Partagez | 
 

 Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »





Messages : 146

Points : 1
Avatar : Billie Piper *w*
Crédits : Mika <3

Age RPG : 17 ans.
Sang : Puuuuuur \O/
Camp : Basilic

Doubles-Comptes : Lily L. Potter ; Moïra V. River ; Svetlana K. Bielova ; Grace C. Waldstein ; Aramis Y. Caldwell.



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Ven 17 Fév - 11:14

A côté du bar avec Constance, Roxanne se demandait ce qu’elle foutait ici. Franchement, était-elle mieux ici que dans sa salle commune ? Elle en doutait franchement. D’un autre côté, dans sa salle commune, elle aurait pris trois cachets et se serait endormie, et ici elle se tenait à la disposition des mangemorts, pour le cas où. De toute manière elle ne se leurrait pas, elle ne les rejoindrait jamais. Elle n’est qu’une Weasley, un Weasley ça ne va nulle part ailleurs que dans la médiocrité, comme ses parents, ses grands-parents, et tout ce sui suit avant ça. Elle était condamnée à être méprisable, un poids mort. Quand Constance lui demanda si elle allait bien, Roxanne esquissa un demi-sourire ironique. Ah, parce qu’elle a l’air de péter la forme ? Non, la question était purement inquiète. Constance s’attendait à ce que Roxanne lui raconte ses problèmes, mais la mannequin ne le ferait pas. Elle n’avait pas envie d’emmerder sa camarade avec sa vie méprisable, Aleera la subissait déjà bien assez comme ça. Elle marmonna une vague réponse, et la préfète n’insista pas, prudente. Elle louvoya pour lui parler de sa robe, une vraie tuerie selon ses dires. Et comment, c’est LA robe phare de la Fashion Week automne-hiver, celle qui coûte trois vies de salaire de tous les Weasley réunis ! Elle lui demanda si c’était un cadeau d’Aleera, et Roxanne se força à sourire un peu, pour ne pas se la jouer loque intégrale.

« Ouais, c’est Aleera qui me l’a offerte. Le vernis aussi. Le maquillage c’est Moïra, Mikhaïl m’a offert l’épingle en argent, et la bague vient de Selena et Reid. J’ai été gâtée. Et toi ? »

Alors que Constance lui répondait d’un ton enjoué, Moïra arriva sur ces entrefaites, poussant devant elle un Mikhaïl qui marchait en mode automate, pieds nus. Immédiatement, Roxanne se focalisa sur lui, et sa déprime fut priée d’aller s’installer ailleurs, et plus vite que ça. Moïra poussa le russe dans ses bras, où il se pelotonna directement, et elle partit en emportant une Constance stupéfaite avec elle. Mikhaïl allait très mal, et Roxanne se savait pas pourquoi. Immédiatement, la culpabilité la submergea. Elle s’apitoyait tellement sur son sort qu’elle ne s’était même pas rendu compte que son petit frère allait mal ! La rencontre avec Mika lui revint en mémoire. Ce soir-là, Mikhaïl buvait pour oublier la mort de sa mère, sauf qu’il tient fort mal l’alcool, et après la première bouteille il était mort, ce qui ne l’empêchait pas de continuer à boire en pleurant. Puis il avait avisé Roxanne. Blonde, teint de porcelaine et peau de satin, yeux bleu saphir, comme sa mère, alors il avait titubé jusqu’à elle, pour tomber en pleurant dans ses bras, l’appelant Mama, piaillant en russe qu’elle lui manquait beaucoup. Roxanne, dépassée, l’avait consolé du mieux qu’elle pouvait, et le lendemain avait fracassé ceux qui osaient se moquer de lui. Elle avait attendu quelques temps avant de lui expliquer pourquoi elle s’était posée comme sa protectrice. Mais maintenant, c’était son frère, son frère à elle. Qui pleurait encore, sans qu’elle ne comprenne pourquoi. Elle enroula ses bras nus autour de la taille de son frère, se fichant du fait qu’il l’écrase contre elle comme une bouée de sauvetage. Cette douleur, cet étouffement, ça lui faisait du bien. De sentir qu’elle pouvait encore ressentir autre chose que de la morne résignation face à son destin. D’un ton rauque, Mikhaïl murmura qu’il était parti. Cela fit tilt dans l’esprit de Roxanne. Elle n’avait pas revu Jae depuis leur retour à Poudlard, il avait du rentrer en Corée, laissant Mika derrière lui. Elle le serra maladroitement dans ses bras, pour lui montrer qu’elle, elle n’était pas partie.

« Je suis toujours là, moi, Mika. Aleera est là aussi, et Svetlana, et Darek, et Tania. On est tous là, petit frère, on ne te laissera pas tomber nous. »

C’est fou comme ce discours peut également aussi sonner pour elle ! Elle verrouilla son cynisme dans son crane, posa un mouchoir dessus et l’éloigna, pour câliner son petit frère, se découvrant des élans maternels qu’elle ne se connaissait pas. Car malgré ce qu’elle disait, Roxanne aimait les enfants, ou les adolescents ayant besoin d’une présence rassurante, comme les enfants. Selena allait avoir un enfant, et Roxanne savait qu’elle prendrait un plaisir énorme à s’en occuper, à le câliner, tout ça tout ça. Même qu’elle apprécierait d’être elle-même mère, pourquoi pas ! Mikhaïl couina de surprise, la ramenant au présent, et leva vers elle un regard suppliant, comme pour l’implorer de trouver la solution miracle, qu’elle lui dise que c’est normal. Puis il lui lâcha qu’il avait oublié ses chaussures, et le regard de Roxanne tomba sur ses pieds. Ah tiens, ouais. Elle sortit sa baguette de sa poche, lança un sortilège de transfert, et les godasses de Mika apparurent dans ses mains avec une paire de chaussettes. Elle les lui tendit avec un petit sourire compatissant.

« Tiens, mets-les, ce serait dommage que tu prennes froid. »

Elle attendit patiemment qu’il mette gauchement ses chaussures et qu’il se relève. Puis elle prit sa voix la plus douce, pour cacher à Mika qu’elle avait elle-même des ennuis. De toute manière, vu l’était où il est, ce serait surprenant qu’il le remarque.

« Tu veux me raconter ? »

✄-------------------------------------------------------------------



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsmordre.forums-actifs.com/

avatar

« You have ten fingers ? Oh, me too ! Let's be friends ! »



...

Messages : 420

Points : 3
Avatar : William Moseley
Crédits : Stainless Night

Age RPG : 16 ans
Sang : Mêlé
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : ~ Fiche de présentation
~ Un lien?



Doubles-Comptes : Ted Lupin ~ Eliott H. Hudson ~ Scorpius H. Malefoy



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Sam 18 Fév - 13:08

A peine eut-il demandé des nouvelles de ses amis, Maxime vit débarquer Lucy qui le salua et alla embrasser Lysander, son copain, qui venait juste de proposer d’aller chercher à boire. Bon bah tant pis, il irait lui-même ! D’ailleurs, il n’avait pas eu le temps de répondre à son amie Poufsouffle qui venait juste d’arriver puisqu’elle n’avait même pas attendu la réponse. Amusé, le sixième année sourit en haussant les épaules. Il la comprenait tellement ! Mais tandis qu’il avait ce sourire niais collé au visage, le préfet ne vit même pas arrive Domi, sa à lui. Quelle honte franchement ! Il n’avait même pas calculé qu’elle venait de mettre dans les mains d’Hugo deux verres et c’est juste quand elle lui sauta dessus qu’il comprit qu’elle était arrivée.

DOMI !! *-* Ouais bon, on va se calmer ok. Il la prit dans ses bras, son visage à moitié caché dans ses cheveux. Qu’il faisait bon d’être là, c’était parfait. Maxime se recula légèrement sans pour autant lâcher Domi et l’embrassa rapidement. Bah oui c’est qu’il y a plein de gens autour, c’est pas très intime quoi x). Et il se rendit compte qu’il ne lui avait même pas dis bonjour. Bonjour l’impolitesse ! Enfin c’est surtout qu’il était tellement heureux de la voir qu’il en avait perdu son latin mais maintenant qu’il avait retrouvé tous ses esprits, le Poufsouffle s’empressa de réparer son erreur.

« Coucou ! Tu vas bien ?! »

Bon j’avoue que ça fait un peu bizarre comme ça mais passons, avec Maxime faut pas s’inquiéter x). Lily sortit pour la seconde fois de son mutisme pour leur balancer à la figure une remarque bien sentie en même temps que Domi se reculait pour demander des nouvelles aux autres. Et bien, on avait la certitude qu’il valait mieux éviter de faire chier la Serpentard ce soir. Comme d’habitude d’ailleurs. Maxime reporta son attention sur Domi qui lui mettait un verre de jus dans les mains. Encore une chance qu’il avait une copine qui pensait à lui *-*.

