Partagez | 
 

 Un repas, c'est manger ce qu'il y a dans son assiette, pas son voisin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

« You have ten fingers ? Oh, me too ! Let's be friends ! »





Messages : 105

Points : 0
Avatar : Elle Fanning.
Crédits : (c) welti.

Age RPG : Onze ans.
Sang : Fille de Cracmolle et Moldu.
Camp : Neutre

Vie du personnage : Heeey, tu veux être mon ami ? Kaia, jeune suédoise, Poufsouffle, ne ferait pas de mal à une araignée. Mais elle pleurerait en sa présence. Ses amis sont ici. Naïve, jeune et trop mignonne. C'est Kaia, ça n'est pas plus compliqué que ça.

Truc en plus : Bilingue anglais/suédois. C'est tout.
Doubles-Comptes : Lysander Dragonneau.



MessageSujet: Un repas, c'est manger ce qu'il y a dans son assiette, pas son voisin.   Dim 13 Nov - 8:45


Un repas, c'est manger ce qu'il y a dans son assiette, pas son voisin.

✎ Noms ◮ Ceux qui veulent. Vous pouvez venir et vous en aller à votre guise.
✎ Mois actuel ◮ Novembre.
✎ Contexte temporel ◮ Repas de midi.
✎ Contexte spatial ◮ Kaia est assise à la table des Poufsouffle, dans la grande salle.

Codage (c) Champifeuille et Shakespearette.



Les repas, c'est toujours quelque chose. On a beau se dire qu'aujourd'hui, on sera sage, on mangera avec élégance, et qu'on ne balancera pas de boulette de viande sur le type assis à la table d'en face, les repas finissent toujours par déraper. Ça ne se termine pas forcément par une bataille de nourriture. Mais à chaque repas, il se passe toujours quelque chose. Une dispute. Des vannes lourdes de sous-entendus. Des provocations. Au moins une personne qui se barre au milieu du repas pour une raison, et qui regrette ensuite tout l'après-midi en entendant son ventre agoniser jusqu'au soir. Et puis il y a les gens qui mangent au milieu d'autres gens, sans rien dire, en espérant ne pas se faire repérer. Des gens qui picorent, d'autres qui mangent carrément le plat en entier. Pour certains, le repas est un supplice. Pour d'autre, un moment de plaisir. Soit parce qu'on a la nationalité française et que se gaver avec élégance est un sport national, soit parce qu'on peut retrouver ses amis pour discuter. C'est convivial, un repas. Tout le monde s'asseoit sur le même banc, discute avec un peu tout le monde... Même si officiellement, il n'y a pas de règles, les gens savent d'instinct ce qu'il faut faire. Les première années avec les premières années, sauf s'ils ont de la famille, auquel cas ils peuvent éventuellement s'asseoir près de leurs parents. C'est normal. Quelqu'un comme Kaia n'allait pas s'installer auprès des septièmes années. Ou auprès de la méchante préfète. Question de principes. Et de survie, surtout.

Puisqu'on parle de Kaia. Cette dernière attendait patiemment l'heure du déjeûner. Installée au deuxième rang, suffisamment proche pour tout suivre, suffisamment loin pour ne pas se faire trop remarquer, la petite suédoise prenait des notes, copiait son cours et s'efforçait de boire les paroles du divin professeur. Abby, sa bonne copine, s'emmerdait gravement. Elle le savait, elle aurait mieux fait d'aller au fond, au lieu de suivre Kaia dans les premiers rangs. Et cette dernière ne daignait même pas lire le petit mot qu'elle venait de lui écrire. Ce qu'elle était parfois trop sage, songeait Abby. Ce qu'Abby était parfois trop effrontée, songeait Kaia. Et pourtant, pourtant elles étaient amies. Complètement opposées, c'était pourtant à côté d'elle que la blondinette allait s'asseoir pour déjeûner ce midi. Un fois que ce cours allait se terminer. Ils allaient tous se lever et... non, ne pas penser à autre chose qu'au cours. Concentration. Concentration intense, même pendant les cinq dernières minutes. Que voulez-vous, on est Kaia, ou on ne l'est pas.

Une fois le cours terminé, les premières années se levèrent tous, certains bondissant même, d'autres s'étirant, réveillés. Les microbes de Serdaigle et de Poufsouffle se dirigèrent vers les escaliers, piallant, avant d'arriver dans la Grande Salle, prête pour accueillir les élèves, qui s'installaient au fur et à mesure, à leurs places respectives, à la table de leur maison. Kaia se mettait à table et se servait à peine alors que déjà quelques éclats de voix s'élevaient à la table des blaireaux. Mais l'embrouille était plutôt loin des premières et deuxièmes années, souvent assis ensembles. Les plus jeunes. Ceux qui se disputaient étaient plutôt des cinquièmes ou sixièmes années. Personne que Kaia n'allait certainement pas fréquenter, à quelques exceptions. Elle connaissait Matthew, un type sympa. Mais sinon, elle restait avec ses camarades de classe.
« Hé, Mick ! Arrête, de manger dans le plat, on peut plus en prendre après ! Kaia, tu veux pas aller en chercher un autre ? »
« Okay, j'arrive ! » répondit la petite, toujours aussi aimable avec tout le monde.
Se levant avec agilité, elle repéra un autre plat. Magiques, ils se remplissaient d'eux-mêmes, mais quelqu'un se l'était approprié dans le coin de la suédoise. Discrètement, elle s' empara d'un autre plat avant de retourner à sa place. Enfin presque. Comme par enchantement, la jeune sudéoise s'emmêla les pieds et... bascula vers l'avant. Sans pouvoir agir contre les lois universelles de la gravité, elle vit le sol de rattraper. Pour éviter de s'exploser le nez, elle eut un réflexe bien humain : lâcher le plat qu'elle tenait pour se rattraper avec ses mains. Et paf, le plat par terre.

