Partagez | 
 

 Do you want to be my best friend ? - Mina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

« Only two synonyms ? I'm losing my perspicacity ! »



Whovian

Messages : 998

Points : 0
Avatar : Matt Smith
Crédits : Avatar © Domichi|| Signature © Doinwork

Age RPG : 18 ans
Sang : Mêlé
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : « Mon ami !
« Du courrier ?
♥️ En couple ? Nope, plus maintenant ;__;

Truc en plus : Loup-Garou
Doubles-Comptes : Logan Cooper



MessageSujet: Do you want to be my best friend ? - Mina   Lun 21 Nov - 9:18


Do you want to be my best friend ? ♥

✎ Noms ◮ Mina O'Malley et Malcolm Gray.
✎ Mois actuel ◮ Novembre.
✎ Contexte temporel ◮ Soir avant le cours d'Astronomie, mi-Novembre.
✎ Contexte spatial ◮ Dans les escaliers près de la salle de cours.
Codage (c) Champifeuille et Shakespearette.





On pouvait dire que Malcolm n'avait pas le moral ces derniers temps. Oui parce que voyez-vous, le pauvre était entre autre ... célibataire. Oui oui, vous avez bien lu. Célibataire. Comment ça ? Alors qu'il flirtait le parfait amour avec Mélanie Swann ? Première petite amie, premiers bisous, première-nuit-qui-ne-vous-regarde-pas, et pourtant, pouf ! Partie. Oh pas pour un aure type, non, ni parce qu'il l'avait trompée, qu'elle ne pouvait plus le supporter ou je ne sais quoi. Non, d'un commun accord. Les deux (ex) tourtereaux avaient décidé d'en rester sur une relation amicale, parce que selon eux, la flamme s'était estompée. Ils avaient passé une année merveilleuse dans les bras l'un de l'autre, traversé des épreuves, grandis un peu plus, mais ils étaient jeunes et avaient la vie devant eux. Si le destin déçidaient de les rassembler à nouveau, il le ferait. Mais voilà, ils leur fallaient à tous deux de nouvelles expériences, parce qu'honnêtement, à rester scotchés ensembles, ils étaient bien partis pour se marrier, avoir des gosses, acheter un chien et finir à la maison de retraite avec une vie certes belle et agréable, mais pas très palpitante. Se séparer était donc la meilleur solution, et ça ne les empêchait pas de continuer à passer du temps tous les deux s'ils en avaient envie. Il n'y avait juste plus de baisers, de nuits câlines et de promenades main dans la main avec les oiseaux qui chantent. Bon, comme dit plus haut, cette décision était sortie d'un commun accord, mais booon, Mal' était quand même sacrément attaché à sa chérie, et se séparer d'elle n'était pas la chose la plus facile qu'il ait eut à faire dans sa vie. N'empêche qu'il s'adaptait, petit-à-petit, et se remettait à attendre de rencontrer une nouvelle personne ou se découvrir des sentiments cachés. Bah oui, il n'allait pas passer son année à déprimer non plus.

Mais ce n'était pas tout ! En plus de ça, qui était au fond le cadet de ses soucis, il y avait eut les événements d'Halloween ou des tas de gens avaient failli crever. Le Serdaigle avait eut énormément de chance de ne pas être présent ce jour-là. Par contre d'autres avaient payé les frais de leur venue : des morts, il y en avait. Dont Aiden, un élève de Poufsouffle. Le pauvre vraiment, mourir noyé, c'était loin d'être le pied ... Ajoutons à cela que son quasi ex-meilleure amie Mina O'Malley lui avait envoyé une missive qui avait ramené en lui ses doutes au sujet de la jeune fille et de l'empoisenement dont avait été victimes bien des élèves - dont lui, joliment atteint - en fin d'année dernière. Il était vrai qu'il s'était fortement éloigné de la préfète depuis ces événements, ressentant de la méfiance à son égard : qu'elle traine avec des gens du genre de River étant loin d'améliorer sa vision des choses. Ils avaient donc décidé de se donner rendez-vous, histoire de mettre le point, positif ou négatif. Bon, perso' il préférait que les choses se passent bien, que ses doutes soient apaisés et que tout redevienne comme avant. Sauf que bon, il fallait que ça aille dans les deux sens. Si Mina se la jouait "je ne te dirai jamais la véritéééé" il finirait bien par le sentir et la situation n'en serait qu'aggravée. Le Serdaigle ne voulait vraiment pas que les choses soient malhonnêtes. Mais bon, quand on sait que mademoiselle O'Malley a fait des efforts consédirables en matière de manipulation, ça risquait de jouer en la faveur de l'aiglonne. Sauf que voilà, Malcolm la connaissait bien. Très bien. Même s'il n'avait pas la moindre idée de ce qu'elle manigançait avec River.

Breeef, Gray était donc en direction de la tour d'Astronomie, où il serait à l'heure pour son rendez-vous. Mal' était habillé de son uniforme, parce que oui, Mel' lui avait peut-être transmis la mauvaise habitude de s'habiller comme il le voulait, mais il continuait quand même à respecter le règlement quand il avait la flemme de se choisir des fringues assorties pour la journée. Et puis bon, il fallait faire bonne impression. Il avait aussi une jolie gueule de déterré : monsieur avait été couché tard hier. Il avait bossé à fond son devoir pour Sortilèges & Enchantements, ainsi que celui de Potions et celui d'Histoire de la Magie, en plus d'avoir été entrainé dans une soirée bonbons avec les types de son dortoir ... et il était complètement claqué. M'enfin, c'était pour avoir de bons points et se montrer sociable, donc ça valait le coup. Mal' grimpa deux par deux les marches de menant à la salle de cours en regardant tantôt ses pieds - une habitude - tantôt devant lui : mieux valait ne pas se prendre quelqu'un dans la gueule. Arrivé en haut, il s'assit lourdement sur la dernière marche en baillant un grand coup. Oui, crevé, si je vous le dis. Trois devoirs en un soir et une soirée bouffe sucrée, c'est le maaaal. Et le voilà qui somnolait quasi. Eh bah. Il y en a un qui a bien besoin d'une nuit de sommeil complète. Et de moins de problèmes autour de lui. Comme une meilleure amie qui fricotte avec les River et leur clique, par exemple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité







