Partagez | 
 

 Garde ta langue fourchue derrière tes dents, je ne suis pas passé par le feu et la mort pour échanger des paroles malhonnêtes avec un vil serpent. |Aleera&Roxanne|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »





Messages : 146

Points : 1
Avatar : Billie Piper *w*
Crédits : Mika <3

Age RPG : 17 ans.
Sang : Puuuuuur \O/
Camp : Basilic

Doubles-Comptes : Lily L. Potter ; Moïra V. River ; Svetlana K. Bielova ; Grace C. Waldstein ; Aramis Y. Caldwell.



MessageSujet: Garde ta langue fourchue derrière tes dents, je ne suis pas passé par le feu et la mort pour échanger des paroles malhonnêtes avec un vil serpent. |Aleera&Roxanne|   Mer 7 Déc - 9:55


Garde ta langue fourchue derrière tes dents, je ne suis pas passé par le feu et la mort pour échanger des paroles malhonnêtes avec un vil serpent.

✎ Noms ◮ Aleera Bielova & Roxanne Weasley.
✎ Mois actuel ◮ Novembre.
✎ Contexte temporel ◮ Samedi après-midi.
✎ Contexte spatial ◮ Saule Cogneur.

Codage (c) Champifeuille et Shakespearette.


Roxanne marchait un pas vif et gai.
Elle allait super bien. On ne l’avait pas obligée à s’inscrire en Défense Contre les Forces du Mal, Mikhaïl était sorti de l’hôpital, Scorpius lui avait envoyé une lettre pour s’excuser de ne pas être venu, s’inquiéter de sa santé ainsi que celle des autres, et l’inviter chez lui aux prochaines vacances pour rattraper le coup. Les vacances risquaient donc d’être mouvementées 8D. Le seul point négatif était que le tuteur de Nephtys était en taule, emprisonné par le clébard de cette pute de Prewett. Ah, et à cause de lui les mangemorts avaient perdu du terrain, et Logan Cooper, un ami de sa famille – donc pas un de ses amis – rentrait à Poudlard en tant que prof. Sortilèges et Enchantements. Comme par hasard un cours qu’elle suivait, quoi. Bon, tant pis, de toute manière elle comptait lâcher cette idée de devenir langue de plomb pour travailler dans le mannequinat. Aleera ne faisait ça que pour la classe, mais Roxanne, ça lui plaisait beaucoup, et les managers raffolaient de son air enfantin et de son sourire charmeur. Elle avait déjà signé avec de grosses boîtes, et dès qu’elle quitterait Poudlard, elle avait d’ores et déjà du travail, on va dire. Surtout que Lee voulait se lancer dans les fringues et cosmétiques, et qui mieux que sa sœur jumelle pour devenir son égérie, hein ? La firme Bielova, représentée par une Bielova d’adoption, si ça ce n’est pas du travail de famille. Bref, elle était contente, parce que les gens qu’elle aimait allaient bien et qu’elle avait du travail en quittant Poudlard, et que son meilleur ami qui lui manquait énormément lui avait écrit, et que les petites années la croisant dans le couloir en lisant Sorcière-Hebdo la reconnaissaient et venaient lui demander des autographes. C’est le début du succès. Marchant d’un pas léger dans les cachots, elle quittait sa salle commune pour aller à la volière, donner sa lettre à son hibou qui l’enverrait à Scorpius à tire d’aile. Brave hibou bien dressé. Elle quitta les cachots, esquivant un groupe de premières années qui pépiaient sur le cours de DCFM qui était juste trop bien parce qu’on leur apprenait des trucs trop cools. Quelle objectivité mes petits … Lâchant un soupir de mépris, elle monta dans les étages en se demandant pourquoi ils étaient si bondés. Quoi, il pleut dehors ? Poussant les gens pour passer, elle finit par se retrouver face à un des nombreux panneaux d’affichage de Poudlard, et le regarda en plissant les yeux, curieuse.

« C’est quoi cette foule, encore un décret d’éducation ? »
« Non, un papier pour nous annoncer que les recrutement de Quidditch se feraient bientôt ! J’ai trop hâte ! »
« Ah, cool. J’peux passer maintenant ? »
« J’parie que les équipes seront majoritairement remplies de Weasley … D’ailleurs, tu vas t’y inscrire, Roxanne ? »

La blonde se tourna vers le Serdaigle, lui envoyant un regard de glace pure qui le fit reculer prudemment. Elle profita de son hésitation pour avancer et le pousser sans ménagement, pour le pousser brusquement et monter dans les étages, essayant d’esquiver les troupeaux de moutons devant les panneaux d’affichage. Allez sérieux, vous êtes lourds, bougez de là ! Au bout de quelques minutes, elle réussit à atteindre la volière, localisa son hibou et avança prudemment vers lui pour ne pas glisser sur les fientes d’oiseau au sol. Nourrissant le volatile avec quelques graines qu’elle avait apporté, elle lui attacha la lettre à la patte et le laissa s’envoler dans le ciel bleu glacial. S’appuyant à une fenêtre, elle regarda le paysage et l’horizon, se demandant avec nostalgie qui elle allait regretter Poudlard en partant. Il ne lui restait que quelques mois à passer dans la célèbre école de sorciers, auparavant apolitique et maintenant secouée par les vagues de la guerre. Les mangemorts et l’Ordre du Phénix avaient envahi les lieux et corrompu les élèves, se livrant une bataille intra-muros des plus sévères. Un léger instant, Roxanne se demanda ce qu’il se serait passé si elle était restée fidèle à sa famille, aux Weasley. Elle serait en bons termes avec tout le monde, sauf avec ses amis actuels, et elle aurait combattu pour un autre idéal. Pour la paix. Elle aurait combattu … Pour la paix. Un fin sourire sardonique étira ses lèvres face à cette aberration. Prendre les armes pour la paix, c’est un peu une opposition des plus farouches. Combattre pour le pouvoir et la puissance, pourquoi pas, mais pour la paix ! Elle secoua la tête en lâchant un sifflement moqueur, et tourna les talons pour redescendre, resserrant son manteau autour de ses épaules. Allait-elle réussir à esquiver les groupes de badauds qui se pressaient autour des pancartes annonçant que le Quidditch allait recommencer ? Roxanne s’en fichait complètement. Elle n’aimait pas trop le sport, lui préférant les méandres de la mode et les combats pernicieux pour s’élever dans la société sorcière. Elle était l’originale de sa famille, de toute manière. Sa mère était poursuiveuse, son père avait été batteur, et son frère rêvait de jouer au Quidditch aussi. En fait, elle rejoignait beaucoup Mikhaïl au sujet du sport. C’est bien à regarder de temps en temps, mais les engouements sportifs, très peu pour elle ! En redescendant, elle fut à nouveau prise dans la marée humaine qui piaillait de joie, et essaya de se frayer en chemin en râlant. Elle percuta un Gryffondor du coude, qui se tourna pour l’attraper vivement.

