Partagez | 
 

 Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

« Democraty is always an abuse of statistics. »





Messages : 317

Points : 0
Avatar : Inconnu.
Crédits : Lethal Angel

Age RPG : Inconnu.
Sang : Inconnu.
Camp : Neutre

Vie du personnage : Compte PNJ.

Doubles-Comptes : Compte PNJ.



MessageSujet: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Sam 4 Fév - 3:41


MISSION 6
Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?


Halloween aurait-il sonné le glas des mangemorts ? C’est ce qu’il semblait au départ, vu la désorganisation du groupe. James Harvey est arrêté à la suite du bal d’Halloween, les manoirs des Bielova, River, Prewett et Malefoy sont fouillés, la confusion règne et l’Ordre du Phénix en profite. Mais les mages noirs se ressaisissent, Selena de La Vega et Reid Turner réussissant à mettre au point un sortilège cachant la Marque des Ténèbres. Svetlana Bielova peut donc mettre fin aux rumeurs la disant mangemort, en montrant ses poignets nus et vierges à la presse pour prouver le contraire. A Poudlard, les professeurs de l’Ordre du Phénix prennent de plus en plus de puissance, écrasant leurs confrères mangemorts. Deux d’entre eux, Grace Waldstein et Logan Cooper, ne cachent même plus leur appartenance à ce groupe de résistants. Le nouvel an approchant à grands pas, l’institution décide de lancer un bal du Nouvel An pour rassembler les jeunes. Certains professeurs sont en effet des aveugles qui n’ont pas compris que tous les élèves ont choisi leur camp, même ceux qui ferment les yeux dans la neutralité. Ils ne se doutent pas que l’Armée de Dumbledore et les Basilics ont des choses à régler, et quoi de mieux qu’un champ de bataille pour s’envoyer des crosses ?


Pour ce tour, tout le monde peut poster, et même plusieurs fois vu l'activité actuelle du forum. Niveau spatio-temporel, nous sommes à la grande salle - si si sans blague XD - fin Décembre.

Vous avez une semaine pour vous manifester avant le passage à la seconde phase, sinon tant pis pour vous, vous devrez attendre la seconde phase pour poster.

Ceux qui ne se sont pas inscrits peuvent toujours le faire ici.


✄-------------------------------------------------------------------



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsmordre.forums-actifs.com/

avatar

« You have ten fingers ? Oh, me too ! Let's be friends ! »





Messages : 166

Points : 0
Avatar : Freya Mavor
Crédits : Ginger's Spleen

Age RPG : 16 ans
Sang : pur
Camp : Basilic

Vie du personnage : L'existence, les manigances, les confidences et la correspondance de Constance ♥️

Truc en plus : Préfète, River au pouvoir ♥ !
Doubles-Comptes : Lucy Robinson ; Siri D. Watson & Hermès N. Grimm



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Sam 4 Fév - 5:13




Mine de rien, supporter H24 une bande d'écoliers gnangnan persuadés que les garçons naissent dans les choux et les filles dans les roses relevé parfois de l'exploit humain. Et Constance était une recordwoman dans cet optique. En plus de ça, elle se devait de faire régner l'ordre au sein des rangs des Poufsouffles... Malheureusement pour eux. Et elle n'allait certainement pas se laisser marcher sur les stilletos ! Elle avait déjà réprimés deux premières toutes émoustillées à l'idée de participer à leur premier bal qui n'arrêtaient pas de piailler dans leur coin en sautillant sur place, le tout faisant un capharnaüm insupportable pour les nerds de la blondinette internationale des jaunes. Mais après qu'elle ait poussée sa gueulante, le calme était à peu près revenus dans la grande salle; chacun préférant chuchoter plutôt que de recevoir une furie blonde sur le dos ! Installée confortablement dans un canapé jaune de sa salle commune, Constance était en train de finir un devoir de potion à rendre pour la rentrée. Oui, Constance travail, d'un côté, ses parents lui mettent on ne peux plus la pression pour qu'elle ait des résultats aussi bon que Moïra... C'est pour dire qu'elle est pas dans la bouse de dragon jusqu'au cou ! Elle allait attaquer la conclusion quand un Poufsouffle suicidaire s'approcha. Toujours cet abruti de Verpey Martin aromatisé à l'eau de Cologne acheté trois mornille sur le marché. Et sa tête de crâneur auto suffisant. Vite apportez lui un seau, elle a envie de vomir.

« Je serais pas loin du gui, en attendant que tu me rejoigne, après on pourra toujours aller dans un coin moins peuplés... »

Relevant la tête de sa lecture, l'air mi-furieuse, mi-outrée, la miss arrêta instantanément le garçon qui s'apprêtait à lui faire des propositions plus qu’indécente. C'est fou de voir combien les gens prennent Constance pour une véritable traînée sous prétexte que ses jupes sont aussi courtes que ses tallons sont hauts. Alors qu'en vérité, il y avait eus moins de garçon dans son lit que dans celui de Moïra (c'te débauchée :face:), c'est pour dire. Et ça les gens ne pouvaient même pas le concevoir !!

« Verpey, tu doit baiser comme une belette sous acide et je n'ai pas vraiment envie d'avoir ta langue en fond de la gorge » Constance grimaça d'horreur rien qu'en imaginant la scène. « Et si tu continu à parler à mes seins plutôt qu'à ma tête, je te traîne en justice pour harcèlement sexuel. »

Elle lui lança un regard appuyait, en attendant qu'il foute le camp. Nan mais sérieux. Même Dan paraîtrait moins lourd parfois ! Se détournant sans attendre du garçon, elle termina calmement sa dissertation sur les potions, puis rejoignit sa chambre - en rampant, qu'elle barbe d'être chez les blaireaux - pour revêtir sa tenue de lumière. Eh oui, ça faisait pas moins d'une semaine que Constance préparait sa tenue, pour tout changer le lendemain, peaufinée les détails. Pour re-changer à nouveau quelques minutes après. Le tout en sachant pertinemment que de toute façon ça ne lui conviendrait pas. Ouvrant en grand son armoire, elle resta un instant devant. C'est pas les vêtements qui lui manquait. Après maintes hésitations, elle enfila une jupe argentée et un corset noir, avec des bas noirs avec des motifs de fleur. Après être passé à la case maquillage, elle accrocha autour de son cou le collier offert à noël par Moïra... IL EST TROP BEAU *w*.

Quelques claquement de talons haut cognant sur le marbre plus tard, Constance arrivait dans la Grande Salle, parmi les premiers. Ce qui lui permis de jeter un coup d’œil à la déco... Remboursé ! Ils ont réutilisez la décoration du bal de fin d'année, avec en plus quelques branches de guis magiques qui se battent en duelles, puisque, étant magiques, elle bougent... Nan mais trop gé-ni-a-le. Oh et cet abruti de Verpey. Constance lui adressa d'abord un sourire charmeur, puis un magnifique doigt d'honneur, accompagné cet fois d'un regard méprisant. Puis elle tourna avec classe sur ses tallons pour allez dans une autre direction, et aussi à la recherche de quelqu'un pour lui tenir compagnie. Elle vit cet autre idiot de Grimm arriver avec toujours son sourire qui s'aime plus que lui et sa mère réunis... Insupportable. Moïra ? Tom ? Mina ? Autre petit pro-mangemort ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »





Messages : 146

Points : 1
Avatar : Billie Piper *w*
Crédits : Mika <3

Age RPG : 17 ans.
Sang : Puuuuuur \O/
Camp : Basilic

Doubles-Comptes : Lily L. Potter ; Moïra V. River ; Svetlana K. Bielova ; Grace C. Waldstein ; Aramis Y. Caldwell.



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Sam 4 Fév - 6:35

La robe phare du dernier défilé de la Fashion Week.
Les chaussures assorties.
Une épingle à cheveux en argent.
Du vernis à ongles argenté en crins de licornes.
Du maquillage écologique.
Un sac à main Vuitton.
Un ensemble de bijoux elfiques en argent pur, cristal et saphir.

Eh bien c’est bon, elle est parée pour le Nouvel An la Roxanne.

Elle n’avait, bien sûr, aucune envie d’y aller. Mais bon, tous ses amis lui étaient tombés dessus comme des sacs pour la forcer à bouger, et dans le cas d’Aleera, l’empêcher de broyer du noir. Roxanne aurait largement préféré rester sur son lit, à gâtifier devant la photo de Scorpius Malefoy tout petit envoyée par sa tutrice, Selena de la … Non, pardon, Selena TURNER 8D. En se rappelant le mariage, elle eut un sourire attendri, qui se transforma en grimace car une mèche de cheveux lui échappa pour tomber dans son œil maquillé. Aïe. Grognant, elle recommença sa coiffure sans grande conviction, se demandant pourquoi elle se forçait. Elle allait rester dans son coin, ou avec ses amis les Basilics, ne parlerait pas des masses et s’ennuierait comme un rat mort. Elle aurait largement préféré aller chez Scorpius en fait, mais elle n’avait pas pu. Comme elle l’avait prévu, cela n’enchantait pas Drago Malefoy de voir son fils s’amouracher d’une Weasley, tout Serpentard et Basilic fut-elle. Il y allait doucement, pour ne pas s’attirer la colère des Turner, mais également des Bielova quand Roxanne irait se plaindre à sa ‘grande sœur adoptive’, Svetlana Bielova, ministre de la magie, que monsieur Malefoy ne voulait pas qu’elle sorte avec son fils Scorpius. Avec un soupir, elle lâcha ses cheveux, qui tinrent en une magnifique cascade blonde que bien des mannequins lui enviaient, en plus de sa peau de porcelaine et ses yeux d’un saphir envoûtant. Et ses tremplins tellement hauts placés que plus haut que ça il faut un masque à oxygène et des rayons X pour suivre toute la subtilité de la chose. Elle se fixa dans le miroir, tenta un sourire, et laissa tomber. L’étincelle qui animait ses yeux avait disparu. Ses attitudes de fille sans limite et sans complexes avaient disparu, et ceux qui pensaient qu’elle n’avait pas changé en avaient fait les frais, d’un coup de genou en plein centre. Bref, elle se traînait comme une loque, comme l’ombre d’elle-même.

Ah, l’amour …

Ca aurait pu bien se passer, vu que d’après tout ce que ses amis lui en disent, Scorpius aussi se la jouait célibataire endurci qui flique et espionne tout le monde pour être bien sûr que Roxanne ne couche pas de droite et de gauche. Que Scorpius aussi est amoureux d’elle, quoi. Mais voilà, bien qu’elle pique des colères froides et menaçantes quand on le lui rappelle, elle est une Weasley. Adoptée par Selena et Reid Turner, certes. Adoptée par les Bielova, une famille influente, riche et extrêmement haute placée, certes. Pistonnée par les River, certes. Mais une Weasley quand même. Une Weasley, obligée de passer par d’infinis chemins pour se faire une place dans le monde magique, non pas par talent mais par fourbe et rouerie. D’accord, elle était bien partie pour devenir la nouvelle égérie de la mode, dès qu’elle quitterait l’école, elle aurait un salaire à en calmer Bill Gates. Mais en attendant, elle logeait chez Selena, et vivait de la gentillesse des Turner et des Bielova. Elle n’avait pas d’argent, ils lui en donnaient. Ca la mettait extrêmement mal à l’aise, mais ils s’en fichaient. Elle aurait pu devenir la nouvelle ministre de la magie, elle resterait une Weasley, et monsieur Malefoy n’accepterait jamais qu’elle fréquente son fils. Elle n’avait pas le même souci avec la mère, qui aimait beaucoup Roxanne, et qui appréciait secrètement le fait que son fils se soit amouraché d’une blonde aux yeux bleus de chez Serpentard en passe de devenir une personnalité incontournable du monde magique. Encore une fois, Roxanne se maudit d’être une Weasley. Une larme coula de son œil sans arracher le maquillage, d’excellente qualité. Bon allez, il fallait qu’elle bouge sinon Aleera allait monter en piaillant.

Essuyant sa larme d’un revers distrait, elle attrapa son sac contenant sa baguette et descendit dans la salle commune, sans tenir compte des sifflets appréciateurs, autant féminins que masculins. Elle alla s’asseoir dans un canapé, et sortit une cigarette de son sac pour l’allumer et fumer. Elle n’aimait pas spécialement ça mais ça la détendait un peu de fumer. Pas beaucoup, mais un peu. Elle lâcha un soupir discret, et attendit patiemment qu’Aleera descende. Elle se connaissait. Si elle partait seule pour la grande salle, elle s’arrêterait en chemin, se calerait dans un coin des cachots et remonterait à la salle commune. Ou pas. Si elle partait avec Aleera, au moins elle était sûre de faire quelque chose ce soir, et d’être présente pour le cas où les mangemorts auraient besoin de leurs petits Basilics dans la place. Déjà, le fait qu’un membre de l’Ordre ait été retrouvé mort faisait frémir les Phénix, et les mangemorts pourraient en profiter pour taper un grand coup. Adam Neil, qu’il s’appelait, et vu les questions que lui avaient posé Moïra l’année passée, elle comprenait sans mal que les River étaient les forfaitaires de cet acte. Bon, et de toute manière, rien à faire. Quand Aleera descendit enfin, aussi somptueusement parée qu’elle, Roxanne se leva pour la rejoindre, en profitant pour intégrer le petit groupe de suiveuses qui se formait derrière sa jumelle. Elle se serait bien fondue dans la masse, mais Aleera lui attrapa la main pour montrer qu’elle était plus importante que ça. Sans un mot, Roxanne se laissa traîner par la main, ne répondant pas aux filles qui tentaient maladroitement d’attirer leur attention, et une fois sur place, elle ne prit même pas la peine de détailler la décoration. Elle attrapa un verre, fouilla la foule sans conviction, et finalement se dirigea vers Constance, n’ayant pas très envie de rejoindre Aleera qui devait discuter de trucs très osés avec un garçon.

« Coucou Constance. »

Constance était bien sapée, aussi. Bon évidemment, c’est impossible de rivaliser avec la robe phare de la Fashion Week mais quand même, elle mettait super bien ses formes en valeur, cette petite. Et elle portait un très joli collier, cadeau de Moïra, elle reconnaissait sa griffe pour les choses d’une valeur rare mais sûre. Elle jeta un rapide coup d’œil à Hermès qui préféra battre en retraite en la voyant. On se demande pourquoi. Mais, bon, elle se fichait de sa présence ici alors bon. Ouais, elle s’en foutait qu’Hermès soit là, Aleera serait plus contente qu’elle, ça c’est sûr. De son regard saphir glacial, elle fixa un mec qui s’approchait un peu trop de Constance. Elle ne savait pas du tout qui était ce mec, mais comme disent Moïra et Thomas, un River, tu l’admires de loin et tu pries les dieux pour qu’il t’accorde un regard. Alors ce bellâtre qui se la jouait prétentieux n’allait pas plaire à Roxanne, qui aimait beaucoup Constance. Prudent, le Poufsouffle préféra battre en retraite, et Roxanne retomba dans sa morne apathie, se forçant à faire la conversation à Constance au lieu de quitter la pièce pour s’isoler en haut d’une tour.

« Euh, ça va comme tu veux ma puce ? »

✄-------------------------------------------------------------------



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsmordre.forums-actifs.com/

avatar

« Tough times don't last, and tough people do. »





Messages : 1378

Points : 0
Avatar : David Tennant
Crédits : Kachilight

Age RPG : 39 ans
Sang : Mêlé
Camp : Ordre du Phénix

Vie du personnage : « Hakuna Matata !
« Une ptite lettre ?
♥️ En couple ? Oui avec Grace, et attention on ne mate pas èOé

Truc en plus : Animagus Buse
Doubles-Comptes : Malcolm Gray



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Sam 4 Fév - 10:21

Un coucher de soleil. En avez-vous déjà observé un, l'avez-vous admirez jusqu'au bout, ou le temps que vous aviez ? C'est si beau, non ? Il marque la fin de la lumière sur le monde et le début de l'obscurité. Mais une obscurité pas spécialement négative. Il y a tellement de belles ou intéressantes choses à voir et à faire une fois la nuit tombée. Le soleil qui se couche... à certains il inspirerait de l'indifférence, à d'autres une beauté sans pareille de part les couleurs du ciel et le paysage alentours, ou encore, il pourrait apporter la paix et la sérénité pour quelques instants. Peut-être pouvait-il également faire ressentir le besoin de réfléchir, de mettre ses idées, bonnes ou mauvaises, au clair. Logan, lui, ça le détendait complètement. L'astre descendant paisiblement à l'horizon, prenant son temps, ajouté au paysage de Poudlard calmait son esprit. Il ferma les yeux un instant et soupira comme pour évacuer un stress. Ce n'était pas du tout le cas, du moins il n'en avait pas l'impression, mais ça finissait de le détendre, c'était tout se qui comptait. La tension qu'il ressentait régner dans le château lui oppressait les poumons, il sentait qu'elle finirait par éclater et que les choses tourneraient mal. Il ne savait pas quand, comment et où, mais c'était inévitable. Il avait suffisamment observer les élèves pour en venir à cette conclusion : ils mourraient d'envie d'en finir. Tout ce que les membres de l'Ordre se trouvant dans Poudlard pouvaient faire, c'était essayer de voir les signes qui annonceraient qu'il est temps de prendre les armes. Et ils devraient faire en sorte de calmer les choses. Ça s'annonçait difficile, mais être nerveux à cause de cela trop tôt ne servirait à rien. Il aurait les sentiments adéquats le moment venu, aussi néfaste soit-il.

Le professeur finit par se détourner, le regard calme, pour aller se fixer deux secondes dans le miroir, juste avant d'enfiler une chemise blanche, après à coup d'oeil à sa vieille blessure : il ne fallait pas qu'il oublie de prendre son médicament s'il ne voulait pas qu'elle lui fasse défaut pour le reste de la soirée. Par dessus le vêtement, il mit son costard, mais sans cravate ou noeud papillon, histoire que ça ne fasse pas trop sérieux non plus. C'était un bal avec des jeunes après tout, pas un mariage ! Il testa son sourire en se regardant dans la glace – mesdames, noyez-vous dans votre bave - mais il se brisa soudainement, d'un coup, comme le soleil avait disparu derrière les montagnes à l'horizon. Ses yeux bruns venaient de se poser sur une lettre, sur la table derrière lui. Lentement, comme hésitant, Logan se retourna et s'approcha avant de s'en emparer et de survoler les lignes qu'il avait lues une dizaine de fois depuis qu'un hibou la lui avait apportée, tentant d'empêcher sa main de trembler. Sa mâchoire se crispa et il ferma les yeux, contenant tant bien que mal son envie de hurler toute la rage qu'elle lui inspirait. Au lieu de quoi il réduisit la lettre en une boule de papier difforme qu'il jeta rageusement par terre, près de la porte d'entrée. Le professeur la fixa un court instant et passa ses mains sur son visage. Ne pas pleurer. Surtout, ne pas pleurer. D'un coup, il était passé du calme à la colère. Une colère haineuse et désespérée. Son poing s'abattit un peu trop brutalement sur la table, provoquant un craquement sinistre qui lui fit pousser un juron. Petit doigt – 1 Logan – 0. Ça, c'est cassé. Tout comme sa résistance émotionnelle, qui se brisa sur le coup en un million de petits morceaux coupants. Et lui, il marcha dessus, pieds nus. L'Animagus se frotta les yeux, comme si cela allait empêcher les larmes de couler, mais il n'y avait rien à faire. Il s'appuya d'une main sur la table, ignorant la douleur dans son doigt, et pendant quelques minutes qui lui parurent être une éternité, il sanglota en silence.

Adam était mort. Il était son meilleur ami, son bro', son collègue et l'homme qu'il avait soutenu. L'Ordre avait crû avoir gagné pour un moment, et pourtant, l'un des leurs était... mort. Si jeune. Parti, pour toujours. Mais non. Non, il n'était pas mort. C'était pire que ça. Tellement pire. Tellement horrible. Le jeune homme avait été torturé, atrocement, avant d'être mis à mort. Ses souffrances avaient du être pires que toutes les siennes réunies. Et c'étaient des monstres qui lui avaient fait ça. Qui lui avaient fait autant de mal, pour finir par le tuer comme un chien. Alors oui, Logan était triste. Oui, Logan était en colère. Adam lui avait fait confiance, et il n'avait rien pu faire pour l'aider. Il n'avait même pas été là pour l'aider. Il était mort seul. Et ça lui brisait le coeur de le savoir. Il ne méritait pas ça. Il aurait du être là et le sauver. C'était son boulot, non ? Logan l'avait pris sous aile et voilà que son corps était aujourd'hui aussi froid que la neige du parc de Poudlard. Voilà qui avait don de lui donner des envies de meurtre. Ceux qui étaient responsables... les Mangemorts... ils venaient d'augmenter un peu plus la haine qu'il ressentait à leur égard, alors qu'elle était déjà bien assez grande. Mais ce n'était pas le moment de penser à tout ça. Il devait partir pour le bal, être un peu en avance, après tout il devait gérer ces jeunes. Faire son travail et essayer, pour ce soir, d'oublier. Un soupir tremblotant s'échappa de sa bouche avant qu'il n'avale son médicament rapidement et enroule son auriculaire d'un bandage vite fait. Une potion et il serait réparé dans quelques jours seulement, il n'y avait aucunement de quoi s'inquiéter.

