Partagez | 
 

 || Don't you feel Riddikulus ? [Logan Cooper]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité







MessageSujet: || Don't you feel Riddikulus ? [Logan Cooper]    Jeu 1 Déc - 22:36


Don't you feel Riddikulus ?

✎ Noms ◮ Logan Cooper & Irina Baranovski
✎ Mois actuel ◮ Décembre
✎ Contexte temporel ◮ Fin Novembre.
✎ Contexte spatial ◮ Une classe vide, où se cache un affreux Épouvantard.

Codage (c) Champifeuille et Shakespearette.



Être directrice-adjointe, ce n'était pas toujours une partie de plaisir. Non seulement ce crapaud d'Ombrage lui envoyait sans cesse une tonne de paperasse à remplir, à classer et à signer, mais en plus elle lui confiait toutes les tâches ingrates, qu'elle n'avait soi-disant pas le temps de d'accomplir. Balivernes!, cette vieille harpie ne voulait tout simplement pas que l'on se moque d'elle, comme auparavant et c'était donc Irina qui servait de tête de turc. L'année venait à peine de commencer et déjà, les élèves faisaient des pieds et des mains pour lui faire perdre son temps à courir à droite et à gauche, pour désamorcer de nombreux Feuxfous Fuseboum, vestige des jumeaux Weasley qui semblait-il, étaient tout à coup redevenus très à la mode. Et que dire de ces marécages portables (ou devrais-je dire, insupportables)... une misère à nettoyer... en plus ils sentaient extrêmement mauvais, même des jours après leur extraction. Déjà qu'elle n'appréciait pas particulièrement de travailler avec des morveux, si en plus elle devait s'occuper de leurs bêtises, elle allait probablement finir par en mourir.

Toujours est-il que ce matin là, la bêtise était sérieuse. Quelqu'un, Irina ne savait pas encore qui, mais quand elle allait le découvrir, cette personne allait en pâtir, avait réussi à introduire un Épouvantard dans l'une des salle de classes vides et c'était la professeure qui devrait s'en charger. Dolores lui avait servie son excuse favorite : ''C'est vous, la professeure de Déviances Magiques, vous devriez être en mesure de nous débarasser de cet Épouvantard, non ?'' Depuis des heures, elle ruminait dans son bureau, repoussant le moment fatidique où elle devrait se ridiculiser en criant ''RIDICULUS'' devant une pluie de ballons, qui lui tomberait au dessus de la tête.

Irina était une femme orgueilleuse et elle n'accepterait pas que quelqu'un la voit dans un état de panique, qu'elle savait inévitable. À tout les coups, elle ne pourrait pas penser à un truc rigolo, sachant qu'elle avait au dessus d'elle une bonne dizaine de ballons, gonflés à bloc d'oxygène et prêts à lui exploser à la figure et elle finirait en pleurs, tentant de stupéfixer les ballons dans les airs, ce qui se révèlerait inutile, évidemment. Ah, pour se lancer à la poursuite des membres de l'Ordre du Phoénix, baguette en l'air, ça, elle savait faire. Mais affronter un Épouvantard, elle ne pouvait pas. Chacun ses faiblesses... non ?
Sa pire crainte restait toujours de se faire repérer, que ce soit par un élève ou encore pire, par un membre du corps enseignant, qui ne manquerait pas d'en faire le récit à tout les autres. Prenant finalement son courage à deux mains, Irina sortit de son bureau, le pas un peu plus saccadé qu'à l'ordinaire. Dans les couloirs, les élèves se collaient sur les murs. Pour se détendre, elle corrigea un première année de Poufsouffle qui avait la cravate de travers et les lacets défaits, ce qui lui valut une semaine entière de détention. Tout de suite, elle se sentit plus légère. Qu'il était bon d'être une femme de pouvoir... Retour à la réalité, Irina était serti d'une mission. Elle repris son chemin, vers là où l'attendait une chose bien pire que la mort, à savoir, l'humiliation.