« Tu pourrais t’excuser, Weasley ! »
« J’ai leur nom mais pas leur faiblesse. Lâche-moi, bouffon. »
« Ce n’est pas de la faiblesse mais de la politesse, quand on percute quelqu’un on s’excuse ! »
« Vu le nombre de moutons qui s’agglutinent autour de ces panneaux, j’vais avoir la gorge sèche avant d’avoir fini de traverser la foule. Allez, lâche-moi, et retourne t’émerveiller devant cette incroyable nouvelle que tout le monde connaît depuis bien deux semaines. »

D’une bourrade, elle échappa à l’emprise du Gryffondor et redescendit les escaliers en grognant. Ils commençaient à vraiment tous la gonfler, à l’appeler Weasley à tour de bras. Vivement qu’elle se marie et qu’elle change de nom de famille, parce que ça commence à être franchement chiant ! En plus elle détestait qu’on l’appelle comme ça, qu’on la ramène en permanence vers ses origines pourries. Oui bon bah ça va, elle est une Weasley, on ne va pas en faire tout un flan quoi, merde. En coup de vent, elle descendit à la salle commune de Serpentard, n’hésitant pas à heurter brusquement les groupes qu’elle croisait. Poussez-vous, je suis une Serpentard, d’abord ! Elle prononça le mot de passe et rentra dans la salle commune, se fichant bien qu’on lève les yeux pour va voir arriver. Alors, chevelure blonde, chevelure blonde … Non, ça c’est cette traînée de Sienna Wings, qu’elle aille se pendre avec son botox. Pas d’Aleera dans la salle, bien, génial, qui c’est qui va devoir traverser tout le château pour trouver sa jumelle de son cœur ? Et c’est bibi ! D’un pas vif, elle se dirigea vers un mec qui passait pas mal de temps avec sa Lee. Non, sérieux Lee, il est moche, arrête de vouloir rendre Dan jaloux parce que là tu te fais du mal. Elle se planta devant lui, les mains sur les hanches, remarquant qu’il avait la joue rouge. Oh, Aleera lui a mis une grosse baffe, on dirait.

« Elle est où Lee ? »
« Aucune idée, elle s’est tirée un peu avant que tu rentres. »
« Et après t’avoir collé une baffe, surtout. »
« Et alors, ça te regarde, peut-être ? »
« Une dernière fois, elle est où, Lee ? »
« Peut-être que si t’es gentille avec moi, j’te le dirais, Weasley. »

Ce fut le mot de trop. Puis il y allait fort. Il la regardait avec un espèce de vieux sourire lubrique, qui aurait rendu Scorpius fou de rage s’il avait été là. D’un geste brusque, Roxanne dégagea son poignet que le type venait d’attraper avec un sourire dégueulasse, et attrapa un plat en argent posé à côté pour le lui envoyer violemment en pleine tête. Le type tomba à la renverse, sonné, et elle tourna les talons pour quitter la salle commune de sa maison avant de le tuer tout à fait. Elle savait très bien où était Aleera, sa blondinette aimait bien jouer avec le danger. Donc, le Saule Cogneur. Traversant les cachots comme une balle, elle quitta le hall en coup de vent et chemina rapidement dans le parc, les poings serrés dans les poches de son long manteau noir aux couleurs de Serpentard. Le vert, plus son attitude de quelqu’un qui tuerait bien pour se défouler, devait certainement faire fuir les plus jeunes années, qui reculaient prudemment sur son passage. Finalement elle atteignit le Saule Cogneur, et vit Aleera assise devant, à bonne distance des branches. Sans chercher à cacher sa présence, elle se dirigea droit vers elle pour s’affaler à ses côtés, de très mauvaise humeur.

« J’en ai marre d’être une Weasley. »

Léger silence.

« Puis franchement, tu pouvais choisir mieux que cette raclure de Josh pour rendre Dan fou de jalousie. C’est un connard, il est laid comme un pou, et il ne ferait même pas broncher un balai. Sérieux, t’avais plus de classe pour emmerder Tom, là c’est du bas de gamme de chez bas de gamme que t’as ramassé. »

✄-------------------------------------------------------------------



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsmordre.forums-actifs.com/

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »



//

Messages : 449

Points : 0
Avatar : Sarah-Michelle Gellar
Crédits : Backseat

Age RPG : 18 ans.
Sang : Pur bien sur
Camp : Basilic

Vie du personnage : //

Truc en plus : Demi-Vélane
Doubles-Comptes : Alexia J. Waldstein



MessageSujet: Re: Garde ta langue fourchue derrière tes dents, je ne suis pas passé par le feu et la mort pour échanger des paroles malhonnêtes avec un vil serpent. |Aleera&Roxanne|   Sam 24 Déc - 6:24

Elle haïssait les hommes.
Voilà, c’était dit. Elle haïssait les hommes. Purement et simplement. Tous les mêmes, tous des pions ; qui compensaient leur vide cérébrale en rembourrant leur pantalon. Elle haïssait les hommes. Tous des lâches et des cons, qui voulaient tout contrôler mais laissaient tout en plan si ça tournait au vinaigre. Tous des profiteurs, d’ignobles profiteurs, qui se confondaient en excuses vaseuses pour se donner bonne conscience. Tous des vautours, dégueulasses et imbus de leur personne, des animaux moins sensibles qu’une petite cuillère à café. Ils n’attendaient qu’une chose : qu’elle baisse sa garde pour mieux la blesser. Oui, elle les haïssait tous. Presque autant qu’elle en était dépendantes. Darek, Arès, Nika, tous l’avaient abandonné, confirmant sa thèse : la race humaine, surtout de type masculin, était irrécupérable. Hm, ça fait du bien de commencer la journée avec de bonnes ondes misanthropes.

Aleera marchait d’un pas mesuré dans les couloirs. Le regard fixé devant elle, la tête haute, l’air hautain. On reconnait la fille de bourge à trois kilomètres à la ronde. Rester digne, droite, ne jamais fléchir, leur montrer à tous qu’on est supérieur. Briller de charisme et d’élégance, tout simplement. Regarder les autres rentrer leurs têtes dans leurs épaules, baisser les yeux sur son passage. Aleera esquissa un sourire suffisant. Voir tous ces plébéiens se sentir mal dans leurs pompes n’avait pas de prix. Après tout, rien n’était plus normal : elle était une Bielova, une aristocrate, une fille de la haute qui représentait l’élite de l’élite. La réputation des Bielova n’était plus à faire, que ce soit en Russie ou en Angleterre : petit à petit, l’influence de sa famille s’était étendue. Svetlana avec son poste de Ministre, Darek avec son équipe de Quidditch… Et bientôt elle, avec sa marque révolutionnaire de cosmétique. Déjà, les idées fleurissaient dans son esprit, et elle avait commencé à contacter des membres plus ou moins éloigner de sa famille pour pouvoir lancer son affaire dès l’année prochaine quand elle aurait passé ses ASPIC. Il faudrait que ce soit grandiose : un magasin au Chemin de Traverse, des employés en uniformes, des spots publicitaires partout. Elle lancerait son affaire juste avant Noël et vendrait ses produits à prix cassés, dans un premier temps, multipliant les offres promotionnelles. Il lui faudrait des relations dans le monde de la mode, et des gens influents qui poseraient pour ses produits et inciteraient les clients à venir. Ca, c’était déjà dans la poche. Son récent contrat de mannequin pour Sorcière Hebdo lui avait permit de rencontrer pas mal de monde, et quand on s’appelle Bielova on a pas trop de mal à se dégotter des relations hautes placées. Roxanne serait une des premières figures de ses cosmétiques, naturellement. De plus sa jumelle gravissait rapidement les échelons de la société, et dans quelques mois elle serait certainement un des modèles les plus prisés du milieu. Elle l’aiderait à lancer sa marque, donc. Elle le lui devait bien… Aleera était plutôt confiante quant au déroulement de son affaire. Restait juste à trouver des actionnaires, pour éviter que son commerce ne s’écroule, des actionnaires de préférences assez fortunés. Plus son entreprise gagnerait en popularité, plus elle augmenterait les prix. Progressivement, petit à petit, sans inquiéter ses acheteurs. Et une fois son buisness lancé, elle pourrait se permettre d’ouvrir une nouvelle boutique, à Pré-au-Lard cette fois. La demi-Vélane avait déploré durant toute sa scolarité que le petit village ne compte pas une seule boutique de produits de beauté. Des sucreries, des Farces et Attrape, des bars, mais pas de salon de beauté. A n’en pas douter, les jeunes filles se rueraient dans son magasin. D’ailleurs, il serait peut-être préférable de d’abord en ouvrir un à Pré-au-Lard, et de s’attaquer à Londres ensuite… Ou les deux en même temps ! Pourquoi voir petit !

