigné juste avant de s'adresser personnellement à Albus et sur lequel le professeur n'avait pas su mettre de nom en arrivant dans la salle.

« Quoi, c'est lui ? Ah bah putain, je l'imaginais plus vieux et surtout moins sexy. »

Oui hum, rappelons que Logan, avant de sortir avec Grace, était à tendance bisexuelle, et qu'il avait des goûts personnels. Qu'elle ne le prenne pas mal, ça lui arrivait sûrement aussi de trouver un homme beau. Se rendant compte qu'il s'était montré un peu trop familier, il fit mine d'être désolé de son manque de sérieux.

« Erm, pardon, ce n'était pas très professionnel. Donc Albus, monsieur Saxon et moi faisions connaissance, nous discutions de nos années passées à Poudlard. Que de souvenirs, rien n'a changé. »

La prochaine fois fais attention jeune padawan. Il ne recommencerait plus, mieux vaut ne pas foutre en l'air la couverture de papa Potter, hein.

✄-------------------------------------------------------------------



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »





Messages : 1981

Points : 22
Avatar : Willa Holland.
Crédits : Alles & Tumblr.

Age RPG : 17 ans.
Sang : Mêlé.
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : Liens ◈ Ici.
Rôleplay ◈ Ici.
Hivoux ◈ Ici.

Truc en plus : Lycanthrope.
Doubles-Comptes : Moïra ◈ Serdaigle.
Roxanne ◈ Serpentard.
Grace ◈ Professeur phénix.
Svetlana ◈ Mangemort.



MessageSujet: Re: Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.   Mar 29 Mai - 6:04

Lily s’énervait et perdait les pédales. Comme d’habitude. Hugo avait l’air complètement perdu, et elle, elle grinçait des dents de passer sa rage sur lui. Il ne méritait pas ça, mais sa réplique l’avait mise tellement en colère qu’elle s’était puérilement sentie obligée de répliquer âprement. Un peu trop âprement pour Hugo, sans doute, vu qu’il avait baissé la tête sous le ton acide de sa vipère de cousine. Pleurait-il ? Il semblait être au bord des larmes. Lily finit par tourner les talons en faisant mine de ne pas avoir entendu ce que lui disait Rose, mais son ouïe de loup-garou lui rapportait les mots avec exactitude et clarté. Attaque-toi à quelqu’un de ta taille, qu’elle disait. Pas sur Hugo. Et elle avait raison, d’ailleurs, Hugo n’était pas de taille face à sa perfidie purement Serpentard. Dans sa famille, qui pouvait décemment tenir tête à sa langue de vipère ? Fred ? Plus habiles en conneries qu’en insinuations cyniques et habiles. Domi ? Elle aussi aimait les sales coups, elle ne l’avait pas des masses entendue dans la salle commune des serpents. Lucy ? Très drôle. Même Rose, qui se targuait d’être un adversaire à sa mesure, aurait capitulé devant toutes les horreurs que Lily était capable de sortir d’un ton mielleux avec un léger sourire moqueur et hautain. Elle n’aurait jamais du s’en prendre à Hugo. Il fait parti de la meute. Lily soupira en se laissant tomber sur une chaise, regardant le sol entre ses Doc Martens. Hugo faisait parti de sa meute proche, en effet, la meute pour laquelle elle se bat. Alors va t’excuser de ce que tu lui as dit. Effectivement, il fallait qu’elle aille s’excuser, elle avait été odieuse avec Hugo. Cependant elle ne bougea pas, décapsulant sa bouteille en verre avec un ongle après l’avoir tapotée négligemment. Très rapidement, Alice s’approcha d’un air timide avec un léger sourire.