MessageSujet: Re: Do you want to be my best friend ? - Mina   Lun 21 Nov - 10:31

Mademoiselle Wilhelmina O'Malley se baladait dans Poudlard avec une mine triste, respectant les conformités voulant que l'on se montre compatissant en cas de décès. Car oui, décès il y avait encore eu, le petit Aiden, frère d'Arès, un type duquel Mina aurait fait son quatre s'il n'avait pas bassement décidé de fuir. Bref, le petit frère, plutôt charmant dans le style précoce, était mort noyé, comme auraient dû mourir les membres de la résistance ou d'autres conneries de la sorte. Mais non, comme d'habitude, le plan avait savamment cafouillé grâce à nulle autre que miss Leanne cadette, une imbécile qui, certes munie d'un vagin et non de testicules, faisait preuve d'une absence de courage assez extrême, et d'une loyauté aussi certaine que celle d'un rat – sans la roublardise. Leanne avait cafardé à Waldstein qui, seul bon point, avait elle aussi failli y passer, comme presque tout le monde. Quelle pauvre conne cette prof, heureusement pour Mina, elle n'avait pas eu une note suffisante à ses BUSE pour poursuivre ses études en la matières de Sortilèges et Enchantements. Comme si on allait utiliser tous les jours un enchantement qui permet de téléporter les objets. Bref, Mina avait failli crever, elle y avait même cru un court instant, mais non, elle s'était rassurée en pensant que si une quelconque entité supérieure avait décidé de mettre fin à ses jours, cette entité aurait au moins eu la décence de l'en avertir par une petite prophétie, comme ça à l'improviste. Pas de prophétie, pas de mort, la conclusion avait été rapide mais quand on est au bord de la noyade on réfléchit moins bien. Elle s'en était tirée, tout le monde était content sauf les amis de cet Aiden, tant pis pour lui, il avait qu'à nager plus vite. Ça aura au moins enlevé à Poudlard l'un des insectes qui pullulent en son sein et ne sont même pas capables de survivre à une petite immersion de rien du tout. Mina, elle, s'était cassé la jambe, fracture ouverte du tibia en se prenant la porte dessus, c'était plutôt moche à voir. Et la magie au sens propre du terme lui avait au moins permis de ne rester alitée qu'une petite journée et une petite nuit pour que tout cela soit réparer – la fracture ne posait aucune difficulté, seulement l'os qui pointait dans la mauvaise direction allongea un peu le temps de rédemption. Pendant cette courte virée à l'infirmerie, Mina avait eu le temps de réfléchir à quelques points clefs de sa vie. En effet, en moins d'une année, elle était passée d'une extrême à l'autre, et même si au fond elle avait le sentiment d'avoir toujours eu le mal en elle, elle était bien consciente du fait qu'aux yeux de n'importe qui d'autre qu'elle ou Moïra ou Lysander ou Thomas et j'en passe, ce changement était un pur retournement de veste à peine compréhensible. Aux yeux de Lily Potter et son abruti d'ex Nathan Raven – tellement abruti qu'il l'avait larguée, bah tiens ! Non ils étaient plutôt gentils, du moment qu'on était d'accord avec eux. Parce que oui, ça se dit tolérant et humaniste et plein de bons sentiments très beaux sur le papiers, mais en pratique, quand il faut balancer du poing, ça y va ! Oui, ce type de personnes, Mina le savait à présent, c'était beaucoup de belles paroles et d'actes rébarbatifs. Elle était comme cela, avant. À pester contre les Mangemorts tout en bastonnant au moindre prétexte. Heureusement, elle avait changé, et maintenant elle était heureuse de ce qu'elle était devenue : fine stratège, appartenant à la crème des crèmes de la société. Merci papa Mangemort, tes gènes ont bien été transmis.

Donc, revenons à ces questionnements existentiels qui l'avait prise lorsqu'elle était alitée. Parce que quand on est alité on s'ennuie et que quand on s'ennuie on se pose des questions, c'est bien connu. Elle s'était demandée à qui elle aurait aimé expliquer ce changement, qui serait assez fou pour l'écouter de bout en bout et, espérons-le, tirer un enseignement de la discussion. Immédiatement, elle avait songé à Malcolm Gray, son meilleur ami depuis le Poudlard Express, en première année. D'accord, elle avait essayé de le tuer, mais justement, elle voulait savoir s'il l'aurait vraiment mérité ou pas du tout, s'il méritait qu'elle cherche à se faire pardonner face à lui. Car au fond, Malcolm était l'archétype du gentil garçon. Probablement anti-Mangemort, engagé contre la Grande Inquisitrice, rêvant de bisounours et de justice, il avait au moins, lui, le mérite d'être cohérent. Lui, Mina ne l'avait jamais vu lever la main sur personne ni même insulter personne, bref, il semblait respecter les limites qu'il voulait imposer aux autres, et c'était pour cela que Mina avait espoir de trouver auprès de lui un débat ouvert. Elle avait repensé au membre de l'Ordre avec qui elle avait discuté à Pré-au-Lard, en septembre, Logan Cooper. Un type certainement très gentil et sympathique, mais qui avait été, premièrement, assez manichéen dans sa manière de voir les choses (c'est pas gentil d'être méchant, c'est bien méchant d'être pas gentil) et, secondement, sa réaction à la révélation du don de Mina avait été quelques peu... simpliste. En plus elle était sûre qu'il avait révélé cette information évidemment secrète à Waldstein. Pff ; passons. Mina songeait donc que Malcolm, lui, méritait qu'on essaye au moins d'engager le débat. Par lettre, il s'était montré plutôt sympathique, alors tout présageait se dérouler de manière calme et civilisée. Mina se rendit au lieu de rendez-vous à l'heure dite, et trouva son ami assis en haut des marches devant la tour d'Astronomie. Elle s'assit à ses côtés et dit un simple bonsoir avant de commencer.

« Avant tout, j'aimerais que tu me promettes de ne pas me juger. Moi je ne te juge pas. »

En cela elle disait la vérité : à ses yeux, tout le monde avait le droit d'avoir ses idéaux et, dans une certaine mesure, de les défendre. Dans une certaine mesure... Elle pensait bien sûr que ses idéaux étaient les meilleurs mais respectait parfaitement que d'autres aient des points de vue différents. S'ils voulaient se ranger du côté des perdants, au fond, c'était leur problème.

« Est-ce que tu as... des questions ?  »

Oui, parce qu'en fait, elle est là mais elle aimerait éviter d'entamer un long monologue ou pire, un long monologue commenté. D'autant qu'elle ne sait pas trop par quoi commencer. Peut-être que Malcolm avait envie de connaître un détail particulier, ou qu'il voulait lui-même formuler le pourquoi de leur entrevue ? Quoi qu'il en soit, honneur aux hommes !
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Only two synonyms ? I'm losing my perspicacity ! »



Whovian

Messages : 998

Points : 0
Avatar : Matt Smith
Crédits : Avatar © Domichi|| Signature © Doinwork

Age RPG : 18 ans
Sang : Mêlé
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : « Mon ami !
« Du courrier ?
♥️ En couple ? Nope, plus maintenant ;__;

Truc en plus : Loup-Garou
Doubles-Comptes : Logan Cooper



MessageSujet: Re: Do you want to be my best friend ? - Mina   Mar 22 Nov - 22:04

Okay, si Mina n'arrivait pas rapidement, c'était non plus un Malcolm qu'elle trouverait sur les marches, mais un Malcolm endormi, espèce plus rare dans les lieux publiques. Qui c'est qui allait faire un gros dodo cette nuit ? C'est Malichouuuu ! Enfin, si ce qu'il se passerait ce soir ne le traumatisait pas trop. Et s'il ne mourrait pas d'une crise cardiaque, car voyez-vous, son amie venait de s'asseoir à côté de lui, et il ne l'avait pas remarqué. Son bonsoir eut donc l'effet d'un 'BONSOIR' et il sursauta brusquement avant d'exprimer son soulagement avec un calme 'pfiouuu'. Il était clair que le Serdaigle était un garçon tout ce qu'il y a de plus pacifique, en plus d'être, d'une certaine manière, une bonne représentation du 'bien'. Pratiquement jamais d'insultes, encore moins de violence, il était l'archétype parfait du type gentil. Personne ne l'avait jamais vu s'énerver pour simplement piquer une crise. La seule fois où l'ont avait pu le voir en colère (et encore, seul le genre de ses paroles l'avait fait comprendre, en aucun cas son ton), c'était lors de la fête de l'année passée, en juin. Et encore, il n'avait fait dire tout haut la vérité. Pas de vulgarité, la voix calme. Il n'avait pas levé la main sur Mikhaïl, juste lancé un sort de Stupéfix, et en plus il n'avait fait tout ça que pour protéger Lucy, qui honnêtement était parfaitement inoffensive. Bielova n'aurait jamais du lui faire de mal. Bref, Malcolm c'est un gentil, et il faut vraiment le pousser à bout pour qu'il lance un sort ou sorte les quatre vérités de quelqu'un. Je vous laisse imaginer la gravité de la situation dans laquelle il devrait se trouver pour frapper qui que ce soit. M'enfin, retour au présent je vous prie. Donc, le Serdaigle se frotta les yeux : allez, on ne dort pas, elle est là !