C'est à la hâte qu'il sortit de sa chambre après avoir mis ses lunettes (il savait à quel point Grace aimait qu'il les mette) mais sans prendre le temps de ramasser la lettre réduite à une boulette, et de fermer la porte à clé – de toute façon qui est intéressé par les livres sur l'ornithologie et les sorts et enchantements ? - et puis bon Grace risquait de venir le chercher, avec la porte ouverte elle pourrait voir qu'il était déjà partit rien qu'en jetant un oeil à l'intérieur. C'est en se frottant les yeux, espérant effacer les traces de ses pleurs, qu'il se dirigea en marchant vers la Grande Salle. De là où il était, il pouvait déjà entendre la musique, pourtant pas si forte que ça. Ses capacités d'Animagus avaient un peu amélioré ses sens en tant qu'humain. Enfin, c'était juste qu'une chanson au loin lui paraissait un peu plus forte que pour quelqu'un d'autre. Rien de bien mirobolant, ou permettant d'écouter les conversations en douce. Lorsqu'il entra dans la pièce, avant d'aller se placer près d'une table aux boissons alcoolisées, prêt à attendre l'arrivée des gens (mais il devait bien se l'avouer, surtout de Grace en ces derniers jours difficiles), il nota que seulement quelques personnes étaient présentes, le reste des « invités » finiraient bien par arriver ensuite et là seulement, la soirée commencerait vraiment. Pour le meilleur ou pour le pire.

✄-------------------------------------------------------------------





Dernière édition par Logan Cooper le Dim 5 Fév - 4:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »





Messages : 1981

Points : 22
Avatar : Willa Holland.
Crédits : Maée & Tumblr.

Age RPG : 17 ans.
Sang : Mêlé.
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : Liens ◈ Ici.
Rôleplay ◈ Ici.
Hivoux ◈ Ici.

Truc en plus : Lycanthrope.
Doubles-Comptes : Moïra ◈ Serdaigle.
Roxanne ◈ Serpentard.
Grace ◈ Professeur phénix.
Svetlana ◈ Mangemort.



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Dim 5 Fév - 3:21

Ils sont beaucoup à faire la gueule à Serpentard. La majorité parce qu’ils trouvent qu’il y a trop de Phénix à Poudlard, d’autres parce que leur cavalier ou cavalière leur a foutu un sacré vent, et d’autres encore parce qu’on les tire à la fête alors qu’ils auraient préféré rester dans la salle commune. Lily, elle aussi, faisait la gueule. Elle n’avait pas la certitude qu’Alexia serait présente, supportait de moins en moins le ramassis de glaireux de sa salle commune, rêvait de quitter Poudlard avant de tuer quelqu’un, et en parlant de tuer, une bande de psychopathes avait tué Adam Neil. Non pardon, une bande de psychopathes a sauvagement torturé Adam Neil, nuance. Lily, elle l’aimait bien, Adam. C’était un garçon très gentil, resté un enfant, qui lui filait de bons tuyaux et qui la charriait sur sa vie sentimentale. Bien qu’il se murmure dans les couloirs de l’Ordre du Phénix que les River avaient accompli leur sombre vendetta, il était impossible de les accuser, et ce pour plusieurs raisons. La première, c’est qu’Adam avait été envoyé en mission de surveillance d’une planque mangemort, la seconde c’est que les mangemorts avaient réussi à faire comprendre à tout le monde qu’Adam était un membre de l’Ordre du Phénix. Donc, la première personne qui accuserait les River, coupables parfaits, se déclarerait également membre de l’Ordre du Phénix, et se prendrait l’avocat des River dans la pomme pour diffamation. Lily grinça des dents. Ils avaient tout prévu ces connards, impossible de les traquer sans se faire choper. Quoique, la perfide Potter, seule Serpentard de sa famille, a plus d’un tour dans son sac …

Elle esquissa un sourire carnassier, que lui renvoya son miroir de poche. Elle referma le petit vif d’or, le rangea dans son sac, et se redressa. Franchement, pour la fête, enfin la pseudo-fête qui allait encore finir en massacre général, elle ne s’était pas trop pris la tête. Elle avait hésité entre la jupette offerte par Meghan et un bon vieux baggy, et finalement elle s’était rabattue sur le baggy. Qui a des poches et qui tient plus chaud qu’une jupe et des collants, aussi rembourrés soient-ils. Elle avait enfilé ses Doc Martens, les noires et rouges, coquées en fer et en métal. Plus un tee-shirt qu’elle s’était achetée avant Noël, un pull dans le genre polaire du même genre, des bracelets clinquants pointus, ses cheveux roux coiffés et lâchés lui donnant une attitude revêche … Alors là, celui qui ne comprend pas qu’elle est ici pour massacrer le premier qui dira un mot de travers, faut le faire interner aussi sec. Attrapant son sac, elle s’enfila d’un geste vif, souriant à nouveau en imaginant la tête du premier qui s’en prendrait à elle quand il se rendrait compte qu’une batte en chêne massif dormait dedans. Elle avait, sans rire, une envie violente de fracasser quelqu’un contre un mur, un Basilic de préférence. Passant sa langue sur ses dents, elle se redressa et descendit de son dortoir pour la salle commune où les gens faisaient la gueule. Dans un coin, des premières années pépiaient joyeusement, certains ne cachant pas leur mépris vis-à-vis de l’Ordre du Phénix. Ils sont stupides, ceux qui n’ont pas compris que Lily note soigneusement les noms des gens pour les ramener à son papa, chef du bureau des Aurors et meneur officieux de l’Ordre du Phénix. Les premières années n’avaient pas du comprendre ça, vu que certains continuèrent à piailler leur mépris alors même que Lily passait non loin d’eux, retenant consciencieusement leur tête. Ca aurait pu s’arrêter là, mais elle entendit un des jeunes prononcer le nom d’Adam Neil. Aussitôt elle bifurqua pour se planter devant eux, entendant la fin de la conversation, selon quoi Adam Neil c’est un crétin parce qu’il a défié les forces mangemorts. Un grognement dangereux au bout de la gorge, Lily se planta devant eux, posant violemment ses deux poings sur la table, faisant sursauter les jeunes.

« Répète ça, microbe ?! »

Le petit Serpentard ne devait pas la connaître. Parce qu’au lieu de s’écraser, il se redressa bravement, lui faisant face. Enfin, presque, Lily fait quand même 1m70 quoi. Bref, le môme de première année se redressa, bombant le torse, pensant sans doute qu’elle s’écraserait en apprenant qui était son père.

« J’ai dit que cet imbécile de Phénix était un crétin parce qu’il avait défié les … »

Eh bah, raté. Lâchant un grognement sourd, Lily l’attrapa au col, le soulevant d’une main, et le colla à un mur, dans l’indifférence générale. Bienvenue à Serpentard. Lily lui envoya un regard incendiaire, resserrant sa prise malgré les glapissements du jeune garçon.

« Tu devrais fermer le moulin à merde qui te sert de grande gueule avant que je ne le fasse moi-même avec une agrafeuse. Compris, morpion ? »
« Mon père est un Mulciber, il est très haut placé, je te ferai regretter ça ! »


Lily lâcha un sifflement méprisant, et lâcha le gosse qui s’écrasa lourdement au sol, toujours dans l’indifférence générale. Elle croisa les bras, le fixant avec un mépris non caché, attendant que le gosse se relève pour lui coller la trouille de sa vie.

« N’oublie pas de dire à ton papounet que c’est une fille qui t’a foutu une raclée. Et s’il te demande quand même son nom, répond lui que c’était Lily Potter, fille d’Harry Potter, chef du bureau des Aurors. Tu sais, le type qui traque les crevards comme ton cher papa … »

Le jeune premier pâlit, et Lily lui envoya un grand regard carnassier. Puis elle tourna les talons. Prudents, aucun Serpentard n’avait levé les yeux pour suivre l’altercation, sachant sans doute que Lily se ferait un plaisir de lui tomber dessus. Dommage, pas de bagarre pour cette fois. Elle quitta la salle commune, s’allumant une cigarette, et remonta tranquillement les cachots en fumant, esquivant les groupes organisés qui montaient ou descendaient plus vite qu’elle. Pour le moment, elle voulait être seule. C’est tout. Elle termina sa clope en arrivant à hauteur de la grande salle, jeta le mégot dans une poubelle après l’avoir consciencieusement éteint, et rentra dans la pièce, n’accordant qu’un vague intérêt à la décoration. De suite, elle trottina vers le bar, attrapant la première bouteille qui lui passait sous la main, la décapsula rapidement et but une grande rasade. Bon, il n’y a personne de bien intéressant. Cette pouffe de Constance avec cette pouffe de Roxanne, moui pas grand intérêt. Aleera, mieux valait éviter ou l’une des deux allait sortir de cette pièce les pieds devants. Tiens, Logan. Logan qui avait l’air d’aussi bonne humeur qu’elle. Logique, Adam Neil était son meilleur ami quoi. Sans grande conviction, elle traîna des pattes vers lui pour lui faire la conversation avant que sa Juliette n’arrive. Celle de Logan ou celle de Lily, choisissez celle que vous voulez.

« Salut Logan. Sexy les lunettes. »

Allez c’est bon, elle lui a dit bonjour. Elle but une nouvelle gorgée de sa bouteille, et décida de décamper en voyant arriver Grace. Elle n’avait, pour le moment, aucune envie d’affronter l’irascible Harpie de Holyhead, qui lui en voulait encore certainement, du fait qu’elle ait quitté l’Armée de Dumbledore après avoir foutu la panique. Il faudrait qu’elle songe à y retourner d’ailleurs, ça ne sert à rien d’avertir les membres de l’Ordre du Phénix si elle ne s’investit même pas dans leur branche étudiante. On va dire.

« J’te laisse, ta belle arrive. Te bile pas tonton, on va les coincer. Allez je file. Salut Grace. »

La petite vipère leva sa bouteille en direction de la prof pour la saluer, et tourna les talons, cherchant un coin calme où s’asseoir pour observer l’arène. A quand le commencement des hostilités ?

✄-------------------------------------------------------------------



« A dog cannot make this journey alone. But, maybe, a wolf can. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsmordre.forums-actifs.com

avatar

« Tough times don't last, and tough people do. »





Messages : 103

Points : 0
Avatar : Nicole Kidman.
Crédits : Alphabeta.

Age RPG : 38.
Sang : Née-moldue.
Camp : Ordre du Phénix

Truc en plus : Occlumens.



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Dim 5 Fév - 4:28

Le poing de la Harpie s’écrasa sur la table, faisant tressauter les flacons d’encre, ainsi que le petit chaton assis sur le bord, qui batailla pour garder son équilibre, avant de miauler d’un air mécontent. Grace l’ignora, les yeux toujours fixés sur la lettre envoyée par Harry Potter, son supérieur dans l’Ordre du Phénix, lui disant qu’Adam Neil avait été torturé et tué par des mangemorts. Il s’était fait choper en espionnant pour le compte de l’Ordre, n’avait rien dit à propos de leurs activités, et était mort. En héros, en lâche, qu’importe le point de vue, il était mort, et Grace, comme les autres, connaissait les coupables. Les River, évidemment. Mais ils avaient fort bien mené le jeu en réussissant à prouver sans se mouiller qu’Adam faisait parti de l’Ordre du Phénix. Maintenant, le premier qui tenterait de leur faire du tort pour cette histoire aurait des ennuis avec les avocats des River, pour diffamation mais aussi pour avoir insinué qu’ils sont des mangemorts, ce que ces connards de mages noirs réussissaient à nier maintenant qu’ils savaient comment masquer leur Marque des Ténèbres. Puis en plus, toute personne faisant cela serait suspecté d’être un membre de l’Ordre du Phénix, et donc serait une victime potentielle des mangemorts. Pour Grace, pas de soucis, elle assumait tellement son statut qu’elle l’avait clamé en plein cours. La nouvelle avait fait le tour de l’école, le tour du monde sorcier aussi, et la prof s’en foutait éperdument. Qu’un journaliste vienne lui demandait si elle assumait ce qu’elle avait dit, et la Harpie lui répondrait que oui. Bon, pour le moment, il fallait penser à autre chose, même si elle n’arrivait pas à se concentrer en relisant cette lettre, lue et relue des centaines de fois, tellement qu’elle aurait pu la connaître par cœur si le sujet n’avait pas été si gravissime. Inspirant et expirant un grand coup, elle baissa ses yeux clairs vers son chat, qui miaulait de désespoir pour qu’elle arrête de broyer des idées noires. Grace eut un sourire incertain, puis se pencha pour attraper l’animal et lui coller un bisou entre les oreilles, le faisant immédiatement ronronner. Elle attrapa des croquettes et servit ses trois monstres, pour qu’ils ne fichent pas un souk pas possible dans son bureau quand elle partirait. Se redressant, elle laissa tomber l’animal, qui se jeta sur les croquettes en poussant ses deux chatons pour ne pas qu’ils mangent tout.

Grace se tourna, s’observant dans un miroir. Une robe blanche pailletée, des bracelets et un collier en or blanc pur, et un genre de tiare ou de diadème dans les cheveux. Mariage ? Fête spéciale ? Cadeau de sa mère, tout simplement. Tout du moins, de ses parents, qui lui avaient envoyé ça après l’avoir vu dans un défilé de mode. D’après eux, ça irait bien avec ses cheveux et ses yeux, et son petit ami apprécierait certainement qu’elle s’habille d’autres choses que de robes de Quidditch, ce qui avait fait sourire la Harpie. Un entrelacs en or blanc formait son bracelet à la main droite, et elle avait astucieusement réussi à y placer sa baguette magique. Le château étant bien chauffé, elle n’aurait pas froid. Puis de toute manière, vu les hauteurs qu’elle avait frôlé quand elle jouait comme Attrapeuse, elle avait depuis longtemps vaincu toute sensation de froid. Et n’avait toujours pas découvert son propre Epouvantard. Haussant les épaules, elle quitta son bureau, après avoir refermé la lettre et l’avoir rangé dans un tiroir. Pour ne pas se mettre à pleurer devant. Quoique son genre ce n’est pas de pleurer, mais d’enrager. Les poings fermés, elle s’était rendue en cours juste après avoir reçu la lettre, avec dix minutes de retard, et bizarrement personne n’avait osé faire un commentaire. Elle était restée sèche et froide toute la journée, presque agressive. Maintenant c’était un peu passé. Un peu. Elle avait toujours tendance à perdre les pédales quand on évoquait ce sujet devant elle. Il fallait y aller prudemment, pour ne pas l’énerver, et seules quelques personnes pouvaient le faire sans prendre de gants. Comme Logan, qui était le meilleur ami d’Adam. Resserrant les poings, elle grinça des dents et accéléra l’allure, se talons claquant le sol, des regards admiratifs se tournant sur sa silhouette svelte et bien mise en valeur. C’était le cadet de ses soucis, cela dit.

Elle rentra dans la grande salle, et de suite son regard aiguisé nota toutes les possibilités d’attaques, d’embuscades, et de fuite probable. Depuis qu’elle s’est faite piéger à Halloween elle fait bien gaffe, bizarrement. Elle détendit ses poings, se forçant à garder les doigts relâchés mais actifs quand même, puis après un coup d’œil de la salle, elle se dirigea vers Logan, occupé à discuter avec Lily. En la voyant arriver, cette dernière termina sa conversation avec l’adulte, et la salua. Grace lui envoya un léger sourire pour lui retourner la politesse et la laissa partir, avant d’attraper une bouteille et s’appuyer aussi au bar. Puis elle glissa sa main gauche dans celle de Logan, se penchant pour lui coller un bisou dans le cou. Mon amour de moi, qu’on se tourne autour depuis la cinquième année 8D.

« Qu’est-ce que tu as fait à ton doigt ? Tu l’as cassé ? »

Quelques temps avant, elle lui aurait répliqué qu’il n’était vraiment pas soigneux, mais bizarrement, ni l’un ni l’autre n’avaient envie de plaisanter ce soir, avec la mort d’Adam sur la conscience. Elle resserra doucement ses doigts autour de ceux de Logan, calant sa tête contre son épaule. C’est un couple, si ça ne vous plaît pas, regardez ailleurs, non mais.

« Ce n’est pas ta faute, tu sais. Il avait sa mission, qui n’est pas la même que la tienne. La sienne était d’espionner les mangemorts, la nôtre est de protéger les jeunes de la menace des mangemorts. Tu ne savais même pas qu’il partait en mission, et même si tu l’avais su, Potter ne t’aurait pas laissé partir avec lui. »

Léger silence.

« Et puis, te culpabiliser c’est l’infantiliser, Logan. Il savait très bien quels risques il courait en espionnant les mangemorts, il y est allé en toute connaissance de cause. Ne lui enlève pas sa dignité, il était conscient qu’il risquait de mourir et il y est allé quand même. »

Grace se tut une nouvelle fois, et posa un nouveau baiser fugace sur la joue de Logan, avant de reprendre la parole d’une voix un peu plus taquine, mais néanmoins lourde de sens.

« Puis franchement, je n’aurais pas du tout apprécié que tu meures, tu sais. J’aurais fait quoi moi, j’aurais joué la veuve éplorée ? Je serais plutôt allée les massacrer un à un et je me serais faite tuer aussi. Tu sais Logan, quand tu as choisi de travailler à Poudlard, tu as aussi accepté le fait que tu ne ferais plus de missions de terrain et que tu resterais ici, même si ça signifie ronger son frein face à l’inaction ici et l’action dehors. Est-ce que ça veut dire que tu commences déjà à regretter d’être à Poudlard avec moi ? »

✄-------------------------------------------------------------------


“ And I will try to fix you ”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »



//

Messages : 449

Points : 0
Avatar : Sarah-Michelle Gellar
Crédits : Backseat

Age RPG : 18 ans.
Sang : Pur bien sur
Camp : Basilic

Vie du personnage : //

Truc en plus : Demi-Vélane
Doubles-Comptes : Alexia J. Waldstein



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Dim 5 Fév - 6:30

Et on dit merci à Moïrachoo pour le bel ensemble de bijoux plus couteux que la poitrine passée au bistouri d’une actrice X.
Aleera jeta un dernier coup d’œil distrait dans le miroir, en se jurant de remercier chaudement la Préfète en Chef pour ses cadeaux. Bracelet de cheville, de poignet, bague, collier et boucle d’oreille, le tout en or fin. L’aiglonne avait du se ruiner, mais quand on s’appelle River c’est pas comme on avait pas le compte en banque de Crésus. M’enfin, c’était tout de même une délicate attention. Ayant réussi pas mal de bijoux pour son Noël, Aleera avait longuement hésité, tiré à pile ou face, puis s’était finalement dit que les présents de Moïra seraient du plus bel effet sur sa nouvelle robe. Noire, simplement noire. Avec les bretelles qui cintrées sur le côté, un beau décolleté plongeant, et pas trop longue pour éviter de se prendre les pieds dedans. Enfin voilà, une allure un peu bohème tout en restant chic, des formes bien mises en valeur comme d’habitude, mais pas trop d’excès. Et encore, vu que la tournure que risquait de prendre les évènements, elle aurait peut-être du se mettre en pantalon t-shirt, c’aurait été beaucoup plus pratique. Mais bon. On rigole pas avec le style. Soulignant ses yeux gris d’un rapide trait d’eyeliner et relevant ses cheveux blonds sur sa nuque, la demi-Vélane poussa un long soupir quand deux fioritures qu’elle s’était jurée de jeter entrèrent dans son champ de vision. Avec une touche de lassitude, elle se laissa tomber sur son lit. Devant elle : la bague que lui avait offert Nika. Le collier qui lui avait offert Dan. Elle ne quittait plus ni l’un ni l’autre, mais question d’honneur il allait falloir faire un choix.
Pas seulement une question d’ornements. La russe serra les dents pour empêcher une larme de rouler lourdement sur sa joue. Nika ou Dan, Dan ou Nika. L’un allait se marier après lui avoir pratiquement avoué qu’il l’aimait, l’autre, elle lui avait tout simplement envoyé une lettre pour lui signifier qu’elle ne voulait plus le voir. Même si dans le fond elle crevait littéralement d’envie d’allez passer un peu de bon temps avec lui. Aleera ferma les yeux et enfouit son visage diaphane dans ses mains. Laissant à peine s’échapper une expiration haletante et brûlante entre ses longs doigts, sa poitrine animée par un souffle épuisé. Pourquoi tout était si compliqué ? Pourquoi est-ce qu’il fallait constamment qu’elle se foute dans des situations qui puaient plus la merde que les chiottes d’un camping ? Les cyniques diront c’est la vie, les romantiques diront de garder espoir. Que les deux aillent se faire foutre avec leurs maximes stéréotypées. Si fut un temps elle avait elle-même méprisé ceux qui se laissaient trop facilement submerger par les évènements, elle se sentait maintenant étouffée dans un étau qui ne cessait de se resserrer. D’abord, elle avait perdu Meg et Lily au nom de son ambition. Ensuite, Tom, au nom de son orgueil. Arès au nom de la passivité, Darek au nom de la douleur. Et maintenant ? Nika sacrifié à cause d’une pouffiasse une alliance au majeur, et Dan pour un putain de gribouillage ? Tout au long de sa vie, on lui avait tout céder. Mais quand même elle était de plus en plus capricieuse, exigeante avec elle-même et les autres, irascible et… Immature. Même si ça la consumait de dire ça, elle n’avait jamais été –et n’était toujours pas- un modèle de maturité. Et ça, cette impression d’être une gamine capricieuse en continue, lui faisait toujours louper ce qui aurait put la rendre heureuse. Elle s’interdisait elle-même ces petites choses toutes simples qui lui auraient été bénéfiques, se drapant dans une arrogance quasi risible ou un égoïste forcé. Tout ça, c’était terminé.
Enfin, ça ne l’aidait pas à faire son choix. Ce geste, aussi insignifiant soit-il, inverserait la tendance pour les mois à venir. Tendre la main vers la droite et se saisir de la bague, vers la gauche et prendre le pendentif. Nika ou Dan, Dan ou Nika. Evidemment, les deux jeunes hommes ne se résumaient pas à si peu, c’était purement symbolique. Nika la faisait souffrir et ce n’était pas près de s’arrêter. Leur histoire était condamnée et condamnable, trop explosive pour qu’en résulte quelque chose de bon. Pour lui, elle se serait improvisée maso’ s’il n’y avait eut que ça. Mais voilà. A une femme qui connaissait le plus sombre des recoins de son âme, il avait préféré une figurante pimpante et totalement à l’ouest. Soit. Quant à Dan… Des coups bas, des insultes, pendant des années et des années. Mais dans le fond une compréhension réciproque, une affection dissimulée sous les railleries. Ils avaient parcouru le même chemin, avaient les mêmes faiblesses, les mêmes forces. Leur relation s’était nettement améliorée depuis la rentrée, et cela aurait continué s’il n’y avait pas eu l’incident Hermès. Lee s’en voulait d’avoir réagit de la sorte, parce que dans le fond le pauvre il y était pour rien quoi. Quant à Hermès…

Retouchant une dernière fois son maquillage, Aleera enfila ses escarpins noirs et descendit dans la salle commune. Instinctivement, elle passa sa main sur sa nuque, étonnée de ne pas sentir la caresse de ses longs cheveux blonds sur son dos. Avant de se rappeler qu’elle les avait relevés en laissant quelques mèches éparses pour adoucir ses joues. Mémoire de blonde en action 8D. Elle repéra vite Roxanne, avant d’être assaillie de toutes part par un essaim de suaves baratineuses, toutes heureuses de venir baver leur hypocrisie sur la sœur de la Ministre. Ce genre de frasque ne l’amusait plus depuis longtemps, et sans répondre à aucun des compliments, elle atrappa la main de sa jumelle pour l’entrainer dans son sillage. Pas besoin de mots ou quoi que ce soit. Roxy était déprimée, Lee était blasée, point. La Vélane pressa un peu plus la main de son amie dans la sienne pour la mener jusque dans la Grande Salle. Sinon, elle était bien placée pour savoir que la mannequin aurait déprimé toute la soirée. A peine arrivée, Aleera ne jeta qu’un coup d’œil désintéressé à la décoration, cherchant plutôt à repérer un certain serpent qui ne payait rien pour attendre. Bon. A priori, Hermès n’avait pas encore pointé le bout de son nez vicieux par ici. Oui, parce que même le nez d’Hermès est vicieux, comme toutes ses autres extrémités. OUI BON BREF. La Préfète laissa partir Roxanne, et congédia ses suiveuses de son plus beau regard blanc de Vélane en colère. Elle se cala contre l’arcade de la porte, les bras nonchalamment croisés sur sa poitrine. Et attendit. Pas bien longtemps certes, car quelques minutes après, le jeune homme débarqua sur son trente et un, son habituel sourire de connard pédant au coin des lèvres. Aleera sortit sa baguette avant qu’il n’entre, et le fit reculer d’un Expulso bien sec. Avant qu’il n’ait eu le temps de réagir, elle enchaina d’un sortilège d’Entrave. Tu vois mon gars, j’ai pensé à toi. Mais autant ne pas trop se mouiller. Bah nan pas folle la guêpe, elle savait fort bien qu’Hermès avait plus d’un tour dans son sac et qu’elle devrait le neutraliser avant de se faire neutraliser. Aleera s’approcha du serpent paralysé, l’atrappa par les cheveux et le plaqua brutalement contre un mur. Un sourire enjôleur se dessina sur ses lèvres fines.
Elle enchaina, usant de son pouvoir séducteur de Vélane au maximum pour déstabiliser sa proie.