Ses pieds s'arrêtèrent devant une porte, hésitèrent un instant puis voyant que le couloir était bondé, se décida finalement à entrer. À première vue, tout semblait atrocement normal. La pièce était particulièrement vaste, elle ressemblait un peu à celle qu'elle utilisait pour ses propres cours, à la différence que les carreaux de ses fenêtres étaient propres et qu'ils laissaient entrer la lumière du jour. Une souris tentat de se frayer un chemin entre les jambes de la jeune femme, geste qu'elle n'eue pas le plaisir de regretter. Un éclair vert, un couinement. Avec dédain, Irina envoya valser le cadavre du rongeur un peu plus loin, puis se mit à la recherche de l'Épouvantard.

Une malle, qui lui semblait être une bonne cachette se mit alors à bouger d'elle même, signe qu'Irina avait visé juste. Pendant quelques minutes, elle fit les cents pas devant cette grosse boite, dans l'espoir que la bête aux milles visages parte d'elle-même, comme par magie. Nous sommes bien dans une école de sorciers, non ? Alors cette chose pouvait bien disparaître toute seule. Mais bien évidemment, la vie est une gigantesque salope et elle devrait s'en occuper, il n'y avait pas de doute possible...
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Tough times don't last, and tough people do. »





Messages : 1378

Points : 0
Avatar : David Tennant
Crédits : Kachilight

Age RPG : 39 ans
Sang : Mêlé
Camp : Ordre du Phénix

Vie du personnage : « Hakuna Matata !
« Une ptite lettre ?
♥️ En couple ? Oui avec Grace, et attention on ne mate pas èOé

Truc en plus : Animagus Buse
Doubles-Comptes : Malcolm Gray



MessageSujet: Re: || Don't you feel Riddikulus ? [Logan Cooper]    Ven 2 Déc - 1:29

Punaise ce qu'il aimait Poudlard. Ses deux premières années dans l'école avaient été horribles, mais les suivantes, bon Dieu ! Certains des meilleurs moments de sa vie s'étaient déroulés dans ce château. Alors évidemment, il avait une signification particulière pour lui. Des choses bonnes comme mauvaises lui étaient arrivées dans ces lieux. Il y avait été torturé, s'était battu, avait prit des coups pour protéger Grace qui avait la malchance d'être née-Moldue alors qu'à cette période, il valait mieux ne pas l'être, il avait combattu lors des deux batailles, ils avaient perdu puis gagné, à des prix terribles. Beaucoup trop de morts, énormément de blessés, dont lui, qui était marqué physiquement, destiné à souffrir à vie, et mentalement comme toutes les personnes s'étant retrouvées là-bas en ces sombres jours. Mais Poudlard, ce n'était pas que la guerre et les cicatrices, c'était aussi ce qu'il y avait vécu après. Les années et les études tranquilles en compagnie de sa meilleure amie, les délires, les punitions douloureuses uniquement pour le poignet et le moral en voyant le soleil à l'extérieur des murs, les dîners, les batailles de coussin, les bêtises, les premiers amours, les premiers baisers, les premières fois, les fous rires. Il était même sortit avec Grace un long moment pour des jeunes de leur âge et ils étaient ensuite restés juste ce qu'ils avaient toujours été : des amis. Poudlard, c'était aussi ces bons moments-là, parfois teintés de pleurs et de petits soucis, mais rien de suffisant pour se voir déprimer. Non vraiment, il avait adoré étudier ici, et voilà qu'il y était revenu. Dans un contexte plus récent, on pouvait dire que la vie ici n'était pas de tout repos, mais tellement agréable ! Les élèves trouvaient toujours de quoi rire, l'ambiance était géniale malgré les tensions, il côtoyait les personnes qu'il aimait, délirait, se faisait harceler par Lily, Alexia et les paris de Hugo, et si ce point-là le gavait parfois un peu, il était le premier à en rire. Vraiment, l'Animagus était loin de regretter d'avoir accepté ce poste. Et puis ainsi, il pouvait rester souvent avec Grace, même s'ils ne se voyaient en général que le matin, le midi, le soir et quand tous deux avaient du temps libre. D'ailleurs, en parlant de leur couple, voilà la déclaration que tout le monde attendait : les deux dernières nuits avaient été quelque peu... réchauffées ! 8D Au vu des cernes qu'ils se tapaient après deux nuits pareilles, les conclusions seraient vite faites et l'information 'ILS L'ONT FAIT' ne tarderait pas à faire le tour du château ainsi qu'atteindre l'Ordre... merci qui ? Merci Lily & co ! On attend vos lettres de félicitations, hein.