« Merci Domi <3. »

Maxime prit la main de sa copine dans la sienne et un douloureux souvenir lui revint. Haloween. Ils se tenaient la main exactement dans les mêmes circonstances à savoir que c’était une fête et que tout avait mal tourné. Pourtant la vague d’eau glacée les avait séparés et il avait bien cru ne jamais s’en sortir. Le Poufsouffle se raidit, perdant quelques couleurs. Il ne fallait pas que cela se reproduise, jamais plus il ne voulait être séparé de Domi, jamais.

Essayant de se détendre, il suivit Lily du regard qui alla chercher Malcolm qui était seul. Au passage, elle lança une petite pique qui lui attira quelques regards courroucés. Rien de tel qu’une Lily en colère pour vous remonter le moral et vous dire que c’est probablement mieux de l’avoir dans son camp. Et elle se réinstalla sur son mur comme si de rien était, Malcolm à côté. Maxime le salua d’un signe de tête et d’un sourire, heureux de le voir. Mais sa bonne humeur retomba d’un coup lorsque Lily reprit la parole pour demander à Domi si tout se passait bien à Serpentard. Parce que ça ne se passait pas bien à Serpentard ?! Pourquoi ne lui en avait-elle pas parlé ? Parce que là Maxime irait fracasser les coupables et peu importe si cela lui faisait perdre son insigne de préfet, il n’en avait absolument rien à faire, Domi passait avant tout.

« Domi, qu’est ce qu’il se passe ? Parce que je te promets que je vais tuer ceux qui te font chier hein. »

Qui a dit qu’un Poufsouffle est sans caractère et toujours calme ? Déjà que lorsqu’Hermès lui avait envoyé le portrait de Domi par pure provocation, il avait failli le pulvériser sur place mais finalement s’était calmé et avait préféré laisser couler l’histoire pour ne pas s’attirer d’ennuis. Mais la situation était différente, Domi n’était pas impliquée là-dedans non, elle n’en savait rien. Là elle était la cible et ça changeait toute la donne. La colère de Maxime s’était réveillée d’un coup et il lui suffisait d’un nom ou deux pour qu’il aille les tailler en pièces. Juste un nom ou deux, pas plus.

« Et si tu as quelques noms, je peux aller régler leur compte tout de suite. »

Pour le coup, il était on ne peut plus sérieux. Le regard dur, il sondait l’assemblée d’élèves à la recherche d’un Serpentard assez idiot pour avoir fait chier Domi. Juste un nom suffirait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité







MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Sam 18 Fév - 13:15

Eliott ne se rappelait de rien lorsqu’il se réveilla, le nez dans le tapis de son dortoir. Il était entrain de se demander ce qu’il faisait par terre, lorsqu’il entendit le rire goguenard du Serdaigle qui était en permanence sur son dos. Depuis qu’il l’avait humilié devant ses amis, son camarade de dortoir lui menait la vie dure. Il soupira et se retourna sur le dos en grimaçant. Il avait mal partout, et surtout au crâne, comme s’il avait couru un marathon mais il savait pertinemment que ce n’était pas le cas.

« Alors Hudson bien dormi ? Tu as fais de beaux rêves j’espère ?! »

L’interpellé lui répondit par un vulgaire grognement et se releva difficilement. Voilà que sa naïveté l’avait encore attiré dans un des pièges de cet idiot. L’iranien avait beau ne pas se préoccuper de ce que disait les autres sur lui, ni ce qu’ils lui faisaient subir mais il arrive un moment ou sa patience avait des limites. D’ailleurs, pourquoi était-il trempé aussi ?!

« Pardon ? Je n’ai pas bien entendu. Tu as peut-être perdu quelques neurones lorsque tu t’es pris le seau plein d’eau sur la tronche ? Remarque c’est malheureux parce que tu en avais déjà pas beaucoup alors là, j’imagine même pas le résultat. »

Eliott avisa le seau à côté de lui et voulu sortir sa baguette de sa poche pour lui renvoyer sa part du gâteau mais ne la trouva pas. L’autre idiot la tenait entre son pouce et son index d’un air triomphant. Evidemment, il avait pensé à ça aussi…

« Me prendrais-tu pour un idiot Hudson ? Je suis un mec prévoyant moi. »

L’aiglon vit rouge. Il ne savait pas se défendre sans utiliser la magie pour la bonne raison qu’il n’arrivait pas à taper mais là, il s’agissait de sa baguette et sa baguette c’est sacré, on n’y touche pas. Il s’avança d’un air menaçant. L’intimidation allait peut-être marcher ? Non apparemment pas du tout. Eliott se demandait s’il allait vraiment avoir la force de taper ou non mais, force ou pas force, il n’avait pas le choix.

« Comme si t’allais me taper Hudson. On te connait tu… »

Il n’eut pas le temps de finir sa phrase que le poing de l’iranien fusa et atterrit en plein sur l’arcade sourcilière du Serdaigle. Il avait dû prendre sur lui pour le coup, beaucoup plus qu’il ne voulait bien l’admettre ? Cogner quelqu’un n’était vraiment pas son truc et ce qu’il venait de faire l’avait dégoûté. C’était bien parce qu’on avait pris sa baguette magique en otage.

« Peut-être pas si bien que ça finalement. »

L’autre était sous le choc. D’une part, il avait du mal à se remettre du coup mais d’autre part, il n’en revenait pas qu’Eliott ait pu faire une chose pareil. Son premier coup. Il n’avait qu’une envie : sortir en courant et plonger dans le lac congelé pour se débarrasser et oublier ce qu’il venait de faire. Oui, il a de drôles de techniques pour oublier mais c’est Eliott. Enfin, pour le moment, il avait quelque chose à finir avant de courir partout. Il lui arracha des mains sa baguette.

« Petrificus Totalus. »

Le Serdaigle tomba à la renverse, droit comme un piquet, du sang – oh mon Dieu ! – coulant dans les yeux. L’aiglon se retourna et partit le plus calmement possible vers les salles de bains. Une fois hors du champ de vision de sa première victime, il courut se réfugier sous la douche et mit l’eau au plus froid possible. Qu’avait-il fait ?! Il était passé du côté obscure de la force désormais, il avait frappé quelqu’un et il avait… saigné. Par Merlin, qu’est ce qui lui était passé par la tête ?! Le seau avait-il fait des dommages à son cerveau. Tiens en parlant de ça, il s’aperçut qu’il était tout habillé dans la douche. Bizarre.

Grognant un peu, Eliott retira ses habits et se doucha en vitesse. Il avait oublié que ce soir il y avait le bal. C’était la première fois qu’il se rendait à un événement organisé par Poudlard et il avait un peu le trac à vrai dire. Une fois sorti de la douche, il alla chercher dans son dortoir un jean, une chemise, une paire de basket et un pull qu’il enfila. Voilà, ça irait bien tout ça. Une fois prêt, il descendit de la tour et se rendit dans la Grande Salle. Il était en retard mais il ne fallait pas s’inquiéter, personne ne l’attendait réellement. Il était surtout venu pour voir comment ça se passait, histoire de ne pas rester inculte toute sa vie.

L’iranien traversa la salle pour se rendre au buffet. Il se servit un vers de jus de citrouille qu’il siffla d’une traite avant de s’en resservir un autre. Et tout en sirotant son jus, il regardait l’assemblée. Il y avait tout un tas de groupes qui se formaient mais pas signe de Matthew, d’Alexia ou quoi. Il y avait bien Lysander avec sa copine et Hugo qui était avec plusieurs autres personnes mais il n’avait pas envie de les déranger. Pas maintenant du moins. Et puis si ça se trouvait, quelqu’un viendrait lui parler et avec sa naïveté habituelle, il allait se faire embobiner. Ou pas. Enfin pour le moment, il était en phase exploration et découverte.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Only two synonyms ? I'm losing my perspicacity ! »





Messages : 720

Points : 0
Avatar : Emma Watson.
Crédits : Tomorrow.

Age RPG : 18.
Sang : Pur.
Camp : Basilic




MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Dim 19 Fév - 8:51

Moïra, très persuasive, poussa Mikhaïl dans les bras de sa sœur, avant d’attraper sa cousine et de s’en aller, la tirant derrière elle sans vraiment lui laisser le choix. Constance ne fit pas de commentaire désobligeant, alors qu’elle aurait pu, pour lui faire comprendre sa frustration d’avoir été mise de côté pendant la petite vendetta des River. Elle demanda ce qu’il se passait, et Moïra ne répondit pas, ne comptant pas trahir le secret de Mikhaïl, à savoir que Jae l’avait planté là comme un plancton pour retourner en Corée sans un adieu. Elle esquiva la question, et se tendit quand Thomas débarqua, beau comme à son habitude, commençant par dire à Constance que sa jupe était bien trop courte. Le sourire de Moïra s’effaça un peu, pour revenir timidement quand il se tourna vers elle pour lui dire qu’elle était sublime, et lui envoyer plein de compliments.