Dans mon intro, j'ai parlé des gens qui font tomber des trucs et se retrouvent par terre ou pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité







MessageSujet: Re: Un repas, c'est manger ce qu'il y a dans son assiette, pas son voisin.   Mer 16 Nov - 4:39

Les repas étaient parmi les pires moments de la journée pour Matthew Haldane. Car voyez-vous, il y a deux manières de voir le dîner : la bonne et la mauvaise, la positive et la négative. Commençons par le plus agréable : ce que le Poufsouffle appréciait dans ces moments, c’était la magie des plats préparés par les elfes de maison apparaissant sur les tables. De plus, ils étaient savoureux. Un autre point positif aurait pu être de discuter avec ses amis, mais problème, il n’en avait pas beaucoup et n’étaient pas spécialement assis à côté de lui. Il avait principalement Domi’, mais celle-ci étant chez les Serpentards, ils ne pouvaient pas partager la même table. Le point négatif maintenant. Simple : les autres. Impossible de manger tranquillement quand on s’appelle Haldane, qu’on est né-Moldu, que tous les cons croient qu’on a un début de Parkinson et qui si on a un ou deux protecteurs, ils sont malheureusement dans d’autres maisons. Les tapes faussement amicales dans le dos, les remarques méchantes et les remarques méchantes fusent sous les rires des imbéciles qui font exprès de l’ennuyer pour leur plaisir personnel. Et lui, comme toujours, essayait de manger sans leur prêter attention, et s’il n’y arrivait pas à chaque fois, par contre il ne réagissait jamais. Là était peut-être le problème : en ne se défendant pas les premiers mois à partir du milieu de sa première année à Poudlard, il s’était condamné à toujours rester dans cette désagréable situation. S’il réagissait agressivement ou non (barrer la mention inutile), il ne ferait que récolter un silence surpris sur le coup, suivi de nouvelles moqueries. Matt’ n’avait la paix pour le reste de la journée que si quelqu’un d’influent ou imposant, élève ou professeur, lui venait en aide. Ce qui n’arrivait pas spécialement souvent. Mais bref, ça c’était l’introduction.

Poulet, compote, purée, voilà ce que Matthew mangeait en ignorant les deux sixièmes qui le faisaient royalement chier. Trente secondes, la paix ; trente secondes des remarques ou un os rongé lui était projeté ; et ainsi de suite. Joyeux. Le Poufsouffle ne pouvait s’empêcher de vouloir leur demander si leur cerveau avait subi des expériences foireuses leur conférant la capacité mentale de gamins de quatre ans ou s’ils étaient tout simplement cons, mais aucun son ne sortait de sa bouche. Prononcer ce genre de phrases ne ferait qui lui apporter des problèmes dont il n’avait pas besoin en plus. Et puis honnêtement, il pouvait très bien en bouillir d’envie, avoir la remarque sur le bout de la langue, jamais il ne parlerait. C’était une sorte de blocage, il n’y arrivait et n’osait tout simplement pas. Les conséquences avaient pour don de l’effrayer.

« Dis Matthew, ta main tremble parce que tu ... »
« Non. »

Sachant tout de suite le genre de chose que l’autre garçon allait lui sortir, d’un mouvement il se leva, le poing serré le plus qu’il le pouvait pour stopper le tremblement de sa main gauche, non utilisée durant le repas. L’imbécile de seize ans haussa les épaules, quand même un peu déçu de ne pas avoir pu sortir sa méchanceté, mais pas prêt pour autant à se lever pour suivre l’adolescent qui commençait à s’éloigner entre sa table et celle des Serdaigles. Quand on ne veut pas combattre, on part, voilà tout. Matt’ regardait en face de lui, histoire de ne pas avoir à croiser des regards : à vrai dire, être fixer ne lui plaisait pas vraiment, et quand on se lève de table en plein repas, c’est justement ce qui arrive. Il vit Kaia, une adorable première avec qui il avait sympathisé et commencé à discuter de tout et de rien très rapidement – chose rare – arriver en contre-sens, chargée d’un plat dont il n’arrivait pas à déterminer le contenu. Et il fut aussi surpris qu’elle en la voyant trébucher il ne savait comment, avant de s’étaler sur le sol de la Grande Salle après avoir lâché son chargement qui se répandit par terre. Ouille. Matt’ pressa le pas, en plein dans son élan de ‘oh putain elle a du se faire mal et il ne faut pas qu’elle ait mal’. Oui c’est mignon mais bon, Matthew, il a du mal à accepter que les gens souffrent, et surtout, il a peur que des malheurs arrivent. Bref, il s’approcha de la petite fille à grands pas, prenant soin de ne pas mettre les pieds dans la nourriture, et la saisit tout de suite par sous les aisselles pour la remettre debout – onze ans et légère comme une plume, wahou – dans un des ses purs élans de gentillesse. Oui oui, il est renfermé, silencieux et tout et tout, mais il a aussi le cœur sur la main le garçon. Enfin, ça dépend avec qui.

