Partagez | 
 

 Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage

avatar

« Tough times don't last, and tough people do. »





Messages : 103

Points : 0
Avatar : Nicole Kidman.
Crédits : Alphabeta.

Age RPG : 38.
Sang : Née-moldue.
Camp : Ordre du Phénix

Truc en plus : Occlumens.



MessageSujet: Re: Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.   Sam 22 Oct - 10:30

Grace avait la pression. Une énorme pression, un poids sur les épaules. Elle se sentait un peu tel Atlas qui porte le monde à bout de bras. Là, le monde ressemblait à une sphère de cristal, et la moindre erreur le ferait exploser. Accroupie devant la porte qui commençait déjà à fuir à cause de la pression de l’eau, la phénix réfléchissait calmement et rapidement à une solution, expliquant la situation à un Logan qui prenait un air faussement vexé au fur et à mesure qu’elle avançait dans ses explications. Finalement elle lâcha du bout des lèvres qu’il l’avait certainement déjà compris, et elle se redressa d’un mouvement souple, sans le moindre bruit. Une vraie prédatrice, cette Harpie. Logan sembla content de voir qu’elle reconnaissait son talent en matière de sortilèges, et elle ne releva pas, trop occupée à se demander comment ils allaient bien pouvoir faire pour sauver tout le monde. Faire sauter tous les sortilèges un à un en priant pour que tout se passe bien ? En quittant la salle précédemment, elle avait jeté un coup d’œil acéré sur la porte pour se rendre compte qu’elle cèderait facilement face à la pression des eaux, comme toutes les portes décoratives placées le long des murs de la salle. Enfin, bref. Elle fit part de son idée à Logan, qui approuva en mettant un trémolo, disant que les mangemorts avaient sûrement prévu ça et que chaque sortilège qui sauterait affaiblirait la structure, et que ça pourrait leur péter tout bêtement à la gueule. C’est un risque à courir. Elle haussa les épaules, pragmatique.

« On savait bien à quoi on s’engageait en rentrant dans l’Ordre du Phénix. »

Sortant sa baguette magique de son sac, elle la pointa sur la porte et commença à murmurer des contre-sortilèges pour faire sauter les sorts temporels et faire refluer l’eau. Très vite, les sortilèges de défense des mangemorts se mirent en œuvre pour empêcher son travail, se contentant de hocher la tête quand Logan lui dit d’un ton fataliste qu’ils n’avaient pas d’autre solution que d’essayer. Ou de retourner s’asseoir et attendre de crever. Ô Joie. Fermant les yeux, la prof se concentra sur la porte pour faire sauter les sortilèges, et baissa sa baguette en soupirant quand l’un d’eux eut la gentillesse de s’évaporer dans le néant. Alors qu’elle allait reprendre, son ami lui balança tout à trac que tiens, t’as réalisé qu’on serait les premiers à mourir si jamais on se plante ? Grace baissa sa baguette qu’elle avait levé d’un geste souple, et tourna la tête vers Logan, un brin énervée à cause de son anxiété.

« Je sais Logan, je sais ! Si on ne réussit pas ils vont tous crever, même les mangemorts vu qu’on leur a coupé leur voie de sortie quand monsieur Potter est parti s’adresser à la foule ! Moi aussi j’ai la pression, je n’ai pas envie de tous les voir mourir à cause de mon incompétence ou de ma bêtise ! »

Et en prime, les yeux qui lancent des éclairs. Elle se tourna vivement vers la porte et leva sa baguette, s’acharnant à faire sauter un nouveau sortilège sans y parvenir. Il fallait qu’elle se calme, absolument. S’énerver ne lui permettrait pas de faire sauter les pièges des mangemorts. Il lui fallait garder la maîtrise de ses émotions, et pour ce faire, être très calme. Elle baissa une nouvelle fois sa baguette et lâcha un long soupir en se massant les tempes. Mieux valait qu’elle s’arrête là avant de faire une connerie.

« Excuse-moi, Logan. J’ai la pression. Je pense à ma petite sœur, je pense à tous ces enfants que j’ai emmené avec moi en connaissant le danger au lieu de les forcer à rester en sécurité au château, je pense à tous ceux qui vont mourir si je ne réussis pas. Si quelqu’un meurt, je m’en voudrais toute ma vie. J’ai la pression parce que je ne sais pas de combien de temps je dispose pour faire sauter ces putain de sortilèges. Bref, je n’ai pas vraiment besoin qu’on me le rappelle … Et je m’excuse de passer mes nerfs sur toi. »

Elle lui envoya un faible sourire, ne se rendant pas du tout compte qu’une fois encore, elle agissait en solo. Je, je, je, et Logan qui ne manquerait pas de lui rappeler que lui aussi il est là et qu’elle n’est pas toute seule face à cette putain de porte. Un peu calmée, elle tendit sa baguette vers la porte, taisant toutes ses peurs et tous ses sentiments. La porte, l’eau derrière, c’est tout ce qui compte. Elle se concentra intensément, sentant Logan qui faisait pareil, et à deux, ils firent sauter un nouveau sortilège, et un autre. Trois de moins, mais trois sur combien ? Au moment où elle se concentrait sur un quatrième, Logan reprit la parole, brisant sa concentration. Loin de s’énerver une seconde fois, elle resta muette. Il était mort de peur. Lui, mort de peur ? Lui, le trompe la mort qui avait affronté les sbires de Voldemort en plein Poudlard alors qu’il n’était qu’en seconde année ? Lui qui l’avait protégé pendant cette même bataille en lui empêchant de prendre un sortilège impardonnable perdu ? Lui qui était entré au ministère de la magie pour espionner ? Lui qui était venu ici pour protéger les élèves alors qu’il savait fort bien qu’ils risquaient de tous mourir ? Merde alors. Troublée, elle baissa sa baguette, et tourna la tête vers lui. Et elle, est-ce qu’elle avait peur ? Non, pas pour elle. Mais pour les autres. Et pire encore, elle n’avait pas peur parce que … Bah, parce qu’elle était avec lui. Tout bêtement. Et enfin, le tilt que tout le monde attendait depuis bien trois ou quatre mois se fit dans l’esprit de Grace. Tiens, je crois que je suis amoureuse de mon ex !

« Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi. »

Cantique de David, mon passage préféré soit dit en passant. Sans réfléchir, Grace s’approcha de Logan et passa une main sur son torse nu, avant de l’enlacer pour l’embrasser en fermant les yeux. Et voilà, fin des paris, ils se sont embrassés, merci d’envoyer tout l’argent à Lily L. Potter /VLAN/. Finalement elle le lâcha, non pas que son nouveau petit copain – 8D – ne lui déplaise, mais ils ont une porte sur le feu. Elle se décala un peu, attrapa sa main, et tendit à nouveau sa baguette vers la porte. Joli cantique, jolie déclaration, Logan si tu ne comprends pas elle te laisse te noyer XDD.

✄-------------------------------------------------------------------


“ And I will try to fix you ”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Tough times don't last, and tough people do. »





Messages : 1378

Points : 0
Avatar : David Tennant
Crédits : Kachilight

Age RPG : 39 ans
Sang : Mêlé
Camp : Ordre du Phénix

Vie du personnage : « Hakuna Matata !
« Une ptite lettre ?
♥️ En couple ? Oui avec Grace, et attention on ne mate pas èOé

Truc en plus : Animagus Buse
Doubles-Comptes : Malcolm Gray



MessageSujet: Re: Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.   Dim 23 Oct - 2:26

Bon, en fait, Logan commençait à se dire qu’il aurait peut-être mieux fait de la fermer quand c’était encore possible. Le fait d’avoir exprimé ses craintes qui n’étaient autre que la vérité n’était pas vraiment ce qu’il leur fallait pour atténuer la pression sur leurs épaules. Il le remarqua fort bien quand Grace craqua, lui faisant remarquer que oui, elle savait tout ça. Elle était un peu trop personnelle sur le coup, mais l’ornithologue ne comptait pas lui en tenir rigueur. Ce n’était pas vraiment une situation habituelle, et encore moins une de celles où on a les nerfs dans un état correct, et pas en surchauffe. Lui se contenta de reporter son regard vers la porte, s’en voulant un peu de ne faire qu’attiser l’énervement de sa meilleure amie. Ce après-quoi elle fit de son mieux pour lancer un contre-sort qui échoua lamentablement. L’acharnement de Grace faisait peine à voir, c’était tout ce qu’il y a de plus désespéré. L’Animagus pointait sa baguette vers la porte sans savoir exactement si c’était une bonne idée ou non. C’était risqué et en même temps, aucune autre solution ne s’offrait à eux. Cependant, ça ne servait à rien d’essayer seule. Au moment où il posait la main sur l’épaule de sa meilleure amie, celle-ci se tourna vers lui et lui déballa des excuses dont honnêtement, il ne voulait pas. La Harpie avait les nerfs à vif, comme lui, et qu’elle les passe sur la seule personne proche d’elle était tout à fait normal, même si ça n’était pas vraiment une partie de plaisir pour le moral.

« Non, ne t’excuses pas. Je n’avais pas besoin de nous foutre encore plus de pression qu’il n’y en a déjà. Mais tu n’es pas seule, on est deux à s’inquiéter, deux en face de cette foutue porte. »

Si ça se passe mal, on sera deux à ne pas se pardonner les morts. Un léger sourire fataliste et il tenta de sauter un des sorts de la porte, ce qui ne servit joliment à rien. Coriace pour une porte. Il essaya seul deux-trois fois en plus, les dents serrées, sachant que chacun des sorts lancés pouvaient aboutir à trois résultats différents : sauver tout le monde (owi), faire exploser la porte et leur vies avec (ownon), ou ne pas fonctionner (owietnon), ce qui était à la fois une bonne et une mauvaise chose. Cette fois il se concentra intensément, et en coordination avec Grace, ils firent sauter un, deux, trois sortilèges sur on ne savait combien. Sauf que plus ses essais plantaient ou réussissaient, plus les secondes s’écoulaient, plus il craignait de voir débarquer un Mangemort qui les empêcherait de faire leur boulot – ce que était assez improbable vu qu’ils étaient autant coincés qu’eux : les arrêter dans leur projet de sauver tout le monde ne ferait que les condamner aussi, quel dommage – et surtout plus la pression montait, sa gorge se nouait et il réalisait que la peur prenait possession de lui comme un sort de l’Imperio en serait capable. Et là, comme ça, avant d’essayer de faire sauter un quatrième sortilège, il exprima sa peur à son amie, ce qui eut pour effet de produire un temps d’arrêt chez celle-ci, dans ce qu’elle faisait. Grace se tourna vers lui et le regarda. Logan savait exactement ce à quoi elle était entrain de penser : elle devait se demander comment cela était possible. Il n’était pas quelqu’un qui avait souvent l’air d’avoir peur. Il ne la montrait pas ou essayait de la maîtriser. C’était ainsi qu’il avait toujours procédé. Mais ce soir, la situation était radicalement différente : cette fois il n’était plus question d’être courageux et de faire des sacrifices pour sauver Grace et sa propre peau, ou prendre son courage à deux mains et aller espionner en terrain ennemi. Non, cette fois, il avait la pression des vies d’une centaine de personnes parmi lesquelles des inconnus, des ennemis, des collègues, des élèves, des amis, sa fille Nanaly et ... Grace. Ca faisait un peu beaucoup et changeait énormément la donne, donc oui, il avait peur. Jamais il n’avait fait face à un poids aussi énorme sur ses épaules. C’était assez déstabilisant, perturbant, stressant et difficile à supporter pour créer en lui une peur qu’il s’efforçait de ne pas laisser éclater. Il devait rester maître de ses gestes et de ses pensées, ne pas laisser la peur de l’échec et de la mort d’autant de personnes prendre le dessus.

Il fixa Grace dans les yeux. Avait-elle peur elle aussi ? Logan n’arrivait pas à lire ce qu’il y voyait. Ca lui semblait ... mitigé. N’empêche qu’à se regarder ainsi, l’ornithologue craignait de plus en plus que tous deux aient moins de chance de survivre. Ils se trouvaient juste en face d’une bombe sur le point d’exploser, après tout. Ils étaient en première ligne, leurs vies se joueraient sur de la chance. Or, il ne voulait pas mourir. Il ne voulait pas que Grace meurt avec lui. Et là, yeux dans les yeux, c’était exactement le moment, celui du risque de la mort, qu’il lui fallait pour comprendre qu’il tenait peut-être encore plus à elle qu’il ne l’avait cru jusqu’alors. Là, avec la morte derrière une simple porte, c’était la situation parfaite pour se rendre compte de choses essentielles qui avaient traînées devant leurs yeux pendant des années sans qu’ils ne s’en rendent compte : doués, hein. Ce qu’on dit est vrai : on ne comprend l’importance de la personne juste à côté de soi qu’au moment où elle risque de partir. Voilà ce qu’il se passait dans la tête de Logan tandis qu’il n’arrivait pas à mettre le doigt sur la conclusion qui se formait dans son esprit. Il puisait de la force contre sa peur, il le faisait disparaître rien qu’en regardant celle qui s’était toujours trouvée à ses côtés quand il en avait eut besoin. Il lui fallait le petit tilt qui mettrait tout en place, qui rendrait tout clair et net. Et Grace ne se fit pas prier pour le lui offrir.

« Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi. »
« ... Ta houlette et ton bâton me rassurent. »

C’était sortit tout seul, instinctivement. Non mais regardez-les, quelle synchronisation ! Mais bien sur. Ce qu’ils avaient pu être stupides. Aveugles. Pour une fois les Mangemorts se montraient utiles, mais pas vraiment au moment approprié. Deux secondes après, ils ... ils ... Grace l’embrassa en l’enlaçant. Et Logan le lui rendit fort bien. Sortez le champagne, sortez l’argent que vous devez à Lily : ils ont ENFIN compris. Il en a fallut du temps ! Comme la Harpie avant lui, ce fut au tour de la Buse de se dire : ‘Tiens, je crois que je suis amoureux de mon ex !’ Non tu ne crois pas mon cher, tu ES. Bon, il fallait bien se déscotcher, parce que bah, on a une porte sur le point de nous exploser dans la gueule, c’est important. Rassures-toi j’ai compris : petite amie. Couple. Voilà deux mots n’ayant plus eut aucun sens pour lui depuis plus de dix ans qui reprenaient de l’importance. Progrès. Restait à voir comme il prendrait la chose après cette histoire, mais là n’était pas la priorité. S’embrasser c’est bien, on voudrait continuer, mais stooop. Complètement muet, se reconcentrer l’arrangeait un peu, les sens en ébullition. L’Animagus ne savait plus trop où donner de la tête au niveau de ses sentiments, et pourtant c’était fort clair : ils s’aiment, voilà. Enfin bref, main dans la main, baguettes levées, c’est repartit pour la porte de la mort qui tue, c’est le cas de le dire. Ils étaient ensembles, tout irait bien et ils étaient rassurés par la présence de l'autre. Oui, tout finirait bien. Du moins, il l'espérait.

« Okay. Allons-y. Et hum, super la déclaration ! »

Oui bon ta gueule Logan, pas le moment de faire le joyeux, on a à faire. Youpi ... putain, ma meilleure amie est maintenant ma petite amie et on risque de mourir. Je l’aiiime ! Non, sérieux, c’est vrai. Chaud quoi.

✄-------------------------------------------------------------------





Dernière édition par Logan Cooper le Jeu 27 Oct - 0:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Only two synonyms ? I'm losing my perspicacity ! »





Messages : 438

Points : 0
Avatar : Ole Sorensen
Crédits : Welti.

Age RPG : Dix-sept ans.
Sang : Pur.
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : # Nice to meet you. Moi c'est Lysander, fils de Luna Lovegood. ♣️ Disponible pour 2 RPs. • Du courrier, j'en ai jamais assez. ♥️ Fou de Lucy Weasley. Et oui, c'est un radis autour de mon coup.

Doubles-Comptes : Kaia K. Asbjörn.



MessageSujet: Re: Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.   Dim 23 Oct - 3:59

Faire des grands signes et courir, Lysander en aurait bien incapable. Il n’aurait pas pu courir bien longtemps. Il n’avait pas l’impression de respirer. Plutôt d’étouffer. L’aiglon avait l’impression que l’air n’existait plus. Ah ben c’était le cas. Il était en apnée. Mais quel con. Maintenant qu’il respirait, il avait toujours l’impression d’étouffer, mais au moins, il ne risquait plus de devenir tout rouge. Pour quelqu’un qui voulait se mettre dans la peau d’un vampire pâlichon à en rendre jaloux un ours polaire, devenir tout rouge ne faisait pas exactement partie du plan. Alors bien qu’il ait repéré Lucy parmi les autres, il restait bien incapable de faire quoique ce soit d’autre. Une fois qu’elle se fut plantée devant lui, sa petite amie lui lança un simple « salut » tout sobre.
Il se sentait déjà moins seul. Il avait toujours l’air d’être perdu et toujours le cœur agité. J’ai dit qu’il y avait deux choses qui pouvaient faire battre son cœur aussi vite. La peur, la claustrophobie. Ce qui était le cas ce soir même. Et puis il y avait un autre chose. Sa petite Lucy bien sûr. ♥ Sa petite Lucy qui l’embrassait pour lui dire bonjour. Résultat, il avait l’impression d’être heureux pris au piège. Enfin non. Il était pris au piège, mais il était heureux en même temps. C’était un peu compliqué tout ça. Lui même, il n’y comprenait pas grand chose. Ce à quoi il pensait était beaucoup trop contradictoire pour qu’il puisse faire un tri cohérent. J’ai peur. J’ai peur Lucy.

« J’aurais mieux fait de ne pas venir. J’ai l’impression que je vais passer le reste de ma vie enfermé ici. Alors ne me quitte pas, je veux pas rester tout seul. S’il te plaît. »

Ben oui, quitte à rester enfermé, autant rester enfermé avec les gens que l’on aime bien. En plus ça faisait longtemps qu’ils ne s’étaient pas vus tous les deux. Du style… trois jours ! C’était les vacances. Lysander et Lucy était chacun rentré chez eux pour passer les vacances à la maison. Et du coup, ils ne s’étaient pas encore vus. À part ce soir. Cette superbe fête tellement romantique. Halloween. Puis à minuit, le premier novembre, La Toussaint la fête des morts. Joyeux. Finalement, il aurait mieux fait de prévoir un rendez-vous ailleurs. Passer une soirée tranquille. Loin de tout ça. Loin de toute cette agitation. Car si les membres de l’Armée de Dumbeldore avaient pour tâche de surveiller toute attitude suspecte, il ne fallait pas se concentrer des masses pour s’apercevoir que l’atmosphère n’était pas des plus joviales. Et le premier incident venait de pointer son nez entre les élèves. Un accrochage entre filles. Aleera, la belle Vélane de Serpentard que le Serdaigle connaissait plutôt bien pour être sorti avec elle, avec à ses côtés sans doute, une autre Serpentard, la Weasley rebelle, Roxanne. Et face à ces deux-là, deux membres de l’AD, deux Gryffondors. Loupiote ; cela ne l’étonnait pas qu’elle fasse partie de l’accrochage. Après tout, Loupiote avait le don pour foncer droit dans les ennuis, tête baissée. Surtout quand quelqu’un comme Lucy Robinson, qu’il savait plutôt proche de Lou, semblait aussi mêlée, de près ou de loin, aux ennuis. Un autre gryffon plus vieux avait l’air dans le coup. Ça commençait déjà. Comme si l’ambiance pouvait être encore plus pourrie qu’au début de la soirée. L’ambiance n’avait nullement besoin de ça.

Lysander haussa les épaules avant de se retourner vers Lucy. Se concentrer sur les embrouilles aurait pu être une bonne manière de se distraire de son angoisse qui ne décroissait pas, cependant il n’avait aucune envie de se mêler de ces histoires qui ne le concernait pas. Comme d’habitude, il préférait laisser les autres se pouiller entre eux. Lui, il regardait. Lui, il observait. Lui, il était là, mais en recul par rapport aux autres. Pas impliqué directement.

La soirée prit un nouveau tournant quand le père Potter vint faire un résumé de la situation merdique dans laquelle ils se trouvaient tous. Lysander écouta, mais se déconnecta très rapidement, faisait un blocage sur une seule chose. Fermée. Fermée. La porte était fermée. Il n’y avait aucune sortie, aucune échappatoire possible. Pris au piège. Ils étaient tous pris au piège. Enfermés. Lysander n’allait jamais sortir. Il allait mourir, déjà enterré, sous toute cette terre au-dessus de sa tête, cette terre qui le narguait, le laissant enfermé dans cet espace clos. Ou était-ce sa peur qui l’enfermait ? Il ne savait pas, il ne savait plus. Il n’arrivait plus à penser, et chaque inspiration se faisait plus forte, avalant l’air comme pour la dernière fois. Le Serdaigle n’arrivait pas à se calmer. Lui, toujours détendu, dans la lune en toutes circonstances, avait perdu son sang-froid, sa flegme auraient dit d’autres. Il allait mourir là, peu importait si c’était tout de suite ou dans dix minutes, noyé ou égorgé vif, il allait mourir sans revoir les étoiles et l’immensité d’un ciel infini. L’Univers était si vaste, et lui était là, bloqué dans des catacombes. Dans son regard empli de rêves, on ne voyait plus rien. La peur, la panique et le désespoir avaient posé des barrières. Il ne voyait désormais plus que ce dont il avait toujours eu peur, ce qui l’avait toujours rendu fou. Il aurait même préféré revoir les flammes du carnaval, plutôt que ce souterrain clos, humide et confiné.

« Dis moi que ça va aller. » demanda-t-il à Lucy.

Sa question n’avait pas vraiment de sens. Que quoi allait aller ? De quoi parlait-il ? Il n’en avait lui-même aucune idée. Il avait juste besoin de parler. Besoin de parler pour se sentir exister, se sentir en vie. Sentir qu’il n’était pas seul. Parler, comme si ça allait changer quelque chose. Ça n’allait rien changer du tout, ils étaient toujours sous terre. Lys avait toujours su qu’il ne serait jamais branché spéléologie. Venir avait été une erreur, et il allait le payer. Ils allaient tous le payer. Il aurait bien aimé jouer les héros, sauver tout le monde. Mais s’il y avait un héros dans ce caveau, ce n’était certainement pas lui. Lui, c’était le gars de seize ans qui en était presque à se mettre à pleurer dans les bras de sa copine. C’est franchement pas très classe, Lysander qui a peur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »



Love ya for ever, Max ♥

Messages : 104

Points : 0
Avatar : Anna Bella Thorne
Crédits : Highs, Deviant Art & Tinker Bell

Age RPG : 15 ans
Sang : Mêlé (Sorcier/Vélane)
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : Ca te regarde, pauv' nouille ?