-« Hello beau gosse. Ca faisait longtemps… »

Avec Lee de toute manière, on ne sait jamais à quoi s’attendre. Doucement, elle passa sa main sous la chemise du jeune homme pour lui caresser le torse. Sans lui quitter des yeux, amplifiant d’avantage son emprise sur lui à chaque seconde. On ne pouvait pas lutter contre les pouvoirs des Vélanes, même avec la plus admirable pugnacité. La russe se pencha en avant pour mordiller les lèvres du Serpentard, sans se presser. Tout en glissant son autre main dans son sac, pour en retirer un couteau à cran d’arrêt.

-« Malheureusement pour toi, pas assez. »

La vipère se saisit du poignet droit d’Hermès, et d’un geste assuré, lui ouvrit les veines avec la lame de son couteau. Minutieusement, sans se presser, du coude au poignet jusqu’à ce que le sang macule la manche de sa chemise. Et avec le plus de lenteur possible. Un sourire sadique illumina son visage d’un éclat vicieux, gourmand.

-« Je n’ai pas beaucoup apprécié le coup du canard. Ni du fait que tu inclues Dan dans tes conneries. » Elle se stoppa quelques instants, pour prendre le temps d’enfoncer sa lame dans le poignet du jeune homme pour la tourner doucement dans sa chaire avec une lenteur démesurée. « Fut-un temps, nous étions proches toi et moi. Vraiment, j’avais l’impression qu’on se comprenait. Je ne me serais jamais posée avec toi étant donné que tu es Né Moldu, mais tu comptais à mes yeux. Alors qu’au final… Tu es un chien, Hermès. Un authentique chien, inutile et déplaisant. A la place de ta mère, je t’aurais noyé à la naissance, à la place de ton père, je sombrerais dans l’alcool à l’idée qu’une telle pourriture porte mon nom. Qu’est-ce que tu t’imagine ? Même un caniveau est bien trop luxueux pour toi. Le paroxysme de la connerie incarnée, et tu continue de creuser. Vermine de Sang-de-Bourbe. »

Elle acheva sa tirade d’un petit rire tranquille. Toujours aussi calmement, elle se saisit de son autre bras. Alors alors… D’un geste sec, elle traça un demi triangle. Le bec. Un peu en dessous, elle déchira la peau du jeune homme en un petit cercle. La tête. Du sang coula quand vint s’ajouter une ligne horizontale. Le corps. Plus profondément, elle lui entailla le poignet en une diagonale. La queue. Et recueillit quelques gouttes de sang et les porta à ses lèvres, observant la jeune homme d’un air mutin.

-« Et voilà, un canard. Hermès, on peut rire de tout, pas avec n’importe qui… »

Nouvel éclat de rire. Elle se pencha en avant pour déposer un baiser sur les lèvres d’Hermès, avant de lever de nouveau sa baguette.

-« Petrificus Totalus. »

Voilà qui est fait. Le cœur battant, Aleera se laissa doucement envahir par une vague d’adrénaline pure et frissonna de plaisir. N’emmerder pas les Bielova, ils n’attendent que ça les bougres. Après un petit saut par les toilettes pour se rincer les mains, la Préfète revint dans la Grande Salle, rayonnante de bonheur. Auréolée d’un halo argenté, produit par ses pouvoirs de Vélane fraichement utilisés, elle traversa la salle sous les regards pantelants de ses camarades. Maintenant, trouver Dan. Elle repéra bientôt le beau gosse des Prewett, un verre de whisky à la main. Elle lui adressa un petit sourire, avant de le rejoindre d’une démarche distinguée.

-« Dan… »

Elle s’interrompit. Rien que prononcer son nom la faisait frissonner. Elle prit une grande inspiration.

-« J’suis désolée de m’être emportée comme ça. Hermès est qu’un con, je le sais, t’y es pour rien, bref on recommence tout j’ai pas envie de te perdre à nouveau. »

Nouveau sourire. Aleera s’approcha du serpent, faisant voleter ses bijoux en or, et s’accrocha doucement à son bras. Sans oublier le petit battement de cil charmeur.

-« J’suis venue pour toi, parce que je suis bien placée pour savoir que ce soir ça va chauffer, et que tous les machos dégoulinants de testostérones du bahut seront ici présents ce soir. Mais regarde ! On dirait des dobermans dans une boucherie ! Sur la tête de Mikhaïl, si le Gryffondor là-bas continue de regarder mes seins j’enlève mon soutif pour lui prouver que c’est pas du rembourrage. Et j’lui crève les yeux aussi. »

Toujours aussi classe décidément XDD. La russe se rapprocha d’avantage de Dan, collant presque sa poitrine contre son bras. Elle frémit légèrement en sentant son corps chaud, et résista à l’envie de l’embrasser, sans autre forme de procès, juste pour le sentir tout contre elle, sa peau, sa chaleur, son odeur.

-« Tu aimes ma robe ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-shown.forumactif.com/

avatar

« Tough times don't last, and tough people do. »





Messages : 1378

Points : 0
Avatar : David Tennant
Crédits : Kachilight

Age RPG : 39 ans
Sang : Mêlé
Camp : Ordre du Phénix

Vie du personnage : « Hakuna Matata !
« Une ptite lettre ?
♥️ En couple ? Oui avec Grace, et attention on ne mate pas èOé

Truc en plus : Animagus Buse
Doubles-Comptes : Malcolm Gray



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Dim 5 Fév - 6:40

À peine arrivé, à peine abordé ! C'est une Lily en tenue... eh bien, différente de ce que à quoi on s'attend habituellement pour un bal, qui s'approcha de lui pour le saluer, visiblement peu motivée. Bien sûr, elle aussi était au courant pour Adam, et elle savait très bien son importance aux yeux de l'Animagus. Alors évidemment, elle y allait avec des pincettes, et il l'en remerciait. Il était amusé de ce côté rebelle qu'il appréciait chez elle, d'autant plus que le contraste entre eux deux était probablement fun pour qui les regardait. Le grand type en costard à côté de la jeune élève en t-shirt, collants et baggy, sans compter tous les accessoires. Sa remarque sur ses lunettes eut l'effet de le faire sourire, ce dont il avait clairement besoin. Quand il ouvrit la bouche pour parler à son tour, Grace choisit ce moment pour faire son entrée dans la salle. Le temps d'arrêt qu'il eut en la voyant donnant à Lily l'occasion de le devancer, cette fois pour lui faire remarquer qu'elle y allait. Il lui adressa un léger sourire, avant d'ajouter simplement :

« Merci. Et ne force pas trop sur l'alcool ! »

Bon, il savait qu'elle ferait tout le contraire, mais c'est l'intention qui compte, hein. La jeune fille avait l'attitude qu'il lui fallait : réservée sur le sujet qui le blessait, tout en l'énonçant de manière rassurante. Il savait par contre que Grace serait bien plus directe. Enfin bon, là, il était entrain de se dire qu'il était putain de chanceux d'avoir une petite amie comme ça. Non mais vous l'avez vue ? Il se disait ça, jusqu'à ce qu'il comprenne ce qu'elle venait de faire en entrant. Elle se méfiait déjà. Et en jetant un coup d'oeil alentours, il comprit qu'elle avait raison de l'être. Comme à Halloween, il n'y avait aucune autre issue que la porte principale. Il suffisait de la bloquer pour coincer tout le monde dans la Grande Salle. Mieux valait peut-être que quand tout le monde serait concentré sur le bal, ils aillent la protéger de sortilèges et autres enchantements. Bref, Lily décampa après avoir salué Grace qui vint s'emparer d'une bouteille et lui prendre la main droite en lui déposant un baiser dans le cou. Agruh ♥ Il en aurait largement profité s'il n'avait pas grimacé quand son auriculaire fut légèrement pressé par les doigts de la Harpie, alors qu'il promenait doucement les siens le long du bras de l'ancienne joueuse. Grace, attentive, dû remarquer sa réaction cumulée à son bandage de fortune puisqu'elle lui demanda ce qui lui était arrivé.

Ce à quoi il ne répondit pas, baissa la tête, et elle le connaissait suffisamment pour savoir ce que cela signifiait. Le contact de ses cheveux et de son visage contre son épaule le détendit quelques instants, jusqu'à ce qu'elle lui dise ce qu'elle en pensait. L'ornithologue savait très bien qu'elle avait raison. Ça ne servait à rien de culpabiliser, absolument à rien, sinon à lui gâcher ses journées. Et puis, Adam ne méritait pas ça. Il essaya de sourire, la gorge serrée malgré tout, après avoir jeté un coup d'oeil à l'entrée pour vérifier qui entrait. Pas grand monde pour l'instant, mais il était encore tôt.

« Je sais... c'est juste que ce qu'ils lui ont fait, il ne le méritait pas. Personne ne devrait vivre ça... Et je ne peux pas m'empêcher de me dire que si j'avais été là, j'aurais peut-être pu l'empêcher. Je lui avais promis de toujours le soutenir. C'est plus fort que moi, tu sais. »

Il baissa les yeux, l'expression douloureuse et ne put s'empêcher de la serrer dans ses bras en enfouissant son visage dans son cou comme s'il craignait qu'elle ne s'en aille aussi. Bon Dieu que ce spectacle – les deux Phénixs l'un contre l'autre, lui les yeux encore légèrement rouges et le regard à l'expression douloureuse – devait faire jubiler les pro-Mangemorts de l'école. Surtout les River quand ils entreraient. Cette pensée crispa Logan, qui serra la mâchoire. Grace reprit alors la parole. Il la savait sérieuse, mais elle avait une façon de le dire qui le faisait sourire. Encore une fois, elle avait raison. Bon sang elle a toujours raison celle-là, c'est fou ! XD Il lui rendit tendrement son baiser sur la joue.

« Non pas du tout, j'aime être ici et puis... si je n'étais pas là, je ne pourrais pas faire ça. »

Allez, essayons de ne pas déprimer de trop pour ce soir ! Logan se détacha doucement d'elle en plaçant ses mains contre ses hanches et lui déposa un baiser sur les lèvres. Aaah, combien de temps ils ne s'étaient pas tournés autour à attendre de pouvoir faire ça, hein ? 8D Bon, un petit dernier pour la route et on jette de nouveau un oeil à l'entrée. La salle se remplissait peut à peu et la soirée commencerait enfin. Avec des tensions à la clé, ça c'était certain. Hélas, d'ailleurs, car après tout, ça risquait de tourner mal. Les deux camps de Poudlard étaient on ne peut plus sur les nerfs. Les Mangemorts avaient mal vécu ces deux derniers mois, et les Phénixs venaient de subir un solide coup dur. D'où pourquoi Logan ne serait pas étonné si ça tournait à la baston, et vu son état émotionnel, il ne tiendrait pas longtemps avant de s'impliquer si ça devait arriver. Allez, profitons que ça soit calme pour chipoter une mèche blonde de la chevelure de sa chérie.

« Tu es ravissante, tu sais ça ? »

Ah bah quand même ! Voilà qu'il faisait de son mieux pour rendre la soirée agréable tant qu'il en était encore temps. Il pleurerait Adam une fois seul, peut-être avec Grace à ses côtés pour sécher ses larmes, dans sa chambre... ou à l'hôpital. Encore.

✄-------------------------------------------------------------------



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Tough times don't last, and tough people do. »





Messages : 103

Points : 0
Avatar : Nicole Kidman.
Crédits : Alphabeta.

Age RPG : 38.
Sang : Née-moldue.
Camp : Ordre du Phénix

Truc en plus : Occlumens.



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Dim 5 Fév - 7:53

A peine arrivée, elle collait déjà son prince charmant à elle, Logan, qui fixait la salle d’un regard morne. Eh bah c’est joyeux tout ça dites-donc. Mais avant ça, elle regarda tout autour d’elle, très méfiante, notant toutes les possibilités d’attaque et de sortie. Si même à Poudlard on n’est plus en sécurité … Bref. Accrochée à son copain, elle surveillait les élèves en faisant un câlin à Logan. Tout en discutant d’Adam Neil, eh oui, comme on s’y attend. Logan était blasé, déçu, à cran, énervé. Et Grace, elle, avait l’envie sourde de frapper quelque chose de très dur et de le réduire en poussière. Donc, pas Logan, qui mine de rien est un garçon assez fragile. Surtout de son point de vue Harpie sauvage. Mais ça ne fait rien, elle l’aime <3. De suite, elle se rendit compte qu’il s’était cassé un doigt, et ne se formalisa pas quand il ne répondit pas à sa question, se contentant de baisser la tête et fuir son regard. D’accord. Il a donné un coup de poing au bureau, et c’est le bureau qui a gagné. Quand on vous dit qu’il est faiblard de constitution. Quoique c’est très faux-cul de sa part de dire ça, vu tout ce qu’il l’a protégée pendant leurs années Poudlard, de tous ces connards qui lui cherchaient des noises sous prétexte qu’elle est nés-moldue. D’un ton calme et compréhensif, la harpie brisa le silence qui s’installait entre les deux pour expliquer à Logan qu’il n’avait pas à culpabiliser comme ça, car il infantilisait Adam, qui savait très bien quels risques il courait. Il se crispa, puis lui répondit qu’il le savait mais que s’il avait été là, il aurait peut-être pu l’empêcher, ce à quoi Grace claqua de la langue pour lui signifier le contraire, avant de prendre la parole.

« Si tu avais été là-bas, tu serais mort. Ce sont des mangemorts, Logan, les mangemorts sont des lâches qui s’attaquent à quatre contre un. Si tu y étais allé, tu aurais été tué comme Adam, point barre. »

Elle est trop pragmatique celle-là. Les yeux trop rouges, Logan enfouit sa tête dans son cou, et un instant Grace craignit qu’il ne se mette à pleurer. Elle ne pourrait pas gérer tout le monde si Logan ne l’aidait pas. Alors elle reprit la parole, un poil amusée mais toujours très sérieuse, réussissant à tirer un sourire à Logan. Parfait. Il lui répondit qu’il était très content d’être ici, et l’embrassa sur la joue. Eh, pourquoi la joue, grossier personnage ?! Alors qu’elle allait faussement pester, il rajouta que s’il n’était pas là il n’aurait pas pu faire ça, et il l’embrassa. Ah, j’ai failli attendre moi, espèce de larve. Il l’embrassa une seconde fois, elle le lui rendit, et il se tourna vers l’entrée, surveillant les allées et venues. Grace faisait pareil, ses yeux étant à l’affût de tout ce qui passait. Les élèves allaient par petits groupes, l’ambiance était à l’affrontement, rien que la tenue très explicite de Lily Potter le prouvait. Il y allait encore y avoir du sang, ou alors ce serait un sacré coup de chance si tout se passait bien, pour une fois. Du regard, elle capta quelque chose. Un Serpentard qui entrait dans la salle, un second Serpentard qui l’expulsait. Logan lui dit avec tendresse qu’elle était ravissante, mais Grace regardait déjà ailleurs. Dehors, là où il se passait quelque chose. Fou comme échapper à la mort ça forge le caractère.

« Excuse-moi Logan, je reviens. »

Elle le lâcha pour se diriger vers l’entrée, et arriva au moment exact où Aleera Bielova lâchait Hermès Grimm pour fuir ailleurs, certainement dans des toilettes pour filles afin de virer le sang. Grognant de mépris, la prof s’avança, baguette tirée, et se planta devant le Serpentard couvert de sang, immobilisé et entravé. De quelques coups de baguettes, l’experte en sortilèges leva les sorts, et sortit un flacon violet de sa poche sans fond – elle est maligne cette petite – pour le tendre à l’élève.

« Tenez jeune homme, ça refermera vos blessures, et vous n’aurez pas l’ombre d’une cicatrice. Quant à votre veste, je crains qu’il ne faille retourner chez votre tailleur. »

Très sérieuse et un peu remontée, elle l’escorta jusque dans la grande salle, et l’abandonna pour retourner près de Logan et lui murmurer qu’elle avait quelque chose à régler avant de revenir. Et que vu le caractère de merde et la prétention sans frontières de ce quelque chose, ce serait sympa qu’il surveille pour le cas où ça dégénère. S’il te plaît, merci, mon cœur. Quand Aleera rentra, Grace ne la vit pas, occupée à manger un peu, parce que ouais elle a faim quoi, et pas que de Logan /VLAN/. Quand elle tourna la tête, elle vit que la Serpentard discutait avec un de ses camarades. Quittant Logan une seconde fois, elle se dirigea droit vers la préfète de Serpentard, lâchant un sifflement de pur mépris en se rendant compte qu’elle avait activé son pouvoir de vélane pour draguer. Même pas foutue de draguer sans ça, hein, et après elle se prend pour une tombeuse. Sérieusement. Si Grace n’avait pas été prof, elle n’aurait pas hésité à traiter Aleera de prostituée nymphomane monomaniaque et hypersexuelle. Mais elle n’en avait pas le droit. Aussi se contenta-t-elle d’attraper le poignet de la préfète pour la tourner vers elle, la délogeant des bras de son Roméo ensorcelé et coupant brutalement son pouvoir de vélane. Ah il va être content, ton chéri allumé, quand il va se rendre compte de ça. Elle ne lui laissa pas le temps de se plaindre, la fixant droit dans les yeux.

« Bravo, mademoiselle Bielova. Je ne sais pas ce que monsieur Grimm vous a fait, mais votre sauvagerie gratuite vous vaudra un blâme dans votre dossier d’élève, et même votre si influente sœur ne pourra pas le faire disparaître. De plus, préfète ou pas, vous avez quatre heures de colle, et j’enlève cinquante points à Serpentard. Bonne soirée. »

Grace lâcha l’élève et tourna les talons, retournant avec Logan, meilleure compagnie que cette cruche de Bielova. Elle retourna dans ses bras, ses yeux de faucons surveillant tout ce qu’il se passait autour d’elle. Fou comme elle est méfiante XD. Elle cala une nouvelle fois sa tête dans son cou, lâchant un petit soupir fatigué. Pourquoi Poudlard se transforme-t-il en école de psychopathes ?