« Tu t’es fait mal ? »

Ton neutre et un léger sourire rassurant. Parce que bon, avant qu’il ne lui montre tous ses sentiments – autrement dit ‘je m’inquiète vraiment’ – il faut quand même plus qu’une simple discussion. Allez, l’ouverture complète viendrait avec le temps.

« C’est pas grave, je vais t’aider à nettoyer. »

Roooh il est gentil ♥ Profites Kaia, il ne prête pas attention comme ça à tout le monde. Si c’est le cas, c’est qu’il pense vraiment que tu es quelqu’un de bien.
Et là, alors qu'il sortait sa baguette ...
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« You have ten fingers ? Oh, me too ! Let's be friends ! »





Messages : 166

Points : 0
Avatar : Freya Mavor
Crédits : Ginger's Spleen

Age RPG : 16 ans
Sang : pur
Camp : Basilic

Vie du personnage : L'existence, les manigances, les confidences et la correspondance de Constance ♥️

Truc en plus : Préfète, River au pouvoir ♥ !
Doubles-Comptes : Lucy Robinson ; Siri D. Watson & Hermès N. Grimm



MessageSujet: Re: Un repas, c'est manger ce qu'il y a dans son assiette, pas son voisin.   Mer 16 Nov - 6:08

Aaah Constance. C'est le genre de fille qui se balade avec son sac au creux du coude et faisant résonner ses talons rien que pour le plaisir de permettre aux autres d'admirer son magnifique déhanché (sérieusement, elle à rien à envier à Aleera au niveau de la p*tasse-attitude)(je t'aime patate ♥), en ignorant leur regard la plupart du temps méprisant qu'ils portaient à son uniforme dont la jupe paraissait étrangement plus courte que chez les autres. Coïncidence ? Je ne pense pas. Quoiqu'il en soit, la miss était actuellement en train de rejoindre la grande salle pour prendre un repas bien mériter, avec ses cheveux frisés volant autour de son visage méprisant. Elle n'avait pas mis un talon dans la grande salle qu'elle entendit des murmures. Murmures qui n'étaient pas uniquement liés à son arrivée, non. La préfète ne mis pas longtemps avant de découvrir l'origine de tout cela, et grimaça en constatant que c'était à cause de deux Poufsouffles.

Non mais c'est pas possible de vivre avec des boulets pareils. Supporter H24 la bande de blaireaux qui peuple sa maison se révélé être un véritable exploit. Non seulement la plupart affichaient un sourire niais et adorable à faire fondre Voldemort, en plus ils étaient gentils, candides, loyaux, moutons (quoi, comment ça elle aussi ? C'EST FAUX), victimes... Certain étaient par dessus le marché incapable de se servir de leur de mains convenablement sans aboutir à une véritable catastrophe. Arrivant à la hauteur des protagonistes, elle ne se fit pas attendre pour faire par de ses commentaires. Et avec un sourire presque narquois, et une mine presque étonnée qui transpirait l’exaspération (oui tout ça en même temps, c'est possible), Constance tour à tour la première année puis le garçon et essayant de se remémorer leur prénom, tout en calant un de ses poings sur une hanche. Et ouais, elle est multi fonction 8D

« Je suppose que c'est une tradition qui te vient des froides contrées vikings ? Parce que sinon, c'est cruellement irrespectueux de s'amuser à tartiner les dalles de nourritures, pensent à toutes ces personnes qui n'ont rien, et surtout, aux pauuuuvres elfes de maison qui vont se défenestrer parce que le sol est sal. »

ET NETTOIE è__é Vilaine, t'a de la chance d'être de sa maison sinon tu aurait eus des points en moins pour maladresse et abus de faiblesse auprès de l'autre idiot qui joué sans hésiter à l'elfe-de-maisons-médicomages. Super-héros aussi. Non mais les blaireaux, il faut se bouger là, il ne faut pas jouer aux victimes sous prétexte que t'a une gueule d'ange et une cravate jaune.

« Même si c'est gentil de partager avec nous ta culture sous prétexte que ton pays te manque. Mais là tu es au Royaume Unis, ma chérie. Alors essaie de te comporter moins maladroitement ! »