« Oh, bonsoir. »

Le jeune homme se redressa un peu, histoire de ne pas ressembler à un bossu, avant de poser ses yeux verts sur Mina qui s'asseyait à ses côtés. Il lui sourit gentiment et se passa la main dans les cheveux avant de se tenir tranquille : d'un côté il était content de la voir, ça faisait un moment qu'ils ne s'étaient plus vraiment parlé, de l'autre il craignait ce qu'il pourrait apprendre. Pourtant, il fallait passer par là. Soit ils s'expliquaient et restaient amis, soit ça finissait mal et ils ne pourraient plus se regarder en face. Mais honnêtement, Malcolm ignorait comment il réagirait si les choses ne lui plaisaient pas du tout. Mina était peut-être passée de l'autre côté, mais il tenait à elle. Beaucoup. Il pourrait la pardonner, avec le temps. Mais tout ça dépendrait du moment présent ou de ce qu'elle lui dirait. Ca ne commençait pas spécialement bien puisqu'elle lui demanda de ... ne pas la juger, avant d'ajouter qu'elle, elle ne le jugeait pas. Autrement dit, elle savait déjà que ses convictions ne seraient pas en accord avec celles de son ami. Il hocha doucement la tête, montrant son accord.

« D'accord. Mais je ne peux pas te le promettre complètement. »

Bah oui, ça dépend. 'J'ai tué quelqu'un' ne le laisserait forcément pas indifférent, par exemple. Difficile de ne pas juger. Mais il ferait ce qu'il pouvait, parce qu'il ne se permettrait pas de coller une étiquette sur le front de Mina indiquant 'ennemie, à éviter' à la première chose qu'elle dirait dont il ne serait pas d'accord. Ne la quittant pas des yeux, elle demanda s'il avait des questions, quelque chose à dire avant qu'elle ne commence. Eh bien, il ne savait pas trop. Quelques questions flottaient dans sa tête, mais toutes ne pouvaient pas vraiment être posées comme si de rien n'était. Elles pouvaient être délicates et lui préférait ne pas placer sa meilleure amie dans une situation qui le serait tout autant. Il fallait qu'elle soit à l'aise. Pourtant, la principale question qui lui venait à l'esprit n'était pas spécialement la meilleure pour commencer. Maintenant, il devait décider s'il ferait mieux d'attendre ou pas.

« Eh bien, oui. Une en particulier. Mais ... je ne sais pas si je devrais te la poser tout de suite. »

Mal' tourna la tête vers ses mains qu'il fixa. Vieille habitude. Devait-il la poser ou non ? Attendre ? Il savait très bien qu'il y avait peu de chance que Mina lui dise la vérité, ou lui réponde tout court, mais il avait l'impression qu'une fois la question dite, ce serait déjà un poids en moins sur sa conscience. Il pourrait se dire qu'il avait essayé, peut-être pas obtenu de réponse, mais essayé tout de même. Roh et puis, on inspira un grand coup et qui ne tente rien n'a rien !

« Pour faire court, ça fait un moment que je crois que l'incendie, l'empoisonnement et la noyade ont un rapport avec ... certaines personnes de l'école. Il faudrait être stupide pour ne pas se dire que ces évènements ne viennent pas seulement de l'extérieur. Je voulais savoir, simplement, si tu savais. »

Délicat. En gros Mal' voulait savoir si Mina avait été au courant des catastrophes et n'avait donc rien dit pour sauver des vies, empêcher des gens d'être blessés. Ca, c'était la question qui le tiraillait le plus. Le mystère des massacres de Poudlard. Il se décida enfin à tourner la tête vers elle et la fixer dans les yeux. Qu'elle réponde à ça, par une affirmation, une négation ou un mensonge, peu importe, mais qu'elle le fasse et ensuite, il écouterait en silence ce qu'elle avait à lui dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité







MessageSujet: Re: Do you want to be my best friend ? - Mina   Ven 13 Jan - 23:35

La première réponse de Malcolm eut au moins le mérite de refroidir Mina. Il ne pouvait pas le lui assurer ? Comment cela ? Elle repensa alors aux lettres échangées précédemment, et fit un rapprochement qu'elle aurait probablement dû faire plus tôt. Il avait parlé de limites à ne pas franchir. Limites qu'elle pouvait imaginer grandement. La torture et le meurtre, peut-être ? Oui, probablement. Deux choses qu'elle avait, pour l'une, failli faire – à son grand désespoir, car oui, elle avait eu et aurait encre envie de tuer – et pour l'autre, qu'elle s'apprêtait à faire. Torturer. Elle imaginait aisément les cris lancinants de sa victime et ses supplications. Bien sûr que ça lui faisait envie. Bien sûr qu'elle avait hâte. Bien sûr qu'elle dépassait les limites. Ce n'était même pas comme si on l'avait forcée ! Non elle le faisait de bon cœur. Peut-être que Malcolm ne pourrait pas tolérer ça. Il trouverait ça intolérable, justement. Elle se sentit presque triste. Est-ce qu'elle avait été naïve, à croire qu'elle pouvait s'expliquer calmement avec celui qui avait été son meilleur ami si longtemps ? À croire qu'ils pouvaient garder une entente cordiale malgré leurs opinions définitivement divergentes ? Être ennemis par la force des choses, mais s'apprécier néanmoins ? Elle espérait tellement. Alors elle inspira profondément et se prépara à affronter cette confrontation, qu'elle avait elle-même provoquée, après tout.

Elle avait demandé s'il avait des questions, et il s'avérait qu'en effet, il en avait une. Mais il hésitait. On perdait du temps. Mina, reprenant confiance en elle et en sa connaissance de son ami, esquissa un geste évasif de la main et l'encouragea :

« Non, vas-y. On est là pour ça. »

Mais la question qui suivit n'était pas vraiment celle que la jeune femme attendait. Elle ne se rapportait pas vraiment à elle ; enfin, pas que. Il voulait savoir si elle savait, pour les récents et morbides événements survenus à Poudlard. Donc, indirectement, il voulait savoir si ces événements avait un quelconque rapport avec certains élèves. Est-ce qu'il se servait d'elle comme d'une vulgaire indicatrice ? Elle ne pouvait pas croire ça. Malcolm était un gentil garçon, il ne pouvait pas avoir décidé d'enterrer l'amitié avec Mina pour quelque information. Il se pouvait que cela l'intéresse vraiment. Mais Mina ne pouvait pas se permettre de dire oui à son ami, cela équivalait à divulguer le fait que oui, certains élèves avaient à voir avec ces horreurs. Prendre le risque que ce fait absolument confidentiel soit donné à d'autres et qu'au minimum, Mina elle-même soit prise comme cible à abattre par les bisounours en titre. Tout à la fois, elle ne pouvait pas mentir à Malcolm, bon sang, elle n'était pas là pour lui mentir, encore et toujours ! Elle prit une décision. Au nom de leur amitié, en gage de son respect ; elle lui faisait confiance, il pouvait lui faire confiance.

« Je sais. Mais promets-moi de ne dire cela à personne. Moi je ne suis pas censée te le dire, et je ne peux pas en dire plus. »

Elle marqua une pause, et appuya sa main sur l'épaule de Malcolm, le regardant droit dans les yeux.