« Toi aussi, t’es beau comme tout, Tom. »

Alors qu’elle allait se hisser sur ses talons pour lui embrasser la joue, Constance leur tendit une coupe à chacun. Moïra attrapa la sienne, prolixe, et sourit quand la Poufsouffle porta tout naturellement un toast à Alexander. Une boule de chaleur lui monta dans la gorge, et ses yeux s’embuèrent. D’un geste évasif, elle s’essuya les yeux pour ne pas pleurer, et leva son verre pour porter également un toast et boire une gorgée de champagne. Bon, maintenant, réfléchir à une stratégie pour éloigner Thomas sans que Constance ne se vexe. Comment faire ? Oh et puis zut, qu’elle se vexe si elle le voulait, après tout Tom n’était pas sa possession personnelle – c’est plutôt celle de Moïra à dire vrai 8D. L’aiglonne termina son champagne et posa sa coupe vide sur une table, avant de se tourner vers Constance, lui envoyant un sourire.

« Excuse-moi Constance, j’ai quelques mots à dire à Tom. En privé. On revient dans pas longtemps. A tout de suite. »

Elle attrapa la main de son frère et le tira en dehors de la salle, ne levant même pas le regard vers Potter qui faisait son insolente pour que les gens l’observent. Elle sortit de la salle, et s’appuya contre un mur, un peu nerveuse. Bon allez, calme-toi ma fille, c’est ton frère. Tu as bien fait ta garce la dernière fois mais maintenant ça va s’arranger, et il ne va pas te faire un coup de pute comme tu as osé lui faire. Maîtrisant sa nervosité, elle mit la main dans son sac pour tirer les cadeaux dûment empaquetés. La rose de cristal et la main de la gloire en pendentif. Sans oser regarder son frère dans les yeux, elle lui tendit les paquets,, prenant rapidement la parole.

« Voilà, euh … C’est pour toi. Tes cadeaux pour Noël. Je les ai depuis longtemps mais … J’étais tellement énervée que j’étais venue sans … »

Ses doigts se resserrèrent nerveusement autour des paquets, puis elle leva les yeux, suppliante.

« Tu … Tu ne vas pas les refuser, hein ? »


Court silence, puis elle recommença à parler, très vite, pour qu’il accepte ses cadeaux et qu’elle ne reparte pas en pleurant. Parce que s’il les refusait, elle partirait effectivement en pleurant jusqu’à sa salle commune, merde pour la fête, merde pour les mangemorts, merde pour les Basilics.

« J’voulais pas les refuser, c’est Roxanne qui m’a dit de me montrer inflexible comme ça, je suis vraiment désolée tu sais … Je ne sais pas ce que tu as fait des tiens, si tu les as jetés, offerts à Nephtys, de toute manière je l’ai bien mérité mais … Accepte les miens, s’il te plaît … »

[ C'est court mais ça ira. ]

✄-------------------------------------------------------------------



« Quels chats chouchous s'estiment sans défauts ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsmordre.forums-actifs.com

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »



Love ya for ever, Max ♥

Messages : 104

Points : 0
Avatar : Anna Bella Thorne
Crédits : Highs, Deviant Art & Tinker Bell

Age RPG : 15 ans
Sang : Mêlé (Sorcier/Vélane)
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : Ca te regarde, pauv' nouille ?

Truc en plus : Demi-Vélane
Doubles-Comptes : Thomas River & Hugo H. Weasley



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Dim 19 Fév - 8:59

Serrée dans les bras de Maxime, Domi n’arrivait pas à effacer ce sourire énorme plaqué sur le visage. Et pourtant, dieu sait si elle se sentait mal ces derniers temps. Mais pas maintenant, pas quand elle était dans les bras de son amoureux. Alors, elle souriait comme une gogole et envoyait des coups d’œil noirs à toutes celles qui regardaient son Max avec un peu trop d’insistance. Et là, la renarde se posa une question existentielle –ou pas. Comment se faisait-il qu’elle qui détestait le contact et le fait de se sentir oppressée, ne pouvait pas se passer plus de quelques heures d’être dans les bras de son Poufsouffle à elle. Petite renarde farouche aime les paradoxes et son Maxime. Il l’embrassa, elle sourit et puis, s’écarta légèrement de lui. Ce n’est pas comme s’ils étaient tout seuls et Domi n’aimait pas trop se faire remarquer. Max lui demanda si elle allait bien. S’il n’avait pas été là, si elle avait été seule avec ses pensées, elle aurait surement répondu non. Sauf que maintenant, son Pouffy était à ses côtés. Et tous ses cousins adorés, ainsi que Lysander-cousin-par-alliance. Alors, oui, ça allait. Dominique acquiesça et se redirigea vers Hugo pour reprendre les verres. Sans quitter Max des yeux, of course.

    « Très bien, très bien <3 »

Non, elle ne lui demande pas si lui il allait bien. Elle voyait très bien dans ses yeux qu’il allait aussi bien que possible. Et puis, même s’il n’allait pas bien il n’allait pas le dire devant tout le monde. Domi savait très bien quand son Maxime n’était pas en forme. Eh, c’est elle à qui il a parlé de la mort de sa mère pour la première fois, hein. Si ce n’est pas une preuve que Dominique sait quand il va mal et sait comment l’aider. Quoique de ce point de vue là… elle ne pouvait rien faire pour l’aider à faire son deuil, juste être à ses côtés. Comme lui avait été aux siens à la mort de sa meilleure amie. S’excusant de ne pas avoir apporté plus de verres et donnant un rapide bisou sur la joue d’Hugo pour le remercier d’avoir porté les deux jus de citrouilles, Domi examina tout le monde du regard. L'expression neutre et pas tellement joyeuse de Hugo-je-rigole-tout-le-temps, les regards pétillants de Miss-et-Mr-Dragoneaux et le regard très très sombre de Lily-je-fais-peur-quand-je-suis-de-mauvaise-humeur. De tellement mauvaise humeur qu’elle ne perdit pas l’occasion pour lancer une remarque désagréable aux deux couples. Les yeux de la renarde pâlirent, ses muscles se tendirent. Elle se fout de qui ? Comme si Lily s’abstenait d’embrasser Raven à l’époque, et maintenant Xia, devant tout le monde. Elle n’était pas là seule à être choquée et attristée par la mort de Neil. Mais ce n’était pas une raison pour s'en prendre à eux. Elle voulait quoi ? Qu'ils restent à trente centimètres l’un de l’autre, se serrent la main en souriant poliment ? Merde quoi, ils sortaient ensemble. Regard énervé vers Lily donc. Puis soupire. Ne pas s’énerver, haussant les épaules en serrant les lèvres, elle tendit son verre à Maxime. Hugo souriait un peu nerveusement, apparemment amusé qu’on parle de capotes. Quel obsédé celui-là.

    « Eh du calme, Lily. Ils ont tout ce qu’il faut au niveau capote, t’inquiète. »

Domi lui sourit avec un amusement. Allez quoi, arrêtez de parler de ça. C’est gênant… NON, Domi n’est pas prude mais … mais c’est que c’est gênant quoi ! Rougissant légèrement, la demi-vélane prit une gorgée de jus de Citrouille. Et lança un regard pétillant à Max lorsqu’il la remercia d’avoir été cherchée un verre pour elle. Pas de problème, mon chou. Ce n’est pas comme si Domi avait peur de traverser les foules, hein. Max lui prit la main. Tout était parfait.
Lily s’éloigna. Elle partait chercher Malcolm apparemment. C’est vrai que ce n’était pas spécialement une bonne idée de rester seul dans une foule… Ah tiens, Lily avait plutôt l’air de penser aux pro-Mangemorts plutôt qu’à la dangerosité de la foule. Ah bon. Oui, peut-être. Dirigeant Malcolm vers eux, sa cousine revint. Et lui lança un regard étrange. Qué passa ? Le regard de Lily se fit encore plus bizarre, ça ne présageait rien de bon. La renarde plongea le nez dans son jus de Citrouille et faillit avaler de travers lorsque la vipère posa la question. Elle sourit innocemment, leva son nez de son verre et ouvrit la bouche pour répondre que oui, bien sur, tout allait à la perfection pourquoi une telle question. Regard coupant de la part de Lily et paroles explicites. Domi referma la bouche aussitôt. Eh merde. Elle était prise au piège.
Aussitôt, Maxime s’excita. La vipère leva des yeux étonnés vers lui. Elle l’avait déjà vu triste, inquiet, joyeux, amoureux, angoissé, stressé… mais l’avait-elle déjà vraiment vu énervé ? Là, il semblait prêt aller tabasser quelqu’un. Pour elle. Domi sentit ses muscles se crisper, elle détestait qu’on la protège. Elle détestait avoir besoin des autres pour s’en sortir. Elle voulait être capable de se débrouiller seule, elle ne voulait pas qu’on la considère comme quelqu’un de faible. Dominique lâcha la main de son amoureux et s’éloigna légèrement. La renarde serra ses mains contre sa poitrine et jeta un regard noir à Lily. Géniaaaaaal ><

    « C’est bon, Max, t’inquiète pas. »

Ouais non, ce n’est pas du tout comme si Domi devenait dingue à devoir fouiller les sacs de ses camarades pour retrouver ses boucles d’oreilles, ses bracelets et autres. Ce n’est pas comme si ça l’énervait qu’à chaque fois qu’elle utilisait ses Docs pour écraser les pieds des chieurs, de nouvelles affaires disparaissaient aussitôt.
Vu le regard de tous ses cousins et de Max posés sur elle, Domi devait visiblement expliciter plus en profondeur que ‘tinquiète pas’

    « Non, ça va pas trop. » Domi se retourna vers Max, pour lui expliquer ce qui se passait. « Toutes mes affaires disparaissent, mes serviettes, mes vêtements, mes bijoux, mes souvenirs, mes lettres…enfin, tout. Et ils réapparaissent un peu partout selon les jours. Je ne me laisse pas faire mais le problème c’est que ça créé vraiment une ambiance horrible. Je peux m’énerver autant que je veux, je peux me venger, de toute façon pratiquement toutes les filles de mon dortoir ne me parlent plus. Et je ne peux plus leur faire confiance. »

Domi inspira un grand coup, elle avait dit tout ça d’une seule traite. Toujours loin de Max, toujours les bras serrés contre son torse. Et le regard d’un renard, acculé dans son terrier, farouche mais furieux.