« Vivement que ce soit fini, j’en ai déjà marre. »

✄-------------------------------------------------------------------


“ And I will try to fix you ”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »



Don&#39;t mess with me; the devil inside will kill you

Messages : 413

Points : 0
Avatar : Alex Evans
Crédits : TP

Age RPG : 15 ans
Sang : Sang-Pur
Camp : Basilic

Truc en plus : Demi-Vélane
Doubles-Comptes : Andras Singh & Nicholas Covenant



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Dim 5 Fév - 8:30

Il s'était demandé s'il devait y aller. À quoi bon, après tout ? Le nouvel an était sensé être joyeux. Regardez, on est encore vivant un an après ! Il avait eu l'habitude depuis tout petit de le célebrer de cette façon, comme un pied de nez à son père qui n'aurait surement pas dit non à le voir mort. Mais cette année, l'envie n'y était pas ; il ne reviendrait pas. Allongé dans son lit, les cheveux formant un rideau d'encre autour de son visage, il serrait cette lettre dans ses mains comme si sa vie en dépendait. Les mots y étaient inscrit nettement, de cette écriture appliquée qu'il avait longtemps admiré, comparé à ses gribouillages. Des mots qu'il haissait. Je pars, je m'en vais. Rejoins moi, quitte les tiens. C'était dit autrement, mais leur sens dansait devant les yeux du jeune homme comme autant de mirages qu'il aurait aimé prendre pour des illusions. Pourquoi lui faisait-il ça ? Il avait toujours pris Jae pour quelqu'un qui le soutiendrait dans tout ce qu'il faisait, mais il avait surement été égoiste de croire que son petit ami aurait pu supporter plus longtemps la noirceur de sa vie. Il avait espéré, pourtant que ca les rapprocherait. Bon sang, il lui avait tout offert, tout. Sa vie, son âme, son corps. Tout. Mais rien n'avait été suffisant pour que l'appel de son pays ne l'atteigne pas. C'était ses racines. Il comprenait. Et c'était le pire. S'il avait pu lui en vouloir, pu tempéter, briser l'amour qu'il lui portait en reportant les fautes sur lui, mais non, il comprenait son choix. Combien de fois aurait-il pu espérer s'enfuir, loin de tout ça, de cette guerre, de cette vie. Mais c'était avant. Avant de se rendre compte que l'amour existait. Avant de se rendre compte qu'il avait des grandes sœurs, et qu'elles l'aimaient. Avant de comprendre qu'il n'était pas tout seul à porter son chagrin.

Mais ce chagrin là, pour l'instant, il était seul à le porter, en effet. Seul, avec les derniers cadeaux de Jae, ses deux peluches qui dataient d'une époque révolue ; il avait voulu l'emmener au cinéma, les avaient fait transplaner et passer pour des moldus, pour voir un vieux film qui avait fait son effet sur Mika plus qu'il n'aurait voulu l'avouer. C'était tout ce qui lui restait de lui. Ça et des souvenirs, des souvenirs qui pouvaient à tout moment disparaître. Il avait tellement peur de se réveiller un jour sans plus se souvenir de lui. Prenant note d'extraire de sa mémoire tous les moments qu'il avait passé avec lui pour les envoyer à Svetlana dans sa pensine, il s'allongea sur son lit, les yeux vides. Il ne pleurait pas. Il n'y avait pas de larmes assez puissantes pour exprimer son chagrin. Un poids sur son lit lui fit lever les yeux, vers un de ses camarades de dortoir, qui lui parla doucement, inquiet, mais les mots étaient impossibles à déchiffrer. Mika vivait dans un brouillard permanent sans espoir de sortie. L'autre abandonna, sortit doucement, et referma la porte sur son obscurité. Il n'en avait parlé à personne, pas encore. Hier, il avait évité tout le monde et s'était réfugié dans un passage secret d'un couloir, attendant deux heures du matin pour rentrer dans son dortoir, et y dormir quelques heures entrecoupés de cauchemars horribles. Aujourd'hui, il n'était même pas sorti de son lit. Il savait bien que les filles allaient commencer à s'inquiéter, mais elles avaient un bal à se préoccuper, et il aurait au moins ce répit. Il s'était fait une joie, d'y aller. De boire, avec modération, de profiter de son asiatique et de danser sans pudeur, de voir les têtes de ces piafs rotis, mais au final, il ne savait pas s'il pourrait avoir la force de s'y aller et de faire comme si tout allait bien. Ca n'allait pas bien.

Soupirant encore, il ferma les yeux pour essayer de trouver le sommeil, mais impossible. Il était déjà bien tard, la fête était surement avancée... et ses sœurs peut-être en danger. Appeler ca de l'intuition, de la peur à cause du départ de Jae, mais soudain il ne put pas rester en place. Même si ca allait lui faire du mal de quitter sa bulle, il aurait bien plus mal de se dire qu'il n'avait pas été là pour les sauver. Déjà qu'au bal d'Halloween, il avait du voir les siens manquer mourir noyé, il ne pouvait pas non plus supporter la culpabilité de n'avoir rien pu faire une nouvelle fois. Et puisqu'il avait fait son choix, au final ? Choisir entre l'amour de sa vie, ou sa famille, et il avait choisi sa famille. Retirant son tee-shirt sale et son pantalon, il enfila le premier baggy noir qu'il trouva, une chemise verte, et passa dans la salle de bain pour se laver les dents et donner un coup de peigne à sa tignasse. Et c'est parti.

Complètement dans son monde, il ne fit attention à personne, passa devant des connaissances sans leur parler, sa baguette en poche, des bracelets tintant aux poignets sans qu'il les entendent. Il arriva dans la grande salle, cligna des paupières en voyant tout ce monde, et chercha des yeux les cheveux flamboyants de Roxanne. Aleera était près d'elle, parfait. Tania ne devait pas être loin, mais en tout cas, elles n'étaient pas en danger.
Essayant de se faire tout petit – ce qui était difficile quand on s'appelait Mikhaïl Bielova, à vrai dire – il se dirigea vers le buffet, attrapa quelques apéritifs qu'il grignota sans appétit, et se servit un verre de jus de citrouille qu'il garda dans ses mains, retournant s'adosser contre un pilier, dans l'ombre. Il n'avait pas envie d'être là, et ca devait se voir.

Et ca devait aussi se voir à des kilomètres que ca n'allait pas bien, parce qu'il était pieds nus et ne s'en était même pas rendu compte.

✄-------------------------------------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Only two synonyms ? I'm losing my perspicacity ! »





Messages : 438

Points : 0
Avatar : Ole Sorensen
Crédits : Welti.

Age RPG : Dix-sept ans.
Sang : Pur.
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : # Nice to meet you. Moi c'est Lysander, fils de Luna Lovegood. ♣️ Disponible pour 2 RPs. • Du courrier, j'en ai jamais assez. ♥️ Fou de Lucy Weasley. Et oui, c'est un radis autour de mon coup.

Doubles-Comptes : Kaia K. Asbjörn.



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Dim 5 Fév - 8:36

Un bal. Vu comment celui de fin d'année s'était terminé, c'était plutôt étrange que Poudlard en organise un nouveau. Après tout, TOUT ce qui rassemblait plus de deux personnes dans un même endroit était un évènement dangereux. À chaque fois que l'on avait rassemblé les élèves tous ensemble pour une raison quelconque, il y avait eu des blessés, voire de morts. Au vu des tensiosn actuelles, Lysander savait très bien qu'il risquait de se passer quelque chose durant ce bal. Ils allaient finir par tous se taper dessus, comme la dernière fois. Et pourtant, ils marchaient tous. Même lui, puisqu'il s'était inscrit. Pauvre fou. Il ne savait pas pourquoi il y allait. Il n'avait pas eu la confirmation que Lucy venait, et ne savait pas pour les autres invités. Il trouverait bien quelqu'un avec qui discuter dans la foule. Ou alors, il allait juste se mettre dans un coin et rêvasser en passant encore pour un taré. Mais il n'en avait strictement rien à cirer. Tout comme du reste. Par exemple, comment il allait s'habiller. Il avait entendu certaines filles de sa maison s'agiter pendant au moins une semaine, enchaînant les essayages afin de trouver LA bonne tenue pour le jour J. Le préfet n'avait même pas rélféchi à sa tenue. Il avait enfilé ce qui lui était tombé sous la main, et s'il n'avait pas aperçu son reflet en tentant de regarder dehors, il serait certainement arrivé avec sa veste à l'envers. Parce qu'il n'avait pas fait gaffe lorsqu'il l'avait mise. Parce qu'il se fichait bien de ne pas avoir les deux mêmes chaussettes. Parce que ça lui était déjà arrivé de mettre deux chaussures différentes. Il ne faisait guère attention à ses choses là. Ça aurait beaucoup agacé une mère comme la mienne, mais bon, il était le fils de Luna. Il n'y avait rien de surprenant là-dedans.

Pour une fois, il n'était pas arrivé trop en retard. Il y avait tout de même des gens sur place. Le jour où il arriverait le premier à une réunion avec plusieurs personnes... il faudrait vraiment l'applaudir. Même si le rendez-vous en question se passait chez lui, il trouverait le moyen d'arriver plus tard qu'un autre. Il y avait donc déjà une belle brochette de poufiasses représentantes de la gente féminine : Roxanne, Constance, Aleera qui semblait très en forme ce soir... que du beau monde. Il y avait également les deux tourtereaux, Logan et Grace. Voyant que les deux se bécotaient, Lysander porta son regard ailleurs. Déjà ce n'était pas vraiment très classe de fixer un couple avec un regard de psycopathe. Et puis bien sûr, Lysander était au courant pour la mort d'Adam Neil. Pour sa mort atroce. Il savait également qu'il était très proche de Logan. Et pour une fois, ce n'était pas Logan qui en était responsable. Les Mangemorts étaient les responsables. Et bien qu'il n'osait pas se l'avouer, Lysander avait peur. Peur pour ces gens qu'il connaissait et qui risquaient leurs vies. Il s'agissait d'Adam, mais il aurait très bien pu s'agir de n'importe qui d'autre : Logan, Rose, Harry, ou même Luna. Oui, il y pensait. Les risques étaient grands, et il pouvait très bien perdre sa mère, tout comme il avait perdu son père qui s'était évanoui dans la nature. Il était parti, et n'était jamais revenu. Tout comme Adam ne reviendrait jamais.

Bref, toujours un peu décalé, Lysander avait des idées un peu glauques dans sa tête, des idées dignes d'une soirée d'Halloween. Pourtant, c'était le Nouvel An, une nouvelle année qui commençait ; il était d'usage de positiver, de se dire que cette année apporterait le bonheur, la bonne santé et pleins de bonnes choses. Bref, les formules rituelles à la con. Tous les ans, c'était la même chose. Tous les ans, c'était chiant.
Le nez en l'air, marchant du pas du type qui admire un magnifique paysage, le dragon se dirigea vers le buffet. Oui, il était arrivé il y avait à peine une minute ; et alors ? Cela n'allait pas l'empêcher d'aller piquer un truc pour se le mettre sous la dent. Il était venu, autant profiter de ce qui était mis à sa disposition. Au buffet, il tomba sur Mikhaïl Bielova qui semblait lui aussi isolé du reste du monde. Allez, on pique un biscuit sans rien dire. Ce n'était pas comme s'il avait quelque chose d'autre à faire. Il allait manger un petit truc, puis il irait s'asseoir dans un coin tranquille pour regarder un peu. Enfin, faire comme s'il regardait vraiment. Dans ces moments-là, il ne vous capterait pas, même si vous hurliez son prénom en faisait les grands gestes de bras des types qui font atterrir les avions. Il ne vous remarquerait pas, car il serait dans ses pensées.

Décidément, elle s'annonçait bien la soirée du Nouvel An. Les uns n'avaient visiblement aucune envie d'être là ; les autres étaient des légumes dépressifs. Et certains étaient même les deux à la fois. Mais le préfet de Serdaigle, plongé dans ses pensées, dans sa bulle, dans son monde parallèle, ne remarquait pas la super ambiance qui régnait.
Allez, et on fait tourner les servietteuh !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Only two synonyms ? I'm losing my perspicacity ! »





Messages : 97

Points : 0
Avatar : Logan Lerman
Crédits : Money Honey & Tumblr

Age RPG : 15 ans
Sang : Mêlé
Camp : Armée de Dumbledore

Doubles-Comptes : Thomas River, Dominique Weasley



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Dim 5 Fév - 9:24

Hugo sirotait tranquillement un jus de citrouille en regardant tous les garçons s’activer autour de lui. Ils étaient pressés de rejoindre leur copine pour le bal. Bande de nouille. Il fallait s’y prendre bien plutôt, il restait plus que dix minutes avant l’ouverture officielle du bal. M’enfin, tout le monde ne pouvait pas être toujours aussi classe que lui. Classe dans le sens, prêt à l’heure bien sur. Parce que dans le sens bien habillé, ça restait à prouver. Une simple chemise blanche et un pantalon noir. Peut mieux faire. Mais n’a pas envie de mieux faire. D’abord parce que cette soirée risquait de tourner au massacre général comme à chaque fois qu’on réunissait le tout Poudlard. Et le Serdaigle n’avait pas envie de sacrifier de beaux habits dans la mêlée. Ensuite parce qu’Hugo n’était pas spécialement d’humeur. Bon d’accord, un Hugo de mauvaise humeur ça arrive une fois tous les deux ans. Et ce n’était pas cette fois-ci. Mais il n’était pas non plus de bonne humeur, pas depuis qu’il savait qu’Adam Neil était mort. Il l’avait vu plusieurs fois, même beaucoup de fois. Adam était drôle, toujours de bonne humeur et très combatif. Il avait détesté rester caché un an et Hugo lui avait parfois tenu compagnie. Lorsqu’Adam était enfin sortit de sa période d’hibernation, l’aiglon s’était réjouis pour lui. Et pourtant, il avait été retrouvé par ses ennemis. En quelques mois à peine, il était mort. Tout le monde dans l’Ordre, et même en dehors, soupçonnait les Rivers d’êtres les coupables. Comment était-il possible de tuer quelqu’un d’aussi gentil, d’aussi sympa qu’Adam ? Hugo soupira en regardant ses camarades se presser pour être prêt à l’heure. Depuis toujours, il débéquetait les Rivers mais là sa haine l’enflammait réellement. Lui qui était si posé, si prompt à pardonner, il détestait. Et il se sentait salit de ce mépris. Ce sentiment n’était pas digne de lui et de son caractère. Mais il n’arrivait pas à s’en empêcher. Domi disait que c’était normal. Mais Domi connaissait bien ce gout de vengeance, pour Hugo tout ça c’était étrange. Depuis toujours le Serdaigle était prêt à se battre pour ses idées, mais pas par vengeance. Par justice.
Soupirant une nouvelle fois, Hugo se leva. Et descendit dans la Salle Commune. Heureusement leur chère Préfète en Chef n’y était pas. Sinon il aurait dû lui jeter quelque chose à la figure. Et la connaissant, il se serait pris des retenues, un frère sur la tronche et des emmerdes pour les mois qui suivaient. Déjà qu’elle s’arrangeait toujours pour l’empêcher de faire le moindre pas de travers… ce qui n’était pas évident vu la capacité d’Hugo à faire des conneries.

Une fois dans les couloirs, l’aiglon sortit une cigarette. Et sentit ses muscles se relâcher. Nicotine quand tu nous tiens… Hugo sourit en regardant le plafond. Un sourire triste au gout des larmes. Mais il ne fallait pas craquer, ça se verrait s’il avait pleuré. Arg. Lui qui pleurait pour un rien c’était mal partit. Du coup, il donna un coup de pied dans le mur. C’est connu, plus on a mal physiquement moins on a mal mentalement et du coup on ne pleure pas. Hein ? Ah bah nan. Il se contenta juste de grogner de douleur. Et de se foutre de sa propre gueule. Finalement, ça l’aida quand même à contenir ses larmes. Ce que c’est con d’être si sensible. Lily se moquerait surement de lui si elle savait qu’il pleurait pour un oui ou pour un non. Il y peut rien d’abord … et puis, il se rattrape en rigolant aussi pour un oui ou pour un non. Alors bon, sa chère cousine n’a pas intérêt à se moquer de lui. Ou sinon il la tape ToT Quoique la dernière fois qu’il avait donne un petit coup de poing à sa princesse pour rigoler, il s’était reçut un coup de pied monumental. Pour rire lui aussi. Mais avec des docs, ce n’est pas très drôle. Eviter de jouer à se donner des coups avec Lily, donc. Surtout quand on est une crevette dans son genre.
A propos de Lily, Hugo se demanda si Xia viendrait aussi. Elle lui avait dit par lettre que c’était peu probable mais le Serdaigle était du genre à toujours garder espoir. Alors il espérait la voir tout à l’heure. Même si c’était pour voir son ex pendue au bras de sa cousine et que, comme à chaque fois, il se sentirait déstabilisé et exclu. Mais faut pas le dire à ses deux amours préférés sinon elles risquent de lui enfoncer la tête dans un toilette en gueulant que c’est lui qui est qu’un gros con et que c’est lui qui à trompé Xia. Tssss. Et alors ? C’était quand même bizarre de voir la seule fille qu’il n’ait jamais aimé de sa vie entrain de bécoter sa princesse à lui. Déjà qu’il avait eu du mal à ne pas hurler de jalousie lorsque Nathan touchait à Lily. Pas qu’il soit amoureux d’elle… MAIS C’EST SA COUSINE A LUI >< Possessif, lui ? Naaaan. Jamais.

    « Eh Weasley, tu gène. »

Planté au milieu d’un escalier en colimaçon, Hugo n’avait même pas constaté qu’il s’était arrêté. Encore moins qu’il bloquait le passage à un groupe de petites vipères en tenue de soirée. Des filles de troisièmes à tout casser. Il ne savait même pas qui elles étaient et pourtant elles venaient de l’appeler par son nom. WHHHA, il est trop people 8D Bon, d’accord tout le monde connaît les Weasley par principe. Et encore plus quand le Weasley en question est du genre à balancer des pétards dans Poudlard sous prétexte qu’il fait trop silencieux. Mais quand même, c’était plaisant. Ce qui était moins plaisant c’était leur tête de mijaurée. Pour qui elles se prenaient ces connes ?

    « Faudrait voir à faire marche arrière et trouver un autre chemin si tu veux m’éviter. »

Sur ce, il s’assit sur les marches et se tira une taffe. Ouais, quand Hugo est déprimé il peut se montrer chiant. Mais comme ça ne lui arrive pas souvent, on le pardonne. En tout cas, lui il se pardonne. Le groupe de vipère se mit à gueuler, il leur fit un doigt sans même les regarder. Ca quand on a une cousine qui s’appelle Lily, une autre Dominique et une autre Roxanne-mais oublions-là, celle-là- on apprend à se comporter comme il faut en présence de chieur. Finalement, les filles passèrent au dessus de lui en le bousculant sauvagement. Et lui, il souriait tranquillement. Lorsqu’elles furent toutes passé, il se releva et avança vers la Grande Salle, suivant de près les vipères. Elles semblaient le détester. Tant pis, elles avaient des têtes et une attitude de pro-Mangemort. Elles méritaient bien de commencer mal la soirée.
Lorsqu’il entra dans la Grande Salle, Hugo vit tout de suite deux de ses cousines. Roxy d’amour et Lily la princesse. Roxanne qui parlait à une River. Youpie, elle s’améliorait bien celle-là. Fronçant les sourcils, l’aiglon se dirigea vers sa Lilounette. Prenant un verre de jus de citrouille au passage. Ouais, il carbure au jus de citrouille et alors ? XD

    « Yo princesse »

Bisous. Pleins de bisous. Enfin non, seulement deux. Mais c’est déjà ça. Il lui lança un regard pétillant avant de se jeter à son cou.

    « Câlin, cousine ♥ »

Oui, il était en manque d’amour. Toutes les filles qu’il fréquentait étaient déjà prises. Sauf Stella mais bon, il n’allait pas avouer qu’il l’aimait bien. Surtout que maintenant, il y avait Emrys. Seul défaut, elle était pote avec Constance River. Pourquoi il était si malchanceux. Et il y avait Jackie, aussi. Mais elle l’énervait, elle et son égoïsme profond. Alors, il y avait Xia et Domi qui acceptaient encore ses câlins. Mais ses préférés c’était ceux de Lily <3 (et ceux de Fred mais il avait pas souvent l’occasion de réussir à piéger son cousin dans un câlin T__T ) Ahum. Le câlin finit, Hugo sourit joyeusement. Il est content d’avoir eu son câlin.
Avisant Lysander qui passait tout près, Hugo prit une cacahuète et la lui lança sur la tête.

    « Eh, monsieur le rêveur, ça va ? »

Et son sourire s’élargit devant les grands yeux étonnés de son ami. Il aimait bien Lys. Tout le monde aime bien Lys, il est trop gentil et trop mignon.

    « Je vous parie que tout ça va encore mal tourner. »

Oups, il n’avait pas pu s’en empêcher. C’était devenu une manie chez lui de faire des paris. Le pire, c’est que ce n’était pas fait exprès. C’était devenu une tournure de phrase comme les ‘tu vois’ ou les ‘quoi’. Un jour il le regretterait. Pour l’instant ça faisait sourire les autres.

✄-------------------------------------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Only two synonyms ? I'm losing my perspicacity ! »



Whovian

Messages : 998

Points : 0
Avatar : Matt Smith
Crédits : Avatar © Domichi|| Signature © Doinwork

Age RPG : 18 ans
Sang : Mêlé
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : « Mon ami !
« Du courrier ?
♥️ En couple ? Nope, plus maintenant ;__;

Truc en plus : Loup-Garou
Doubles-Comptes : Logan Cooper



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Lun 6 Fév - 8:03

Des problèmes. Encore des problèmes. Voilà tout ce que cette soirée annonçait. De la souffrance et du sang, comme à chaque fois que les élèves de Poudlard étaient invités à un événement réunissant beaucoup de personnes. À force, deviner qu'une autre catastrophe se préparait à l'horizon n'était pas bien difficile. C'était surtout terriblement prévisible. Mais Malcolm voulait y aller malgré tout. Pourquoi ? Il n'en savait trop rien. Peut-être était-il suicidaire ? Non. Il y allait très certainement parce qu'il savait une chose : si le bal tournait mal, il ne pouvait pas laisser ses amis seuls en se doutant de ce qui arriverait. Peut-être aussi pour montrer son soutien. La nouvelle avait fait le tour de l'Armée de Dumbledore rapidement : l'un des leurs, l'un des membres de l'Ordre était mort, et d'après ce qu'il avait entendu, dans d'atroces souffrances. Lui ne le connaissait pas, mais peu importait : personne ne méritait de mourir ainsi. L'annonce avait ensuite été répandue dans tout Poudlard. Mal' avait donc entendu, au cours de la journée, de nombreuses conversations au sujet de ce regrettable décès. Et ces conversations étaient parfois respectueuses, parfois... pas du tout. Il était facile de repérer les élèves à orientations mangemoresques dans ces cas-là. Enfin bref, il prenait le risque de venir, pour le meilleur ou pour le pire.