« Malcolm, je te dis ça parce que tu es mon ami – ou au moins parce que tu l'as été. Ne dis rien, à personne. »

Elle relâcha son épaule et ramena ses mains sur ses genoux, qu'elle se mit à fixer. Qu'est-ce qu'il lui prenait ? Elle n'avait pas oublié son allégeance aux Basilics, et pourtant elle les avait potentiellement mis en danger. Elle avait confiance en Malcolm, mais elle ne pouvait que douter, quand même. Elle prenait un risque, elle n'en avait pas vraiment l'habitude. Elle baissa les yeux et dit d'une voix un peu plus petite, un peu plus timide :

« Voilà, tu sais, c'est représentatif de pourquoi je suis là. On est censés être ennemis, parce qu'on a des cercles d'amis opposés. J'ai changé, je sais. Mais... mais on ne peut pas laisser les autres décider pour nous, non ? Je veux dire, on peut être ennemis à cause de nos différences ; mais on peut rester bons amis quand même, non ? On pourrait être une espèce de terrain d'entente, un peu... neutre. »

Elle relève doucement la tête, le toise de ses yeux pleins de questions. Lointains, les souvenirs de tentatives de meurtre. Pour elle, tout cela est cohérent. Ils peuvent être amis et prêts à se déchirer, car appartenant à des groupes diamétralement opposé. Elle pouvait avoir tenté de le tuer, et avoir beaucoup d'affection pour lui... Mina était bien trop complexe pour se contenter d'un seul avis !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Only two synonyms ? I'm losing my perspicacity ! »



Whovian

Messages : 998

Points : 0
Avatar : Matt Smith
Crédits : Avatar © Domichi|| Signature © Doinwork

Age RPG : 18 ans
Sang : Mêlé
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : « Mon ami !
« Du courrier ?
♥️ En couple ? Nope, plus maintenant ;__;

Truc en plus : Loup-Garou
Doubles-Comptes : Logan Cooper



MessageSujet: Re: Do you want to be my best friend ? - Mina   Dim 15 Jan - 3:48

Malcolm attendait sa réponse comme l'annonce à un patient que sa maladie est incurable. Qu'il n'y a rien que l'on puisse faire, que tout est perdu et qu'il n'y a pas de retour en arrière. Il espérait tellement fort qu'elle réponde par la négative, qu'elle lui dise qu'elle n'avait rien à voir avec tout ça, qu'il se faisait des idées et que même si leurs idées divergeaient, leur longue amitié ne s'en verrait pas abîmée. Il le souhaitait si fort. Mal' avait tellement peu, était tellement stressé par la situation qu'il pouvait entendre les battements de son coeur résonner dans ses oreilles. Il fixait Mina de ses yeux verts avec une insistance profonde : l'aiglon tenait à ce qu'elle soit sincère. Et elle le fut.

Son coeur se serra alors qu'il ne savait pas comment le prendre : devait-il pleurer dans ses bras ou s'éloigner ? L'accepter ou ne pas l'envisager ? Non, il resta là et regarda la main qui se posait sur son épaule. Qu'avait-elle accompli ? Avait-elle fait quelque chose qui avait participé aux horribles événements de l'année précédente ? Ou appartenait-elle toujours à la Mina qu'il avait connue ? Était-elle devenue une étrangère ? Elle ne pouvait pas. Elle était sa meilleure amie. Ils se connaissaient si bien et pourtant... pourtant il ne l'avait pas vu venir. Il n'avait pas remarqué, lui qui était si intelligent, que sa meilleure amie se tournait vers une direction opposée à la sienne. Il ne s'était douté de quelque chose que quand elle avait commencé à fricoter avec River. Quelle sorte d'ami était-il pour avoir été si aveugle ? Comment avait-il pu laisser ça arriver alors que c'est d'une des personnes à laquelle il tient le plus que l'on parle ? Hein ?

Oh et puis, d'un côté, même s'il l'avait su, qu'aurait-il pu faire ? Si tel était le chemin qu'elle se destinait, en tant qu'ami, ne se devait-il pas de l'accepter ? Ca semblait impossible, tellement leurs convictions s'éloignaient l'une de l'autre. Cependant c'était elles qui devaient se séparer, pas leur amitié. Il n'était pas question d'accepter le genre de changements qui s'étaient opérés en Mina, mais il l'était encore moins de placer un mur entre eux. Malcolm ne pouvait tout simplement pas se l'imaginer. Ils avaient vécu trop de choses ensemble pour tout balayer d'un revers de la main, même si c'était dur pour lui d'entendre que oui, elle avait su que ces événements se produiraient et qu'elle n'avait rien fait pour les empêcher. Ces morts qui auraient pu être évitées. C'était une façon de penser que le Serdaigle ne pouvait envisager pour lui et à comprendre chez les autres, mais il ne pouvait rien y faire. Il ne savait pas changer une manière de penser par de belles paroles, même s'il en avait envie jusqu'au plus profond de lui.

Sa main quitta son épaule. Il répondit par un hochement de tête et un faible sourire.

 « D'accord. Je le promets. »

Vous voyez, ça c'est Mal' Gray. Il fait partie de l'Armée de Dumbledore, il devrait leur dire que si Mina sait, c'est qu'elle fait partie du groupe dont ils sont sûrs de l'existence, mais il n'en fera rien. Il est trop gentil pour ça, il tient trop à elle et les souvenirs qui l'accompagnent. Ou peut-être s'agit-il de faiblesse, mais ça, ça dépend des points de vue. Bref, il écouta calmement ce qu'elle avait à lui dire en ne quittant pas ses yeux du regard. Il était heureux d'entendre qu'elle ne voulait pas faire d'eux des ennemis. Il ne voulait pas non plus. Les choses seraient différentes, bien sûr, mais ils pouvaient toujours s'entendre un peu, non ? Ils ne pouvaient abandonner leur amitié comme ça, parce que tout opposait leur deux groupes, que tous deux n'attendaient que le bon moment pour s'entre-déchirer. Mais Mal' ne voulait pas faire de même avec Mina. Il n'en était pas question. Trop importante. C'est fou, n'empêche. On dirait cette pièce moldue, 'Roméo et Juliette' mais adaptée pour deux amis dans un autre contexte. C'est avec un sourire sincère qu'il la rassura :

« Bien sûr qu'on ne peut pas. Je tiens trop à toi pour te laisser t'éloigner à cause d'une histoire de 'bien' et de 'mal'. »

Mais qu'avait-elle fait, exactement ? L'aiglon était un garçon intelligent, il savait pertinemment que Mina ne se serait pas inquiétée pour leur relation s'il n'y avait rien qu'elle ait fait qu'il puisse lui reprocher. C'était simple, non ? Malcolm ne pouvait pas considérer quelqu'un comme un ennemi juste parce qu'il était d'un autre camp, la preuve par exemple avec Nephtys qu'il appréciait alors qu'elle ne possédait la même façon de penser que lui. La préfète savait cela. Elle savait. Alors pourquoi voulait-elle s'assurer qu'il ne la jugerait pas ? Pourquoi voulait-elle lui demander de rester amis malgré leurs convictions opposées ? Ce n'était pas qu'une simple histoire de camps. Il n'était pas stupide, loin de là. Et il était désolé de peut-être – il ne l'espérait pas du tout – briser tous les espoirs de la jeune fille en posant cette question, qui signifiait clairement qu'il ne fallait pas croire qu'il ne voyait pas qu'il y avait quelque chose d'autre qui la poussait à s'assurer que leur lien n'était pas brisé, et que ses efforts ne marcheraient pas si elle lui faisait de trop grosses cachotteries. Il ne lui demandait pas les plans de River. Juste pourquoi elle s'inquiétait tant qu'il la rejette, alors qu'elle le connaissait et savait donc que jamais il n'aurait fait une chose pareille juste pour des idées opposées.