« Salut Alice. » Non, elle n’allait pas très bien, mais elle n’allait pas lui sauter à la gorge non plus. « Oui bien sûr, assieds-toi si tu veux. » Elle sentait au loin le regard de Rose posé sur elle, qui veillait à ce qu’elle n’agresse pas sa meilleure amie. Sinon, ça allait chier des bulles. « C’est bien de te voir ici, parmi le commun des mortels. Je ne pensais pas que tu quitterais tes étoiles chéries pour la terre ferme. » Elle lui sourit, amusée. « Remarque, je te comprends. Quand on voit ce qu’il se passe ici-bas, l’immensité du ciel doit être un réel plaisir. »

Lily tourna la tête pour fuir le regard d’Alice. La vipère aimait le ciel, ce n’était un secret pour personne. Son regard tomba une nouvelle fois sur l’homme à qui Logan parlait, et Albus qui venait de les rejoindre. Comme elle se trouvait non loin, elle tendit l’oreille pour entendre son nom. Harold Saxon, photographe journalistique d’Aaron Stark, à la Gazette du Sorcier donc. Et à entendre Logan, ils évoquaient le temps passé à Poudlard. Ledit Harold semblait plus vieux que Logan d’au moins cinq ou six ans, ils avaient du se croiser quand l’un était en sixième année et l’autre en première année. Donc il devait avoir approximativement l’âge de son père. Elle ferma les yeux, les rouvrit, et tourna la tête vers Alice.

« T’as vu le type avec Logan et Bubus ? C’est bizarre, mais j’ai l’impression de le connaître. Et de le connaître très bien, alors que je ne l’avais jamais vu avant aujourd’hui. » Elle ne lui dirait pas que l’homme la mettait mal à l’aise, ni qu’elle avait cru apercevoir son père dans ses yeux. « Enfin bref c’est bizarre. Je dois manquer de sommeil. »

Elle ricana intérieurement. Evidemment qu’elle manquait de sommeil, avec toutes ces foutues nuits passées dans les cuisines à chiper des trucs pour ne pas mourir de faim ! Elle se figea quand elle vit Hugo venir droit vers elle. Engueulade en vue, il n’avait certainement pas apprécié le ton sur lequel elle lui avait parlé, mais s’il perdait son calme légendaire, Lily n’était pas sûre de résister à ses foutues impulsions canines pour ne pas lui sauter à la gorge. Cependant, il la prit totalement au dépourvu, en lui demandant pardon alors qu’il n’avait pas à le faire, et en lui expliquant qu’il avait eu horriblement peur et qu’il s’était énormément inquiété pendant son absence. Les yeux de la vipère s’humidifièrent quand il reprit la parole avec un temps pour respirer, et qu’il lui lâcha qu’elle avait des droits, mais aussi des devoirs. Elle avait le droit de partir, mais aussi le devoir de subir les regards lourds de sens de sa famille. Et qu’elle n’avait pas le droit de faire du mal aux gens qui s’inquiétaient pour elle. Evidemment qu’elle n’en avait pas le droit, elle le savait très bien, mais elle était tellement … Perturbée en ce moment ! Elle n’allait pas bien. Elle entendait sa partie loup-garou lui parler, elle avait l’impression qu’un tueur se cachait derrière les tapisseries de la maison Serpentard pour la tuer et tuer le reste de sa famille quand elle ne serait plus là, bref, elle devenait folle, paranoïaque, et beaucoup trop dangereuse pour la sécurité de ses proches. Tout à l’heure, elle avait juste posé la main sur l’épaule d’Hugo, mais si elle s’était avisée de replier les doigts un minimum, elle lui aurait brisé. Elle était en train de devenir un monstre … Disons, un monstre plus dangereux que la harpie sauvage qu’elle était déjà avant. Elle ouvrit la bouche pour répondre à Hugo, lui dire qu’elle était désolée de ce qu’elle lui avait dit, mais il avait tourné les talons pour rejoindre Maxime. Lily referma la bouche, déçue. Et décida de les rejoindre.