La Préfète pénétra dans sa salle commune en se promettant de demander conseil à sa sœur. La calme et pragmatique Svetlana saurait peser le pour et le contre, et refroidir les ardeurs de sa jeune sœur. Aleera été peut-être profondément orgueilleuse et indépendante, il n’empêche qu’elle n’était pas stupide pour autant. Elle avait tendance à s’emballer trop vite et à laisser son ambition reprendre le dessus. Son idée était bonne, il ne fallait pas qu’elle la gâche en voyant trop grand … Un poil mégalo la rosquove? Siiiih 8D. Donc en connaissance de cause, elle faisait attention. Déjà que le poste de Préfète-en-Chef lui avait échappé … MAIS BREF N’EN PARLONS PLUS ! Avec une nonchalance étudiée, la vipère se laissa tomber sur son canapé en posant ses jambes sur l’accoudoir, à moitié allongée. Oui, son canapé. Celui près de la cheminée qui n’avait pas encore été percé par les mauvaises blagues de quelques Première année. La demi-Vélane s’étira nonchalamment en arrière en faisant rouler ses courbes généreuses, adressant au passage son plus beau regard assassin à un groupe d’élèves plus jeunes qui parlaient trop fort à son gout. La salle commune lui appartenait, elle n’allait pas se laisser emmerder par un bande de morpions qui avaient le verbe un peu trop haut. C’était sa dernière année à Poudlard, et elle était Préfète, à Serpentard de surcroit. Alors elle faisait ce qu’elle voulait, et menait les autres élèves de sa Maison à la baguette. Putain c’est trop bon le pouvoir. Aleera posa son sac sur le sol et sortit son miroir de poche ainsi que sa trousse à maquillage. Bon, elle s’estimait parfaite, comme toujours, mais ne pouvait s’empêcher de prendre soin d’elle dès qu’elle en avait l’occasion. Parce qu’elle le valait bien, et que ce proverbe avait certainement été inventé pour elle. Sinon les chevilles, ça va ? XD. La salle commune des serpents était pour le moins déserte pour un samedi après-midi. Aleera soupira. L’engouement provoqué par le futur recrutement de Quidditch émoustillait même les dédaigneux vert et argent… Bouarf, ou va le monde ? Bon certes, la demi-Vélane ne critiquait pas trop étant donné qu’elle avait sérieusement songé à s’inscrire. Depuis sa plus tendre enfance elle était férue de Quidditch, la faute à Darek d’abord. Son frère l’y avait initiée très tôt, elle plus que les autres, Mikhaïl répugnant à monter sur un balais et Tania préférant rester avec son jumeau. Et Svet bah … C’est Svet. Aleera esquissa un sourire amusé en imaginant sa Ministre de sœur juchée sur un manche en bois. Enfin, un peu de sérieux. L’idée était franchement tentante, voire même très tentante. Mais elle ne doutait pas que Lily participerait elle aussi aux sélections, tout comme Meghan, et que les deux vipères seraient certainement prises vu leur ascendance. La gorge de la russe se serra. Un an auparavant, elle aurait bondit de joie à l’idée de jouer aux côtés des deux jeunes filles … Maintenant … Cette idée la répugnait autant qu’elle lui faisait peur, il faut bien l’avouer. Lily s’était comportée comme la pire des salopes : la traiter comme une vulgaire chiure de piaf alors qu’elle était venue la réconforter après Nathan… Et Meghan, hé bien … C’était tendu. Très tendue. A Halloween, Aleera avait tenté de renouer avec son ex meilleure amie. Mais maintenant, ça paraissait plus que compromis. Depuis que Derek avait envoyé le tuteur de Nephtys en prison, et que Tom s’était violemment disputé avec elle, Lee ne voyait que des obstacles à son amitié avec Meg. Il valait peut-être mieux se détacher petit à petit, plutôt que de mettre fin à leur relation dans la violence comme avec Thomas. Son cœur se serra. Tom n’était pas mauvais dans la fond, il n’avait pas mérité que ça se termine aussi mal…

-« Privet, jolie blonde. »

Aleera leva les yeux d’un air glacial. Ah. Nous y voilà. La raison de sa précédente véhémence envers les hommes. La vipère observa d’un air sombre Josh qui louchait pitoyablement sur ses jambes, tandis que ce dernier lui servait un sourire censé être ravageur. Si on excluait sa dentition inégale, et le morceau de salade qu’il avait entre les incisives.

-« Je t’ai attendu hier soir… Pourquoi t’es pas venue ? »
-« Parce que je n’en avait aucune envie. »

Regard pâle de Vélane pas contente. Aleera se leva, lissa sa jupe, et partie dans l’espoir de planter sans plus de cérémonie son prince charmant pas charmant du tout. Ce dernier lui saisit violemment le bras et l’obligea à se retourner. Le contact avec le jeune homme infligea un haut le cœur à la russe.

-« Tu t’prends pour qui Bielova ? T’es pas sérieuse là ? Tu m’allumes depuis une semaine et au final on s’en tient à ça ? Salope va…»

Oui en ce moment je suis paumée, merci de me le faire remarquer. Les yeux de la blonde devinrent translucides. Elle toisa Josh de haut en bas, avant de se racler bruyamment la gorge pour envoyer un gros mollard en direction du serpent. Ce dernier écarquilla les yeux en sentant le crachat s’écraser sur sa joue.

-« Tu n’as que le traitement que tu mérite. Celui d’une pauvre sous-merde. Estimes toi encore heureux que j’ai daigné poser les yeux sur toi. La prochaine fois que quelqu’un d’aussi fortuné te prêteras attention, je crains que ce soit un huissier venu réclamer le loyer… »

Josh poussa un cri de rage. Il brandit sa baguette en direction d’Aleera, cherchant à articuler entre deux insultes un sort suffisamment dévastateur pour faire taire cette blondasse une bonne fois pour toute. La russe réagit au quart de tour et envoya violemment son poing dans la mâchoire du jeune homme.

-« FOUS-MOI LA PAIX ! »

Avec humeur, la Préfète quitta sa salle commune en exhumant tous les jurons russes qu’elle connaissait. Tous des cons. Ils n’étaient tous qu’une bande de cons. De nombreux regards se tournèrent vers elle quand elle traversa les couloirs. Un Gryffondor fit volte-face quand Aleera lui écrasa violemment le pied, mais finit par détourner le regard devant celui, entièrement blanc, de la demi-Vélane. Une rage sourdre pulsait dans ses veines, l’empêchant de réfléchir correctement. D’accord. Sur ce coup elle l’avait bien cherché. D’accord, elle s’était comportée comme la pire des garces. Mais non elle n’irait pas s’excuser, et il fallait qu’elle trouve d’urgence un moyen de se calmer avant de bel et bien pêter les plombs.