Truc en plus : Demi-Vélane
Doubles-Comptes : Thomas River & Hugo H. Weasley



MessageSujet: Re: Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.   Dim 23 Oct - 7:33

Maxime lui avait dit qu’elle avait des cheveux remarquables. Eh ouais, les gars, vous avez bien entendu 8D Lui servant un petit regard faussement timide, Dominique fit mine d’accepter le compliment avec joie. Ce qui était vrai malgré son cœur qui battait à toute rompe. C’était super flippant, ce sentiment d’euphorie… mais ça faisait tellement longtemps qu’elle ne s’était plus sentit aussi bien, aussi belle. Prenant son courage à deux mains, elle proposa donc à Max de l’accompagner aux Trois Balais. Il accepta. Hein, quoi, c’est vrai ? Il avait accepté ! Le sourire de Max était resplendissant, surtout en contraste avec son visage noircit par le maquillage. Fière de lui avoir refilé un rencard de manière aussi subtile, Domi répondit à son tour par un sourire charmant. Malheureusement, en ce qui la concernait, le contraste n’était pas super réussit…les flammes de son déguisement faisaient danser des ombres effrayantes sur son visage. Oh que c’était bon d’avoir l’air effrayante 8D La Serpentard fit tournoyer sa robe ; ok, elle était peut-être effrayante mais elle était aussi diablement sexy.
Soudain, alors qu’elle ne s’y attendait pas, Maxime lui parla d’Emmie. Les yeux de Dominique pâlirent sensiblement au début de sa tirade. Des yeux de vélane furieuse, des yeux blancs. Il avait remarqué qu’elle regardait cette fille de travers ? Si Dominique était fâchée c’était contre elle, pas contre Max. Elle s’en voulait de lui avoir montré ça. Surtout qu’Emmie ne lui avait rien fait, au contraire la pauvre avait été rejetée par le Poufsouffle et ça avait du être assez dur. Domi s’en voulait d’avoir montré ça à Max, pour tout ce que ça pouvait signifier. Et pour tout l’égoïsme que cela démontrait. Sauf que le Poufsouffle ne semblait pas du tout le prendre dans ce sens là. Au contraire, il lui disait gentiment que cette fille n’avait rien à voir, que cette soirée ne serait qu’à eux deux. OMG, ça veut dire quoi ça ? Que tu as vu qu’elle était jalouse ? Que tu es .. amoureux de Domi ? Le cœur battant aux tempes, Dominique perdit toute son assurance. La bouche sèche, elle baissa les yeux n’osant plus le regarder dans les yeux. Ce qu’il venait de dire était tellement mignon, lui faisait tellement plaisir. Et était tellement flippant. Et puis franchement, c’était de la méchanceté envers Emmie qu’elle ne connaissait même pas. Pendant un instant, elle ne dit. Puis, elle leva les yeux avec une ébauche de sourire sur le bord des lèvres. Elle prit la main de Max dans la sienne.

    « D’accord. Rien…rien que nous. »

Génial. Et après, elle s’étonnait de ne jamais avoir eu de petit ami sérieux ? Secouant promptement ses cheveux pour chasser la gêne et se remettant à sourire vivement (Hein, quoi elle est super lunatique ? Et ta sœur ><) , Domi tourna la tête de droite à gauche. Et vit son oncle, Harry, qui recrachait intégralement son verre de champagne sur une Aurore médusée. Il venait d’apercevoir Lily qui embrassait Alexia. Dominique fit la grimace en voyant les deux filles qui s’embrassaient.

    « Eh merde, je dois 6 Galions à Hugo… Il va se foutre de ma gueule pendant au moins une semaine après, ça. J’avais parié que ce serait Xia qui ferait le premier pas… »

Ou comment changer de sujet en moins de dix secondes. N’empêche que c’était vraiment chiant. Mais, Hugo n’avait pas intérêt à se moquer d’elle parce que sinon elle lui envoyait son point de la gueule et le ferait chier avec le fait que son ex sorte avec sa cousine. Et ça, c’est la honte. MOUAHA, elle est machiavélique. Retournant, à Maxime, Dominique s’apprêtait à lui demander s’il avait soif quand elle se rendit compte qu’elle tenait toujours sa main dans sa main. HEIN ? Oh, merde, c’est super gênant ! Sauf que Dominique ne la lâcha pas parce qu’Harry venait de commencer un discours. Apparemment, ils allaient tous mourir noyés. Ah. Super. C’est quoi qu’il avait dit Maxime, déjà ? Rien que nous deux ? RIEN QUE NOUS DEUX ? Dominique lança un regard alarmé autour d’elle. Il y avait au moins des centaines de personnes autour d’elle.
Elle sauta un arrière, lâcha la main de Max.
Ils étaient tous confinés ici. Confinés… les uns contres les autres.
Elle lança un regard apeuré autour d’elle. Un regard apeuré qui se transforma en regard farouche lorsqu’elle vit que quelqu’un l’approchait. Ses yeux d’une pâleur extrême, les flammes de ses cheveux dansant de plus en plus fort, elle fit un nouveau bond en arrière.
Ne pas la toucher. Qu’on ne la touche pas.
De l’eau, qui allait arriver ici. Elle n’aurait pas du venir. Elle le savait mais elle n’avait jamais pensé qu’elle serait confrontée à ça. Sa peur du contact et sa peur de l’enfermement. Très liées. Non, elle n’a pas peur de l’eau, pas proprement dit. Sauf que l’eau, ça l’angoisse. Quand elle se retrouve dans un liquide, elle se sent emprisonnée. Elle n’a plus la même liberté de mouvement que dans l’air.
Et puis, il y allait surement avoir un mouvement de foule.
Dominique serra ses deux mains contre se poitrine, comme pour se protéger. Recula de quelques pas, comme perdue. Lançant des regard farouche dans tous les sens.
Maxime ?
Ne me touchez pas…
Veut pas qu’on la touche…

✄-------------------------------------------------------------------

She's a wild child, she's on fire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »



Don&#39;t mess with me; the devil inside will kill you

Messages : 413

Points : 0
Avatar : Alex Evans
Crédits : TP

Age RPG : 15 ans
Sang : Sang-Pur
Camp : Basilic

Truc en plus : Demi-Vélane
Doubles-Comptes : Andras Singh & Nicholas Covenant



MessageSujet: Re: Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.   Dim 23 Oct - 7:34

Depuis que Mika s'était rendu compte de ses sentiments pour Jae, sa vue avait étrangement baissée ; il semblait que dés que l'asiatique se trouvait dans la même pièce que lui, ses yeux s'étrécissaient pour former un tunnel dont l'unique sortie était son petit ami. Tout était fade, sans couleurs et sans attrait auprès de lui, et on aurait pu l'attaquer dans le dos sans qu'il ne s'en rende compte, absorbé qu'il était toujours par cette faim de lui qui le prenait parfois, et l’empêchait de se lasser de la vision de son corps, de son visage si expressif. De sa petite moue butée et de ses yeux noirs qui faisaient battre son cœur toujours trop fort.
Mais, quand il était auprès de lui, c'était également comme si on lui lançait soudain un sort oculaire, et il était parfaitement alors conscient de tous les regards, mouvements, qui se passaient dans leur environ. Le veela en lui était protecteur plus que de raison et prenait au sérieux sa mission de protéger, envers et contre tout, son compagnon. Son... éternel. Les mots de sa langue ne suffisaient pas à traduire intelligemment la relation qu'il avait avec lui. Plus que de l'amour, plus qu'un couple. Pas de mariage, non, mais... un lien. Ce n'était pas juste son petit ami, c'était le seul homme de sa vie, ça il le savait maintenant. Ce n'était pas juste la personne avec qui il voulait vivre pour le restant de ses jours, c'était celle qui lui donnait envie de vivre, c'était celle qui lui faisait espérer un futur à deux. His mate. His bonded.
Entouré par ses bras puissants, l'embrassant sans se soucier du monde, le jeune homme devait faire avec une envie de posséder qui devenait de plus en plus forte toutes les semaines. De clamer son appartenance à Jae, de le marquer, de l'aimer... et son baiser risquait de lui faire perdre le contrôle, aussi s'arracha-t-il dans un sursaut d'intelligence de ses lèvres pour ne pas succomber à des tentations qu'il regretterait ensuite. Pas quand il avait une.... mission. L'angoisse le reprit d'ailleurs à la gorge, ça et la peur de ce que penserait Jae de lui si jamais il savait ce qu'il devait faire. Ce qu'il voulait faire, même. C'était un point qu'ils évitaient soigneusement, que Mika n'abordait jamais, et il avait la trouille que son coréen ne s'en aille dégouté en voyant la voie qu'il choisissait.
Mais pour l'instant, Jae semblait plus troublé par le bruit des conversations que par celui de leurs allégeances qui finiraient par clasher. Un petit sourire passa sur ses lèvres, comprenant parfaitement le problème de son petit ami. Lors de ses premières années, il n'avait jamais réussi à aligner en anglais les mots qu'il fallait, toujours noyé dans la masse de phrases dont il ne comprenait pas le sens, et l'impression d'être perdu dans un labyrinthe sans espoir de sortie.
« Hm, je comprends. C'est vrai que c'est bruyant, ce soir. Et, oui, Lee comprendra un jour. Elle est bornée, parfois. »
Tout le temps, même.

Calant sa tête contre son torse, frissonnant doucement sous les caresses un peu plus osées du coréen, il faisait de son mieux pour ne pas rougir furieusement, se promettant une nouvelle fois de se venger de Roxanne dés qu'ils seraient rentrés, mais se sentant également étrangement... impatient ? Pas tout à fait. Une sorte d’anxiété et d'appréhension, mais cette curiosité et ce besoin.... Mais il ne devait pas se laisser aller à penser à ce genre de choses ici. Et puis, il avait 15 ans, alors les rougissements de pucelle, non non non ! Se reprenant donc, il préféra répondre de manière détournée à la proposition de Jae, n'ayant pas l'habitude des... avances directes. Se plonger la tête dans le sable et attendre, voilà une chose qu'il savait faire.
« Ca porte malheur, hm ? Bon bah, on va devoir y faire... honneur ? »

S'il pouvait les perdre avant, ce serait bien. Et oui, il reculait le moment, mais c'était l'inconnu, et l'abandon. S'il perdait complètement le contrôle de son corps.. ; que se passerait-il ? Sa plus grande hantise était de murmurer un nom autre que celui de Jae, ou de faire une bêtise sans s'en rendre compte, sans le vouloir, et même si c'était très idiot, il avait peur.

Les éclats de voix le tirèrent de son mutisme, lui qui était bien content de rester contre son petit ami, et il regarda avec des yeux ronds Roxy et Lee frapper Nika en étant peu discrètes sur le sujet. Alors que Jae lui proposait d'aller voir, le libérant de ses bras, il fit l'inverse, retournant se réfugier dans ses bras. Il ne voulait pas y croire. Et y aller ne changerait rien, alors ce n'était pas la peine de rajouter au drama qui était en train de se jouer devant eux. Nika avait fait un choix, Lee l'en avait empêché... tant mieux, mais vu la tête que le pirate faisait depuis le début de la soirée, le russe n'était pas sur qu'il soit repentant de son acte. Et il le comprenait. Même si ça, il ne le dirait à personne.

« Non, s'il te plait. C'est son problème. Et je pense qu'on devrait les laisser tranquille lui et Lucy, ca va chauffer... »

S'il voulait se foutre en l'air, ce n'était pas Mika qui l'en empêcherait, tout comme Nicholas avait toujours respecté les choix que lui avait fait. C'était comme ça. Quoique, si Mika avait tenté de se tuer, sans doute que le Covenant se serait interposé. Ou pas. Il ne saurait jamais, sans doute. Cherchant à divertir l'attention de Jae – et la sienne par la même occasion – il quémanda un autre baiser, pour se voir interrompre soudain par de nouveaux chuchotements fébriles. Quoi, encore ?? Plus moyen d'embrasser son amoureux tranquille, rooh !
Cependant, alors qu'il relevait un regard furieux vers les sorciers les entourant, il remarqua que Saint Potter père était sur une estrade et prenait la parole. Shit. Ses mains se crispèrent dans le dos de Jae et il écouta le chef des Aurors les avertir de leur prochaine noyade générale, et l'adolescent dut résister à la tentation de se retourner vers les autres basilics pour savoir ce qui allait se passer. Qui avait trahi ? Et puis c'était quoi ce plan foireux de tous les tuer, ils devaient pas se charger de certaines personnes ?? Ne comprenant plus rien, il hésita à aller voir sa sœur ainée pour qu'elle le rassure, mais Svetlana devait avoir bien autre chose à faire que le rassurer ; du genre voir si la mission était avortée ou non. Il ne fallait de toute façon pas paniquer. Ils étaient des sorciers, ils avaient leurs baguettes, un bouclier de protection ferait l'affaire.. s'ils avaient le temps. Et s'il avait le droit de sauver des gens, ce qui n'était pas dit. Par Merlin, ca allait mal finir tout ça.
Au final, il resta donc collé contre Jae, une expression de malaise sur le visage, cherchant en lui du courage.
« Dis... tu sais nager? »
Mika, non.

✄-------------------------------------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« You have ten fingers ? Oh, me too ! Let's be friends ! »



...

Messages : 420

Points : 3
Avatar : William Moseley
Crédits : Stainless Night

Age RPG : 16 ans
Sang : Mêlé
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : ~ Fiche de présentation
~ Un lien?



Doubles-Comptes : Ted Lupin ~ Eliott H. Hudson ~ Scorpius H. Malefoy



MessageSujet: Re: Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.   Dim 23 Oct - 9:16

Le moment était parfait. Pourtant, l’environnement n’était pas spécialement romantique mais plutôt, au contraire, carrément froid. Mais Maxime n’en avait pas grand-chose à faire, il était avec Domi, c’était tout ce qui comptait. Elle et lui. Oui, on sait maintenant tous que Max est romantique à souhait xD. En plus elle avait l’air dans le même délire que lui et on va dire que ca le soulageait un tout petit peu. Mais vraiment très peu ! Savoir que tout ce qu’il ressentait était réciproque, cela lui ôtait un sacré poids des épaules. Domi prit sa main dans la sienne et, wouahou, elle était magnifique ! Son cœur tambourinait comme un fou dans sa cage thoracique ne demandant qu’à sortir de son antre. A ce rythme la, il va nous faire un infarctus ! Pitié que quelque chose interrompe la scène ! Heureusement la jeune fille détourna le regard et dit sur le ton de la conversation qu’elle avait perdu un de ses paris. Et bah… Ca s’appelle passer du coq à l’âne !

Maxime suivit le regard de Domi et vit Lily embrasser une Gryffondor, la même qui avait quitté l’Armée de Dumbledore lors de la dernière réunion. Il était content de voir qu’elle allait mieux puisqu’elle avait le cœur à se trouver une copine. Le Poufsouffle esquissa un sourire amusé et continua de les fixer quelques instants.

« Désolé pour tes galions mais j’essaierai d’arranger le coup avec Hugo ! Je vais tenter de passer un accord avec lui pour ne pas qu’il se foute de ta gueule ! Bon je sais pas contre quoi il va accepter par contre. On ne sait jamais avec lui! »

Il ne faut pas oublier qu’Hugo c’était LE meilleur ami de Maxime et qu’ils s’entendaient comme larrons en foire ! D’ailleurs c’était étonnant qu’il n’ait pas encore lancé de pari sur Max et Domi. Il y avait anguille sous roche. Je dirais même plus, baleine sous gravillon ! Il fut sur le point de faire la remarque à la Serpentard lorsqu’une voix les interrompit. Dommage, ca aurait fait un bon gros sous-entendu ! Enfin l’heure n’était plus à la rigolade. Plus du tout d’ailleurs. Harry Potter en personne était en train de les informer qu’ils allaient probablement tous mourir noyés. Domi le lâcha d’un coup d’un seul et fit un bond en arrière. L’annonce l’avait drôlement refroidi mais voir son amie en train de se décomposer seconde après seconde le refroidi encore plus. Elle se recula de plus en plus, s’entourant de ses bras dans un geste désespéré pour se protéger. Ok, première mission, essayer de calmer Domi et ensuite essayer de la sauver, même si c’était au péril de sa vie.

Max avança d’un pas mais elle fit un nouveau bond en arrière. Le jeune homme regarda autour de lui et vit que quelqu’un avançait vers eux. Si c’était ca qui l’inquiétait… Il se mit sur son chemin et l’inconnu changea sa direction. Il avança de nouveau vers Domi et s’arrêta à une distance respectable d’elle. Il ne s’agissait pas de l’effrayer encore plus.

« Domi ?! »

Que dire après ? Ne t’inquiète pas ? Faux. Je te promets qu’on ne va pas mourir ? Encore faux. Tout cela il n’en savait rien. Par contre il était sur d’une chose et c’était cela qu’il pouvait dire. Il ne savait pas si ca allait la calmer ni rien, mais il ne perdait rien à essayer.

« Ecoute, on va essayer de se sortir de ce mauvais pas ok ? Je te promets que je vais te protéger et que je ne te laisserai jamais d’accord ? Je te promets que je ne laisserai pas tomber… Jamais... »

C’était la seule chose qu’il pouvait lui promettre, la seule chose qu’il pouvait lui dire. Lui-même était un peu paniqué, mais pour Domi il ne montrerait rien. Il ne voulait pas mourir ce soir, et encore moins noyé mais il s’était déjà sorti de mauvais pas, pourquoi pas cette fois ci ? Et s’il mourait ? Si l’eau leur tombait à la figure d’un seul coup ? MAINTENANT ?! Il mourait sans avoir dis ses sentiments à Domi. Pourtant s’il les disait, ca faisait vraiment ‘je te dis mes sentiments parce qu’on va TOUS MOURIR !!’. Non il se contiendrait. Pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« The world is a mess and I just need to rule it. »



Messages : 10

Points : 0
Avatar : John Simm.
Crédits : White Rabbit.

Age RPG : 42 ans.
Sang : Mêlé.
Camp : Mangemort

Doubles-Comptes : Compte PNJ, fréquemment utilisé par Champi.



MessageSujet: Re: Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.   Dim 23 Oct - 14:07

Les élèves papotaient, les adultes surveillaient. Une âme simple n’aurait vu que ça. Le chef des Aurors voyait bien plus, il voyait les regards en coin que les élèves s’échangeaient, nombre d’entre eux sachant en effet qu’ils risquaient leur peau. Et ils étaient là quand même, pour protéger les gens, ou pour les tuer. Mais les tuer comment ? En entrant dans la salle et en jetant des coups d’œil d’experts, Harry avait pu se rendre compte qu’un sortilège très subtil avait été mis en place, empêchant les gens présents dans la salle d’utiliser des sortilèges comme le Têtembulle ou la métamorphose partielle, ou d’autres. Appuyé contre un mur, il regardait la foule de son regard perçant, se demandant avec un sourire narquois d’où le danger frapperait en premier. Les élèves ? Trop prévisible. Les adultes ? Tout le monde les surveillait, ce serait trop bête de leur part. De l’extérieur, raison pour laquelle il avait envoyé ses deux fils patrouiller et repérer les lieux, Il rageait de les envoyer au-devant du danger, mais quand on est Auror, on apprend l’abnégation. Il aurait pu envoyer n’importe qui d’autre, bah non, c’est eux. Surveillant la salle donc, tout en buvant tranquillement du champagne, il manqua de tout recracher dans son verre en voyant Lily qui attrapait Alexia pour l’embrasser. Ah bah enfin, surtout que tout le monde avait fait des paris dessus ! A voir la tête de sa nièce, elle venait de perdre le sien, et la mine réjouie d’Hugo lui montrait que lui, par contre, avait gagné. Ce détail n’échappa pas à Lily, digne fille de sa mère, et l’ombre qui passa dans ses yeux prouva à son père qu’elle comptait bien racketter son cousin pour lui apprendre à parier sur elle. Un regard vers son père mort de rire lui apprit que du côté familial il y aurait aussi du blé à récolter, et le sourire espiègle de sa fille le fit sourire. Ah, sacrée petite Potter va, elle tient bien de sa mère celle-là. Reprenant son sang-froid en souriant, il recommença son inspection, et le regard lourd de sens de Grace Waldstein ne le trompa pas. Posant son verre, il se décolla du mur pour se diriger vers elle.

« Miss Leanne – ici présente – vient de nous dire qu’on allait mourir noyés et que l’eau viendrait de l’extérieur. On fait quoi ? »
« Vous deux, vous allez voir et vous essayez d’arrêter ça. Moi, je vais rassembler les Aurors pour sécuriser les lieux le plus longtemps possible, jusqu’à ce qu’on puisse faire sauter le système anti-transplanage. »

La prof hocha la tête, attrapa Logan par la main, et ils quittèrent les lieux pendant qu’Harry se tournait vers la jeune Serdaigle, l’air préoccupé.

« Merci pour votre coopération, mademoiselle. Si on s’en sort, vous serez une héroïne, j’y veillerai. »

Des mots en l’air ? Peut-être pas. Après lui avoir envoya un sourire un peu crispé, il se dirigea vers un groupe d’Aurors pour leur faire signe de venir, fit un crochet vers Derek et l’attrapa sans ménagement par la manche, se fendant d’un sourire crispé à sa nièce Meghan avant de partir avec le loup-garou, et ce sans un mot. Au travail maintenant, jeune homme, vous n’êtes pas ici pour flemmarder. Il se tourna vers les Aurors en leur demandant de rester en bas, et grimpa sur l’estrade où les musiciens, surpris, s’arrêtèrent de jouer pour le regarder. L’absence de musique reporta l’attention de tous sur l’estrade, et donc sur le chef des Aurors qui se lançait un Sonorus pour être entendu de tout le monde.

« Votre attention s’il vous plaît ! Je regrette de briser l’ambiance de cette fête si chaleureuse, mais nous rencontrons quelques … Eh bien, quelques difficultés. Pour une raison nous échappant encore, l’organisation prétendument indépendante qui a organisé cette fête a jugé bon de nous faire une farce d’Halloween qui serait pour ainsi dire mortelle. »

Accuser les mangemorts, tout en douceur, sans pour autant prononcer leur nom ou les regarder, alors ça c’est fait. Il sentait la tension des élèves monter d’un cran, les murmures angoissés fusaient de part et d’autre de la salle.