« J’y vais, Alice. » D’un mouvement de tête discret, elle montra Albus qui papotait toujours avec Logan et le dénommé Harold Saxon. « Tu devrais aller lui parler, tu sais. Tu l’aimes, il t’aime, ce serait dommage qu’une autre fille que toi lui mette le grappin dessus non ? » Déjà qu’elle avait grincé des dents en voyant son frère sortir avec cette pouffiasse de Nephtys … Dut-elle jouer les entremetteuses une fois de plus, Alice et Albus finiraient enfin en couple. Elle se sentait obligée de coacher un peu Alice pour l’y aider. « Ecoute, c'est très simple. Va les voir, dis bonjour à Logan, dis bonjour à l’inconnu, et excuse-toi poliment en disant que tu aimerais parler à Albus à propos de quelque chose d’important. Après tu l’attires plus loin, et … Je ne sais pas, tu prends de ses nouvelles, de celles de James et maman, puis tu le fais parler de son travail, et tout et tout, et au final tu l’invites au chemin de traverse pour prendre un verre ! » Elle lui sourit, puis se leva. « Allez, j’y vais, j’ai aussi mon combat à mener. Bonne chance à toi, Alice ! »

Elle cligna de l’œil et jeta sa bouteille vide dans la première poubelle qui se présenta à elle. Lily ne manquait pas de courage, mais bizarrement, elle appréhendait de retourner parmi sa famille. Elle les rejoignit rapidement, et sans faire le moindre bruit, se coula dans le dos d’Hugo pour l’entourer de ses bras et lui faire un câlin de dos, un de ses préférés d’ailleurs. Elle posa son front dans le dos d’Hugo et respira calmement, le temps d’une demi-seconde, pour rassembler les mots qu’elle voulait lui dire. Leur dire. Parce que Lucy, et peut-être même Maxime, et Rose aussi, avaient entendu à quel point elle avait été odieuse avec ce pauvre Hugo qui avait eu le tort – ou plutôt la raison – de lui reprocher sa désinvolture alors qu’ils s’étaient monstrueusement inquiétés pour elle. Franchement, est-ce qu’elle méritait une famille pareille, alors qu’elle se comportait en véritable monstre ? Elle n’en était pas si sûre.

« Désolée Hugo. Je suis infecte et égoïste. Je me suis emportée, je ne voulais pas te faire de mal. » Et elle s’était ratée, vu qu’elle l’avait laissé au bord des larmes. « Tu as raison, tu sais. Il va falloir qu’on ait une discussion, parce que moi et mes conneries, ça commence à bien faire. Je suis égoïste et agressive, et je fais du mal aux gens que j’aime. »

Après l’avoir doucement serré dans ses bras, elle le lâcha pour se diriger vers Rose, à qui elle devait aussi des excuses. Elle se planta devant elle, assez mal à l’aise. Eh oui, Lily est un être fier, un Serpentard qui déteste s’excuser de vive voix, et qui préfère se faire pardonner par mille et une autres façons qu’en disant qu’elle est désolée. Mais il fallait bien qu’elle le fasse, il s’agissait de sa famille.

« Rose ? Je suis désolée. Je n’aurais pas du m’énerver comme ça. » Elle lui tendit la main pour l’aider à se relever, et reprit la parole. « Je ne vous demande pas de faire semblant ou de faire comme s’il ne s’était rien passé. Juste de me laisser du temps. Partir est difficile, mais revenir l’est encore plus. »

Elle sourit d’un air d’excuses, puis se tourna, plus ou moins affable, pour suivre la discussion. Elle salua Maxime d’un hochement de tête, assez gênée qu’il ait assisté à ses excuses. Parce que pour Lily, s’excuser, même si on a raison, c’est un peu comme un acte de faiblesse. Mais pas autant que le suicide. Elle grimaça un sourire affable, pour essayer de dissiper la morosité qu’elle avait lancé sur le groupe en partant.