    « Je peux me débrouiller toute seule. C’est bon. »

Et c’était vrai. De toute façon, quoique les autres fassent, l’ambiance de son dortoir ne montrait pas en flèche. Que ses affaires disparaissent, ça tant pis. Elle pouvait se venger, mettre des boules puantes dans les valises des autres, bruler leur courrier. Mais ce qui était le pire, c’était ce silence et cette méfiance constante. Et ça, personne ne pourrait rien y changer. Domi voyait bien que ce genre de choses n’atteignait pas Lily, qui se moquait de ce que les autres pouvaient penser d’elle. Domi aussi s’en moquait, elle adorait la solitude. Oui, elle aimait la solitude, mais pas être rejeté. Et c’est exactement ce qui se passait.

✄-------------------------------------------------------------------

She's a wild child, she's on fire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Only two synonyms ? I'm losing my perspicacity ! »





Messages : 97

Points : 0
Avatar : Logan Lerman
Crédits : Money Honey & Tumblr

Age RPG : 15 ans
Sang : Mêlé
Camp : Armée de Dumbledore

Doubles-Comptes : Thomas River, Dominique Weasley



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Dim 19 Fév - 9:06

Hugo s’éloigna de quelques pas de Lily. Il s’en foutait qu’elle soit de mauvaise humeur, ils s’étaient déjà prit des coups lui et son optimise déplacés. Sauf que cette fois-ci, il n’était pas spécialement optimiste. Ni même spécialement joyeux. Seulement, il restait lui-même et le problème avec lui-même c’est que quand il voit sa princesse il se sent obliger de lui sauter au cou. Surtout quand il est en manque d’amour. ET QUE PERSONNE NE PARLE DE STELLA OU IL SE PREND UN POING ! Bref, Lily n’avait pas répondu à son salut, ne lui avait pas même sourit, et ne lui avait pas rendu son câlin. Assez pour refroidir le Hugo le plus surexcité du monde, ce qui, suite à la mort de Neil, n’était pas vraiment le cas. Fallait faire attention, si elle se mettait à devenir méchante, Monsieur Chevalier Servant risquait de se mettre à bouder dans son coin. Et Hugo n’aimait pas bouder. D’abord parce que c’était indigne de lui et puis parce que c’était vraiment chiant.
Du coup, l’aiglon profita d’apercevoir Lys pour le ramener par ici. Au moins, Lysander n’était jamais de mauvaise humeur et, surtout, il mettait Hugo de bonne humeur rien qu’à le voir. Bref, après lui avoir jeté une cacahuète sur la tête, le Serdaigle servit à son ami un grand sourire innocent. Lys lui dit qu’il avait l’air en forme. Oui, c’était le propre même d’Hugo. Toujours paraître joyeux, toujours être le bouffon de service quoiqu’il arrive. Chez les loups, l’individu chargé de cette charge se nomme l’Oméga. C’est le plus faible, celui qui fait le con pour apaiser les tensions. Super. Souriant donc légèrement à Lys, parce que c’est son rôle de bouffon du roi, Hugo haussa les épaules.

    « Super en forme, ouais… »

Non, il n’est pas sarcastique ! Le sarcasme c’est mal. Il est vraiment en forme, la mort de Neil ne lui pèse pas du tout sur les épaules. La preuve ? Euh… montrer qu’il est en forme, montrer que tout va bien...euh… PARIER \o/ Tout content de sa trouvaille pour faire bonne figure, Hugo paria rapidement que tout se passerait mal. Il ne s’était même pas rendu compte de ce qu’il disait. HEIN, non ce n’était pas de l’humour noir ! Non, non, toujours pas du sarcasme. Sauf que ça réussit à faire sortir Lily de son mutisme obstiné. Mais vu son petit sourire mauvais, peut-être qu’il aurait mieux valu qu’elle continue à la fermer. Un peu tendu face à la remarque de sa cousine, l’aiglon lui servit un petit sourire mal à l’aise. Youpie, c’était bien partit. Heureusement, Maxime arriva avant qu’Hugo ne prenne la parole. Sinon ça aurait vraiment mal tourné. Le Poufsouffle souriait calmement, et le Serdaigle fut rassuré de voir son meilleur ami ici. Rassuré, oui. Ne lui demandez pas pourquoi, ce n’est pas comme s’il flippait ou bien qu’il considérait que la présence de Max empêcherait toute catastrophe. Mais c’est juste qu’il était content d’être entouré de personnes en qui il faisait confiance.

    « Awais, c'est clair ! Heureusement que t’es là. On est sauvés ! »

Oui, d’accord on avoue. Cette fois-ci, c’était ironique. Mais il n’avait pas pu s’en empêcher. Maxime demanda s’ils allaient bien. Silence radio de la part de Lily. Hochement de la tête de la part d’Hugo. Paroles de la part de Lysander. C’est ce moment là que choisit Lucy pour arriver à leur hauteur. Sans qu’Hugo ne le remarque, bien sur. Au contraire, sa perfide cousine le prit pas surprise : elle lui tapota l’épaule. L’aiglon fit un bon d’un mètre de haut et se retourna vivement. Nerveux, lui ? Constatant que la personne qui venait de lui tapoter l’épaule n’était que sa douce cousine, son cœur se remit à battre normalement. Lucy lui dit d’une voix légèrement menaçante qu’on ne lançait pas des cacahuètes à son homme.

    « S’il avait réussit à la gober, il n’y aurait pas eu de problèmes… »

Mais Lucy se jetait déjà au cou de Lys, trop impatiente de l’embrasser. Ah, l’amour, l’amour. Que c’est beau. Et Maxime qui attendait Domi, et Lily qui râlait parce que Xia ne venait pas. Et Hugo qui était célibataire…. Non, ne pas se mettre à pleurer de dépit ! Justement, voilà, Dominique-nique-nique qui arrivait joyeusement. Deux verres à la main. Elle les lui donna. Euh…merci ? Domi, le niant, sauta au cou de Max, l’embrassa, se serra dans ses bras. Hugo prit une gorgée dans l’un des verres. Selon toute vraisemblance, la vipère n’avait pas prévu de lui offrir deux verres de jus de Citrouille mais bon, il pouvait bien prélever une taxe, hein. Après qu’elle eut finit de faire son câlin à son amoureux, Domi reprit les jus de Citrouille sans constater leur baisse de niveau. Au contraire, elle lui fit même un bisou. Cool, il avait deux taxes ! Souriant à sa cousine, Hugo constata qu’elle paraissait toute joyeuse, ça faisait longtemps qu’Hugo ne l’avait plus vu ainsi. Ce fut exactement ce moment là que choisit Lily pour cracher son venin de serpent. Mon Dieu mais faites là taire aujourd’hui ! Le sourire de Domi s’éteignit, aussitôt remplacé par un visage de pierre. Ses yeux de vélane blanchirent. Hugo détestait ça, c’était trop flippant. VIIIITE, éviter la catastrophe…. *mode bouffon/oméga on*

    « Eh du calme, Lily. Ils ont tout ce qu’il faut au niveau capote, t’inquiète. »

Il avait parlé d’une voix douce au moment de dire ‘du calme.’ Parce qu’il fallait vraiment qu’elle se calme et franchement, Domi et Max, Lucy et Lys avaient bien le droit de s’embrasser. Et puis, il avait prit un ton plus amusé. Oui, il distribuait des capotes à Maxime, et Maxime le tapait et alors ? XD Apparemment Lily ne trouvait pas ça amusant parce qu’elle partit. Eh !T___T Ah, elle allait juste chercher Malcolm. Elle s’attira quelques regards noirs et revint se poser contre son mur. Super ambiance. Ambiance qui s’alourdit encore lorsque la vipère posa LA question fatidique à Domi. Apparemment, il y avait des problèmes chez les Serpy. Hugo vit son meilleur ami se raidir tandis que lui-même sentit un gout amer lui envahir la bouche à l’idée que sa petite cousine se fasse maltraitée par les serpents. Evidemment, Maxime fut plus rapide et se mit à poser des questions à la renarde, prévoyant déjà d’aller tuer ses agresseurs potentiels. Hugo posa sa main sur l’épaule de Max. Oulaaa, mec, calme toi. Domi déteste qu’on la surprotège. Effectivement, elle recula directement comme électrocutée. Elle lança un regard furieux, presque paniqué à Lily. Hugo en profita pour souffler à l’oreille de son ami.