Mal' avait déjà enfilé son plus beau jeans et ses converses, mais il hésitait sur le choix de sa chemise. Blanche ou bleu foncé ? Il finit par opter pour la plus sombre des deux, se disant qu'au moins avec celle-là, c'était toujours aussi correct et en plus s'il se tâchait – avec autre chose que du sang de préférence, merci – ça se verrait beaucoup moins. De toute façon, ce n'était qu'un bal scolaire, et il ne pensait pas du tout à y draguer qui que ce soit. Et puis sérieusement, vous voyez Mal' draguer, vous ? Moi je ne peux même pas me l'imaginer. C'est moyennement motivé qu'il sortit seul de la salle commune, direction la Grande Salle, qui il l'espérait, resterait calme et ne deviendrait pas un bain de sang. L'espoir fait vivre, hein. Non ? Il traversa des couloirs, croisa un ou deux fantômes, des élèves ayant décidé de ne pas participer à la soirée rentrant dans leur dortoir, des professeurs, bref, tous les genres de personnes que l'on pouvait rencontrer dans l'école. Lorsqu'il pénétra dans la vaste pièce, deux minutes avant un certain Hermès, Grace Waldstein était dans les bras du nouveau professeur de Sortilèges et Enchantements, son petit ami Logan Cooper, qui la serrait fort comme si elle était la chose la plus chère à son coeur, les yeux encore légèrement rouges. Ah, il avait pleuré un peu plus tôt. Probablement avant de venir. Malcolm avait entendu qu'il était le meilleur ami du défunt Adam Neil, pas étonnant qu'il ne soit pas très souriant et apparemment démoralisé. C'était triste quand même, de perdre son meilleur compagnon. Se détournant d'eux, histoire de leur laisser un peu d'intimité, il se tourna vers certaines des personnes présentes dans la salle. Ainsi, il salua Lily d'un petit signe de la main et évita de croiser le regard de Roxanne. Quant à Constance, elle lui tournait le dos. Le Serdaigle alla donc droit vers le bar où il se servit silencieusement un jus de citrouille.

Il y eut soudain le bruit d'un sort et l'aiglon tourna la tête pour voir Aleera se faire remarquer en propulsant un autre élève hors de la salle. Ah. Elle ne changerait jamais celle-là. Elle revint une minute plus tard, comme si de rien n'était. Il serait sortit pour voir ce qui était arrivé au garçon si le professeur Waldstein ne l'avait pas devancé, aussi se concentra-t-il sur on jus, dont il bu quelques gorgées, jusqu'à ce qu'il remarque que la Harpie venait de rerentrer et de se diriger vers la pétasse de Aleera Bielova – ouh, des pensées aussi dures venant du gentil Mal' ? Eh bah oui, vous l'avez vue ?! - visiblement pour l'enguirlander. Ça commençait bien, dites donc ! Après quoi elle retourna se caler contre son chéri. Mal' inspira un grand coup et s'approcha timidement des deux profs, pour s'adresser à la belle femme tout autant timidement.

« Bonsoir ! Encore merci pour les places pour le match... et l'autographe... euh, je vous laisse ! »

Aussitôt arrivé, aussitôt repartit. Eh c'est son idole, il flippe à l'idée de l'ennuyer ! Surtout qu'elle était avec son copain, là, c'est privé. Il repéra Lysander avec Hugo Weasley et décida qu'il allait leur tenir compagnie, après tout il les savait sympas et on ne pouvait pas du tout dire qu'ils s'entendaient mal. Sauf que voilà, monsieur ne fut pas très attentif puisqu'en marchant, il regarda ailleurs et... ZBAM. Quelqu'un. Sur le chemin. Pieds nus. Tâche de jus de citrouille sur les vêtements. ... Attendez, pieds nus ? On s'en fout putain, excuse-toi !

« Oh, désolé, désolé, je n'étais pas attentif, pardon ! »

Ouais il est pas fier de son coup Malichou. Rapidement, il sortit sa baguette et murmura un sort pour nettoyer tout ça. Comme il était doué, la tâche disparut fort vite, ramenant le vêtement à se propreté initiale. Mais voilà, il avait été tellement concentré et perturbé par sa faute qu'il n'avait pas encore regardé qui il avait ainsi perturbé. C'est jamais cool de se ramasser une boisson froide dans la gueule. Et là, l'aiglon se paralysa. Oh non, merde. Pas lui, pas celui-là ! Mika. Mikhaïl Bielova. Autrement dit le type avec qui il s'entendait le moins de toute l'école, le seul type qui le tabassait et le faisait chier, bref un cauchemar, jusqu'à ce qu'il décide de ne plus se laisser faire. Il n'avait pas eut un seul problème avec lui cette année, depuis la fête de juin, n'empêche qu'il craignait toujours de recevoir le poing du jeune homme dans la face, ou un sort bien placé. Et voilà qu'il lui avait donné l'occasion rêvée. Car même si Mal' fait un mètre quatre-vingt un, ce n'est pas un bagarreur, loiiin de là. Et pourtant... il ne se passa rien. Le Serdaigle se doutait bien qu'un truc clochait vu le manque de chaussures, mais jusqu'à ce qu'il ne le défigure pas pour avoir fait l'erreur de l'avoir bousculé et renversé du jus dessus... il lui était arrivé un sale truc. Alors comme ça, parce que Mal' est un type gentil – et quand même un peu curieux – il resta en face de lui et le regarda d'un air soucieux, en ayant quand même pris soin de reculer d'un pas, histoire qu'il puisse éviter un potentiel coup de poing à venir.

« Euh... tout va bien? »

Mal' casse-toi, tu as oublié qu'il te hait ou quoi ? Tu es peut-être innocent, adorable et doux comme un agneau, mais lui il s'en fout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Only two synonyms ? I'm losing my perspicacity ! »





Messages : 720

Points : 0
Avatar : Emma Watson.
Crédits : Tomorrow.

Age RPG : 18.
Sang : Pur.
Camp : Basilic




MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Lun 6 Fév - 11:26

Une robe. Rose, en velours et frous-frous, ça c’est la période actuelle de sa mère, dans le genre ‘ma fille est une poupée’. Ca faisait grincer des dents Moïra, et ça plaisait énormément à Tom, qui considérait aussi sa sœur comme une poupée. Dangereuse, perfide, manipulatrice, mesquine et tueuse, mais une poupée quand même. Donc un truc joli qu’il faut à tout prix protéger de la méchanceté des gens. Lâchant un soupir, la préfète en chef remit son bandeau noir en place, ajusta sa ceinture tout aussi noire, et s’observa dans un miroir. Hm, pas mal. Des formes bien mises en valeur, une robe évanescente du plus bel effet, des bracelets fins en or, un collier en or fin et un cœur stylisé comme pendentif – offert par son chéri, on est des riches mes agneaux – et le jonc en or offert par Constance, bref elle était parée. Elle attrapa son sac, à fond indétectable, où elle avait rangé un sacré paquet de choses. Des bouquins pour le cas où ce serait chiant à mourir – ceux qu’on lui a envoyé à Noël bien sûr – mais aussi une trousse de secours et des potions de soin rapide. Et les cadeaux de Thomas, vu qu’elle n’avait pas pu les lui offrir, ils s’étaient étrangement et méchamment disputés. Moïra se mordilla la lèvre, coupable. Elle avait engueulé son frère et l’avait obligé à tout dire à Nephtys, et lui, il y était allé. Elle s’attendait à ce qu’il lui oppose quelque résistance … Mais non, même pas. Du coup elle était encore plus en froid avec Nephtys et son frère lui en voulait toujours autant. Misère de misère, mais quelle bourde. Lâchant un nouveau soupir, elle sortit les cadeaux destinés à son frère et les posa sur le lit. Elle les avait achetés depuis longtemps, en plus, mais après ce qu’elle lui avait fait, elle craignait qu’il refuse de les accepter, lui renvoyant l’ascenseur avec une rancune des plus tenaces. Quelle idée stupide d’écouter Roxanne et Aleera, elle n’est pas taillée pour être Serpentard. Elle fixa les paquets d’un air morne. Une rose de cristal soufflé, pur, sans la moindre rayure. Dépourvue de magie mais extrêmement belle, extrêmement rare, extrêmement … Chère. Mais aussi un collier, très joli, sans chichi, et pourtant illégal. Une main de la gloire de poche quoi, qui offrait de la chance en poche pour un temps limité, quelques heures par jour. Très innocemment, la préfète y avait accroché deux petites plumes, une verte et une bleue. Une pour Serpentard et une pour Serdaigle, pour dire qu’ils seraient toujours ensemble.

Peu convaincue, elle rangea à nouveau ses cadeaux, mit ses chaussures à talons – pas trop haut, histoire qu’elle ne tombe pas – et attrapa son sac pour quitter sa salle commune, baguette en poche. Thomas et elle avaient pu un peu se rattraper, se rapprocher. Chance inouïe, Adam Neil avait été envoyé, seul, en mission d’espionnage d’une prétendue planque mangemort. Moïra avait alors débarqué en gueulant dans la chambre de son frère, et quelques secondes plus tard, bien qu’ils soient en froid, ils transplanaient pour la planque, immobilisant le Phénix et lui faisant payer trois ans de souffrance par la mort. Le Phénix avait été très surpris de croiser Moïra là, lui qui la voyait comme une poupée de riches au cerveau creux et à l’ambition aussi évoluée qu’une courgette OGM. Quelques sortilèges impardonnables plus tard, il était mort, et les jumeaux étaient rentrés chez eux, après que l’aiglonne ait réussi à prouver que Neil était un mangemort. Le monde sorcier avait désormais les yeux fixés sur la famille River, sans pouvoir l’incriminer sous peine de passer pour des amis des Phénix, devenir une victime potentielle et se prendre les avocats familiaux dans la tête. La vie est fabuleuse. Descendant les marches, l’aiglonne esquissa un léger sourire perfide et mauvais, caché sous ses mèches de cheveux. Il fallait qu’elle fasse profil bas, maintenant. L’Ordre du Phénix les surveillait à présent, Thomas et elle. Cooper et Waldstein n’allait pas les lâcher du regard, il fallait qu’elle fasse l’innocente. Thomas y arriverait sans peine, il n’était plus ce gamin un peu trop impulsif ayant tendance à fixer les ennemis de son regard de glace. Heureusement. Elle rentra dans la salle, attrapa une coupe de champagne de ses doigts fins, et sentit immédiatement le regard des profs se poser sur elle, inquisiteurs. Lily Potter la fixa aussi avec aversion, mais Moïra, innocente comme la neige, ne leur accorda pas un regard, comme si elle ne se savait pas centre de l’attention de l’Ordre du Phénix. Levant le regard, elle chercha ses amis, en se disant qu’elle avait quand même filé un sacré coup de main au Seigneur des Ténèbres. Ce dernier était d’ailleurs au courant, vu que Moïra avait cafardé son plan à sa prof de Déviances Magiques au regard inquisiteur et à l’autorité sûre. Et la prof était allé en parler au Lord. John River ne le savait pas, mais dès leur sortie de Poudlard, ses deux enfants deviendraient des gens importants, bien qu’il s’y soit toujours opposé.

Puis, du regard, elle vit Constance. Et Roxanne. Et Aleera qui faisait la gueule, avec Daniel. Et Mikhaïl qui semblait se demander si tuer Malcolm Gray ça se fait ou pas. Bon allez, va sauver l’aiglon, ce sont les Poufsouffle qu’on tue *sort*. Rapidement, elle se dirigea vers Malcolm et Mikhaïl. Si le Serdaigle se demandait comment ça se faisait qu’il soit toujours en vie, le Serpentard n’avait pas l’air dans son assiette. Oh, c’est vrai, Jaemin est reparti en Corée. Aïe. Moïra fit une grimace très explicite à Malcolm dans le dos de Mikhaïl – du genre « son mec est parti n’en rajoute pas il va très mal » - et il attrapa Mikhaïl par la taille. Elle l’aurait bien attrapé par les épaules, mais il la dépasse, poussée de croissance des vacances XD.

« Bonsoir Malcolm. Je m’en occupe, c’est bon. Désolée ... »

Sourire neutre, puis elle partit d’autorité avec Mikhaïl, qui semblait se laisser faire comme un automate. Elle se dirigea droit vers Constance et Roxanne, jeta un regard brûlant à la Serpentard pour la forcer à prendre son petit frère en charge, et arrivée à leur hauteur, elle poussa doucement mais fermement Mikhaïl dans les bras de Roxanne, attrapant sa cousine par les épaules.

« Constance, ma belle, ça me fait plaisir de te voir ! Tu as mis le collier que je t’ai offert ? Il te va vraiment bien, dis-donc ! »

Et mine de rien, elle entraîna sa cousine loin des deux Serpentard. Ca ne servait à rien, parce que Roxanne les plantait là sans plus de cérémonie, entraînant son petit frère dans un endroit calme. Bon allez, fais la conversation à Constance … Et calme-toi, Thomas va arriver. Elle tapota l’insigne de préfète de sa cousine, taquine.

« Alors, tu te fais bien obéir, j’espère ? Sinon … Je m’occupe d’eux ! »

✄-------------------------------------------------------------------



« Quels chats chouchous s'estiment sans défauts ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsmordre.forums-actifs.com

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »



.

Messages : 605

Points : 0
Avatar : Ian Somerhalder
Crédits : Blondie & tumblr & Liloo_59

Age RPG : 17 ans
Sang : Pur
Camp : Basilic

Truc en plus : Animagus (Panthère des neiges)
Doubles-Comptes : Dominique Weasley, Hugo H. Weasley, Cephei C. Kyros



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Mar 7 Fév - 3:55

Les couloirs du château commençaient à se remplir d’une foule surexcitée. Un bal, ça faisait longtemps qu’il n’y en avait plus eu. Et le peuple était heureux. Et inquiet. Ca terminait toujours mal quand Poudlard se rassemblait en une occasion telle que celle-ci. Aujourd’hui, plus que jamais, la tension était palpable. Un membre de l’Ordre était mort. Mais le gros de la foule avait déjà oublié cet incident, de toute façon ils n’y pouvaient rien. La tension venait surtout de quelques élèves plus tendu que les autres qui parcouraient les couloirs la mine sombre. Thomas en faisait partie. Et il poussait une gueulante à chaque fois que quelqu’un le touchait, l’effleurait ou même passait trop près de lui. On s’écartait rapidement sur son passage. Une parole dans la foule attira son attention. On traitait à bas mots les Rivers d’assassins. Le Préfet en Chef s’immobilisa et fixa le quatrième année qui venait de proférer cette injure. Deux heures de retenues en compagnie de Constance et Aleera lui firent rapidement perde de sa superbe. Thomas n’aimait pas abuser de son grade mais sa mauvaise humeur le rendait très irritable. Même s’il devait avouer qu’entendre ‘mort’ et ‘Neil’ dans la même phrase le réjouissait particulièrement. Quelques retenues plus loin, le serpent laissa une nouvelle fois éclater sa colère contre quelqu’un qui le traitait de meurtrier. Il lui expliqua d’une voix calme et froide qu’il avait un alibi des plus sérieux et que, de toute façon, regardez-le, a-t-il vraiment la tête d’un assassin ? Peut-on vraiment croire qu’il a les yeux d’un tueur ? Thomas soupira. De toute façon, il ne réussirait jamais à convaincre ce genre d’imbécile lucide qu’il n’y était pas pour quelque chose dans la disparition de Neil. Alors il se détourna et s’éloigna calmement dans le couloir. Un sourire amer sur les lèvres. Oui, Moïra et lui avaient une nouvelle fois tué.
Et cette fois-ci le meurtre avait été bien plus passionnant et satisfaisant que celui de Nowaki. Car la mort de leur ennemi s’accompagnait de la joie d’avoir enfin pu venger leur frère. Mais malgré cette joie malveillante, Thomas devait s’avouer perdu. Jusqu’ici, il avait eu un but pour avancer ; venger son frère. Maintenant plus rien. Oh bien sur, il lui restait encore plein de choses à accomplir, entrer chez les Mangemorts, devenir puissant, protéger sa famille, assurer la sécurité pour les Sang-Purs. Seulement, maintenant que Neil était mort le seul lien qui le rattachait encore à Alex –la vengeance- avait lui aussi disparu. Stupidement, il avait cru que la mort de Neil remplirait un peu du vide laissé par Alex… Mais rien. Le grand vide, toujours. Adam Neil était mort et Thomas River s’en réjouissait. Mais son frère aussi était mort… et le décès de cet amoureux des moldus ne changerait rien. Au moins, lors du jugement dernier, il pourrait regarder Alex dans les yeux. Au moins l’honneur sali des River était rétablis. Au moins Tom pouvait dormir en paix sans crainte que Neil vienne tuer sa sœur. Au moins… mais Alexander River était bel et bien mort. Rien ne changeait, rien ne changerait jamais. Le dernier regard que son frère avait posé sur lui poursuivrait Thomas toute sa vie. Cette vengeance n’arrangeait rien. Depuis le début, pourtant, il le savait. Le Serpentard n’était pas assez naïf pour croire que la mort de ce chien changerait quoique ce soit. Thomas le savait le comprenait, mais là c’était l’intelligence mentale qui était en jeu. Derrière ça, l’intelligence émotionnelle avait toujours l’espoir que ce meurtre le satisferait. C’était faux. Et sans se l’avouer, sa joie se mêlait à sa déception. Et il était de fort mauvaise humeur.
Surtout ajouté au fait qu’il s’était disputé avec Moïra, la semaine précédente. Et qu’ensuite, suivant son conseil peu avisé, il était allé parler à Neph de tout ça… Super. L’aiglonne avait carrément pété une câble. Tu m’étonnes. « Ah au fait, chérie, je devais te dire ; je crois que je t’aime. Avant, je ne t’aimais pas, je sortais avec toi juste pour faire chier mon père, parce que ce boulet voulait me fiancer à une Sang-Pur. Donc voilà, j’ai profité de toi mais comme maintenant je crois t’aimer, tu me pardonne. Hein ? » Très très très optimiste. Voir crétin. Mais ça, Thomas n’en avait jamais douté un seul instant. Sauf que Moïra lui avait dit de faire ça, elle le lui avait limite ordonné en disant qu’il n’avait pas le droit de mentir à sa meilleure amie. Alors, il l’avait fait pour Moïra, histoire que ça ne complique pas les choses. Car Tom savait directement qui choisir entre Moïra et Neph. Ce qui l’inquiétait c’est qu’il n’était pas sur que pour Moïra le choix soit toujours aussi évident, sa sœur était toujours prompt à lui en vouloir pour tout et n’importe quoi. Tssss. Enfin, bref. Nephtys lui en voulait. Ce qui était franchement compréhensible. Il n’aurait jamais du le lui dire, franchement ça aurait changé quoi à part que leur couple se serait mieux porté sans ça ? Comme le serpent le lui avait annoncé le matin même, Nephtys avait décidé de ne pas aller au bal. Elle ne cassait pas mais elle ne voulait pas sortir avec lui ce soir. Super. Du coup, il se retrouvait seul pour y aller. Re-super. Le pire, c’est qu’il l’aime vraiment, son égyptienne. Si à cause des supers conseils de Moïra, ça gâche tout, Tom ne savait pas comment il ferait. Il avait déjà perdu Lee, il y a peu. Maintenant qu’il retombait amoureux, tout capotait à nouveau. Le pire c’est que Moïra, après lui avoir conseillé de tout dire à Neph était ensuite revenue sur sa décision. Mais le serpent avait quand même suivit les conseils de sa sœur car il savait que c’était à ce moment là qu’elle était le plus sincère. Après, sa peur l’avait emporté sur la sincérité. Et puis Thomas lui avait bien dit que c’était ‘très clair’. Il y avait été le cœur lourd mais sans hésiter. Maintenant, il était perdu sans Nephtys.

Toujours sur les nerfs, le Préfet en Chef se dirigea vers la Grande Salle d’un pas lent. Il n’était franchement pas pressé d’y aller. Classe River oblige, il avait revêtu sa plus belle chemise blanche, un pantalon de smoking, s’était coiffé patiemment –alors que d’habitude il se sert de ses doigts- et avait mis ses nouveaux boutons de manchettes reçu à noël par son père. Ecaille de dragon vert. Comme Serpentard. Bref, il était selon lui totalement neutre, vu comment il était obligé de s’attifer pour les bals de sa mère, mais il avait quand même une certaine classe et une certaine marque obligée. Si Nephtys était venue, il aurait fait un peu plus attention à sa tenue. Il aurait peut-être prit un costume de bal ou au moins une cravate. Elle se serait foutue de sa gueule, il aurait sourit, elle aurait dénoué sa cravate, il l’aurait embrassé. Et c’aurait été une bonne soirée. Là, c’était juste nul. Enfin, c’est ce qu’il avait décidé du moins. Il avait aussi décidé de ne pas râler sur Moïra, après tout c’était lui qui avait fait la démarche crétine de tout avouer à Neph. Alors ce serait dur de rester naturel mais il avait choisit entre Neph ou Moïra. Il avait choisit d’écouter sa sœur et maintenant il devait assumer.
Une fois à l’entrée de la Grande Salle, le serpent marqua une pose pour repérer des têtes connues. Aleera parlait avec Dan, Hermès était blanc comme un linge, Waldstein et Cooper parlaient d’un air triste surement touchés par la disparition de Neil, Gray-qui-aurait-du-mourir venait de renverser quelque chose sur mini-Bielova. Apparemment, ce Serdaigle était vraiment suicidaire. Etonnement, mini-Bielova ne réagit pas. Ce gars était vraiment bizarre. Colérique à un moment et complètement amorphe à un autre. C’est à ce moment là qu’il avisa Moïra qui se dirigeait vers mini-Bielova. Elle le prit avec elle pour se diriger vers…Roxanne et Cous. Bien, allons-y. En espérant que tout se passerait bien avec sa jumelle…
Une fois à leur hauteur, il plaqua un sourire calme. Même si c’était tout le contraire. Constance devait surement râler de ne pas avoir pu participer au petit meurtre en famille, et Moïra et lui étaient très tendus. Malgré tout, c’était la fête, Neil était mort. Alex était vengé et chaque River ici présent s’en réjouissait. Même avec leurs différents, Tom savait que leur lien était beaucoup plus fort que le reste.