« Je vous aurai bien conseillé de transplaner en emportant avec vous tous ceux qui ne le peuvent pas, mais un sortilège d’une grande puissance empêche tout transplanage dans cette salle. De plus, j’ai le regret de vous annoncer que vous pouvez dès à présent oublier les sortilèges de Têtenbulle, la métamorphose partielle ou tout autre sortilège qui vous aurait permis de respirer sous l’eau … Des sorts en empêchent également la pratique. »

Mourir noyés. Certains venaient juste de le réaliser, et pâlissaient à vue d’œil. Dominique ou Lysander, ou encore sa propre fille, Lily, hydrophobe au possible. Il jeta un rapide coup d’œil à Alexia qui avait l’air de bien gérer la situation avec sa fille, et une fois rassuré, il reporta à nouveau son attention sur l’assistance, fronçant un peu les sourcils en voyant ses fils rentrer. Grace n’avait pas du vouloir deux apprentis Aurors dans ses pattes, Logan et sa maîtrise des sortilèges devait bien lui suffire.

« Calmez-vous, s’il vous plaît, paniquer n’a jamais sauvé personne ! Je compte sur votre bonne volonté, car maintenant que nous sommes tous coincés ici, au courant de la situation, les organisateurs de cette fête ne pourront pas sauver ceux d’entre vous qui devaient l’être, et on risque de tous mourir ! L’un de vous sait-il comment sortir de cette pièce ? Manifestez-vous, que diable ! »

Le mutisme des élèves le rendait malade. Pour ne pas se mettre à gueuler et devenir vulgaire, il préféra descendre de l’estrade pour se diriger vers ses Aurors, qu’ils soient qualifiés ou en formation, Les plus qualifiés arboraient une mine impassible, les autres … Essayaient. Mais on pouvait lire une certaine anxiété, quand même. Faisant craquer ses doigts pour lutter contre le stress et l’irritation, il se planta devant son groupe et commença à distribuer des ordres d’une voix sans appel.

« Si on enlève la porte principale par laquelle tout le monde est entrée, et par laquelle on ne peut plus sortir maintenant car elle a été condamnée, il y a six portes. Certaines sont certainement de fausses portes, il doit y en avoir une vraie, par laquelle les mangemorts et leurs élèves se seraient échappés. Chaque porte est protégée par une myriade de sortilèges aussi compliqués les uns que les autres, mais j’ai confiance en votre formation. »

Léger silence où les Aurors se contentèrent de hocher la tête.

« Je veux deux groupes. Le premier s’occupera des portes pour trouver notre sortie, le second s’occupera de passer auprès de tous les élèves – et je dis bien TOUS les élèves – pour les rassurer. Il y en a déjà qui sont en train de craquer. »

Petit regard pour Maxime, Dominique, qu’il connaissait déjà, Mikhaïl qu’il ne connaissait que de nom. Lily était déjà en pleurs, et Harry ferma les yeux pour ne plus voir, luttant contre l’envie d’aller la rassurer lui-même. Il ne saurait pas quoi dire, de toute manière, James ou Albus, ou même Derek, seraient plus utiles que lui.

« Allez, au travail. »

Prenant la tête du premier groupe, il se planta devant une porte au pif et sortit sa baguette pour expérimenter tous les sortilèges qu’il connaissait dessus, épaulé de deux Aurors.

[ FACE AU PEU DE REPONSES, ET SUITE A LA NON-REPONSE D'EMMIE, LE TOUR EST PROLONGE PENDANT UNE SEMAINE. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité







MessageSujet: Re: Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.   Lun 24 Oct - 4:24

Derek eut un sourire. Les paroles de sa bien aimée le rassuraient un peu. Un tout petit peu. En effet, il n'avait pas spécialement le coeur à être joyeux. Il savait bien, par Harry, qu'il se passerait quelque chose ce soir. Et il n'avait pas spécialement prévu que Meghan y laisse la vie. Elle-même parlait d'une soirée paisible sans attaques bidons. Mais franchement, il n'y croyait pas. Ce n'était pas possible. Ceux qui avaient organisé cette soirée n'étaient pas des amis des phénix. Ils n'avaient aucunement l'intention d'inviter tout le monde dans le but de faire une bisounours-party. Et c'était cela qui l'inquiétait le plus. Il ne voulait pas qu'il arrive quoique ce soit à tous ces petits jeunes. C'était sûrement pour cela qu'il était devenu Auror d'ailleurs. Pour protéger les gens. Mais beaucoup d'entre eux avaient encore tellement de choses à vivre que c'en était presque écoeurant de s'imaginer qu'on pouvait vouloir leur ôter cette chance. Et soudainement, la raison de sa présence dans l'Ordre se fit sentir. Il voulait ôter la vie au Lord et à ses sbires pour une simple et bonne raison : permettre à tous ces gens d'avoir encore des moments heureux, et de savourer la vie avant de la rendre. Personne ne devait mourir ce soir. Personne. Ils n'en avaient pas le droit. Et Derek y veillerait. Quitte à donner la sienne. De manière très stupide, il se prit à penser qu'il n'aurait aucun scrupule à se noyer pour permettre de sauver des dizaines d'autres vies. Il en était parfaitement conscient. Tous les dangers qu'il prenait, il les connaissait. Il espérait que Meg en avait également connaissance. Et qu'elle le comprenait. Elle lui dit qu'elle l'aimait. Il sourit. Il serra sa main. Attrapa un verre. Renifla son contenu. Jus de citrouille. Il sourit, et en avala le contenu. Mieux valait qu'il soit en forme et pas trop en état de viande saoule vu que ce qui se préparait. Et puis, tout démarra au quart de tour. Non, je n'entends pas par là que les gens venaient de se taper dessus. Ca, c'était leur problème. Il ne voulait pas que tout ça l'atteigne. Il voulait profiter de Meghan. Non, ce qui démarra, ce fut Harry qui monta sur une estrade pour s'adresser à l'assemblée. Derek serra un peu plus la main de sa dulcinée. Il avait peur de lui faire mal. Tellement peur. Pourtant, cette peur était largement amoindrie par la terreur de la perdre qui lui prenait les tripes. Les hurlements des élèves qui réalisaient soudain le danger de mort qui les guettait n'atteignait pas le jeune homme. Il tourna son visage vers Meghan. Elle survivrait. Parce qu'il serait mort un nombre incalculable de fois pour elle. Et il se prit à avoir une pensée stupide. Il aurait aimé qu'elle attende un enfant de lui. Parce qu'un enfant, ça ne s'en va pas. Et que lui risquait très probablement de mourir ce soir. Sans que ça ne l'effraie tout particulièrement. Mais voilà, il aurait voulu que la jeune femme ait un souvenir indélébile de lui. Même si penser à un bébé était la chose la plus stupide au monde, en ce simple instant. Il serra brusquement la jeune femme dans ses bras, sans lui laisser le temps de dire quoique ce soit. Il fourra sa tête dans son cou, tendre.

« Il faut que j'y aille, le devoir m'appelle. Je reviens vite, ne t'inquiète pas. »

Se reculant très légèrement, il posa sa main sur sa nuque, l'attirant à lui pour l'embrasser avec passion. Il ferma les yeux. Et savoura de la manière la plus intense qu'il soit ce simple baiser. Il ne savait pas s'il reviendrait vivant de toute cette mascarade. Mais une chose était sûre, il l'aimait. Il l'aimait plus que tout, et jamais cet amour ne pourrait cesser. Se décollant doucement d'elle, il lui caressa la joue avec un petit sourire.

« Je t'aime, mon amour. Ne l'oublie jamais, d'accord ? »

Ca ressemblait à des adieux. Oui. Il lui faisait peut-être ses adieux. Il ferait certes tout pour revenir, et pour la protéger, mais il ne savait pas ce que cette soirée lui réservait. Posant un dernier baiser sur son front, il effleura ses lèvres avant de la lâcher totalement et de s'éloigner en direction de Mr Potter, et le groupe des Aurors. Il écouta attentivement ce que l'homme avait à dire, et acquiesça. Il ne savait pas de quel groupe prendre le parti. Mais il se décida rapidement en voyant au loin la petite Dominique Weasley paniquer. Il devait rester avec les élèves. Leur mentir, comme avait demandé Monsieur Potter. Non, il ne devait pas leur mentir. Il n'en avait pas le droit. Les rassurer, certes, mais pas leur raconter que tout va bien se passer. Ces enfants n'en étaient plus, il avaient vécu suffisamment de choses pour avoir parfaitement le droit de savoir. Connaître le danger. Ils devaient savoir comment survivre, non pas comment se faire de faux espoirs.

Tournant les talons en même temps que plusieurs autres Aurors, Derek retourna se fondre dans la foule des élèves. Il se dirigea directement vers la petite Dominique. Il voyait bien qu'elle allait mal. Très mal. Il joua des coudes jusqu'à se frayer un passage jusqu'à elle. Elle avait l'air en totale panique. Avant de parvenir à la petite Weasley, il croisa Lucy, qui semblait avoir quelques ennuis. Il la serra brièvement contre lui, l'attrapant ensuite par les épaules.

« Ecoute Lucy, il faut que vous gardiez votre calme. Dis-le aux autres, fais passer le message. Si vous paniquez, il va sans aucun doute y avoir un mouvement de foule, et cela fera bien plus de dégâts qu'il ne pourrait y en avoir. Ne lâche surtout pas tes amis, reste avec Nicholas et Lou. Ne vous quittez sous aucun prétexte. Et surtout ne vous laissez pas entraîner par la foule, essayez de garder un maximum votre sang froid. Je vous fais confiance, d'accord ? Je sais que c'est beaucoup plus facile à dire qu'à faire, mais on va réussir à sortir, les Aurors sont en train de frayer un passage pour qu'on puisse s'échapper. Il faut juste que vous gardiez un minimum votre calme. »

Il déposa un léger baiser sur son front, la lâchant après ces quelques recommandations. Il croisa Nicholas, lui fit un signe de tête poli.

« Veille sur les filles, ne les perds surtout pas de vue. »

Après quoi il tourna les talons, essayant de croiser un maximum de gens pour leur donner des conseils. Il rassura deux élèves de Poufsouffle qui étaient en train de totalement paniquer et d'essayer de partir en courant. Il leur donna des conseils différents de ceux de Lucy. Ces gamines devaient simplement ne pas paniquer, et se remettre à des adultes pour qu'ils assurent leur sécurité. Elles n'étaient pas capable de lutter contre la peur, elles étaient trop jeunes, mais elles devaient au moins trouver protection auprès de quelqu'un. Derek s'éloigna ensuite d'elles. Il avait perdu la petite Dominique des yeux. Il croisa Meghan, par le plus grand des hasards. Il lui attrapa la main, et l'entraina vers Lily et Alexia qui venaient de s'échanger un baiser passionné. Peut-être le dernier. Mais il ne leur souhaitait pas.

« Meghan, je veux que tu restes avec Lily et Xia. »

Il lui caressa les cheveux avec amour, plantant son regard dans le sien. Il savait très bien que ce qu'il lui demandait était abominable. Mais que pouvait-il faire d'autre, hein ? Dès que les ennuis commenceraient il reviendrait vers elle, mais pour le moment il devait s'occuper aussi des autres.

« Alexia, je te charge de veiller sur Lily. »

Ce n'était pas un ordre. Juste une mission logique. Le jeune homme se tourna vers la petite Potter, qui pleurait.

« Hey, p'tite louve. Te laisse pas faire. Meg et Xia sont là pour toi, tu le sais, hmm ? Et moi aussi. J'reviendrais, promis, Poney compte pas te laisser. J'te jure que si t'essayes de crever c'est moi qui te fait la peau. »

Il lui ébouriffa les cheveux avec un pâle sourire. Il savait bien qu'elle était hydrophobe. D'où ses conseils affreusement pourris, et ses petites remarques à deux balles. Il ne savait pas quoi lui dire. Mais il savait qu'il n'aurait pas supporté qu'il lui arrive quoi que ce soit. Il ne pouvait pas lui demander de veiller sur Meg, mais tout le coeur y était. Il savait bien qu'elle l'aurait protégée si elle n'avait pas eu si peur de l'eau. Comme un gros nounours, le jeune homme la prit soudainement dans ses bras, avant de lui déposer un gros baiser sur le front.

« Ca va aller petite Lily. N'oublies pas que t'es une Harpie. »

Il embrassa brièvement Meghan, une dernière fois, lui souriant d'un air qui se voulait rassurant.

« Je veux que tu veilles sur Lily avec Xia. Ne les perds pas une seule seconde. Je t'en supplie, fais ce que je te dis. Je reviens vite ne t'en fais pas. »

Après quoi il les laissa toutes les trois, retournant en quête de l'autre membre de la samala Weasley/Potter qui semblait tétanisée. Dominique. Lorsqu'enfin il la vit, Maxime était avec lui. Il s'approcha des deux jeunes gens. Il voulait toucher la jeune fille pour la rassurer, mais ce simple éclair de terreur phobique dans ses yeux l'en dissuada. Il voyait bien qu'elle l'aurait rabroué. Même le Poufsouffle n'osait pas l'approcher. Le loup-garou déglutit doucement.

« Maxime, je suppose que je n'ai pas besoin de te le dire, mais je veux que tu veilles sur Dominique. Hugo, veille sur eux, je te fais confiance. Ne vous lâchez pas d'une semelle les uns les autres. »

Il se tourna vers Dominique. Il ne voulait pas la toucher. Pas non plus l'approcher. Il aurait tant aimer rester avec elle. Il savait bien qu'elle avait perdu sa meilleure amie par sa faute. Mais il n'y pouvait rien. C'était plus fort que lui, il avait envie de la protéger, cette petite puce. Il déglutit péniblement.

« Dominique écoute-moi. Ecoute-moi... Les Aurors cherchent une sortie, tout sera bientôt terminé. Laisse Maxime t'approcher, il te protégera... »

... Puisque moi tu ne me laisseras pas. C'était parfaitement compréhensible. Mais il savait que si l'eau se déclarait à ce moment précis, il sauterait sur la petite Weasley pour la mettre hors d'atteinte. L'hydrophobie. Une chose particulièrement affreuse, surtout en cet instant. Il le savait pour bien connaître Lily. Mais Lily, elle, avait Xia et Meg. Et elle était forte, même si la peur lui tétanisait les membres. Domi, elle, était forte aussi, il n'en doutait pas, mais elle était visiblement plus fragile. Et quitte à se prendre des tas de coups, il la maintiendrait en l'air le plus longtemps possible. Et il la sortirait d'ici à force de coups, en entrainant Meghan et tous les autres également. S'il le pouvait. Derek n'était pas un super héros. Il n'était même pas un héros. C'était un loup garou. Un rejeté par tous. Mais en cet instant, ça n'avait aucune importance. Il voulait juste sauver tous ces jeunes. Qui méritaient de vivre. Et s'il donnait sa vie pour eux, ce serait pour une juste cause. Tant qu'ils vivaient, cela valait toutes les causes du monde...
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »



Love ya for ever, Max ♥

Messages : 104

Points : 0
Avatar : Anna Bella Thorne
Crédits : Highs, Deviant Art & Tinker Bell

Age RPG : 15 ans
Sang : Mêlé (Sorcier/Vélane)
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : Ca te regarde, pauv' nouille ?

Truc en plus : Demi-Vélane
Doubles-Comptes : Thomas River & Hugo H. Weasley



MessageSujet: Re: Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.   Lun 24 Oct - 7:52

Tout semblait pourtant bien partit. Elle avait Maxime à ses côtés. Mais évidemment, cela dégénéra rapidement. Dominique n’aurait pas du être surprise, le fait qu’il y allait avoir des dégâts, ça elle le savait depuis le début. Et pourtant, rien qu’à la pensée de se retrouver coincée dans un endroit d’où il était impossible de sortir la mettait au bord de l’évanouissement. S’isolant le plus possible dans cet endroit bourré au possible, Dominique jeta des regards affolés autour d’elle. Que quelqu’un trouve une sortie. Pitié.
Un inconnu approchait. Maxime l’arrêta. Max… Domi avait envie de courir se blottir dans ses bras, de tout oublier. Mais la simple idée de la sensation du touché lui donnait la nausée. Alors elle détourna la tête. Elle ne voulait pas le voir. Ne pas voir qu’il la regardait avec inquiétude. Elle avait tellement honte de l’inquiéter. Et pourtant, elle n’y pouvait rien. Ca devait être symptomatique chez les Weasley/Potter, ce genre de peur. En tout cas, Lily aussi était une phobique. Hydrophobique. Domi chercha sa cousine du regard, elle devait tellement flipper. Mais ses yeux ne trouvèrent pas sa cousine, ils trouvèrent d’autres yeux. Des yeux magnifiques.
Max.
Il dit son nom. « Domi .» Ce simple mot prononcé par cette voix… Dominique sentit une larme couler sur sa joue. Elle recula d’un pas, serrant un peu plus ses bras contre son torse. Non. Non, elle a trop peur. Peur de toucher quelqu’un. Peur de toucher Maxime. Une deuxième larme coula sur sa joue. Malgré le fait qu’elle se rappelait de la sensation de sa main dans sa main, elle n’y arrivait pas. Sans se soucier de voir son regard fuyant, Max se mit à lui parler doucement. Lui promit de rester à ses côtés, de ne jamais la laisser tomber. Les yeux brulants, elle faillit lui dire que tout ça, elle le savait déjà. Sauf que sa voix resta bloquée dans sa gorge. Elle savait que sa peur était irraisonnée mais, logiquement donc, elle n’arrivait pas à se raisonner. Elle espérait qu’il comprenait. Il avait l’air.
Elle acquiesça doucement à sa promesse. C’était atroce. Atroce de venir ici avec la détermination de se battre et de voir qu’on était impuissante. Domi se mordit les lèvres de rages, une nouvelle larme traça un chemin humide sur sa joue. C’était atroce et insurmontable. La foule l’avait toujours bloquée. C’était la foule qui l’avait empêché de courir tout de suite au secours de Piou. C’était la foule qui la paralysait aujourd’hui, l’empêchant de faire son devoir de membre de l’AD.
Fais chier.

Alors qu’elle était repartie dans son délire phobique, Domi entendit une voix à quelques centimètres d’elle. Elle fit un bon en arrière, une nouvelle fois, prête à mordre, griffer, taper. C’était Derek qui s’adressait à Maxime. Il lui disait de la protéger. Il parla d’Hugo qui devait veiller sur eux. Nan. Elle n’avait pas envie d’être dépendante. Et il fallait se rendre à l’évidence, elle l’était. Lorsque Derek faillit la toucher, elle lui lança un regard épouvanté et il se retint de justesse. Merci. Elle n’aurait pas voulu taper un si gentil garçon. Il lui dit qu’on cherchait une porte de sortie. Bawi, j’espère bien é__è Dominique hocha doucement de la tête, retenant son agressivité inutile. Derek était si doux, si sympa. Il avait été là, à l’incendie. Sa gorge se noua à nouveau, le visage de Piou dansa devant ses yeux et Domi faillit tomber à la renverse. Faillit. Mais elle se retint. Si elle était si faible, si inutile à la cause de l’Ordre, qu’elle ne soit au moins pas un poids trop lourd. Cette compassion dans les yeux de Derek lui donnait envie de le taper pour voir s’il compatirait encore après. Elle ne voulait pas de la compassion, elle voulait de l’air. L’air libre. Mais ça, c’était trop demander. Alors, juste pas de compassion s’il vous plait. Ca c’est trop pour la fierté de Domi.
Derek lui demanda ensuite de se laisser approcher par Max. Parce qu’il la protégerait. Il ne comprenait pas. Ca n’avait rien à voir. Ce n’était pas une question de volonté. C’était une question de peur incontrôlable. Pourtant elle acquiesça.

    « Je…je ne sais pas si je vais y arriver. »

Elle tendit la main vers Max.

Ce n’est pas une peur qui allait lui dicter ses envies non plus, hein ? Ce n’est pas cette stupide phobie qui allait la séparer de son Maxichou. Pas maintenant alors qu’elle avait l’impression que son meilleur ami se transformait en … en quoi, en fait ? Quoique ce soit , ce sentiment, il devait être bien plus fort que la peur.

Lorsqu’elle touche la main de Max, Dominique faillit la retirer. Elle se retint. Un long frisson lui parcouru la colonne vertébrale.

Elle resserra la prise sur la main de Maxime. Maintenant qu’elle le tenait, elle avait peur de le perdre. Et si on la forçait à le lâcher ? Tout le reste de la foule continuait à se mouver de façon imprévisible. Quelqu’un la frôla. Dominique poussa un petit cri, s’éloigna précipitamment de la personne. Se rapprocha de Max. Lui lança un regard emplis de peur.
Sauta dans ses bras. Une fois callée dans les bras de Maxime, Domi se mit à pleurer réellement.

    « Pourquoi suis je incapable de protéger ceux que j’aime ? »


Question existentielle, s’il en est.
Dominique pensa que s’il fallait mourir dans ces bras, ce serait sans doute une belle mort.

✄-------------------------------------------------------------------

She's a wild child, she's on fire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »





Messages : 373

Points : 0
Avatar : Eliza Dushku
Crédits : Crazy Bunny

Age RPG : 17 ans
Sang : Pur
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : Story of Aristocratie

You know you love me

Welcome to my life

Doubles-Comptes : .