    « Du calme, Max. On ira les punir, fais moi confiance. »

Mais d’abord, fallait savoir de quoi ça s’agissait. Domi dit d’abord qu’il ne fallait pas s’inquiéter. L’aiglon resta silencieux, lui servant un regard sceptique. Et elle se mit à expliquer tout ce qui se passait. Ah. Hugo serra les poings, furieux. Désemparé, pour la première fois il ne sut pas quoi dire. Parce que le fait que sa cousine soit rejetée par sa propre maison ne pouvait pas être balayé d’une simple blague idiote.


✄-------------------------------------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Democraty is always an abuse of statistics. »





Messages : 317

Points : 0
Avatar : Inconnu.
Crédits : Lethal Angel

Age RPG : Inconnu.
Sang : Inconnu.
Camp : Neutre

Vie du personnage : Compte PNJ.

Doubles-Comptes : Compte PNJ.



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Dim 19 Fév - 9:10

Il ne se passe pas grand-chose. Thomas River, Moïra River et Constance River font bande à part, même si Moïra entraîne vite son frère à l’extérieur pour lui offrir ses cadeaux de Noël. On comprend pourquoi, une main de la gloire, c’est illégal, pas fameux de déballer ça devant un prof ! Mikhaïl Bielova couine dans les bras de Roxanne Weasley que son petit ami est parti, et Hermès Grimm va vertement engueuler Aleera qui l’a mutilé quelques minutes avant. Alors qu’il s’éloigne, Wilhelmina O’Malley lui fiche le grappin dessus et commence à l’allumer, espérant sans doute un peu d’amusement après la fête, ou plus tard, si la fête dégénère mal. Lily Potter, qui espérait faire cavalier seul pour cette fête, se retrouve très vite entourée, ce qui l’énerve au plus haut point. Elle ne cache pas sa mauvaise humeur et ses envies de massacre, et demande clairement à sa cousine si elle a des ennuis, inquiétant Maxime Duncan qui ne s’était aperçu de rien, et faisant se renfrogner Hugo Weasley qui l'avait connue plus joyeuse, quoi. On peut également noter que, pendant qu’Eliott Hudson entre sans poser de problèmes, Lily lance les hostilités, s’attirant quelques regards courroucés. Alors, ça va tourner à la bagarre ou pas ?!

» Commencement du second tour.
» Vous pouvez poster plusieurs fois pour ce tour 3.
» Il se terminera dimanche prochain.

✄-------------------------------------------------------------------



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsmordre.forums-actifs.com/

avatar

« You have ten fingers ? Oh, me too ! Let's be friends ! »



...

Messages : 570

Points : 2
Avatar : Zooey Deschanel.
Crédits : Obsession27.

Age RPG : 16 ans
Sang : Pur
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : - Un petit lien?
- Vivent les SMS
- Cause with me?
- Qui suis-je, au fait?

Truc en plus : Dessine carrément bien...
Doubles-Comptes : Nada.



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Mar 21 Fév - 1:45

Boon…Lily était d’humeur tempérament de, euh, cacahuète quoi. D’un autre côté, Lucy commençait à y être habituée. A tous les coups, la pauvre vipère s’installait dans un coin tranquille avec une clope, un verre, Xia, rayez la mention inutile, prévoyant de passer une soirée tranquille. Et immanquablement, un des multiples cousins Weasley repérait Lily, amenait ses copains, la Lily faisant bonne figure. Puis un second cousin Weasley repérait une tribu Weasley là-bas au fond et ramenait quelqu’un avec lui…puis un énième cousins Weasley repérait…sauf que la Lily ne faisait plus tellement bonne figure. Dans les bras de Lysander, ignorant royalement la mine dégoûtée-agacée-ras la casquette de sa cousine, Lucy notait l’étrangeté du phénomène. Où que Lily se trouve à une fête, elle devenait vite le point de convergence de dizaines de Weasey qui, une fois arrivés, se réorganisaient en groupuscules de deux ou trois et oubliaient Lily, se contentant juste de l’enquiquiner de leurs piaillements et éclats de jeunes (presque) heureux et bien dans leur peau. Presque aussi.

L’esprit scientifique de Lucy s’éveillait. Lily serait-elle une sorte de super-aimant à humains, dotée d’une aura attirant n’importe quel Phénix situé dans le secteur ? Et pourquoi attirait-elle en particulier les Phénix Weasley ? Les Weasley souffraient-ils d’une sorte de compatibilité avec la vipère, qui surmultipliait les effets de l’aimant à Phénix ? La propension qu’avaient les gens à graviter autour de Lily sidérait la cousine. Quoi ? Oui, elle aussi gravitait autour de Lily en cet instant même, mais c’était parce que Lys’ s’y trouvait. Mais les autres de même…alors ? Quelle était donc la force surnaturelle et irrésistible qui avait poussé le premier Weasley à s’approcher de Lily, augmentant l’effet attracteur de la vipère et la condamnant à une mort atroce, étouffée sous des meutes entières de Weasley ?

Inquiète pour sa santé mentale, Lucy renvoya son esprit scientifique se coucher avec la consigne de s’allonger au calme et de boire de l’eau bien fraîche. A cet instant, la taille du groupe qui les entourait avait soudainement augmenté. Hugo demeurait le seul solitaire présent, avec Lily non pas célibataire mais simplement seule, et Dominique venait de se matérialiser entre les bras de Maxime Duncan, comme cela, pouf, pif ! Lucy n’avait même pas entendu passer sa cousine. En revanche, ce qu’elle entendit bien fut la rebuffade de Lily Potter, qui se mit à siffler, vipère et fidèle à elle-même, et surtout vipère en danger de mort par excès de contacts humains, pour lui demander si elle voulait des capotes. Et Lucy piqua un fard, oh ! très légèrement, plus par habitude que par réelle gêne, juste le temps que la pointe d’agacement induite par la remarque s’efface. Une fois ceci fait, ne restait plus que l’amusement dans l’esprit de la blaireaute qui savait très, très bien qu’il valait mieux ne pas s’offusquer. Lily aboyait avant de mordre, c’était un fait, et ses mots n’étaient pas réellement dirigés contre Lucy mais plutôt le fruit de son agacement. Comment ça, la nuance était faible ? La Poufsouffle répondit tout de même à Hugo, qui lui avait répliqué que Lys’ n’avait qu’à gober les cacahuètes :

« Pas faux…c’est vrai ça, Lys’. Pourquoi n’as-tu pas gobé cette cacahuète ? »

En tous cas, Lucy sourit et laissa filer sa cousine, d’autant plus qu’Hugo venait de détendre l’atmosphère avec une petite blague et…euh, à qui donnes-tu des capotes, Hugo ? Lys’ ? Viens donc répondre de tes actes, grand cousin…mais Lily s’était déjà retournée vers Dominique et là, lui demanda vivement si tout se passait bien ces derniers temps. Lucy s’écarta très légèrement de Lysander pour suivre la discussion, l’œil alerte. Domi avait-elle des ennuis ? Maxime réagit avec vigueur jusqu’à ce que la renarde se recule et que Hugo apaise son ami. Mais le cerveau de Lucy tournait à mille à l’heure.

Bien sûr, c’était l’évidence même. L’ambiance à Poudlard était tendue, et plus que tendue, nauséabonde. Quiconque y passait plus de trois jours finissait sur les nerfs et il n’y avait que ces crétins du ministère pour prétendre que tout allait bien…les élèves rasaient les murs ou se pavanaient en conquérants dans les couloirs, les conversations animées s’étaient mues en murmures nerveux et en grands éclats de colère, les regards échangés étaient bien plus rancuniers voire haineux que complices. Même dans le petit nid des Poufsouffles, l’ambiance s’était dégradée, les gens se lorgnaient du coin de l’œil, se suivaient du regard, murmuraient, chuchotaient, persiflaient. Et pourtant, la proportion de Basilics ou de pro-Mangemorts avérés était bien faible dans la salle des blaireaux ! Etant en minorité, ils évitaient donc les coups d’éclat, et la conscience de leur infériorité numérique les amenait, chez les blaireaux, à faire profil bas. Mais chez les Serpentards ? Lucy savait bien qu’une bonne part de la meute des aspics était pro-Mangemort…et Lily, Domi ne cachaient pas leur loyauté à l’Ordre du Phénix et à ce côté-là de la bataille. Leur côté grande gueule, leur façon expéditive de régler les problèmes là où Lucy laissait courir en filant le long du mur –attitude qu’elle qualifiait d’ailleurs elle-même de lâche, mais si elle avait pris confiance, elle n’était pas toujours assez sûre d’elle pour élever la voix et assommer de mots voire de coups ses opposants-, avaient dû leur attirer des inimités. Et les Basilics étant en majorité dans la salle des verts, l’inimité devait parfois prendre des allures de persécution…d’où, songea Lucy, une partie de la mauvaise humeur de sa cousine. Et ce « tout se passe bien ? » adressé à Domi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wildhorses.fr-bb.com

avatar

« Only two synonyms ? I'm losing my perspicacity ! »





Messages : 438

Points : 0
Avatar : Ole Sorensen
Crédits : Welti.