« Mais Mina... qu'est-ce que tu as fait ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité







MessageSujet: Re: Do you want to be my best friend ? - Mina   Dim 15 Jan - 8:37

Mina attendit la promesse de Malcolm comme le messie. Comme la phrase la plus importante de sa vie. Elle voulait savoir si elle venait de faire une connerie, si elle venait de foutre en l'air les Basilics, et donc son avenir, sa vie, sa gloire, son pouvoir, son bonheur et sa plénitude tous neufs. Parce que si c'était le cas, elle savait qu'elle n'aurait plus rien. Elle ne pourrait plus compter sur les siens, qui la puniraient comme elle-même avait puni, tortures à gogo et, peut-être, si elle a de la chance, un effacement de mémoire sympathique qui l'empêchera de se morfondre sur son sort de merde jusqu'à la fin de ses jours – si elle a de la chance, car si elle n'en a pas, elle finira bonne pour le secteur le plus dangereux de Ste Mangouste, et en prime elle verra la gueule de son père tous les jours que le diable aura façonnés pour elle. Et encore, ça, c'est si cette imprudence magistrale au nom de la sainte amitié ne lui vaut pas immédiatement la vie. L'élimination par le clan adverse, à la guerre comme à la guerre. Pire que tout, elle aurait causé la perte de son clan, de ses semblables, de ceux auxquels elle devait obéissance et reconnaissance. Et si tout ceci arrivait, elle n'aurait qu'une réalité : elle aurait eu tout ça pour Malcolm, par Malcolm. L'enfer sur Terre. Alors elle attendit, elle attendit, elle eut si peur en voyant la déception et la tristesse dans les yeux de son ami ; si peur que ce choc le pousse à la renier, à y préférer d'autres ainsi que leurs horizons farcis de paix et de diplomatie. Mais rien de tout cela n'advint : il promit, il était sincère, il était Malcom Gray, son meilleur ami, il la préférait à sa gloire, il était bon. Mina sourit.

Elle songea aussi à elle-même. Elle venait de préférer, elle aussi, un ami-ennemi à sa propre gloire. Il devait donc rester un soupçon de bonté en elle – elle se dit que plus tard, avec la sagesse du recul et des années, s'il était encore en vie, Malcolm comprendrait ce que cette révélation voulait dire, et il pourrait se féliciter pour ça : il avait su conserver du bon dans la plus noire des grottes à folie. Elle se demanda si elle serait capable de lui rendre la pareille. Elle supposait que oui, elle pourrait garder le secret de quelque appartenance pour Mal. D'autres se chargeraient probablement de le découvrir, elle jouerait peut-être la niaise, mais elle en oubliait les dons de légilimencie, oui, dans de telles circonstances garder le secret serait bien hardi. Elle essaierait, sûrement. Elle se conforta dans cette idée et n'y pensa plus, débitant difficilement ces phrases de neutralité et d'amitié contre les vents. Son ami acquiesça, il dit qu'il tenait à elle. Elle tenait à lui, aussi. Beaucoup. Plus qu'elle avait tenu à Nathan, ça la chagrinait d'y penser encore, il l'avait vite reniée et vite craché à la figure, lui. Et il devait penser la même chose qu'elle, rejeter la faute sur la blonde qui elle-même la rejetait sur le brun, ils avaient tous les deux été trop fiers et butés pour s'avouer qu'ils avaient chacun leur part de responsabilité dans leur nouvelle inimitié. Voilà pourquoi elle avait voulu clarifier les choses avec le jeune Gray, au fond : elle avait peur que ça tourne comme avec le serpentard. Elle ne voulait pas rayer le nom de son premier ami à Poudlard en s'exclamant « Encore un ! », non, pas ça, pas cette fois. Pas lui.

C'est alors qu'il posa une autre question. Une question presque plus épineuse. Qu'avait-elle fait ? Il demandait ça sur un ton qui l'aurait presque faite pleurer. Elle avait cette image, là, dans les aléas vocaux du jeune homme : elle, penchée sur son cadavre calciné, un briquet à la main, des flammes, des flammes ; et cette voix venue d'au-dessus, cette voix d'outre-tombe de l'ami défunt : mais qu'est-ce que tu as fait ? Comme un reproche, comme un regret, comme un dernière l'âme avant que la vie ne disparaisse à jamais. L'image fut si prenante qu'elle se demanda si ce n'était pas une vision, un troisième œil subitement ouvert. Mais ses mains ne tremblaient pas, la réalité était toujours bien là autour d'elle, et l'image était trop persistante pour être une ouverture cosmique sur l'avenir. Son esprit filandreux venait juste de se positionner violemment face à cette question. Ce devait être sa forme à elle de regrets. Elle ne s'était jamais vraiment questionnée, après avoir essayé d'empoisonner Malcolm : sur le moment, ç'avait été une excellente décision, bien sûr elle s'en voulait d'avoir raté son meurtre, mais elle le regrettait en tant que mission, pas en tant qu'assassinat – et puis, qu'on se l'avoue, l'empoisonnement indirect est un assassinat bien peu glorieux. Mais, par un certain côté, elle avait aussi accueilli cet échec comme un soulagement. Elle n'avait pas eu à être confrontée directement à ce qu'elle avait failli faire, ainsi. Jusqu'à maintenant. Et elle se demandait si elle avait fait le bon choix. Alors elle se dit, oui, elle se jura que Malcolm ne saurait jamais. Jamais.

« Je... je n'ai rien fait. Pour l'instant, du moins. »

Elle releva la tête. Ça voulait bien dire ce que ça voulait dire. Elle continua sur sa lancée ; sa gêne avait disparu. Après tout, elle devait assumer, elle n'avait pas honte d'être ce qu'elle était devenue.

« Je veux dire, je ne compte pas seulement avoir des opinions différentes, me ranger tacitement du côté du ''mal'' comme vous dîtes. J'ai envie de battre pour ça plus tard, comme toi, tu pourras avoir envie de te battre pour tes opinions. »

Oui, c'était parfaitement la même chose à ses yeux, même si ses opinions à elle étaient un chouïa plus violents que les siens. Maintenant, elle le mettait en garde. Elle n'était pas une simple partisane perdue dans leur foule ; elle voulait être active. Elle le prévenait, en clair, de sa probable future appartenance aux mangemorts. Sans toutefois dire qu'en un sens, elle leur appartenait déjà – elle ne pouvait pas, et ça dépassait sa simple volonté. Le tout nouveau pacte des Basilics l'empêchait définitivement d'évoquer leur existence de quelque manière que ce soit. Elle avait donc dit que son engagement revenait à plus tard, à l'avenir, pourtant si proche : en théorie, plus qu'un an avant qu'elle n'aille grossir les rangs du Lord. C'était dit.

« Bien sûr, j'aurais aussi pu ne rien te dire. Mais tu aurais fini par comprendre tout seul ; non ? Tu t'en doutais déjà sûrement, puisque je suis proche de Moïra, Lee, enfin, tous ces gens qu'on détestait. J'ai appris à les connaître – on change, c'est comme ça. Bref, j'aurais pu te laisser tirer tes conclusions et continuer à m'éloigner, ou au contraire faire comme si de rien n'était. »

Elle marqua une pause, respira un coup. Laissa Malcolm respirer un peu, aussi. Puis elle posa la conclusion de ses petites phrases précédentes, sur une réalité alternative qu'elle avait décidé d'éviter :

« Tu méritais plus que ça. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Only two synonyms ? I'm losing my perspicacity ! »



Whovian

Messages : 998

Points : 0
Avatar : Matt Smith
Crédits : Avatar © Domichi|| Signature © Doinwork

Age RPG : 18 ans
Sang : Mêlé
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : « Mon ami !
« Du courrier ?
♥️ En couple ? Nope, plus maintenant ;__;