MessageSujet: Re: Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.   Lun 24 Oct - 11:33

Observant le verre de jus de citrouille dans sa main, Meg ne se rendit même pas compte qu'elle pensait déjà à leur fin de soirée à Derek et elle. Tous les deux, sans personne pour les emmerder, dans leur appartement, au chaud. Tous les deux, le rêve. Depuis combien de temps ils n'avaient pas eu l'occasion de rester en solitaire ? Un bon moment déjà. Elle pourrait enfin lui réclamer des caresses dans les cheveux, ou demander à regarder Grease pour la énième fois de sa vie. Buvant une gorgée de son verre, elle sortit de ses rêveries en voyant son oncle grimper sur l'estrade et annoncer l'impensable. Une possible noyade. Hein? Attendez, on arrête tout. Comment ça, une possible noyade ? Sentant une légère douleur à sa main, elle comprit que la pression de Derek contre ses phalanges lui confirmait l'horreur. Ils allaient tous y rester, et mourir de la manière la plus atroce possible. Son regard capta celui de Derek, tandis qu'elle se forçait à ne pas paniquer comme le reste de l'assemblée. Elle ne paniquerait pas. Mais le simple fait d'imaginer Derek noyé fit naître un frisson glacial entre ses omoplates. Il devait survivre. Parce que sans lui, elle même refuserait de vivre. Elle voulut parler, dire quelque chose, n'importe quoi. Mais il la coupa de court, lui disant que le devoir l'appelait. Mais nan, pars pas comme ça! Ouvrant la bouche pour répliquer, un cri d'effroi d'un élève en panique la fit se taire, tandis que les lèvres du lycan se posaient contre les siennes. Leurs baisers avaient toujours été passionnés, mais celui-ci était différent. Plus long, presque douloureux. Comme si le jeune homme cherchait à se rappeler une dernière fois de leur baiser. Le regard qu'il lui lança, et la phrase qu'il dit lui firent l'effet d'un électrochoc. Non, ça, c'était juste impensable. Il ne pouvait pas faire ça.

-Non, attends!

Disparu dans la foule. Super. Pas de possibilité de sorts, des cris d'angoisses dans tous les sens, et une mort qui arriverait d'une minute à l'autre. Mourir noyée n'avait jamais effrayée Meg, pas plus que celle de mourir jeune. Seul enterrée vivante la faisait paniquer. Cherchant Lily du regard qui devait être en crise, elle détourna les yeux en la voyant embrasser Alexia. Débarquer durant une séance de possibles adieu, c'était pas tellement son délire. Son regard croisa un très court instant celui de Lee, quand elle sentit sa main happée par quelqu'un. Derek. Pardon? Qu'elle reste auprès de Xia et Lily ? Sa réponse fut muette, se contentant de secouer la tête négativement. réalisait-il seulement ce qu'il lui demander de faire ? Elle n'écouta que de moitié les conseils qu'il prodiguait à Lil, cette dernière étant en panique et collée contre Xia. Il la laissa à nouveau, mais enfin, elle trouva de nouveau le moyen de réagir, et bouger d'elle même son corps. Comme si elle sortait d'une torpeur invisible, elle réalisa que le choc l'avait à moitié déconnectée du monde et qu'elle n'avait plus beaucoup de temps pour essayer de prendre les choses en main. Attrapant le bras de Lily pour la faire se tourner doucement vers elle, Meg dit de la voix la plus calme qu'elle avait.

-Reste avec Xia. Je reviens dans un instant.

Son regard brun e tourna vers la blonde, tandis que Meg inspirait profondémment.

-Occupe toi d'elle. Soutiens-la du mieux que tu peux. J'essaie de revenir...

Sa gorge se noua une seconde. Si elle n'était pas morte entre temps.

-J'essaie de revenir vite.


Faisant volte face, elle courut du mieux qu'elle put entre les paniqués de la fête, trouvant Derek de dos. L'attrapant par le bras pour le faire se retourner, elle lui intima l'ordre de se taire en l'embrassant passionnément. Elle savait très bien qu'il allait lui demander de retourner auprès de Lily et Xia. Mais c'était hors de question. Elle n'irait nule part sans lui, surtout si il s'agissait de leurs derniers instants.

-Je ne retournerais pas la-bas Derek, je ne partirais pas d'ici. Pas sans toi.

Il allait répliquer, elle le savait. Reerrant un peu plus sa prise sur l'avant bras de l'Auror, elle colla son corps contre le sien, continuant.
C'était plus fort qu'elle, les morts s'échappaient de ses lèvres en continu.

-Je t'aime, et tu le sais. Alors, ne me demande pas de faire attention à ma vie si tu risque la tienne. Sans toi, ça ne sert à rien que j'essaie de m'en sortir, parce que je le refuserais. Si tu reste, je reste aussi. Et cette fois, tu n'as pas ton mot à dire.

Emotive, elle sentit ses yeux la brûler, signe habituel d'une possible larme au coin de ses yeux. Se mordant légèrement la lèvre, elle se serra légèrement contre Derek en posant sa tête dans son cou.

-Je ne peux pas m'en aller. Je ne veux pas partir. Ma vie sans toi n'est plus envisageable.

Ils n'étaient pas mariés, n'avaient jamais parlé de possibles fiançailles depuis leur ancienne dispute, mais si cela avait été le cas, elle lui aurait dit qu'elle appliquerait l'idée de l'aimer jusqu'à ce que la mort les sépare. Fixant son regard dans celui du jeune homme, elle effleura sa joue du dos de la main, obstinée. Quitte à mourir, ce serait à ses côtés. Pas dans quelques années et sans lui. Et la dessus, il n'aurait jamais son mot à dire.

-Ne fais plus jamais celui qui me dit Adieu. Jamais..

Ses lèvres effleurèrent les siennes une seconde encore. Lily était avec Xia, Dan avec Lee, Thomas avec sa soeur, et sa mère au Manoir Prewett. Elle savait que sa place se trouvait là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité







MessageSujet: Re: Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.   Mar 25 Oct - 2:03

Un froid sans pareil envahit Emmie. Voilà. C’était fait. Tout était fini. Elle avait dévoilé les plans des Basilics, enfin fait quelque chose. De toute sa vie, la jeune aiglonne avait toujours évité d’avoir à faire des choix. Les choix sont des choses pénibles. Ils nous engagent à faire des choses, et à en assumer la responsabilité et les conséquences. Jamais la jeune fille n’avait vraiment fait de choix ; le plus souvent, elle se laissait porter par le courant, restait vague dans ce qu’elle disait, était totalement et définitivement passive. Et on le lui rendait bien : qui ne tente rien n’a rien. Alors Emmie n’avait ni amis, ni ennemis, juste mépris et indifférence de la part des autres. C’est vrai, une personne faible et sans but, qui avait pour toute ambition qu’on la laisse vivre dans son petit monde, ça n’attire que le mépris des autres. Emmie n’avait jamais souhaité vivre dans la réalité. Ce monde était dur, beaucoup trop dur à son goût. Ici, on ne peut pas faire des choses en toute liberté, sans affronter ce qui en résultera. Alors que dans le monde réel, chaque décision a une conséquence. Et ça, Emmie l’avait appris à ses dépends.

En toute logique, si elle avait été aussi faible et inutile qu’on se plaisait à le dire, Emmie n’aurait pas pris cette décision. Elle n’aurait pas saboté ouvertement le plan des Basilics, de ce groupe auquel elle n’avait jamais souhaité appartenir. Mais, en fin de compte, la vie est faite uniquement de choix. A force de ne pas en faire, l’aiglonne allait seulement se faire balloter par les flots, devenir la tête de turc, et, au final, assumer le mépris et la disgrâce : choses qu’elle voulait justement éviter en ne prenant aucune décision. On ne peut pas plaire à tout le monde. En cet instant, une seule pensée traversait l’esprit d’Emmie : « S’ils doivent me détester, au moins, qu’ils aient une vraie raison de le faire ». Un sourire se dessina doucement sur son visage. Eh bien. Qui aurait cru que la petite Emmie était capable de foutre autant de merde ?

« Emmie… ? Pourquoi ? Tu n’avais pas le droit de faire ça… Mais… Mais tu vois, je n’arrive même pas à te détester. »

Emmie se tourna vers sa sœur, haussant les sourcils, surprise. Elle leva les yeux au ciel. Mary n’avait décidemment pas changé. Cette fâcheuse manie de tout rapporter à elle n’était jamais passée. L’aiglonne dévisagea son aînée de haut en bas. Lentement, la jeune fille secoua la tête avec un sourire. Prenant tout son temps, elle caressa la joue de Mary du bout des doigts, comme celle d’Aleera longtemps auparavant.

« Ma pauvre Mary. Si tu savais. Tu n’es plus le centre de mon monde ; et je viens de m’en rendre compte. Si j’ai fais ça ce soir, ça n’était en aucun cas pour attirer ton attention. Je vais assumer les conséquences de mon acte. Je sais pourquoi je l’ai fait. Mais je ne te le dirai pas, les quelques neurones dont ton cerveau est encore pourvus ont été trop endommagés par les produits de beauté pour que tu comprennes. Tu sais quoi ? Vis ta vie. Je n’ai plus envie de me soucier de toi. Tu m’es … Définitivement inutile. »

Ton léger, assuré. Sincère. Emmie tapota gentiment la joue de sa sœur avant de la laisser en plan. Elle se sentait légère. Absolument légère. Et c’était une sensation qui lui plaisait, assurément. Ce fut en voyant Maxime, à quelques pas d’où elle était, que la jeune fille reprit conscience des réalités. Elle devait lui dire ce qu’il se passait. Elle devait lui dire qu’une issue était encore ouverte, qu’ils pouvaient encore tous sauver leurs vies. D’un pas assuré, l’aiglonne s’approcha de son ancien ami. Sans un regard pour Dominique, qui était juste à côté, elle lui parla d’un air grave, sérieux. Le passé était le passé. Et Maxime était, au final, à l’opposé de ce qu’elle pensait. Bon, Dominique pouvait se le garder, Emmie n’était plus intéressée.

« Maxime. On peut encore dormir au sec dans nos lits, ce soir. Une des sorties ne fera pas trempette. Et tu sais, le danger ne viendra ni de l’intérieur … Ni de l’extérieur. De nulle part. »

Elle ne pouvait en dire plus. En espérant que le jeune homme comprenne le fond de sa pensée. Emmie le souhaitait de tout son cœur. Car s’il ne comprenait pas, elle ne pourrait pas plus l’aider, et ils finiraient tous par mourir ici, noyés. Ce serait dommage, quand même.

Enfin dommage. Pas pour tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité







MessageSujet: Re: Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.   Mer 26 Oct - 5:10

Etais-ce le fait d'être déguisé en zombie qui l'avait rendue mort depuis le début de la soirée d'Haloween? Non, Adam Neil savait parfaitement ce qu'il faisait et il était méconnaissable, en le voyant on apercevait seulement un bossu verdâtre habillé de vêtements en haillons. Potter avait été clair avec lui, il était d'accord pour qu'Adam participe à la surveillance de la soirée, mais en aucun cas il ne devait y être à visage découvert et ne parler à personne. Sa tête était encore mise à prix.

Mais il y avait autre chose... son ami Logan Cooper avait prévenu l'Ordre que cette grande fête d'Haloween n'avait qu'un seul but, réduire à néant les phénix et dispersés leurs cendres jusqu'à ce qu'ils ne puissent revivre. Les mangemorts ne savaient rien de cela, ils pensaient que leur plan était parfait. Les phénix étaient bien présent à la soirée, mais sur leur garde. C'était dans l'état dans lequel se trouvait Adam. Le jeune phénix n'avait rien fait de sa soirée, si ce n'est epié les moindres faits et gestes des prétendus mangemorts. Malgré son déguisement, beaucoup de personnes l'avaient reconnu et notamment Moïra River. Que voulez vous? Ce n'est pas en étant déguisé en zombie qu'on perd la classe Neil. La petite aiglonne qu'il avait aidé semblé être entouré d'un cercle bien particulier, une blonde tout d'abord ainsi qu'un jeune homme aux traits similaires...d'Alexander. Thomas River était donc là aussi présent. Autant dire que la soirée s'annoncait mortelle.

La mort se trouvait en cet instant dans un endroit bien particulier pour elle, puisque les catacombes de Londres accueillait le guet-apens des mangemorts. Et dans les bas fonds de la capitale anglaise, la tension commençait a gagné la foule. Dans son habit de zombie, Adam put voir Logan et Grace sortir en toute hate de la salle ainsi qu'Harry Potter grimper sur l'estrade des musiciens. De sa voix charismartique, il fit comprendre à l'assemblée que le danger rôdait, que tout cette cérémonie n'était qu'un cirque destiné à faire perdre à jamais les rires des sorciers. L'organisation "indépendante" avait tout simplement prévu de noyer tout les participants, et pour couronner le tout il n'y avait pas moyen de transplaner. La seule solution était encore d'écouter les sages paroles de Potter. Il ordonna aux Aurors de se séparer en deux groupes, un pour éviter à la foule de faire n'importe quoi, l'autre pour essayer de trouver une sortie.

Adam ne savait que faire. Sur ses gardes il se contenta de visualiser la fille Potter, Lily, qui se trouvait non loin de lui, en pleurs. Le papa Auror n'avait guère besoin de ses services, mais il ne faisait nulle doute que la situation allait passer de la peur à l'angoisse. Tout le monde était pris au piège, tout le monde paniquait, il ne suffisait que d'un étincelle pour allumer la mèche de la folie.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Tough times don't last, and tough people do. »





Messages : 142

Points : 0
Avatar : Astrid Bergès-Frisbey
Crédits : avatar : Wild Thing & signa : P'tit Lu et Tumblr.

Age RPG : 23 ans.
Sang : Née moldu
Camp : Neutre

Truc en plus : Prof d'astronomie & amnésique
Doubles-Comptes : Lucy Robinson ; Constance E. River ; Hermès N. Grimm



MessageSujet: Re: Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.   Jeu 27 Oct - 4:54

Pas de Victoire en vue. Elle était seule au milieu d'une foule qui lui semblait hostile. Ce n'était pour la plupart que des élèves déguisés, mais aucun des visages se cachant sous les masques ne semblait familier à Siri. Elle avait reconnu Grace parce qu'elle avait été assise à côté d'elle lors des repas, mais si elle ne l'avait pas croisée de la journée, cela ne fait aucun doute que la jeune professeure d'astronomie ne l'aurait pas reconnue.
Déguisée en Gorgone, elle était très loin de pétrifier les autres, c'était elle qui avait des papillons dans le ventre et se mettait en retrait. Victoire lui avait dit que ça pouvait mal tourner, elle l'avait bien mis en garde et Siri avait bien évidement promis maintes fois qu'elle ne laisserait rien arriver aux élèves. Siri et son coeur grand comme une pastèque, en théorie ça fonctionne, mais là ?

Elle était seule. Déboussolée avec l'angoisse au ventre au milieu d'un monde inconnu. Terrifiant. Elle en aurait presque le souffle coupé, la pièce semble tourner autour d'elle, son sang est figé dans ses veines, le brouhaha de la foule semble lointain mais le bruit paraît aussi fort qu'un coup de marteau. Elle essayait de se calmer en inspirant et expirant le plus profondement possible. Le discours de Mr Potter n'aida en rien la brune à se calmer.
Elle rouvrit d'un coup les yeux et regarda les élèves paniquer, les visages des élèves. Contrairement aux autres, elle ne connaissait pas grand monde, elle n'avait pas peur pour les gens qu'elle aimait. Mais pour miss Watson ça ne compte pas, chaque vus humaine à la même valeur à ses yeux, personne n'a le droit à un quelconque privilège. Les hommes sont égaux. Personne n'a le droit de mourir, d'être blesser, ou même de simplement avoir peur.
Elle vit deux demoiselles déguisées en squelettes - mais en inversé c'te classe *w* - commencer à vraiment paniquer. Doucement Siri s'accroupit pour être à leur hauteur et essayer de les rassurer, en leur parlant doucement malgré sa voix grave.

« Ne t'inquiète pas, ça va aller. Les aurors vont réussir à tout résoudre, et on rentrera tous à Poudlard. Il faut juste les laisser faire, et penser positif. Ca va aller ? »

Elle souria à la petite fille déguisée en squelette, en la regardant. Si on lui avait dit qu'elle s'appelait Kaïa, qu'elle l'avait eus en cours il ya deux jours et que la demoiselle était à poufsouffle, ça ne changerait rien. Siri se répéterait ce nom dans sa tête sans jamais le fixer. Son sourire se voulait réconfortant et confiant, mais avec des serpents à la place des cheveux, ce n'est probablement pas ce qui rassure le plus, hein. Elle se releva en laissant les demoiselles, en espérant de tout coeur qu'elles ne se mettent vraiment pas à paniquer. Il faut envoyer des ondes positives, tout va bien se passer.
Les aurors s'activaient, les élèves s'échauffaient. Un groupe de dernières années semblait cruellement sur les nerfs, mais Siri vit un auror allez les voir, et elle décida de ne pas intervenir. Pas besoin d'ajouter trois mille couches hein. Elle reporta son attention sur le reste de la salle, son regard sombre s'arrêta sur une tête qui lui disait quelque chose.

Un flash.

« Adam ? »

Siri c'était avancé vers le zombie. Adam. Elle sentie une boule d'angoisse lui monter dans la gorge, et instinctivement elle attrapa le bras de celui qui avait était comme un frère pour elle.

« Tu crois qu'on va mourir ?.. »

[hj : elle va consoler Kaia dans le rp hein, si ça va pas ce sera un pnj <3]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité







MessageSujet: Re: Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.   Ven 28 Oct - 1:32

Flora était hors-course. Et pas seulement depuis le début de l'année, tout son joli petit stratagème pour parvenir aux plus hautes marches de la sorcellerie n'était qu'un tas de ruines sur lequel elle s'enfoncait à chaque fois qu'elle essayait d'agir. La réunion des Basilics l'avait bien montré, Flora n'était plus qu'un gentil petit soldat à la solde de Moïra River et de sa bande. Les traîtes et les rénégats encore présent dans la formation de bébé mangemorts n'avaient rien à dire, si ils ouvraient leurs bouches c'était la mort qui les attendait. En étant esclave de la volonté de leurs supérieurs Flora&Cie pouvaient seulement espérer une clémence de la part de leurs chefs.

Voilà plus de deux mois que tout cela durait. La jeune Swesson n'était pas faites pour être un sbire, ou alors ca serait pour une excellente raison. Or ici la raison était simplement de rester dans la marche de ses pairs, et l'aiglonne savait pertinement qu'une fois adulte ce n'était pas elle qu'on choisirait pour des postes à haute responsabilité, bien qu'elle soit la plus intelligente et intrépide des Basilics. Pourtant Flora préférait rester dans l'ombre pour l'instant, car en dehors des Basilics il n'y avait que la solitude. C'était un compagnon fidèle mais très peu utile pour parvenir aux fins de la Serdaigle.

Peut-être que la soirée d'Haloween organisée dans les catacombes de Londres serait le moment pour se faire voir, pour montrer que Swesson était une dur à cuire. Peut-être oui... Néanmoins c'était sans grand espoir que Flora était venu à cette soirée. Drapée d'une longue robe rouge, qui laissait apercevoir son dos nue, l'aiglonne avait revêtu de fausses dents permettant de transformer pour un soir le papillon en suceur de sang. Ses yeux aussi avaient changé de couleur, ils étaient rouges, comme si ils étaient emplis de sang. Les cheveux complètement détachés, Flo' n'avait aucun objectif particulier ce soir, si ce n'était de suivre les ordres, d'en finir avec les phénix et leurs rejetons. Mais même cette idée n'amusait plus notre echiquiere en herbe. Une fois le travail terminé, elle resterait un éternel pion sur l'immense champ de bataille qui commençait à se dessiner. A quoi bon...

Flo' fit de son mieux durant la soirée pour ne pas prendre part à des discussions ou bien se laisser remarquer. Bien sûr elle était éblouissante, mais sa réputation parlait pour elle. D'un côté on la voyait comme une personne froide et manipulatrice, de l'autre on la voyait comme une vendue qui défendait la cause des loup garous. Malheureusement pour eux ils n'avaient rien compris et seules quelques rares personnes comme Meghan ou Emmie avaient cerné un morceau de la personnalité de la belle Swesson. Quand à Mina...sa grande amie perdue...la blondinette avait joué au même jeu qu'elle, un jeu que lui avait sans doute appris cette gnome de Moïra. Oh bien sûr c'était de la faute de Flo' si Mina avait été en quatrième année pris la main dans le sac par Ombrage, mais Miss O'Malley vouait désormais une haine sans nom à son ancienne amie. Comme toute la bande des River. Tous corrompus. C'était sans doute pour cela que depuis quelques semaines, on ne voyait Flora que rarement dans les couloirs de Pourdlard. Certains fantômes disaient qu'ils croisaient sa silhouette après le couvre-feu, lorsque la nuit éclaire le jardin de Poudlard. Elle était elle aussi un fantôme, de plus en plus vide à l'intérieur, ne préparant aucune vengeance, Swesson caressait juste la patience, pour savoir combien de temps elle l'accompagnerait. Néanmoins il était certain qu'une personne si ambitieuse que la Serdaigle devait exploser un jour ou l'autre. Peut-être serais-ce soir...

Ou peut-être pas. Car celle qui explosait ce soir c'était miss River. Lucy Robinson venait de tâter de la force sang purienne de Moïra. Non loin du groupe River, Flora put admirer le talent de Mina pour être espiègle. La Gryffondor n'appréciait guère la manière dont miss O'Malley la relevait. La pauvre rouge et or pour couronner le tout se prit un flot d'insultes de la part du clan River. Notre aiglonne ne réagit pas, il fut un temps où elle aurait participé à l'étalage de gros mots, mais là...elle était vide, elle suivait simplement les ordres en attendant de nouvelles possibilités pour ses rêves de conquêtes. Un "saaaaalope" rententit aussi aux oreilles de Flora. C'était la voix de Roxanne Weasley et bizarrement ce n'était pas destiné à notre belle Swesson, qui pourtant au rang des salopes méritait quelque peu un titre. Non la Weasley vantait la traîtrise d'Emmie Leanne, l'amie fidèle de Flora qui avait tenté de l'éviter toute la soirée pour faire sentir à son camp qu'elle était fidèle.

Emmie avait purement et simplement vendu le plan des Basilics à deux Auros. Flora ne l'avait pourtant pas formé aux coups de p*te mais il fallait avouer que celui si était assez gros. Intérieurement la jeune Swesson était fière de la petite Leanne, elle ne se laissait pas marcher sur ses pieds, et même les mots de sa soeur n'était pas assez fort pour la faire ciller d'un sourcil. Flora aurait voulu aller lui parler, lui dire que c'était dangereux ce qu'elle avait fait, lui dire qu'elle était là pour la protéger, mais Flora était vide. Emmie était bien la seule exception parmi le défilé des pantins d'élèves à Poudlard. Néanmoins l'exception allait semble t-il se faire buter avant que tout le monde soit noyé. Moïra avait déjà donné les ordres, on devait rester en place et attendre les ordres des meneurs. Le grand Potter venait de faire le grand déballage de la supercherie de la faites, quiconque trouvait la sortie avant tout le monde était catalogué dans la liste des salopards tandis que tout ceux qui aidaient Potter étaient plus ou moins déjà condamnés à mourir de la main d'un Mangemort. Flora ne bougea donc pas, elle préféra assister aux scènes de confusion, notamment à celle de Meghan&Derek, une scène des plus touchantes que notre Serdaigle ne put terminer de regarder. Depuis qu'elle avait annoncer publiquement que Derek était bien plus qu'un loup garou, elle préférait garder ses distances. Le papillon n'avait toujours pas finit sa nuit.