Age RPG : Dix-sept ans.
Sang : Pur.
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : # Nice to meet you. Moi c'est Lysander, fils de Luna Lovegood. ♣️ Disponible pour 2 RPs. • Du courrier, j'en ai jamais assez. ♥️ Fou de Lucy Weasley. Et oui, c'est un radis autour de mon coup.

Doubles-Comptes : Kaia K. Asbjörn.



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Mar 21 Fév - 8:42

Finalement, changement de plan. Que celui qui meurt de soif aille se chercher à boire tout seul. Lysander venait de trouver autre chose à faire. Venait d'arriver, dans une superbe robe rouge, sa Lucy préférée. Entre elle qui s'était habillée avec beaucoup de classe et lui qui avat failli se pointer avec une chemise à l'envers, le mélange allait être détonnant. Mais peu lui importait, d'être mal fringué, Lucy, après avoir salué son cousin et Maxime, venait lui faire un gros câlin. Il avait l'impression que le dernier en date remontait à une éternité, étant donné le fait qu'ils n'avaient eu que rarement l'occasion de se voir autrement qu'en coup de vent ces derniers temps. Oui, ça faisait longtemps. À lui aussi, elle lui avait manqué. Mais bon c'est normal, c'est l'amour ça rend un peu idiot accro. Dominique arriva sur ces entrefaites et s'empressa de se pendre au coup de son Maxime chéri. Histoire de bien casser l'ambiance rose guimauve qui s'installait progressivement, Lily décida d'exprimer son dégoût face à tous ces joyeux petits couples qui se roulaient des pelles juste sous son nez. S'ils voulaient des capotes ? Cette fille était un véritable distributeur. Ce n'était pas la première fois qu'elle faisait ce genre de remarque. Il n'était pas rare que, alors qu'elle cherchait la solitude, tout le monde vienne s'agglutiner autour d'elle. Cela semblait inévitable. Et cela l'agaçait inévitablement. Alors elle se vengeait en faisant rougir ses cousines. Lysander trouvait d'ailleurs ça vachement mignon, quand Lucy rougissait.
Quant au problème de la cacahuète, Lysander aurait bien été incapable de la gober, comme le suggérait Hugo. Quand il était tout seul, l'aiglon se plongeait dans ses pensées et s'isolait du reste du monde. Gober la cacahuète signifiait avoir suffisamment d'attention pour répérer le projectile, tourner la tête, et avoir le réflexe extraordinaire de l'attraper en plein vol. L'état dans lequel il se trouvait ne lui aurait pas permis d'éviter un poteau si un abruti de poteau avait décidé d'élire domicile dans la Grande Salle. Penser à attraper un aussi petit truc en plein vol sans qu'on l'ait prévenu une demie-heure à l'avance aurait relevé du miracle divin. Et encore, en trente minute, il aurait eu le temps d'oublier trois fois.

« Pourquoi ? Pas assez de réflexes. J'avais pas prévu que ton cousin allait me bombarder de nourriture. Enfin, si j'avais su qu'il était là, j'aurais sans doute pu anticiper un coup dans ce genre... »

Sous-entendu : ceci est une technique tout à fait hugolienne (venant de Hugo Weasley, pas de Victor Hugo, bien sûr) d'aborder les gens, et je n'aurais même pas dû être étonné. Mais peu importait maintenant. Il y avait des choses plus graves. Comme par exemple, Lily, qui rameute Malcolm - un chic type ce Serdaigle - en lançant une remarque bien piquante destinée à tous les pro-mangemorts qui voulaient bien l'entendre. Bon, ça, c'est fait. Autre chose pour plomber l'ambiance ? Oui, bien sûr, ce n'était même pas la peine de demander. Il suffit de demander à Dominique si tout se passe bien avec le regard qui dit « je sais que tu as des emmerdes alors essaies pas de mentir ». Comme ça l'intéressée doit expliquer ce qu'il se passe ; son copain passe en mode "je-vais-péter-la-gueule-de-ces-enfoirés", le cousin tente de calmer le copain en surchauffe mais ça plombe tellement l'ambiance qu'il ne trouve pas de vanne qui semble appropriée, la cousine commence à cogiter dur sur le sujet. Bref, voilà comment on amène un sujet dans la conversation : en sautant les deux pieds dans le plat pour être certain d'éclabousser tout le monde.
Et à ça, on répond quoi ?

« Tu les emmerdes. »

Mais oui, bravo Lysander. Quitte à l'ouvrir une fois de temps en temps, essaie au moins de rester correct, de dire quelque chose de constructif. C'est peut-être la merde, mais c'est pas une raison pour en oublier les bonnes manières. Namého.

« Si elles ne te parlent plus, c'est qu'elles ne méritaient pas que tu les écoutes. C'est bien beau d'échanger trois mots de temps en temps, mais ça ne sert à rien. Tu peux très bien les ignorer. Elles ne te parlent plus ? C'est pas une grosse perte. Certaines personnes parlent pour ne rien dire ; ces gens là, il faut en faire abstraction. Passer à côté sans les voir. Je sais que c'est facile à dire. Leur taper dessus, ça ne règlera pas grand chose, elles perdront juste quelques neurones et deviendront encore plus stupides qu'avant. Ta confiance, tu choisis inconsciemment à qui tu la donnes. Pas besoin de te prendre la tête pour ça. Tant que tu peux reconnaître tes vrais amis, le reste n'a pas d'importance. Montre leur que tu peux te débrouiller seule, que t'as pas besoin d'elles. »

Lysander se tut. Il était presque endormi depuis le début de la soirée, avait complètement oublié de répondre au "comment ça va ?" de Lucy ; d'un coup, il sortait de sa torpeur, se réveillait, semblait prendre véritablement conscience qu'il existait un monde ailleurs que dans sa tête et dans les yeux de princesse Lucy, sortait des mots pour faire des phrases. Puis il se taisait, sans doute pour repartir dans son monde. Ce type est fou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Only two synonyms ? I'm losing my perspicacity ! »



Whovian

Messages : 998

Points : 0
Avatar : Matt Smith
Crédits : Avatar © Domichi|| Signature © Doinwork

Age RPG : 18 ans
Sang : Mêlé
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : « Mon ami !
« Du courrier ?
♥️ En couple ? Nope, plus maintenant ;__;

Truc en plus : Loup-Garou
Doubles-Comptes : Logan Cooper



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Jeu 23 Fév - 4:23

Je suis mort. Ma vie est finie. Il va me casser le gueule avant de me tordre le coup. Je mérite vraiment de mourir comme ça ? Voilà – avec un peu d'exagération, c'est vrai – ce que se disait Mal' alors qu'il venait de renverser du jus de citrouille sur le t-shirt de probablement son pire ennemi, Mikhaïl Bielova, la petite brute. Après s'être empressé de nettoyer tout ça en flippant à l'idée que le Serpentard prenne sa baguette et la casse en deux – là Mal' il aurait du mal à retenir son poing, il lui demanda malgré tout si il allait bien en remarquant son regard vide et ses pieds nus. Rien que ça montrait que quelque chose clochait mais alors ce qui suivit, c'était le summum de l'inhabituel. « Merci ». Mika Bielova venait de le remercier, lui, Malcolm Gray, type qu'il ne pouvait pas supporter. Si on avait été dans un dessin animé, sa mâchoire se serait décrochée face à un mot aussi absurde sortant de la bouche de quelqu'un comme le vert. Tout d'abord, l'aiglon regarda le serpent comme s'il ne comprenait pas du tout ce qu'il se passait. Mais en fait si : ça allait vraiment, mais alors vraiment mal. Il s'apprêtait à balbutier un « de rien » hésitant quand Moïra se glissa derrière son ami, faisant une grimace l'air de dire « tais-toi ça vaut mieux, il est pas bien ». Ah bah oui je vois ça, merci. Ainsi, il se tut et l'observa l'emmener plus loin, sans qu'il ait pu comprendre ce qu'il se passait. Jusqu'à ce qu'il remarque soudainement que quelqu'un manquait. Quelqu'un aurait du être là... Oh. Ah oui. Où était Jaemin ? Pas présent. Louche. Et Mika qui allait mal. Aucun doute que c'était lié. Mal' ne pouvait pas connaître les détails, mais il avait suffisamment d'informations pour comprendre, et malgré toute sa rancoeur pour ce garçon, il ne pouvait pas être autre chose que désolé pour lui. Il comprenait, après tout.