WTF culture ? Bon, Constance était loin d'être complètement stupide, ne vous fiez pas à sa couleur capillaire, ni à ses réflexions. C'est juste que parfois elle se tape ses délires solo la pauvre petite. Et les habitudes de la minimoys étaient toujours apparues comme étranges aux yeux de l'anglaise pure souche qu'est Constance. (Suède, où ça ? Au Nord ah bon, et ils se nourrissent d'élan et tout là non ? Et ils descendent des vikings aussi... ), et encore, Constance en bonne petite sorcière qui n'a pas pris étude des moldus en option ignore tout des fabuleux magasins Ikéa. Une chance pour Kaia finalement.
Roh mais c'est nul d'être préfet. Il faut montrer l'exemple, et sentant déjà le regard froid de certaines personnes qui se baladent avec le cœur sur la main ( et d'un certain Clarence qui fait genre deux mètres de plus que tout le monde qui apprécie la demoiselle et qui lui jette des regards froids de puis Halloween)(pas tapeeer é__è), Constance soupira en levant les yeux au ciel, et sorti sa baguette d'une poche intérieure de sa robe de sorcier, et , sans rien dire, lança un Tergeo pour faire disparaitre la tâche au sol, sous les yeux ébahis de ses camarades. Elle aperçu même du coin de l’œil un élève demandant à son voisin de le pincer pour vérifier qu'il n'était pas en train de rêver. Oui, oui, Constance venait bel et bien de nettoyer les catastrophes de cette attardée. Non mais sinon, c'était très probable que les deux blaireaux nettoient tous ça à la main comme de parfait moldu, et les jaunes c'étaient assez ridiculisés comme ça. Jetant un regard froid (un regard de Constance quoi) au reste de la tablé, elle rangea soigneusement sa baguette dans sa poche et s’apprêta à rejoindre sa place. Faisant quelques pas vers la mini-puce, elle se baissa légèrement histoire que chacun de ses mots atteignent les oreilles de la misstinguette. Sans pour autant parler moins fort que d'habitude, hein.

« Essaie de faire attention un peu, c'est à cause des personnes comme toi que la maison à une si mauvaise réputation. La prochaine fois tu nettoiera tout avec les dents ! »

Ton sec et cassant. Constance leva finalement les yeux vers Matthew. ET A CAUSE DE TOI AUSSI. Spayce de hibou-bisounours. Elle secoua finalement la tête dépitée et tourna les talons pour aller s'assoir à SA place sur le banc en ignorant les deux autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »





Messages : 373

Points : 0
Avatar : Eliza Dushku
Crédits : Crazy Bunny

Age RPG : 17 ans
Sang : Pur
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : Story of Aristocratie

You know you love me

Welcome to my life

Doubles-Comptes : .



MessageSujet: Re: Un repas, c'est manger ce qu'il y a dans son assiette, pas son voisin.   Mer 16 Nov - 9:03

La journée avait bien commencée. Une petite lettre de Derek comme quoi qu'il l'aimait, une réponse tout aussi belle avec un petit cadeau en prime, un E.E en Potion, une crise de rire avec Thomas dans le parc, et , une ballade avant d'aller manger. Tout se passait vraiment bien, jusqu'à l'arrivée gênante de ... Nolan. Mais si rappellez vous, ce beau gosse cousin de Meg qui sort avec Moïra? L'ex tombeur. Lui la.En général, il ne parlait plus à Meg. Et quand il le faisait c'était uniquement pour but de la faire "rentrer dans le droit chemin" Vas t-eeeeeeen. Laisse moi avec les Phénix >.> Le prenant de court en le voyant ouvrir la bouche, Meg jeta sa cigarette en répondant rapidement.


-Nan j'ai vraiment pas le temps de parler là..
-Allez Meg. Dan est en déprime depuis que t'es plus à la maison

Ces petites mises en scène pour la faire changer d'avis la soulaient. Mais de toute manière, elle savait que Nolan se lassait aussi de cette mascarade. Il suffisait de voir son ton blasé quand il parlait. Haussant un sourcil face à la réplique de son cousin, Meg haussa les épaules, ramenant son sac Dior d'un mouvement de bras contre son coude.

-Il fume, boit et se tape des nana. Je ne vois pas de différence avec le Dan habituel. Et Corey m'a dit qu'il ne vivait plus chez nos parents.

Nolan grimaça. Touché.

-Corey n'avait pas à te parler de ça et... Ecoute. Tu avais tout Meg. Absolument tout. Et tu veux tout plaquer pour cet espèce de.. de..
-Ne dis pas le mot ou je ne répond plus de rien Nolan.

Elle ne plaisantait pas. Jetant un regard à sa cousine, le Gryffon soupira.

-Tu préfère crécher avec un lycan plutôt que de revenir avec nous?
-Je préfère être moi-même une lycan que retourner vivre chez les Prewett. Nous n'avons plus les même camps, tu l'as dit toi même.

Ramenant une mèche bouclée derrière son oreille, Meg soupira.

-Prends soin de toi Nolan.

Tournant le dos à son cousin, la brunette se retourna pour faire face au bruit fracassant. Une petite première année venait de faire tomber un plat, et un plus âgé venait l'aider. Sortant la baguette de son jean pour nettoyer le sol rapidement, Meg s'arrêta net en voyant une mini Aleera -ou du moins, qui tentait de l'être semblait-il- débarquer pour... incendier les innocents. Du Constance tout craché tiens. Raaah, Constance. Arrête de te prendre pour ce que tu n'es pas. Dit, la jolie traîtresse à son sang. Jetant un oeil à sa tenue, Meg hésita. Jean slim, haut noir moulant comme il faut greffé Chanel,maquillage impeccable, talons aiguille Jimmy Choo.. Dans le pire des cas, elle ferait toujours moins traîné aristo que Constance alors...
Et puis merde quoi, Constance était en train de martyriser une gamine trop mignonne et un Mathew quelque chose qui semblait aussi timide qu'un premier année!
Arrivant derrière elle pile au moment ou elle terminait de cracher son venin, Meg sortit sa baguette pour nettoyer ce qu'il restait, répliquant d'un ton calme à Constance.