« Vous ... Vous aviez prévu de faire des conneries ? J’ai quelques pastilles de gerbe et des bonbons tourndeloeil. J’ai aussi des crèmes canari, mais je voulais les garder pour cette pimbêche de Roxanne … Sinon, il y a toujours le coup du marécage portatif. Mais il faudrait éviter d’attirer des ennuis à Albus, c’est lui qui est en charge de la sécurité, ce soir. »

✄-------------------------------------------------------------------



« A dog cannot make this journey alone. But, maybe, a wolf can. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsmordre.forums-actifs.com
Invité


Invité







MessageSujet: Re: Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.   Mar 29 Mai - 19:45

Alice avait décidé d’aller voir Lily au lieu d’aller retrouver sa meilleure amie. Il était clair à ses yeux qu’une embrouille venait de se passer et même si être seule semblait la meilleure solution, ce n’était pas vraiment le cas. Sa famille était venue pour la voir, prendre de ses nouvelles et les choses ne se passaient pas de cette manière. Tout le monde s’inquiétait pour Lily, Alice pouvait le voir dans le regard de ses cousins, cousines et de son frère surtout. Alors malgré la flamme de colère apparente dans ses yeux, Alice décida d’aller la voir. Avec un peu de chance Lily ne s’énerverait pas contre elle car la jeune blonde n’avait rien fait et surtout n’était au courant de rien sur sa jeune amie. Sa famille avait peut-être des reproches à lui faire mais Alice n’en avait pas, elle n’avait pas vu Lily depuis un moment et ce serait un bon moyen de prendre de ses nouvelles. Bon, il était clair qu’elle n’allait pas bien, c’était sûr et certain ça mais c’était normal en même temps, on ne se remet pas de la perte de son père en un mois après tout et Alice comprenait tout à fait. Elle fut surprise quand elle alla voir la jeune fille qu’elle lui parle calmement mais cela soulageait en même temps la jeune Londubat qui avait toujours eu beaucoup de mal à gérer un conflit quelconque. « Salut Alice. Oui bien sûr, assieds-toi si tu veux. » Devant une telle invitation, Alice prit place en face de la jeune Potter qui lui dit : « C’est bien de te voir ici, parmi le commun des mortels. Je ne pensais pas que tu quitterais tes étoiles chéries pour la terre ferme. Remarque, je te comprends. Quand on voit ce qu’il se passe ici-bas, l’immensité du ciel doit être un réel plaisir. » Un petit sourire apparut sur les lèvres d’Alice. Oui, en ce moment elle passait beaucoup de temps la tête dans les étoiles mais ce n’était pas pour cela qu’elle oubliait ce qu’il se passait sur la terre ferme. C’était impossible de l’oublier quand son père lui envoyait des lettres lui expliquant la situation à Poudlard, quand elle voyait les titres des journaux, quand elle interprétait les étoiles aussi car le ciel n’est que le reflet de ce qu’il se passe en bas et les étoiles bougeaient en ce moment, c’était intéressant de les étudier. Même si Alice était bien avec les étoiles, elle aimait bien les événements de ce genre où tout le monde avait l’occasion de se retrouver et cela n’arrivait pas tous les jours dans leur situation alors il fallait en profiter à fond. « On ne peut pas passer sa vie dans un rêve malheureusement … J’avais envi de voir mon père et puis tu connais Rose, elle m’y aurait traîné de toute façon. » Pour la jeune rousse aussi ces évènements étaient importants et elles aimaient bien en profiter toutes les deux. Elles se retrouveraient à un moment ou à un autre mais pour l’instant, elles étaient chacun de leur côté en train d’essayer de régler les choses. Tournant la tête vers sa meilleure amie, elle put voir que la conversation avait repris dans leur groupe et qu’un ami d’Hugo était venu les rejoindre. Qu’ils profitent, aujourd’hui était un jour de fête, Ombrage partait et quelqu’un prenait sa place. Peut-être ne serait-elle pas beaucoup mieux mais elle ne pouvait certainement pas être pire que son prédécesseur.