Ses pas la menèrent d’eux même dans le parc. Le vent sifflait à ses oreilles et fouettait ses cheveux blonds. Aleera fit vivement quelques pas en avant, puis s’arrêta et ferma les yeux. Inspirer. Expirer. Inspirer. Expirer. Profiter de la morsure du vent sur son cou nu. De son sifflement à ses oreilles. De la caresse du soleil sur son visage. Voilà. Inspirer, expirer, inspirer, expirer. Aleera patienta ainsi quelques secondes, tenta de réguler les battements furieux de son cœur et la petite voix dans sa tête qui lui intimait de faire du mal à quelqu’un pour se calmer. Elle rouvrit les yeux, ses mirettes grises ayant retrouvées leur couleur initiale. Maintenant marcher. Marcher sans s’arrêter. En ce moment, rien n’allait. Depuis Halloween la vipère avait l’impression de totalement perdre les pédales. D’abord Nika, ensuite Darek, l’attitude de Lily, la trahison de cette pute de Leanne, la conduite de cette imbécile de Flora… Pourtant en ce moment, tout le monde semblait bien dans ses pompes : Tom et Nephtys avaient conclus, Roxanne avait décroché un nouveau contrat et allait passer ses vacances chez Scorpi’, Mika filait le parfait amour avec son coréen, même la morveuse Potter avait finit par sortir avec sa Sang-de-Bourbe. Nika avait enfin trouvé quelqu’un qui lui ferait remonter la pente… Nika… Aleera serra les poings et s’arrêta à quelques mètres du Sol Cogneur. En ce moment, son entourage transpirait le bien-être et la gaité, le monde pullulait de bonnes intentions et des mièvreries. Alors qu’elle se sentait plonger de jour en jour. Que son côté sombre la rattrapait, que ses pulsions malsaines étaient de plus en plus présentes. L’envie de faire du mal aux autres la taraudait plus fortement de jours en jours, omniprésente dans ses pensés. Elle allait bientôt arriver à saturation et elle le savait. Restait à savoir sur qui ça allait tomber… La russe se baissa, se saisit d’une pierre et l’envoya contre le tronc de l’arbre magique. Celui-ci se mit à tourner furieusement sur lui-même, éventrant la terre de ses branches semblables à des massues. Assise dans l’herbe, Aleera ne manquait pas une minute de son dangereux balais, calculant dans sa tête le meilleur moment pour se jeter en avant et tenter d’allez toucher le tronc.

Une odeur mentholée emplie les narines de la demi-Vélane. Un sourire se dessina sur ses lèvres. Roxanne. Aleera ne tourna pas la tête quand sa sœur de cœur se laissa lourdement tomber à côté d’elle, et ne réagit pas non plus à sa plainte d’être une Weasley, ou son laïus véhément à l’encontre de Josh. Elle tenta un sourire, qui ressemblait d’avantage à une grimace, puis sauta sur ses pieds. Le Sol Cogneur venait d’arrêter de bouger dans tous les sens et venait de reprendre sa position initiale.

-« Ouais c’est clair. Ce n’est pas ma plus belle prise. ‘Fin sois pas jalouse j’ai pas couché avec. »

Sans un mot de plus, elle s’élança. A peine eut-elle fait quelques mètres que le Sol Cogneur recommença à tournoyer. La Préfète se baissa pour éviter une branche, puis une autre, sauta sur le côté pour éviter d’être broyée. Son cœur battait à cent à l’heure. Elle fit un bond en avant pour toucher le tronc de l’arbre destructeur. Tout sourire, Aleera courut à perdre haleine pour refaire le chemin dans le sens inverse. Elle perdit l’équilibre quand l’arbre s’écrasa de tout son poids à quelques centimètres d’elle. Hé merde heuu. Sans perdre une seconde, elle roula sur elle-même, bondit sur ses pieds comme un diable sortit de sa boite et combla en quelques enjambées la distance qui la séparait de Roxanne. L’air de rien elle tomba à côté de sa sœur, haletante.
Elle tourna vers Roxanne un visage rayonnant, tout en sachant qu’elle allait se faire exploser dans quelques secondes. Et à juste titre. Elle mettait sa vie en danger, et pour trois fois rien. Juste pour se sentir vivante. Juste pour se changer les idées, s’exalter du danger, et faire taire la bête sombre qui lui bouffait les entrailles.

-« Bon. Voilà qui est fait. Prochaine étape : allez visiter la Cabane Hurlante. » La blonde épousseta sa jupe, désormais couverte de terre et des brindilles. « J’m’emmerde, j’ai envie de pourrir la vie de quelqu’un. Des idées, frangine ? J’ai bien envie de faire un sort à la miss Robinson…»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-shown.forumactif.com/

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »





Messages : 146

Points : 1
Avatar : Billie Piper *w*
Crédits : Mika <3

Age RPG : 17 ans.
Sang : Puuuuuur \O/
Camp : Basilic

Doubles-Comptes : Lily L. Potter ; Moïra V. River ; Svetlana K. Bielova ; Grace C. Waldstein ; Aramis Y. Caldwell.



MessageSujet: Re: Garde ta langue fourchue derrière tes dents, je ne suis pas passé par le feu et la mort pour échanger des paroles malhonnêtes avec un vil serpent. |Aleera&Roxanne|   Ven 30 Déc - 5:35

Weasley. Weasley, Weasley, Weasley. Ce mot lui collait à la peau comme une verrue sur le visage de Wings. Chaque pas rageur qu’elle faisait lui répétait inlassablement ce mot, ce nom de famille tant honni pour elle. On l’associait généralement à la grande guerre, la victoire de Potter sur le Lord, l’âge d’or de la sorcellerie. Alors évidemment, s’appeler Weasley n’est pas toujours facile pour une pro-mangemort de son gabarit. Pétrie d’ambition, elle ne rêvait que de s’élever dans la société sorcière et se détacher au maximum de sa famille de faibles, d’indolents, de paresseux se reposant sur leurs lauriers de tueurs de mangemorts. C’était difficile, vu qu’on l’appelait perpétuellement Weasley. Avec une grimace, elle sortit dans le parc, resserrant sa veste en fourrure autour de ses épaules et en remontant un poil son écharpe verte et noire, sa fierté d’écharpe prouvant qu’elle appartenait à la maison des Serpentard. Marchant à pas vifs, elle se dirigea vers le Saule Cogneur, où elle pensait trouver Aleera. Sa jumelle ne devait pas avoir des soucis comme les siens, elle. Bielova, c’est une famille qui s’est distinguée par ses faits d’armes, la pureté de son sang et son allégeance discrète mais très forte au Lord. Déjà, il se murmurait que pendant la grande guerre, les Bielova faisaient appliquer la loi du Lord en Russie. Ca, c’est la classe. Par un magnifique coup de poker du destin, elle avait réussi à devenir la sœur jumelle spirituelle d’Aleera, qui l’avait présentée au reste de sa famille. Elle se retrouvait donc avec une famille spirituelle influente et puissante, avec la ministre de la magie en personne en tête de file. Roxanne avait un mal fou à ne pas l’appeler mademoiselle la ministre de la magie, mais elle réussissait plutôt bien, même si elle rechignait à lâcher le vouvoiement, ce qui faisait rire Mikhaïl aux larmes. Enfin bref. Au bout de quelques minutes de marche, elle atteignit le Saule, et Aleera qui broyait du noir devant. Sans un mot, elle se vautra nonchalamment à côté d’elle, et commença à se plaindre de sa condition de Weasley. A la surprise de Roxanne, sa jumelle ne répondit pas, se contentant de fixer le Saule de son regard pâle. Elle bondit sur ses pieds, lui disant de ne pas être jalouse, elle n’avait pas couché avec, puis elle se mit à courir vers le Saule, sous le regard horrifié de la jeune blonde assise au sol. Roxanne se leva d’un bond pour essayer de retenir son amie, mais trop tard, elle était déjà partie comme une balle, sautant et louvoyant entre les branches pour toucher le tronc et revenir en courant. Roxanne sentit le sang quitter ses joues quand Aleera tomba au sol, roulant pour esquiver une branche, se redresser et revenir, comme si de rien n’était. Roxanne écarquilla des yeux, la fixant de son regard azur, et explosa d’un coup.