-Et toi, essaie de te rappeler que tu es loin d'être aussi intimidante et classe que n'importe quel personne de haut rang ici.

Ce s'rait mieux s'ils étaient d'Alexandrie Jetant un regard froid de haut en bas à la tenue de la cinquième année, la brunette rajouta.

-T'es qui pour te permettre ce genre de jugement? T'as 15 ans River, et tu es loin d'avoir autant vécu que Thomas ou Aleera. Alors, au lieu de jouer les suiveuses tyranniques, tu ferait mieux de la fermer et de rester à ta place. La seule qui fait honte à sa maison ici, c'est toi. Et personne d'autre.

On passera sous silence le passé de nymphomane de Meg, le fait qu'elle sorte avec lycan et qu'elle ait abandonné sa famille de sang pur pour rejoindre les branchés Phénix hein!
Cessant de la regarder comme si elle n'était qu'une potiche insignifiante, Meg ramena son regard chocolat sur la première année et Mathew avec un sourire rassurant.

-Rien de cassé ?

Parce qu'en plus de briser les bonbons, Constance ests balèze pour sapper le moral vous savez?
*Pastaper*
Le silence s'était fait de leur côtés. En même temps, une aristo qui martyrise et une ancienne aristo qui protège, ça calme. Sans compter le grand musclé qui arrivait derrière. Hum, le repas de midi allait-il se transformer en bain de sang? A suivre de près =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité







MessageSujet: Re: Un repas, c'est manger ce qu'il y a dans son assiette, pas son voisin.   Mer 16 Nov - 9:23

Il y a ceux qui vont en cours … Et ceux qui n’y vont pas. Clarence, par exemple, il n’y va pas. Il est tranquillement assis dans l’herbe en train de fumer, en chemise vachement légère et vachement ouverte aussi, avec un jean super confortable, et des baskets, et voilà. S’il a froid ? Bah, non, pourquoi il aurait froid ? A cinq ans il jouait à cache-cache dans la neige avec ses potes et il était vêtu pareil, alors bon, ce n’est pas tellement la bronchite qui le guette, ce petit suédois. Il tirait d’une main sur sa clope, et de l’autre sur son pendentif de Mjollnir qui pendouillait à son cou. En acier et en argent, c’pas de la merde hein. Il observait d’un air narquois les quelques sécheurs dispersés dans le parc et couverts comme des ours polaires, tentant de les imaginer en Suède, dans son petit village paumé perpétuellement couvert de neige, même en été quasiment. Ahlala quels faibles ces anglais. Bon, c’pas tout ça mais l’heure du repas approchait à grands pas, et ça tombait bien, il commençait à avoir carrément la dalle. Il se leva souplement, se dirigeant vers le hall d’entrée, et jeta sa clope dans la première poubelle qu’il croisa une fois l’avoir bien éteinte, histoire de ne pas faire un magnifique feu de poubelle. Rentré dans le hall, il attendit que la marée humaine ait fini de passer pour se diriger tranquillement vers la table de Gryffondor. Alors, où qu’il est, ce connard de Sid ? Alors qu’il s’approchait placidement de sa table, une petite Poufsouffle s’emmêla les pinceaux et tomba au sol, lâchant son plat du même coup et le renversant au sol. Et comme par enchantement, les pompes de Clarence ne furent pas épargnées. C’est fou la montée de chaleur que ça fait quand on se brûle les pieds … Il tiqua, mais ne broncha pas. C’est une pauvre petite première année perdue, il fait quasi le double de sa taille, il ne va pas faire le fils de … Hem, le petit salopiot ! Alors qu’il lui envoyait un petit sourire pour lui faire comprendre qu’il ne comptait pas la bouffer avec un peu de sauce, deux personnes se mêlèrent de l’affaire. Un Poufsouffle qui se pencha pour aider la miss, et la préfète de Poufsouffle qui … Insulta les origines suédoises de la première année, en profitant pour cracher sur les vikings. Grave erreur.

« Dis-moi River, le fait que tu te comportes comme une pétasse, c’est parce que tu veux attirer l’attention sur toi sous prétexte que tu restes dans l’ombre de Thomas et Moïra ? Deux cousins préfets en chef, tu dois plus te sentir pisser droit non ? »

Et voilà ! Clarence Amalric, descendant de vikings de par sa mère, défend ses origines et sa patrie. C’est du propre. Bon aussi faut dire qu’elle l’a cherché, c’te conne de Poufsouffle. Pas chiant pour un sou, il se redressa de toute sa taille. Et allez hop, un mètre quatre-vingt treize dans la tronche, mange ça blondasse. Le plus marrant c’est qu’elle venait de sortir sa baguette pour nettoyer les cochonneries, et même son pantalon et ses baskets dans la foulée. Cool, merci, c’était pas obligatoire. Après une dernière remarque méprisante à l’attention des deux Poufsouffle, elle s’essaya au regard noir, et le Gryffondor ne put que sourire d’un air méprisant. Ok, t’as des cours à prendre avant d’être aussi terrifiante que quelqu’un de vraiment dangereux. Par exemple … Clarence, qui ne se gêna pas pour renvoyer son regard froid et hostile à la préfète de Poufsouffle. Il se tourna vers Meghan, à qui il avait foutu un vent pour s’intéresser à la pétasse servant de préfète aux jaunes et noirs, et lui envoya un clin d’œil. Suivi d’une remarque grivoise. Hey, c’est Clarence, vous vous attendiez à quoi sérieux.