Mais la nuit touchait à sa fin...car même si Flora Swesson restait non loin du groupe des intouchables Basilics, elle ne préférait pas se mêler à eux. Elle savait qu'elle était ce pion avec une pancarte de traître, tout ce qu'elle pouvait ressentir c'était que sa baguette se situait le long de sa cheville. Il ne restait plus qu'elle pour la soutenir dans son océan d'incertitudes.

Le réveil de l'aiglonne semblait arriver. A peine le discours de Potter était il finit que Flo' aperçu un hochement de tête entre Roxanne et Moïra. La Weasley dirigeait son regard sur Emmie, un regard lourd de propos. La puncheuse de Serpentard voulait tout simplement faire taire cette petite sotte. Elle se dirigea d'un pas décidé vers la petite Serdaigle tout en jouant avec son poing. Swesson ne prit guère le temps de réfléchir. Voir cette folle défoncer la tronche de son amie de toujours lui était insupportable, encore plus insupportable que de voir pavoiser Moïra River en compagnie de Mina. Flora ne réfléchissait pas aux conséquences, tout ce qu'elle voulait c'était être elle et ne pas dépendre des autres. L'aiglonne sortit donc de sa torpeur et rejoignit en un éclair la sbire de miss River. Roxanne allait attraper le poignet de la jeune rebelle, mais Flo' fut plus rapide et plus forte. Elle se positionna devant Emmie tout en poussant avec son coude la Serpentard. Le soldat en mousse n'avait apparament pas compris qui était l'audacieuse personne qui avait tenté de l'empêcher d'entrer sur le ring. Le regard noir elle lanca des paroles acerbes à notre aiglonne.

« Swesson … C’est fou comme ça ne m’étonne pas. »

- Swesson t'emmerdes Weasley. J'ai pas besoin d'autorisation pour agir moi.

Et Flora insista bien sur le moi. Roxanne ne semblait pas impressionner par la Serdaigle, après tout elle n'impressionnait plus personne et n'était plus que l'ombre d'elle même. Mais les ombres étaient encore plus imposantes la nuit, et l'obscurité était le terrain de prédilection de Flo', un terrain où elle se sentait revivre. Le regard de braise, les insultes de la Weasley, tout ça n'y changerait rien. Flora n'était pas le genre de fille à se laisser marcher sur les pieds, elle défendait ses valeurs, à elle, que personne ne pouvait comprendre hormis des exceptions comme la petite Leanne.

« Casse-toi, poulette. Reste à ta place, si toutefois tu sais où elle est. »

- Tu te prends pour qui pour me parler comme ça conasse. C'est pas parce que ton père est un héros et que tu lèches les bottes à Moïra que tu dois plus te sentir pisser. Si vous traitiez moins Emmie comme une larbin vous ne seriez peut-être pas dans cette situation. Donc pour résumer...TU DEGAGES!

Flora aurait-elle crié de rage? Ah oui c'était le cas. Bon et bien Roxanne on ne te montre pas le chemin... quoi une riposte? Non impossible. Au pire Swesson l'attendait de pied ferme. Visiblement Roxanne avec son sourire niais et son air supérieur n'allait semble t-il pas bouger son noble popotin pour rebrousser chemin et tenir son rapport à miss River. Et oui Roxanne avait eu l'accord de son "maître", elle devait maintenant être à la hauteur, c'est à dire poutrer la face d'Emmie dans le seul et unique but de se faire plaisir. Poutrer la face? Ca consiste en quoi exactement? Ah d'accord, il faut simplement mettre son poing en opposition du visage de quelqu'un. Essayons. Dans le ventre pour le fun.

BAM!

Flora venait peut-être de briser quelques os de son poing droit mais cela n'enlevait pas le côté jouissif de la chose. Le coup porté en plein ventre semblait aider à la digestion de Roxanne. Peut-être que les paroles de Flora allait aussi mieux faire passer les digestifs de la soirée à l'ensemble des Basilics.

- PERSONNE NE TOUCHE A EMMIE!


Mode furie On.


Dernière édition par Flora C. Swesson le Ven 28 Oct - 12:23, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« You have ten fingers ? Oh, me too ! Let's be friends ! »



...

Messages : 570

Points : 2
Avatar : Zooey Deschanel.
Crédits : Obsession27.

Age RPG : 16 ans
Sang : Pur
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : - Un petit lien?
- Vivent les SMS
- Cause with me?
- Qui suis-je, au fait?

Truc en plus : Dessine carrément bien...
Doubles-Comptes : Nada.



MessageSujet: Re: Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.   Ven 28 Oct - 4:16

Lysander, son Lys, virait au bleu. Mais Lys, respiiire, respiiire ou je te fais du bouche à bouche…enfin, l’aiglon se souvint que, étant par définition un Mammifère terrestre et non un ballon de baudruche déguisé, il disposait de poumons et donc de la capacité à respirer. Plus précisément, il était obligé de respirer, car c’était là quelque chose que les divers organes composant le chevalier servant apprécieraient certainement. Bon, Lys respire, check. Et il était tout flippé, encore plus que Lily à qui on propose un verre d’eau ou le capitaine Haddock devant une bouteille du même acabit. Si flippé qu’il semblait ne plus vraiment savoir où il en était et en toute honnêteté, Lucy était bien incapable de l’éclairer sur ce point. Non, elle non plus ne savait pas vraiment pourquoi elle était venue, à cette fête morbide, où ça commençait déjà à se crêper le chignon entre demoiselles maquillées comme des voitures volées. Tout ça pour quoi ? Pour voir ce que les Mangemorts préparaient, tout ça pour le plaisir de savoir comment elle allait mourir. Ne riez pas, c’est important de savoir ça, ça permet de savoir ce qu’on va marquer sur la tombe. Enfin, en l’occurrence, ce serait plutôt fosse commune, tant mieux, elle pourrait dormir avec Lysander sans que son père soit derrière le mur à tendre l’oreille…Lucy, tu deviens macabre, stop. Halloween n’est pas la fête des morts, enfin, ne confonds pas demoiselle.

Bref, suite à ces réjouissantes pensées, Lucy s’appliqua à ne pas quitter son pauvre claustrophobe flippé et terrorisé, tout tremblant. Elle aurait bien aimé pouvoir lui affirmer que non, des pics n’allaient pas surgir de deux murs se rapprochant soudain dans une musique à la Indiana Jones, ou que non, personne n’allait fermer la porte en braillant « ce tombeau sera votre tombeau » ou bien « bande de chacals, vous pourrirez comme des chacals ». Non, elle ne pouvait pas le lui certifier, car tout était possible. Si croiser Lysander dans une pièce close et bourrée de monde, sous terre et sous l’eau, était possible, alors plus rien ne l’était pas.

Des demoiselles se pouillaient dans la joie et la bonne humeur, en l’occurrence Aleera, habillée en…Non, pas vraiment habillée, Lucy Robinson, gentille fille, et surtout Lou qui comme d’habitude avait foncé tête baissée. Comme Lysander, Lucy n’éprouvait nulle envie d’intervenir, ne serais-ce que parce que sa dernière tentative pour calmer le jeu s’était soldé par un échec cuisant et une fin de soirée quelque peu comateuse. Non, Lucy n’avait pas trop bu, mais elle avait rencontré quelqu’un. Non, elle ne trompait pas Lys non plus. Elle avait juste rencontré le poing de Mika, un poing charmant et plein de conversation, mais susceptible et sans aucun humour. Procédurier aussi, puisqu’il lui avait fait perdre son insigne de préfet. Tiens, Mika ? Lucy le chercha des yeux et constata avec un rictus railleur qu’il était sage. Ooh, ben oui, personne n’a parlé de loup-garou, mon p’tit loup…Ca pouillait de ci de là, ça se réconciliait en larmes dans une débauche de pathos et de guimauve fondante, et…Et ça se bécotait par ici, Lily ! Alexia et Lily menaient en effet une conversation très intime, dans le sens où, pour être sûres que personne n’entende, elles étaient littéralement collées. Quoi, ça s’appelle s’embrasser ? Merci du tuyau ! En tous cas, Lucy venait encore une fois de perdre une occasion de gagner des monceaux d’or, en pariant par exemple toute sa maigre fortune sur le fait que Lily allait embrasser quelqu’un. Bon, d’accord, Lily est casée, hop.

Et le papa de Lily mit soudain un pied sur l’estrade. Puis deux, puis Harry Potter en entier. Inutile de dire que l’apparition soudaine du monsieur fit son petit effet, et que l’effet ne fit que s’accentuer quand l’oncle adoré expliqua la raison de cette soudaine mise en scène. Hum. De l’eau. Noyés. Partout. Pas de panique. Brave idéaliste va. Lucy recula d’un pas, par instinct, comme si elle s’était soudain trouvée face à Mika. Les yeux emplis d’effroi avant même de tout comprendre. Noyés. Ils étaient faits comme des rats, sous des mètres de pierre et d’eau, une eau qui allait déferler sur eux, à supposer que rien ne s’éboule par-dessus le champ. Peu à peu, elle saisissait toutes les implications de la terrible information, et une boule d’angoisse lui noua le ventre. L’estomac. La gorge, et le cœur aussi. Et son esprit tournait, comme une machine devenue folle, qui répète à l’infini le même mouvement. Mourir, noyée, eau, pas d’issue. Elle se haïssait d’être si lente à réfléchir, d’être si perturbée par le stress et la peur. Une solution, une solution ! Mais rien ne venait, elle ne pouvait s’empêcher de ressasser les mots de Harry, et se révélait simplement incapable de réfléchir, tétanisée de peur.

Lysander lui parlait. Lysander, claustrophobe. Et Lily, Lily hydrophobe…Lucy la chercha du regard, et la vit aux côtés d’Alexia. La foule, silencieuse, était tétanisée de peur ou de stupeur, et la Poufsouffle décida de ne pas tenter de rejoindre sa cousine. A quoi bon, d’ailleurs ? Il n’y avait pas plus d’issue près de Lily…Lysander qui lui demandait quelque chose. De lui dire que tout irait bien, et Lucy tourna vers lui des yeux de bête traquée, lisant dans les yeux de son petit ami la même terreur que celle qui la tétanisait à moitié. Non, ça n’ira pas. Non, ça va pas aller, pas du tout, on est coincés sous terre ! Mais cela, elle ne pouvait pas le dire, et de toute manière, il était claustrophobe, il ne l’avait sûrement pas attendue pour tirer les conclusions…Lucy finit par réagir et articuler quelques mots :

« Je peux te le dire, ça va aller, mais…je n’y crois pas moi-même. De l’eau…Et comme d’habitude, personne n’a rien vu venir ! »


C’était une constatation, non un jugement. Personne n’aurait pu deviner et elle pas davantage…Lucy secoua légèrement la tête, tenaillée par le désir irrationnel de fuir. Fuir le danger, fuir l’eau dont elle ne savait rien, pas même l’endroit d’où elle déboulerait. Son esprit, sa riche imagination, nourrie de photos, de films, lui passait et repassait un scénario étrange. De l’eau, de l’eau partout, les immenses vagues, et les lames fauchant leurs jambes, tous autant qu’ils étaient, les précipitant contre les murs, contre les rocs, balayés comme des fétus de paille…elle était allée à la mer, une année. Et jamais n’avait oublié la puissance d’une vague qui vient vous saisir au niveau des mollets. D’autres images s’y mêlaient, celle de ce rêve où une immense vague la plaquait contre un mur, dans une pièce sordide, celle de la chute de rocs dans l’eau…Lucy secoua la tête. Ne pas y penser, ne pas y penser, de peur de paniquer. L’assemblée s’était figée dans un même souffle, dans l’attente d’un son. La première personne à céder à cette tension qui augmentait, régulièrement, la première à gémir ou crier ferait d’un seul coup céder les nerfs de tout un chacun, et ce serait la terreur collective, la panique, et surtout, les terribles dangers d’une bousculade. Avec pour les Mangemorts la possibilité de fuir, par-dessus le marché.
Lucy avait attrapé le bras de Lysander et s’en rendant compte, desserra légèrement sa prise, sans soulever sa main. Elle avait peur, et elle voulait sentir qu’elle n’était pas seule. Pas seule devant la terrible perspective et l’aveu tout aussi horrifiant de son impuissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wildhorses.fr-bb.com

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »





Messages : 146

Points : 1
Avatar : Billie Piper *w*
Crédits : Mika <3

Age RPG : 17 ans.
Sang : Puuuuuur \O/
Camp : Basilic

Doubles-Comptes : Lily L. Potter ; Moïra V. River ; Svetlana K. Bielova ; Grace C. Waldstein ; Aramis Y. Caldwell.



MessageSujet: Re: Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.   Ven 28 Oct - 13:17

Ah, Flora, mignonne petite chose. Roxanne s’était énervée en se rendant compte que quelqu’un l’empêchait d’aller coller une trempe à Emmie Leanne, et maintenant qu’elle se rendait compte que c’était Flora Swesson, elle était presque contente. Presque, parce qu’elle voyait tout espoir de calmer Emmie se volatiliser, maintenant que celle-ci venait de se diriger vers Duncan pour balancer d’un ton monocorde la suite du programme, comme si elle lui proposait des scones et un thé glacé. Mais contente, parce qu’elle avait besoin de coller quelqu’un, et qu’elle n’aimait pas Flora le moins du monde. La Serdaigle se la jouait grande manipulatrice que personne ne capte, mais à force de faire la mythomane, elle avait laissé passer toutes les occasions de s’élever et de devenir quelqu’un en côtoyant les bonnes personnes, et maintenant tout le monde la détestait et la considérait comme la dernière des poires. Celle qui rêve du haut de l’arbre quand elle est tombée au sol. Roxanne se montra acide et sournoise, ignorant éperdument la bataille qui faisait rage non loin d’elle entre Robinson et les River. Moïra était assez grande gueule pour se défendre, Thomas ne laisserait aucune pétasse toucher sa famille, et Constance était aussi acide que le reste de sa famille. Quant à Mina, bah, elle avait choisi sa loyauté quoi, et elle avait fait le on choix, contrairement à l’abrutie qui lui faisait face et qui répondait à sa pique par une autre pique qui fit sourire Roxanne d’un air affligé.

« Quoi, c’est tout ? Tu me compares à un toutou bien dressé, et c'est tout ? Je suis peut-être un cabot bien dressé, mais au moins je bouffe dans une écuelle d'or au lieu d'attendre que les chefs de meute aient fini pour m'attaquer au reste de la charogne putride qu'ils ont laissé, quand il y a des restes. »

En fait, c’est fou comme mourir ne faisait pas peur à Roxanne. Non loin d’elle, Lily pleurait à chaudes larmes, mais la vipère savait que c’était à cause de son hydrophobie des plus violentes et non par peur de la mort. Fixant Flora, Roxanne secoua la tête, décidant d’être condescendante et moqueuse. Surtout que Flora venait de reprendre la parole, parlant de son père biologique, de Moïra, la traitant de connasse, et lui hurlant de dégager, attirant l’attention d’un grand nombre de gens sur eux. Elle sentit le regard désapprobateur que Moïra et les autres posaient sur Flora, et Roxanne reprit la parole, acide et moqueuse. Depuis le temps qu’elle avait envie d’ouvrir sa gueule pour remettre cette conne en place, elle n’allait pas se gêner. Ca, c’est pour toutes les fois où t’as fait de la bringue à Thomas et autres, c’est pour la fois où t’as vendu Mina aussi.

« Mon père, un héros ? Tu parles, c’est un crétin fini qui pleure la mort de son frère à lui en ériger un mausolée et dont la seule ambition est de vendre des joujoux explosifs à des gamins. Il est tout en bas de l’échelle sociale, tu t’entendrais bien avec lui je pense. Après tout, l’ambition, tu ne dois pas savoir ce que c’est, hm ? »

Si elle savait vraiment ce qu’est l’ambition, elle aurait dès le départ fait ami-ami avec tous les autres au lieu de se la jouer solo. Elle serait devenue amie avec Aleera, Moïra, Thomas, Miranda, et tous les autres, comme Roxanne avait fait. Suiveuse d’abord, amie ensuite. Flora n’avait même pas du passer par le stade de la suiveuse, elle avait du penser que c’est bien trop indigne de sa personne de s’abaisser à ce genre de choses, que les gens remarqueraient fort vite son talent et viendraient spontanément vers elle pour l’idolâtrer. C’est beau de rêver Flora, mais dans la vie, il faut se réveiller. Point suivant, lécher les bottes de Moïra. Faux, elle attendait juste un ordre du chef des Basilics au lieu de se la jouer solo, elle, nuance. On avance mieux groupé que solitaire. Evidemment, ça Roxanne ne pouvait pas le dire à voix haute, aussi se contenta-t-elle de hausser un de ses sourcils parfaitement taillés pour répliquer d’une voix moqueuse.

« Lécher les bottes de Moïra ? C’est comme ça que tu vois l’amitié ? C’est vrai, j’imagine que ce concept doit te sembler très étranger, à toi, ma poulette. Moïra est mon amie, tout comme Aleera, Mina, Thomas, Dan, Miranda, Constance, et autres, mais tu ne peux pas comprendre, vu que tu es bien trop snob pour te faire des amis. Tu as des amis toi ? Mis à part Emmie qui, vu sa lâcheté, ne peut pas être considérée comme une amie digne de ce nom ? Non, sans doute. »

Finissons sur le hurlement. Tu dégages ? Va te faire, je ne suis pas ta chienne, semblait clamer son regard moqueur et son sourire tout aussi moqueur. Cela ne semblait pas plaire à Flora, qui crispait et décrispait son poing. Roxanne va-t-elle prendre un coup ? Elle l’espérait en le redoutant. Elle l’espérait parce qu’elle avait envie de coller une trempe à cette conne de Serdaigle, mais elle le redoutait parce que ça prouverait que Flora trahissait bel et bien les Basilics. Et d’un coup, le poing de l’aiglonne fusa pour se nicher dans son ventre. Brusquement privée d’air, Roxanne recula en se penchant, cligna des yeux pour reprendre contenance, et un fin sourire carnassier s’étira sur ses lèvres. Elle jeta un rapide regard à Mina, comme pour lui signifier qu’elle comptait tabasser la Serdaigle et qu’elle pouvait profiter et se réjouir du spectacle. Flora n’était pas très douée au combat, ça se sentait. Elle lui avait lancé un coup de poing dans le ventre, s’était cassé quelques os au vu du craquement sinistre qui avait retenti, et en plus de ça elle omettait de lui balancer un coup de genou dans la tête, alors qu’elle l’aurait pu vu que la Serpentard était pile à la bonne hauteur. Roxanne se redressa, faisant craquer ses poings et son cou. D’un mouvement souple, elle enleva ses bagues et son collier, pour ne pas se casser un doigt ou se laisser étrangler par son adversaire, et rangea le tout dans son sac.

« Petite frappe … Tu veux jouer, bébé fleur ? »

Roxanne eut un sourire carnassier, puis elle balança son poing en direction du ventre de Flora. Cette dernière se courba, manquant brusquement d’air, et la Serpentard lui balança un grand coup de genou dans la tête, la faisant partir en arrière. Un craquement sinistre lui apprit qu’elle venait de casser quelque chose. Le nez de la Serdaigle, peut-être ? Roxanne récupéra la baguette de Flora tombée au sol, la rangea dans son sac, qu’elle enleva pour le tendre à Moïra, qui l’attrapa sans mot dire, n’esquissant pas un geste pour séparer les deux protagonistes.

« Ca tombe bien, j’adore ce genre de jeu, moi aussi. Alors, tu viens défendre le manque d’honneur de ton amie ou tu restes là à faire la morte ? »

Entraîne-toi bien, bientôt on est tous morts XD.

✄-------------------------------------------------------------------



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsmordre.forums-actifs.com/
Invité


Invité







MessageSujet: Re: Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.   Sam 29 Oct - 1:32

Un léger sourire en coin le coréen était ravis d’entendre son petit ami dire qu’il faudrait faire honneur au cadeau. Oh oui alors ! Il ne serait pas du tout contre, au contraire. Serrant un peu plus son russe contre lui, le jeune homme se sentait tout simplement heureux d’être là avec lui et pour toujours ? Il l’espérait. Du moins, pour le moment il risquait de ne plus pouvoir profiter de sa proximité avec son petit ami pour aller voir mister Nicholas. Il pouvait pas se faire remarquer un autre soir que ce soir ? C’est vrai après tout, il voulait profiter de la présence de son Mikhaïl, mais il devait aussi faire en sorte de ne pas l’étouffer. Pourtant, il fut étonné de voir que sa moitié n’était pas d’humeur à aller loin de lui, car peu de temps après l’avoir lâché le voilà contre lui pour le serrer dans ses bras. Rester à deux ? Oui ! Cela était une bonne idée. Souriant de plus belle, le blond se collait de nouveau à lui. Passant ses mains autour de sa taille pour le garder contre lui. C’était horrible. Cette sensation d’avoir l’impression d’être continuellement contre lui. C’était comme ci il avait peur que quelqu’un vienne lui prendre. Ah ! Mikhaïl Bielova il va falloir changer de tête et arrêter d’être aussi mignon ! Enfin, toujours quand même un peu.

Regardant son petit ami, le coréen allait répondre à sa demande de baiser alors que l’assemblée semblait plutôt agitée. Il se passait quoi ? Les rats géants attaquent ? Soupirant légèrement avant de lever les yeux vers un homme. Hum … Sa tête lui disait quelque chose. C’est qui ? Penchant la tête en fronçant les sourcils. Le coréen ne fit pas vraiment attention à ses paroles jusqu’à voir les têtes paniquées des personnes autour de lui. Hein ? De l’eau ? Beaucoup ? Noyés ? Ah … Donc il aurait beaucoup d’eau, beaucoup trop. Sentant l’angoisse des personnes autour de lui, les jambes du jeune coréen semblaient perdre toute leur force si bien qu’à un moment donné, il prit légèrement appui sur Mikhaïl. Bon … Finalement ses rats géants auraient été plus simple à combattre.

