Partagez | 
 

 Le talent, c'est comme l'argent. Il n'est pas nécessaire d'en avoir pour en parler. [pv : Léandre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité







MessageSujet: Le talent, c'est comme l'argent. Il n'est pas nécessaire d'en avoir pour en parler. [pv : Léandre]   Ven 27 Jan - 13:04


Le talent, c'est comme l'argent. Il n'est pas nécessaire d'en avoir pour en parler.

✎ Noms ◮ Léandre Aindreis & Eliott Hudson
✎ Mois actuel ◮ Décembre
✎ Contexte temporel ◮ Vacances de Noël, fin d'après-midi
✎ Contexte spatial ◮ La volière

Codage (c) Champifeuille et Shakespearette.




La journée s’étirait en longueur comme jamais et Eliott tournait en rond, comme un fauve dans sa cage qui ne demande qu’à sortir. On était en pleine vacances de Noël et après avoir fait, refait et rerefait ses devoirs et apprit ses leçons plus de trois fois, l’aiglon ne savait plus quoi faire. Il aurait bien été cherché un bouquin à la bibliothèque mais, une fois n’est pas coutume, il n’avait pas très envie de lire. Du coup, il s’était rabattu sur ses casse-tête qu’il connaissait par cœur. Il fallait vraiment qu’il songe à en acheter de nouveau !

Un coup d’œil par la fenêtre lui apprit que la nuit tombait déjà. Vous me direz, à Noël, le jour tombe vite. Il était à peine 17 heures et voilà que le soleil se couchait déjà. L’iranien soupira. S’il était dans son pays, il ferait encore jour et plus chaud qu’ici, ça s’était certain ! Il était emmitouflé dans un gros pull, l’écharpe de Serdaigle autour du coup et c’était limite s’il n’avait pas enfilé une paire de moufles et des après-ski. Mais la température ne changeait en rien au fait qu’il s’ennuyait ferme. Finalement, le jeune homme alla chercher un parchemin vierge, une plume dans son dortoir et redescendit s’installer pour écrire une lettre à sa mère. Il n’avait que ça à faire alors autant donner de ses nouvelles à sa famille. Une quinzaine de minutes plus tard, il écrivit le dernier mot, roula son parchemin et enfila le manteau qu’il était allé chercher dans ses affaires. Il n’avait pas oublié une paire de gants parce qu’à la volière, il avait l’impression d’être au pôle nord.

Eliott sortit discrètement de la salle commune et marcha en direction de la volière. Ca aurait été trop beau qu’il ne rencontre personne qui le prenne pour un gros taré sortit de nulle part et qui essaie de la prendre pour cible. Sauf que l’aiglon était tout sauf stupide et encore une fois, il allait devoir le démontrer. Il commençait à en avoir plein le dos de cette discrimination. ‘T’es pas pareil alors je t’aime pas’. Ridicule. Cette fois-ci, il s’agissait d’un Serpentard qu’il connaissait juste de vue qui essaya de le faire tomber grâce à un sortilège. Bon essaya et réussit. Cependant, le bleu et argent eut le temps de sortir sa baguette, de viser la vipère qui s’enfuyait – lâche ! – et de marmonner la première formule qui lui vint.

« Cracbadaboum ! »

Le pantalon du Serpentard se déchira et tomba. Son possesseur se prit les pieds dans celui-ci, trébucha et finit fatalement par terre en gesticulant dans tous les sens, essayant de trouver une prise pour se rattraper mais c’était trop tard. Eliott se remit souplement sur ses pieds, marcha tranquillement vers le vert et argent et s’agenouilla devant lui. Il le jaugea d’un air froid puis eut un sourire. Oui il aimait le voir se débattre et s’humilier ainsi. Oui il était vicieux.

« J’espère que ça t’apprendra à ne pas t’attaquer à moi. »
« Tu vas le payer Hudson ! »
« Ah oui ?! J’attends de voir ça. »

L’aiglon se releva, laissant à terre le Serpentard qui essayait tant bien que mal de retrouver un peu de dignité mais le mal était fait. Les élèves témoins de la scène rigolaient tous et l’information ferait le tour de Poudlard rapidement. ‘Comment le cinglé remit en place un Serpentard’. Prenez-note ! xD Eliott fit quelques pas avant de se retourner et de lancer une dernière pique à son ‘agresseur’.

« J’attends notre prochaine rencontre avec hâte. A quand la prochaine humiliation ?! »

Le Serdaigle sourit une nouvelle fois et se retourna. Cette fois-ci, il ne rencontra personne jusqu’à la volière. Lorsqu’il arriva au refuge des volatiles, une odeur rance lui sauta à la gorge mais il n’y fit pas attention, il cherchait son hibou. Cette espèce d’incapable oiseau qu’on lui avait offert pour son entrée à Poudlard mais qui était toujours aussi idiot. Celui-ci reconnut d’ailleurs son maître et vint se poser sur le bras d’Eliott.

« Coucou Laleh. »

Il le caressa quelques instants avant de sortir son parchemin de sa poche et de l’attacher à la patte de son hibou.

« Tu es capable de porter ça à Maman ? »

C’était le seul moyen pour qu’il lui fasse retenir la destination. Maman. Pas Arya non, Maman. Il était vraiment stupide. Toujours est-il que le volatile eut l’air de comprendre puisqu’il poussa un petit hululement et s’envola. Eliott le regarda s’en aller jusqu’à ce qu’il ne soit plus qu’n petit point noir et se retourna lorsqu’il entendit des bruits de pas. Quelqu’un montait. Bon bah y avait plus qu’à espérer que ça ne soit pas quelqu’un du même genre que le Serpentard de tout à l’heure, bien qu’il était fier de lui, il fallait bien l’avouer.
Revenir en haut Aller en bas
 

Le talent, c'est comme l'argent. Il n'est pas nécessaire d'en avoir pour en parler. [pv : Léandre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Morsmordre :: « DEPARTEMENT DES MYSTERES. » :: Pensine. :: Corbeille RP.-