Enfin bref. Aujourd'hui, c'était détente et tête dans les nuages (on imagine facilement quels nuages... 8D). Il n'avait pas cours et comptait bien prendre un peu de temps pour lui, aussi décida-t-il d'aller s'occuper un peu de ses oiseaux, installés à la volière. Il n'avait pas voulu les laisser chez lui, non mais les pauvres, tout seuls ! Donc voilà, il allait les voir deux fois par semaine, s'assurant que tout allait bien, et puis honnêtement, une volière pour un ornithologue, c'est le paradis. Il avait tendance à y passer une bonne heure facilement, peut être plus si le temps ne le rattrapait pas. Et ici, c'était justement le cas. Il resta donc là-bas pendant deux grosses heures, s'amusant à vérifier que les nombreux rapaces en tout genre étaient en bonne santé, ce qui était fort souvent le cas. Certains avaient juste parfois des plumes arrachées ou de petites égratignures causées par des querelles entre oiseaux. Après quoi, il se transforma et entreprit un super piqué de la mort qui tue en s'élançant du haut de la tour. Il était beaucoup plus rapide comme ça, et si il venait à tomber sur Lily dans les couloirs, il pourrait la devancer relativement facilement. Pas qu'il ne voulait pas lui parler mais... oh en fait si.

Planant dans les couloirs, au-dessus de la tête des jeunes gens - remplis, les élèves étant en intercours– il s'arrêta soudainement en entendant un drôle de bruit, merci l'ouïe de rapace, venant de la pièce juste à sa droite, dont la porte était ouverte, en tout cas suffisamment pour laisser passer un oiseau de sa taille. Poussé par la curiosité, il s'y faufila et s'arrêta net. Oh. Là. Un coffre qui bouge comme ça, ça ne peut pas être magique. Épouvantard, chouette ... Mmh ? La buse sursauta en entendant grâce à son ouïe fine le son de la porte s'ouvrant avec hésitation. Tiens, tiens. D'un puissant battement d'elle, il se lança à nouveau dans les airs et alla vite fait agripper de ses serres une des sortes de lampes attachée au mur de la porte. Ainsi, on ne le verrait pas, sauf s'il décidait de se montrer. Sa curiosité ne fut que plus attisée lorsque ce fut cette chère Irina Baranovski qui entra, visiblement peu ravie. Tellement qu'elle buta une pauvre souris. Sortilège impardonnable, c'est pas bien ça. Il ne lui avait jamais parlé, mais il savait que ses manières de donner cours n'étaient pas vraiment correctes du tout, et surtout, qu'elle était loin de s'entendre avec Grace. Et il ne l'aimait pas, voilà tout. Apparemment, elle savait ce qu'elle venait faire là, mais ne semblait pas décidée à s'y mettre. C'était quoi, le problème ? Un petit Épouvantard ? Il rêvait ou elle avait les jetons ? AHAH trop marrant ! Après quelques minutes, il en eut marre de la regarder faire les cent pas devant la malle et prit la décision sûrement pas très intelligente de se faire voir. Il déploya ses ailes et plana pour se poser sur la malle, se tourna vers la professeure de Déviance Magique (genre 'SURPRIIIISE') et reprit sa forme humaine pour se retrouver debout sur le meuble d'un coup. Alors il sauta de la malle qui tremblait juste un peu beaucoup et fixa de ses yeux bruns la jeune femme.

 « Alors comme ça on a peur du pitit Épouvantaaard ? 8D »

Logan, ou comment faire chier les gens, leçon 1. Et c'est la directrice adjointe en plus, vraiment pas malin.

« Si ça vous fait tant flipper que ça, je peux m'en occuper. C'est triste, je pensais vraiment que c'était dans vos cordes ! »

Logan, ou comment foutre un dilemme sur le dos des gens, leçon 1. La pauvre, régler le problème c'était se taper la honte, accepter l'aide de l'Animagus c'était passer pour une trouillarde. T'es trop fort Log'.