    « C’est pas possible. »


Se parlant pour lui-même, le jeune homme semblait totalement démotivé. Que faire ? Attendre de se payer une vague d’eau sur la tête et faire des bubulles ou bien essayer de faire sortir Mikhaïl de cet endroit ? La deuxième solution était la mieux sans aucune hésitation. Pourtant, une part de lui se disait qu’il devait écouter, le monsieur sur l’estrade. Heum c’était comment déjà son nom ? Un truc important ! C’est sur. C’est heum ? Po … Potter ! Oh ! Il peut avoir un autographe ? C’est l’un des seuls sorciers que JaeMin respect plus que tout. Le moment était pourtant pas le mieux pour demander un autographe n’est-ce pas ?

Reposant son regard sur Mikhaïl en entendant sa voix, le coréen sentit son cœur se serrer. C’est à croire qu’il avait du mal à réaliser qu’ils risquaient de mourir. Il était prêt à lui demander si demain ils avaient une heure creuse en commun pour se voir. L’idée même de ne plus pouvoir être à demain. De ne plus pouvoir le serrer dans ses bras et l’embrasser, être séparé à jamais. Est-ce qu’il l’aimerait encore dans une autre vie ? Ils pouvaient se donner rendez-vous dans un autre monde, un monde où ils ne risqueraient pas de mourir à chaque instants. Tremblant légèrement le courage du griffondor semblait avoir disparut. Pour tout vous avouer, il en avait rien à faire de mourir noyé, de devoir finir mangé par Némo. Il avait juste peur d’être séparé de Mikhaïl, qu’il lui arrive quelque chose à lui.

    « Il faut que je te fasse sortir de là. Il est pas question qu’il t’arrive quoique ce soit. »


Il ne pouvait s’imaginer se réveiller un matin sans avoir l’idée d’aller se presser pour voir Mikhaïl. Ne plus avoir à se regarder dans le miroir et se demander s’il allait l’aimer encore aujourd’hui. S’il était assez beau pour lui. Se mordant la lèvre inférieure le coréen regardait les personnes s’activer autour de lui avant de regarder de nouveau Mikhaïl. Il n’avait pas répondu à sa question, il le savait pertinemment. Mais a quoi bon lui faire peur ? Il semblait si peu sur de lui qu’il devait surement ne pas savoir nager. Et de toute façon vu la force que l’eau allait avoir, nager ne servirait à rien. Déglutissant difficilement, le blond prit une grande bouffée d’air avant de savoir quoi faire. Rester coller à Mikhaïl ne servirait surement à rien. Autant se rendre utile non ? Regardant son petit ami, le jeune homme se mit à grimacer légèrement. Il comptait couler avec des chaines à ses pieds. Encore s’il les avaient au niveau des poignets … Il se serait fait un plaisir de venir l’accrocher dans un coin. Secouant légèrement son visage alors qu’il dérivait étrangement, le blond se penchait légèrement vers l’oreille de Mika.

    « Dis … Pas que cela me dérange l’idée que tu puisse être enchainé, mais il faudrait mieux commencer par s’en débarrasser avant d’aller aider les autres à trouver une sortie. Tu as des clés ou cela s’enlève facilement ? »


Avec des clés cela tiendrais mieux, ainsi il pourrait pas s’empêcher facilement eheh … Mais pour le coup il vaux mieux que cela se retire facilement. Se mettant accroupit devant Mikhaïl, le coréen cherche lors et déjà sans attendre de réponse de la part de Mika un moyen pour le libérer. Bidouillant un peu, sans vraiment réussir à faire grand-chose, en même temps, vu le côté super doué de Jaemin il fallait pas s’attendre à des miracles. Bref, vous l’aurez compris il n’avait pas réussi à libérer Mikhaïl et tout en relevant le visage vers son petit ami, il fut un contact visuel avec une partie de l’anatomie bien précise de ce dernier. Oh ! Charmant. Souriant légèrement en coin alors qu’il avait une horrible envie de fou rire. Le blond avait du mal à garder son calme. Il allait péter les plombs ? Oui surement ! Dans pas trop longtemps en plus. Il en avait qui pleurait ou hurlait voire même se battait, lui eh bien il était mort de rire. Les nerfs à fleur de peau, il semblait que le jeune homme avait du mal à réfléchir correctement - du moins, s’il avait déjà un jour réussi à le faire -. Soufflant doucement pour reprendre son calme, il se relevait pour embrasser Mikhaïl sur la joue.

    « T’as pas intérêt de mourir, je veux pouvoir t’embrasser réellement après que tout soit terminé. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité







MessageSujet: Re: Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.   Sam 29 Oct - 11:21

Bon, c'est pas que la soirée se barrait en couille mais euh... Okay, si, la soirée se barrait très gravement en couille, en fait. Vraiment très gravement. Après avoir ''aidé'' miss Robinson à se relever, Mina avait rejoint ceux qui étaient les siens et attendait patiemment les ordres de Moïra. Mais la patience, dans ces petites manifestations en ville, n'avait décidément pas sa place. En effet, à peine la demoiselle avait repris sa place qu'une autre attraction faisait son apparition. Vive d'esprit, son amie Roxanne Weasley – qui, soit dit en passant, n'avait de Weasley que le nom – venait de se jeter sur Leanne, qu'elle avait naturellement devinée comme étant la moucharde. Ou plutôt, elle avait tenté de se jeter sur elle, puisqu'entre temps, une autre jeune femme s'était interposée. Et cette autre jeune femme, pauvre folle protégeant la traîtresse, n'était autre que... Flora Swesson. Là était donc le comique de la situation : celle qui avait remué sable et eau pour gravir l'échelle sociale et décoller du sous-sol venait de creuser elle-même sa sépulture en choisissant le camp, pis que celui des faibles, de celui des cafards. Ceux qui pourraient, peut-être, être bons, mais qui ne s'en donnent même pas les moyens. Les moins-que-rien, et Swesson avait choisi ceux-là – ou devrais-je écrire celle-là. Elles étaient ainsi deux, deux Serdaigle Basilics qui prouvaient maintenant leur non-allégence au clan, réduisant à néant toute chance d'avenir, se condamnant au pire qui avait pourtant été annoncé. Mais non, Swesson y allait quand même. Elle voulait « défendre une amie ». Mina ne put empêcher un rire, mais elle n'entrerait pas tout de suite en scène. Pour l'instant elle observait, elle observait l'inutilité de celle qu'elle avait il fut un temps considérée comme sa meilleure amie, son alter ego, celle à qui l'on pouvait faire confiance. Tout ça pour Emmie, elle en faisait du remue-ménage, elle devait bien en profiter, qu'on fasse tant de bruit pour elle, tant de bruit pour rien. Elle était plutôt gentille Emmie, pas assez forte, là était le problème : bien vite elle s'était faite noyer par l'usine de l'élitisme, elle était arrivée là par défaut et non par choix, elle n'avait aucune conviction et c'était là le nid de sa médiocrité. Probablement qu'elle n'aspirait jamais qu'à sortir de l'ombre oppressante d'une grande sœur trop parfaite – une mannequin que Mina ne connaissait que de nom. Emmie ; en toute honnêteté, Mina l'aimait bien, ou du moins elle s'efforçait de ne pas la haïr, elle n'était ni vraiment mauvaise ni foncièrement bonne, en fait, elle était insignifiante, voilà tout. Le gros de ce qui l'avait conduit à faire ça ce soir était, certainement, son amitié avec Swesson : de toute évidence, la sang mêlé était devenue une sorte de mentor pour elle, un peu comme ce qu'était Moïra à Mina, mais version premier prix. Et là, les choses avaient mal tourné puisque Swesson n'était forte qu'à cela : mal tourner. Tout tournait avec elle, les gens, les avis et même le lait. Elle empuantissait l'air. Non, Mina n'était pas tendre quand elle pensait à elle. Mais imaginez une seule seconde le ressenti d'une gamine de quatorze ans qui découvre sa confidente la balancer à un cochonnet. Imaginez qu'elle garde tout pour elle pendant trois ans, qu'elle fasse de grands sourires pour cacher la déception et la haine. Laissez mijoter jusqu'à une soirée bien pourrave telle que celle-ci, et voilà, vous obtenez une jeune femme apte au sortilège doloris et autres joyeusetés.

Heureusement, dans la vie, il y a des gens à la rhétorique sympathique. Des gens comme Roxanne, capables de faire bouffer à Flora le double de ce qu'elle donne. Dans le combat, Mina avait clairement choisi son camp, et elle avait fait le bon choix. Ce qui était d'ailleurs assez surprenant, elle s'en trouverait toujours surprise, mais c'était ainsi et elle en était bien contente. Au départ, Mina avait décidé que dans la bataille entre ses nouveaux amis et ses anciens – qui d'un point de vue idéologique étaient presque similaires – elle ne prendrait parti que tacitement. Ce qu'elle fit, dans un premier temps, lors des violences verbales. Très violentes d'ailleurs, le spectacle était fort réjouissant. Mais, dans un second temps, une mouche folle dut avoir piqué la jeune Serdaigle qui se mit en tête... de frapper la vipère. Que se passait-il dans sa tête au moment où elle envoya son poing dans le ventre de Roxanne Weasley ? Excellente question, peut-être qu'une larve d'insecte africain s'était développé et pataugeait dans la semoule qui lui servait de cerveau et, dans son activité, avait provoqué un semblant de ''coup''. Ce à quoi la Serpentarde répondit par une provocation pure et dure, prête à en découdre, enlevant même ses beaux bijoux pour l'occasion. Elle prévint Mina du regard – un genre de je-me-venge-pour-toi rétinien – puis eu la même démarche que son adversaire : un coup de poing dans le ventre, quoi que mieux lancé, plus puissant, suivi d'un coup de genoux dans la tête qui propulsa la brune au sol. Et là fut le déclic. Flora par terre, Roxanne toute puissante au-dessus, qui se fait même le luxe de récupérer sa baguette. Et elle-même n'avait encore rien dit. Elle ne pouvait pas se contenter de regarder alors qu'elle attendait cet instant depuis trois ans. Alors elle avança, elle fit un très léger clin d’œil à Roxanne – Roxanne comprendrait, Roxanne comprenait souvent quand il s'agissait de ces affaires-là – et se baissa vers son ennemie jurée. Elle se baissa, passa son bras derrière son dos, sortit discrètement sa baguette, la plaqua contre son ventre, et ne perdit pas une seconde pour murmurer :

« Flora, Flora, je me demande comment tu arrives à te regarder dans une glace. C'est vrai quoi, depuis la première année qu'on est ensemble, et tu me préfères une gamine molle qui vient de nous trahir ? Et puis sérieusement : toi, protéger tes amis ; allons n'emploie pas des mots dont tu ignores le sens. Tu n'as pas eu l'impression de te foutre de la gueule du monde là ? Protéger tes amis alors que tu es si prompte à les vendre ? »

Bientôt Flora serait à nouveau sur ses jambes, Mina n'avait plus beaucoup de temps. Sa baguette toujours collée entre son bras droit et le ventre de Swesson, elle en profita pour lui lancer un petit sortilège bien douloureux, et la jeune femme s'affaissa un peu sous celui-ci. Mina la rehaussa, puis renvoya le sort, cette fois Flora chancela à peine, Mina le refit une troisième fois puis la releva enfin et lui dit à l'oreille, menaçante et sucrée :

« Et oui je sais. Tu es tellement conne ma pauvre, même pas capable de voir que j'ai toujours su, même pas capable de voir ce dont je suis capable ; mais t'en fais pas, je n'ai même plus besoin de divulguer tes vilains petits secrets pour que tout le monde te déteste ! »

Enfin, Flora fut debout, Mina adressa un sourire à elle et à Roxanne. Elle remit sa baguette dans sa poche ni vu ni connu, après lui avoir fait faire un léger petit tour par sa manche. Elle se sentait bien, elle avait en quelque sorte accompli sa vengeance, c'était chouette. En plus, elle venait d'utiliser deux fois la même technique pour nuire à quelqu'un dans la même soirée, et elle était prête à parier qu'à peine deux ou trois personnes remarqueraient et quatre, peut-être à peine cinq, trouveraient bizarre qu'elle relève deux filles en si peu de temps. Ah, les gens sont vraiment cons des fois. Heureusement il y a des gens comme Roxanne Weasley prêts à mettre la misère à une pauvre conne trop prétentieuse.

« Allez va, je te la laisse. »

Non, elle ne méritait même pas que Mina l'écrase en public. Une mouche, ça ne s'écrase pas : d'abord on lui arrache les ailes pour qu'elle ne puisse plus que s'agiter désespérément, puis les pattes, après et seulement après on peut, si on veut tant se salir les doigts, la réduire en bouillie. Ce soir, Flora était une mouche et Mina portait des gants. Et lorsque l'autre blonde s'avança vers celle-là, elle eut tout de même un petit pincement au cœur en repensant à tous ces bons moments passés avec elle. Mais cette pensée ridicule fut vite balayée : de bons moments, avec Swesson ? Mais seulement ceux où on la voit souffrir voyons.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« You have ten fingers ? Oh, me too ! Let's be friends ! »



...

Messages : 420

Points : 3
Avatar : William Moseley
Crédits : Stainless Night

Age RPG : 16 ans
Sang : Mêlé
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : ~ Fiche de présentation
~ Un lien?



Doubles-Comptes : Ted Lupin ~ Eliott H. Hudson ~ Scorpius H. Malefoy



MessageSujet: Re: Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.   Dim 30 Oct - 5:48

Voilà qu’il faisait pleurer sa Domi. Oh non par pitié, ne pleurs pas, Max ne pourra pas le supporter. Il ne peut pas supporter de te faire du mal, il ne peut pas supporter de voir les autres te faire du mal. Elle reculait encore plus, toujours en train de se protéger de ces bras. Bon et bien ce n’était pas gagné. Le cœur du Poufsouffle se désintégrait petit à petit en voyant Domi s’éloigner ainsi et s’enfermer dans sa peur. Il respira un bon coup et faillit hurler de peur quand quelqu’un lui adressa la parole. Il fit un bond en arrière avant de voir que c’était seulement Derek qui l’avait abordé. Ok calme, c’est un ami ! Il lui dit de veiller sur Domi mais bon, ca il l’avait déjà deviné et n’avait pas eu besoin de son intervention pour le faire. Le fait d’être sous pression faisait ressortir le coté impulsif de Max mais encore une fois il se contint.

« Ouais ok, pas de soucis. »

AU moins Derek fit quelque chose de bien et d’utile car il essaya de raisonner la Serpentard. Et bien voilà, faut remettre en ordre tes priorités et aller droit au but quand on risque de mourir à chaque instant. Bah oui hein. Maxime allait vraiment finir par devenir méchant si tout cela ne cessait pas. Et alors l’impossible se produisit, Domi tendit sa main vers Max. Bah tu vois, tu y arrives ?! Il saisit cette main avec la plus grande délicatesse. Il ne s’agissait pas de l’effrayer d’avantage mais bien de la réconforter. Il la laissa gérer et lorsqu’elle le serra un peu plus, Max comprit le message. Il serra en retour un peu plus la main de sa meilleure amie. C’était étrange tout de même parce qu’un calme olympien s’abattit sur lui.

Puis soudain la réalité reprit le dessus. Domi fit un petit bond en criant, quelqu’un venait de la frôler. Le jaune et noir se félicita de ne pas avoir peur de la foule ni de l’eau mais l’instant n’était pas spécialement aux congratulations. Puis, sans crier gare, son amie se blottit dans ses bras. Il referma ses bras autour d’elle dans un geste réconfortant. Et bah voilà, il la prenait dans ses bras ! Ouais bon ok, ce n’était pas tellement dans ces circonstances qu’il l’avait imaginé mais bon maintenant il fallait trouver une issus, quelque chose, n’importe quoi ! Max était en train de faire un tour de salle des yeux histoire de trouver une alternative lorsqu’il fut interrompu par la voix de Domi qui lui demandait pourquoi elle n’arrivait pas à protéger ceux qu’elle aimait.

A cette question, Maxime ne connaissait pas la réponse, et il n’avait pas trop le temps de chercher une réponse car il voyait Emmie se diriger vers eux. Alors en plus s’il ne pouvait pas respecter ce qu’il avait dit tout à l’heure, c’était vraiment la grosse misère.

« Tu sais, ce n’est pas vrai. Tout à l’heure j’étais paniqué même si j’essayais de le cacher et le simple fait que tu me donnes la main m’a calmé je te promets. Tu me protèges aussi, mais à ta manière. Et c’est le principal. »

Bon bah ce n’était pas si mal ! Sauf qu’il n’eut pas le loisir de rajouter quelque chose puisque l’aiglonne était arrivée à leur hauteur. Elle snoba carrément Domi ce qui énerva Maxime. Elle n’avait pas changé. Mais la principale question était : qu’est ce qu’elle lui voulait alors qu’ils avaient déjà un pied dans la tombe ?! Elle lui balança un message à moitié codé et dans l’esprit embrumé du Poufsouffle, ça ne fit pas tout de suite tilt. Mais qu’est ce qu’elle voulait lui dire ? Quel message ? Bon déjà elle lui disait qu’ils pouvaient s’en sortir mais… Comment ? Une des sorties ne fera pas trempette… Et soudain, l’éclair de génie ! Mais oui ! Pourquoi n’y avait-il pas pensé plus tôt ?! Pourquoi il avait perdu autant de temps à chercher la signification ?!

« Emmie par pitié, si tu sais quelque chose, dis le moi. »

Et oui il suppliait Emmie ! Mais s’il n’y avait pas eu Domi dans ses bras ce n’était pas sur qu’il l’aurait fait. S’abaisser à supplier son ancienne amie… Par la barbe de Merlin [même pas fait exprès xD] on aura tout vu ici ! Maxime balaya de nouveau la salle de ses yeux et ne vit aucune issue de secours. Et bah elle était bien cachée ou alors tout simplement, la Serdaigle lui mentait et lui jouait un nouveau tour. Ca ne l’étonnerait pas venant d’elle.

« Elle est ou ton issue de secours Emmie ?! »

Il avait décidé de lui faire confiance finalement mais à quel prix ? Encore une fois c’était la présence de Domi qui dictait sa conduite. Emmie tu as intérêt à ne pas mentir parce que sinon, ta dernière heure est arrivée, parole de Maxime! x). Il chercha des yeux le Survivant, à savoir Harry Potter et lorsqu’il l’eut trouvé, il relâcha Domi, attrapa sa main et saisit sans ménagement le bras d’Emmie. Il était totalement survolté là, habité par une rage de vaincre et de vivre assez surprenante. Il traversa la foule en évitant le plus possible que les gens touchent sa meilleure amie et arriva devant le papa Potter qui donnait toute sorte d’ordres à ses Aurors.

« Excusez-moi de vous déranger mais apparemment il existe une sortie de secours. Une des portes mènerait directement dehors sans passer par la case noyade. »

Ironie quand tu nous tiens. Max lâcha le bras d’Emmie et lui envoya un remerciement du regard. Pourvu qu’elle dise vrai.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Tough times don't last, and tough people do. »





Messages : 103

Points : 0
Avatar : Nicole Kidman.
Crédits : Alphabeta.

Age RPG : 38.
Sang : Née-moldue.
Camp : Ordre du Phénix

Truc en plus : Occlumens.



MessageSujet: Re: Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.   Dim 30 Oct - 6:09

Ouh comment qu’elle venait de s’énerver … Logan n’y allait pas avec le dos de la cuillère aussi, il lui foutait bien la pression ce couillon, et paf ça fait monter la pression, et elle explosa, le rabrouant sans sympathie avant de s’excuser d’un ton gêné. Elle ramena la faute sur elle, et Logan accepta les excuses avec un faible sourire avant de lui rappeler que lui aussi était là, en face de la porte. La prof accepta la rebuffade de bonne grâce et sourit aussi faiblement que lui, avant de retourner à la porte et s’acharner dessus comme une malade, avec Logan qui faisait de même de son côté. Ensemble, ils réussirent à faire tomber trois sortilèges, mais trois sur combien ? L’effort la laissait haletante et la stressait encore plus, et brusquement, son ami lui fit part de sa propre anxiété. Non, il dit plutôt qu’il était mort de peur, déconcentrant brusquement sa camarade, qui lui envoya un coup d’œil éberlué, comme si elle tombait des nues. D’ailleurs oui, elle tombait réellement des nues. Comment ça, il avait peur ? Ah mais non hein. Ils avaient ensemble trompé la mort plus d’une fois, Logan l’avait protégé à Poudlard quand son lignage de née-moldue en faisait une cible parfaite, il avait pris des coups à sa place et elle en avait rendu pour le défendre, puis merde quoi, il avait affronté le Lord ! Pas officiellement, mais ils avaient participé eux deux batailles de Poudlard non ? Celle où Dumbledore était mort, et celle où le Lord avait fini par tomber. Les mauvaises herbes ont la vie dure, vu que le voilà de retour, ledit Lord !

Rester comme ça, les yeux dans les yeux, n’était pas le meilleur moyen de sauver des vies, mais c’était plus fort qu’elle. Il la regardait, elle le regardait, mitigée. Avait-elle peur ? Etrangement, non, du moins pas pour elle. Mourir noyée ne la dérangeait pas, c’est une mort comme une autre après tout. Puis on pourrait ironiquement remarquer que sa naissance et sa mort coïncidaient, le trente et un Octobre, pour Halloween. Mais l’idée de savoir que d’autres allaient mourir de par son incompétence la stressait. Elle avait peur pour les autres. Pour tous les gamins de l’Armée de Dumbledore qui étaient venus, pour sa sœur, pour Lily, pour tous ceux qui étaient venus sans se douter de ce qu’il allait se passer, de tous ces pro-mangemorts qui allaient mourir, aussi. Elle n’en aimait aucun, de ses élèves pro-mangemorts affichés, mais quand même, elle ne pouvait pas les laisser mourir, même si eux voulaient tous les tuer pour une guerre dont ils ne réalisaient pas l’ampleur et la force. Puis, voir mourir Logan, là, juste sous ses yeux … Une étincelle passa dans son regard, et sa jumelle passa dans le regard de Logan. C’est vrai qu’elle n’avait pas peur, parce qu’elle était avec lui. Seule, elle aurait déjà fait une connerie, et lui encore pire. D’un geste irréfléchi, elle lâcha une strophe du cantique de David, et Logan y répondit mécaniquement, avant qu’elle ne s’avance pour l’embrasser. Applaudissements, je vous prie. Ils finirent par se décoller vu qu’ils avaient un peu une porte en ébullition derrière eux, mais ça ne les empêcha pas de garder la main dans la main. Allez, au travail. Logan lui lâcha une pique ironique sur sa superbe déclaration, et la Harpie esquissa un sourire amusé.