    « Bonjour les filles. Dis Constance, faudrait voir à mettre des jupes plus longues, il y a un crétin qui te lance des regards peu plaisants depuis tout à l’heure. »

Sourire mauvais vers le crétin en question qui détourna aussitôt la tête. Il est vrai qu’on évite de plus en plus d’énerver le Préfet en Chef désormais. Car, outre le fait qu’il soit Préfet en Chef, il avait aussi sa petite réputation de meurtrier. Parfois ça fait du bien.
Souriant tranquillement à sa sœur, il constat qu’elle était plus belle que jamais.

    « Tu es magnifique, Moïra. Je m’attendais à avoir les yeux brulés par du Rose Barbie et ça me soulage de te voir aussi belle. Ton petit côté classieux me plait beaucoup plus que ton côté poupée. »

Si, c’est vrai ! XD D’accord, il avait toujours adoré voir sa sœur comme une adorable poupée à protéger. Mais après l’avoir vu tuer Nowaki et Neil, il devait bien se rendre à l’évidence, elle n’en était pas une. Alors, il ne fallait pas lui faire l’insulte de la considérer comme tel. Et puis, c’était vrai que ce côté classe et adulte lui allait beaucoup mieux que celui d’une gamine de 13 ans.


✄-------------------------------------------------------------------


« When you strike a playboy pose,If you wanna go far, if you wanna be a star, Then you gotta bring it,Cha-ching »




Dernière édition par Thomas River le Mar 7 Fév - 9:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« You have ten fingers ? Oh, me too ! Let's be friends ! »



...

Messages : 420

Points : 3
Avatar : William Moseley
Crédits : Stainless Night

Age RPG : 16 ans
Sang : Mêlé
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : ~ Fiche de présentation
~ Un lien?



Doubles-Comptes : Ted Lupin ~ Eliott H. Hudson ~ Scorpius H. Malefoy



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Mar 7 Fév - 5:32

Maxime chantonnait à moitié en se préparant pour le bal. Il était content car il allait passer sa soirée avec Domi et en toute légalité et rien que cette perspective aurait pu le faire bondir de joie. Depuis qu’il était avec elle, il ne s’était jamais senti aussi heureux. Il ne déprimait plus, avait réussi à faire le deuil de sa mère et surtout, n’était plus obsédé par une pensée unique : venger sa mère. Non, cette période était belle et bien révolue et la vie avait repris le dessus. Et dire qu’il avait fallu qu’il frôle la noyade de justesse pour qu’ils s’avouent leurs sentiments… Enfin bref, au moins ils l’avaient fait, et c’est sautillant presque que le Poufsouffle enfila un jean et une chemise blanc cassé. Il ajouta une paire de converse noire et blanche et passa sa main dans ses cheveux histoire d’y mettre un bazar organisé. Il ne s’était pas habillé avec une classe particulière mais avait il ne détonnait pas trop non plus. En fait, il se fondait dans la masse. Et puis si jamais une bagarre ou une catastrophe se produisait – ce qui risquait d’être le cas avouons-le -, il serait plus à l’aise que s’il était tout endimanché.

Le Poufsouffle jeta un coup d’œil à sa montre et vit qu’il était légèrement en retard. Ce n’est pas pour autant qu’il accéléra le rythme non, il aimait bien être en retard. Tant qu’il ne faisait pas poireauter Domi certes. En tout cas, cette fois-ci, pas de teinte noire dans les cheveux, rien d’artificiel. Le miroir ne reflétait tout simplement que ce qu’il était et rien de plus. Maxime détourna le regard et se mit en route pour le bal. Enfin ! Cela lui faisait penser qu’ils n’avaient pas convenus de lieu de rendez-vous avec Domi et c’est pour cette raison qu’il préféra se rendre directement dans la Grande Salle. Ils avaient plus de chance de se retrouver là-bas, malgré les dimensions affolantes de la salle.

Lorsqu’il entra, entouré d’un groupe de filles de troisième année qui piaillaient autant qu’elles pouvaient, il vit qu’il y avait déjà pas mal de monde. Max en reconnut un bon nombre mais pas de Domi à l’horizon. Légèrement déçu, il s’engouffra dans la pièce à la recherche d’une compagnie en attendant sa copine. C’est alors qu’il vit Hugo, son meilleur ami, papoter avec Lysander, un de ses amis aussi et Lily, l'air plus renfrogné que jamais. Le jaune et noir accéléra le pas tout en souriant et arriva à leur hauteur. Il entendit alors Hugo dire avec le plus grand détachement possible que ça allait mal finir. Non mais vraiment, il n’y avait que lui pour rire de tout, même des sujets les plus graves.

« Mais ne vous inquiétez pas, je suis là pour sauver la situation. »

Maxime bonda légèrement la poitrine, mettant en évidence son insigne de préfet. S’il avait eu le choix, il ne l’aurait pas porté, il trouvait ça un peu prétentieux, mais sachant qu’en cas de problèmes, c’était aux préfets d’intervenir avec l’aide des professeurs, il l’avait accroché sur sa chemise. Toujours est-il que le Poufsouffle s’arrêta lorsqu'il fut arrivé à côté de Hugo et leur sourit. C’était bien de profiter un peu avant la tempête.

« Sinon ça va vous trois ?! »

Mine de rien, il surveillait la porte d’entrée, guettant tout signe de Domi. Bah oui, il était devenu dépendant d’elle, il fallait dire les choses telles qu’elles étaient. En même temps, il jeta un coup d’œil à la ronde. En tout cas, il avait l’impression que pas mal de monde était venu ici par obligation ou par un simple concours de circonstances parce qu’il y en avait certains qui n’avaient aucune envie d’être ici, cela se voyait très clairement. Il eut un léger sourire en voyant Malcolm renverser du jus de citrouille sur Mikhaïl et reporta son attention sur les deux Serdaigles et la Serpentard. Pour le moment, aucun signe avant-coureur d’une hypothétique émeute ou catastrophe. Cette fois-ci, le Poufsouffle était sur le pied de guerre. Il n’y avait pas moment qu’il frôle une nouvelle fois la mort et aucun de ses amis. Aucun des élèves tout court d’ailleurs. Quoique… Enfin bref, pourquoi se ruiner le moral d’avance alors que Domi allait arriver ? D’ailleurs… Il faisait soif non ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Only two synonyms ? I'm losing my perspicacity ! »





Messages : 438

Points : 0
Avatar : Ole Sorensen
Crédits : Welti.

Age RPG : Dix-sept ans.
Sang : Pur.
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : # Nice to meet you. Moi c'est Lysander, fils de Luna Lovegood. ♣️ Disponible pour 2 RPs. • Du courrier, j'en ai jamais assez. ♥️ Fou de Lucy Weasley. Et oui, c'est un radis autour de mon coup.

Doubles-Comptes : Kaia K. Asbjörn.



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Sam 11 Fév - 4:43

Tiens, il pleuvait des cacahuètes maintenant. Bizarre ça. Décidément, il se passait toujours des trucs de dingues pendant les rassemblements. Peut-être qu'un jour, un Ronflak Cornu allait débarquer. \O/ Ça pouvait être une bonne raison de venir, un jour où il n'en aurait vraiment pas envie du tout. C'était vraiment improbable, mais pas autant qu'une pluie de cacahuètes. Enfin une pluie... il y en avait eu une. Lancée avec habileté, non pas par un nuage, mais par un petit plaisantin de Serdaigle que Lysander connaissait très bien. Le légendaire Hugo Weasley, le petit rigolo de la bande, celui qui taquine tout le monde et parie sur tous les sujets. Un petit gars sympa, en définitive. N'empêche qu'une cacahuète... S'il avait su, le dragon aurait essayé de la rattraper pour la gober. Mais tant pis. Cette brave petite chose avait bien réussi sa mission, elle ne méritait pas l'épreuve de la digestion - non pas que je sache ce que c'est d'être digéré, mais j'imagine que ça ne doit pas être très agréable.

« 'Lut Hugo. T'as l'air bien en forme toi. »

... Ce qui n'était pas forcément une bonne chose pour tout le monde. Un signe que ça allait chez Hugo, c'était quand il pariait. Ce qu'il fit la seconde suivante. C'était pas vraiment positif, mais bon, le Serdaigle plaisantait sur tous les sujets. Au moins, lui il plaisantait. Ce qui n'était pas le cas de Lysander, qui avait un humour très limité. Mais Hugo savait très bien mette l'ambiance, il n'avait guère besoin d'aide.
Sur ces bonnes paroles, Maxime Duncan débarqua. Lui aussi était un type sympa. Un collègue préfet. Et merde, en parlant de préfet, Lysander avait en fait sa tête en l'air. Avisant l'insigne que portait Maxime, il se rappela de la sienne. Il savait très bien où elle était. Dans le tiroir de sa table de chevet. Pour une fois qu'elle était rangée, elle n'était pas à sa place. Tant pis. Lysander n'allait pas se farcir tout le trajet jusqu'à la tour de Serdaigle simplement pour un truc de cette taille. De toute façon, personne n'ignorait qu'il était préfet. Le préfet taré de Serdaigle, c'était lui. Le type tête en l'air qui ne s'énervait presque jamais, c'était lui. Tant pis, ça ne l'empêcherait pas de courir s'il fallait encore aller chercher les professeurs en cas de dérapage. Au contraire, ça l'allégeait. Certes d'un poids infime, mais tout de même.

« 'Lut Maxime. Moi ça va, pour l'instant personne n'a tapé sur personne. » (Apercevant de l'agitation, il jeta un regard curieux). « Juste Malcolm qui vient de foncer dans Mikhaïl. »

La routine. Un peu de jus par terre, rien de grave. Malcolm n'était pas quelqu'un qui cherchait les problèmes. L'incident allait certainement être oublié très vite. Mais en parlant de jus de cirtouille... Lysander, s'il avait piqué un truc à se mettre sous la dent tout à l'heure, n'avait rien pris à boire, et son gosier commençait à réclamer quelque chose pour le désaltérer. Autant boire maintenant, alors que les gens continuaient à arriver. Après, tout le monde commencerait à trouver qu'il faisait soif, et ça allait devenir le bordel au service boisson. Mieux valait y aller dès maintenant. Ça allait aussi l'occuper un peu. La conversation ne battait pas son plein. Lily avait l'air renfrogné et le dragon ignorait si Alexia allait débarquer ; Lysander... ben il n'est pas quelqu'un de naturellement causant, et Maxime semblait guetter avec impatience l'arrivée de quelqu'un. S'il avait à faire son Hugo et à parier, le préfet des aiglons aurait parié sur Dominique, l'actuelle petite amie de son collègue de Poufsouffle. Bienvenue au club des mecs qui sortent avec des Weasley Max' !

« Je vais me chercher un truc à boire ; quelqu'un veut quelque chose ? »

Ho, qu'il est serviable ce Lysander. Il propose de faire les serveurs, si c'est pas trop gentil ça. Vu comment personne ne faisait attention à l'endroit où chacun allait dans cette de dingues et d'aveugles et de têtes en l'air, transporter ne serait-ce qu'une seul verre se révélait être une tâche compliquée. Le t-shirt de Mikhaïl en avait d'ailleurs fait les frais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« You have ten fingers ? Oh, me too ! Let's be friends ! »



...

Messages : 570

Points : 2
Avatar : Zooey Deschanel.
Crédits : Obsession27.

Age RPG : 16 ans
Sang : Pur
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : - Un petit lien?
- Vivent les SMS
- Cause with me?
- Qui suis-je, au fait?

Truc en plus : Dessine carrément bien...
Doubles-Comptes : Nada.



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Sam 11 Fév - 5:33

Un Bal du Nouvel An.
Mais laissez-nous rire, messieurs et mesdames de l’administration de Poudlard…Grands cerveaux, sortis de grandes écoles pour énoncer de grandes conneries, comme par exemple le fait qu’un bal rassemblerait les élèves et dissiperait le malaise induit par la fête d’Halloween qui s’était révélée, foi de Poufsouffe, bien humide. Lucy posa son crayon et abandonna le dessin de chat qu'un élève de deuxième année lui avait demandé moyennant finances, puisque de temps en temps la jeune fille dessinait pour se faire de l'argent de poche. Elle ferma les yeux et posa deux doigts de part et d’autre de l’arête de son nez tandis qu’un frisson la parcourait, au souvenir de la fête, de ce qui s’y était passé et surtout, de comment elle s’était achevée. Il y avait eu là des images qu’elle n’oublierait, ne serait-ce que la puissance de l’eau. L’eau, ce symbole de vie, l’eau qu’elle dessinait parfois sous les pattes d’un dragon, comme un miroir, l’eau d’une rivière de montagne ou le ressac d’une mer, n’avaient rien à voir avec la mort liquide.
L’avantage était peut-être que l’Ordre du Phénix avait, ce jour là, remporté une bataille contre les Basilics. Une bataille, et pas la guerre, comme certains se plaisaient à le croire et à le piailler, comme le sifflaient implicitement les autorités de Poudlard. Il y aurait d’autres combats…Lucy, pourtant d’un naturel optimiste, se refusait à croire que les serpents en avaient fini avec les partisans du Phénix. Renonceraient-ils si facilement ? A leur façon, ils étaient certainement aussi attachés à leur idéologie et à leur combat que leurs adversaires…et leurs adversaires n’étaient pas prêts à renoncer !

Hoshi se glissa par la porte entrebâillée et, apercevant son humaine assise au bureau, se dressa sur ses pattes arrières pour poser cinq doigts aux doux coussinets sur le genou de Lucy avec un miaulement sourd. La jeune fille écarta ses mains de ses genoux, se redressa et l’animal sauta sur les cuisses de sa servante, patouillant et se retournant, tantôt frottant sa tête contre la mâchoire de Lucy, tantôt lui chatouillant le nez de sa longue queue touffue. Hoshi était magnifique. Elle était devenue immense, ce que nul n’aurait su prédire face à la minuscule boule de poils ramassée dans la neige, musclée et aux oreilles terminées par un doux plumeau. Son pelage avait grisonné et elle était désormais tigrée, légèrement tigrée, pâle comme un dégradé au crayon de papier, monochrome à l’exception de ses immenses yeux tirant sur un étrange bleu lagon. Lucy gratta l’oreille de son amie de toujours, et Hoshi ronronna. Exclusive, elle n’hésitait jamais à rappeler à Lucy qu’elle existait et était sa propriétaire, allant jusqu’à pester sur Lysander ou sur Lily. Mais Hoshi était son amie, sa confidente, aussi fidèle qu’un chien à sa manière. Lucy enfonça ses doigts dans la fourrure épaisse, hivernale, de la chatte.
L’ambiance n’avait jamais été si sombre, si tendue à Poudlard. La peur et la rancœur sifflaient le long des couloirs, comme le vent dehors, aussi glaciales, aussi bruyantes que la bise. Les Basilics se rengorgeaient et piaillaient, jetant des regards narquois au monde, et l’Ordre du Phénix prenait garde de demeurer discret, ce d’autant plus que la torture d’un de leurs membres par les Mangemorts jetait un sacré coup sur leur pouvoir. Oh, Halloween avait été la défaite des Basilics mais comment pouvaient-ils penser, ou simplement imaginer, que les serpents avaient perdu quand leur pouvoir s’étendait de la sorte ?

Hoshi suivit Lucy quand elle chercha des vêtements pour s’habiller. Le bal…elle n’en avait pas envie mais au moins, elle y verrait ses amis. Lily, et puis surtout, Lysander, qu’elle n’avait pas croisé ces derniers temps. Et qui lui manquait, affreusement. Elle avait envie de lui sauter au cou, de le serrer fort, de l’embrasser passionnément au milieu de la Grande Salle et si possible sous le nez de Lily, juste pour le plaisir d’entendre sa cousine la taquiner. Elle avait besoin d’eux, eux tous, ils étaient ses proches et sa source de chaleur humaine. Le monde l’insupportait, les gens l’intéressaient comme des objets d’étude mais eux, elle les aimait. Simplement et sans conditions. Lily et son caractère de cochon, Alexia qui valait bien une Lily, Lysander le doux rêveur, Maxime qui veillait sur Domi comme une poule sur son poussin, tous, quels que soient leurs défauts par ailleurs, étaient ses amis. Et si elle fustigeait leur tempérament, pour rien au monde elle n’aurait voulu qu’ils changent.
C’était un bal et Lucy, une jeune fille presque conventionnelle. Bal, robe. Robe, bal. Elle n’avait pas le corps superbe, de femme fatale ou d’autre chose selon l’observateur, d’une Aleera, mais plus rien d’une enfant aussi choisit-elle une robe droite et satinée, rouge bordeaux, qui s’arrêtait juste au-dessus de ses genoux, et des collants noirs au-dessous. Des bottines montant à mi-mollets, des godillots plutôt, couleur caramel, complétèrent le tableau. Un léger décolleté laissait deviner la naissance de sa poitrine, guère plus, elle n’avait aucune envie d’attirer les regards des mâles affamés. Euh. Eventuellement, le regard d’un chevalier servant affamé, ça ne lui déplairait pas, surtout si le chevalier était un bel aiglon aux cheveux en bataille et au regard rêveur. Et affamé.

Hoshi voulut jouer avec la pierre bleutée et translucide résillée d’argent que Lucy attacha autour de son cou avec une chaîne courte, mais elle l’écarta. Un dernier coup de brosse et de lustrant sur ses cheveux auburn, une ombre caramel de fard à paupières au-dessus de ses yeux gris-bleu, et la Poufsouffle descendit l’escalier. Une bouffée de chaleur la happa dans la Grande Salle ; l’endroit était déjà animé, et la jeune fille parcourut les alentours du regard, cherchant un visage familier. Qu’elle trouva !
Quelqu’un avait jeté une cacahuète à son Lysander…ce n’était pas un singe, c’était un chevalier ! On ne jette pas de cacahuètes aux chevaliers, sauf à Jaime Lannister très éventuellement ! Mais le mister-cacahuète s’avéra être Hugo Weasley, un des nombreux cousins de Lucy, et la jeune femme reposa dans le plat la poignée de pistaches avant de s’avancer vers ses amis. Et hop, un de plus, le temps que Lucy arrive, Maxime Duncan venait de se glisser, coucou ! parmi les autres. Maxime Duncan, préfet, comme elle l’avait été jusqu’à l’été précédent…Lucy s’avança, tapota l’épaule de cousin Hugo :

« Hé, toi, là, on jette pas des cacahuètes à mon chevalier servant ! Salut Maxime, tu vas bien ? »

Puis elle laissa là les conventions sociales et sauta, gentiment s’entend, au cou de son amour d’amour de chevalier servant adoré mignon…bon, au cou de Lysander quoi. Qui s'apprêtait à aller chercher à boire mais osef, personne ne mourrait de soif tandis qu'elle, elle mourait d'envie de l'embrasser. Cela faisait plusieurs semaines qu’ils n’avaient pas pu se voir autrement que rapidement, échanger plus qu’un sourire dans un couloir, alors Lucy le serra contre elle et l’embrassa, puis lui adressa un graaand sourire, les yeux pleins d’étoiles :

« Ca faisait longtemps…tu m’as manqué. Comment tu vas ? »


Plus elle le regardait, plus elle trouvait qu’il avait l’air fatigué, son chevalier. Limite blasé, à vrai dire, et puis, rêveur mais ça, c’était du Lysander pur jus, garanti sans tache, et ce n’était pas parce qu’il avait l’air rêveur qu’il ne l’écoutait pas, elle le savait bien. Quiconque se serait agacé de l’air éternellement dans les vapes de l’aiglon n’aurait pas pu être sa petite amie plus d’une semaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wildhorses.fr-bb.com

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »



Love ya for ever, Max ♥

Messages : 104

Points : 0
Avatar : Anna Bella Thorne
Crédits : Highs, Deviant Art & Tinker Bell

Age RPG : 15 ans
Sang : Mêlé (Sorcier/Vélane)
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : Ca te regarde, pauv' nouille ?