✄-------------------------------------------------------------------



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité







MessageSujet: Re: || Don't you feel Riddikulus ? [Logan Cooper]    Lun 5 Déc - 18:08

À la seconde où Irina entendit l'air se déplacer au dessus de sa tête, elle pointa sa baguette sur la masse de plumes qui volait dans sa direction. Elle pensa d'abord à du courrier, mais le volatile était beaucoup trop gros pour qu'il ne s'agisse d'une chouette. Quand elle vit la buse se poser tout doucement sur le coffre, elle savait déjà à quel genre d'oiseau de malheur elle aurait affaire. Logan Cooper, animagus et nouveau professeur à Poudlard depuis peu. C'est donc sans grande surprise qu'elle vit apparaître l'homme. C'était qu'Irina avait lue son dossier de long en large, essayant de trouver une raison quelconque, n'importe quoi, qui aurait pu lui éviter de donner son accord pour l'engager. Bien entendu, son dossier était vierge, totalement sans la moindre tache. Mais le pire dans tout cela était probablement la relation qu'il avait avec Grace. Cet homme était surement fou. Il fallait bien l'être, pour trouver quoi que ce soit à cette ignoble Sang-de-Bourbe.

Lors de l'affront, tout son corps se crispa. Visiblement, leurs réputations avaient déjà entravées la relation qu'ils n'auraient jamais. Même sans se connaître, ils se détestaient. Si ça avait été un autre professeur, Irina l'aurait envoyé se faire foutre, tout en menaçant de faire assassiner toute sa famille s'il ne partait pas tout de suite, mais malgré son immense envie de le faire, elle n'était pas stupide. Ce serait comme déclarer une guerre ouverte à l'ancienne Harpie et il valait mieux qu'il n'en soit pas ainsi, pour l'instant en tout cas. Irina se voyait mal brandir sa baguette en plein milieu du couloir pour tenter de mettre fin aux jours de sa rivale. C'était beaucoup mieux de tenter de le faire plus subtilement, en utilisant ses parfaits petits Basilics.

Il se moquait ouvertement d'elle. Il vint à l'esprit de la jeune femme de le lui faire payer, immédiatement, tout de suite, sans tenir compte des conséquences. Un spasme traversa la main qui tenait sa baguette, démontrant sa colère. Elle lança un regard dédaigneux vers Logan, alors qu'il lui demandait si elle ne voulait pas qu'il le fasse à sa place. Aaah, douce ironie. Elle qui ne voulait pas se faire surprendre par quiconque, voilà qu'elle faisait face à la pire des situations possible.

Elle s'apprêtait à décliner l'offre de façon agressive, mais elle se ravisa juste à temps. Certes, Irina était une femme orgueilleuse, mais aussi très stratégique et puis en plus, il était inconcevable que cet énergumène ne sache pour sa peur irrationnelle. Elle ne pouvait tout simplement pas laisser un tel renseignement à l'ennemi, surtout qu'il s'en servirait contre elle plus tard. Il gagnait pour cette fois, mais en contre-partie elle apprendrait la peur de l'animagus, ce qui serait une foutue bonne chose.

- Tss, ce sont aussi dans les vôtres, que je sache.

Elle détourna son regard du visage de son collègue et se rapprocha des pupitres à l'abandon. La jeune femme passa un doigt sur l'un des bureaux, ce qui laissa une marque bien visible sur sa surface. Elle posa une dernière fois les yeux sur le coffre, qui remuait toujours autant. Il était hors-de-question qu'elle s'occupe de cet Épouvantard en présence du professeur Cooper. Et puis elle n'aurait même pas dû être là en premier lieu, elle avait bien d'autre choses à faire. Ce qui était la pure vérité.

- J'accepte votre proposition, bien que je devine qu'il s'agissait plutôt de railleries. Mais faites-donc, Mr. Cooper.