« Bonjour la plus belle ! Dis-donc, je crois que la petite River essaye de copier tes talents naturels. Je serais curieux de demander à son mec si elle est aussi douée que toi au lit. »

Préparation mentale pour la grosse baffe qui va suivre 8D. Ou la réplique cynique. Ou les deux. Bah, c’pas comme si elle risquait de lui faire super mal non plus quoi XD. Puis en plus Meghan elle a un copain, c’est un gros clébard qui court après les clébards plus dangereux que lui. C’est bien, brave Derek, t’auras un os. Hm bref. La Serpentard s’intéressa à la Poufsouffle en lui demandant gentiment si elle allait bien. Bon, c’pas tout ça mais il peut s’asseoir le Clarence, non ? Il s’assit à la table de Gryffondor, s’appuyant à la table pour se tourner vers le petit monde. Le Poufsouffle restait étrangement silencieux, sans doute gêné d’être coincé au milieu de gens à la langue si bien pendue. Il avait l’air gentil tout plein, dans le rôle du faible qui … A la main qui tremble sans s’en rendre compte, ce qui attire les murmures moqueurs de ses pseudos camarades de classe. Ah, un né-moldu, bienvenue au club mon gars. Plein de gentillesse aujourd’hui, le viking leva son regard de glace vers deux Poufsouffle qui rigolaient de la main de leur camarade qui tremblaient, et ils s’arrêtèrent brusquement. C’est ça, la classe. Bref, réintéressons-nous à la petite suédoise.

« Evidemment qu’elle va bien, c’est solide un viking. »

Clin d’œil à la petite, passage à la langue maternelle pour lui faire comprendre que coucou, moi aussi je suis un viking, je fais un mètre quatre-vingt treize, viens donc me chercher si tu as un souci, camarade !

« Hein petit ourson ? »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« You have ten fingers ? Oh, me too ! Let's be friends ! »





Messages : 105

Points : 0
Avatar : Elle Fanning.
Crédits : (c) welti.

Age RPG : Onze ans.
Sang : Fille de Cracmolle et Moldu.
Camp : Neutre

Vie du personnage : Heeey, tu veux être mon ami ? Kaia, jeune suédoise, Poufsouffle, ne ferait pas de mal à une araignée. Mais elle pleurerait en sa présence. Ses amis sont ici. Naïve, jeune et trop mignonne. C'est Kaia, ça n'est pas plus compliqué que ça.

Truc en plus : Bilingue anglais/suédois. C'est tout.
Doubles-Comptes : Lysander Dragonneau.



MessageSujet: Re: Un repas, c'est manger ce qu'il y a dans son assiette, pas son voisin.   Jeu 17 Nov - 7:14

Si Kaia avait su que cette chute allait faire réagir autant de monde, elle serait restée à sa place, et aurait répondu à ses camarades de ses démerder. Non. Elle aurait quand même dit oui. Elle ne savait pas dire non. Elle ne pouvait rien refuser. Et généralement, ça se terminait toujours en catastrophe. La soirée d'Haloween, elle y était allée. Et elle avait failli se noyer. Et aujourd'hui, elle se retrouvait par terre, provoquant pas mal de réactions, elle qui voulait se faire la plus discrète possible ! Elle avait vraiment raté son coup, ce midi.
Le premier à réagir fut un garçon de sa maison. Elle l'avait déjà remarqué. Il avait l'air de toujours être effrayé. Lui aussi, il se faisait discret. En revanche, il n'allait pas vers les gens. Là où Kaia souriait facilement aux gens, lui restait souvent dans son coin. Et l'attentive Kaia l'avait remarqué. Il était super timide. Et pourtant, il venait l'aider. C'était gentil ça. De toute façon, tout le monde était gentil pour Kaia. Sauf les River. Et hop, il la remit debout, comme si elle ne pesait rien. Bon, elle ne pesait pas grand chose. S'il s'était fait mal ? Bonne question. Pas tant que ça, puisqu'elle avait pu mettre ses mains devant elle pour se rattraper. Elle avait évité de s'exploser la tête par terre. C'était pas mal. Bon, ses mains avaient amorti le choc, et elle le sentait, mais ça allait. Elle n'avait rien de cassé. Alors qu'elle allait répondre, il enchaîna, expliquant qu'il allait l'aider à nettoyer. Ça aussi, c'était gentil. Dis donc, elle avait de la chance aujourd'hui la gamine !
Peut-être pas tant que ça en fait. Puisque la préfète de sa maison approchait. Et ce n'était jamais bon signe. Car ce n'était pas la fille la plus aimable de l'école, loin de là. Elle semblait mépriser tous les premières années, tout comme la monde de la planète. Sauf les gens de pouvoirs, les River & cie de la haute société. Manque de chance, Kaia était une première année, fille de Cracmolle et d'un Moldu. Ça faisait beaucoup de raisons pour la mépriser ça. En plus, elle venait de commettre une belle maladresse, devant tout le monde. Et bam. Elle attaquait. Directement, sauf échauffement. Fais gaffe, un jour, à force de te lancer comme ça, tu vas te faire un claquage de mépris ma vieille. Et que je vanne sur les origines nordiques de la petite. Certes, Kaia avait deux parents suédois, toute sa famille en Suède et la double-nationalité. Mais elle avait vécu toute sa vie à Londres, et fait toute sa scolarité dans une école publique de Londres. Elle passait toutes ses vacances en Suède et parlait suédois chez elle, mais elle avait reçu une éducation londonienne. Et puis, chausse tes lunettes Constance, elle n'a rien d'un Viking. Ce n'était pas de sa faute si elle était tombée ! Elle n'avait pas voulu renverser tout ! Elle aurait bien aimé le dire à la Poufsouffle, mais jamais elle n'oserait. Se faire disputer comme ça... Kaia ne pouvait pas dire grand chose. Et puis d'abord les sudéois sont des gens très propres. Mais bon, elle n'allait rien dire, comme d'habitude. Elle allait gentiment nettoyer. Euuuh, c'est quoi le sort pour nettoyer déjà ? Est-ce qu'elle le connaissait au moins ? Aucune idée. Face à trop de gens comme ça, elle perdait ses moyens. Oh non, elle allait devoir faire sans magie ! Et... ah ben non, Constance venait de la faire ! C'était bizarre. Mais il y avait une raison, forcément. Et... non ! Kaia ne voulait pas être quelqu'un qui donnait une mauvaise réputation à sa maison ; au contraire, elle voulait bien faire pour aider sa maison ! Avant qu'elle ne puisse se confondre en excuses pitoyables, la préfète était déjà retournée s'asseoir. Bon ben Kaia allait en faire de même le plus vite possible, maintenant que tout était nettoyé. Discrètement. Pour éviter que les gens ne la regardent trop de travers.