Truc en plus : Demi-Vélane
Doubles-Comptes : Thomas River & Hugo H. Weasley



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Sam 11 Fév - 9:53

Dominique regardait le paysage d’un air sombre. Il y a peu, elle accordait sa confiance à beaucoup de Serpentards. Simplement parce qu’ils étaient dans sa maison, parce qu’ils l’avaient éduqué et fait d’elle quelqu’un de fort et qui sait tenir tête. Les serpents étaient ceux qui l’entouraient tout au long de la journée, ceux dont elle entendait les rires, les pleurs et les cris. Elle aimait sa maison et ne la renierait jamais. Mais elle ne faisait plus confiance à ses camarades. Ils étaient peu, chez les verts et argents, à appartenir à l’AD. Lily, Meg et Domi. Le reste était pratiquement tous des pro-Mangemorts, ou des lâches qui n’osaient pas affirmer leur opinion. La renarde ne savait pas si c’était la même chose pour Meg et Lily, elle n’avait jamais osé poser la question de peur de se faire passer pour une victime, mais autour d’elle tout disparaissait. Les filles de son dortoir la volaient sans aucune gêne. Elle retrouvait ses affaires à des endroits improbables et particulièrement chiants. Comme tous ses essuies de bains qui s’étaient retrouvés pendus aux fenêtres, en plein hiver par -8°C. Comme ses serviettes hygiéniques et ses tampons qui avaient disparus juste au moment où elle en avait besoin. Domi avait du en demander à Lily sans lui laisser paraître qu’elle se faisait voler. Pour se défendre, la vipère tapait, gueulait et faisait des sales coups à son tour. Mais ça ne faisait qu’augmenter la tension présente dans le dortoir, c’était horrible. Et s’il n’y avait que ça… Un jour, il y a une éternité, Thomas River l’avait défendue de toutes ces blagues. Car si ce mec a toujours été un crétin finit, il adore tout ce qui est mignon et fragile – il a cru que Dominique était fragile…- et protège tout ce qu’il considère comme tel. Un jour, il y a une éternité, Thomas River l’avait donc protégé elle, et Piou aussi. Puis il avait été impliqué dans cet incendie… la renarde secoua la tête pour ne pas y penser. River n’était plus le même depuis longtemps, ça faisait déjà des mois qu’il ne la protégeait plus. Au contraire, il passait tout aussi bien ses nerfs sur elle que sur quiconque d’autre. Peut-être même plus. Mais pire, ce gars qu’elle avait apprécié un temps était, à coup sur, le meurtrier d’un membre de l’Ordre. Domi frissonna à cette pensée. Tous les jours, elle fréquentait un meurtrier, elle lui avait déjà parlé. Quelqu’un qui avait tué de sang froid… Adam Neil ne méritait pas ça. La vipère connaissait son histoire mais savait aussi que jamais Adam n’avait voulu tuer quelqu’un. Contrairement à un River.
Tous les membres de l’AD et de l’Ordre devenaient dingues avec cette histoire. Dominique, elle, était juste furieuse et dégoutée. Sa haine pour les Mangemorts s’affirmait de plus en plus. Elle avait déjà souvent vu le mal dont ils étaient capables mais elle n’avait jamais imaginé qu’un adolescent puisse y prendre de part de manière si concernée.

La vipère détacha son regard du paysage hivernal. Et jeta un regard détaché sur le dortoir. Toutes les filles étaient déjà parties en piaillant pour arriver tôt au bal. Dominique, elle, avait peur. Comme toujours. Parfois, elle se demandait si elle n’avait pas été envoyé chez les serpents pour son côté un peu passif, un peu lâche. Et dès que cette pensée la traversait, elle se fâchait tellement contre elle-même que la renarde se mettait immédiatement en action pour se prouver le contraire. Elle était allée à la fête de fin d’année, elle était allée à Halloween. Malgré sa peur de la foule, malgré sa peur de voir quelqu’un mourir. Certains diront que c’est du courage, mais pas elle. Dominique trouvait que c’était aussi une forme de lâcheté. Elle avait tellement peur de se considérer comme quelqu’un de mauvais qu’elle essayait de se prouver le contraire. Elle avait peur pour ses amis du coup, au lieu d’essayer de les dissuader d’aller sur place, elle les accompagnait et, durant les moments critiques, se retrouvait totalement inutile. Seul Max lui avait prouvé le contraire, à Halloween. Il était la seule personne qui arrivait à lui faire croire qu’elle était quelqu’un de bien. Il était la seule personne qui lui donnait l’envie d’être quelqu’un de bien.
Se regardant dans la glace, elle se dit qu’elle ne pouvait pas y aller en simple jean. Il fallait qu’elle se fasse belle pour son amoureux. Rapidement, la vipère enfila une robe noire à grand décolleté. Un simple collier pas trop visible, des bas foncés, des petits talons, quelques bracelets de couleurs -quand même. Et ses cheveux… lâchés mais avec deux tresses qui se rejoignaient à l’arrière de sa tête. Bon, elle était bien mais pas trop bien. Elle savait qu’il ne fallait pas trop bien s’habiller, vu que Poudlard se rassemblait pour une grande occasion et que ce serait synonyme de malheur.

D’un pas léger, la jeune fille monta tous les escaliers qui menaient à la Grande Salle. Dès son entrée, elle remarqua la foule. Ce qui était logique, la foule était facilement repérable, hein. Inspirant profondément, Dominique s’engouffra entre les gens en serrant les lèvres. Rapidement, elle se dirigea vers le bar et prit deux jus de Citrouille. Un pour elle et un pour Max. Si elle le trouvait dans tout ce monde… Un peu paniquée d’être seule entre tous ces élèves qu’elle n’aimait pas spécialement, la renarde chercha des personnes connues et appréciées. Son regard tomba sur une sorte de bouffon qui lançait des cacahuètes… Hugo. Il n’en perdait pas une. Souriant, Dominique essaya de rejoindre le plus rapidement possible son cousin et sa cousine, puisque Lily se trouvait à ses côtés. Sauf qu’il y avait entre eux une sorte de marée humaine qui n’arrêtait pas de se déplacer- principe de la marée, en fait. Essayant de ne pas les perdre des yeux, Domi fit un long détour pour toucher le moins de gens possible. Si ça continuait, elle allait hurler. En plus tout le monde la bousculait et elle risquait de plus en plus de se mettre du jus de Citrouille sur sa robe. Et si ça arrivait, elle se jurait d’enfoncer son verre dans le nez du coupable… Ah, Lysander rejoignait ses cousins. Attendez-moi, les poteaux, j’arrive. AAAAAH, il y a Max qui vient d’arriver. OMG, il est trop beau. Dominique tomba instantanément amoureuse de lui. Avant de se rendre compte qu’elle l’était déjà. Elle se mit à sourire toute seule et pressa encore le pas. Elle arriva juste après Lucy, déjà pendue au cou de son amoureux. Oh, elle aussi, elle peut se pendre au cou de son amoureux, dites ? *-* Ah, nan, elle a des verres en mains, ce n’est pas compatible. Pas grave. Elle s’avança vers Hugo, lui sourit. Il lui sourit, elle lui ressourit. Il lui jeta un regard interrogateur. Elle lui plaça les deux verres dans les mains avant de sauter au cou de Max.

    « BONJOUR TOIIIII <3 »

Bissssouuuuu ? *-* En plus il sent super bon, le salaud ! Comment on peut être aussi parfait, ça devrait être interdit. Si ça continue, il va y avoir des milliards d’autres filles qui vont tourner autour de lui. Déjà qu’il y en avait une qui le regardait d’un air déçu –sans doute parce que Domi était pendue à son cou ? EH, salope regarde pas Maxime avec ces yeux là. Dans le dos de son amoureux, la vipère fit un doigt d’honneur à l’autre pouffiasse qui détourna le regard, visiblement outrée. Ouais ben casse toi ><.
Rhhhha, qu’il est bon d’être contre son amoureux. Même si on sait qu’on va bientôt vivre l’enfer mais ce n’est pas grave. Se retirant des bras de Maxime avec des étoiles dans les yeux, Domi daigna accorder de l’attention à ses cousins et à Lys.

    « Coucou les gens. Désolée, je n’ai pas pu prendre des boissons pour tout le monde, je n’ai que deux mains ^^’ »

Sur ce, elle reprit les verres de jus de Citrouilles des mains d’Hugo et en donna un à Maxime avant de goutter le sien.

✄-------------------------------------------------------------------

She's a wild child, she's on fire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »





Messages : 139

Points : 0
Avatar : Fransisco Lachowski.
Crédits : Dodixe & permanentjoy (gif).

Age RPG : 17 ans.
Sang : Né-moldu.
Camp : Neutre

Vie du personnage : Présentation
Liens

Doubles-Comptes : Lucy Robinson & Constance E. River & Siri D. Watson



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Sam 11 Fév - 12:17





Le nouvel an, à l'origine, il aurait du le passer cinq-six fuseaux horaires plus loin d'ici. A Las Vegas à claquer le fric de Dan en compagnie de se dernier, sauf que, une lettre d'une blondasse rageuse avait finalement écourtée leurs vacances. Aleera, je t'aime. Rentrant donc plus tôt que prévus avec comme seul souvenir une boule qu'on secoue et qui fait de la neige qu'il offrit à Mina 8D et un briquet pour Jackie (oui, il est gentil hein XD), Hermès se préparé actuellement à passer le réveillon au château. Ô joie incommensurable. Mais il ne va pas se laisser démonter pour autant de toute façon, même s'il a déjà reçu des lettres de menaces de morts de la part de Roxane et Lee. Ce n'est pas la première fois d'un côté (aa). Boulet, lui ? Mais les gens l'aime pour ça voyons, si c'était Einstein, il serait de suite vachement moins intéressant, drôle itoo itoo. C'pareil pour Dan. Les deux gros relou de la vie, qui ont des fan club regroupant une foules de damoiselles (et damoiseaux même mais ça, ça intéresse pas vraiment Hermès...) de toute âge et maison confondues. Si c'est pas beau tout ça. Enfilant simplement une chemise blanche sur un pantalon noir, il n'attendit pas Dan pour descendre puisque de toute façon il allait encore mettre trois plombes au cas où Aleera daigne lui parler (et plus si affinité) alors que pourtant elle lui a bien dit qu'elle ne voulait plus le voir. Pfiuh. Il pourrait pas voir les choses plus simplement, ce serait sympa pour Hermès qui joue à l'équilibriste ne sachant pas ce qu'il doit faire. Sortant de sa salle commune en ignorant les papillonages d'yeux d'une bande de Serpentarde, il remonta les escaliers vers la grande salle en se demandant si Lee avait encore ses règles ou pas, c'est à dire si elle était en mode furie ou pas. Et si Jackie venait, histoire qu'il puisse s'éclater un peu parce que pfiuh ces temps ci les gens sont d'humeur insupportable.

Première réponse. Il n'avait pas encore fait un pas dans la grande salle qu'il se faisait alpaguer par Aleera. A ouais, comme ça de suite ? Il dévisagea d'abord la demie-vélane avec des yeux de merlans fris, surpris qu'elle lui tombe comme ça, lui balance un expulso dans la face, hop hop, hop. Et un sortilège d'entrave. Hermès grimaça. Insupportable c'te fille. Le pire. C'est qu'il avait l'air genre super malin, plaqué contre le mur par Aleera, dans d'autre conditions ça lui aurait plutôt plu, mais là, même l'air enjôleur de la blonde et ses mains qui déboutonnées sa chemise ne faisait pas vraiment sourire Hermès, qui même avec une tonne de pouvoir de demie-vélane dans la face, savait que ça n'allait pas se finir dans une partie de jambe en l'air. Même si la façon dont elle lui mordillait la lèvre était plutôt agréable, son sourire ne faisait écho qu'à celui d'une psychopathe en mal de sang. Venez le sauver é____è Et son présentiment s'avéra fonder quand il la vit sortir un poignard de son sac. Ok, tu peux commencer à paniquer là. Toujours impuissant (c'est pas dans ses habitudes pourtant *sors*) il grimaça quand la lame de la demie-vélane commença à entailler sa peau. Aucun talent en plus, c'est horriiiible. Il lui aurait bien répondu, mais avec un sortilège d'entrave dans la gueule, c'est pas toujours très pratique, donc il sera juste la mâchoire en se préparant intérieurement à envoyer bouler la demie-vélane qui faisait, forcément, exprès d'appuyer là où ça faisait mal. Mais Hermès en était tout autant capable ça. Il faut juste qu'il soit désenchanté et qu'il puisse recommencer à bouger pour ça (aa). Sauf que ça ne semblait pas pour tout de suite ça, une fois son méfait accomplis, la russe envoya un dernier petrificus au serpent, pour être sûre d'être tranquille. Elle, elle va prendre cher, dès qu'il re-bouge un orteil.

Et à sa grande surprise, il vit débarquer la prof' de Défense contre les Forces du Mal, l'air pas vraiment ravie, qui brisa les différents sortilèges qui le coincé. Subitement, il se sentait genre ultra-con. Mais il a l'habitude. Et en même temps, ça sauvait Aleera d'une mort certaine puisque dans de telles conditions, un meurtre serait mal vue, pas devant la prof.

« Ah... Euh... Merci. » Il regarda ses poignée minutieusement et constata qu'il n'y avait aucune marques. Trop forte *-* Quant à la veste, c'est Dan qui allait être content 8D Il grimaça en regarda l'état de ses fringues, on le croirait prés à fêter Halloween, à part ça tout va bien ! Il serait bien retourné ses changer, mais l'ancienne Harpie semblait décidée à l'escorter jusque dans la grande salle. En voyant Aleera, il se mordit l'intérieure de la lèvre pour ne pas l'étriper sur le champ. En plus c'te psychopathe se pendait au cou de Dan genre moins d'une semaine après avoir dit qu'elle ne voulait plus le voir et blablabla. Faut l'interner, elle est schizo ou un truc du genre ! Il jeta un regard vers Dan, l'air furieux. Je peux, je peux ? Non ? é___è Aleera ne devait sa survit qu'à la présence de Dan. Attendant que Waldenstein finisse sont charmant discours (genre un blâme, elle veux finire te-pu, genre ça l'intéresse sont dossier scolaire quoi). Mais pour l'instant, il ne dit rien. Il sert les dents. Jusqu'à ce que la Harpie tourne les tallons. Okay. Il tape pas Lee parce que Dan lui en voudrait. Il lui attrape juste le poignée, pour la forcer à l'écouter, se rapprochant d'elle.

« Sérieusement, si tu veux martyriser les gens, va dans un club sado-maso Bielova. Ouais on était proche, mais il faut que tu foute tout en l'air en te prenant trop la tête pour des conneries, sérieux, c'est rien qu'un canard en plastique. Et pour tes histoires de cœur, je juge que-dalle, je constate. Tu pourrais écrire un dictionnaire rien qu'avec le nom de tes conquêtes, mais ça j'men fous, moi c'est pareil. Mais après, viens pas pigner parce qu'on te prend pour une poupée gonflable, ça, c'est tout problème. Moi je te vois pas comme ça, mais dis moi ce que t'a fais pour que le reste de la populace vois au delà de ça ? Et Dan c'est censé être un genre de super-héros qui capte que dans le fond tu es gentille et en mal d'amour, pas juste une meuf en chaleur qui veut agrandir son tableau de chasse ? »

Merci Hermès de ce si charmant discours. Et puis c'est si joliment dit en plus. De toute façon, il savait pertinemment que la blonde avait déjàsigné son arrêt de mort, alors autant faire une bonne action avant de mourir. Peut être que Dan dans un élan de mansuétude le sauvera (aa). Ok. Bon. Si il continu il va s'énerver. Faisant preuve d'un self-control impressionnant puisque venant de lui, il relâcha la pression, et arrêta de broyer involontairement le poignée d'Aleera. Bon, les tourtereaux, j'vous laisse, sortez couverts (aa).

« Sympa ta robe. »

Nan mais un peu plus court et on voit ton nombril. Mais c'pas ça qui va déranger Hermès dans le fond, tournant les tallons, il chercha dans le reste de la foule un visage connu. River à tribord. Pas de Mina avec eux ? Dommage. Bon bah, bar à bâboooord.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Democraty is always an abuse of statistics. »





Messages : 317

Points : 0
Avatar : Inconnu.
Crédits : Lethal Angel

Age RPG : Inconnu.
Sang : Inconnu.
Camp : Neutre

Vie du personnage : Compte PNJ.

Doubles-Comptes : Compte PNJ.



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Dim 12 Fév - 2:22

La soirée commence assez bien, si l'on peut dire. Après tout, pas encore d'effusion de sang ! Les gens sont tendus, méfiants, les amis restent avec les amis sans s'approcher de ceux qu'ils ne supportent pas. La mort d'Adam Neil, membre de l'Ordre du Phénix, jette le trouble dans le monde sorcier et dans Poudlard. Aleera Bielova s'en moque, elle préfère massacrer les bras d'Hermès Grimm avant d'aller charmer Daniel Prewett par son pouvoir, même si Grace Waldstein lui enlève des points et lui colle un blâme avant de rejoindre Logan Cooper. Lily Potter se la joue cavalier solitaire, mais elle est vite entourée par Hugo Weasley, Lysander Dragonneau, Maxime Duncan, Dominique Weasley et même Lucy Weasley. Constance River est entraînée au loin par Moïra River et Thomas River, Mikhaïl Bielova reste seul avec Roxanne Weasley, et Malcolm Gray reste seul, mais pas pour longtemps on dirait.

» Commencement du second tour.
» Vous pouvez poster plusieurs fois pour ce tour 2.
» Il se terminera dimanche prochain.

✄-------------------------------------------------------------------



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsmordre.forums-actifs.com/

avatar

« You have ten fingers ? Oh, me too ! Let's be friends ! »





Messages : 166

Points : 0
Avatar : Freya Mavor
Crédits : Ginger's Spleen

Age RPG : 16 ans
Sang : pur
Camp : Basilic

Vie du personnage : L'existence, les manigances, les confidences et la correspondance de Constance ♥️

Truc en plus : Préfète, River au pouvoir ♥ !
Doubles-Comptes : Lucy Robinson ; Siri D. Watson & Hermès N. Grimm



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Dim 12 Fév - 3:13



Toute seule à proximité du bar, Constance avait une place de choix pour voir arriver les élèves. D'ailleurs la blaireaute fus rapidement rejointe par Roxanne. Oooow mama miaaa *__* C'est pas ?.. Siiiiii !! C'est LA robe de la dernière Fashion Week, comment elle avait fait pour l'avoir ?!! Constance regarda arriver la vipère, avec une myriades d'étoiles d'admiration dans les yeux. Roh elle est trop belle comme ça. Elle lui offrit un de ses plus beaux sourires, déjà parce que Constance était à la limite d'aller ouvrir un fan-club dédié à Roxanne et à sa robe, et parce que ça se voyait à trois mille mètres à la ronde que Miss Weasley était tout sauf en grande forme.

« Ca va bien et toi ?.. »

Ton enjouée pour la forme, même si Constance se sentait complètement idiote à lui demander comment elle allait alors que c'était évident que Roxanne n'allait pas bien. Mais ne même temps, elle n'allait pas jouer à la fille relou qui en rajoute avec des "haaaan mais t'a une mine affreuuuuuse qu'est-ce qui se paaaaasse ? Tu veux m'en parleeer ?"... C'est pas dans les habitudes de Roxanne de se confier à Constance (et l'inverse est vrai aussi), et même si soudainement Roxanne voulait vider son sac, elle ne le ferrait pas au milieux de tout pleins de gens. Pas bête la guêpe.

« En tout cas j'adore ta robe, c'est juste une tuerie *___* C'est Aleera qui te l'a offerte ? »

Dis moi quel est ton secret @.@ Constance aurait bien continué à parler chiffon (si on ose appeler c'te merveille un chiffon) avec Roxanne, mais sa cousine débarqua au milieu avec Mikhail branché en mode zombie, sans que la jaune ne comprenne ce qui se passe. Regardant la scène avec des yeux de merlan frit, Constance haussa les épaules en adressant un clin d'œil à Roxanne en s'éloignant, ne sachant pas vraiment sur quel pied danser.

« Eh ouais... Keskispasse ?.. »

Et une Constance déboussolée, une. Et histoire d'en rajouter une couche, Tom débarqua... En lui faisant remarquer que sa jupe pourrait être plus longue. Monde cruel. A Moïra, il dit qu'elle est magnifique par contre, tss. Le pire, c'est que c'est vrai. Pas pour sa jupe hein, ça c'est juste que Tom est un novice en matière de fringue et qu'il n'y comprend rien, et puis c'est pas sa jupe qui est courte, ce sont ses jambes qui sont longues et... BREF. Elle tourna la tête dans la même direction que le préfet en chef pour remarquer qu'il y avait encore cet abruti. Qui devrait se montrer moins gonflant dorénavant. Elle adressa un sourire de remerciement

« C'pas ma faute si ces hormones le travail trop pour qu'il réussisse à se tenir correctement en public. »

Elle haussa les épaules l'air détachée. Bon. Hermès se fait démonter par Bielova, qui va se pendre au cou de Dan. Waldenstein qui intervient. Une soirée normale à Poudlard quoi. Remarquant qu'ils étaient en famille, Constance se tourna vers le buffet pour attraper trois coupes, et en passa une à chacun de ses cousins. Elle n'était pas très forte pour ce qui était discours, communication avec les autres, mais elle faisait ce qu'elle pouvait c'te petite.

« A Alex. »

Maintenant qu'il est vengé et que son assassin croupie en prison, grâce à vous ♥ Elle ne savait pas comment leur expliquer qu'elle était heureuse et soulagé que ce soit fini. Elle espéré simplement qu'ils comprennent.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »



Don&#39;t mess with me; the devil inside will kill you

Messages : 413

Points : 0
Avatar : Alex Evans
Crédits : TP

Age RPG : 15 ans
Sang : Sang-Pur
Camp : Basilic

Truc en plus : Demi-Vélane
Doubles-Comptes : Andras Singh & Nicholas Covenant



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Dim 12 Fév - 11:12

Vide. Il était totalement vide, à l'intérieur. Comme si, en partant, Jae avait soufflé la bougie de l'esprit de Mikhaïl, ne le laissant que coquille vide et mèche éteinte, fragile apparence extérieure qui ne tiendrait pas la route. Il ne savait déjà plus comment il était arrivé dans la Grande Salle, ce qu'il était sensé y faire, et le verre de jus de citrouille qu'il faisait tourner dans ses mains était à peu prês la seule constante qui le faisait encore bouger. Absorbé par le liquide, les yeux vides, il ne remarqua donc même pas la personne qui lui rentrait dedans jusqu'au moment où il sentit quelque chose de froid glisser sur sa peau. Levant les yeux de son verre, il rencontra un regard paniqué qui lui fit froncer les sourcils, tentant de remettre un nom sur ce visage. Mal...Malcom. Un serdaigle. Quelqu'un qu'il n'aimait pas, sans doute. Il n'arrivait pas pour l'instant à se soucier de ce qu'il devrait en temps normal faire, il n'arrivait pas à comprendre ce qui se passait. Attrapant son tee-shirt entre ses doigts, sans réactions aucunes, il se contenta de le décoller de son corps en regardant la tâche qui l'ornait, ne portant pas attention au serdaigle qui était surement en train de se répandre en excuses. Et lorsque celui-ci sécha sa tenue, pointant sa baguette contre son cœur, Mika ne réagit pas. Ca, en soi même, c'était inquiétant, pour un gamin qui avait toujours révé de finir duelliste, mais le pire, ce fut que par automatisme, il releva les yeux vers son ancien ennemi et ouvrit la bouche. Allait-il l'insulter, se jeter sur lui enfin ? Et ben même pas.