« Si on survit à ça, triple buse, j’te jure que tu adoreras la suite de ma déclaration. »

Comme c’est grivois et bien tourné 8D. Merci, merci. Serrant ses doigts fins autour de ceux de son PETIT AMI – c’est trop bon à dire haha – elle pointa sa baguette sur la porte, et au travail. Ne nous laissons pas déconcentrer par la présence de Logan à côté et le fait qu’il soit torse-nu. Non, ne te laisse pas déconcentrer on a dit XD. A mi-voix, elle recommença à marmonner des sortilèges compliqués pour faire sauter les sortilèges sur la porte, essayant de trouver celui qui empêchait l’eau de refluer bien gentiment à son point d’origine. Elle avait étrangement l’impression qu’elle se trouvait face à une hydre, et que chaque sortilège enlevé en faisait pousser deux de plus. C’est vachement frustrant, je vous assure. Elle s’obligea à fermer son esprit à tout ce qui l’entourait, à oublier ceux qui attendaient avec angoisse pour savoir s’ils allaient mourir ou pas. Fermant les yeux, elle s’imagina sur son balai, sentant presque les gifles du vent dans ses cheveux. Ses doigts se resserrèrent résolument autour de ceux de Logan, et c’est bon, elle est très concentrée. Allez, on va les faire sauter, ces putains de sortilèges, hein, dût-on y passer la nuit ! Ils n’y passèrent pas la nuit, car alors qu’elle se faisait cette remarque après avoir fait sauter une bonne partie des sortilèges avec Logan, il y eut un crissement lugubre, et elle se crispa. La porte allait-elle lâcher ?

« Oh, merde. »

Remarque très constructive, il est vrai. Mais sous leurs yeux, la porte en fer pliait, cédant sous la pression de l’eau. Grace recula prudemment, tirant Logan par la main, la baguette pointée sur la porte en marmonnant en hâte des sorts de protections. La porte explosa et l’eau heurta de plein fouet les sortilèges que les deux phénix venaient de dresser en hâte. Pas pour longtemps. Avant qu’elle n’ait eu le temps d’ouvrir la bouche pour hurler à Logan de courir – lui hurla-t-il d’ailleurs cet ordre, lui aussi ? – les sortilèges volèrent en éclat et l’eau s’abattit sur eux Sous le choc, elle lâcha la main de Logan et se sentit partir en arrière. Elle avala une grosse tasse, sa tête heurta violemment un mur, et ce fut le trou noir. Peut-être qu’en fait elle aurait préféré mourir dans les airs, comme une joueuse de Quidditch, plutôt que sous terre comme un rat …

✄-------------------------------------------------------------------


“ And I will try to fix you ”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

« Democraty is always an abuse of statistics. »





Messages : 317

Points : 0
Avatar : Inconnu.
Crédits : Lethal Angel

Age RPG : Inconnu.
Sang : Inconnu.
Camp : Neutre

Vie du personnage : Compte PNJ.

Doubles-Comptes : Compte PNJ.



MessageSujet: Re: Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.   Dim 30 Oct - 6:30


Emmie Leanne a balancé les Basilics. Spontanément, elle est allée voir Grace Waldstein et Logan Cooper, deux membres de l’Ordre du Phénix, pour leur raconter à mots couverts que le danger viendrait de l’extérieur et qu’ils allaient tous mourir noyés. Harry Potter se mêle de la conversation, envoyant ses deux phénix à l’extérieur pour arrêter l’eau, les deux étant maîtres en sortilèges et enchantements, avant de remercier la Serdaigle et monter sur l’estrade pour faire part de sa découverte aux autres, sans prononcer le nom d’Emmie pour la protéger. Les réactions sont diverses. Certains éclatent en sanglots, comme Lily Potter, hydrophobe au possible, et d’autres, comme Dominique Weasley, font une crise d’agoraphobie d’une rare violence. Lucy Robinson agresse physiquement Moïra River en l’accusant d’avoir tout orchestré, mais elle se heurte à l’animosité de Constance River qui protège sa cousine, Thomas River qui ne compte pas lâcher sa sœur, et Wilhelmina O’Malley qui en rajoute une couche en enfonçant mielleusement Lucy. Derek Gray patrouille dans la foule pour essayer de rassurer les gens, Roxanne Weasley fusille du regard Emmie, rapidement imitée par Mary Leanne, mi-figue mi-raisin de voir sa sœur réagir enfin, mais pour les trahir. En attendant, ladite sœur s’avance vers Maxime Duncan pour lui parler. Les morbides révélations finiront-elles un jour ? Grace et Logan parviendront-ils à cesser l’arrivée d’eau ?

Les Aurors se dispersent. Le premier groupe est chargé de s’occuper de trouver une sortie, sous la houlette d’Harry Potter, le second groupe essaye d’empêcher les élèves de faire des bêtises par peur. Derek Gray, après avoir rassuré Lily Potter et Dominique Weasley, est vite rejoint par Meghan Prewett qui ne compte pas lâcher son amoureux comme ça. Le chef des Aurors semble ne pas trop apprécier ça, d’ailleurs, mais allez l’expliquer à Meghan, que le loup-garou veut juste faire son travail ! Roxanne Weasley, elle, après avoir récupéré l’accord tacite de Moïra River, se dirige vers Emmie Leanne pour l’empêcher de foutre encore plus leur plan en l’air. Mais Flora Swesson s’interpose, et une dispute commence entre les deux filles, jusqu’à ce que Flora colle un coup de poing à Roxanne, qui le lui rendit avec les intérêts. Wilhelmina O’Malley sauta sur cette occasion pour se venger de Flora, et l’aida à se relever tout en lui susurrant des méchancetés aux oreilles, tout en la plombant de sortilèges, profitant du fait que la Serdaigle ne puisse répondre vu que Roxanne venait de récupérer sa baguette. Et à voir la tête de Moïra, Flora et Emmie ne feront pas long feu chez les Basilics … Emmie profite de la diversion pour attraper Maxime Duncan et lui dire de manière sibylline qu’il existe une sortie. Ni une ni deux, le Poufsouffle attrape sa camarade et se dirige vers le chef des Aurors pour lui en faire la confidence … Au moment exact où le grondement de l’eau se fait entendre. Sous un ordre bref, un Auror referme la porte, mais l’eau s’infiltre dans la salle à sa vitesse, ni rapidement ni lentement, faisant hurler de peur de nombreux élèves. Le chef des Aurors lance ses ordres, et tous les Aurors sont envoyés sur les portes pour trouver la sortie, pendant que de nombreux adultes, mangemorts comme membres de l’Ordre, courent vers la porte qui fuit pour empêcher l’eau de s’infiltrer. Qu’est-il advenu de Grace Waldstein et de Logan Cooper ? Leur magnifique déclaration d’amour a du les retarder, certes. En tout cas, les deux ont bien bu la tasse, et la Harpie a fait un malaise après que sa tête ait heurté le mur. Les Aurors trouveront-ils rapidement la bonne porte ? De nombreuses vies pourront-elles être sauvées ?


Le tour quatre commence. Comme vous le comprenez, la salle prend l'eau, c'est le moment de vous montrer sadiques avec vos personnages morts de peur 8D. La porte de la salle est fermée, bien évidemment. Considérez que j'ai posté avec papa Potter, raison pour laquelle j'ai donné la majorité de sa réponse dans ce message explicatif parce que ... Voilà. Vous pouvez poster plusieurs fois durant ce tour.

Ceux qui ne se sont pas inscrits peuvent toujours le faire ici.


✄-------------------------------------------------------------------



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsmordre.forums-actifs.com/

avatar

« Forgive me father for I have sinned, I have sinned a lot. »





Messages : 1981

Points : 22
Avatar : Willa Holland.
Crédits : Maée & Tumblr.

Age RPG : 17 ans.
Sang : Mêlé.
Camp : Armée de Dumbledore

Vie du personnage : Liens ◈ Ici.
Rôleplay ◈ Ici.
Hivoux ◈ Ici.

Truc en plus : Lycanthrope.
Doubles-Comptes : Moïra ◈ Serdaigle.
Roxanne ◈ Serpentard.
Grace ◈ Professeur phénix.
Svetlana ◈ Mangemort.



MessageSujet: Re: Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.   Dim 30 Oct - 10:45

Lily flippait monstrueusement. La première, elle s’était rendu compte que le plafond fuyait, et que des gouttes d’eau s’écrasaient au sol avec discrétion. Elle avait louvoyé entre les gouttes pour ne pas s’en prendre une sur la tête, ce qui aurait à coup sûr signé la mort cérébrale de tous les gens de la salle vu le cri terrifié qu’elle aurait poussé. Pour le moment, elle accusait le coup. Alexia la tenait dans ses bras, elles venaient de se rouler un mémorable patin et elle avait pu voir de nombreux regards réjouis et dépités, signe qu’elle avait des thunes à récupérer. Auprès d’Hugo, ça c’est sûr, vu la tronche de Domi, et auprès de son père, vu sa tête. Elle irait voir ses deux frères aussi, tiens, sait-on jamais. Si elle survivait, elle allait se faire des thunes 8D. Et brusquement, fin de l’idylle. Son père venait d’envoyer Grace et Logan à l’extérieur, et il montait sur l’estrade pour leur annoncer que … Black-out. Lily se tenait debout, fixant son père avec de gros yeux horrifiés. On va tous mourir noyés. On va tous mourir. Ca, il faut bien s’y attendre un jour, hein. Noyés. Ca, par contre, c’est absolument hors de question, surtout pour Lily, hydrophobe au possible. Bêtement, elle sentit des larmes monter à ses yeux, de même qu’une immense vague de peur qui arriva comme un gros coup de poing dans le bas-ventre et qui grimpa comme une flèche jusqu’à son cerveau. Elle trébucha et lâcha un gémissement inaudible, se raccrochant à Alexia comme une bouée. Lily était maintenant toute pâle, terrorisée, comme un enfant impressionnable devant un gros chien. Sauf que Lily n’était pas impressionnable, et qu’elle n’avait pas peur des chiens. Juste de l’eau. Le souvenir de sa noyade lui brouilla la vue, et elle tomba dans les bras d’Alexia en pleurant.

Un brouhaha des plus horribles succéda au silence horrifié. Les gens commencèrent à hurler, à pleurer, à se démener aussi. Les Aurors passèrent rapidement à l’action, pour empêcher les gens de faire des conneries, et la petite Potter plaqua ses mains contre ses oreilles pour étouffer le bruit, les yeux fermés. A l’hydrophobie s’ajoutait maintenant son ochlophobie élevée, contre laquelle elle avait toujours résisté. Elle détestait les lieux pleins de monde, les manifestations, mais résistait toujours en s’entourant de ses proches. Mais là … De l’eau qui menaçait de les engloutir, plus la foule qui lui semblait oppressante, plus son hypersensibilité aux sons … Brusquement, Lily se sentit dépassée. Elle recula d’un coup sec, quittant les bras d’Alexia, et recula en grognant, un peu comme un animal traqué. Elle ne voulait plus qu’on la touche, elle voulait juste qu’on … Bah, rien en fait. Elle voulait sortir de là, et réagissait comme un animal blessé prêt à mordre pour qu’on lui laisse de l’espace. Elle entendit à peine Alexia lui parler avec inquiétude, elle sentit à peine Derek et Meghan qui arrivaient, par contre elle sentit trop bien le contact. Quelqu’un l’attrapa par les épaules pour lui parler avec douceur, avant de lui ébouriffer les cheveux. Ce ne fut qu’en entendant Poney qu’elle comprit, en retard, que c’était Derek. Elle avait déjà réagi, en reculant et en poussant celui qui la tenait sans la moindre douceur, en y mettant toute sa force de brute officielle des Serpentard.

« NE ME TOUCHE PAS ! »

Personne ne réagit. Ou si quelqu’un réagit, l’esprit alarmé de la Serpentard ne le comprit pas. Derek était reparti avec Meghan, et quand elle eut l’impression de sortir légèrement du brouillard, elle se trouvait fort loin de là où elle était au début. Vachement loin. Plus vers la porte en fait. Elle était isolée au milieu d’une marée hurlante et grouillante, et ne parvenait pas à se résoudre à traverser la foule pour rejoindre ses frères, ou sa mère, ou un de ses cousins, ou Alexia. Du coin de l’œil, elle vit Lucy qui provoquait cette pétasse de Moïra et qui se prenait les River et Mina en pleine poire, et un peu après, Flora colla un coup de poing à Roxanne qui le lui rendit. Mina se jeta aussitôt sur Flora pour l’aider à se relever, et Lily ne put s’empêcher de lâcher un ricanement sarcastique. Quelle vautour, cette sale conne, toujours à tourner autour des gens pour picorer leurs restes … Un temps, un très court instant, son naturel acide reprit le dessus, et elle s’apprêtait à se diriger vers Mina pour lui calmer sa joie lorsqu’une goutte d’eau s’écrasa devant elle, la faisant piailler de peur et sursauter brusquement en arrière. S’appuyant subitement contre un mur, elle leva les yeux pour fixer son père et ses deux frères occupés à sonder les portes à l’aide de sortilèges pour trouver une éventuelle sortie, et son souffle se calma. Lily faisait confiance à son père. Elle lui vouait une confiance aveugle, comme à sa mère, surtout pendant les situations critiques. Ils trouveraient la sortie, elle en était persuadée. Néanmoins, sa confiance aveugle envers son père fut broyée par un grondement des plus apocalyptiques aux oreilles de l’hydrophobe. Le bruit de l’eau contre les parois. Le silence se fit, les gens pâlirent à vue d’œil, et un Auror se jeta sur la porte pour la plaquer et la refermer, vite aidé par de nombreuses personnes adultes, mangemorts comme phénix. Quelqu’un se mit à crier, une autre personne l’imita, et Lily, vaincue par sa peur, se mit à hurler de terreur également, au milieu de toutes ces personnes qui flippaient à mort. Mais son hurlement s’arrêta bien vite, quand quelqu’un débarqua pour la prendre dans ses bras et la serrer contre lui. Avait-il hésité longtemps avant de la toucher ? Vu qu’elle avait les yeux fermés, elle ne le saurait sans doute jamais. Mais elle savait, d’instinct, qu’il s’agissait d’un ami, et l’animal effrayé se rendormit aussitôt, la laissant aussi pantelante qu’une marionnette aux fils coupés. Elle se serra contre sa mère – vu qu’il s’agissait d'elle – et se mit à pleurer à chaudes larmes, vraiment terrorisée.

« J’veux pas mourir noyée … »

C’est étrange de voir Lily perdre contenance, hein ? Elle, si forte, si cynique et si acide, si trompe la mort, flipper comme une bête à cause de l’eau. Elle avait les yeux obstinément fermés, n’osant pas ouvrir les yeux pour se rendre compte que l’eau entrait à grands flots. Elle le savait, ses sens exacerbés le sentaient, et rapidement, l’eau vint lécher ses jambes. Elle n’avait jusque-là pas senti qu’elle s’immergeait car ses Doc Martens ne prenaient pas l’eau, mais maintenant que l’eau léchait ses jambes, elle retombait en plein cauchemar, quand elle avait trois ans et qu’elle avait failli se noyer dans l’océan, et qu’un de ses frères lui avait sauvé la vie au péril de la sienne. Quand l’eau commença à lécher ses jambes, elle lâcha un glapissement terrifié et peu conventionnel venant de sa part, et tenta en vain d’échapper à l’eau, ne parvenant qu’à se mouiller encore plus. En désespoir de cause, elle s’immobilisa, terrifiée, et recommença à pleurer dans pouvoir s’arrêter.

« Pourquoi de l’eau, mais bordel maman, pourquoi de l’eauuuuuu … »

✄-------------------------------------------------------------------



« A dog cannot make this journey alone. But, maybe, a wolf can. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://morsmordre.forums-actifs.com

avatar

« Question authority and authority will question you. »





Messages : 172

Points : 0
Avatar : Ash Stymest
Crédits : Wanderlust / tumblr

Age RPG : 18 ans
Sang : Mêlé
Camp : Neutre

Doubles-Comptes : Andras Singh & Mikhaïl Bielova



MessageSujet: Re: Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.   Dim 30 Oct - 22:46

Nika ne comprenait plus rien à ce qui était en train de se passer ; tout était allé trop vite, il n'avait qu'à peine eu le temps de se poser dans les bras de sa fiancée qu'aussitôt on l'en arrachait pour le frapper, et depuis, il n'avait pas eu un seul moment de répit pour se relâcher et trouver un point d'équilibre avant de péter les plombs pour de bon. S'étant éloigné avec Lucy, il espérait pouvoir lui faire comprendre qu'il tenait à elle, que tout ça n'était qu'une erreur et que jamais il n'oserait le refaire, même s'il savait pertinemment que ce besoin de s'auto détruire était en lui, depuis toujours. Il avait peur qu'elle se rende compte qu'elle ne pouvait pas l'en empêcher, qu'un jour il finirait par y arriver, et qu'elle ne le pousse encore plus vite dans la pente.
Mais si lui était faible, elle pouvait être forte pour deux.
Il se mordit les lèvres alors qu'elle lui faisait remarquer qu'il n'était pas le seul à avoir subi des pertes, et fuit ses beaux yeux un instant. Chacun était différent devant la mort, et elle était bien plus forte que lui. Elle faisait front, elle pleurait un moment mais elle s'accrochait à la vie pour qu'ils ne soient pas partis en vain, elle avait une attitude positive. Lui ne voyait dans la mort qu'une fascination et une envie de rejoindre un pays ou il n'aurait plus mal de leur survivre. C'était peut-être la preuve de sa fidélité envers ceux qui étaient partis, la preuve de sa loyauté, qu'il ne voulait tout simplement pas les oublier, mais au final, il était faible et con. Qu'est ce que ça apporterait à Kenzo de le voir crever ? Rien, foutrement rien.
Aussi, alors qu'elle se laissait aller dans ses bras, il l'entoura vivement pour la serrer contre lui, se promettant de ne plus recommencer à lui faire tant de mal. Il ne pourrait jamais la laisser seule dans ce monde, sans protection, à la merci de tous, petite poupée malmenée par les vents et marées. Elle était sienne, et il avait un devoir de protection. Je te chérirais toute ma vie. Il devait faire en sorte que cette promesse qu'il lui avait faite se réalise, se continue. Plus jamais de pleurs et de regards tirés, plus jamais.
« Tu ne pouvais pas savoir. Et je te promets que... que c'est fini. Je suis là, et je ne te quitterais jamais. » Les mots semblaient fades, et sans valeur, alors qu'ils se tenaient l'un contre l'autre. Il n'y avait que cette connexion de chair qui semblait fonctionner entre eux, comme si un simple contact leur permettait de tout se dire. Plus jamais.

Alors qu'enfin, il arrivait à retrouver son calme, se sentant bien mieux que depuis des semaines, du bruit lui fit rouvrir les yeux et il écouta Potter faire un discours, serrant sous le coup de l'incrédulité sa dulcinée plus fort contre lui. C'était un cauchemar. Oh, il savait bien que ça devait arriver, mais à force, ca en devenait presque risible. Son regard se risqua à fuir jusqu'à Roxanne, ou encore Mikhaïl, se demandant ce qu'ils foutaient là, des cibles, alors que l'eau allait tous les noyer. La ministre ne laisserait pas sa propre famille mourir, non ? Il devait y avoir un moyen de sortir... Mais peut-être qu'il ne serait pas partagé. Non, il ne fallait pas commencer à réfléchir comme ça, il y avait forcément un moyen pour que la plupart des personnes ne fuient. Tous ses gosses... Ils n'allaient pas tous crever. Mais pendant ce temps de réflexion, déjà Lucy avait repris le contrôle et se dirigeait droit vers le groupe dont il savait bien ce qu'ils étaient ; des mini mangemorts, et il n'arriva pas à temps à l’empêcher de s'énerver contre eux. « Lucy, calme toi....  » S'en prendre aux River, en public, alors qu'elle n'avait aucune preuve, c'était une mauvaise idée. Mais plus mauvaise encore était celle de la petite Constance qui se jeta sur sa fiancée, et qu'il attrapa aussitôt dans un réflexe pour la soulever de terre après qu'elle ait essayé de frapper à nouveau Lucy, se foutant soudainement bien d'être entourés de tous les gosses qu'il ne devait pas énerver. De toute manière, aucun n'oserait lui faire du mal, parce qu'il était plus vicieux qu'eux, et qu'il avait ses armes sur lui. « Touche là encore une fois et tu ne pourras plus jamais reposer les yeux sur ton cousin d'amour parce que je te les aurais arrachés, compris? »
La tenant par le col une petite seconde en ayant l'air terrifiant, il finit par lui faire toucher le sol près de son cousin, justement, pour qu'elle y trouve refuge, avant de pousser Mina qui s'amusait à faire croire à tous qu'elle aidait Lucy, alors que Moira répliquait d'un petit discours qui ne fit que l'énerver un peu plus. La goutte d'eau, cependant, fut certainement Thomas qui s'en prenait ensuite à la blonde, et là, il péta les plombs. C'était fini de s'amuser avec sa fiancée sous son nez sans croire aux représailles ?! « Putain, Moira, mais ta gueule. Occupe toi de trouver un plan pour que ta petite famille survive à ce déplorable accident plutôt que de faire la morale aux autres. » Ce n'était pas parce qu'il avait eu des soucis ses derniers temps que sa réputation de connard devait disparaître pour autant, et il siffla méchamment entre ses dents serrés avant d'attraper le poignet de Thomas et de le serrer pour lui faire lâcher sa copine, le regardant dans les yeux. J'ai rien à perdre, connard, alors tu la touches, tu crèves. Pas besoin de parler pour comprendre que le serpentard n'avait pas envie de se frotter à lui plus que ça, aussi il n'en fit pas plus, et reprit Lucy dans ses bras en vérifiant qu'elle n'avait pas de contusions, attentionné comme s'il n'avait pas soulevé une gamine par la seule force d'un avant bras deux minutes avant, sortant sa baguette et la passant doucement dans son dos pour soigner les contusions. Le tout avec une sorte de sourire flippant.
« Est ce que je t'ai déjà dit que je trouve ton coté suicidaire « allons nous jeter dans la gueule du serpent » terriblement mignon ? On va s'en sortir, t'occupes pas d'eux, au final, ils sont comme nous, leurs maitres les ont abandonnés. » Et à vrai dire, oui, ils étaient tous dans le même panier. Brillante idée, de réunir tout le gratin de mangemorts et d'ordre du phénix dans la même pièce ? Au moins, s'ils n'annihilaient les uns les autres, le monde ne s'en porterait sans doute que mieux.
Derek arriva sur ses entrefaites et il le laissa s'occuper de sa chérie, sachant bien qu'il n'y avait pas de danger de ce coté là, profitant de sa haute taille pour rechercher Lou dans la foule. Il fallait rester ensemble, le jeune auror avait raison. Souriant en l'entendant prodiguer ses conseils, il l'attira dans une accolade fraternelle alors qu'il passait à coté de lui, pour le remercier de rester lui même dans ce monde de fous « Compte sur moi. Et fais gaffe à toi et ta chérie. ». Gryffondors, à la vie, à la mort, c'était ça qu'il voulait lui dire.
Attrapant la main de Lucy dans la sienne, ne comprenant pas pourquoi il se sentait soudain aussi calme et composé maintenant que la mort les menaçait, il se dirigea vers Lou, et fit un signe à Jae pour lui dire de venir avec Mika, plus on est de fous plus on rit... Mais l'asiatique manqua le signal, si bien qu'il voulut lui gueuler de ramener ses fesses avec eux pour ne pas perdre deux potes en plus, quand l'eau se mit soudainement à entrer. Ceux prêts de la porte se retrouvèrent trempés par la pression qui avait fait gicler le liquide saumâtre partout, mais eux avaient été épargnés, bien que leurs pieds baignent désormais dans l'eau. Et fuck, ça commence. Serrant Lucy contre lui, une main autour des épaules de Lou, il gardait son calme et cherchait une solution à tout ce bordel sans en trouver. Les aurors avaient sacrément intérêts de trouver la bonne porte, et vite.
« Bon, Lou, c'est pas toi qui sait chanter la chanson du Titanic là ? Je pense qu'elle irait très bien avec la situation. »

Bonjour, je suis un Covenant, et risquer de mourir me fait faire des blagues foireuses !