Truc en plus : Loup-Garou
Doubles-Comptes : Logan Cooper



MessageSujet: Re: Do you want to be my best friend ? - Mina   Mer 18 Jan - 1:55

Mal' la regardait dans les yeux, sans ciller. Les teintes vertes de son regard ne quittaient pas les prunelles de son amie. Il voulait lui faire comprendre que cette question était importante, que sa réponse aurait des répercussions, petites ou grosses, sur ses pensées. Il espérait ne pas l'entendre mentir, mais si elle le faisait, peut-être ne devrait-il pas lui en vouloir ? C'était un moyen comme un autre de ne pas le blesser, mais était-ce celui que lui, il aurait choisit à sa place ? Il n'en savait rien. Tout dépendait de ce qu'il aurait fait. Tout dépendait de l'ampleur de son acte. Mais... comment pouvait-il se mettre à sa place si lui n'avait jamais rien fait de mal ? Enfin, si, il l'avait fait, mais ça... c'était différent, tout autre chose. Il ne l'avait pas voulu, alors que si Mina avait fait quelque chose qu'il pourrait lui reprocher, elle ne l'aurait sûrement pas fait 'sans le faire exprès'. Il était donc incapable de se mettre à sa place. Bien sûr il était intelligent et pouvait le deviner, le comprendre, mais ce n'était pas comme s'il avait déjà été dans la même situation. C'est donc mitigé qu'il attendait la réponse de la préfète, avec toujours cette douceur et ce calme de le regard teinté de la fermeté du sérieux.

Et elle répondit. Elle disait vrai. Enfin presque. Il la connaissait depuis des années, il savait quand elle mentait tout comme elle saurait s'il s'y mettait. Là, il n'y avait pas de mensonges, il le sentait. Mais l'hésitation qui se fit sentir brièvement dans sa voix lui indiqua autre chose : Mina ne lui disait pas tout. Il y avait quelque chose qu'elle ne pouvait pas ou ne voulait pas lui dire. Quelque chose manquait, dans cette réponse. Elle lui disait la vérité, mais en omettant un élément important, qui il en était sûr, était capable de tout remettre en cause en lui d'un seul coup. C'était logique : si ça n'avait pas été le cas, elle le lui aurait dit. Bien sûr il voulait savoir, mais ce qui suivit alors qu'elle relevait la tête le sortit complètement de son analyse. Comme si on lui avait balancé un poing dans le ventre pour le ramener à la réalité. Mal' avait entendu son 'pour l'instant, du moins', et bien que cela l'avait intrigué, il l'avait vite oublié pour sa conclusion, mais maintenant, elle expliquait le sens de cette phrase. S'il avait été debout et pas assis sur les dalles froides des escaliers de la plus haute tour de Poudlard, il aurait très probablement fait un pas en arrière sur le coup. L'aiglon était bien content de ne pas avoir pu l'effectuer : Mina l'aurait sûrement très mal prit et se serait renfermée pour ne rien lui dire en voyant une telle réaction instinctive face à la signification de ces paroles. Il n'y aurait rien pu et aurait fait ce pas qui aurait brisé beaucoup de choses alors qu'il ne l'aurait même pas voulu.

Malcolm se contenta donc de la fixer, comme s'il était en plein dilemme. Au fond, c'était le cas : il ne savait pas du tout quoi penser. Il avait compris son message évidemment, je ne répète pas que ce garçon est intelligent pour rien. Il aurait pu prendre cette phrase comme il l'entendait, une annonce qu'elle ne comptait pas rester les bras ballants en attendant que le 'mal' se débarrasse du 'bien', qu'elle s'impliquerait dans cette bataille, mais non. Il savait qu'elle avait également voulu dire ça, mais cette phrase sous-entendait clairement qu'elle ne comptait pas s'arrêter là. Dès qu'elle le pourrait, elle passerait à l'étape supérieure. Dès l'année prochaine, quand elle quitterait Poudlard, elle rejoindrait grossir les rangs du Seigneur des Ténèbres. Le Serdaigle ne trouva d'abord rien de mieux à faire que de baisser les yeux, afin de fixer le sol. Ah, cette vieille habitude. Jamais il n'aurait imaginé que celle qui avait été – et pourquoi pas resterait ? - sa meilleure amie irait jusque là. Et ça le plaçait dans une telle situation de malaise – autrement dit il était complètement partagé, déchiré entre ses convictions et le fait que Mina voulait devenir tout ce dont il était contre. Il ne pouvait pas la rejeter ou la détester parce que sa vision du monde était différente de la sienne. Bon, oui c'est la mauvaise vision des choses, mais ça n'était pas comme si elle était Voldemort lui-même, non ? Quoi que si elle venait à tuer, il ne saurait pas quoi faire. Il le prendrait mal, très même, mais parviendrait-il à s'éloigner d'elle malgré qu'elle soit sa meilleure amie, qu'ils se connaissent et s'apprécient autant ? Non, il ne pourrait pas. Si elle avait été une simple connaissance ou une amie pas spécialement proche, bien sûr qu'il l'aurait évitée, mais ici, il s'agissait d'une des personnes auxquelles il tenait le plus. Quand il l'avait rencontrée et qu'ils avaient grandis ensemble, elle n'était pas comme ça. Elle avait changé avec le temps, ce qui rendait tout différent. Il ne se serait pas lié d'amitié avec quelqu'un opposé à lui, mais il ne pouvait pas rejeter quelqu'un qu'il connaissait depuis des années parce qu'elle avait changé. Ca modifiait complètement la donne.

Cependant, il fallait dire quelque chose maintenant. Trop de silence lui ferait perdre espoir quand a un possible sauvetage de leur amitié. Elle avait raison. Il se doutait que ça finirait ainsi, mais pas que c'était suffisamment avancé pour que sa décision soit déjà prise. A vrai dire, il ne savait pas trop comment le prendre. C'était décevant d'un côté, et de l'autre c'était sa décision, qu'il ne pouvait pas contrer. Il ne lui restait que l'espoir qu'elle change à nouveau d'avis ? Non, c'était stupide. Mal' lui sourit, il se forçait un peu mais il voulait également la rassurer. Il ne fuirait pas. Il s'accrocherait à elle tant qu'elle serait à sa portée, tant qu'elle ne se serait pas éloignée trop loin de lui. Parce qu'il l'aimait tenait tout simplement trop à elle et les souvenirs, les expériences qui lui était rattachés. Mais le jeune homme baissait les yeux, il avait du mal à soutenir longtemps son regard. Il voyait bien qu'un gouffre avait été dressé entre eux et que seul un pont délabré et tremblant leur permettait de se rejoindre. En même temps qu'elle, il respira un bon coup.

« C'est ton choix, je suppose. »

Que pouvait-il dire de plus ? Vas-y ma chérie, continue sur ta lancée, je te soutiens ? Il pouvait respecter ses choix, mais pas à ce point-là, tout de même. Après tout elle représentait désormais l'inverse de lui au niveau de leurs convictions. Et alors... Tu méritais plus que ça.

L'aiglon releva la tête la fixa, comme s'il ne comprenait pas tout. Il ne méritait pas grand-chose, selon lui, même la vérité. Il était content de l'entendre et qu'elle ne fasse pas comme si de rien n'était en le laissant seul avec ses doutes, mais n'était pas sûr de le 'mériter'. C'est elle qui avait fait le premier pas, elle qui lui faisait en quelque sorte des révélations. Mais bon. Il lui sourit comme pour la remercier de sa confiance.

« Peut-être. »

Il soupira et se passa la main dans les cheveux en essayant de regarder autre chose que le sol, pour une fois.