Elle ponctua ses paroles d'un geste de la main, et le gratifia délibérément de son plus grand rictus de haine. Elle épousseta une vieille chaise en bois du revers de la main avant de s'y asseoir, croisa les jambes et attendit patiemment que le professeur de Sortilèges s'exécute.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Tough times don't last, and tough people do. »





Messages : 1378

Points : 0
Avatar : David Tennant
Crédits : Kachilight

Age RPG : 39 ans
Sang : Mêlé
Camp : Ordre du Phénix

Vie du personnage : « Hakuna Matata !
« Une ptite lettre ?
♥️ En couple ? Oui avec Grace, et attention on ne mate pas èOé

Truc en plus : Animagus Buse
Doubles-Comptes : Malcolm Gray



MessageSujet: Re: || Don't you feel Riddikulus ? [Logan Cooper]    Mar 6 Déc - 9:55

Pas besoin de connaître Irina Baranovski pour la détester. Rien que les choses qui se disaient sur elle le dégoûtait, et ce n'était vraiment pas le genre de femme avec qui il sympathiserait. Oh que non. Pourquoi ? Eh bien parce que ce 'professeur' avait des méthodes peu acceptables. Dans le genre torture, tout ça. Tout ce qu'il avait subi lors de ses deux premières années à Poudlard en fait, alors sous la houlette disciplinaire des horribles Carrow. Et puis bon, quand on enseigne la déviance magique, ça semble un peu impensable que l'on soit branché plutôt Ordre. Il était clair que cet individu fort peu recommandable faisait partie des Mangemorts. Non mais sérieux, ça crevait les yeux, mais personne n'avait réussi à le prouver. Enfin je veux dire, une femme comme elle, ça ne peut pas cacher un coeur d'agneau ! Et ça, pour avoir fréquenté beaucoup de jolies gazelles, Logan le savait.

N'empêche que quand on se doute de tout ça, il vaut peut-être mieux éviter de provoquer la personne, nan ? Eh bah si Log' s'en rend bien compte, il prend quand même le risque, ce gros con. Que voulez-vous, c'est dans ses cordes, faire exprès de faire chier les Mangemorts quand il sait très bien qu'ils ne peuvent rien lui faire. C'est vrai, non ? Elle allait lui faire quoi ? Le torturer ? C'était directement se retrouver dans une sale situation. Le tuer ? Grace s'assurerait qu'elle finisse sa jolie vie à Askaban ou pire, au fond de l'océan, et puis il y avait trop de monde dans le couloir pour prendre le risque. Le buter plus tard ? Non mais vous croyez quoi, il aurait le temps d'en parler à sa chérie qui pourrait témoigner de la culpabilité de sa rivale ! Une petite pensine et c'est bon, pour montrer qu'Irina a une dent contre lui. Et puis, n'oublions pas que l'Animagus est un sorcier hors-pair, se défendre, il sait le faire. Enfin bon, c'est bien joli d'imaginer ce genre de trucs, mais on a un Epouvantard sur le feu et de toute façon il ne risquait strictement rien.

Que ce sont aussi dans ses cordes ? Ah bah tiens. Ah ce qu'il en savait, c'était elle qui l'avait trouvé en premier, à elle de s'en occuper. Quoi que si elle l'avait découvert par hasard, elle aurait très bien pu partir en le laissant là. Autrement dit... on lui avait demandé de régler ce problème, et elle n'en était pas ravie. Tss, et elle arrivait encore à se montrer désagréable, alors que ce n'était rien qu'un service à rendre. Enfin bon, il ne faisait pas grand chose pour être sympathique non plus, c'est vrai. Dingue comme le courant ne passait pas alors que c'était la première fois qu'ils s'adressaient la parole ! Mais bon, on ne pouvait pas dire que leurs opinions étaient identiques, loin de là... Résultat, ils se faisaient bien comprendre : 'je ne t'aime pas connard/connasse !' ... Ah ? Ainsi, elle se résignait à le laisser faire ? Eh bah. Ouuuh, le méchant regard. Il y a de l'amour dans l'air là, c'est dingue. Oui c'étaient en partie des railleries ma jolie, mais l'offre était sérieuse. L'Animagus haussa les épaules et sortit sa baguette, prêt à en découdre.