✄-------------------------------------------------------------------

i'll treasure you forever
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité







MessageSujet: Re: Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.   Mar 1 Nov - 3:07

Que c'était-il passé dans la tête de Flora? Ce n'était pas dans son habitude de penser aux autres, de faire front face à la violence ou bien encore de frapper avec ses poings un sorcier. Mais tout cela venait d'être réaliser en l'espace d'un instant. Flo' bouillait de l'intérieur depuis de nombreuses semaines, des semaines qui s'étalaient jusqu'à la soirée de Poudlard, le jour où elle a défendu un loup-garou, proche de l'Ordre du Phénix, devant le cortège des Basilics. Etre un parfait petit reptile impliquait de suivre les ordres et de mettre de côté ses opinions. L'aiglonne l'aurait fait avec plaisir si le groupe de bébés mangemorts n'était pas dirigé par une rivale beaucoup trop imposante à son goût. Swesson avait toujours agit en solo, elle ne vendrait pas son âme à Moïra River. Même si cela impliquait de perdre tout espoir en son plan, la conquête du pouvoir, mais Flo' l'avait déjà bien assez compris, plus le temps avançait et plus le pouvoir s'éloignait d'elle. Son nom, ses actes, tout jouait contre elle...

Roxanne allait d'ailleurs participer à ce jeu. Le coup de poing lancé par l'aiglonne n'avait que couper brièvement la respiration de la vipère. sa langue avait déjà craché des paroles acerbes criantes de vérité. Mais Flora savait déjà tout de ce qu'elle avait dit. Le mot amitié ne faisait plus partie de son vocabulaire, sinon elle ne passerait pas le plus clair de son temps dans les couloirs ténébreux de Poudlard. Elle n'agissait désormais que pour elle, mais la jeune Swesson allait bien vite se rendre compte qu'un tel choix était lourd de conséquence. Roxanne lança un regard en direction de Mina, le sourire aux lèvres. La sentencé était donnée, Flora allait souffrir. Elle le savait déjà, elle n'avait besoin que de ça pour réveiller la rage qui était en elle. Regardant la Serpentard ranger délicatement ses bijoux, l'aiglonne ne bougea aucune de ses serres, elle ne voulait plus se cacher derrière un masque.

« Petite frappe … Tu veux jouer, bébé fleur ? »

Le poing de Roxanne chancela en direction de son ventre. La bouche grande ouverte, la petite fleur se courba, cherchant de l'air pour respirer mais elle ne rencontra que le genou de la vipère. Flora s'écroula par terre, le nez en sang, la bouche en sang. Elle n'avait pas crié, elle préférait perdre son hémoglobine plutôt que d'être encore le soldat de River. Rampant péniblement pour voir son adversaire, elle vit la Weasley prendre sa baguette et l'incitait à continuer le combat. Le petit toutou voulait provoquer Flo', mais elle ne prononça mot. Sa seule réponse fut de cracher sur les chaussures de la boxeuse. Roxanna allait certainement répondre, mais une autre personne entrait dans la danse pour se venger de Flora.

Cette personne avait de nombreuses raisons de se venger de la Serdaigle. En regardant celle qui approchait, le regard de Flora ne changea pas. Elle savait depuis longtemps que Mina avait changé de camp, ce n'était pas elle qui allait la soutenir, ce clone de Moïra. Mina allait se faire plaisir, pour rappeler à la jeune Swesson qu'il ne fallait pas vendre ses amis à Ombrage en quatrième année. La blondinette se pencha près de Flora, passant son bras derrière son dos pour lui dire ses quatres vérités, tout en plaquant sa baguette magique contre ce qui restait de son ventre.

« Flora, Flora, je me demande comment tu arrives à te regarder dans une glace. C'est vrai quoi, depuis la première année qu'on est ensemble, et tu me préfères une gamine molle qui vient de nous trahir ? Et puis sérieusement : toi, protéger tes amis ; allons n'emploie pas des mots dont tu ignores le sens. Tu n'as pas eu l'impression de te foutre de la gueule du monde là ? Protéger tes amis alors que tu es si prompte à les vendre ? »

- Je n'ai jamais cru en l'amitié. Ce n'est pas pour ça que j'ai protégé Emmie. Je n'ai besoin de personne pour vivre, et encore moins de tes conseils signés Moïra que tu me craches au visage. Quand à mon reflet il va très bien merci, je crois même qu'il t'emmerde.

Sur ce, miss O'Malley enchaina trois sorts extremement douloureux sur le corps meurtri de Swesson. Cette fois les cris sortirent de la bouche de l'aiglonne. Oh oui elle avait mal, elle souffrait. Mais c'était plus son coeur que son corps qui était agressé. Mina représentait à elle seule l'échec que Poudlard avait été pour Flora. Qu'importe si elle devait mourir ce soir, la Serdaigle ne croyait plus qu'en elle, à l'envie de faire mal. Et quoi de mieux que le masochisme pour se découvrir un talent pour le sadisme. Le calvaire terminé, Mina se repencha auprès de son ancienne amie.

« Et oui je sais. Tu es tellement conne ma pauvre, même pas capable de voir que j'ai toujours su, même pas capable de voir ce dont je suis capable ; mais t'en fais pas, je n'ai même plus besoin de divulguer tes vilains petits secrets pour que tout le monde te déteste ! »

- Ne me crois pas assez sotte pour savoir que j'ai perdue ton amitié depuis longtemps. Divulgue ce que tu veux, du moment que je vois plus ta face de troll.

Se relevant péniblement, Flora faisait désormais face à Mina. Elle ne devait pas être joli à voir, elle sentait que son nez était en très mauvais état et que sa bouche réclamait de nouveau de cracher du sang. Le visage de son ancienne amie rayonnait, elle devait être heureuse de s'être vengé, vengé de la trahison faites par Flora en quatrième année. Swesson savait un jour ou l'autre qu'elle le paierait, et heureusement pour elle c'était aujourd'hui, le jour où elle réclamait le plus de coup, le jour où elle ne voulait plus prendre de masque pour sortir en public. Pour seule réponse au sourire de Mina, Flora lui lança un regard assassin, tuant ainsi pour toujours leur amitié électrique. Mina se retourna pour mieux parler à Roxanne.


« Allez va, je te la laisse. »

- Je te croyais plus méchante que ça Mina. T'attends quoi pour venir me faire mal en face à face? Je t'ai dénoncé à Ombrage, ca mérite bien la mort non? BATS-TOI!!!

Avant qu'elle ne puisse dire quelque chose sur Roxanne, un grondement se fit entendre. L'eau arrivait dans la salle. Papa Potter donna l'ordre de fermer la porte, mais cela n'empêcha pas l'eau de s'infiltrer à une très grande vitesse. Lechant le sang qui coulait de sa bouche pour tacher sa robe de vampire, les yeux de Flora regardait avec intérêt la porte où tout le monde s'empressait de retarder l'échéance de la noyade. Sentant l'eau penetré dans ses bottes, Swesson n'eut que pour seul réflexe d'emettre un de ses nombreux sourires sadiques. Elle ne sentait plus son nez, ni son poing droit, mais qu'importe, elle n'avait pas en tête de pleurer ou de se jeter dans les bras de quelqu'un pour trouver du réconfort. La peur agrémentait la folie, et ça tombait bien car Flora était envahit de folie. Elle héla sa Serpentard favori du soir.

- Eh Roxanne, en attendant de mourir tu veux faire le second round?

A mort.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

« Tough times don't last, and tough people do. »





Messages : 1378

Points : 0
Avatar : David Tennant
Crédits : Kachilight

Age RPG : 39 ans
Sang : Mêlé
Camp : Ordre du Phénix

Vie du personnage : « Hakuna Matata !
« Une ptite lettre ?
♥️ En couple ? Oui avec Grace, et attention on ne mate pas èOé

Truc en plus : Animagus Buse
Doubles-Comptes : Malcolm Gray



MessageSujet: Re: Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.   Mar 1 Nov - 6:42

Que s’était-il passé ? L’heure, la date, le lieu ? Il faisait juste noir. De quoi se souvenait-il ? Où était Grace ? Il faisait froid. Où était tout le monde ? Quel était ce liquide qui l’enveloppait des pieds aux chevilles ? Il avait si mal. Autre chose coulait. Et ces cris, ces pleurs ? Ce tambourinement ? Qu’étaient-ce ? Se souvenir. Se souvenir des dernières minutes. Réfléchir, fort. Oui, voilà. Il pouvait parfaitement se rappeler du début, du pourquoi et du comment de sa présence, il savait où il était, ce qu’il faisait. Il était avec Grace, ils avaient été chargés de stopper l’eau. De tous les sauver. Ils avaient essayé, essayé, et puis ... et puis quoi ? Ils avaient ... oui, ils avaient parlé, juste un peu. Compris des choses. Des choses importantes mais qui n’avaient pas leur place dans la situation. Ils s’étaient embrassés. Il avait parlé, et c’était là qu’il se perdait. Il s’était passé quelque chose ensuite. Une chose qui expliquait tout le reste. Il devait se souvenir pour se reprendre en main. Juste quelques secondes, respirer et calmer la respiration pressée qui l’agitait. Le mal de tête se dissipait et il commençait à cerner le moment. Grace avait fait une promesse, bien dans son genre, et il put sentir qu’il souriait. La coquine. Ils s’étaient reconcentrés, et là ... là ... là elle avait craqué, la porte. La porte en fer. L’eau. La peur. Les sortilèges de protection qui flanchent. Les cris qui se perdent dans le bruit assourdissant et les mains qui se lâchent. Le choc. Et puis plus rien.

Logan ouvrit les yeux et toussa, recrachant une bonne tasse d’eau, au même moment où le claquement d’une lourde porte se faisait entendre. Quelques secondes. Juste quelques secondes étaient le laps de temps durant lequel son esprit s’était empli de brume. L’eau s’échappait d’un trou béant dans le mur, à l’endroit où se trouvait un peu plus tôt la porte en fer, de l’autre côté de la pièce. Elle s’écoulait sans s’arrêter, mais le Phénix devina qu’elle devait filtrer plus au moins rapidement dans la grande salle pour que celle ici ne soit pas déjà remplie jusqu’au plafond. C’était une bonne chose pour lui mais ... Les gamins. Les collègues. Les amis. Nanaly. Grace. L’essentiel revenant à lui, d’un geste brusque il tenta de se relever, pour aller voir, pour aider, pour trouver Grace mais un élancement de douleur le ramena les fesses dans l’eau avec un grognement sourd. Fais chier putain, c’était quoi ça maintenant ? Une douleur lacinante occupait l’arrière de son dos, au niveau du bas de l’omoplate. Avec un peu d’observation du genre de briques dont était composé le mur, l’ornithologue devina sans peine qu’il avait du se fêler, si pas se briser, ce qu’il n’espérait pas, l’os en plus de joliment se couper, s’écorcher la peau lorsque son corps avait heurté le mur, emporté par la puissance de l’eau. Il avait au moins de la chance que son épaule droite soit sauve, il était sur de ne pas être capable de supporter une réouverture de sa vieille cicatrice, ou quelconque douleur plus poussée que d’habitude. Coup de bol pour cette fois, à ce niveau. Mais il y avait une chose que Logan n’osait pas faire. Car il sentait bien qu’il y avait plus que le dos, celui-ci était peut-être douloureux mais pas préoccupant. Une autre sensation de souffrance s’émanait dangereusement du bas de son ventre et ... il ne voulait pas regarder. Pourtant il le fallait. Il devait se lever et trouver Grace. Ne pas l’entendre était une mauvaise chose, traîner n’était pas une option. Logan serra les dents et baissa les yeux vers son ventre, avant de relever la tête, et hop contre le mur, les yeux fermés.

« Putain de chez putain de merde. »

C’est peut-être murmuré, mais ce n’est pas très soigné. Que voulez-vous, dans une telle situation, on a les nerfs à vif et pas le temps d’être poli. L’homme porta la main gauche à la fameuse blessure, avant de lever celle-ci vers son visage. Ensanglantée. Génial. Car oui, en baissant la tête, Logan avait pu découvrir un – très joli, certes – morceau de fer figé, longueur : 6 centimètres, largeur : 1 centimètre, juste au-dessus de son rein droit. Enfin, ça il le supposait, si c’était entré dans son organe, il serait très certainement inconscient. Profondeur ? Quasi jusqu’à transpercer le dos de l’autre-côté, mais quand même pas. Morceau de fer. La porte, bien sur. Des tas de sortilèges, la pression de l’eau, elle n’avait pas pu rester complètement entière. Sa carcasse trainait un peu plus loin, des petits bouts flottants, d’autres sûrement coulés et un ... dans sa propre chair. Cool, vraiment, tout à fait ce qu’il lui fallait. Bon, ce n’est pas ça mais, l’eau elle fuit toujours et Grace, elle ... Grace, il devait absolument retrouver Grace. Le reste de la porte prenait beaucoup de place, elle était sûrement à côté. Allez, un peu de courage, il le fallait. D’un geste vif, il empoigna fermement le morceau de porte en fer, et compta jusqu’à trois, comme le ferait le docteur avant une prise de sang ou un vaccin. Un, deux, tro...SLASH !

« GRMMMBL ! èOé »

Mieux qu’un hurlement animal, non ? Il jeta ensuite le morceau ensanglanté comme s’il s’agissait d’un objet maudit au loin, peu désireux de le garder comme souvenir. Maintenant, maintenant, il aurait du arracher son t-shirt pour presser sa blessure, mais il n’en avait pas – fichu costume – alors autant se contenter de la main gauche, celle qui est la moins utile, et appuyons bien fort. Ca ne servait pas à grand-chose puisque le sang coulait entre ses doigts, m’enfin. Grimaçant, il s’appuya contre le mur pour se tenir debout, trempé par la flotte qui actuellement montait lentement mais sûrement jusqu’à ses cuisses : visiblement les Aurors et les Phénixs la ralentissaient du côté de la grande salle, mais ça ne serait pas suffisant. Tôt ou tard cette porte-la aussi lâcherait et ne raterait personne. Si elle ne noyait pas Grace et lui juste avant. Joyeux. L’ornithologue fit quelques pas en avant, d’abord chancelant, avant de respirer profondément pour résister à l’envie de s’asseoir pour ne rien faire, et de continuer à avancer avec plus d’entrain. Pas le moment de se laisser abattre par sa propre situation physique. Problème en plus : il ne trouvait plus sa baguette. Plus que certainement emportée par la flotte dans l’autre salle avant qu’ils ne ferment la porte, vu la légèreté de celle-ci. Ca, c’était un sacré problème. De plus, c’était peut-être aussi le cas de celle de Grace, mais ça, il n’en savait rien.

« Grace ? »

Log’ l’appela deux-trois fois sur la courte distance qui le séparait de la carcasse de porte, le ton inquiet tout en essayant de contrôler sa voix pour ne pas laisser la douleur qu’il ressentait transpercer dans celle-ci. Peu importe l’état de sa petite amie, il ne devait surtout pas l’inquiéter de sa propre santé, qu’il se sente faiblir ou pas. Faites qu’elle soit là, faites qu’elle soit là ...

« Grace ! »

Logan accéléra le pas, soudain plus inquiet qu’il ne l’aurait imaginé, pour s’accroupir près de la Harpie, joliment évanouie. Au vu du filet de sang qui coulait de derrière sa tête, celle-ci avait du heurter le mur, d’où pourquoi elle était inconsciente. Et si elle ne respirait pas ? Et si elle s’était cognée trop fort ? Et si elle était morte ? Stress, stress, stress pour pauvre petite buse ! Paniqué, il détacha sa main de sa blessure ensanglantée dont l’écoulement tachait lentement son jeans et l’eau pour, malgré la douleur dans son dos et dans son ventre, saisir la Harpie par les aisselles afin de la soulever, direction la porte - placée probablement sur quelque chose de plus haut que le sol - qui était dans une position suffisante pour ‘allonger’ la professeure hors de l’eau. Enfin, seuls ses pieds et une partie de ses mollets y baignaient encore. Inquiet, il prit son pouls avant de lâcher un soupir de soulagement en sentant les battements réguliers de son cœur et de redéposer la main de Grace, laissant une trace rouge autour du poignet de celle-ci. Pfiou, ça c’était une bonne chose. N’empêche que la panique était présente en lui comme un virus. Tant qu’elle ne serait pas réveillée, il ne pourrait pas se sentir rassuré. Comprenez-le : c’est sa première copine depuis une dizaine d’année. Depuis sa fiancée, qui a fini enterrée sous terre. Normal qu’il s’inquiète. Grace, tu as un petit ami très protecteur. Bon, il devait faire quoi ? Rah ptain, si seulement Victoire pouvait être là, elle saurait quoi faire. Et il n’avait pas beaucoup de temps. Rapidement, la porte céderait et l’eau se déverserait dans la grande salle. Il devait avoir déguerpi avec Grace dans une autre pièce des catacombes avant que ça n’arrive, sans quoi leur état risquerait d’empirer. Morts, leur aide ne serait plus très utile. Alors il fit alors la seule chose qui lui passait par la tête. Pressant sa blessure de la gauche, il tendit la main droite, propre si on omet l’eau, pour ... tapoter la joue de la Harpie. Euh ouais, super la méthode choupinet.

« Grace ? Grace ? Grace ? Grace ? Grace ? »

Et on tapote, on tapote, on tapote, on tapote. Chacun sa technique, hein. Pas de réaction. Allez Grace quoi ... un élan de douleur le fit se crisper, serrer les dents et fermer les yeux et il lui fallu quelques secondes pour se reprendre, la respiration d’abord difficile puis reprise plus au moins en main, et trouver autre chose. Peut-être que ... peut-être que s’il tentait le bouche-à-bouche ? A situation désespérée, moyens désespérés. Il ne voyait pas quoi faire d’autre. Elle n’était qu’inconsciente, mais peut-être qu’un bon souffle d’air dans les poumons la stimulerait à se réveiller. De toute façon il n’avait plus de temps à perdre, tant pis si c’était débile, tant que ça marchait. Juste avant, l’ornithologue fixa quelques très courtes secondes la porte un peu plus loin, de derrière laquelle s’échappaient les rares sons qu’il arrivait à entendre malgré le bruit de l’eau. Derrière cette porte, il y avait des tas de personnes qui dépendaient d’eux. Et ils n’avaient pas été capables de stopper les flots. Ils allaient mourir par leur faute, par leur incompétence – rappelons qu’il ne sait pas qu’il y a une sortie de secours – et s’il y avait des morts, jamais il ne saurait se le pardonner. Nanaly était là-bas. Il n’avait pas su se montrer assez responsable que pour l’empêcher de venir. Il n’avait fait que la prévenir et elle était venue. Parce qu’il n’avait pas insisté. Si elle mourrait, que ferait-il ? Non, non, non, il ne fallait pas voir le futur d’une manière sombre, mais garder l’espoir que le plus de vies possibles seraient sauvées, y compris celle de sa fille à qui il tenait tant. Elle devait être effrayée. Ou si elle ne l’était pas, inquiète. Hélas, elle avait raison de l’être. Il y avait de quoi. Heureusement qu’elle ignorait l’état dans lequel se trouvait son père.

Alors, à la fois déterminé et désespéré par la situation, Logan, après une grimace de souffrance en se penchant, insuffla l’air à Grace (il est vrai que cette action n’est pas utile vu les circonstances, mais un effet peut être produit sur la respiration, eheh). Allez, tu ne vas quand même pas rester là ! Inconsciente, tu ne vas ni sauver ta peau, ni celle des autres. Ni celle de ton petit ami qui aurait besoin de juste un peu de soutien. Quant à toi Logan, tu ferais mieux de reculer vite fait XD.

✄-------------------------------------------------------------------





Dernière édition par Logan Cooper le Ven 4 Nov - 7:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mission 5 ▬ La fête des morts n'est qu'une fois l'an.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Morsmordre :: « DEPARTEMENT DES MYSTERES. » :: Pensine. :: Corbeille RP.-