« Mais t’es malade ou quoi ?! T’aurais pu te faire tuer ! Que tu aies envie de passer le temps d’accord, mais il y a plus intelligent que de s’abaisser au niveau mental de ces crétins de Bouffondor ! T’as mis ta vie en danger pour rien du tout, c’était même pas un pari, t’as rien gagné ! Et heureusement que t’as pas été touchée, je ne sais pas ce que je t’aurais fait, et en plus ta sœur aurait gueulé plus que moi ! »

Ce qui n’était pas faux. Svetlana, ministre de la magie et tutrice d’Aleera, n’était pas connue pour sa tolérance vis-à-vis des prises de risque on ne peut plus stupides. Aleera en aurait eu pour son grade, et Roxanne de même si elle avait osé faire une chose pareille. Ne sachant plus quoi dire pour laisser éclater sa fureur – de toute manière Aleera montrait bien qu’elle s’en foutait – elle lâcha un grand soupir fataliste et se laissa tomber par terre, étendant ses jambes en mode mannequin huppée que tout le monde s’arrache. Ce qu’elle serait en quittant Poudlard, tant pis pour les Langues de Plomb. Elle posa ses deux mains au sol, mettant ses cheveux en arrière comme une pin-up sorcière, et farfouilla dans son sac pour sortir ses cigarettes. Elle alluma sa clope du bout de sa baguette magique et commença à fumer, regardant devant elle, dans le vague. Elle se demandait ce qu’elle pourrait faire en quittant Poudlard. Les agences de mannequinat se l’arrachaient, et bien évidemment elle bosserait pour Aleera et son institut de cosmétique pour devenir son égérie. Elle retournerait voir Scorpius et lui proposerait de s’installer avec elle. Elle essaierait d’entrer chez les mangemorts, bien qu’à ce stade-là elle manque d’assurance. D’accord, ses amis et sa famille adoptive spirituelle sont composés de mangemorts. River, Bielova, O’Malley, Turner, de La Vega, ce sont des noms qui ressortent chez les encagoulés, des hauts placés de la société sorcière actuelle, donc des mangemorts, logique. Le tuteur de Nephtys avait la Marque, elle avait pu clairement voir la Marque sur Svetlana, Reid avait été envoyé en prison à cause de sa Marque, et Selena ne lui avait jamais caché qu’elle l’avait. Roxanne reposa la main à terre, soufflant la fumée d’une manière distinguée.

« J’sais pas trop, Robinson ne m’intéresse plus, puis je n’ai pas envie de me mettre Nika à dos. Il est trop con d’épouser une tache pareille, mais bon. L’amour est aveugle, et vu le thon que c’est, l’adage marche encore mieux. »

Elle lâcha un ricanement moqueur et tira une nouvelle taffe de sa cigarette, sortant son paquet pour le poser entre Aleera et elle, pour le cas où Lee voudrait lui en piquer une. Se perdant dans ses pensées, elle recommença à divaguer, sur Scorpius cette fois. Son meilleur ami lui manquait beaucoup, énormément, affreusement même. Depuis qu’il avait quitté Poudlard, Roxanne ne s’intéressait plus à rien. Les tentatives désespérées des garçons l’ennuyaient, les filles l’ennuyaient aussi, enfin bref, elle ne s’intéressait plus à rien. Peu de gens le sentaient, mais Aleera, sa jumelle, devait le sentir gros comme une maison. Roxanne poussa un long soupir en se rendant compte qu’en fait, tout l’ennuyait depuis que son blondinet était parti, et qu’elle devenait malade de jalousie en l’imaginant coucher avec d’autres filles. Elle quitta sa position pin-up pour passer en mode œuf, entourant ses jambes avec ses bras, sa clope pendant au bout de ses doigts tendus. Ses cheveux tombèrent devant ses yeux, et elle souffla sèchement dessus pour les rabattre plus loin. Scorpius lui manquait, mais pour que ce soit au niveau de la jalousie … Ca devait être gros. Elle appuya son menton sur ses bras et fixa le tronc de l’arbre d’un air lugubre. Eh bah, quelle ambiance.

« Tu sais quoi jumelle ? Je crois que je suis amoureuse. J’ai toujours rigolé de l’amour et tout ça, mais finalement ce n’est pas si rigolo que ça. Il n’est pas là, il me manque, c’est un gros coucheur et l’imaginer avec une autre fille me rend malade de rage et de jalousie … »

Alors qu’elle disait ça, l’image de l’héritier Malefoy s’imposa à son esprit. Sa prestance et sa carrure, ses cheveux blonds et noirs coiffés en bordel comme s’il sortait perpétuellement du lit, son sourire ravageur, ses yeux bleus pétillants, et puis, et puis … Et puis brusquement elle craqua, et se tourna vers Aleera en pleurant pour se blottir dans ses bras, sans trop comprendre ce qu’il lui arrivait mais sachant qu’elle était très triste.

« Bouuuuh Scorpiiiii ! T____T »

✄-------------------------------------------------------------------



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsmordre.forums-actifs.com/

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »



//

Messages : 449

Points : 0
Avatar : Sarah-Michelle Gellar
Crédits : Backseat

Age RPG : 18 ans.
Sang : Pur bien sur
Camp : Basilic

Vie du personnage : //

Truc en plus : Demi-Vélane
Doubles-Comptes : Alexia J. Waldstein



MessageSujet: Re: Garde ta langue fourchue derrière tes dents, je ne suis pas passé par le feu et la mort pour échanger des paroles malhonnêtes avec un vil serpent. |Aleera&Roxanne|   Mar 31 Jan - 7:03

Aleera, totalement impulsive et tête brûlée ? Heu, bah oui. Et pas qu’un peu, et c’est pas nouveau. Tous ces crétins de Bouffondor pouvaient retourner s’occuper de leurs régions inférieures, inutile de rouler des mécaniques dans un uniforme rouge et or pour avoir le sang chaud. La russe savait qu’elle avait plus que quiconque sa place à Serpentard, néanmoins le bilan restait mitigé. On lui avait souvent dit que certains de ses traits de caractère rappelait les exigences d’un certain Godric Gryffondor, ce qu’elle accueillait toujours relativement mal, à grand renfort d’insultes et de cris. Jamais elle n’aurait trouvé sa place à Gryffondor, jamais elle ne s’ serait épanouie comme à Serpentard. Elle était téméraire certes, mais Bielova avant tout. C’était inscrit dans les gènes, cette manie de toujours se mettre en danger pour des prunes. Inscrit dans les gènes et gravé dans les mœurs. Jamais on ne l’avait réprimandé quand elle grimpait tout en haut du toit pour mieux observer l’orage, qu’elle sautait depuis le troisième étage du Manoir pour se faire rattraper au Rez-de-chaussée par un cousin. Quand elle s’amusait avec son couteau en croc de Magyar, ou qu’elle jonglait avec les chandeliers –allumés- du salon. Ca allait de soit, dans son contexte ça ne paraissait ni stupide ni inutile. Non. C’était juste un moyen de passer le temps comme un autre. Certain jouaient à la crapette, Lee c’était pas trop son tripe alors elle préférait se mettre en danger. Sur une échelle de un à dix, allez toucher le tronc du Saul Cogneur ça monte bien à… Six, sept ? Donc pas de quoi en faire une affaire d’état.