Mais ce n'était pas fini. Une Serpentard arrivait. Bon. Calme Kaia, les Serpentards ne sont pas tous méchants. La preuve, Dominique Weasley était une fille sympa. Si ça se trouve, cette fille aussi était gentille. Bon, déjà, elle ne commençait pas par s'en prendre à Kaia. C'était contre Constance qu'elle était remontée. HAN COMMENT ELLE PARLE. Jamais, même pas dans ses rêves, Kaia n'aurait osé dire ça à personne. Dire que Constance faisait honte à sa propre maison ! C'était force ça. Ça n'allait pas lui plaire. Peut-être que les deux filles allaient s'énerver. Et ce serait de la faute de Kaia. Mais pourquoi était-elle si maladroite ? HAN MAINTENANT ELLE SE TOURNE VERS MOI. Ah non, c'est bon, elle a pas un regard méchant. Elle souriait, même. C'est bon signe, quelqu'un qui sourit. Par exemple, Kaia sourit. Et jamais un River ne lui sourit. Cette fille devait être sympa. Rien de cassé ? Non, non, rien de cassé. Peut-être qu'elle allait pouvoir dire qu'elle allait bien. Mais elle était encore trop sidérée par tout ce qui arrivait pour dire quoique ce soit. Et ce n'était pas fini, vu qu'un grand balèze semblait lui aussi vouloir se mêler à la discussion. Il était déjà là avant, et avait même reçu les éclaboussures des dégâts de Kaia. Et s'il se mettait en colère ? Lui, il était grand. Ça suffisait déjà pour faire trembler la blonde. La blonde Kaia, pas la blonde River. Ah ben non, en fait il crie sur la préfète. Ça va alors, on se détend Kaia.
IL PARLE SUÉDOIS ! HAN MAIS C'EST TROP BIEN. C'est peut-être pour ça, qu'il s'énervait. Lui aussi était un suédois, et n'avait certainement pas apprécié que Constance traite les vikings de gens maladroits, sales... bref, des trucs préjoratifs.

« Ho mais tu es suédois aussi ! C'est trop bien » s'exclama la petite, toute ragaillardie par sa découverte. « Au fait, merci, c'est gentil de m'aider. »

Tout bien réfléchi, il n'était pas le seul à être sympa avec elle. Il y avait ce pauvre Poufsouffle tout timide et la grande Serpentard. Tous bien plus vieux qu'elle. Et ça, c'est vachement intimidant. Elle n'avait plus cette spontanéité. La réserve s'était évaporée quand elle s'était mise à parler à ce géant inconnu en suédois. Elle n'avait pas réfléchi. Même pas eu peur de ce mètre quatre-vingt treize. Et donc là, on baisse la tête et bafouille un peu :

« Euh... je suis désolée. Je voulais pas tout renverser. Merci en tout cas... Mais il faut pas vous prendre la tête pour ça hein. Je veux dire, c'est pas la peine... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité







MessageSujet: Re: Un repas, c'est manger ce qu'il y a dans son assiette, pas son voisin.   Sam 19 Nov - 4:01