« Je suis content que tu m'en aies parlé. J'espère juste qu'on ne se retrouvera jamais l'un en face de l'autre, obligés de se... séparer, en quelque sorte. »

Maintenant que Mel' était partie, elle était la seule personne qui comptait plus que les autres à ses yeux. Il aurait du mal à vivre une destruction du pont. Mais il n'oubliait pas que quelques minutes plus tôt, elle ne lui avait pas fournit une réponse complète. Il était pratiquement sûr que quelque chose manquait et que celui-ci ferait trembler dangereusement les fondations du précieux pont.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité







MessageSujet: Re: Do you want to be my best friend ? - Mina   Jeu 19 Jan - 10:07

Quand Malcolm eut compris ce que Mina voulait vraiment dire, depuis le début de cette petite conversation, un froid perçant se fit sentir sur les escaliers. Bien sûr, les escaliers en eux-mêmes avaient toujours été froids, ce n'est que de la pierre et la pierre chauffe peu, mais avec la présence d'un ami si cher à nos côtés on aurait tendance à penser que même le marbre sibérien pourrait se faire un siège chaleureux. Que nenni ! Il suffit que l'ami en question saisisse enfin la gravité de l'affaire, pèse enfin le contre du pour, tressaillisse, en arrive presque à la peur, pour que la pierre redevienne ce qu'elle est et pour que l'hiver manifeste à nouveau sa présence. Mina ne put s'empêcher de frissonner dans sa veste. Toute sa petite joie accumulée avec les phrases précédentes, les gentillesses, les sourires, et les soulagements, s'effondrait comme un vulgaire mirage apparu après une semaine de marche dans le plus aride des déserts – et avec les mêmes déceptions brutales, violentes, malsaines. L'étincelle de confiance en Malcolm venait de disparaître. Tout ça pour quoi ? Parce qu'il n'avait pas compris ! Et comment n'avait-il pas pu comprendre ? Comment ? Était-il donc assez naïf pour croire que dans ce château, ceux qui s'affichaient comme partisan du camp obscur restaient dans l'inaction ? Aurait-il refusé l'action aux siens, à ceux qui prônaient paix à coup d’uppercuts dans le menton et l'amour universel à coup de stupéfix dans la face ? Pourquoi penser qu'avoir des idéaux puristes, adoptant les principes vieux comme le monde basés sur de bons socles de magie noire et ancestrale, signifier rester là, à gambader en cabotinant à qui mieux-mieux ? Lui, cabotinait-il ? Non ! Il se battait, certainement, il avait même failli frapper quelqu'un lorsque la lycanthropie de Derek avait été révélée, en fin d'année précédente. Et puis, cela ne faisait pas grand doute, il rejoindrait probablement quelque groupuscule de résistants utopistes (et néanmoins armés) dès qu'il en aurait l'occasion. Et malgré tout il s'offusquait que Mina veuille faire de même de son côté ? Ça n'avait absolument aucun sens. La logique de la demoiselle voulait que n'importe quel idéal devait bien se valoir, que la fin justifiait toujours les moyen – bien peu nombreux étaient les « gentils » à avoir contesté ce principe d'ailleurs –, et que tout le monde avait le droit de se battre pour cet idéal : tant pis pour eux, s'ils choisissait le camp avec le plus fort taux d'échec. À ses propres yeux, elle était tolérante. C'étaient eux qui s'entêtaient à ne pas l'être... Juste pour quelques méthodes un peu radicales... Oui la torture, oui le meurtre ! Et alors ? L'Ordre du Phénix n'avait donc tué personne ? La Bataille de Poudlard n'avait fait de victimes que dans le camp des innocents, des martyrs ? Non. Des Mangemorts avaient péri en masse. Eux aussi avaient des famille. Eux aussi étaient des frères, des maris, des amis, des amours. Une pensée, un instant, pour l'aîné River. Il fallait parler d'accident. C'était un accident. Certes, mais la mort est la même. La douleur est la même. C'était un accident. Ce n'était quand même pas de la faute des Mangemorts si les bisounours n'étaient même pas capable de contrôler leur baguette.

Dans ce silence mortuaire qui donnait lui aux réflexions énoncées ci-dessus retentit la voix de Malcolm pour essayer d'y mettre fin – en vain, la chape de plomb restée bien lourde sur leurs épaules, et ses paroles conciliantes (mais si peu convaincues) n'avaient fait qu'une parenthèse dans l'absence sonore. Mina se ressaisit, elle eut honte, elle tenta de se justifier en employant la technique du ''mais-au-moins-maintenant-tu-le-sais'' en espérant noyer le poisson. Vain espoir. Le jeune homme dit une autre de ses phrases gentillettes, Mina acquiesça de la tête en croyant le calvaire achevé. Mais non, ç'aurait été trop facile : il fallait maintenant que Malcom la prenne par les sentiments. Il ne voulait pas qu'ils soient amenés à se séparer. Pris au premier degré, c'était très gentil, très mignon, très amical, presque ambigu au final – on pense à cet adage qui dit qu'un homme et une femme peuvent être amis, mais qu'un jour ils finiront forcément par tomber amoureux, même si cela pourrait arriver un bon comme un mauvais jour. Mais le sens sous-jacent, que l'on saisissait dès la première écoute, était simplement une petite leçon de morale sur l'idée absolument idiote qui suggère de ne pas tuer ses amis par conviction. Et voilà petite O'Malley, si tu n'avais encore jamais culpabilisé d'avoir essayé d'assassiner ton meilleur ami, c'est maintenant chose faite, tu peux t'en vouloir jusqu'à la fin des temps et chercher en grand geste de désespoir un trou pour t'y cacher, ce qui s'avérera forcément complètement inutile, à moins d'utiliser un reducto sur toi-même, mais c'est sans doute une mauvaise idée. Le sang quitta ses joues, elle devint aussi pâle qu'un linge mais réagit au quart de tour : soudainement, l'instinct de meute prima sur tout le reste, absolument tout. Elle souffla sur ses doigts – elle improvisait –, se frotta les mains – elle espérait avoir réagi assez vite pour paraître crédible –, se toucha les joues – ô ciel il fait si froid n'est-ce pas ? Le tout en pas plus de trois ou quatre secondes, avec le naturel de l'urgence, parce qu'elle avait agi ainsi : urgemment, honteuse de n'avoir su empêcher son teint de virer au blanc effrayé et gêné, honteuse de ne pas avoir caché ses sentiments assez vite. L'empoisonnement raté de Malcolm restait et resterait un dossier classé secret Basilics, et pour tout l'amour l'or que son ami pouvait lui offrir elle ne le lui avouerait pas. Jamais, sous aucun, aucun prétexte. Pas plus qu'elle ne le lui laisserait deviner – à la vérité, c'était même encore pire.

Répondre, vite. Elle sourit – sincèrement – et, en baissant un peu les yeux pour ne pas avoir l'air trop sûre d'elle, donna raison à son ami :

« J'espère aussi. Mais je pense que je ferai en sorte que ça n'arrive pas ! »

Elle ferait en sorte, donc, de ne pas avoir à le tuer elle, voulait-elle dire. Du moins plus cette fois. Si jamais une bataille devait les opposer, elle n'empêcherait pas la bataille – elle n'était pas assez folle pour cela – mais elle s'arrangerait sûrement pour qu'un duel direct avec Malcolm ne se produise pas. Elle l'esquiverait et le laisserait à un autre, baissant pudiquement les yeux sur leur amitié et leurs différents ; et s'il était amené à être tué par les siens, elle s'efforcerait de voir abattue la carte adverse et non l'enfant qui avait répondu à ses premières questions dans le Poudlard Express. S'il devait être tué par les siens, elle ne regarderait pas son cadavre.