Lily semblait fixer une direction particulière, elle semblait ailleurs. Alice la laissa dans son monde jusqu’à ce que la jeune Potter lui dise : « T’as vu le type avec Logan et Bubus ? C’est bizarre, mais j’ai l’impression de le connaître. Et de le connaître très bien, alors que je ne l’avais jamais vu avant aujourd’hui. » Alice se tourna alors dans la direction où elle avait vu Albus pour la dernière fois. Il était toujours là avec Logan et cet homme que Lily semblait connaître sans le connaître et qui était pour Alice un parfait inconnu. En même temps, Alice n’avait jamais été la plus sociable du groupe et en dehors de ses proches amis, elle ne connaissait pas grand monde. Pourtant, rien qu’à observer le personnage, il ne lui inspirait pas grande confiance. « Enfin bref c’est bizarre. Je dois manquer de sommeil. » Alice n’en était pas si sûre. Pour elle, la première impression était pratiquement toujours la bonne, c’était l’impression de l’instinct que l’on a en nous, celle où on ne connaît pas la personne et où elle ne peut pas jouer avec nos sentiments pour nous faire oublier qu’elle peut être dangereuse. « Les impressions en disent souvent beaucoup plus que le reste tu sais. Je ne le connais pas de mon côté mais il ne m’inspire pas confiance. » Alors qu’Alice finissait sa phrase, Hugo, le frère de Rose arriva devant les deux jeunes filles. Il était clair qu’il ne venait pas voir la blondinette qu’il salua néanmoins et il fit un beau discours à sa cousine. Lily avait voulu partir ? Alice ne comprenait pas vraiment de quoi Albus parlait mais elle put voir que les mots qu’il prononçait avaient un effet sur la jeune fille en face d’elle. Hugo et Lily avaient toujours été très proches et cela avait l’air d’être toujours le cas. Peut-être que Lily n’avait pas assez compris qu’elle faisait peur et inquiétait sa famille et son entourage mais maintenant, elle devait le voir sur le visage d’Hugo. Comme il était venu, le jeune homme repartit et elles se retrouvèrent toutes les deux une nouvelle fois. De nouveau Lily était pensive ce qui se comprenait assez bien.

Et puis tout d’un coup, Lily dit : « J’y vais, Alice. » Cela ne blessa pas la jeune Londubat le moins du monde, le discours d’Hugo avait bouleversé la jeune fille qui allait avoir des comptes à rendre peut-être. Cependant, Alice fut surprise de son mouvement de tête vers Albus et des paroles qui suivirent. « Tu devrais aller lui parler, tu sais. Tu l’aimes, il t’aime, ce serait dommage qu’une autre fille que toi lui mette le grappin dessus non ? » Alice sentit le rouge lui monter aux joues, on avait toujours eu tendance à lui dire qu’on pouvait lire en elle comme un livre ouvert, cela se vérifiait encore aujourd’hui. Mais Albus l’aimer ? Elle ne pouvait pas le croire tout simplement … Avant qu’elle n’ait le temps d’ouvrir la bouche, Lily lui dit : « Ecoute, c'est très simple. Va les voir, dis bonjour à Logan, dis bonjour à l’inconnu, et excuse-toi poliment en disant que tu aimerais parler à Albus à propos de quelque chose d’important. Après tu l’attires plus loin, et … Je ne sais pas, tu prends de ses nouvelles, de celles de James et maman, puis tu le fais parler de son travail, et tout et tout, et au final tu l’invites au chemin de traverse pour prendre un verre ! » Décidément, la jeune Potter voyait les choses en grand aujourd’hui. D’accord, Alice ne voulait pas qu’Albus soit avec une autre mais elle n’avait pas le courage des Gryffondors et elle n’était pas certaine de pouvoir faire ne serait-ce que la première étape de ce plan merveilleux. « C’est simple pour toi Lily, moi j’ai toujours marché à contre sens. » Alice se leva à son tour alors que Lily lui disait : « Allez, j’y vais, j’ai aussi mon combat à mener. Bonne chance à toi, Alice ! » C’est avec un sourire qu’Alice remercia sa jeune amie qui était beaucoup trop clairvoyante à son goût. « Bonne chance à toi Lily, ils t’aiment tu sais … » Et après ces quelques paroles, la jeune fille se dirigea vers sa famille. Et voilà, les choses reprenaient petit à petit leur cours. Cependant, Alice se demandait ce qu’elle allait faire maintenant. En effet, elle ne pouvait pas aller voir Rose car Lily leur parlait alors elle devait aller voir Albus. Obligée ? Peut-être pas mais elle ne pouvait pas rester là plantée comme une idiote … Tranquillement, Alice s’approcha du petit groupe que formait les trois hommes avant de dire : « Bonjour, Albus, professeur Cooper, monsieur. » Dit-elle en se tournant vers chacun de ses interlocuteurs quand elle leur adressait la parole. Alice ne savait pas si la conversation était sérieuse ou non alors elle dit : « J’espère que je n’interromps pas une conversation importante. » Dit-elle en baissant les yeux. Pourquoi avait-elle écouté Lily ? Non, elle n’aurait certainement pas dû … Et pourtant, maintenant qu’elle était lancée, elle n’avait pas le choix. « Je ne veux vraiment pas interrompre quelque chose mais quand tu auras deux minutes Albus, je pourrais te parler ? » Demanda-t-elle avec le rouge aux joues. Après tout, il travaillait aujourd’hui, il n’était pas là pour s’amuser alors elle ne voulait pas le déconcentrer de son travail.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité







MessageSujet: Re: Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.   Mer 30 Mai - 8:12

    Pendant qu'il lui parlait, Albus examinait l'homme qui était devant lui. Il devait bien avoir une quarantaine d'années. Taille d'environ 1,80 mètres. Corpulence tout à fait dans la normale. Peut-être même un peu plus maigre. Ses oreilles étaient légèrement pointues Cheveux courts, bruns. Des yeux marron d'une étonnante profondeur. Al releva notamment quelque chose d'assez familier dans son regard, mais il ne s'en formalisa pas et se dit que ce devait être une coïncidence.... Il était bien habillé, mais pas trop. Décidément, Albus ne connaissait pas cet homme.

    Ils se serrèrent la main. Une bonne main franche. Harold Saxon... ce nom ne disait rien au jeune Potter. Cet homme avait cependant eu la politesse et l'égard de l'appeler monsieur Potter ; personne ne l'appelait jamais ainsi. S'efforçant d'être aimable lui aussi, Albus lui offrit un sourire discret lorsqu'il lui relâcha la main. Un photographe hein...

    Albus - Enchanté, monsieur Saxon.

    Soudainement, un nom accrocha son oreille. Aaron Stark. L'homme le désigna d'un signe de tête. Aussitôt, Albus détourna le regard. Il ne l'avait même pas vu entrer et pourtant, il le connaissait de nom. C'était un journaliste très moyen, selon Albus, mais jouissant tout de même d'une certaine notoriété. S'il était de mèche avec le photographe, il était également à surveiller. Le jeune Auror reporta son attention sur l'homme, mais ce fut Logan qui parla le premier.

    Albus - Ha oui, désolé Logan. J'ai perdu l'habitude.

    Il avait bien insisté sur le prénom. Le professeur fit alors un commentaire qui ne manqua pas d'étonner Al à propos du journaliste. Il se garda cependant de s'en formaliser. L'inconnu fit alors quelques compliments flatteurs à Albus au sujet de l'importance de son poste par rapport à son jeune âge. Ce dernier ne s'en laissa pas impressionné, mais dit tout de même le plus sérieusement du monde :

    Albus - Je suis major de ma promotion, monsieur, et mes supérieurs me font confiance. Soyez bien sûr que j'accorde à cette tâche toute l'attention et tout le sérieux qu'elle mérite.

    Il aurait été bien inapproprié de mentionner que son supérieur état son oncle. Albus se contenta donc d'avoir l'air professionnel. Le professeur dévoila alors le contenu de la conversation qui se déroulait avant l'arrivée du jeune Auror. Ce dernier n'eut pas de raison d'en douter, car il avait une confiance entière en Logan de qui son père n'avait de cesse de faire l'éloge lorsqu'il était encore en vie.

    Jugeant qu'il n'avait aucun rapport dans leur discussion, Albus se préparait à se retirer quant, sortie de nulle part, Alice fit son apparition. Surpris par cette arrivée, le jeune Potter fut pris au dépourvu. Il ne trouva rien de mieux à faire que les présentations.