« Merci. »

Aux canots de sauvetage les amis, un Bielova venait de remercier un piaf. C'était un jour à marquer d'une pierre blanche ! Il n'eut cependant pas le temps de réfléchir à une phrase à rajouter, vu que le serdaigle lui demandait si ca allait, serrant juste les poings en laissant échapper une sorte de sanglots entrecoupé d'une respiration hachée. Non, ca n'allait pas. Il n'avait plus rien à quoi s'accrocher dans sa vie, plus aucune stabilité, plus rien qu'un cerveau qui prenait l'eau et des souvenirs la fuite, un corps sans intérêt et une magie explosive qui risquait bien vite de se retourner contre lui. Il n'était qu'une pitoyable excuse d'être humain qui s'accrochait à la vie alors qu'il aurait bien mieux fait de se jeter d'un pont quand l'occasion s'en était présenté. Il était parti. Parti sans lui. En laissant derrière un champ dévasté dans lequel Mika ne pouvait que s'enfoncer à chaque minute passée sans lui. Comme perdu dans l'espace, en apnée, il ne pouvait plus respirer quand il ne lui souriait pas, il ne pouvait plus réfléchir sans sentir son parfum, il ne pouvait plus parler sans connaître le son de sa voix.
Il était parti.

L'arrivée salvatrice de Moira permit à Malcom de s'éviter de recevoir le choc frontal d'un Mikhaïl se mettant à hurler, puisque la main qu'elle passa dans son dos lui donna de quoi se concentrer sur autre chose que sa peine, et refermant les yeux en se laissant faire, il la suivit comme un petit chien, guidé par ce radar qu'était sa présence à ses cotés. Perdu à nouveau dans son monde, il remarqua à peine l'échange de personne, et ce ne fut que lorsqu'il fut plongé dans l'étreinte de Roxanne qu'il reconnut son odeur et que ses bras vinrent automatiquement s'enrouler autour de son dos pour qu'il s'accroche à elle comme à une bouée de sauvetage, ne se rendant pas compte qu'il l'écrasait contre lui. Sa sœur était là. Sa sœur allait rendre tout comme avant, parce que c'était sa sœur. Une autre inspiration hachée lui échappa, qu'il perdit dans les cheveux blonds de la jeune femme, avant d'ouvrir la bouche pour parler avec cette voix rauque qui n'avait pas été utilisée depuis trop longtemps.

« Il est parti Roxy. »
Il savait qu'il n'aurait pas besoin de dire plus, et qu'elle comprendrait aussitôt. Qu'elle comprendrait qu'il avait tellement mal que plus rien d'autre ne semblait avoir d'importance et qu'on donnerait tout pour un simple signe de vie, un souffle, un rire, une parole, quelque chose à quoi s'accrocher pour ne pas avoir à se rendre compte que c'était fini. Quelque chose pour continuer à vivre dans le déni de cette séparation. Il ne voulait pas y croire. Ce n'était pas possible. Il ne pourrait pas revivre un jour si jamais il souffrait comme ça. Quand est ce que ca arréterait de faire mal ? Sans doute à sa mort.
Bougeant d'un pied à l'autre, il se rendit compte soudain qu'il avait froid, et baissant les yeux, il fronca le nez. Quelque chose clochait. Relevant des yeux étonnés et malheureux vers Roxy, il n'eut à nouveau qu'une parole, d'une petite voix étranglée et suppliante. Comme pour qu'elle lui dise que tout ca c'était normal et qu'il ne devait pas s'inquiéter de la rapidité qu'il mettait à tomber en lambeaux.

« J'ai oublié mes chaussures. »

Dépressif, va-nu pieds, et célibataire. Bonne année !

✄-------------------------------------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité







MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Lun 13 Fév - 10:38

Ah, Mina, Mina, Mina. Il fallait croire qu'elle ne changerait jamais, enfin outre ses changements radicaux d'idéologie. Évidemment, elle retarda au maximum sa préparation au bal. Pourtant, elle avait bien vu ses consœurs de Serdaigle en branle-bas de combat pré-bal du Nouvel An, à croire qu'elles allaient toute à un défilé de mode haute-couture ou alors que l'art de l'habillage venait de passer en discipline obligatoire aux ASPIC. Pathétique. Mina, elle, elle était naturellement belle, et sa confiance quasi-démesurée en elle doublée d'une légère fainéantise hivernale la laissa léthargique sur son lit, à feuilleter un bouquin même pas intéressant, alors que tout le monde s'habillait, se coiffait, se maquillait et même partait pour ce fameux bal. Non, non, Mina elle était bien au-dessus de tout ça, elle n'avait pas besoin de trois quarts d'heure pour être présentable. En plus elle avait fait les boutiques avec Moïra, Roxy et Lee ce weekend pour choisir la bonne tenue pour l'occasion, tout en étant divinement bien conseillée. Même si la petite Aleera d'ailleurs n'allait pas fort en ce moment, alors que Mina pétait le feu comme une dingue. Elle essayait de la soutenir, mais ça restait dur, trop dur, comme si Mina sentait qu'au fond elle n'avait aucune leçon de vie à donner à Lee, comme si elle ne se sentait pas assez bien pour lui apporter une aide légitime. Finalement, elle devait avoir peur d'être déplacée, pas assez bien placée. D'autres amis, meilleurs, feraient ça mieux qu'elle, probablement. Enfin, quoi qu'il soit arrivé, elle avait finalement pu acheter une tenue plutôt bien faite, une petite fortune qu'elle avait réussi à se faire offrir par son papa chéri (quel humour) sous prétexte du sacro-saint Noël. Noël, et des tas de beaux cadeaux offerts par ses amis, dont d'ailleurs le coupon-cadeau de Moïra qu'elle avait dépensé en deux claquements de doigt, bref ils lui avaient tous fait ultra plaisir et encore une fois, elle avait eu l'impression de faire pauvresse comparée à eux : elle n'avait rien eu d'extraordinaire ou même d'à peine exceptionnel à leur donner. Elle avait légèrement culpabilisé. Puis elle avait fait mine de ranger ce désappointement loin dans sa tête et avait pensé à autre chose. Au bal, entre autres. Un sujet pas mal pour se foutre de la gueule des organisateurs. Non sincèrement, ils étaient vraiment cons ou bien ils le faisaient exprès ? C'en devenait tellement ridicule, cette naïveté tenant de l'autruche, que Mina avait fini par les soupçonner bassement, ces professeurs croyant à la réunification de Poudlard – et pourquoi pas à celle des Beatles ? –, d'apprécier les bains de sang et donc, de multiplier les prétextes pour les voir se produire. En conséquence et en consolation, Mina pouvait au moins se réjouir de sortir un peu, faire la fête, danser, et pourquoi pas tuer des gens, ça pouvait être distrayant aussi. Deux semaines à peine après avoir dit à Malcolm qu'elle essaierait de ne pas « les séparer », elle semblait tout oublier en masse et se replonger avec délice dans la noirceur du désir de tuer. Mais peut-être pas lui.

Enfin, tant de réflexions, et si peu d'actions. Tous avaient quitté le dortoir quand enfin, Mina se réveilla de ses pensées de moule. Le silence lui parut subitement étrange. Où étaient-ils tous passés ? Ils ne pouvaient pas déjà... Elle jeta un coup d’œil idiot à l'heure – bien sûr qu'elle était en retard, pas besoin d'aiguilles pour le vérifier. Bon, okay, cette fois, elle était en retard. Comme d'habitude. Elle devait kiffer faire les choses dans l'urgence pour se pousser elle-même dans de telles situations à chaque fois. Elle sauta du lit donc en catastrophe, se réceptionna sur ses deux pieds encore nus et attrapa sa baguette, avant de lancer une dizaine de sortilèges en rafales successives sur ses cheveux indomptables, histoire de les dompter. Très vite, la masse anarchique de blond emmêlé et crêpu se fut transformée en un matière lisse et soyeuse, divisée en quelques boucles disciplinée – bref une vraie publicité Shwartskov version magique. Hum, pas si mal. Elle se maquilla à la baguette aussi, sans oublier d'allonger ses cils un peu au passage aussi, ce n'était pas très équitable vis-à-vis des concurrentes de beauté, mais bon, le monde n'est pas équitable après tout. Puis un accio en bonne et due forme lui permit d'extraire du foutoir qui lui servait de valise la robe fraîchement achetée. Elle la déplia soigneusement, l'enfila de la même manière, se dépatouilla comme elle le put pour fermer la fermeture éclair dans son dos. Et puis, évidemment, elle eut besoin d'un petit sortilège scotch pour éviter les petits problèmes techniques que pouvait entraîner une robe bustier. Car oui, elle avait opté pour une robe bustier, noire, très sobre, avec juste un petit corset du centre du décolleté à la taille, et un jupon légèrement évasé qui s'arrêtait juste au genou. Une fine ceinture argentée ciselait les hanches de la jeune femme, faisant écho aux broderies en velours noir qui parcouraient la robe et ne se voyaient qu'avec le reflet de la lumière. Elle chaussa ses chaussures à talons – ouch, et dire qu'elle allait devoir marcher avec ça, ça relevait du masochisme sévère – et, en touche finale, accrocha les discrètes boucles d'oreille en or blanc et ornement rubis qu'elle avait pu acheter grâce au coupon offert par Moïra à Noël. Elle était raide dingue de ces boucles, c'était de loin son plus beau cadeau depuis des millions d'années (bon okay c'était elle qui l'avait choisi mais quand même). Elle passa en coup de vent devant un miroir, se détailla critiquement du regard, de la tête aux pieds et des pieds à la tête. Bon, ça allait. Elle n'était pas parfaite, mais elle était quand même raisonnablement exquise. Il ne fallait pas non plus qu'elle tue toutes les filles seulement avec sa beauté.

Alors, enfin, avec dix bonnes minutes de retard et une fierté qui n'en démordait pas, miss O'Malley se rua jusqu'à l'entrée de la Grande Salle – elle courut si vite dans les escaliers qu'elle était à la limite de craindre la chute, malgré sa tenue toute fonctionnelle. Elle passa les portes, tout le monde était déjà présent, elle faisait donc partie des rares retardataires. Elle s'avança en claquant ostensiblement des talons, parcourant du regard la pièce à la recherche de visages connus. Elle aperçut les River tous ensemble dans un coin, en train de porter un toast. Ce n'était peut-être pas le moment de les déranger. En fait, pour tout dire, elle avait encore une fois peur de faire tâche, de faire celle qui se tapait l'incruste, encore. Puis après ce qu'il venait de se passer – le meurtre de ce connard là, celui qui avait buté « sans faire exprès » leur frère et cousin – ils avaient besoin de se retrouver entre eux, en famille. Elle ne voulait pas leur imposer sa présence. Alors elle tourna la tête, cherchant quelqu'un d'autre. Soudain, son œil fut happé par une forme familière... Oui oui, vous avez deviné : le baaaaaaar ! Ouais, à peine arrivée, déjà en mode alcoolique qui cherche sa bouteille, on ne change pas les mauvaises habitudes j'ai dit. Elle s'en approcha donc, histoire de s'aérer un peu les neurones dès le départ avec quelques bonnes gouttes de boisson. Ah tiens, comment cela il n'y avait que du jus de citrouille ? Bordel, ils étaient vraiment cons ces organisateurs. Mina s'apprêtait donc à s'éloigner du bar pour rejoindre d'autres horizons lorsqu'elle se rendit compte que finalement, une autre source d'aération des neurones se trouvait là. Hermès. Son petit Hermichou à elle, son petit voisin moldu tout trognon et tout couillon, qui draguait comme pas permis même les radiateurs s'il n'y avait plus que ça. Hermès qui avait, elle avait entendu comme tout le monde la colère monstrueuse de Roxy et de Lee pendant ces vacances, envoyé un canard en plastique à cette dernière pour se moquer un peu de sa vie sentimentale déjà compliquée. Bon, sur le coup, elle avait pas trop besoin de ça. Et oui, sur le moment, Mina avait pensé à péter la gueule à ce con de sang-de-bourbe, puis elle était redescendue sur terre, avait pensé à son humour de merde et à son intelligence quand même limitée – eh oh il était bien monté sur le saule cogneur juste à sa demande quand même – ; elle avait rigolé un bon coup en se foutant de sa gueule et avait oublié. Il ne méritait pas plus que ça qu'on se prenne la tête pour lui. Enfin bref, ce soir, elle pourrait bien lui faire tourner la tête. D'ailleurs cela l'amuserait probablement autant que ce que ça pourrait laver l'honneur de son amie. Elle s'avança donc vers Hermès la tête haute et tous atouts dehors, se plaça devant lui une main sur la hanche et la moue mutine :

« Ben alors mon chou, encore tout seul ? »

Ben non, plus tout seul, maintenant Mina est làààà ! À la rescousse, enfin ou pas évidemment, puisqu'elle comptait surtout s'amuser. Avec elle rien n'était jamais sérieux en ce moment, et elle avait l'impression d'être autrement plus drôle et colorée que tout le reste du monde. Pas de sa faute s'ils avaient tous des problèmes de merde et qu'elle, elle était une belle jeune femme libérée. Elle reprit, faisant retomber ses cheveux en arrière telle une actrice de pub l'Oréal :

« Merci encore pour la boule à neige et le portrait hein... C'était plutôt sympa comme cadeaux. »

Comparé à ceux que tu as offert à Lee. Non, elle ne le dit pas, mais elle le pense tellement que ça va finir par s'entendre. D'ailleurs elle remarque soudain que le jeune homme a une chemise bien tâchée, elle a dû rater une petite partie de la soirée. Diantre ce que les choses passent vite...
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »





Messages : 1981

Points : 22
Avatar : Willa Holland.
Crédits : Maée & Tumblr.

Age RPG : 17 ans.
Sang : Mêlé.
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : Liens ◈ Ici.
Rôleplay ◈ Ici.
Hivoux ◈ Ici.

Truc en plus : Lycanthrope.
Doubles-Comptes : Moïra ◈ Serdaigle.
Roxanne ◈ Serpentard.
Grace ◈ Professeur phénix.
Svetlana ◈ Mangemort.



MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   Ven 17 Fév - 10:30

Lily s’appuya dans un coin de la pièce, s’allumant tranquillement une cigarette, se foutant bien du fait que ce soit interdit. Elle se la jouait louve solitaire, tranquille dans son coin, sans personne pour lui coller au cul. Personne pour lui parler, personne à qui répondre, enfin bref la paix quoi. La paix ne dura pas très longtemps. Alors qu’elle fumait tranquillement, une bouteille dans l’autre main, Hugo se pointa en fanfare, l’appelant princesse sans lui tirer un sourire, puis l’attrapa pour un câlin. Lily eut tout juste le temps d’éloigner sa clope et de poser un doigt sur sa bouteille qu’elle se retrouva serrée contre un Hugo en manque d’amour. Faut vraiment voir à le caser avec Stella, ce puceau, là. Il termina le câlin, jeta une cacahuète sur Lysander qui vint donc vers eux. Et de deux. Bon, eh bien c’est fini pour son moment tranquillité … Un court éclair de frustration passa dans ses yeux marron. Elle avait envie de frapper quelqu’un, et franchement, Hugo prenait de sérieux risques en se pointant la bouche en cœur, tirant Lys derrière lui. D’ailleurs, Lys n’avait pas intérêt à lui faire de reproches pour la clope, sinon ça va chier. Elle n’avait pas du tout envie de se la jouer politiquement correct, et se sentait prête à rembarrer sèchement le premier qui oserait lui faire un commentaire désobligeant, qu’il soit un préfet ou un cousin, ou encore un meilleur ami. Néanmoins, quand Hugo lâcha avec un optimisme déroutant qu’il pariait que ça allait mal se passer, elle quitta son agressive réserve pour esquisser un sourire carnassier. Manque plus que les crocs de tigre qui dépassent.

« J’attends que ça, tu vois. J’me suis équipée, j’attends que ça, que ça tourne mal, j’ai la furieuse envie de casser la gueule de quelqu’un. »

Maxime choisit ce moment pour arriver. Ouais sérieux, c’est le rassemblement des bébés phénix autour d’elle. A votre avis, c’est parce qu’elle est une Potter, ou que les gens savent que quand elle est dans les parages il y a de bonnes bagarres ? Il se la joua grand préfet, disant qu’il était là pour sauver la situation. Ouais mon œil, quand elle se fait emmerder dans la salle commune de Serpentard, il n’y a plus personne pour l’aider. D’ailleurs, Lily avait profité de cette occasion pour réaffirmer sa position de Serpentard. Depuis la victoire de l’Ordre, il lui arrivait de drôles de crasses. Ses serviettes et tampons disparaissaient ? Pas de soucis, elle allait se servir chez les autres, non sans omettre de s’asseoir sur leur lit. Ses fringues disparaissaient pour se retrouver dans la neige comme par magie ? Pas de problème, elle piquait les fringues de ses camarades de classe et allait les ranger ailleurs, qui dans les détritus de la volière, qui sur le lustre de la grande salle, qui dans le lac gelé, qui dans les toilettes de Mimi Geignarde … Quand on lui avait piqué sa bourse de gallions, elle était descendue dans la salle commune, sa batte à la main, pour calmer devant l’assistance que les voleurs avaient trois heures pour lui rendre tous ses sous, après quoi elle passait tout le monde au fil de sa batte en chêne massif – renforcée en métaux hétéroclites – jusqu’à ce qu’elle retrouve son bien. Elle avait retrouvé son argent, et ses affaires avaient étrangement cessé de disparaître. Maxime leur demanda comment ils allaient, Lily se contenta de hocher la tête, se faisant la même constatation que pour Lysander. Qu’il n’essaye même pas de l’emmerder parce qu’elle fume. D’un coup, Lucy, puis Dominique débarquèrent, se jetant au cou de leurs chevaliers servants, les embrassant comme s’il n’y avait personne autour. Lily esquissa une grimace dégoûtée. Non, elle n’aime pas voir les gens qui s’embrassent devant elle, surtout quand sa blonde n’est pas là. Puis elle craqua, prenant son ton de voix le plus perfide et le plus accusateur.

« Ca va, on ne vous dérange pas, vous voulez peut-être qu’on se retire ? Si vous voulez aller plus loin j’ai des capotes sur moi, aussi. »

Elle but une grande gorgée de sa bière et tira une nouvelle taffe de sa cigarette. Elle était à cran depuis l’assassinat d’Adam, tout le monde le savait autour d’elle, tout comme ils savaient que sa fierté perfide typiquement Serpentard l’empêcherait de s’excuser de vive voix, mais qu’elle trouverait un autre moyen de se faire pardonner plus tard. C’est Lily quoi, à la fin on est habitués. Avisant Malcolm tout seul, elle termina sa clope, la jeta dans le premier verre vide et abandonné qu’elle croisa, puis se décolla de son mur pour se diriger droit vers lui, lui attraper le poignet et le tirer vers elle, n’hésitant pas à hausser sensiblement le ton pour se faire entendre de tous les pro-mangemorts qui gambadaient autour d’elle, comme en terrain conquis.

« Viens là Malcolm, reste pas tout seul, tu sais bien que ces lâches s’en prennent aux cibles solitaires. Attaquer un groupe c’est tellement moins rigolo que se s’abaisser servilement devant le cadavre d’un sang-mêlé … »

Une, deux, trois … Bingo, huit personnes venaient de la fusiller du regard ! Consciencieuse, la provocante vipère nota mentalement leur nom, se préparant à envoyer tout ça à son papa. Si le gosse est pro-mangemort, les parents le sont aussi, et peut-être plus encore, non ? Elle retourna de là où elle était partie, tirant son camarade derrière elle, puis le lâcha pour se rappuyer à son mur, comme si elle ne l’avait jamais quitté. Puis, se roulant innocemment une nouvelle clope, elle baissa les yeux vers sa petite protégée, Dominique, sa cousine de Serpentard, qui devait avoir les mêmes emmerdes qu’elle. Non, qui avait les mêmes emmerdes qu’elle, vu qu’elle était plusieurs fois venue lui demander des tampons et serviettes en prétextant être à court. C’pas à un vieux singe qu’on apprend à faire la grimace, et Lily comptait bien lui montrer qu’elle n’avait jamais été dupe mais qu’elle avait fait comme si. Maintenant, faut assumer, t’es une Weasley ou t’en es pas une ma belle.

« Dis, Domi, de toi à moi, ça se passe bien à Serpentard ? »

Elle alluma sa clope et lui coupa la parole avant qu’elle n’ait le temps de lui monter un bobard, ou de lui lâcher celui qu’elle avait savamment organisé pendant deux heures.

« Et n’essaye même pas de te ficher de moi, si tu ne veux pas que je réponde à ta place … »

✄-------------------------------------------------------------------



« A dog cannot make this journey alone. But, maybe, a wolf can. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsmordre.forums-actifs.com
Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mission 6 ▬ Qu’est-ce-qu’une année, sinon le volume infini d’une pincée de secondes ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Morsmordre :: « DEPARTEMENT DES MYSTERES. » :: Pensine. :: Corbeille RP.-