« Très bien, avec grand plaisir madame la directrice adjointe. »

Logan, arrête un peu d'insister sur le fait qu'elle est haut-placé pour bien lui montrer que tu te fous de sa gueule parce qu'elle ne se débarrasse pas de cette bestiole elle-même, c'est méchant ! Bon, il savait très bien ce qui allait en sortir. Ou pas. Il avait un peu l'impression que sa plus grande peur s'était modifiée depuis peu. Il était souvent inquiet concernant un sujet : la sécurité de Grace. Oui, c'était une Harpie, oui, elle savait fort bien se débrouiller, oui, elle était autant douée que lui, n'empêche que... la dernière fois... il l'avait perdu, son amour. La professeure de Défense Contre les Forces du Mal elle-même pouvait témoigner que ça avait été un solide traumatisme pour Logan. Elle avait toujours été auprès de lui, elle savait, mieux que quiconque. Et cette histoire avait laissé des traces en lui. Il était effrayé que le scénario se répète à nouveau, maintenant qu'il s'était – ô miracle – lancé dans une relation sérieuse depuis cette fameuse soirée. Peut-être que désormais, la forme de l'Epouvantard ne prendrait plus la forme d'un gros chien, mais du corps de Grace sans vie. L'ornithologue frissonna à cette idée. Non, cette nouvelle peur n'avait pas eut assez le temps de se développer. Ce serait le chien, et puis voilà.

Concentré, reprenant le contrôle de son esprit, d'un petit coup de baguette, il déloqua le verrou de la malle après un regard vers Irina, qui s'était assise sur une chaise après lui avoir sourit purement méchamment. D'abord, tout fut silencieux. Pas un bruit, plus un mouvement. Ca lui laissait un peu de temps pour bien se préparer mentalement. Alors un grognement sourd commença à se faire entendre, juste avant qu'un énorme chien noir ne jaillisse du meuble en grognant, crocs bien visibles et en aboyant plus que de raison, ce qui eut malgré tout ses efforts pour effet de faire sursauter l'homme : je vous présente le chien qui lui a sauté à la gorge quand il était tout jeune, je vous avais dit que sa nouvelle source de terreur n'était pas encore assez développée, et c'est tant mieux. Bon, il n'a gardé aucune des cicatrices, on n'a jamais su pourquoi l'animal avait réagit ainsi, mais nul doute qu'il s'agissait d'un mauvais dressage de la part des maîtres. N'empêche que quand on a cinq ans au moment des faits, ça marque. Depuis, même s'il essayait de se convaincre que le comportement d'un chien dépend de ses maîtres, il n'avait jamais pu supporter la terreur qu'il ressentait en présence d'un toutou de grande taille sur le même trottoir que lui.

« Riddikulus ! »

Oui c'était sortit soudainement : hors de question de se laisser envahir par la peur à cause de simples souvenirs ! Au moment de prononcer la formule, il pensa très fort à quelque chose d'amusant. Et avec l'humour parfois – oui bon, souvent - débile de Logan ça donnait ceci...: l'énorme bête prit soudain une couleur rose vif, des bouclettes blondes sur le crâne, du rouge à lèvres sur les jolies babines, sans oublier le collier de perles qui va avec. Non Logan, n'explose pas de rire, tu vas attirer tout le couloir et tu vas être envahit.

 « Pfff... »

Oui, il essaie de ne pas avoir un fou rire. C'est dur pour le grand gamin qu'il est, croyez-moi. Seulement voilà, l'air blasé du pauvre chien qui ne savait plus où se mettre eut raison de lui : il commença à rire doucement, essayant de contrôler les secousses qui commençaient lentement à le secouer.

 « Pfff... pff... AHAHAHA, vous trouvez pas ça marrant ?! Non mais vous avez vu la gueule qu'il tire ?! AHAHAHAhahaha... erm. »

Il s'arrêta soudain. Bah oui, c'est vrai, la prof de Déviance Magique, l'humour et elle, ça fait deux. Dites madame la directrice adjointe, vous voulez pas essayer vous aussi ? A mon tour de sourire en vous voyant flipper dix secondes à la vue de votre plus grande peur. Histoire que nous soyons quittes. Cap ou pas cap ?

✄-------------------------------------------------------------------



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: || Don't you feel Riddikulus ? [Logan Cooper]    

Revenir en haut Aller en bas
 

|| Don't you feel Riddikulus ? [Logan Cooper]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Morsmordre :: « DEPARTEMENT DES MYSTERES. » :: Pensine. :: Corbeille RP.-