La demi-Vélane esquissa un petit sourire ennuyé quand Roxanne se lança dans un superbe laïus moralisateur, mettant en évidence le fait que ça ne lui avait rien rapporté de prendre autant de risques et que Svetlana allait péter les plombs si elle l’apprenait. Oui certes. Mais dire qu’elle n’y avait rien gagné était une absurdité. Bien sur qu’elle y avait gagné quelque chose. Certain se droguaient à la coc, à l’héro. Hé bien Aleera, c’était l’adrénaline. Bien plus excitant et stimulant que la meilleure des ecstasy : l’adrénaline lui permettait de redécouvrir ses sens, de nouveau se sentir vivre, avoir pleinement conscience de son corps, d’exploiter ses capacités au maximum. Et ces derniers temps, de se prouver qu’il restait autre chose en elle que cet amalgame de pensés sombres et peu charitables. Petit à petit, ses pulsions sadiques s’affirmaient, prenaient pleinement possession de son esprit. A chaque battement de cœur, elle était d’avantage persuadée d’être un monstre, une bête se repaissant des larmes et de la souffrance d’autrui. Et qui aimait ça. Ce n’était pas nouveau pourtant, cette volonté de faire du mal aux autres : tous les élèves qui au fil des ans, lui avaient servis de tête de turque. Emmie, par exemple. Aleera aurait pu la laisser en paix, évidemment, l’humiliation de la jeune aiglonne avait été telle qu’elle aurait mérité un peu de répit. Pourtant, la vipère l’avait traquée, rabaissée, dévalorisée, blessée. Non pas pour se faire réparation : ça, c’était juste l’excuse qu’elle s’était trouvée dans un premier temps. Elle avait uniquement et simplement fait ça pour faire souffrir quelqu’un, frissonner à l’idée qu’elle était le bourreau et que sa victime n’attendait que d’être achever. A l’époque, ses pulsions sombres étaient plus implicites que maintenant. Désormais ce n’était plus la sueur et les larmes qu’elle voulait faire couler : mais le sang. Elle voulait voir ce liquide incarnat et poisseux recouvrir ses mains, elle en avait besoin .
Mais l’idée de n’exister que par ces envies de violence la répugnait. Avant d’être une sociopathe en puissance, elle était Aleera. Elle avait besoin de se sentir pleinement vivante, de percevoir les vibrations de chaque parcelle de son corps. Entendre son cœur marteler furieusement sa poitrine et le sang battre ses tempes était le meilleur moyen.
Sortant de sa rêverie, Aleera adressa un grand sourire à Roxanne et l’atrappa par la nuque pour déposer un baiser sur son front.

-« Les croquemorts se seraient rincés l’œil pendant l’autopsie tu me diras. »

Oui bon. On trouve mieux comme paroles réconfortantes, merci quand même Lee. Elle savait bien que Roxanne avait du flipper comme pas permit ; d’ailleurs elle se mettait à sa place. Si sa jumelle avait sciemment mit sa vie en danger, de quelque manière que ce soit, elle aurait bien évidemment péter les plombs. Surtout en ce moment ou elle avait plus besoin que jamais de ses proches. Mais elle n’avait pas put s’empêcher de répondre par l’ironie. Sarcasme qui cachait peut-être un peu de douleur, mais ça elle préférait éviter d’y penser. Aleera s’étira en baillant un bon coup, faisant rouler ses formes voluptueuses sous sa tenue trop courte pour être correcte, et s’allongea sur le dos, ses mains croisées derrière la tête. Elle ferma les yeux, un vent frai faisait voler ses mèches autour de son visage. Il faisait pas trop mauvais, c’était déjà ça. Même si elle avait une net tendance à préférer l’orage. Lee plissa légèrement le nez quand la fragrance de la cigarette de Roxanne vint titiller ses sens. La clope avait toujours été quelque chose qu’elle avait eut en horreur, bien que ses six ans passés avec Meghan l’avaient un peu vaccinée. Cette odeur âcre avait toujours eu le don d’insupporter son odorat fin de Vélane, et de plus ça lui rappelait trop Darek. La Préfète serra légèrement les poings. Non, il ne fallait pas qu’elle se mette à penser à son frère. Pas encore. Elle allait au mieux se mettre à pleurer, et expliquer à Roxanne la relation tendue qu’elle entretenait maintenant avec celui qui avait été son modèle masculin serait… Insupportable. Elle le ferait certainement quand même, étant donné qu’elle ne cachait absolument rien à sa jumelle, mais pas maintenant. Ca faisait trop mal. Aleera rouvrit légèrement les yeux et observa Roxanne à travers ses longs cils blonds. Ses longs cheveux couleur miel, ses yeux azurés, sa peau satinée et ses lèvres charnues de poupée. Elle non plus n’avait pas l’air très en forme. Au fil du temps, la Préfète avait apprit à décortiquer chaque expression de son amie, de sorte à savoir ce qui clochait chez elle en un seul coup d’œil. Même si pour le coup, pas la peine d’être Profiler pour savoir ce qui la turlupinait. Lee soupira légèrement. Roxanne aussi était aux prises avec ses histoires de cœur. Même si elles n’en avaient pas discuté, Aleera était une des mieux placées pour savoir que son amie se languissait de Scorpius. Le blondinet avait quitté Poudlard cette année, et depuis Septembre le comportement de Roxanne avait radicalement changé. Finit les soirées classées X avec des types dont elle connaissait à peine le nom, finit les beuveries dans la salle commune ou elle finissait à moitié à poil, finit les plans cul réguliers et les amants d’un soir. Les joies de la séduction n’intéressaient plus sa jumelle, et ses yeux bleus ne pétillaient plus que quand il était question de l’héritier Malefoy. Même si elle n’en parlait jamais, la russe savait ce qui turlupinait Roxanne : voyait-il d’autres filles, pensait-il à elle, était-il jaloux en l’imaginant dans les bras d’un autre. La réponse était oui, sans aucun doute. Les quelques fois ou Lee l’avait revu hors Poudlard, il avait la parfaite dégaine du célibataire endurci. Il envoyait bouler les gonzesses qui lui tournaient autour. Lui, Scorpius Malefoy, plus grand coureur de Grande Bretagne à égalité avec Tom et Dan.
Aleera ne pouvait que compatir à la souffrance de sa jumelle. Elle vivait grosso modo la même chose, dans un contexte différent…
La réplique de Roxanne, quoique fort bien agencée et pleine de verve, n’arracha aucun sourire à la demi-Vélane. Lucy. Nika. Mariage. Et voilà, elle allait se mettre à chialer. Ou pas. Non, elle était une Bielova, elle devait restée forte digne, impassible et cruelle quelle que soit la situation. Résignée, elle piocha dans le paquet de cigarette que lui proposait Roxy. Elle s’en grilla une, le regard fixé devant elle, froid et impénétrable.