Oulah. Les choses commençaient à tourner exactement comme Matt' détestait qu'elles deviennent. C'est-à-dire bruyantes et agressives. C'était le genre de situation qui le faisait se sentir vraiment mal à l'aise. Déjà qu'il n'était pas du genre bavard avec de quasi-inconnus, le fait de voir trois autres personnes autour de lui avait tendance à lui foutre la pression, même si deux d'entre elles ne voulaient faire rien d'autre qu'aider les Poufsouffles agressés par leur préfète. Pour une fois qu'il s'adressait à quelqu'un et était prêt à faire un peu mieux connaissance, il fallait que cette terrible River vienne ajouter son grain sel. Okay Kaia n'avait pas fait attention et était tombée, mais ce n'était pas une raison pour qu'elle les engueule comme ça. Si elle n'avait rien vu et qu'elle ne s'était pas ramenée, elle n'aurait même pas remarqué qu'il s'était passé quelque chose ! Pourquoi 'terrible', dites-vous ? Parce que pour Matthew, la famille River était ainsi. Moïra lui foutait les jetons, Thomas était un gros salaud qui s'éclatait de temps en temps sur lui et Constance était une gamine en crise d'ado ne trouvant rien de mieux à faire que d'essayer de ressembler à ses cousins. Donc oui, effectivement, il était loin de les apprécier, ces trois terreurs.

Crispé, le jeune blaireau restait donc silencieux en ayant du mal à regarder la préfète dans les yeux. Il n'aimait pas se faire engueulé, et encore moins par cette fille, sauf que voilà, réagir et lui fermer son clapet, ce n'était ni son genre, ni dans ses capacités. Enfin, il en était sûrement capable, mais disons qu'il s'était persuadé que non avec le temps. Ce qui avait pour effet de le faire passer pour un faible et un lâche. Pas qu'il ne l'était pas, mais pas tout à fait. Faible, peut-être, lâche, bof. Pessimiste et effrayé pour de bonnes raisons psychologiques, plutôt. Après tout, s'il le fallait, il serait l'un des premiers à s'interposer pour empêcher que quelqu'un de faible ou ne le méritant pas soit blessé par une brute. Un petit être compliqué, Matthew. Mais pas trop. Enfin bref, heureusement, une fille de Serpentard qu'il connaissait pour être la copine d'un loup-garou se ramena, n'appréciant visiblement pas le comportement de la jeune fille se croyant tout permis. Notre sauveuse *-* Et elle clashait bien la ptite Constance en plus. Merci merci merci ! Bon ça c'est ce qu'il pense, mais il n'en dira rien 8D Le résultat de la chute de Kaia venait d'être nettoyé par les deux filles avant qu'il n'ait pu y mettre du sien : on aurait pu croire qu'elles retourneraient s'asseoir et que tout finirait bien ...

MAIS CE N'ÉTAIT PAS FINI ! Vraiment River, je crois que tu aurais mieux fait de rester à ta place, au vu de l'armoire à glace qui vient de se faire remarquer 8D Matthew lui, se fit d'autant plus petit. Ca en fait du monde autour de lui d'un coup. Il n'était pas vraiment habitué que ça soit le cas sans que ça ne signifie se faire casser les dents. Il l'a remit bien à sa place, la Constance, puisqu'elle retourna s'asseoir, peu ravie. Eh oui, c'est la vérité qui fait mal. L'imposant Gryffondor semblait connaitre la Serpentard puisqu'il lui adressa familièrement la parole. Familièrement de le genre vraiment familier. Avec les sous-entendus. Enfin, ça semblait improbable pour Matt' que l'on fasse de ce genre d'humour avec quelqu'un que l'on connait moyennement. Mais bref, le Poufsouffle répondit par un petit hochement de tête tout en se tordant les doigts à la question "rien de cassé ?" qu'elle leur adressa. Il est trop mignon n'empêche. Le grand type s'assit alors et ... et ... il a fait quoi là ? Matthew ouvrit de grands yeux en constatant qu'il venait de faire taire les deux imbéciles de tout à l'heure d'un simple regard. Matt' le fixa d'abord avec un air "mais pourquoi t'as fait ça ? Oo" pour se transformer en "Ah merci m'sieur, c'est sympa ;__;" Nan sérieux, il était vraiment reconnaissant, hein. Bon, le Gryffondor s'intéressait maintenant à la jeune Kaia et lui bah, il ne se sentait pas vraiment à sa place. Comme presque tout le temps en fait. Sauf quand il était - principalement, il y en a d'autres, aussi rares soient-ils - avec Eliott, Dominique ou Maxime. Là il était toujours bien ... Pas tout à fait en fait, parfois quelques-uns de leurs amis arrivaient et il se taisait, mal à l'aise. Ah et, comme maintenant les deux derniers étaient ensembles, c'était un peu bizarre pour lui de les fixer se bécotter. Je sais il est compliqué ce jeunôt XD.

« Heu, bon bah ... comme c'est nettoyé ... heu. Je vais retourner ... m'asseoir ... erm, et merci ... »

MAIS IL PARLE ! Bah oui, vous croyiez, qu'il est muet ? Eh non. Admirez le peu d'assurance et les hésitations juste pour deux phrases aussi simples que celles-là. Alors, vous le retenez ou pas ? =O
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: Un repas, c'est manger ce qu'il y a dans son assiette, pas son voisin.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un repas, c'est manger ce qu'il y a dans son assiette, pas son voisin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Morsmordre :: « DEPARTEMENT DES MYSTERES. » :: Pensine. :: Corbeille RP.-