    Albus - Salut, Alice! Je te présente monsieur Harold Saxon, photographe journalistique. Tu connais déjà Logan, évidemment. Monsieur Saxon, je vous présente Alice Londubat.

    Cette situation le mettait légèrement mal à l'aise. En effet, elle combinait Alice, qui faisait partie de sa vie personnelle, à cet inconnu qui lui, requérait son attention professionnelle. Désireux d'y mettre fin il dit :

    Albus - Non non, Alice tu n'interromps rien du tout. Je suis à toi dans quelques secondes. Messieurs, veuillez m'excuser. Passez une bonne soirée.

    Sur ces mots, il prit congé de ses deux interlocuteurs avant d'entraîner Alice à l'Extérieur du cercle de conversation. Marchant vers une place libre, il croisa Evander, l'un des deux Aurors dont la tâche était de patrouiller dans la foule. Il s'assura d'être hors du champ de vision du dénommé Harold avant de lui dire.

    Albus - J'aimerais que tu me surveille deux personnes en particulier. Tu vois le gars qui discute avec Logan Copper? Il se nomme Harold Saxon. Garde un oeil sur lui. Il y a aussi un gars appelé Aaron Stark, un journaliste.

    Lorsqu'il l'eut désigné, Evander répondit d'un signe de tête affirmatif. Ayant maintenant la conscience tranquille, Albus put porter son attention sur la ravissante petite blonde qui l'avait interpellé. Il lui indiqua une chaise libre, mais lui resta debout par souci de professionnalisme.

    Albus - Alors, Alice, tu vas bien? Tu voulais me dire quelque chose?

    L'inquiétude qui était dans l'esprit du jeune Auror depuis les dernières minutes avait fait place à la joie de voir Alice. Il arborait maintenant un large sourire affable.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« You have ten fingers ? Oh, me too ! Let's be friends ! »



...

Messages : 570

Points : 2
Avatar : Zooey Deschanel.
Crédits : Obsession27.

Age RPG : 16 ans
Sang : Pur
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : - Un petit lien?
- Vivent les SMS
- Cause with me?
- Qui suis-je, au fait?

Truc en plus : Dessine carrément bien...
Doubles-Comptes : Nada.



MessageSujet: Re: Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.   Ven 1 Juin - 5:22

Oh la la, une minute et demie et déjà, la Lucy était larguée, complètement larguée! Rose avait déboulé, lui avait piqué Hugo - laisse mon cousin, cousine!-, puis Lily et Hugo s'étaient enguirlandé, Lily était partie en live dans une de ses si célèbres interprétations de "gueulante en si bémol", puis était allée bouder. Alice Londubat, à peine arrivée, fila vers la cousine qui jouait à "je fais la gueule et j'vous emmerde, laissez moi", ne se fit pas manger, à la grande surprise de Lucy et commença à papoter avec Lily-sur-les-nerfs. Hugo, resté comme un...enfin, resté et l'air pas malin quoi, vit alors arriver Maxime, Lucy eut à peine le temps d'ouvrir la bouche pour saluer Maxime que déjà ce dernier filait, poursuivi par Hugo qui au passage fit un crochet par la case Lily pour s'excuser, et re-fila dans l'autre sens sans laisser la cousine causer. La cousine qui revenait au sein de la petite meute Weasley, apparemment vaguement honteuse, et tentait de détendre l'ambiance à grands coups de "on fait des bêtises"?
STOOOOP!
Lucy était littéralement perdue. Elle était arrivée, et tous avaient joué à un jeu qui tenait à la fois du cache-cache, du cache-tampon, du Jungle Speed, du chat, de l'épervier, du béret et du débat endiablé. Woh, on se calme, essayez de rester en place juste UNE seconde, bon sang de cacahuète!