-« On dit que les thons rouges sont en voie de disparition, moi j’ai plutôt l’impression qu’ils prolifèrent. Robinson, Waldstein, Zeringer… J’aurais presque envie de me la jouer pêcheur japonais. » La blonde partit d’un rire carnassier. « Cette pute de Robinson va pas faire long feu, parole de Bielova. »

Quand un Bielova profère une menace dans ce genre, soit on se passe la corde autour du cou soit on implore grâce. Aleera tira longuement sur sa clope, et rejeta sa tête en arrière pour souffler quelques ronds de fumée vers le ciel. Les arabesques s’élevèrent en direction des nuages avant de se distendre petit à petit pour finalement se piquer par paquets éparses dans la voute azurée. La Préfète laissa petit à petit les bienfaits du tabac la détendre, avant se reprendre une autre taffe, plus longue celle là. Entre deux rond de fumée, une pensée s’immisça en elle, avec tant de violence qu’elle crut tomber à la renverse. Nika. Ses doigts se crispèrent autour de la clope. Elle ferma les yeux, pour empêcher ses larmes de dégringoler en cascade le long de ses joues pâles. Pourquoi il lui faisait autant mal ? Pourquoi Lucy et pas elle ? Qu’est-ce que cette gourdasse avait de plus ? Qu’est-ce qu’elle, elle avait de moins ? Pourquoi, comment ? Une douleur intense lui transperça le cœur, lui donnant la sale impression qu’elle allait se mettre à vomir ses trippes sur le champs. Pourquoi est-ce qu’il ne voulait plus d’elle, pourquoi ? Pourquoi est-ce que c’était elle qu’il avait appelé en dernier recours ? Pourquoi est-ce qu’il n’était pas dans ses bras ? Elle pouvait lui donner tellement plus que Lucy, tellement plus… Cette pute ne le connaissait pas, ignorait les choses sombres et pas cleans qui refluaient en lui de temps en temps. Aleera prit une grande inspiration pour se calmer. Trop de questions, pas de réponses, trop de non dit et de souffrance. C’était injuste. Nika la faisait souffrir à tord alors qu’elle serait prête à donner sa vie pour lui.
Et malgré ça, elle était incapable de lui en vouloir.

Aleera se redressa quand Roxanne lui avoua être amoureuse. Elle tourna la tête vers son amie pour capter son regard. Elle la dévisagea de manière intense, compatissante, chaleureuse. Si seulement tu savais à quel point je comprends. La Préfète ne put qu’étreindre sa vipère quand elle se jeta dans ses bras en pleurant, et la serra affectueusement contre sa poitrine. Elle la berça quelques instants en l’embrassant de temps à autre dans le cou pour l’apaiser.

-« Jumelle, il voit plus personne l’autre blondinet. Dès qu’on va boire un cou, il me fait passer un interrogatoire pour savoir si tu vois pas d’autres mecs. Et il regarde plus aucune fille. L’autre jour on était au Chaudron Baveur, une serveuse est passée et lui a fait un vieux sourire lubrique, il lui a fait remarqué qu’elle avait un bout de salade entre les dents. Alors qu’elle était blonde et toute fine, et que Scorpi aime les blondes toutes fines. Et d’abord j’ai demandé à Thomas et Nolan, et Scorpi il voit plus personne. »

C’était la pure vérité. Scorpius était peut-être un coureur invétéré, il n’empêche qu’Aleera le voyait bien se poser avec Roxanne. Elle caressa doucement le dos de son amie.

-« N’empêche, je te comprends. »

Elle se mordit les lèvres pour éviter de sangloter. Rester digne, forte, ne jamais fléchir, ne jamais céder. Le silence s’installa quelques instants avant qu’elle ne reprenne la parole. Par contre commencer ? Elle finit par exploser.

-« Pourquoi hein ?! Pourquoi est-ce qu’il a choisit cette pute, cette niaise, cette gourdasse de Robinson ?! Ils vont se marier, Roxanne. Ils vont se marier, alors qu’elle le voit comme un gentleman propre sur lui. Elle ne sait rien de lui, rien ! Ni qu’il se droguait, ni qu’il couchait à droite à gauche, encore moins qu’il suit un entrainement de tueur à gage ! Et ils vont se marier ! »

Elle s’interrompit, prise d’un haut le cœur, et reprit d’une voix déformée par la douleur.

-« Pourquoi est-ce qu’il m’a jeté comme une malpropre ? Pourquoi est-ce qu’on ne se voit plus, alors que c’est moi qu’il a appelé quand il était au bord du gouffre ? Il l’a dit lui-même, il ne veut pas que je le laisse, il me dit que je le comprends, et c’est vrai, je le comprends. Il est comme moi, il porte un masque, il est malsain mais pas pourrit, il… Pourquoi il ne m’a pas choisit moi ? Qu’est-ce qu’elle a de plus que moi Roxanne ? Qu’est-ce que j’ai de moins qu’elle ? Est-ce qu'elle est plus jolie, plus intelligente, plus intéressante ? Sérieux je...»
Sa phrase se termina en un murmure. Elle se mordit de nouveau les lèvres, et rejeta sa tête en arrière pour empêcher une larme de couler.

-« Pourquoi je l’aime alors qu’il me fait du mal ? Pourquoi je retourne vers lui alors qu’il me détruit »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-shown.forumactif.com/

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »





Messages : 146

Points : 1
Avatar : Billie Piper *w*
Crédits : Mika <3

Age RPG : 17 ans.
Sang : Puuuuuur \O/
Camp : Basilic

Doubles-Comptes : Lily L. Potter ; Moïra V. River ; Svetlana K. Bielova ; Grace C. Waldstein ; Aramis Y. Caldwell.



MessageSujet: Re: Garde ta langue fourchue derrière tes dents, je ne suis pas passé par le feu et la mort pour échanger des paroles malhonnêtes avec un vil serpent. |Aleera&Roxanne|   Ven 10 Fév - 10:19

Roxanne hurlait. Ca ne lui faisait ni du bien ni du mal, mais elle gueulait quand même, sur Aleera qui était allée titiller le Saule Cogneur avant de revenir en courant, le souffle court et les yeux brillants. Elle ne savait pas ce qu’il arrivait à sa Lee mais elle aimait moyennement ça. La préfète s’éloignait petit à petit, s’enfermant dans ses noires pensées sans s’en ouvrir à sa jumelle de cœur. Elle avait des pulsions sadiques, ça Roxanne l’avait toujours su, mais ces pulsions semblaient prendre le dessus sur elle, sur son âme, et la jeune Serpentard voyait bien que sa meilleure amie se repaissait de la souffrance qu’elle infligeait à ses jeunes victimes, que ce soit Andras ou les autres. Aleera voulait maintenant faire couler le sang, et si cela ne dérangeait pas le moins du monde Roxanne, elle avait peur que cela ne les sépare. Néanmoins, Aleera sembla vouloir la tranquilliser, coupant court à son laïus moralisateur dont elle se fichait comme sa première couche-culotte. Elle se pencha, lui attrapa la tête et lui colla un bisou sur le front, en disant d’un ton ironique que les urgentistes se seraient rincés l’œil sur son cadavre. La vipère se tut, et sourit d’un air amusé. Pas faux. Roxanne savait qu’Aleera, malgré son cynisme, se mettait à sa place, et imaginait la peur qu’elle-même aurait eu si sa jumelle Weasley s’était avisée de faire une chose pareille, toucher le tronc du Saule Cogneur et revenir comme une fleur, comme si rien ne s’était passé. Roxanne se rassit, lâchant un petit ricanement.