Sauf que voilà qu'il se retrouvait tout seul, son jus de citrouille à moitié rempli à la main. Beuh. Ca fait très asocial comme ça, non, vous ne trouvez pas ? Bah lui, si. Autour de lui, tout le monde était en groupe. Le professeur de Sortilèges et Enchantements caressait les cheveux de mademoiselle Waldstein et déposait des baisers sur ceux-ci, probablement entrain d'essayer d'oublier pour quelques heures la perte d'Adam Neil, les pro-Mangemorts étaient en différents petits groupes et les pro-Phénixs tous ensembles. Alors oui il aurait pu les rejoindre, mais il n'avait pas envie de s'incruster chez les Weasley-Potter. Okay certains ne l'étaient pas, comme Maxime et Lysander, mais ils étaient en couple avec des filles de la famille. Lui pas. Il était tout seul. Comme Eliott, un compère de Serdaigle que certes il ne connaissait pas, mais qu'il n'avait jamais trouvé bien méchant, au contraire. Il s'apprêtait donc à le rejoindre pour engager la conversation quand Lily fonça droit sur lui – si bien qu'il se surprit à avoir un mouvement surpris de recul – pour lui prendre vivement le poignet en gueulant presque qu'il ne fallait pas qu'il reste seul, blablabla. Heu Lily c'est bien gentil mais je suis un grand garçon hein, je suis plus vieux que toi, je sais me débrouiller, donc pourrais-tu arrêter de provoquer les gens et me lâcher tu serres f... ah bah, voilà qu'il se faisait traîner vers les Phénixs. Bon, bah d'accord. N'empêche qu'il s'était pétrifié en l'entendant l'utiliser, lui pauvre Serdaigle pacifique, comme exemple de la lâcheté des pro-Mangemorts. Autant agiter un bon gros morceau de viande fraîche devant la gueule d'un loup hein, c'est la même chose, merci Lily.

Il salua tout le petit groupe d'un geste de la main, pas très sûr de lui. A part Lily et Max, il n'y avait personne parmi eux qu'il connaissait vraiment. Lysander et Hugo étaient peut-être de sa maison, ils n'avaient jamais vraiment parlé. Hugo était le joyeux luron des Serdaigle et Lys le calme que l'on considérait comme étrange. Mais pas pour Malcolm. Il était assez ouvert d'esprit et ne faisait pas de chichis pour accepter les différences des autres. Et voilà que Potter lançait une discussion délicate. L'aiglon lui, ne se sentait pas, mais alors vraiment pas à sa place. Il ne savait rien de la situation des Serpentards Phénixs et n'avait rien à dire là-dessus, même s'il se doutait que ça ne devait pas être très agréable. Alors il se taisait, ne voulant pas s'incruster plus qu'il ne l'était déjà, et il se contentait de jeter des coups d'oeil discrets autour de lui. C'est la voix de Lysander qui rapporta toute son attention sur le groupe. Eh bah, il ne parlait peut-être pas souvent mais au moins quand il disait quelque chose, c'était bien.

« Et puis frapper et régler les choses par la manière forte ça n'a jamais rien apporté de bon. Donc Lysander a raison. »

Non Lily, ne te sens pas visée (a) C'est pas son intention, Mal' il a juste voulu ajouter une touche avant de confirmer les dires de son compère aiglon. Le jeune homme s'ébouriffa les cheveux avant de mettre ses mains dans ses poches, son regard vert passant d'une personne à l'autre. Il sentait que la tension était palpable dans la salle. Il ne fallait pas se leurrer, la soirée allait mal finir. Tout le monde ici avait des comptes à régler, et ce bal était l'occasion rêvée de trouver ses cibles, leur faire regretter et ensuite mettre ça sur le compte de la bagarre générale.

« Si les choses tournent mal, on fait quoi ? »

Ils sont l'Armée de Dumbledore, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »



.

Messages : 605

Points : 0
Avatar : Ian Somerhalder
Crédits : Blondie & tumblr & Liloo_59

Age RPG : 17 ans
Sang : Pur
Camp : Basilic

Truc en plus : Animagus (Panthère des neiges)
Doubles-Comptes : Dominique Weasley, Hugo H. Weasley, Cephei C. Kyros



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Dim 26 Fév - 5:37

Constance semblait vexée de sa remarque. Oups. Le premier qui fait remarquer que Tom n’a aucun tact se prend un coup de pied dans les parties. Bon, c’était pas du tout méchant le fait qu’il dise que la jupe de Cous était trop courte, hein. C’était juste un fait. Après tout, il était bien sortit avec la fille-aux-jupes-ceintures, j’ai nommé Aleera Bielova. Et puis ce n’est pas la jupe en question qui dérangeait mais bien ce boulet qui matait la cousine River d’un air trop insistant. Il ne devait pas se rendre compte du risque, c’est pourquoi Thomas lui fit comprendre d’un regard glacial qu’il était en train de mettre sa vie en jeu. Et Constance tenta de justifier l’attitude du mec par les hormones et non pas à cause de sa jupe. Mais ouais, ma belle, c’est ses hormones, ce n’est pas ta faute à toi. Thomas lui sourit et lui ébouriffa les cheveux d’un geste paternel des plus insupportables. Mais il aime ça, être insupportable XD
Ce fut au tour de Moïra de le complimenter. Pour toute réponse à ce compliment, le serpent acquiesça en souriant. Il sentit la pression diminuer lorsqu’elle sourit. Elle était belle sa petite jumelle. Belle et grande fille. Ensemble, ils avaient fait de grandes choses et ils en feraient des biens plus grands encore. On ne réussirait jamais à les séparer, quoiqu’il arrive ils se battraient l’un pour l’autre. Moïra le savait. Perdu dans ses pensées, Tom faillit ne pas voir la coupe que lui tendait Constance. Il la prit en interrogeant la Poufsouffle du regard. Il avait peur qu’elle leur en veuille d’avoir été torturer Neil sans elle. Thomas n’avait aucun remords, hein, il n’aimait pas l’idée d’amener leur petite cousine pour tuer et torturer quelqu’un. Et puis c’était leur frère à Moïra et lui. Il n’avait pas de remords, mais il espérait que Cous comprendrait. Elle comprit. Tout sourire, elle porta un toaste à Alex. D’un geste machinal, Thomas jeta un rapide coup d’œil autour de lui pour vérifier que personne n’écoutait. Ce ne serait pas étrange que la famille River porte un toaste à leur aîné, surtout maintenant qu’il venait d’être vengé, mais il y avait trop de soupçons sur eux pour se permettre d’être inattentif. Mais non, personne dans les parages, personne pour entendre leur hommage. Thomas leva son verre en même temps que Moïra.

    « A Alexander… »

Son murmure se perdit dans le bruit de la Grande Salle. Il vit que Moïra s’essuyait les yeux, émue, et il sourit doucement. Sa gorge se serra mais pour une fois, à l’évocation d’Alex, c’était la joie plus que la tristesse qui l’envahissait. Vengé, il était vengé. Ca ne changeait rien si ce n’est que Tom pouvait enfin commencer son vrai travail de deuil. Il pouvait commencer à accepter.
Moïra termina rapidement son champagne. Alors que le Serpentard n’en avait bu que trois gorgées. L’aiglonne s’excusa auprès de Constance et expliqua qu’elle avait quelque chose à dire à Tom. Le serpent posa son verre sur la table à côté et haussa les épaules vers Constance pour lui signifier qu’il ne savait pas de quoi il s’agissait. Petit sourire d’excuse.

    « Déso… On revient. »

Serrant la main de sa sœur qui venait de l’agripper, il s’éloigna à sa suite. Légèrement inquiet de ce qui allait se passer mais aussi heureux de ce contact qui prouvait que Moïra était bien disposée à son égard. Ils traversaient la Grande Salle et entendirent Potter qui s’amusait à provoquer son petit monde. Thomas ne daigna pas lui accorder un regard, en bon élève de sa sœur il avait appris à ne pas réagir à ce genre d’insolence. Moïra s’arrêta une fois qu’ils furent hors de la Grande Salle. Le Préfet en Chef lança un regard étonné autour de lui. Pourquoi étaient-ils sortis ? Que se passait-il encore ? Il n’y avait personne aux alentours et Thomas ouvrit la bouche pour demander des explications à sa sœur. Mais celle-ci, appuyée contre un mur, farfouillait dans son sac sans le regarder. Elle paraissait nerveuse. Au moment où Tom s’inquiétait vraiment de savoir ce qui se passait, elle sortit deux paquets de son sac.
Oh.