Et Lucy bugua tout d'un coup en réalisant que Lily s'était excusée. Miss grande-gueule, la Serpentarde un peu mesquine, un peu cynique, avec un réel don pour les mots qui blessent, don dont quelquefois ses proches avaient pu avoir à pâtir, quoique jamais autant qu'Hugo aujourd'hui, venait de faire son mea culpa en demandant aux autres de ne pas se la jouer "rien ne s'est passé", mais de lui laisser deux minutes. Ah mais, cousine, je te laisse un siècle si tu veux!! Même un million d'années!! En attendant, la cousine en question, manifestement un peu gênée de l'ambiance à couper au couteau, se mit à mentionner d'éventuelles bêtises, et Lucy se prit, elle, à songer aux Maraudeurs. Niveau bêtises, ils se posaient là...enfin, Lily taguait, Lucy ne dessinait pas car son coup de crayon, même sur un mur, même à la bombe de peinture, était assez reconnaissable dans le sens où on commençait à savoir qu'elle dessinait et dessinait bien, mais la Poufsouffle faisait les plans. Les plans qui permettaient à la miss Lily et à sa clique plus ou moins Weasley-ienne de se barrer rapidement et efficacement sitôt leur vile tâche achevée. Ou bien elle faisait le guet. Jamais en première ligne, la Lucy...

Etait-ce là de la lâcheté? Elle s'était souvent posé la question. Mais l'épisode de la manifestation, puis celui de l'incendie, lui avaient appris qu'en première ligne d'un combat, elle ne faisait pas le poids. Et pas de vieux os non plus. Mettez Lucy en première ligne, ça se finira par un coup maladroit, une Lucy qui se met en danger et qui tente de s'en tirer par une cavalcade sauvage. Oui mais, elle avait toujours été plus sensible que la moyenne, percevait plus d'informations et...en conditions de stress, ne savait plus les gérer! C'était le genre à s'emmêler dans les sons, dans les images, à se prendre les pieds dans un tapis avec un surveillant aux trousses, à se prendre un mur, même! Et dans un groupe, mais, sauvez-la! Lucy mettait au mieux une dizaine de minutes à virer complètement paniquée, intéressant mélange d'agoraphobie et de claustrophobie l'une et l'autre légères, aux effets décuplés par ses oreilles malmenées par les cris ou par sa rétine saturée de lumières. En bref...elle n'était pas faite pour la première ligne.
Alors? Chacun selon ses talents! A Lily la lumière, Lily qui savait gueuler et se défendre même si, en ce moment, elle montait au créneau pour un rien, exagérait clairement, et même si le deuil ne pardonnait pas tout. A tous ceux qui réussissaient à se battre, la première ligne, et à ceux qui étaient trop sensibles au temps limité, au sentiment d'urgence, qui en étaient paralysés, ou juste aux plus impressionnables, l'ombre et le calme, où leurs talents étaient décuplés.
Bon, finalement elle était parvenue à la conclusion que ce n'était pas de la lâcheté, mais que de se placer en première ligne, en revanche, était de la stupidité téméraire et inutile.
Même si elle savait que cette façon de voir les choses pouvait bien être une auto-justification quant à son attitude, une façon de se rassurer sur elle-même ou de se voiler la face, et elle en était consciente, et consciente d'en être consciente, et considéré sous ce nouvel angle, son raisonnement...Pause syndicale! Lucy respira profondément et arrêta l'espèce de machine folle qui lui servait de cerveau. Elle avait mis des années à en trouver le frein, autant s'en servir!

Et en attendant, Albus s'était fait piquer par Alice Londubat, puis aborder par quelqu'un d'autre, et restaient donc Lily, toute la clique, et des bêtises, que des bêtises, quand t'es pas là...Lucy émergea donc de ses profondes pensées et répondit à sa cousine:

"Heu, on pourrait toujours essayer. Le marécage c'est un peu trop, en tous cas...de prime abord. On n'a qu'à trouver quelqu'un à qui, hem...proposer une pastille de Gerbe..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wildhorses.fr-bb.com
Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mission 7 ▬ L'appétit est le commandement de la faim.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Morsmordre :: « POUDLARD. » :: Autres salles. :: Grande Salle.-