« Eh bien ils ne sont pas les seuls. »

Oh, mais non, quand Aleera lui a fait un bisou, elle ne lui a pas du tout collé son décolleté sous le nez, non, pas du tout. Esquissant un petit sourire, elle alluma une clope, ne se doutant pas que Lee ne supporterait pas ça car elle s’était disputée avec son frère. Peu à peu, la conversation dérapa. Aleera allait mal, Roxanne allait mal, l’une et l’autre savaient pourquoi l’autre allait mal. L’une parce que son beau blond lui manquait, l’autre parce qu’elle était tiraillée entre deux garçons, un qui allait se marier et un qui était un pervers de meilleure naissance. Roxanne jeta un rapide coup d’œil à Aleera, ignorant que son amie avait fait de même un peu avant. Grande, bien roulée, attirante, une peau de porcelaine et des cheveux de miel. Et ce petit quelque chose de vélane qui faisait tourner le regard des garçons, et pas que des garçons, ce petit quelque chose que Roxanne semblait avoir eu la chance infinie de récupérer, bien qu’elle ne soit pas vélane. Le charisme, la grâce, la classe, quoi. Normal que deux garçons se disputent pour elle. Et elle, aurait-elle choisi Dan ou Nika ? Excellente question. Elle n’aimait ni l’un ni l’autre, par amour cela s’entend, mais avait passé de bons moments, autant avec l’un qu’avec l’autre. Dans lui offrirait la stabilité, le prestige du nom, une bonne lignée sang-pur. Nika lui apporterait l’amour. Bon, ce n’est pas comme si Svetlana, la tutrice d’Aleera, portait le moindre regard à la pureté du sang, après tout le mec de Jae est bien un sang-mêlé. Qu’Aleera choisisse un sang-mêlé ne gênerait pas le moins du monde l’influente ministre de la magie, et leur père ne pourrait rien dire, vu qu’il a déjà déshérité et désavoué ses deux filles. D’un ton acerbe, Aleera reprit la parole, comparant Lucy à un thon, et tous les Gryffondor à des thons rouges. Waldstein, Zeringer, Robinson, c’est vrai que la maison est bien fournie en matière de poissons japonais. D’ailleurs, Aleera continua en disant qu’elle se voyait bien en pêcheur japonais, faisant sourire Roxanne, un sourire à la fois cynique et hautain. Ah, la guerre Serpentard et Gryffondor est connue de tous après tout hein, il n’y a que quelques lions qui échappaient à ce fauchage agressif. Nolan, par exemple. Lui c’est un pur mec qu’on ne refait plus. Bon, évidemment, tous les purs mecs décident de se caser, Nolan avec Moïra, par exemple, la prude et innocente Moïra qui ne semblait pas comprendre sa chance. Quoique si, vu qu’à sa connaissance, il n’y avait jamais eu de dispute de couple ou de crise de jalousie. Brave petite aiglonne, intelligente et tout et tout.

« Tu m’étonnes, à force de protéger les espèces en voie de disparition, voilà ce qu’il se passe ! Celle-là, il aurait mieux valu la laisser disparaître, ça se reproduit à une vitesse folle, pire que les … Lapins. »

Elle avait failli dire « pire que les Weasley » mais s’était retenue au dernier moment. Pas la peine de recommencer à s’énerver. Tirant sur sa clope en plissant ses yeux saphir, elle se concentra intensément pour penser à autre chose. Et pensa à Scorpius. Immédiatement, elle l’imagina avec une autre fille qu’elle dans les bras, et une larme coula le long de sa peau de cristal. Elle était malade de jalousie de l’imaginer avec une autre. D’un ton prudent et un peu haché, elle s’en ouvrit à Aleera, prenant un ton détaché comme si le sujet ne la préoccupait pas plus que ça. Mais cependant, sa jumelle lui envoya un long regard, chaleureux et compatissant, comme si elle comprenait, qu’elle savait à quel point ça fait mal d’imaginer ou savoir que la personne qu’on aime s’amuse avec une autre comme il s’est amusé avec nous. Roxanne grinça des dents, et brutalement, elle se tourna vers Aleera, se mettant à pleurer comme une loque, un peu honteuse, sans réussir à s’arrêter. Aleera l’étreignit, la serrant dans ses bras avec une douceur des plus rares, comme une maman en manque d’affection, et d’un ton des plus doux, elle lui raconta qu’à chaque fois qu’elle allait boire un coup avec lui en ville, il la harcelait de questions pour savoir si elle, Roxanne Hécate Weasley, voyait d’autres mecs ou pas. Qu’il avait la dégaine parfaite du mec célibataire endurci, qui n’attend que sa blonde pour recommencer à vivre et à sourire comme un parfait amoureux transi abruti sur les bords. Roxanne essuya ses yeux, et redressa un peu son regard vers Aleera, pleine d’espoir.

« C’est vrai, il ne voit personne ? »

Cache ta joie ma fille. Cependant, Aleera reprit la parole, disant qu’elle la comprenait, et Roxanne se raidit un peu. C’est parti, la vélane va vider son sac. Elle respira calmement quelques minutes … Et explosa brutalement, crachant presque son amour pour Nika. Pourquoi il avait préféré Lucy, cette conne de Lucy qui ne sait rien de lui, qui le voit comme un gentleman propre sur lui qui ne la tromperait jamais, dans le genre prince charmant avec le cheval blanc et tout, alors que Nika est en réalité un apprenti tueur à gages et tatoueur illégal à ses heures perdues, qu’il se tape tout ce qui bouge – surtout quand ça s’appelle Aleera – et qu’il a appelé Lee après avoir fait une overdose des plus sévères à la mort d’elle ne sait plus quel sombre type assez con pour enquêter sur les Basilics. Bien fait pour sa gueule, elle ne va pas compatir en plus de ça. Silencieusement, elle serra sa jumelle dans les bras, la laissant vider son sac sans rien dire, cherchant les mots pour lui remonter le moral. Parce qu’elle continuait. Pourquoi il la jette comme une malpropre, mais qu’est-ce que Robinson a de plus qu’elle ? Est-elle plus belle, plus intéressante, plus intelligente ? Roxanne tiqua, et lâcha un petit grognement, sans couper la parole à Lee qui finissait sa diatribe sur une question rhétorique, demandant pourquoi elle s’obstinait à l’aimer alors qu’il lui faisait du mal et qu’il ne voulait pas d’elle. La blonde garda le silence quelques secondes, puis prit la parole.

« Plus intéressante, je n’en doute pas. Ca doit être très intéressant d’étudier le comportement d’un thon rouge dépendant de ce qu’il croit être l’émissaire de la pureté … »

Elle lâcha un léger ricanement méprisant et reprit, plus sérieuse.

« Jumelle, il est tordu Nika, tu le sais aussi bien que moi. Il se sent dépendant de cette traînée, parce que c’est sa première amie, et patati et patata … Il faut être aveugle pour choisir un sac quand on a une bombe comme toi sous les yeux, tu le sais bien. Nika il considère qu’il n’a pas le droit au bonheur, ni avec toi ni avec les autres, il est maso ce type, il va épouser Lucy parce qu’elle est dépendante de lui comme un bébé est dépendant de sa mère, et qu’il s’imagine que moralement ce ne serait pas bien de la laisser tomber. C’est à toi de lui prouver le contraire, Aleera. »

Elle lui posa un léger bisou sur la tempe, avant d’exposer avec une prudence feutrée le second sujet de préoccupation de Lee.

« Et il y a Dan Prewett … Tu l’aimes aussi, lui, et tu ne sais pas vers lequel des deux ton cœur balance vraiment, parce que les deux sont amoureux de toi et que tu refuses de leur briser le cœur, même si Nika va se marier avec sa pouffe et que Dan passe son temps à nier qu’il ressent plus que de l’affection pour toi. »

D’un geste doux, elle lui caressa les cheveux, et lui sourit.

« J’ai raison, n’est-ce pas ? »

✄-------------------------------------------------------------------



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsmordre.forums-actifs.com/
Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: Garde ta langue fourchue derrière tes dents, je ne suis pas passé par le feu et la mort pour échanger des paroles malhonnêtes avec un vil serpent. |Aleera&Roxanne|   

Revenir en haut Aller en bas
 

Garde ta langue fourchue derrière tes dents, je ne suis pas passé par le feu et la mort pour échanger des paroles malhonnêtes avec un vil serpent. |Aleera&Roxanne|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Morsmordre :: « DEPARTEMENT DES MYSTERES. » :: Pensine. :: Corbeille RP.-