Il fallait maintenant changer de sujet. Très vite, trouver autre chose. Fermer les guillemets, aller à la ligne, pourquoi pas changer de page, écrire un nouveau chapitre, comme au bon vieux temps, discuter de la neige et des jacinthes sans un possible arrière-goût de distance ou de difficulté. Mina voulait montrer qu'elle était toujours son amie, qu'au fond elle n'avait pas du tout changé, qu'ils pouvaient discuter comme avant de la pluie et du beau temps, qu'ils pouvaient se confier l'un à l'autre, où était le problème ? Il suffisait d'éviter de parler de politique – beaucoup de gens font ça, et tous ces gens réussissent plutôt bien. Selon la blonde, leur situation n'était en rien différente.

« Au fait je... j'ai appris pour Mel et toi. Ça va, tu tiens le choc ? »

Oui, les ruptures, Mina connaissait, et à Poudlard comme dans n'importe quel collège ou lycée, ce genre d'événement qui qu'il concerne était toujours vivement connu, et de tous. Elle avait donc appris la nouvelle de leur séparation quelques jours auparavant et n'avait pas encore pensé à prendre de ses nouvelles, avec toutes ces histoires. Car oui, il y avait la noyade, il y avait son changement de camp, il y avait le bien, le mal, leur guerre et les déchirements qu'elle provoquait. Il y avait tout ça, mais il y avait aussi les affaires banales qu'on avait tendance à oublier en ces temps de crise, une séparation, malgré tout, ce n'est pas rien. Il n'y a pas de mort, pas de sang, pas de veste à retourner, mais Mina voulait signifier qu'elle était aussi là pour parler de ça. Pour l'écouter parler, le réconforter, lui proposer à boire, un petit tour ou de la musique, lui dire qu'il y en aura plein d'autres, faire des blagues idiotes et tenter de le faire rire. Elle était là pour ça : rester son amie, sa meilleure amie.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Only two synonyms ? I'm losing my perspicacity ! »



Whovian

Messages : 998

Points : 0
Avatar : Matt Smith
Crédits : Avatar © Domichi|| Signature © Doinwork

Age RPG : 18 ans
Sang : Mêlé
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : « Mon ami !
« Du courrier ?
♥️ En couple ? Nope, plus maintenant ;__;

Truc en plus : Loup-Garou
Doubles-Comptes : Logan Cooper



MessageSujet: Re: Do you want to be my best friend ? - Mina   Ven 27 Jan - 11:03

Mina était parfois... mystérieuse. Difficile à déchiffrer. Pour quelqu'un ne la connaissant pas, il ne serait pas difficile de ne pas voir plus loin que ce que l'on voit ou entend d'elle. Là, n'importe qui n'aurait rien remarqué. La Serdaigle ne laissait pas transparaître grand-chose, mais Mal', qui l'avait tout de même côtoyée pendant des années, avait apprit, au fil de temps, à la comprendre. Et maintenant, il voyait qu'elle n'avait pas prit sa réponse comme il l'avait espéré, il avait été naïf de croire qu'elle ne se rendrait pas compte qu'il prenait son annonce moins bien qu'il n'avait voulu le faire croire. Il ne referait plus cette erreur, s'il y avait une prochaine fois. Mieux valait être honnête que la décevoir, leur situation était déjà assez difficile comme ça. Il se dit que la meilleure chose à faire était de se montrer honnête et de lui dire quelque chose de gentil, qui soit également vraiment pensé, pas une mensonge censé détendre l'atmosphère. Et c'est justement là, à l'écoute de ses paroles pourtant sincères et inoffensive, que son attitude fut étrange. Vraiment, dans le sens où elle pâlit, que ses gestes furent précipités et il jura avoir remarqué que un instant, ses yeux furent fuyants. Il fronça les sourcils, d'abord perplexe face à une réaction aussi dépêchée et paniquée. Elle avait... froid ? Peut-être. Il faisait frais ici, c'était vrai, mais sa façon de se comporter était tout sauf appropriée. Il n'était pas con, quand même. Il voyait bien que cette simple phrase avait prit une 'signification' différente pour la préfète, et qu'il ne s'agissait pas seulement d'avoir froid. Mais il n'en dit rien. A quoi cela servirait-il, de toute manière, sinon à fragiliser le pont ?

Alors il se dit qu'il fallait mieux oublier et accepter de voir ce qu'elle voulait qu'il croie, parce que c'était ce qu'il y avait de mieux pour eux. Voilà comment Mal' pensait. Avec un sourire amical, il se rapprocha d'elle et passa un bras autour de ses épaules avant de la ramener près de lui gentiment. Comme si rien n'avait changé. Elle avait raison, tant qu'ils n'abordaient pas la politique et l'opposition entre certains élèves, dont eux, il n'y aurait pas de problème. Ils resteraient ensembles, non ? Peut-être pas très longtemps, mais en tant qu'amis de si longue date, ne se devaient-ils pas d'essayer ? De tenter le coup ? Peut-être que ça fonctionnerait. Peut-être pas. Il fallait se montrer réaliste, leurs chances de voir leur lien rester fort étaient fort basses. Mais Malcolm se voulait être optimiste. Si les choses devaient tourner à une séparation définitive, ils pourraient toujours se consoler en se disant qu'ils ont essayé. C'était mieux que rien. Rien n'était pas l'option qu'il aurait choisie, et il ne la choisirait jamais. Ne rien faire pour améliorer ou tenter de comprendre une situation, c'était tout de suite se jeter au fond du trou.

Et là, alors qu'il parlaient de choses sérieuses, la préfète lui sortir la dernière chose à laquelle il pourrait s'attendre : parler... séparation. Okay. L'aiglon comprenait et apprécier : c'était sa manière à elle de montrer que les choses ne changeaient pas vraiment. Qu'ils pouvaient continuer. A nouveau il sourit légèrement, en quelque sorte touché. Après tout, comme lui, elle s'opposait, d'une certaine manière à ceux qu'elle suivait pour leurs intérêts en restant avec lui, en cherchant à ne pas le jeter sur le côté. River n'apprécierait sûrement pas si elle venait à l'apprendre, tout comme Lily risquait de venir le réprimander sur le choix de ses amis.

« Oh. Oui, oui, je suppose. Au début ce n'était pas vraiment facile, mais ça fait un peu plus de trois mois, j'ai pris le temps de m'y faire. Et puis ce n'est pas comme si nous nous étions séparés fâchés l'un contre l'autre, on reste en contact. »

Il savait que les deux jeunes filles ne s'appréciaient pas, mais Mina n'avait pas à s'inquiéter pour lui. Comme tous les jeunes un jour, il avait crû que Mélanie était son unique amour, mais il avait bien dû s'avouer que ce n'était pas le cas et qu'être naïf ainsi n'était pas sérieux. C'était juste mignon et un peu gamin de s'être imaginé une chose pareille. Pas qu'il ne l'avait pas aimée, bien au contraire, elle n'était juste pas celle avec qui il partagerait le reste de sa vie. Donc si oui il avait eut un peu de mal durant plus du premier mois, il avait maintenant tout à fait accepter sa séparation. Et puis les souvenirs étaient toujours là s'il voulait se montrait innocemment nostalgique.

« Tout va bien de ton côté ? Le boulot de préfet, ce n'est pas trop crevant ? »

Il se montrait sincèrement curieux de ce qu'il se passait pour elle. Il aurait pu également lui demander sa situation amoureuse, parler garçons, mais il savait qu'elle n'avait personne et que si elle avait quelqu'un en vue ou des problèmes de ce côté-là, elle en parlerait si elle le souhaitait. Il ne la forcerait pas dans cette direction. C'est ça, un ami. Et plus.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: Do you want to be my best friend ? - Mina   

Revenir en haut Aller en bas
 

Do you want to be my best friend ? - Mina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Morsmordre :: « DEPARTEMENT DES MYSTERES. » :: Pensine. :: Corbeille RP.-