Les cadeaux. Elle n’avait pas osé les lui offrir et le faisait maintenant. Thomas tressaillit involontairement, trop surpris. Sa rancœur, sa rage s’étaient estompées depuis ce jour là. Malgré la colère de Neph, il avait pardonné à Moïra comme d’habitude. Et puis, entre temps il y avait eu Neil, ça les avait réconciliés. Mais là, Moïra lui présentait ce qui avait le plus blessé Tom lors de cette dispute : ce refus de recevoir des cadeaux. Ca peut paraitre bizarre, on peut croire que ce qui vexe le plus c’est de ne pas recevoir de cadeaux de ceux qu’on aime. Mais non, ce qui fait le plus mal, c’est de se voir refuser ses propres cadeaux. Parce qu’on s’est donné du mal, on s’est cassé la tête pour faire plaisir à l’autre et il s’en moque.
Moïra lui demanda s’il allait refuser.
Thomas sentit une colère sourde pointer en lui, il tenta de la refouler. Si cette colère prenait le dessus, il ferait exactement ce qu’il reprochait à Moïra. Non, il ne les refuserait pas. Bien sur que non. Inspirant profondément, il attendit que sa colère soit redescendue. Et là, il se sentit bien pour la première fois depuis cette dispute à la con. Vraiment bien. Moïra s’était remise à parler, expliquant qu’elle avait suivit les conseils de Roxanne. Thomas se dit qu’il devrait avoir une petite discussion avec la vipère mais sourit à sa sœur. Il était trop heureux qu’elle les lui offre enfin, ça compensait la peine de ne pas avoir pu lui donner ses propres cadeaux. Il les lui donnerait, tout à l’heure.

    « Bien sur que je les accepte, Moïra. Bien sur… »

Il lui donna un bisou sur la joue et prit les deux paquets qu’elle lui tendait.

    « Les tiens attendent patiemment dans un de mes tiroires, si tu veux bien, je te les offrirai à la fin du bal. Comme ça, toute cette histoire sera définitivement oubliée. »

Enfin, si Nephtys ne le plaque pas… Mais bon, il avait choisit sa sœur maintenant fallait assumer. Regardant les deux cadeaux avec un petit sourire, il déballa le premier. Une rose de cristal. Elle était magnifique. Tom ouvrit la bouche, ébahit devant cette beauté.

    « Elle est…splendide. Ca me touche beaucoup, c’est… c’est trop beau. Merci. Merci beaucoup.»

Sa gorge se serra à nouveau, il avait l’impression qu’il allait se mettre à pleurer. Et il ne savait même pas pourquoi. C’est que c’était tellement beau, tellement émouvant. Et puis Moïra qui était là, à le regard trop stressée de voir s’il allait apprécier ou pas. Inspirant profondément pour ne pas céder à l’émotion. Il ouvrit le deuxième paquet en tremblant légèrement. Un collier. Une chaine simple et deux petites plumes. Une verte et une bleue. Serpentard et Serdaigle. Il sera les lèvres, sentant l’émotion poindre à nouveau. Et se fut son tour de s’essuyer les yeux d’en geste vague pour ne pas laisser de larmes couler. Dans sa main le collier était chaud, il émettait une forte magie et un sentiment de bien être emplissait Thomas rien qu’à le tenir ainsi dans la main. Il en avait déjà vu de tel, il avait déjà ressentit ça. Lorsqu’il avait acheté son propre cadeau à Moïra : une clé trempée dans du Felix Félicis. Ca devait être le même principe, ça devait être…

    « Une main de la gloire ..? »

Il avait murmuré. Bien que personne ne se trouve dans les parages, ce n’est pas le genre de mot qu’on hurle dans tout le château. Il serra très fort le collier dans la paume de sa main et sauta au cou de Moïra. Le serpent la serra très très fort dans ses bras.

    « Merci beaucoup Moïra, ce sont les plus beaux cadeaux qu’on m’ait jamais fait. Vraiment. »

Et pas seulement la rose de cristal et la main de la gloire, aussi son pardon. Il lui donna un bisou, deux bisous et trois bisous. Et puis lui pris la main. T’es ma sœur préférée, tu sais ça ?!
Tom passa le collier autour de son cou et regarda la rose sans trop savoir qu’en faire. Il ne pouvait pas la garder en main pendant toute la soirée. Il sortit sa baguette et jeta un sortilège de locomotion sur la rose. Elle se trouvait maintenant en sécurité dans le tiroir enchanté à côté de son lit. Ce soir, il s’endormirait en la regardant refléter les rayons de la lune sur les murs de la chambre. Il donna un dernier bisou à sa sœur, la remercia encore une fois.

    « Il faudrait rejoindre Cous, maintenant, elle doit se demander pourquoi on l’a abandonnée… »

Tom fit quelques pas vers la Grande Salle. Sans même qu’il s’en rende compte, ses doigts caressaient les deux petite plumes accrochées à son cou.

✄-------------------------------------------------------------------


« When you strike a playboy pose,If you wanna go far, if you wanna be a star, Then you gotta bring it,Cha-ching »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« You have ten fingers ? Oh, me too ! Let's be friends ! »



...

Messages : 420

Points : 3
Avatar : William Moseley
Crédits : Stainless Night

Age RPG : 16 ans
Sang : Mêlé
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : ~ Fiche de présentation
~ Un lien?



Doubles-Comptes : Ted Lupin ~ Eliott H. Hudson ~ Scorpius H. Malefoy



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Dim 26 Fév - 6:49

Agir avant de réfléchir. Telle devrait être la devise de Maxime qui venait juste de prouver une nouvelle fois son impulsivité. À peine après avoir affirmé qu'il allait agresser les personnes qui embêtaient Domi, il se rendit compte de sa bêtise. Et aussitôt il eut sa récompense. Action, réaction. Sa copine s'éloigna de lui, lui lâchant la main. Et c'était la que la ressemblance entre une renarde et la Serpentarde sautait aux yeux. L'oeil farouche, replié sur elle-même, l'envie probable de se replier dans son terrier. Mais quel idiot!

Évidemment, elle lui certifia que tout allait bien et Max n'avait qu'une envie : se blottir dans les bras de Domi et s'excuser. Promis il ne lui proposerait plus jamais de la défendre. ne jamais faire des promesses qu'on ne peut pas tenir. Il fallait bien avouer que ce n'était pas un copain chiant, possessif au possible, jaloux, qui ne laisse pas sa copine respirer. Non, le Poufsouffle était plus posé, tolérant les autres regards des garçons sur la vipère et la laissant vivre. De toute façon, c'était ce dont avait besoin Domi, de l'indépendance. Et lui aussi.

Mais revenons aux explications de la verte et argent. Ainsi ses affaires disparaissaient une par une et revenais. Et apparemment, la même chose arrivait à Lily, sinon comment aurait-elle eut le flair de poser cette question? Une chose était sûre, tout ça révoltait Maxime sui n'avait aucunement le droit à ce traitement de faveur chez les Poufsouffles. Finzlement, il adorait sa maison, et ce depuis sa répartition mais encore une fois, sa certitude n'était que renforcée. Domibterminz ses explications en déclarant qu'elle pouvait se débrouiller seule. Le jaune et noir se résigna, bien que cette résignation fut plutôt difficile.

"Très bien... Je suis désolée d'avoir voulu m'imposer dans tes histoires, pardonne-moi <3."

Voilà il s'était excusé, mais pour ce qui était de la prendre dans ses bras, c'était à elle de voir. Hugo d'ailleurs lui chuchota qu'ils allaient les punir. Voilà qui lui remontait un peu le moral. Un peu. Mai faute de mieux, Max fit un sourire triste à son meilleur ami avant de lui répondre.

"J'espère bien..."

Et ce fut au tour de Lysznder de dire que régler les problèmes par la forces était tout sauf une bonne idée et à Malcolmnde surenchérir. Sérieusement? Pour la première fois de à vie, Max ressentit de la colère envers ses amis. C'était facile de dire ça. Le Pousouffle prenait la même chose mais lorsqu'il s'agissait de sa copine, la done était tout de suite différente. Mais il préféra ne rien dire, laisser couler, Domi allait encore mal prendre le fait qu'il veuille la défendre. Au moins Mzlcolm eut la gentillesse de changer de sujet. Si ça dégénérait, qu'est ce qu'ils faisaient?

"Bah j'imagine su,on va faire comme d'habitude. Essayer de sauver notre peau et celles de nos amis..."

Oui décidément il n'y avait pas d'autres alternatives selon lui. Déjà ça, ça serait pas mal... Et aucun mort relèverait de l'exploit ni plus ni moins...

[Desolé s'il y a des fautes, des phrases qui ne veulent pas dire grand chose ^^'. J'ai écrit ça en vitesse, sur l'IPad de mon oncle, avec une connection internet approximative ^^'. Et désolée pour la longueur déplorable :/. Je reverrai mon texte en rentrant chez moi.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Morsmordre :: « DEPARTEMENT DES MYSTERES. » :: Pensine. :: Corbeille RP.-